Partagez | 
 

 Paper Boat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Paper Boat   Sam 5 Nov - 14:53


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Cette réunion semble durer des heures. Alors qu'il tente vainement de se concentrer, Ezra voit les secondes s'écouler une à une avec une lenteur presqu'exaspérante. Finir tard ne lui plait clairement pas, comme à beaucoup. Il aurait préféré être rentré chez lui il y a déjà quelques heures de cela. Il aurait alors pu passer la fin d'après-midi avec sa fiancée. Ils n’auraient surement rien fait de spécial, et pourtant, cela semble bien plus alléchant que de parler chiffre d’affaire et financement de projet. Au lieu de partir se balader en amoureux dans le tout Genosha, il est coincé entre quatre murs dans cette salle de réunion à la déco funky remplie de mecs et de nanas comme lui. Ils sont loin d'avoir la dégaine d’hommes et de femmes d'affaire. Ils ont tous moins de trente ans et sont des passionnés, prêts à donner beaucoup pour leur boulot, comme ces heures sup passées loin de leurs foyers respectifs. Ils n'ont pas le choix, s’ils veulent remporter la bataille ultime : celle pour être la boîte qui se chargerait des effets spéciaux du nouveau DC comics. C'est le projet de leur vie et ça les tient occupés depuis des semaines quasiment à temps complet et plus même. C'est un pari fait pas Unknow que d'investir dans cet espoir sans même être sûr que l'offre leur reviendra. Peu importe, ils ne veulent pas avoir de regret et même s’ils doivent parler chiffre jusqu’à tard, alors ils le feront.

C'est pourquoi Ezra ne se pointe que dans les environs de 21h dans leur chez eux. Il a tracé pour rejoindre leur grande maison, pressé de se jeter dans son canapé ultra confortable mais aussi de revoir sa merveilleuse fiancée. Dylan a toujours été d'une patience infinie envers Ezra et ses petites obsessions perfectionnistes du boulot ou même de la vie. Mais ces petits problèmes compulsifs ne sont qu’un nuage bien longtemps pour eux, tout occupés à roucouler sous le soleil de leur vie parfaite et pleine de joie, d’amour, d’amitié et de luxe. Ils vont bien ensemble, parce qu'ils aiment les moments simples passés à deux. Même lors de ces semaines folles, le petit couple arrive à se retrouver, et à faire comme si de rien n’était, ni pression, ni même d’instant à deux volés. Dylan a cette faculté de changer les idées d’Ezra en un rien de temps. Elle est son rayon de soleil, celle qui arrive à le sortir de sa mélancolie récurrente. Elle a une énergie folle, est rigolote au possible, pétillante de bonne humeur et il ne s'imagine pas passer sa vie sans elle. C'est pour ça qu'il l’a demandé en mariage il y a de cela quelques mois maintenant. Parce qu'elle est parfaite à ses yeux et ça lui donne cette certitude : c'est la seule et unique. Fort de cette conviction qui ne le lâche jamais, lorsqu'il passe la porte, Ezra est heureux. Il pose ses clés sur le petit meuble de l'entrée et file dans leur salon dont il a vu les lumières allumées depuis l'extérieur. Il tombe alors sur sa chérie, assise dans leur canapé ultra confortable. Elle regarde la télé et lui s'excuse aussitôt tout en se dirigeant vers elle. « Salut chaton ! Désolé, j'ai été retenu au boulot. » Il se pêche vers elle pour l'embrasser et s'assoit à ses côtés.

C'est son moment préféré de la journée. Il vient de passer près de 13h à bosser, et sa nuit, comme toutes les autres, s’est passée à créer ou détruire depuis son atelier. Mais ce moment-là, c'est celui où il prend la peine de vivre vraiment, d'exister à travers elle. Certes il a des amis, dont Gabriel avec qui il passe sa journée à textoter et qu'il voit très souvent. Certes il a aussi sa sœur et son frère même si ce dernier l'évite sans qu’il ne sache exactement pourquoi. Il a tout ce monde qui l’entoure et qui fait sa vie mais il n'y a qu'avec elle qu'il se sent aussi vivant. D'ailleurs en parlant de vivre... « J'ai trop faim ! C'est quoi au programme ce soir ? » On ne bluffera personne en disant que, des deux, Dylan est clairement celle qui prend les décisions. Ezra est de nature facile et même si il est un patron intransigeant de par son perfectionnisme, il est plutôt souple. Pourtant ce n'est pas que Dylan a des tendances autoritaires, loin de là, mais il aime juste lui faire plaisir avant tout. Ezra est plein de bonnes attentions comme celle-ci. Il n'est pas rare de le voir arriver avec un cadeau pour elle, pas forcément hors de prix mais souvent venu tout droit du cœur. Parce que quand il passe devant une vitrine il se dit « Oh Dylan adorerait ça » et qu'il ne compte pas son argent, il se permet de lui ramener des bouquins en vrac, des CDs, des DVDs, des tableaux, des fleurs, des bibelots... tant de choses petites ou grandes. Il fait ça assez naturellement, juste pour le plaisir de voir un sourire se dessiner sur son visage.

Mais aujourd'hui, Ezra n'a pas de petit cadeau pour la jolie rousse. Au lieu de cela, il arrive un peu comme une fleur sans même savoir ce qu'ils vont faire dans les heures à suivre. Peu importe au fond puisqu’ils sont ensemble après une journée bien chargée pour l’un comme pour l’autre. D’ailleurs, il demande à sa fiancée les détails de sa journée. C'est pas qu'il a envie de bien se faire voir, ça l'intéresse vraiment. Surtout que sa fiancée est à un moment particulièrement excitant de sa vie, et pour cause, elle prépare l'ouverture prochaine de son premier café littéraire. Ezra en est le principal investisseur mais ce n'est pourtant pas par soucis de rentabilité qu'il demande. « Ça a été ta journée ? Les travaux avancent bien ? » Alors qu'il pose cette question il passe son bras autour des épaules de la jeune femme tout en perdant son regard sur leur télé à écran géant. Il ne sait pas bien ce qu'ils regardent mais à vrai dire il s'en fiche bien. C'est plus un fond sonore qu'autre chose car il est tout à Dylan à ce moment précis. D'ailleurs il se tourne bien vite vers elle et, après le téléviseur, c'est sur son visage qu'il se perd. Il adore son minois et si la jeune femme a beaucoup de qualités, il est indéniable que la beauté en fait partie.

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar


2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
Dylan à la capacité d'enfermer les autres personnes dans une illusion qui parait plus que réelle. Les personnes subissant des dommages à l'intérieur de l'illusion peuvent être blessés dans la vie réelle, toutes fois le temps de maintiens de cette illusion est limités à quelques minutes.
Raven; Isaak; Spencer; Jessica & Romy
297
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Dim 27 Nov - 20:31

Paper Boat
Ezra & Dylan
I let you in, keep me warm underneath my skin

La belle à la chevelure de flammes était assise sur la terrasse de son luxurieux appartement... Enfin "son" était un euphémisme. Celui-ci se trouvait dans la belle province de Prenova, un endroit que la rousse aimait particulièrement. Elle regardait dehors depuis un bon moment déjà, la vue était magnifique d’ici. Le ciel commençait à se teinter d’une couleur orangée, les étoiles n’avaient pas encore tout a fait disparu, et la beauté de ce spectacle absorbait complètement la jolie jeune femme. Cela devait faire au moins une bonne heure qu’elle était là, ses jambes contre sa poitrine. Le regard vide elle se contentait de scruter l'horizon sans émotions aucune; elle cherchait quelque chose; quelqu'un; elle le cherchait lui; Ezra. L'homme qui faisait chavirer son coeur; avant sa rencontre avec le brun extérioriser ses sentiments n’était pas son fort et ça ne le serait jamais. Et cela l’agaçait d’autant plus. Jusqu'à sa rencontre avec ce jeune homme; avec le petit garçon qui l'avait demandé en mariage des années auparavant. La rouquine passa une main sur son front et soupira. Elle s’était réveillée en sueur, retenant des cris coincés dans sa gorge. Tout ce qu’elle voulait lâcher était là, refusant de faire surface de peur que Ezra refuse la nouvelle qu'elle avait à lui annoncer. La belle bu une gorgée de son cappuccino presque froid maintenant. Depuis combien de temps était-elle au courant ? Une semaine ? Deux ? Peut-être plus. Lydia lui avait dit que tout se passerai bien; qu'elle pouvait faire confiance à son fiancé mais ... Etait-il prêt à ça ? Elle lui avait assuré que oui en la réconfortant, lui laissant toujours un mot doux à la fin de ses messages. Ezra savait, il avait toujours su quand Dylan allait mal et cette fois-ci il savait qu’un mal bien plus spirituel torturait la belle pourtant elle feignait que tout allait bien. Comment avait-elle pu imaginer que ce serait si facile à avouer. Tout les signes était là, ils s'aimaient comme jamais on pouvait aimer, ils avaient les mêmes intérêts, les mêmes goûts, un lien particulier à n’en pas douter et pourtant. Quand elle avait ressentit les premiers symptômes; qu'elle avait prit rendez vous avec son médecin et qu'elle avait vu le résultat sur le test de grossesse le sol s’était effondré sous ses pieds. La tête lui tournait, ses oreilles bourdonnaient, et ses jambes flanchaient. Cette vision ne cessait de ricocher dans son esprit. Comment lui annoncer ? Comment être sûre qu'il accepterait la vie qu'elle portait en elle ? Comment ? Et puis elle avait vu son visage; elle l'avait entendu sa voix; s'était perdu dans son sourire, car elle avait vu en lui un homme tendre, un homme pouvant accomplir de grande chose, un homme qui avait réussi à envouter quelque peu la belle aux allures félines. Elle avait alors sut que tout irait bien. Elle avait décidé que ce soir elle lui dirait tout.

Elle se leva pour retourner à l'intérieur; remonta son plaid sur ses épaules pour profiter de la chaleur de celui-ci. Il était tard comme d'habitude; elle avait commandé des pizzas qu'elle devrait sûrement réchauffer. Préparé la table de jeu de société pour leur soirée jeux. Allumé des bougies et rangé le salon. Elle décida de se laisser tomber sur le canapé et alluma la télé n'écoutant qu'à moitié ce que le présentateur raconter aux informations. Elle jeta à nouveau un coup d'oeil sur l'horloge alors que la porte d'entrée s'ouvrait sur l'homme qui faisait son bonheur et son visage s'éclaira d'un immense sourire.  « Salut chaton ! Désolé, j'ai été retenu au boulot. » il se penche et l'embrasse et comme à chaque fois le coeur de la belle bat à la chamade. A peine est-il assit qu'elle vient se lover dans ses bras les yeux remplient d'étoiles. Elle profite de se moment; de la chaleur qu'il dégage; de son odeur agréable à ses narines. « J'ai trop faim ! C'est quoi au programme ce soir ? » un rire passe la barrière des lèvres de Dylan qui se relève légèrement et attrape une part de pizza qu'elle brandit doucement sous le nez d'Ezra "Pizza extra fromage et chorrizo chéri ! On va s’empiffrer comme des ours !" dit elle avec un air enjouée. Elle croque alors dans la pizza de laquelle s'étire un long filet de fromage. Cette image la rend encore plus enfantine qu'elle ne fait déjà mais elle s'en fiche bien. « Ça a été ta journée ? Les travaux avancent bien ? » la belle relève son visage vers lui alors qu'il passe ses bras autour de ses épaules. Elle caresse le bras de son fiancé du bout des doigts; une légère caresse pleine de tendresse. " Oui on s'est enfin décidée pour la déco d'ailleurs on fixé l'ouverture ! Je suis vraiment impatiente tu n'imagine pas ! Et toi mon amour ? Tu n'es pas trop fatigué j'espère je t'ai prévu une soirée comme tu les aiment" dit elle en reposant sa part de pizza sur la table. Elle tend le cou afin de venir déposer ses lèvres sur les siennes; un courant lui parcourant l'échine; puis les quittent pour se laisser aller dans le regard noisette de celui qu'elle aime.
Made by Neon Demon

___

    bitch better have my money

    Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être.Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Lun 2 Jan - 23:31


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Ezra n'aurait jamais pensé avoir ce genre de vie un jour. Finir une journée de boulot faite de réunions et de brainstormings pour terminer par monter sa voiture avec toutes les fonctionnalités possibles et imaginables afin de se rendre dans sa grande maison bien tenue où l'attend une jolie rousse et une énorme pizza. Lui qui avait eu une enfance pour ainsi dire difficile, goûte maintenant à une douceur qu'il a parfois du mal à savourer à sa juste valeur. Il est trop morose pour cette vie, trop mélancolique, et il se sent comme un usurpateur. Mais il ne cache pas ce côté égoïste qui le pousse à prolonger ses petits délices chaque jour. C'est surtout à cause d'elle, ou plutôt grâce à elle, parce qu'il n'est pas à douter que Dylan apporte tous ces petits bonheurs de normalités dans la vie du Andrews. C'est comme le parfait rayon de soleil qu’elle est qu’elle l'accueille dans leur chez eux et qu'elle se love dans ses bras sans attendre. Elle lui annonce qu'il y a de la pizza à manger et lui se délecte par avance. Il est comme un coq en pâte, à peine rentré qu'il va déjà pouvoir s'attraper une part de pizza à dévorer. Homme chanceux qu'est Ezra qui n'a plus qu'à profiter de sa soirée.

Il lui demande comme s'est passée sa journée et écoute la réponse de la jeune femme avec une attention relative. Ses yeux sont attirés par la télé qui fait bien son boulot en le distrayant un peu. D'une oreille, il écoute tout de même le résumé de la journée de Dylan. Il sait qu'elle passe beaucoup de son énergie dans ce projet de café, en compagnie de son amie Lydia. Ezra essaie de ne pas trop s'immiscer dans les préparatifs, parce que c'est le projet de Dylan et pas le sien et que ce n'est pas sa place à lui, mais il demande toujours des nouvelles de leurs avancées. Il adore voir la Dylan pleine d'entrain, si fière de sa petite entreprise. « Oui on s'est enfin décidée pour la déco d'ailleurs on a fixé l'ouverture ! Je suis vraiment impatiente tu n'imagines pas ! Et toi mon amour ? Tu n'es pas trop fatigué j'espère je t'ai prévu une soirée comme tu les aimes. » Dylan est quelqu'un d'attentionné et, alors qu'ils parlaient d'elle, elle dévie la conversation sur le jeune homme et la soirée qu'elle leur a concocté. Elle se donne du mal pour leur couple et le fait avec plaisir. Ezra est vraiment tombé sur la perle rare. « Déjà avec la pizza ça commence bien. » Il esquisse un sourire et part lui aussi dans un résumé de sa propre journée. « C'est un peu intense au boulot en ce moment mais ça va le faire. » Ezra ne s'étend pas beaucoup sur son travail. Il est passionné mais n'est pas un grand bavard. Il se contente généralement de résumés très résumés, si bien que Dylan connaît tout de même le gros de ses journées et elle sait que ces dernières semaines ont étaient... bah intenses justement. S'en est fini pour sa part, et il revient sur Dylan et son café littéraire. Elle lui a donné quelques nouvelles qui appellent à être développées plus amplement. « Vous allez ouvrir quand du coup ? J'ai hâte d’y prendre un café avec Gab, de goûter aux célèbres pâtisseries de Lydia et de voir ce que tu as prévu côté bibliothèque. » Et c'est vrai. Ezra est un grand féru de livres, comme en témoigne l'immense bibliothèque qui décore les murs de son antre qui a englouti leur grenier. Il a du temps à tuer, des heures offertes par ses insomnies qu'il passe là à lire, peindre, dessiner, développer des photos ou encore travailler. Il n'a pas étudié la littérature comme Dylan mais sait l'apprécier comme elle. Ils se conseillent souvent des livres l'un l'autre, en parlent et éclairent certains aspects tout juste entraperçus par l'autre. Ça peut durer des heures mais ils ne s'en lassent pas.

Ezra s'éloigne un peu de Dylan, le temps de prendre à son tour une part de pizza qu'il ne tarde pas de croquer. Contrairement à Gabriel, son besto qui n'aime pas beaucoup cette spécialité italienne (ou la nourriture en général), Ezra se régale. Il se gaverait pas non plus de ce surplus de fromage mais ne dira pas non à plusieurs parts et puis, comme il l’a dit plus tôt, il a faim. Il finit de mâcher cette première bouchée et, une fois celle-ci avalée, il fait sa critique culinaire (très résumée) avant de s'adosser à nouveau au canapé. « Trop bonne cette pizza. » Il pose cette fois les yeux sur Dylan. Elle est rayonnante, comme d'habitude. Son visage a encore quelque chose d’enfantin mais elle est une jeune femme qui s'assume et qui n'a rien d'une enfant. Elle gère sa future entreprise en même temps que les préparatifs de leur mariage, ce n’est pas facile tous les jours mais elle ne se plaint jamais. Oui, parfois Ezra a du mal à croire qu'il soit le chanceux qu'elle ait choisi. Mais il esquisse un sourire parce que même si il ne la mérite pas, c'est bien avec lui qu'elle a choisi de passer sa soirée et même sa vie. « Tu nous as prévu quoi pour ce soir alors ? » Il compte bien profiter de sa chance et de tous les instants passés au côté de la rouquine. A vrai dire, elle pourrait lui sortir que leur super soirée se ferait à coup de cours de valse qu'il le ferait, et pourtant Ezra déteste danser.

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar


2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
Dylan à la capacité d'enfermer les autres personnes dans une illusion qui parait plus que réelle. Les personnes subissant des dommages à l'intérieur de l'illusion peuvent être blessés dans la vie réelle, toutes fois le temps de maintiens de cette illusion est limités à quelques minutes.
Raven; Isaak; Spencer; Jessica & Romy
297
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Mar 3 Jan - 11:45

Paper Boat
Ezra & Dylan
I let you in, keep me warm underneath my skin

Elle l'aime. C'est indéniable, elle l'aime et l'a toujours aimé. Ezra est l'homme de sa vie et elle le sait depuis maintenant un moment. La première fois que son regard a croisé le sien. Du haut de ses 9 ans son coeur loupa un battement. Lui, le petit oiseaux blessé. Elle, la petite fée lumineuse. Pourtant si on y regarde de plus près, il est l'ombre, elle la lumière. Mais contrairement à son fiancée Dylan est une éternelle optimiste si bien que quand on lui demande " Pourquoi lui ? Pourquoi cet homme à la morosités fulgurante?" elle répond tout simplement, un sourire éclatant sur les lèvres. " Sans lumière il n'y a pas d'ombre, il est une partie de moi et je suis une partie de lui tout simplement." Oh certes peu de gens cherche à comprendre ce que les mots de la belle à la chevelure veulent dire mais l'important c'est qu'elle, elle les comprends n'est-ce pas ? (Et j'espère que tu comprendra cette phrase). Tout le monde s'accorde sur la même chose en tout cas, c'est qu'il n'y a pas de doute sur l'amour que l'un l'autre se porte. Lorsqu'elle le voit c'est comme si elle se remémorait à chaque fois le soir où elle lui a avouer ses sentiments. Elle, la jeune Dylan s’échappant de chez sa mère le coeur tambourinant. La nuit et l'obscurité qui l'enveloppe dans son manteau noir. Sa chevelure dansant dans son dos. Le froid qui la mord. Le sommeil qu'elle n'arrive pas à trouver. Puis la porte de sa maison, son poing qui martèle le bois et enfin elle respire. Se jette dans ses bras et lui murmure ces mots : Ezra je t'aime. Le début de sa vie, de leur vie.

La jeune fiancée sourit tout en racontant l'avancement des travaux, qui elle doit l'avouer lui prennent énormément de son temps. Elle a un peu de mal à se dire qu'elle a quitté la librairie dans laquelle elle travaillée pour pouvoir ouvrir le café littéraire. D'ailleurs elle compte sur la partie littéraire pour attirer l’œil et sur les superbes pâtisseries de Lydia. Pâtisseries qui font un malheur ! Dylan s'y met elle aussi pour décharger un peu Lyly mais ayant travaillée comme barista durant ses jeunes années la belle forme les nouveaux serveurs à faire divers cappuccino et autres boissons. Son amie se charge donc de former les pâtissiers en herbe. L'attention de la rouquine se porte à nouveau sur son fiancé, plus absorbé par la télé que par elle, mais elle ne s'en vexe pas. Non, Dylan à l'habitude et s'inquiète d'autant plus pour Ezra qui a l'air fatigué plus qu'à l'habitude. « Déjà avec la pizza ça commence bien. » Il lui accorde un sourire et se prépare lui aussi à lui faire un résumé de sa journée. « C'est un peu intense au boulot en ce moment mais ça va le faire. » Elle hoche la tête et plisse les yeux. C'est terminé, elle le sait. Ezra n'est pas du genre à s'étendre dans une conversation. Ils sont tout deux assez réservés d'ailleurs. Les résumés très résumé de son copain ne la dérange pas, elle s'en contente. Elle passe la main dans le coup du beau brun et le masse légèrement.  « Vous allez ouvrir quand du coup ? J'ai hâte d’y prendre un café avec Gab, de goûter aux célèbres pâtisseries de Lydia et de voir ce que tu as prévu côté bibliothèque. » un petit rire s'échappe de la bouche de la jeune femme. A vrai dire, elle a aussi hâte que Gabriel et Ezra viennent passer du temps au café. Elle connait l'amour de Gabriel pour la caféine et hésite à lui demander de venir tester quelques produits qu'elle a préparé pour la boutique. Bien sûre elle est toute excitée à l'idée de montrer à Ezra sa sélection niveau bibliothèque mais cela restera une surprise pour lui. " Tu découvrira ça à l'ouverture mon chéri ! C'est une surprise ! Mais si tu veux inviter Gabriel pour que vous testiez mes confections niveau boisson j'en serais ravie !" dit-elle avec un grand sourire. « Trop bonne cette pizza. » Il pose les yeux sur elle et cette fois elle se retient de l'embrasser. Malgré son air fatigué et son côté obscur, Dylan ne peut s'empêcher de le trouver beau. Incroyablement beau, il lui fait pensé à un de ces héro dans les livres dont on tombe amoureuse lorsqu'on est adolescent. Ezra a quelque chose de ... Mystique. « Tu nous as prévu quoi pour ce soir alors ? » Elle relève la tête vers lui. Ses grand yeux bleus/verts le regardant. Beaucoup de choses, de la nourriture, des jeux, de l'amusement et... La nouvelle. Cette nouvelle qui la stress un peu plus à chaque minute. Son sourire disparaît et malgré tout ses efforts l’inquiétude se lit sur son visage. Elle secoue la tête, remet ses idées en place et se lève pour aller chercher un jeu de stratégie. Elle se place de l'autre côté de la table et ouvre la boite afin de préparer le jeu " Eeeeeh bien, pizza, film de fond, jeux de sociétés...Puis blablatage." dit-elle de sa petite voix fluette. " Est-ce que ça te vas ?"
Made by Neon Demon

___

    bitch better have my money

    Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être.Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Dim 29 Jan - 14:55


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Il n'a pas de mal à imaginer sa fiancée dans son café littéraire et il ne doute pas que les nouvelles entrepreneuses vont avoir un certain succès avec leur concept inédit à Emmann où elles ont acheté le Pegasus. C'est avec plaisir qu'il a investi dans ce beau projet, parce qu'il aime Dylan certes, mais parce qu'il aime aussi l'idée. Il a de l'argent à ne plus savoir quoi en faire. Son paternel était peut être un père abominable mais il était un bon homme d'affaire, qui a laissé un beau pactole à sa progéniture. Sans qu'il ne sache vraiment pourquoi, il est le seul des Andrews à en avoir profité. Il est aussi le seul à avoir eu ce besoin viscéral de se sortir de cette situation maudite qu'était la leur. Pourquoi? Il n'en sait toujours rien et ne se pose pas la question. C'est facile pour lui de scinder sa vie en deux. D'oublier le passé pour se concentrer sur ce présent rayonnant. Il en vient à se prendre au jeu de l'homme d'affaire, investisseur, mécène et surtout bobo. Le Pegasus n'est pas le seul de ses investissements. Il les choisit au coup de cœur, mais recherche tout de même la petite touche originale, celle qui fait un artiste ou un bon concept d'entreprise. Comme un coup de poker, ca ne marche pas toujours mais peu importe. Il roule sur l'or. Pourtant il a des plaisirs simples. Peinture, dessins, musique et littérature surtout. Pas étonnant qu'il veuille voir les livres sélectionnés par l'ancienne libraire pour son café. Sur ce sujet, il est intarissable. Pourtant Dylan tient bien secret sa composition d'œuvres littéraires. « Tu découvriras ça à l'ouverture mon chéri ! C'est une surprise ! Mais si tu veux inviter Gabriel pour que vous testiez mes confections niveau boisson j'en serais ravie ! » Ezra esquisse un sourire. S’il n'a aucun problème à imaginer Dylan et Lydia dans leur café, il en est de même pour Gabriel et lui. Les deux hommes vouent presqu'un culte au café, et Dylan ne se rend pas compte qu'elle vient de laisser la voix libre à deux drogués du café pour squatter son établissement. Ezra croit savoir que cette invitation plaira à son meilleur ami qui, de toutes manières, ne sait pas lui dire non même si il use et abuse de bouderies pour prouver son mécontentement. Enfin pour un café, ca ne devrait pas être le cas. « Faudra pas nous le dire deux fois ça. » Et il ne rigole pas, la proposition de Dylan n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd.

Il se délecte de sa pizza et demande, sans penser à mal, ce qu'elle a prévu pour eux ce soir-là. Ça ne dure que quelques secondes mais il voit comme un voile d'inquiétude passer à toute vitesse sur le visage pourtant si joli de la jeune femme. Elle se reprend rapidement mais le mal est fait. Ezra fronce légèrement des sourcils, réfléchit rapidement, et décide d'attendre un peu avant de s'inquiéter. Il n'est pas forcément ultra démonstratif mais il a besoin de savoir que ses proches vont bien. Et si ce n'est pas le cas, alors il se démène pour que ce soit le cas. Pour son frère, pour sa sœur, pour Gabriel et surtout pour elle, il pourrait retourner des montagnes. Elle se lève, ne lui laissant de toute manière pas le temps de sonder un peu plus ce miroir de l'âme que sont les grands yeux vert de la jeune femme. Elle attrape un jeu de société et s'assoit face à lui. Elle a retrouvé son éternel sourire comme si le moment de doute furtif qui l'a prise quelques instants plus tôt n'avait jamais existé. « Eeeeeh bien, pizza, film de fond, jeux de sociétés...Puis blablatage. Est-ce que ça te va ? » Ezra croque une nouvelle fois dans sa pizza alors qu'il s'assoit à son tour par terre, face à la table basse où Dylan disperse déjà le jeu qu'elle a choisi pour eux. « C'est parfait. » Il affiche un fin sourire et attrape la télécommande de la télé placée, elle aussi, sur la table basse. Alors que sa fiancée se charge de leur jeu du soir, lui s'en va zapper à la recherche d'un petit film à mater.

Les chaînes défilent devant lui et il finit par s'arrêter sur l'une d'entre elle. « Oh, y'a retour vers le futur à la télé. Ça te dit ? Les effets sont tellement old school mais trop cools quand même, c'est génial. » Ezra a beau être le boss d'une boite d'effet spéciaux, les vieux films restent ses préférés. Retour vers le futur ou encore Jumanji, c'est peut-être pas super high tech mais ce sont des films comme ça qui lui ont donné envie de se lancer dans le cinéma. Retour vers le futur, il l’a vu un milliard de fois et la pauvre Dylan était là pour un bon millier de ce milliard. Il recommence aujourd'hui à la saouler avec ce film, l'air de rien et surtout sans s'en rendre compte. Il croque à nouveau dans sa pizza et se redresse pour regarder le plateau de jeu qui se dresse maintenant devant lui. « Tu commences ? » Il sait qu'elle va sûrement gagner. Dylan est super forte en jeu de ce genre mais l'un comme l'autre s'en fiche. L'important c'est de s'amuser en toute simplicité. Cette soirée les représente bien en soi. Ils n'ont besoin de presque rien pour être heureux. Une pizza, un jeu, un film et du blabla. Enfin ça c'est ce qu'il croit.
   
© Pando

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
Dylan à la capacité d'enfermer les autres personnes dans une illusion qui parait plus que réelle. Les personnes subissant des dommages à l'intérieur de l'illusion peuvent être blessés dans la vie réelle, toutes fois le temps de maintiens de cette illusion est limités à quelques minutes.
Raven; Isaak; Spencer; Jessica & Romy
297
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Lun 6 Mar - 22:45

Paper Boat
Ezra & Dylan
I let you in, keep me warm underneath my skin

Ses doigts tremblaient nerveusement sur le plateau de jeu qu’elle s’affaire à préparer avec anxiété. Pour dire vrai c’est la première fois qu’elle se sent aussi mal à l’aise en la présence de l’homme de sa vie. D’habitude tout est simple entre eux. Ils s’aiment et leur complicité laisse sous-entendre qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Comme deux aimants qui cède au magnétisme de celui qui lui fait face. A cet instant elle meurt d’envie de se fondre dans ses bras, de nicher son petit museau au creux de son cou pour humer ce parfum qui lui est propre. Un mélange de gel douche boisée et de peinture sèche.  Cette odeur si rassurante qui lui chatouille le creux de l’estomac de manière régulière depuis quelques années déjà. Ce genre de petites choses qui bercent son quotidien pour la rassurer chaque jour. Elle inspire afin de se ressaisir, c’est une nouvelle qui les bouleversera à tout jamais qu’elle s’apprête à lui annoncer. Elle se mort machinalement la lèvre inférieure cherchant ses mots avec grand soin mais rien ne sort. A vrai dire comment pourrait-elle lâcher une telle bombe alors qu’ils sont censés passer une soirée en amoureux. Une soirée rien qu’à deux. Deux. Ça sonne faux à présent. Ils ne le sont plus à présent, du moins plus pour longtemps. Ce n’était pas prévu du tout. Dylan ne s’attendait pas à ça lorsqu’elle avait eu du retard quelques semaines auparavant. Pour tout dire elle avait mis ça sur le compte de l’avancée des travaux du Pegasus. Ses symptômes ressemblaient à du stress et elle n’avait pas cherché plus loin la raison de sa fatigue et de ses nausées matinales. Il lui arrivait d’être anxieuse et quand c’était le cas elle pouvait s’en rendre vraiment malade. La pauvre jeune femme c’était donc attelé à faire du Yoga, à manger plus sainement et aussi à prendre du temps pour elle une fois par semaine en sortant faire des boutiques, en se prenant un nouveau livre afin de compléter l’immense bibliothèque qu’elle avait emménagée avec Ezra ou même en s’autorisant une séance de spa ou de massage dans des instituts de beauté. Elle avait le droit à son moment rien qu’à elle et y tenait car elle avait travaillée dur pour pouvoir s’autorisée ce genre de dépenses. Alors oui, son petit ami était vraiment vraiiiiiiment très riche mais jamais au grand jamais la demoiselle ne lui réclamée de l’argent. Pourtant ils avaient ouvert un joli compte commun que Ezra renfloué chaque mois mais elle ne s’en servait que pour les courses ou les dépenses qui les concernés tous les deux. Bref ce n’était pas le stress qui la rendait aussi faible mais bel et bien le fait qu’elle portait dans son ventre un petit Andrews. Oh bien sûre elle était heureuse de pouvoir fonder une famille avec son seul et unique amour. Car à dire vrai Dylan n’avait aimé qu’un seul homme dans sa vie et c’était celui qui se trouvait devant elle à cet instant. Il n’y avait toujours eut que lui et il n’y aurait toujours que lui. Seulement voilà… Elle n’avait pas prévu que cette étape de sa vie arriverait aussi vite. Pour tout avouer dans l’esprit de Dylan c’était clair comme eau de roche. Il y avait eu les fiançailles donc le mariage devait arrivée d’ici quelques mois, ce qui était vrai à en juger les catalogues qui s’empilaient sur son bureau ; puis ils auraient pris un petit chien ou un chat et seulement après ça ils auraient envisagés un enfant tous les deux.

La belle releva la tête vers son homme qui zappait nerveusement avec la télécommande ce qui eut pour effet de la faire stresser davantage. « Oh, y'a retour vers le futur à la télé. Ça te dit ? Les effets sont tellement old school mais trop cools quand même, c'est génial. » Elle connaissait cette sage par cœur et la remarque de son amoureux lui arracha un sourire en coin. Ce film était l’un de ses préférés et elle ne comptait plus le nombre de fois où Ezra lui avait bassiné les oreilles avec la mécanique du film et sur les secrets de production de celui-ci. Heureusement pour lui la jeune femme à la chevelure de feu était du genre admiratif et avait un coup de cœur pour les aventures du jeune Marty McFly. Spécialement la performance effectuée par l’acteur lors de la scène où il se mettait à jouer Jonnhy B. Good. Elle adorait tout bonnement cette chanson, alors elle hocha la tête à l’affirmative avec un air enjouée. Elle reporta ensuite son attention sur le plateau de jeu qui trônait sur la table, tout était en place et la partie pouvait commencée. « Tu commences ? » Il ne lui en faut pas plus pour se saisir des dés et secouer légérement sa main avec un regard malicieux «  Etes-vous prêt à vous faire humilier par votre future femme monsieur Andrews ? » dit-elle avec un clin d’œil avant de lancer les dés. Bien évidemment la jeune femme fait un bon score et c’est avec un air taquin qu’elle avance dans la partie comme une chef de peu suivit par Ezra. Heureusement pour elle son fiancé n’est pas du genre boudeur et elle sait qu’ils passeront une excellente soirée ensemble. Alors que la partie avance et que la pizza diminue Dylan affiche une moue de plus en plus inquiète mais essaie de faire de son mieux pour rassurer Ezra qui se prend une taulée monumentale. Arrive le passage préféré de la demoiselle qui se lève d’un bond en montant le son de la télévision. « Me ferais-tu l’honneur de te déhancher allégrement sur cette chanson avec moi chéri ? » dit-elle en attrapant sa main sourire aux lèvres.

Made by Neon Demon

___

    bitch better have my money

    Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être.Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Sam 6 Mai - 17:33


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Ezra aime ces moments de simplicité que Dylan lui offre avec une spontanéité déconcertante. Il a eu une vie sombre et mouvementée qui fait qu’il voit à leurs justes valeurs ces instants passés avec sa fiancée. C’est une douceur, un bonheur, un paradis fait de petits riens. Cette manière d’être leur va à merveille. Un vieux film en fond sonore, une pizza à partager à deux et un jeu de société. Sa fiancée valide d'ailleurs le film et « Retour vers le futur » garde sa place à l'écran pour le plus grand plaisir du brun. Le plateau de jeu a été dressé par la rouquine, et ils sont finalement prêts pour qu'Ezra perde avec brio. Ils le savent tous les deux, et la jeune femme appuie là où ça ne fait pas vraiment mal, juste de quoi le chatouiller avec un humour léger. « Etes-vous prêt à vous faire humilier par votre future femme monsieur Andrews ? » Le jeune homme lâche un petit rire alors qu'elle lui demande ça. Il a jamais eu de chance au jeu, ou de manière générale d'ailleurs. Il est du genre un peu poissard, à tel point que ça en devient presque drôle parfois. À force, il a arrêté de bouder quand il perd, même si ça pique tout de même un peu sa fierté mais tout de même pas assez pour qu'il dise non à un bon jeu. Il sourit alors qu'il la regarde lancer le dé et faire un score haut, comme d'habitude. Elle est son strict opposé en la matière comme dans beaucoup d’autres. « Même si je l'étais pas je perdrais quand même. » C'est à son tour de jouer et il fait un pauvre un tout minable qui le fait presque pouffer de rire. Ça commence vraiment pas bien pour lui.

Le jeu finit comme ça a commencé et Ezra, comme ils s’y attendaient tous les deux, perd lamentablement. Dylan a le bon goût de ne pas enfoncer le couteau dans la plaie et, à vrai dire, ils sont déjà passés à tout autre chose. À la télé, Marty McFly commence à chanter le thème culte du film tout aussi culte : Johnny B. Good. Ezra sait que Dylan adore cette chanson, parce qu'elle se met toujours à danser à ce moment-là de ce film qu'il lui a fait voir trop de fois surement. Ce jour-là, elle en fait de même mais, alors qu'elle se relève, elle tend une main vers lui pour l'inviter lui aussi sur leur piste de danse imaginaire. « Me ferais-tu l’honneur de te déhancher allégrement sur cette chanson avec moi chéri ? » Il est tout d'abord étonné mais finit par esquisser un sourire. Ezra n'a rien contre la danse et il lui arrive souvent d'entraîner sa belle sur la piste, et inversement aussi d'ailleurs. Le fait qu'ils ne soient que tous les deux, et surtout dans leur salon, n'y change rien. Elle est toujours le centre de son monde de toutes manières, que ce soit ici, à un gala, en soirée avec leur amis ou n'importe où ailleurs. Alors tout naturellement, il lui répond : « Avec plaisir ! » et il se joint à elle pour « se déhancher » comme elle le dit si bien.

À la fin de la chanson, Ezra attire Dylan près de lui et il continue de danser sur une musique tout aussi imaginaire que leur piste de danse. Ils se balancent sur un rythme qu'eux seuls connaissent. Alors que Marty McFly a échappé de peu à l'effacement fatal d'une photo de famille, Ezra ne suit plus du tout le film. Il n'y a que Dylan qui peut arriver à provoquer des miracles de ce genre. Ses bras trouvent leur place autour de la taille de la jeune femme et ce comme une évidence. Il est plus grand qu'elle et pourtant son visage vient se cacher dans les cheveux de Dylan. Il aime ce moment qui se passe de paroles. Ça leur arrive souvent à vrai dire, et pourtant ça n'enlève rien à leur complicité, bien au contraire d'ailleurs. Ezra n'est pas le premier des romantiques, mais il n'est pas le dernier non plus et à ce moment-là, il se prend, comme c’est parfois le cas, à espérer que ce moment dure encore. Il ne sait pas ce qui l'attend pourtant, parce que cette vie à deux, simple et facile, va se terminer pour prendre une toute autre tournure. Dylan a réussi à cacher le stress qui lui triture l'estomac depuis le début de la soirée, tout du moins un peu car Ezra sent bien qu'elle est un peu bizarre sans savoir dire pourquoi. Il pense se faire des idées, parce qu'il est du genre protecteur, trop, beaucoup trop, et qu'il sait qu'il se fait souvent un sang d'encre pour rien. C'est l'un de ses grands défauts, qui parfois peut être une qualité. Mais même si il n'en dit rien, il sera toujours là pour elle, et ça se voit à sa manière de la guider dans ce slow improvisé où ils se lovent en une étreinte pleine d'amour et d'attention. Non, ils n'ont pas besoin de mots pour le savoir, ils sont parfaitement à leur place à ce moment-là.
   
© Pando

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
Dylan à la capacité d'enfermer les autres personnes dans une illusion qui parait plus que réelle. Les personnes subissant des dommages à l'intérieur de l'illusion peuvent être blessés dans la vie réelle, toutes fois le temps de maintiens de cette illusion est limités à quelques minutes.
Raven; Isaak; Spencer; Jessica & Romy
297
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Mar 16 Mai - 11:07

Paper Boat
Ezra & Dylan
I let you in, keep me warm underneath my skin

Ezra a toujours su lui redonner le sourire et elle n'est pas étonnée de voir que c'est encore le cas ce soir là. Il a toujours était celui qu'elle a aimé d'aussi loin qu'elle se souvienne, Ezra son prince charmant. Quand elle le détail de plus près en cette soirée si particulière pour elle, pour eux, elle ne peut que se conforter dans l'idée qu'il sera le père le plus fabuleux du monde. Oui, elle le sait, ils formeront une famille des plus géniales. Leur petite famille à eux et gare à qui embeterait le ou la petit (e) Andrews car il n'y avait qu'a voir comment Ezra était protecteur avec Maggie pour comprendre que personne ne pourrait toucher à un cheveux de leur enfant. Elle sourit de plus belle, portée par ses pensées et les images d'une famille plus que soudée. Une famille comme eux n'ont jamais la joie de connaitre. Il fallait l'avouer Ezra avait eut de gros problèmes familiaux et Dylan, elle, bien qu'elle n'ai pas manqué d'amour n'avait jamais connu son géniteur. C'était ainsi et ils s'en portaient pas plus mal connaissant la valeur que cela pouvait avoir. « Même si je l'étais pas je perdrais quand même. » elle ne peut s'empêcher de retenir un rire. Il est vrai qu'elle le bas à chaque fois, pourtant il accepte de jouer contre elle sans rechigner. Si c'est pas de l'amour ça ! Elle jette donc les dés d'un coup de poignet expert et tombe sur un superbe six ! Quand à Ezra lui il enchaîne une flopée de uns tous plus lamentable les uns que les autres. Cependant ils prennent un malin plaisir à jouer ensemble et c'est le principale. Alors que le jeu se termine au bout d'un long moment, Dylan ne peut s'empêcher de se dandiner en entendant Jonnhy B. Good émanant de Retour vers le futur. Un énorme sourire s'affiche sur son visage alors qu'elle offre des yeux de biche à son aimé. Elle en a presque oublié l'annonce qu'elle souhaite lui faire. Elle lui tend la main pour l'inviter à danser et il lui offre le plus beau des sourires.

Alors ils improvisent une piste de danse imaginaire et s'enferme dans leur petite bulle. Elle l'aime bon dieu qu'est-ce qu'elle l'aime ! Alors qu'elle niche sa tête au creux de son cou pour renifler l'odeur si rassurante de son fiancée elle soupire de bien être. Elle se sent bien, tellement bien à ses côtés. Ezra et Dylan font partie de ses couples qu'on qualifie de rêveurs, la plupart du temps en dehors des conventions de la société, ils ne pourrait vivre que de la présence l'une de l'autre. Elle dépose un baiser sur la nuque d'Ezra se lovant encore plus dans ses bras. Il ne reste plus qu'eux, là au milieu du salon, le film est fini depuis bien longtemps mais ils reste l'un contre l'autre. Le nez du beau brun vient se nicher dans la chevelure de feu de la belle, elle ferme les yeux un instant, peut être trop long. Ils sont comme ça tout les deux, ils n'ont pas besoin de paroles, pas besoin de mots, pour sa voir qu'ils s'aiment. Des gestes suffisent aussi futiles qu'une piste de danse imaginaire. Mais le temps n'est pas à la rêverie car ce qu'elle s'apprête à lui annoncer ce n'est pas quelque chose qui peut se passer de mots. Alors elle relève timidement la tête vers lui ses yeux céruléens transperçant les siens. Elle passe doucement la main sur la joue de son aimé avec une tendresse impressionnante. "Mon amour j'ai quelque chose à te dire ... C'est important, je... Je ne sais pas comment te le dire..." commence-t-elle la voix tremblante. Ce n'est pas facile pour elle. Elle ne sait pas comment il va réagir. Elle a peur qu'il le prenne mal, connaissant le dégoût qu'il a envers son propre père. La main de la jeune femme se met à trembler doucement alors qu'elle inspire profondément. Son cœur bat à la chamade et ses poumons se remplissent bien trop vite. Ces quelques mots changerons leur vies à tout jamais. Elle le sait. "Ezra... Je suis enceinte... Tu vas être papa." fini-t-elle par lâcher timidement. Alors elle attend, le souffle coupé, que quelque chose se passe. Qu'Ezra dise ne serait-ce qu'un mot, une épée de Damoclès gisant au dessus de sa tête. Elle guette un sourire, une larme. La colère ou la joie. Un signe, ne serait-ce qu'un signe.

Made by Neon Demon

___

    bitch better have my money

    Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être.Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Dim 21 Mai - 17:45


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Ils dansent sans même savoir quelle chanson guide leur pas. C'est un moment doux et plein de tendresse qui représente à merveille leur relation. Ils ont toujours été comme ça. Ils aiment la simplicité et c'est de ça que se nourrit leur bonheur. Il n'aurait jamais pensé que sa vie soit fait de ça, de soirée télé et jeu de société dans le salon de leur grande et belle maison, tout ça pour finir avec la plus belle des personnes qu'il n'ait jamais rencontré lovée dans ses bras. Ezra se rend compte de la chance qu'il a de l'avoir, ce soir-là mais aussi tous ceux qui ont marqué leurs années passées ensemble et c’est d'autant plus qu'il a eu une vie compliquée avant elle. C'est comme si elle avait chassé les nuages et amené le soleil dans sa vie. Ezra en est convaincu, son bonheur il ne le doit qu'à elle.

Elle lève les yeux vers lui et il comprend tout de suite que quelque chose la turlupine. L'ambiance change alors radicalement. Finis les pas de danse insouciants, Ezra s'inquiète aussitôt, à croire qu'il ne sait faire que ça. C'est le cas d'ailleurs. Il se soucie toujours de quelqu'un, de Dylan, de Gab, de Maggie et, le plus souvent, d’Archer. Parce que son frère, très particulier, cristallise généralement ses inquiétudes et, pour cause, Ezra sait très bien de quoi il est capable et dans quelle situation il peut se mettre. Mais il est loin de penser à son jeune frère à ce moment-là. Il est entièrement concentré sur sa fiancée qu'il regarde avec un air soucieux mais aussi interrogateur marqué par un froncement de sourcils qui met en valeur sa jolie ride du lion, creusée par des années à s'inquiéter d'un rien. « Mon amour j'ai quelque chose à te dire ... C'est important, je... Je ne sais pas comment te le dire... » Elle veut sa mort par inquiétude aiguë. Les sourcils du jeune homme se froncent encore un peu plus. À ce moment, il s'attend à tout. À ce qu'elle rompe leurs fiançailles, qu'elle le quitte, qu’elle lui annonce avoir un amant, qu'elle lui dise que le Pegasus a brûlé, qu'elle ait retrouvé son père qui se révélerait être un taré de prêtre des Balkans (=>). À tout. Il s'attend à tout. Tout, oui, sauf ça. « Ezra... Je suis enceinte... Tu vas être papa. » Ses sourcils perdent leurs habitudes soucieuses alors que ses traits prennent des airs surpris. Complètement. Il s'était attendu à tout, à du concevable ou non, mais là... c'est bien plus qu'inconcevable pour lui. La nouvelle le sèche sur place. « Ça, je m'y attendais pas... » Il a du mal à comprendre et encore moins à imaginer toutes les ramifications de conséquences que cette simple petite phrase implique. Tu vas être papa. Ils vont avoir un enfant, eux deux. Une petite Dylan ou un petit lui. Ezra ne quitte pas son air surpris. Non définitivement, il n'arrive pas à comprendre ce que ça implique pour eux. Il sent pourtant qu'il doit dire quelque chose. Dylan le regarde et est suspendue à ses lèvres. C'est normal sûrement, elle vient de lui annoncer un grand changement pour eux, le plus grand peut être. « Vraiment pas même. » Non Ezra, c'est pas ça qu'il faut dire pour rassurer ta fiancée.

Un vent de panique le gagne doucement. Avoir un enfant est une idée très lointaine de lui. Ezra a beau avoir l'habitude des responsabilités, il a besoin de plus de temps pour mesurer si celle-ci est vraiment dans ses cordes. Pourtant il n'est pas un homme de réflexion. Il relève du domaine des sensations étant un artiste à fleur de peau qui continue de regarder cette femme qui, elle, frémit dans l'attente de son assentiment à lui sûrement. « Je... » Il la regarde, et malgré le fait qu'il soit totalement perdu, il ne peut pas s'empêcher de se rappeler la chance qu'il a de l'avoir. Dylan est son soleil, celle qui a éloigné les nuages trop sombres de sa vie. Il n'a peut-être pas à réfléchir pour savoir qu'il doit se lancer dans un acte de foi, un saut dans l'inconnu mais très certainement pour le meilleur car c'est avec elle. « C'est bien, non ? » Tout du moins il le croit. Il fronce à nouveau des sourcils, sous le coup de la réflexion cette fois ci, et regarde par terre comme si se focaliser sur autre chose que Dylan pouvait l'aider dans sa tâche. Il a beau faire tous les efforts du monde, il a du mal à mettre ses idées en ordre, à la place c'est son instinct qui réagit. « C'était pas prévu pour de suite mais... c'est bien. » Il a dit cela d'un ton bien plus convaincu que précédemment. Le jeune homme la regarde à nouveau. Il a arrêté de réfléchir, porté par une seule idée qui vient de lui arriver en tête. « Tu vas être maman. » Il sourit sincèrement. Si il n'arrive pas à se voir papa, la voir maman semble être une image qui l'enchante.

   
© Pando

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
Dylan à la capacité d'enfermer les autres personnes dans une illusion qui parait plus que réelle. Les personnes subissant des dommages à l'intérieur de l'illusion peuvent être blessés dans la vie réelle, toutes fois le temps de maintiens de cette illusion est limités à quelques minutes.
Raven; Isaak; Spencer; Jessica & Romy
297
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Dim 28 Mai - 23:19

Paper Boat
Ezra & Dylan
I let you in, keep me warm underneath my skin

Elle était folle de lui. Passionnément et éperdument folle de lui. Ce qu'ils avaient fondés l'uns envers l'autre au fil des années étaient quelque chose d'unique elle en était consciente. Tomber amoureuse lui semblait si irrationnel et si dénué de sens quand elle était plus jeune, dans bien des cas. Au lycée, elle avait vu des couples se faire et se défaire, des amours éphémères qui mettaient les filles dans tous leurs états. Des pleurs, des portes qui claquent, des « Je ne pourrais jamais m’en remettre ! » pleurés. Ces situations lui paraissaient tellement tortueuses, tellement exagérées. Au début on jure de s’aimer toujours, ça se termine, on pleure un bon coup et la semaine suivante on oublie « l’amour de sa vie » en craquant pour les yeux d’un ou d’une autre. Pff… Pathétique. Heureusement, elle n'était encore jamais tombée dans ce piège. Elle n'y tomberais sûrement jamais car pour elle, il n'y avait toujours eut qu'Ezra. Le petit garçon de l'orphelinat qui lui avait promis qu'un jour lui et elle se marierait. Oui. Dans son cœur il n'y avait toujours eut que lui.  Il était indéniablement le seul homme qui l'avait attiré. Il était son âme sœur et elle allez avoir un enfant avec lui. Alors elle se lança, pour une des plus grandes révélations qu'elle aurait à faire au cours de sa vie. Elle soupira comme pour se donner du courage en plongeant son regard azur dans celui d'Ezra. Elle resserra un peu plus ses doigts fins sur le Tshirt de son fiancé et prononça les mots magiques ... Je suis enceinte Ezra. Alors qu'un instant plus tôt il affichait cette mine soucieuse qu'elle lui connait si bien - affichant sa magnifique ride du lion-  c'est un air soucieux qui tire ses traits. « Ça, je m'y attendais pas... » la belle retient sa respiration. Ses sourcils se froncent en une mine inquiète et ses dents viennent meurtrirent sa lèvre inférieure violemment. Elle s'attendait à tout sauf à ça mais elle ne peut lui en vouloir non? Non c'est ça elle ne peut pas. Pour la simple et bonne raison que cette nouvelle ce n'est pas rien. Elle peut bien le comprendre. La belle baisse doucement les yeux attendant la suite des événements la boule au ventre.  « Vraiment pas même. » dit-il doucement. La pression qu'elle effectuait un instant plus tôt sur le Tshirt se relâche doucement. Alors que sa respiration se fait moins régulière c'est carrément l'angoisse.


« Je... » elle relève la tête doucement vers lui. Les yeux brillants d'espoirs elle laisse cette fois passer dans son regard toute l'affection qu'elle lui porte. Elle l'aime et peu importe comment il prend cette nouvelle elle sait qu'il l'accompagnera tout au long de cette aventure. « C'est bien, non ? »  Elle l'observe se dandiner, froncer les sourcils et fixer le sol avec angoisse. A présent elle s'en veut de ne pas avoir vu à quel point lui aussi est angoissé. Après tout elle connait Ezra et aurait du se douter que lui aurait été cent fois plus anxieux qu'elle .« C'était pas prévu pour de suite mais... c'est bien. » Ses mots sont prononcés avec un ton bien plus convaincu et la belle ne peut s’empêcher de lui sourire. Sa petite main se pose sur l'épaule d'Ezra et elle lui offre un de ces sourires qui le font craquer. Chaleureux, rassurant, rayonnant. « Tu vas être maman. » le coeur de la belle fait un bond dans sa poitrine alors qu'elle se penche vers lui avec tendresse. Ses lèvres viennent rencontrés celles du grand brun, en un doux mélange sucré avec une pointe de café. La jeune femme à la chevelure passe ses mains autour du cou de celui qui fait battre son coeur afin d'approfondir ce doux baiser. Elle se sent bien dans ses bras, ils ne sont pas du genre à s'étaler ainsi mais lorsque cela arrive Dylan laisse aller tout l'amour qu'elle lui porte à travers ses gestes. Elle se retire doucement de ses bras et l'observe avec tendresse. "Monsieur Ezra Andrews... Je vous aimes..." souffle-t-elle. Avec un regard tendre elle l'attire au coin de la cheminée où les braises rougeoient doucement. Elle aime cette endroit de leur maison et profite de chaque journée fraîche pour faire un petit feu. L'invitant à le rejoindre sur le tapis duveteux et prend soin de poser sa tête sur les genoux de son fiancé. Il restèrent ainsi d'interminables minutes à regarder le bois crépiter dans la cheminée. Il n'y avait plus rien à dire.Pourquoi aurait-elle du nier l'évidence plus longtemps ? Elle n'avait plus envie de me mentir, ni même de me retenir. Le temps qu'elle était avec lui rien ne pouvait lui faire peur. Tous les raisonnement du monde n'y auraient rien changé. Elle leva les yeux vers lui et se saisi de sa main pour venir la porter à ses lèvres en souriant. "Tu seras le meilleur des pères mon amour... Je n'en doute pas un seul instant. Ne t'en fait pas je suis sûre que notre bébé aura une vie heureuse et sera entouré par les gens qu'il aime." dit-elle doucement " Tante Maggie... Tonton Gabriel ... Tante Lydia !" dit-elle en riant à cette idée. Elle déposa donc un nouveau baiser sur la main de son fiancé. "Nous serons une magnifique famille, je te le promet Ezra... " Elle était sûre de ce qu'elle avançait pour la simple et bonne raison qu'elle était totalement et passionnément amoureuse de cet homme.

Made by Neon Demon

___

    bitch better have my money

    Dans la vie, il y a parfois des gens sortis de nulle part qui marquent à jamais votre existence. Le destin les place sur votre chemin et, comme par magie, ils influencent votre comportement parfois au point de changer votre façon d'être.Ils tissent sur vous une toile qui vous retient prisonnier de leur essence. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Paper Boat   Sam 1 Juil - 18:31


   
❝We'll cross the seas and brave storms in a paper boat❞
   Dylan & Ezra
Il a une impression d'irréel. Ce n'est en rien dû à la quelconque émergence d'une vie passée bien plus sombre que celle qu'il vit actuellement, non, c'est plutôt dû à cette grande annonce qui vient changer sa vie à jamais : ils vont être parents. Ça lui tombe dessus comme ça, ou plutôt, ça leur tombe dessus comme ça parce qu’Ezra sait très bien que, bien que Dylan soit bien logiquement la première au courant de toute cette affaire, la jolie rousse n'a pas plus prévu que lui cette grossesse. Aucunes des personnes de son entourage n'a de bébé pour le moment. Il faut dire que les Andrews n'ont pas d'autre famille que leur fratrie et tous les amis et connaissances d'Ezra ont à peu près son âge. Les seuls qui le rapprochent plus ou moins de ce monde-là sont quelques employés qui vivent au rythme de leurs familles. Il les voit arriver avec des cernes monstrueuses sous les yeux, poser des congés parce que leurs petits attrapent tout ce qui passe à la crèche, poser des arrêts maladie parce que leurs enfants leur passent ces mêmes maladies, partir tôt pour aller libérer la nounou… Mais, toujours, quand on leur demande des nouvelles de leurs enfants, ils arborent ce même sourire comblé. Syndrome de Stockholm surement, mais ils ont l’air heureux tout de même. Ezra ne sait pas si c'est ça qui leur est destiné dans quelques mois mais tant pis, il veut bien être ce type exténué et tout le temps malade, parce qu'il le sera avec elle.

Ezra la regarde et croit déceler dans ses yeux une étincelle d'un je ne sais quoi. Peut-être qu'elle a eu peur de sa réaction et, si c'est le cas, elle a surement eu raison. Dylan le connait à merveille, peut-être pas par cœur, parce que ça seul Gabriel peut s'en vanter, mais elle sait très bien ce qu'il se passe dans sa tête. Des doutes, des inquiétudes, des obligations. Les souvenirs de son enfance houleuse, privée d'amour parentale, sous le joug de ce père horrible qui est pourtant son seul modèle en la matière. Elle le sait, c'est ce qui tourne dans la tête de son fiancé de prime abord. Mais c'est comme si la révélation d'Ezra, celle qui lui a finalement fait s'étirer ses lèvres en un sourire sincère, a aussi enlevé un poids des épaules de la jeune femme. Elle le regarde avec tendresse et vient enrouler ses bras autour du cou du jeune homme. Ce simple geste lui fait ressentir une vague de bien-être qu'il ne trouve qu'avec elle. Dylan a le don de lui faire oublier tous ce qui le préoccupe au quotidien ou dans la vie en général. Il n'y a vraiment qu'avec elle qu'il se sent être lui, Ezra Andrews, et non un grand frère, un tuteur, un meilleur ami, un patron, un mécène ou un intellectuel de la haute bourgeoisie du tout Genosha. Elle le révèle à lui-même.

Leurs lèvres se scellent un baiser qui est tout à leur image : simple, sincère et doux à la fois. C'est vrai qu'ils ne sont pas du genre démonstratif. Aux grands baisers passionnés, ils préfèrent une myriade de petites attentions. Se prendre la main, déposer un baiser sur une main ou un front, un sourire attentionné, un regard empli de tendresse… C'est leur manière à eux de se montre que, à chaque instant, ils sont deux, unis à jamais par la vie. Et pourtant ils n'en sont pas pour autant des prudes et leurs baisers, ils se les gardent pour ce genre de moment, plus intimes sûrement. Les mains d’Ezra glissent vers la taille de la jeune femme avec délicatesse, comme si elle était faite de porcelaine. Lui qui a toujours été d'une grande attention avec celle qu'il sait être la femme de sa vie, redouble à partir de maintenant de précaution avec elle. Avec eux plutôt. Parce que dans ce ventre grandit un petit eux, qu'Ezra protégera contre tout, il ne le sait pas encore mais c'est déjà plus fort que lui. Dylan s'éloigne de lui et Ezra la laisse s'échapper à contre cœur. « Monsieur Ezra Andrews... Je vous aime... » Il sourit à ces quelques mots et se laisse ensuite entraîner devant la cheminée de leur salon.

Il regarde le feu crépiter et ses pensées vont dans des milliers de sens. Il ne sait pas arrêter ce flux continu d'idées qui le malmènent, causant des insomnies qu'il met à disposition de son art lunaire. Dylan, elle, sait profiter de ces instants avec une sérénité scolaire qui lui va à merveille. Il aimerait être comme elle mais n'apprend pas, comme si c'était totalement hors de son domaine des possibles. Pourtant Dylan tend une main vers lui, comme toujours. « Tu seras le meilleur des pères mon amour... Je n'en doute pas un seul instant. Ne t'en fait pas je suis sûre que notre bébé aura une vie heureuse et sera entouré par les gens qu'il aime. » Malgré lui, il a du mal à croire à tout cela. Ezra a sûrement besoin de plus de temps pour se faire à l'idée, pour concevoir ce futur qui leur tend les bras. C'est sans compter sur sa fiancée qui a le don de voir les choses de la meilleure manière qui soit. « Tante Maggie... Tonton Gabriel ... Tante Lydia ! » Ces images s'imposent à lui comme une évidence et un sourire amusé se peint sur son visage. « Pour le baby-sitting faudra privilégier les tatas hein. » Parce que Gabriel, même si il l’adore, n'est raisonnablement pas une bonne option en la matière.

Dylan dépose un nouveau baiser sur sa main et Ezra la regarde faire amoureusement. Elle est parfaite. Trop parfaite pour lui. Et pourtant il est le chanceux à qui elle a dit oui, le chanceux dont elle va avoir l'enfant. C'est peut-être pour ça qu'il a eu la poisse tout au long de sa vie, pour engranger assez de chance afin de l'avoir à ses côtés. Si c'est le cas, il ne regrette plus rien de sa triste vie. « Nous serons une magnifique famille, je te le promets Ezra... » Il sourit à nouveau, parce qu'il la croit vraiment quand elle lui dit ça. Il fera tout pour, parce qu'il n'y a rien de plus précieux pour lui que cette femme dont il prend la main qu’il porte ensuite à ses lèvres à son tour. Pour lui. Lui. Ezra Andrews. Et non un grand frère, un tuteur, un meilleur ami, un patron, un mécène ou un intellectuel de la haute bourgeoisie du tout Genosha. Il n'a pas plus précieux qu'elle, son soleil, la femme de sa vie, avec qui il est prêt à entamer la plus grande aventure de sa vie. « Mademoiselle Dylan Miller, je vous aime. » Infiniment.

   
© Pando


RP TERMINE

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
 
Paper Boat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Requin ou Hai-Boat
» Pages + projets - Collection Snow Day de Crate Paper
» Du Springer au River Boat
» Paper panzer quelques profils
» "J'ai un faible pour les ferry-boat..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: