Partagez | 
 

 Heimatlos - Agatha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:03

Agatha Ziegler

Nacht und Nebel
Quatre-vingt onze ansZero
Arme sans bannièreHYDRA
Bisexuelle & CélibataireHumaine modifiée

Pouvoirs -

I. A force d’injections et de séances répétées de rayons – ils y sont parvenus. Produit d’une évolution contre nature – une force est née de la violence inouïe pratiquée sur le cobaye que tu étais. La volonté brisée au point de segmenter ton être. « Espoir de faire de cette génération perdue les premiers surhommes du Reich. Échec partiel. Patiente Zéro. ADN muté. Dédoublement psychokinétique remarquable. » C’est un fait. Ce qui est écrit. Tu es toujours double. Deux faces de la même pièce. Le visible et l’invisible. La conscience reptilienne mute et  devient une entité n’ayant jamais dépassé le stade instinctif. Son unique but est de protéger son corps. Cette entité n’a d’emprise sur la réalité que si tu l’accordes ou que tu n’es plus en état de réfléchir par toi même. Elle agit comme un concentré de force permettant de déplacer les objets ou encore d’étrangler quelqu’un. Elle te permet aussi de voir là où ton regard ne peut te mener, de saisir ce qui est sensible t’échapper. Le prix à payer est premièrement le poids de cette présence puisant ses forces en elle, se nourrissant de son énergie vitale…ce double ne doit jamais être séparé de toi, sous aucuns prétextes. Tout ce qui vous relie et font de vous un être dichotomique prendrait fin – soit les cinq sens. Si elle n’est plus là tu n’es qu’une poupée de chiffon – une enveloppe vide privée de son essence la poussant même à exister… Tu ne t’expliques pas les tenants et aboutissants de ce don…Réminiscence d'un temps révolu, entre rêve et réalité lorsque ton esprit n'est plus tout à fait alerte tu crois percevoir des manifestations de ce double - est-il plus qu'un outil silencieux...a-t-il une conscience propre ? Tant de questions passées sous silence pour le moment.

II.  Comme si avoir fait de toi un monstre protéiforme n’était pas suffisant. Forme primitive du sérum du super-soldat pour faire de toi l’une des premières armes de l’hydre, décuplant tes performances physiques, la rapidité de ton système immunitaire,  ta résistance à la douleur, ralentissant le vieillissement de tes cellules. Il n’en reste pas moins qu’une version larvée, un prototype – donc inférieur à celui parcourant le système vasculaire du capitaine.

III. Entrainement des forces spéciales de la Schutzstaffel. Naviguant dans les eaux troubles de l'armée du partie, entre le SD et la Waffen-SS. Tu étais une de leur arme de prédilection. Formée au combat et à l'espionnage. Douée dans le maniement du couteau, des armes de points et fusils de précision. Parle couramment l'anglais, l'allemand et le russe.


Souhait

Désir retord d'un cœur dont la mécanique s'est rompue - dont le sang s'est asséché pour ne laisser qu'un creux ab imo pectore. C'est cruel, c'est innocent. Te voilà coupable et punie par ta propre curiosité. Ironie du sort. Pénible retour à la case départ. Ta mémoire absente dans le monde d'avant. Tu voulais juste trouver une explication à tout cela. Un sens à ton existence. Retrouver les geôliers d'une mémoire qui te fait défaut et te voilà à nouveau dans leur rang. Pantin de l'hydre. Première et dernière recrue de de l'organisation.  Le retour de la fille prodigue. La boucle est bouclée. La perte de ta mémoire fut un repentir de courte durée. Le retour de tes souvenirs, une expiation.

Emergence

C'est un grand bazar, une mélasse épaisse. Tu ne t'es éveillée que récemment d'un sommeil artificiel. Genosha est arrivée presque immédiatement après. Pas le temps de te souvenir, pas une minute pour retrouver les raisons et créer un sens. Tout à refaire. Dans l'angle mort de l'hydre. La chance de prendre un nouveau départ. Oubli du combat. Fin d'un embrigadement de la pensée, aveuglant ton jugement. Ton souhait t'as condamné inconsciemment. Retour à la case départ, ne touchez pas francs 20 000. Il ne reste que des impressions de déjà vu, des fantômes de sensation. Notamment cette réticence à accomplir tes tâches au sein de l'hydre, une profonde lassitude à mener tes missions à bien. Et ces visages, il te parle - ils t'interpellent, provoquent divers sentiments que tu ne peux expliquer. C'est à n'y plus rien comprendre.



Avez-vous entendu parler de ces rumeurs sur l'émergence de certains pouvoirs ? Si oui, qu'en pensez-vous ? Vous trouvez ça excitant ? Malsain ? Improbable ?D'un peu partout, ce sont des murmures qui courent dans la rue, il suffit de descendre de sa tour d'ivoire pour entendre la rumeur du peuple qui enfle de jour en jour. Persuadée de ta propre anomalie cela n'a fait que te conforter dans cette hypothèse. Cela ne semble pas tant saugrenu à ton esprit ouvert à toute explication. Prête à tout entendre tant que cela peut te mettre sur la voie de cette mémoire te faisant défaut. Comme un pèlerin en recherche d'un signe divin tu bois à toutes les fontaines pourvu que leur eau contient un soupçon de vérité.

Avez-vous déjà été témoin d'une rafle de la garde rouge ? Pensez-vous réellement qu'ils recherchent des personnes à pouvoirs ou ce ne sont que des bruits de couloir ? Le contrôle de la population serait-il un mal nécessaire ?Jamais. Tu ne les a guère vu faire. Ce phénomène semble pourtant agiter tout particulièrement l'hydre et le baron. La garde rouge lui pose de plus en plus de problèmes. Toi tu penses que vous êtes pas forcément très différents - tous des chiens avec des maitres différents. Des clebs bien dressés, prêt à exécuter la volonté des grands de Genosha. Cela devient de plus en plus insupportable... Electron libre - tu sais pas combien de temps tu vas encore être capable de jouer les petits soldats avant de déconner...  

Dans une autre vie, qui auriez-vous aimé être ? Pour quelles raisons ?
Tes yeux se baissent. La question te laisse un goût d'amertume. Une bile acide te monte au bord des lèvres. Quelqu'un. La réponse parait idiote. Risible au point que te ne te sens même pas capable de la formuler avec des mots. Pas de passé. Pas d'histoires à te remémorer. Juste le néant. Tu ne te retournes jamais de peur de tomber dans le gouffre abyssal qu'est ta mémoire. Tu dois déjà continuer à aller de l'avant pour te construire un futur. En chemin tu prendras la peine de ramasser les pièces du puzzle mémoriel tombées en cours de route. Avant d'être quelqu'un d'autre il faudrait d'abord que tu te retrouves.


pseudo

Tik

sexe/age

fille, vingt ans

pays

France

DC

nope

personnage marvel, scénario ou inventé

inventé

niveau d'émergence

0 ou 1 puisque bon de toute façon en dehors du monde fictif elle n'a plus sa mémoire mais je pense qu'au contact de l'hydre ce serait intéressant de la faire revivre son détachement de l'organisation comme une impression de déjà vu...

niveau de maitrise

1 ou 2 mais pas zéro compte tenu que son pouvoir est perpétuellement actif et qu'il est le résultat d'une mutation chimique et non génétique.

Désirez-vous un parrain/marraine

Oui

vous nous avez connu...

bazzart, quel manque d'originalité oui je sais u.u

un dernier aveu

...hail hydra  
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:03

Before Genosha

Die Welt von Gestern

« Jour  21 – Projet zéro – Entretien n°1 avec le sujet 7, Agatha Ziegler
Raflée au retour de l’école en direction du pensionnat. Elle n’a pas de famille – supposée fille d’une prostituée et d’un soldat. Age : douze ans.  Taille : 1m35. Poids : 37kg. Yeux : Noisette. Race : Bâtarde. Groupe sanguin : AB négatif.
— Bonjour Agatha. Je suis le Dr. Eberhart.  Je vais m’occuper de toi à présent – c’est entendu ?
— Oui docteur. Vous m’avez adopté ?
— En quelque sorte. Toi et tout plein d’autres personnes. Vous allez participer à un jeu et celui qui sera le meilleur sera récompensé.
— Oh. Très bien.
— Tu ne parles pas beaucoup, hein ?
— Non, pas vraiment. Les sœurs me demandaient tout le temps de sourire et de me taire.
— Je te rassure ici tu peux faire ce que tu veux.
— Merci, Docteur.
— Je vais te poser quelques questions maintenant – tu vas devoir y répondre le plus sincèrement possible et le plus rapidement – tu t’en sens capable ?
— Oui Dr. Eberhart.
— Alors procédons.

Certains pourraient penser que consacrer des années à un sujet d’étude est un projet insensé. D’autres ont dit que je me lasserai bien, un jour. Celui-là est loin d’arriver je le crains. Ce n’était qu’un travail parmi tant d’autres. Une autre tâche à effectuer dans cette vie morne que je traversais sans trop de heurt. Je ne dis pas que ma vie n’est pas palpitante. Elle l’est. Agente du S.H.I.E.L.D, affiliée à aux renseignements et archives en tant que spécialiste. Désormais, archiviste et experte en mutations pour l’H.Y.D.R.A et ce depuis une dizaine d’années au sein de la cellule O.W.L. Mes états de services sont irréprochables – veillant à ne pas révéler mon identité certains de mes collègues ont de nombreuses fois crus en ma trahison. Vile mensonge. Fidèle à mon serment cela ne m’est jamais passé par la tête. Seulement, la découverte de ces vieux enregistrements m’obsède.  Je parcours tous les documents à ma disposition, les écoute encore et encore, sans jamais percer à jour le mystère de cette Agatha. Aucun certificat de décès. Aucun corps. Il est pourtant exprimé dans ces dossiers qu’elle son importance cruciale.  C’est à n’y rien comprendre alors j’écoute encore et encore ces enregistrements. Témoin du martyr de cette petite allemande – litanie infâme où je me persuade un jour trouver une réponse à mes questions.

« Jour 76 – Projet Zéro – Entretien n°45 avec le sujet 7, Agatha Ziegler
Age : 14 ans. Taille 1m50. Poids: 38kg. Yeux noisettes. Race : Bâtarde. Groupe sanguin : AB négatif. Etat : Manque de sommeil. Côtes fêlées. Perte d’appétit. Étonnamment résistante. Trauma.
— Bonjour, Agatha.
— Monstre…
— Comment vas-tu aujourd’hui ?
— Et vous ? Vous arrivez à vous regarder dans une glace ? Vous nous affamez, vous nous laissez nous entretuer…Ce n’est pas une famille mais une arène et vous, vous nous regardez nous entretuer. Dieu immonde observant avec votre putain d’air satisfait cette fourmilière où nos cris sont une mélodie à vos oreilles. C'est pas moi c'est vous le bâtard, Dr. Eberhart.
— J’avoue avoir toujours apprécié ta franchise. Elle te passera en temps voulu. Quelle fougue ! Quelle vitalité ! Oulah, on se calme demoiselle. Tu sais bien que tu ne te détacheras de cette chaise voyons. Quelle femme déraisonnable tu peux être, parfois. Et puis je ne t’ai jamais dit qu’ils seraient ta famille, Agatha. Jamais. Tu l’as supposé. Peut-être parce que toi même tu n’en as pas et que ce besoin maladif de croire que celle-ci existe quelque part t’y fait y croire – hm ce doit être surement cela.
— Fils de pute.
— Parle pour toi.  Enfin bon,  nous ne sommes pas là pour échanger des politesses. Je suis plutôt là pour te féliciter. Tu es en progrès constant contrairement à tes camarades. Tu gagnes donc le droit d’aller faire un tour à l’infirmerie où tu auras des soins et un repas chaud avant d’y retourner. Et je t’en prie ne me blâme pas là où tu es la seule responsable de tes actes.
— Je n’ai pas eu le choix !
— Oh que si. Tu aurais pu décider de mourir, mais non. Tu les as tués pour survivre. Tu leur as montré que tu étais la plus forte. Et c’est ce qu’on attends de toi, Agatha. Continue de me surprendre ainsi. Brave gamine.
— Espèce de…J’te jure que si je me sors de cet enfer je te ferais la peau.

Le clic habituel signifiant la fin de la petite cassette me fait rouvrir les yeux. Je me suis une fois de plus endormie dans les archives. Personnes n’est venu me chercher. J’ai fait mon travail de la journée. Ils ont surement dû penser que j’étais rentrée chez moi. Cela n’a rien de surprenant. Mais mon chez moi, c’est désormais dans le bureau des archives. Sacrée Agatha. Elle a face à elle un docteur national socialiste – SS de surcroit et elle lui sort toutes ces monstruosités. Quel courage. Tout semble indiquer qu’ils les faisaient se battre entre eux comme pour les sélectionner…les préparer à quelque chose d’encore pire. Je soupire en installant la cassette suivante. Je connais son contenu par cœur et pourtant je me doute bien que la réponse se trouve dans celles-ci.

« Jour 97 – Projet Zéro – Entretien n°67 avec le sujet 7, Elly Strauss
Age : 15 ans. Taille : 1m61. Poids : 43 kg. Yeux : Noisettes. Race : Bâtarde. Groupe Sanguin : AB négatif. Etat : Quasi-mutisme. Psyché marquée mais encore solide – pliée aux attentes de l’hydre. Corps remis de diverses blessures.
— Bonjour, Agatha.
— Bonjour, Dr. Eberhart.
— Comment vas-tu ?
— …
— Je vois. Eh biens passons à l’essentiel. Félicitations. Tu es notre grande gagnante ! Je dois avouer que j’admire ton instinct et donc désormais je me ne me consacrerais plus qu’à toi, qu’à ton suivi et ta grande récompense est d’être l’héritière de tous mes biens. Ma pupille. Je t’adopte Agatha Ziegler-Eberhart.
— Merci, Dr. Eberhart.
— C’est plutôt moi qui devrais te remercier pour tout ce que tu vas faire pour ton père.
— Ce n’est pas finis ?
— Cela ne fait que commencer, ma douce Agatha. Tu vas désormais faire de grandes choses toi et tes frères et sœurs.  Penses-tu, tu fais partie désormais d’une famille de surhommes. Tu vivras sous ce toit avec eux. Ils seront ta famille, interdiction de t’en débarrasser et bien sûre interdiction de t’enfuir, est-ce clair ?
— Oui, Dr. Eberhart, limpide.
— Je te préfère ainsi.
— Tu vas apprendre à te plaire dans l’hydre.
— L’hydre.
— Tu feras tout pour elle et pour le Reich à présent – laisse moi t’expliquer tout ceci en détail.

Cette enfant a vu la naissance d'une tête de l’hydre dans ce laboratoire – mère d’un milliers d’autres et génitrice de bien des larmes. Agatha semble prête à écouter ce qu’a à lui offrir le professeur. De toute façon, elle le sait, il n’y a pas d’autres alternatives. Triste destin. Je peux comprendre qu’elle s’y soit résignée. Je ne sais même pas si je ne me serais pas déjà laissée mourir à sa place. Elle semble avoir cette rage de vivre, la consumant tel un feu de joie – dévorant tout sur son passage. Je comprends la fascination que le Dr. Eberhart pouvait avoir à l’encontre d’Agatha Ziegler. Pourtant fille de rien, contrairement à d’autres patients, et pourtant l’une des dernières survivantes de cette boucherie. Il est écrit par le docteur qu’elle s’est battue avec hargne, sans pitié elle a trahi, triché, menti – opportuniste prête à tout pour survivre – fascinante femme/enfant fatale. Le temps passe et j’écume encore et toujours toutes ces petites cassettes dans l’espoir d’en trouver une nouvelle sur la petite. Je lis, je relis son dossier une centaine de fois. Ce n’est pas l’original mais une retranscription fidèle. L’autre jour j’ai trouvé une nouvelle cassette – j’ai l’impression de connaître Agatha mieux que personne. Il m’arrive parfois de l’imaginer – je lui parle, je la questionne. Je l’interroge comme je le ferais avec un code secret – une énigme.

« Jour *grésillement* – Projet Zéro – Entretien N°132 avec le sujet 7, Agatha Ziegler
Age : *grésillement*. Taille : 1M65. Poids : 50kg. Yeux : Gris pâle. Race : Sur-femme. Groupe sanguin : Inconnu -  ø . Etat : Parfaite santé. Contrôle *grésillement* de son don. Conditionnement réussi.  Numéro d’identification : ZER0737500.
— Bonjour Agatha
— Heil Hitler, Heil Hydra. Bonjour père. Cela me fait chaud au cœur de vous voir. J’ai été tenue en haleine ces derniers temps avec les affaires dont je devais m’occuper pour le Führer.
— Heil Hydra. Félicitation d’ailleurs, excellent travail. Comment vas-tu ?
— Mieux que jamais, père.
— Tant mieux, tant mieux. Tu sais je suis fier du parcours que nous avons mené ensemble.
— Je n’en doute pas – je suis fière aussi de ce que vous avez fait de moi.
— Je t’en prie – aujourd’hui est un jour de célébration. Prend donc avec moi un peu de Schnaps
— Mais…je n’ai pas le droit de boire père.
— Oublie donc les interdit du passé Agatha, désormais tu es une walkyrie parmi les mortels.
— Je vous l’accorde. Au fait, père - j’insiste - sans vous je ne serais rien qu’une prostituée comme l’était ma propre mère. Merci, vraiment. D’ailleurs, plus jeune je vous avais fait une promesse…vous en souvenez-vous ?
— Oh, non…il ne semble pas avoir retenu. Laquelle était-ce ?
— De te faire la peau espèce de porc *grésillement* *bruit sourd* *silence radio*

Puis plus d’autres cassettes. Plus rien. C’est affreux. Je suis pourtant retournée sur les lieux où se situait ce fameux laboratoire il n’y avait rien – tout semble avoir pris feu. Les quelques papiers ayant survécu se trouvent ici aux archives. Les écrits du docteur Eberhart, parle d’un secret farouchement gardé par ces élus du projet zéro – quelque chose qu’ils révèleront quand le Reich sera millénaire et qu’ils en seront à la tête une fois le Fürhrer mort. L’hydre régnerai alors en maitre sur le monde. Serait-ce une arme cachée ? Une information cruciale ? Je me tue chaque nuit à imaginer tout et n’importe quoi comme d’autres chercheurs de l’hydre l’ont fait avant moi. Sans succès. Le seul indice que laisse le Dr. Eberhart est  sa correspondance avec un certains Helmut Zemo. Je dois demander à le retrouver mais je ne peux pas compromettre ma couverture. Je suis dans une impasse et ne pense jamais m’en sortir. Je n’en dors plus. Il faut que je trouve une solution pour avancer. J’ai mis le nez dans quelque chose d’énorme et pourtant je ne peux m’approcher plus de peur de me brûler. Mais au fond – qu’est-ce que je risque ?

***

Les jours et les nuits passent sur cette silhouette. Ombre fugitive que l’oeil ne capte qu’une petite seconde puis disparait sans laisser de trace. Sans-visage. Voilà ce que tu es. Les vitres reflètent une enveloppe vide - désincarnée. Du laboratoire aux rues sans fins dans cette métropole - tu es saisis de vertiges - incapacité totale de retrouver des repères d’y trouver tes marques. Ils ont l’air de tous se connaitre si bien - alors que tu es une énigme pour toi-même. Leur valse quotidienne reprend chaque jour où elle s’est arrêtée la veille au moment où ils se sont couchés, ont fermé leurs yeux pour se réveiller sur la même vie qu’ils mènent depuis leur naissance. Toi. Tu en es à ta deuxième naissance. Incapable de dire qu’elle est cette personne que tu croises dans le reflet des vitrines dans la rue ou encore dans les flaques d’eau où tu te plais tant à sauter.

Être de chair et de pulsions parfois enfantines, parfois suicidaires. A la recherche de réponses. A la dérive sur le radeau, à peine salutaire, que l’on nomme : existence. Cependant un sentiment de pur extasie serre ton coeur à chaque pas faits, à chaque petits moments d’évasion dans une journée morne à observer le temps s’écouler. Tu es libre comme l’air - libre même d’être ou de n’être pas. Tu n’as pas de nom, et tu ne sais pas si tu es colérique ou bien lâche. Tout cela reste encore à faire ou à se souvenir. Tout semble pourtant si flou. Les seules réminiscences de ton existence passé n’apparaisse que dans des rêves tourmentées où tu te réveilles une fois de plus dans une de ces ruelles que tu as pris l’habitude de peupler le soir afin de ne pas attirer l’attention sur ta frêle silhouette. Tu es incapable de te souvenir ce qui t’as réveillé et mis dans cet état d’alerte mais c’est bien là - ça existe et t’appartient.

Le solstice d’hiver approche et tu repenses à ce que t’as dis ce drôle d’individus. « Tu n’es pas comme eux. Pars pour les Etats-Unis, là-bas des gens pourront t’aider ». Alors le lendemain tu embarques clandestinement sur une croisière pour partir vers cette nouvelle terre. A la recherche d’une identité. Tu viens avec pour seul bagage une farandole de questions. Comment tu t’appelles ? Quel âge tu as ? Pourquoi tu ne te souviens de rien ? Tant de réflexions qui te tiennent à cœur et qui sont à résoudre de toute urgence. Anonyme, tu ne sais comment interagir et te contente d’observer le monde et les êtres qui le peuple. Fantôme que l’on aperçoit à la dérobée puis que l’on oublie. Tu souhaiterais être plus qu’un ectoplasme - mais une simple conversation te met dans l’embarras. Confiante tu comptes bien une fois avoir posée le pied sur le sol américain poursuivre tes recherches sur ces gens capables d’éclaircir cet épais brouillard qui obscurci ton existence.

Une femme te fais un signe de la main, tu lui réponds par un sourire avant de réaliser qu’elle s’adresse à son amie, derrière toi. Transparente. Tu laisses échapper un soupir et te demande si ce n’est pas une punition pour ce que tu as fais avant de te réveiller. Le dossier marque Agatha Ziegler…est-ce simplement vraiment toi ? En attendant tu te dis qu’il est plus raisonnable de se raccrocher à ces fragments de souvenirs et espérer trouver quelqu’un qui saurait expliquer ces tatouages sur la peau et cette marque dans ta chaire représentant un serpent à plusieurs têtes. Le temps de ce trajet tu pries ta bonne étoile de t’emmener sur le bon chemin.

***

Dans les épisodes précédents:
 
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:04

After Genosha

Der Albtraum
(◊) Le silence pour seul compagnon de voyage, tu observes les paysages défiler sous tes yeux. La métropole s'évanouit dans le crépuscule laissant un amas d'étoiles déchues éclairer l'horizon. Les problèmes familiaux t'ont emporté loin de l'oeil du cyclone chez ce parrain qui a réussi. Herr Von Strucker comme elle l'appelait avec son fort accent de Bavière. « Tu verras Agatha, il a une grande maison à flanc de falaise. Je suis sûre que tu adoreras. De toute façon c'est pour le mieux, ça te permettra de prendre un nouveau départ. Promis j'écrirai souvent. Allez file - tu vas rater ton avion ! » Elle n'a jamais écris. Les paroles d'une tante perdue de vue quelque heures après un enterrement. Celui de tes parents, peut-être ? Tout semble si lointain. Comme un négatif laissé trop longtemps au soleil le tableau familial est comme troublé. Des bribes de paroles que tu tires d'avant ton arrivée sur l'île on te décrit comme une adolescente renfermée, apathique, souffrant de troubles mnésiques sûrement dû au traumatisme de la mort de tes géniteurs.

Oui. C'est vrai. Tu ne t'en souviens pas. A vrai dire, tu te souviens de peu de choses avant ton arrivée sur Genosha. Ce lieu semble à s'y méprendre être le point de départ de toutes choses - ta propre ontophanie. Le cahot du vieux train est semblable à celui de ton premier périple - tu as retenu et compté chaque sursaut, chaque visage de ces hommes et femmes de passages. Le trajet est suffisamment long pour que tu ais le loisir d'inventer des jeux pour passer le temps. Unité avec laquelle ton corps et ta psyché semble irrémédiablement en désaccord. On dit que c'est normal à l'adolescence, de sentir le poids du monde peser sur vos épaules. Ce ressenti instinctif est en inadéquation avec cette théorie. En décalage avec l'axe de rotation de la Terre. Ce n'est pas plus compliqué que ça. La lente étrangéisation du réel sert de mètre étalon à mesure que les jours passent - que les portes du train se referment après avoir englouti une fois de plus ta silhouette juvénile.

Cette nuit ne fut pas plus livide que la précédente - hantée par des cauchemars, anonymes au petit matin. Le mince filet de larmes pour seul témoin des tourments nocturnes. Elles semblent retenues depuis la nuit des temps. Cela doit bien finir par déborder n'est-ce pas ? Les diagnostiques parlent de traumatisme. Tu les trouves bien bavards pour des bouts de papiers. Heureusement qu'ils n'ont pas de bouches, qu'ils n'ont pas de langues que tu leur sectionnerai avec un soupçon d'exultation - même si ça fait bien longtemps que le grand guignol ne te fait plus jubiler. Leur silence est donc d'or. « ...arrive à son terminus. Les passages sont priés de descendre. » Tu te fais prier. Invisible dans la masse avec une vision d'ensemble de la situation qui n'a rien d'humain. Ton environnement n'a aucun secret pour toi. En sécurité nul part - ton seul foyer se trouve au creux de ta poitrine où ton palpitant calcine tes forces vitales. Pour combien de temps encore ?

Le même chemin, la même demeure. Un quotidien presque trop bien calibré pour faire vrai. Dans l'antre du grand méchant loup tu te sens désagréablement à ton aise à l'instar d'un bouffon enchainé au trône. Assise en tailleur, cahier plaqué contre le verre froid, le stylo griffe le papier. Il est l'heure de combler les lacunes scolaires flagrantes. Ce soir ce ne sera plus possible. Ce soir ton parrain a besoin de toi.

Le crime semble être une affaire de famille. Bien que les grandes décisions ne se prennent guère dans ce salon, il y a les échanges de regards et ces phrases anodines, lourdes de sens. Chargées d'un sort funeste. Le début de ta vie, la fin de celles des autres. Deux visages si ce n'est plus. Sans-visage dans le reflet de la table basse. Une arme, un soldat, un jouet. Il y des litanies qui ne s'oublient jamais. D'une vie à l'autre elles semblent engluées à vous. Propriété de l'hydre, tu as sucé ton premier lait pareil à l'encre du monstre infâme. Partie de l'équipage partie du navire comme on dit sur le hollandais volant, n'est-ce pas ? Ces mots ont un goût fade. Cela ne te plait pas, c'est un fait. Mais que peux-tu faire d'autre ? Il est ton seul parent. La seule personne à te laisser une place de choix dans sa vie (même si tu vaux pas plus qu'un clebs à ses yeux). A te faire à manger. A te féliciter. Cela semble peu et pourtant ça représente tant dans un bonheur.

Entre deux maux tu optes pour le moindre mal - esclave consentante. Le système établit ne te plait pas plus que l'organisation pour laquelle tu travailles. Si tu quittais l'hydre - où trouverais-tu refuge ? La garde rouge ? Ils enlèvent des gens en pleine rue. Terroriste est une voie dans laquelle tu te complets dans cet univers figé. Anarchiste ? pas encore. Pour faire avancer ce monde à l'arrêt il ne reste pas d'autre solution que l'ébranler. Tu fais partie de ces sales gosses à foutre un coup de pied dans la fourmilière. Parce que t'es certaine que quelque chose ne tourne pas rond dans le système solaire. La "dépression" du diagnostique parle bien de cet état de dégout de l'existence comme pour rationaliser ton amertume. Une bile acide qui ne quitte jamais ton œsophage. Impression de "mal-être" insoutenable. Ce monde si beau - quelqu'un peut t'expliquer pourquoi tu ne rêves que de le voir brûler ?
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:22

Bienvenue à toi petite et jeune Agatha :cute:

C'est qu'on est très bien conservée pour son âge dis-donc et, ce visage, ça sent la dame qui est allée voir Miss Perégrine récemment au ciné

Dans tous les cas, tu as une très jolie plume et ton perso a l'air très très intéressant, je suis impatient d'en savoir plus J'ai aussi vu que tu cherchais un parrain, bon, je sais pas si ça marche vraiment comme ça, mais je peux me proposer. En plus j'ai un m'sieur dans l'Hydra aussi, avec qui tu pourras avoir un rp de sûr pour te lancer :cute:

Voilà voilà, bienvenue encore parmi nous et un bon courage pour la suite de ta fiche. Si tu as des questions ou autre, n'hésite pas ^^

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:39

Cette plume
J'ai hate d'en lire plus sur ta demoiselle au joli minois !

Et tu seras entre de très bonnes mains si tu choisis Jax comme parrain

N'oublies pas d'aller réserver ton avatar également ;)
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas S. FrancesHumain modifié
avatar

Dark Past


My Present

Daemons
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
La maîtrise des 5 éléments : -L'énergie -L'eau -L'air -La terre -Le feu
Seulement il ne maîtrise pas ses pouvoirs.

Loki Odinson - Gadreel F. Sharpe - Clinton F. Barton - Lilith Dracul - Ernessa J. Quiles - Virginia P. Potts
1843
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 0:54

Bienvenue sur le forum ;)
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 1:18

Jax -> je débarque à peine qu'un malotru me fait un réflexion sur mon âge...cpas des manières m'sieur ...et pis tveux qu'on parle le papi ? 2300 ans, t'es même plus vieux, t'es un fossile
Oh, voui je me baigne dans le sang des ennemis #bathorystyle - parait ça maintient jeune et pour l'instant je suis pas déçue du résultat
Alors nah, je l'ai même pas encore vu tu l'as vu ? Il est bien ?
Aw bah vouala, fallait commencer par me faire des compliments /SBAFF/ Promis t'auras pas à attendre trop longtemps pour la suite.
Dire que j'étais sur le point de rajouter un commentaire déplacé juste après mon oui dans la zone parrainage à propos du fait que je n'étais pas contre le fait d'avoir un sugar daddy/mummy...and here you are #prièresexaucées *okjesors*
Donc je vais te dire un grand oui - ton grand âge me sera sûrement utile pour la bleusaille que je suis (même pas un siècle, je fais petite joueuse à côté). J'espère que tu m’emmèneras en final hein  
Oh t'en fais pas si j'en ai je viendrai faire une occupation sauvage de ta messagerie    

Cap' -> Meurchi Je me dépèche, je me dépèche
Oh ça je m'en doute bah, j'ai déjà commencé à sympathiser avec lui - il me plait
J'y vais de ce pas

Nico -> Mercii
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 1:24

Mais c'est qu'on me pond un petit pavé dis donc

Mais j'suis encore jeune moi, y'a plus vieux que moi sur le forum puis, j'me porte pas trop mal pour mon âge je pense

J'ai bien aimé le film oui, en plus ça m'a permis de retrouver des acteurs et actrices que j'avais pas vu depuis longtemps. Après, ça reste du Burton donc c'est assez particulier, même si c'est tiré d'un bouquin à la base, on sent bien sa patte :cute:

Bah voilà, en priant le ou les bons dieux, on arrive toujours à faire ce qu'on veut. Je suis heureux que tu acceptes du coup, j'espère ne pas te décevoir. Boh, après, je te cache pas que mon m'sieur de chez Hydra est un peu jeune à côté, il n'a même pas 50 ans, mais il pète encore la forme. Après, c'est pas un enfant de cœur, mais bon

Du coup, si t'es pas gênée et tout, c'est tant mieux. Tu verras, je mords pas trop
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seth
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
* Contrôle du corps, je peux faire battre votre cœur plus vite ou plus lentement, briser vos os, affaiblir vos muscles...le soigner ?

* Chance de zouf
504
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 10:21

Oh mon dieu....ce mal de tête que tu viens de me coller ma chérie !
J'adore la façon dont tu écris mais j'espère que sur la cb tu es un peu plus clair sinon mon cerveau va finir en PLS. T'es une championne, j'applaudis.
Bienvenue au fait (j'en oublie mes bonnes manières), j'espère que tu vas te plaire ici (et être vite validée).
Plein de bisous partout !
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 12:38

Trop de testostérone sur cette fiche jpp

Le parrain -> Un pavé...que dis-je ? un cap ! Une péninsule ! Tout pour toi
Ça va toi aussi t'es bien conservé, faudra qu'on discute tutos beauté un de ces quatre Very Happy
Bah, Burton fera toujours du Burton, je crois qu'il restera dans ses sujets de prédilections. Perso je suis fan donc même si le film sera pas forcément ouf je serai toujours heureuse de retrouver sa patte. Ce qui me soucie c'est qu'il est très éloigné du bouquin - que j'ai lu - mais bon je me ferai mon propre avis sur la question. Voui le casting déboite en tout cas
Tu m'as fait une proposition que je ne pouvais refuser - t'en fais pas j'ai jamais de hautes attentes, d'habitude je fais mon petit bonhomme de chemin toute seule mais je trouvais l'idée constructive - et t'en fais pas avec moi tu risques pas d'être déçu
Nein, un spetsnaz - pourriture communiste On risque d'avoir un sacré lien
Oh, mais moi je préfère quand on mord... rawr

Seth -> *pars chercher le respect et une aspirine* Oh j'avoue que pour le moment y a des passages pas hyper clair mais promis j'essaierai que ce soit un minimum plus compréhensible dans certains passage et au moins dans mon profil Non, non - sur la cb j'ai une politique de ne m'exprimer qu'en morse...bon bah tant pis je m'abstiendrai de chan si c'est comme ça
Merci m'sieur "watashi wa kira desu" Rien qu'avec cette signature tu me plais
Moi aussi j'te bise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quicksilver
3 / 53 / 5
3 / 53 / 5
Il court vite !
Casey, Maria, Lydia, Laura, Elijah, Maddie et Clary
552
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 13:48

Mon dieu o.o Ça envoie du grand pâté tout ça

Bienvenue en tout cas et j'espère que tu te plairas parmi nous!

N'oublies pas d'aller réserver ta tête!

___



- BEFORE I FORGET -

Revenir en haut Aller en bas
Albert D. MoonHumain modifié
avatar


James Park
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
Absorption vitale / Absorption de pouvoir.
Il peut plonger quelqu'un dans le coma s'il ne fait pas attention, c'est pour ça qu'il porte des gants et qu'il refuse qu'on le touche. De même pour les pouvoirs. Il se retrouvé doté des pouvoirs d'une personne, privant celle-ci de ses dons momentanément.
Jessica Drew, Gabriel, Marc, Kurt & Lorna
604
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 15:06

Bienvenue
Wow, ça promet, ton personnage Bon courage pour la suite

___


Tu veux voir mes jolis badges ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 16:35

Bienvenue dans le coin ** ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jean GreyMutant
avatar

Phoenix // Marvel Girl
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Télépathie & Télékinésie
Amara A. - Maggie A.
2302
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 18:41

... J'ai peur

Bienvenuuuue en tout cas
J'aurais bien dit "J'espère que tu vas te plaire parmi nous.." mais il me semble que tu te sois déjà bien intégrée
> Courage pour cette fin de fiche

Et à l'image de tout le monde, ta plume vient d'attiser ma curiosité ! Hâte d'en voir plus

___





I wanna hide the truth, I wanna shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide. When you feel my heat look into my eyes : It's where my demons hide. Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide




Pouet:
 

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 20:02

MDR le "hail Hydra" avec un passage du Red Wedding, pas mal pas mal

Bienvenue et bon courage pour finir ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mar 11 Oct - 23:43

Pietro - Du grand pâté ? Carrément ? Je suis touchée J'espère aussi C'est fait
Bebert - Merci charmant jeune homme
Neena - Merciii
Jean - UNE ROUSSE ... Tu peux avoir peur Oué j'essaye déjà de me faire des petits camarades de jeu Je prends le courage en tout cas Promis j'essaye de finir ma fiche d'ici la fin de la semaine Merci en tout cas Smile
Cassandra - Tavu ? Moi aussi j'étais pliée quand je suis tombée dessus j'ai pas pu m'empêcher de le mettre #teamlannisters Merciii
Revenir en haut Aller en bas
Cindy MoonHumain modifié
avatar

Silk
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
Spider-pouvoir : 6ème sens, agilité, vitesse, réflexes, tissage de toiles...
Steven, Jennifer, Mai, Carter, Colleen
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mer 12 Oct - 15:19

Bienvenue Madame (oui vieille comme ça c'est madame ) qui insulte les gens en allemand
Revenir en haut Aller en bas
James B. BarnesHumain modifié
avatar

Winter Soldier
4 / 54 / 5
3 / 53 / 5
Un bras cybernétique qui lui permet d'avoir une force presque surhumaine. Un métabolisme accru ; des facilités dans le maniement des armes tel qu'elles soient. Des facilités dans les combats à mains nues ainsi que dans l'espionnage.
Ethan Ezel
637
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mer 12 Oct - 15:22

Bienvenue dame aussi vieille que moi
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Quake
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
INHUMAINE
- Capable de générer des ondes sismiques/vibratoires

SHIELD
- Combattante surentraînée
- Tireuse d'élite
- Hackeuse
Aelys Cantela & Nikki Ren & Erica Shaw & Alice Warren & Santana Carpenter & Gwen Stacy
403
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Mer 12 Oct - 20:59

Bienvenue jolie jeune femme qui ne fait pas son âge du touuuuuut

Très belle plume que je vois là, bon courage pour terminer ta fichette :cute:
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Ven 14 Oct - 10:31

Cindy -> merci vieille branche (avec un avancement cellulaire comme ça c'est vieille branche  ). N'importe quoi, moi j'insulte personnes, je ne dis que la vérité    (ou des mots d'amour, au choix /SBAFF/)
James -> Aw un homme mûre :cute: merci à toi
Daisy -> J'te donnerai mes astuces beautés un jour promis Merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Dim 16 Oct - 11:46

Bienvenuuuue !
Mon dieu, cette écriture ! *0* ce personnage ! la gueule d'ange à ne pas approcher! xD en tout cas ça promet !
Il nous faudra un lien (ou pas) avec Aileen !
Et puis ces gifs
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Dim 23 Oct - 15:45

Merciii à toi beau gosse
Mais si mais si mon enfant je suis très accessible *prépare ses tracts* tu aurais un peu de temps à me consacrer j'aimerai te parler de notre organisation.../SBAFF/
Owiii une collègue - je veux
Voui je suis tombée en amour dessus sur rebloggy
Revenir en haut Aller en bas
MarvelAdmin
avatar


E S C A P E M A D N E S S

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
1622
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Ven 28 Oct - 13:48

FÉLICITATIONS

you are one of us now

Tu as officiellement perdu tes souvenirs et tu es maintenant un habitant de l’île paradisiaque de Genosha!


J'ai tout simplement dévoré ta fiche. Ta plume est sublime et j'ai adoré ta façon de décrire l'histoire d'Agatha. Comme je disais, elle envoie du grand pâté. Je suis impatiente de la voir en jeu! Amuses-toi bien avec nous


Maintenant que tu es validé, que tu as ton groupe et ta couleur, il est maintenant le temps de t’amuser avec nous! Mais avant tout pense à passer dans ce sujet pour recenser ton pouvoir et/ou ton métier et/ou ta ville de résidence. Ensuite, va poster ta fiche de liens et de rps pour qu’on puisse venir t’harceler! Si tu es un peu perdu n'hésite pas à faire un tour dans la partie I need a hero. Si tu souhaites t'inscrire au loto du RP, tu n'as qu'à t'inscrire! Un partenaire et un sujet te seront donnés! Tu peux aussi créer un scénario.  Surtout, n’hésites pas à passer sur la CB, dans les jeux et le flood pour du fun fou!

J’espère de tout mon cœur que tu te plairas sur House of M!

Il ne me reste qu’à te dire : BON JEU!
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Heimatlos - Agatha   Jeu 3 Nov - 1:16

Aw merci, heureuse que ça t'ai plu
Je vais faire tout cela de ce pas ! (un peu à la bourre mais j'ai eu une semaine grave chargée muhuh)
Revenir en haut Aller en bas
 
Heimatlos - Agatha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christie Agatha - Le cheval à bascule
» [Christie, Agatha] Mr Parker Pyne
» [Christie, Agatha] Le crime du golf
» [Christie, Agatha] Mon petit doigt m'a dit
» LE CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS d'Agatha Christie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: Fiches de présentations-
Sauter vers: