Partagez | 
 

 SOS Ordinateur cassé (ft Albert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: SOS Ordinateur cassé (ft Albert)   Lun 26 Sep - 23:12

SOS Ordinateur cassé
#Alris
Je tombais de mon lit quand j'entendis la sonnerie criarde de mon téléphone portable me violer allègrement les oreilles. Putain quelle idée de m'appeler aussi tôt dans la matinée. Je me passais une main sur le visage alors que je chopais mon portable de l'autre main avec difficulté. J'osais à peine regarder l'heure. Putain c'était le week-end, qu'elle idée d'appeler aussi tôt ! Puis je n'avais rien dormi de la nuit en plus. Je décrochai sans faire attention au nom de la personne qui appelait. Je n'eus pas le temps de m'exprimer pour râler qu'une voix paniquée termina de m'assassiner le tympan. Albert Moon. Je reconnus immédiatement sa voix. Je ne compris pas un traitre mot de ce qu'il m'avait hurlé. Il avait parlé trop vite et il avait oublié d'articuler dans sa panique. Je poussais un long soupir. Putain Ali', j'ai pas compris un traitre mot de ce que tu m'as dit. Ralenti ton débit. Je baillais alors qu'il me ré-expliquait la situation. Ordinateur mort, écran qui ne s'allumait plus. Je jetais un coup d'œil à ma montre, neuf heures. Putain. Je savais bien que pour le commun des mortels, c'était tard pour se lever. Mais pour moi qui avait passé ma nuit à farfouiller sur le net, et à récupérer quelques données qui pouvaient m'être utiles. Puis globalement, je n'avais jamais vraiment eu un très bon sommeil. Une tendance prononcée pour l'insomnie chronique, un amour trop charnel pour la caféine et tout ce qui pouvait en contenir. Tout ceci secoué très fort dans un shaker donnait souvent des nuits de sommeil avec quelques heures au compteur. Envoie-moi ton adresse, je prends une douche et j'arrive ok ?

Je m'étais pressé. Fichu Albert. Pourquoi je lui avais dit oui au juste hein ? J'aurais pu l'envoyer se faire foutre, comme j'aurais pu le faire avec d'autres, ça aurait été plus simple. Mais avec lui je perdais tout de suite tout mon sens de la répartie et mon sarcasme naturel. C'était fichtrement agaçant. Je mis cinq minutes sous la douche et quelques minutes à m'habiller. Je me contentais d'un simple jean noir avec un tee-shirt blanc et un gros sweet à capuche du gros Avenged Sevenfold. Je rajoutais ma traditionnelle paire de rangers. J'aurais pu mieux m'habiller, faire genre, mais j'étais trop fatigué pour faire des efforts, et même le petit cul d'Albert n'y faisait rien. Je soupirais en passant mes doigts dans les cheveux blonds pour les ré-organiser... mais je finis par abandonner après quelques minutes. Une cause perdue. J'attrapais ma sacoche d'ordinateur, un paquet de cigarette et mon téléphone. Je passais en coup de vent dans le salon pour éviter les questions de mes deux frères. Ce n'était pas le moment. J'avais fui si vite que j'en avais oublié de refaire le plein de caféine.

J'étais arrivé en bus chez Ali'. Je me contentais de lui envoyer un message pour signaler que j'allais arriver. Ça aurait été con d'arriver.... au mauvais moment. Ce que ça voulait dire ? Je n'en savais rien moi ! Hein ! Au mauvais moment quoi. Je n'avais pas envie d'y penser et j'étais trop fatigué pour penser de toute façon. Je me passais une main sur le visage alors que je toquais à la porte du brun. Rapidement il ouvrit la porte, sans prendre la peine d'y être invité je rentrais dans l'appartement en regardant de tous les cotés. Bon Ali', il est ou mon... patient ? Je suivis le jeune homme en gardant mes yeux bien haut. Pas le moment de divaguer. Je posais les yeux sur... un mac. Je soupirais, bon. Il fallait que je me mette au taff. Je m'assis et sortis automatiquement un cigarette de mon paquet de Lucky Strike. Si j'avais le droit de fumer à l'intérieur? BOUARF. Rien à battre. La cigarette au bord des lèvres, je me tournais vers le brun. T'aurais pas un cendrier ? Je finis par caser une seconde cigarette derrière mon oreille. Même un verre ferait l'affaire, j'veux pas tout dégueulasser. Puis... un café ça serait pas mal. Je me grattais l'arrière du crane en regardant Albert. Mes yeux étaient cernés et j'avais clairement un teint pale. Mais bon, un café et tout repartait !
Revenir en haut Aller en bas
Albert D. MoonHumain modifié
avatar


James Park
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
Absorption vitale / Absorption de pouvoir.
Il peut plonger quelqu'un dans le coma s'il ne fait pas attention, c'est pour ça qu'il porte des gants et qu'il refuse qu'on le touche. De même pour les pouvoirs. Il se retrouvé doté des pouvoirs d'une personne, privant celle-ci de ses dons momentanément.
Jessica Drew, Gabriel, Marc, Kurt & Lorna
604
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOS Ordinateur cassé (ft Albert)   Mer 28 Sep - 23:53

SOS ORDINATEUR CASSÉ
•••  J’ai paniqué, d’accord. J’ai une très bonne raison pour ça. Très, très bonne. Pour commencer, oui, je suis la dernière des buses en informatique et tout ce qui touche à la technologie. Pourtant, j’adore ça. Je trouve ça fascinant. C’est juste que je ne sais pas m’y prendre avec ça. La deuxième raison ? Un travail que je suis censé rendre dans deux jours se trouve sur mon ordinateur. Et que j’ai tendance à stresser quand je vois la deadline approcher. Tendance à stresser, c’est un euphémisme. En fait, je suis juste en train de paniquer au fur et à mesure que le temps défile. Je me suis dit que j’allais m’y mettre tôt dans le week-end et qu’en goupillant bien, le samedi soir, j’étais débarrassé de tout ça. Sauf que. Mon écran ne s’allume plus et que je perds un temps fou. Alors oui, j’ai téléphoné à Aris et oui, je l’ai dérangé pour ça. J’aurais pu appeler quelqu’un d’autre pour ça, ceci dit, mais c’est lui qui est venu en premier dans mon esprit, ne me demandez pas pourquoi, je ne sais même pas. Je ne m’attendais pas à ce qu’il accepte, m’étant préparé d’avance à me faire envoyer sur les roses. Mais non, il m’avait assuré qu’il allait venir. Est-ce que je peux l’appeler mon héros ou ça fait trop demoiselle en détresse ?

Je tournais en rond dans l’appartement en attendant, étant à deux doigts de me ronger les ongles. C’est une mauvaise habitude dont je pensais m’être débarrassé mais qui, en période de stress, me démangeait atrocement. Certaines personnes fumaient, moi, je me rongeais les ongles. Et je consommais davantage de café. Un peu trop, d’ailleurs.  Le pire, c’était que je n’étais même pas en retard pour ce travail, j’étais même sacrément en avance, à en juger certains de mes camarades. Mais la mort de mon écran était un imprévu et j’ai toujours détesté les imprévus. J’étais capable de m’adapter à tout, mais ça ne voulait pas dire que je raffolais des éléments perturbateurs.
Je jetai un œil à l’horloge en continuant mes cent pas. Pas paniquer, pas paniquer. Bordel. Pourquoi il fallait que ce soit aujourd’hui ? Et si Aris n’arrivait pas à réparer mon ordinateur, est-ce que j’aurais le temps de trouver un autre moyen ? Parce qu’en plus, comme une andouille, je n’avais pas de sauvegarde. Forcément, la loi de Murphy jusqu’au bout.
J’en étais à mon troisième café depuis que j’avais téléphoné en catastrophe à Aris. Et j’étais en train de sérieusement me demander si je ne pouvais pas faire du charme à ma professeur de littérature anglaise pour obtenir un délai supplémentaire. Désespéré, moi ? Pas du tout. Bon, peut-être un peu.

La sonnerie de mon téléphone m’indiqua que j’avais un message. Je me ruais dessus et vit avec soulagement qu’Aris était devant chez moi. Je l’invitai à monter tout en vérifiant que je n’avais rien laissé trainé dans le salon. Non parce que je ne pouvais pas dire que j’étais un pro du rangement et avec Cindy absente les trois quarts du temps avec son boulot, j’avais personne pour me rappeler à l’ordre quand je laissais mon bordel envahir les lieux. Un regard suffit à me rassurer. C’était bon. J’entendis frapper à la porte et je dus me faire violence pour ne pas me ruer dessus. J’ai déjà dit que j’avais tendance à réagir trop vivement quand j’étais stressé ?
En ouvrant la porte, je vis Aris et sa nonchalance. N’attendant même pas d’être invité, il entra, me laissant à peine le temps de le saluer.  Il me demanda où était son patient et je n’eus pas non plus le temps de répondre qu’il le trouva. A son regard, je vis que ça ne lui plaisait pas. Ouais, bon, j’avais un mac et alors ? C’était quoi, le problème ? La pomme lui revenait pas ? J’étais étudiant en littérature, moi, pas en informatique. Tant que mon ordinateur me permettait de faire le minimum vital – regarder des films dessus, utiliser le traitement de texte et aller sur Internet – je m’en fichais du reste. Alors quoi ? Je ne savais même pas pourquoi ça m’agaçait en réalité. Ce n’était qu’un détail.
Par contre, pour la clope… Je me voyais mal lui interdire de fumer ici. Déjà parce que je l’avais fait se déplacer pour régler mon problème, qu’il avait clairement l’air fatigué, même si avouons-le, ça lui donnait un certain charme, ces cernes sous les yeux et qu’en prime, il devait réparer mon ordinateur. Le laisser fumer et lui offrir un café, c’était la moindre des choses, non ? J’hochais la tête avec un sourire « Je t’apporte ça » Cindy allait me tuer si elle sentait l’odeur de la cigarette dans l’appartement. Mais tant pis. J’ouvrirais les fenêtres en grand pour chasser l’odeur et il me semblait qu’il nous restait un stock de ces bougies parfumées à la con.
Déposant le verre et la tasse devant Aris, je me retins de le harceler de question. Bon sang, je ne savais pas ce qui me stressait le plus. La présence d’Aris, le type avec qui j’avais bu un café et qui était au-delà du terme « mignon » ou le fait que mon ordinateur soit décédé. Je dirais bien les deux. Je ne savais pas en fait. Au bout d’un moment, j’osai enfin lui demander « Tu penses pouvoir le réparer ? »


___


Tu veux voir mes jolis badges ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: SOS Ordinateur cassé (ft Albert)   Sam 8 Oct - 15:59

SOS Ordinateur cassé
#Alris
Je me demandais encore pourquoi je n'avais pas envoyé Albert boulé. Sérieusement, ce n'était pas des heures pour m'appeler. Il fallait vraiment que je mette un message sur ma boite vocale pour éviter ce genre d'appel à la con. Non parce que mon rythme de sommeil était tellement différent du commun des mortels. Déjà que je n'étais pas vraiment du matin, mais en ne dormant rien du tout, c'était encore pire. Mais c'était Albert et je supposais que c'était différent... En quoi d'ailleurs ? Ce n'était qu'un gars... un gars parmi tant d'autres. Je n'aurais pas du y accorder de l'importance. Après tout des coups d'un soir, ce n'était pas ce qui manquait hein... même si pour le coup j'étais approximativement inférieur ou égal à zéro en ce qui concernait les subtilités de la drague. Anyways. Toujours était-il que je supposais que des gars et des minettes, il n'en manquait pas dans le monde. Alors pourquoi je n'avais pas envoyé chié Albert ? La raison devait probablement située dans la boite de Pandore bien cachée dans le triangle des Bermudes dans trou du cul du monde. Bref, je ne voulais pas y penser.

J'avais une mine horrible. Je le savais. Je le sentais. Cette douce sensation d'avoir une tonne en dessous de chaque œil, c'était la joie. Enfin, j'avais déjà fait bonne figure, j'avais pris une douche. J'avais oublié volontairement mon café, parce que je voulais absolument éviter la case cuisine. J'entendais déjà leurs questions d'avance, pourquoi je me levais si tôt. Ou est-ce que j'allais ? Chez qui j'allais. Et après allait s'en suivre des rire en entendant le prénom d'Albert. Ouais, autant fuir d'avance. Histoire de garder le peu de bonne humeur et patience que j'avais. J'étais rapidement arrivée chez Albert. J'avais signalé ma présence en envoyant un message à mon cadet. Je grimpais chez lui jusqu'à son appartement avant de toquer. La porte s'ouvrit assez rapidement, tant mieux, je n'avais pas franchement envie d'attendre. Et je ne me fis pas prier pour entrer. Bah après tout c'était lui qui m'avait demandé de venir. Je ne voyais pas pourquoi je devais en plus attendre qu'il m'invite à rentrer. Je faisais déjà une fleur en acceptant de régler son soucis hein. Je me permettais de regarder à droite en gauche pour regarder son appart. Puis je lui demandais ou était son pc, avant de le repérer. Un mac. Pouah, fichus étudiants classiques. Un mac, c'était pas daubé du cul, hein. Mais fallait toujours balancer de milles et des cent pour se donner l'impression d'avoir un bon matos. Enfin je me contentais de garder ma remarque pour moi, politesse (oui je savais ce que c'était, fallait pas déconner non plus).

Sans plus attendre, je m'installais avant de sortir une cigarette pour la caler entre mes lèvres. Je regardais Albert avant de lui demander un cendrier. Quoi ? Pas le droit de fumer ici ? Détail. Non sérieusement, après ce que j'avais dormi, je me fichais un peu de conventions sociales. Comment ça c'était une habitude chez moi ? Ah.... ce n'était pas faux. Je finis par aussi lui demander un café par que disons-le.... c'était plutôt vital pour moi. Je lui accordais un petit signe de tête en retour quand il me dit qu'il allait s'occuper de ça. Je me contentais de me tourner vers l'ordinateur et de soupirer longuement. Je sortis mon briquet pour allumer la cigarette et inspirai longuement comme pour reprendre mes esprits. Je finis par sortir mon pc de sa sacoche et quelque outils. Je me contentais de brancher les deux ensemble, vu que son écran était « mort », le mien ferait relai. J'allumais les deux bestioles. Bon, c'était le moment de l'impressionner Albert.... c'était plus facile pour mettre quelqu'un dans son lit... Taggle Aris, taggle. J'expirais la fumée de ma cigarette alors que mon hôte m'avait amené ce que je lui avais demandé. Merci et... Je pris quelques instants pour taper la cendre dans le verre qu'il m'avait donné. ... désolé pour ça, avais-je dit en désignant la tube de nicotine des yeux. OUI. Je venais vraiment de m'excuser. Sans raison.... plus ou moins. Mettons ça sur le compte de la fatigue. Ca fait parti des cochonneries dont j'arrive pas à me défaire, je ris légèrement avant de boire une graaaaande gorgée de café. Bon... le café était très bon. Point pour Albert. Je finis par me pencher sur mon écran, visualisant les données, je lançais une vérification complète. Savoir exactement ce qui déconnait. Je finis par me retourner vers le brun. Pour le moment, je ne peux pas dire grand chose, mais... tu es tombé sur la bonne personne. Enfin... même si c'était moi qui était tombé sur lui plus précisément. Mais ça …. détail détail. Je continuais d'inspirer la fumé avant de demander.. Tu as des données importantes, là-dessus ? … Et tu n'as pas de sauvegarde je parie. Je fronçais les sourcils. Pourquoi les gens ne pensais jamais à sauvegarder les documents important ? C'était juste la base. Puis une clé USB ce n'était pas cher... ou même un disque dur externe. Je râlais avant de regarder dans ma sacoche. Je farfouillais avant de sortir un petit boitier à Ali. Tiens, cadeau. Tu peux sauvegarder des centaines de giga là-dessus. J'attrapais ma tasse de café pour la finir. J'm'en sers pas et j'en plusieurs dizaines chez moi. Je me retournai, ce n'était pas un cadeau en soi. J'avais juste pitié, puis merde, fallait sauvegarder ses dossiers, je savais pas ! Les gens pensais toujours que leurs ordi avaient une immunité parce qu'ils tapaient leurs thèses ou exposé ou je ne savais quoi. Je reportais mes yeux sur l'écran. Bon... je devrais être en mesure de sauver ton enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Albert D. MoonHumain modifié
avatar


James Park
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
Absorption vitale / Absorption de pouvoir.
Il peut plonger quelqu'un dans le coma s'il ne fait pas attention, c'est pour ça qu'il porte des gants et qu'il refuse qu'on le touche. De même pour les pouvoirs. Il se retrouvé doté des pouvoirs d'une personne, privant celle-ci de ses dons momentanément.
Jessica Drew, Gabriel, Marc, Kurt & Lorna
604
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SOS Ordinateur cassé (ft Albert)   Dim 9 Oct - 21:39

SOS ORDINATEUR CASSÉ
•••  J’avais un mec sexy assis sur le canapé et j’étais en train d’angoisser à propos de mon ordinateur. J’étais tellement stressé par la situation que je n’étais pas capable de réfléchir correctement. Aris était venu rapidement, un samedi matin, parce que je lui avais demandé. Il aurait sans doute préféré faire la grasse matinée, comme les êtres humains normalement constitué de cette planète. Ça crevait les yeux qu’il sortait du lit et j’espérais que le café serait suffisant. Si je devais le payer autrement pour ce service rendu, je le ferais. Je n’avais aucune idée de comment. Mais Aris aurait une petite idée. J’acceptais volontiers de payer tant que ça restait dans mes moyens. Je ne roulais pas sur l’or, non plus. Une pizza ? Un cinéma avec la personne de son choix ? C’était un bon moyen de le dédommager pour m’avoir sauvé la mise s’il arrivait à récupérer mes données. S’il y arrivait. A part pour les techniques de base que tout crétin était capable de faire sur son ordinateur, le reste, c’était du chinois pour moi. Aris était donc l’homme de la situation.  J’étais impressionné en le voyant  brancher son ordinateur au mien. Parce que je n’y avais même pas pensé.

Il s’excusa pour la cigarette alors que j’étais en train de faire les cent pas. Je me figeai avant de me tourner vers lui et fit un signe de la main pour lui indiquer que ce n’était pas important. Il pouvait bien fumer toutes les cigarettes qu’il voulait tant qu’il m’aidait à récupérer mes données. Et tant pis si Cindy hurlait. Je n’étais plus à ça près, maintenant. J’étais en train de lutter pour ne pas me ronger les ongles comme un sauvage devant lui. Pour ne pas céder, je pris la tasse de café que j’avais laissé sur la table - la mienne - et en avalai une gorgée. Je ne savais pas si c’était la mort de mon ordinateur ou la présence d’Aris qui me rendait nerveux. Peut-être bien les deux. J’avais des yeux et il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point il était… canon. Et encore, canon était un euphémisme.  Il n’était pas que ça. Il était bien plus que canon. J’avais tendance à trouver tous les gens qui m’entouraient beaux mais Aris allait au-delà de ça.
J’hochai la tête d’un air coupable. Non, je n’avais pas fait de sauvegarde. Je savais pourtant que je devais le faire, car c’était la base.  N’importe qui le savait. Mais ce n’était pas pour autant qu’on le faisait. Et on se retrouvait comme un idiot, devant un PC mort, à appeler au secours le type sexy comme l’enfer qu’on avait percuté à la fac en panique, tout simplement parce qu’on avait pas été fichu d’utiliser cet outil fantastique qu’on appelle Cloud et qui était censé éviter la perte d’un  travail important à rendre pour la semaine d’après. Bordel, j’étais le dernier des crétins. Je lâchai un rire nerveux en me passant une main sur la nuque. “J’suis con, je sais. Tout est sur mon disque dur.” Il se mit à râler en cherchant quelque chose dans sa sacoche pendant que je ne savais plus où me mettre. J’étais mort de honte. Zéro. Même pas fichu de penser à faire une sauvegarde de mes données. Si Aris n’arrivait pas à sauver mon ordinateur, j’étais bon pour ne pas dormir du week-end. Il me tendit quelque chose et je découvris que c’était un disque dur externe.  J’eus un instant de flottement durant lequel j’écarquillai les yeux. Il me le filait, comme ça ? Et s’il en avait besoin ? Je m’apprêtais à refuser mais il m’expliqua qu’il en avait encore plein chez lui et qu’il ne se servait pas de celui-ci. Mon refus resta donc coincé dans ma gorge. Je ne pus qu’articuler un  pauvre “Merci” en bégayant comme un attardé.  
Je perdais tous mes moyens et je n’aimais pas ça. Je n’étais pas fichu de lui parler correctement et clairement. Un véritable handicapé social. Je me contentai donc de garder le silence et de déposer son cadeau sur la table basse. J’eus un brin d’espoir en entendant Aris m’annoncer qu’il pouvait sauver mon ordinateur. Et un petit sourire en entendant le terme qu’il avait choisi pour le désigner. Ton enfant. “Merci, Aris. Tu me sauves la vie. Qu’est-ce que je peux faire pour te remercier ?


___


Tu veux voir mes jolis badges ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
SOS Ordinateur cassé (ft Albert)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecran cassé...bis...je suis dépité...
» [AIDE] Impossible d'accéder aux dossiers du HTC depuis l'ordinateur
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.
» Purée de pois cassé
» Albert Londres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: