Partagez | 
 

 Jungle Boogie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Jungle Boogie   Ven 11 Nov - 18:16


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

  Au moins pour une fois, Ezra a sacrément bien dormi. Lui, qui est normalement victime de ses insomnies, a même eu du mal à se lever ce jour-là. Ça aurait pu lui faire du bien, de dormir enfin plus que quelques heures, mais au lieu de cela, il se réveille avec un mal de crane carabiné. C’est une gueule de bois, vile et sournoise, qui lui vrille douloureusement les tympans. La veille, il a fait la fête avec Gabriel, son ami de toujours, le meilleur. Ca faisait longtemps qu’ils n’avaient pas autant abusé de l’alcool, mais là pour le coup, ça avait été un peu trop. D’ailleurs on se demandait bien comment la soirée avait fini par être autant arrosée. Non pas qu’ils soient sages en général mais ils ne sont pas non plus de gros fêtards, surtout qu’ils ne sont plus des petits étudiants en quête de fun et d’extrêmes comme avant. Mais force est de constater qu’ils ont bien rigolé, bien bu et qu’ils en paient les frais aujourd’hui-même mais sans aucun regret. Entre autre, Ezra peut se permettre de tourner au ralenti ce jour-là. C’est samedi et Dylan est partie travailler au Pegasus. Quant à lui, il est tout seul dans leur grande maison et n’a rien de prévu, ce qui est un vrai plaisir bien trop rare.

Ce n’est qu’au bout d’une heure qu’Ezra trouve enfin le courage de se trainer hors de son lit bien chaud, tout ça pour passer l’heure suivante à boire des litres d’eau afin de trouver l’énergie nécessaire pour passer sous une douche nécessaire. Il a glandé quelques dizaines de minutes devant sa télé, échangeant des textos avec Gabriel. Visiblement, les deux amis sont dans le même état assez lamentable. Ils décident finalement de souffrir à deux et de se bouger jusqu’à la capitale pour prendre un petit déjeuner de milieu d’après-midi bien mérité. Ezra attrape donc sa veste, ainsi que les clés de sa voiture et traverse le tout Genosha pour se rendre à Hammer Bay. C’est comme ça qu’il se retrouve maintenant dans leur café fétiche, lunettes de soleil scotchées devant les yeux, à quémander un double expresso ainsi qu’une bouteille d’eau et qu’un muffin aux pépites de chocolat au serveur. Non parce que c’est pas tout, mais il a la dalle aussi.

Ils viennent souvent ici, même si ils risquent de bientôt migrer quand Lydia et Dylan auront ouvert leur café. Peu importe où ils se retrouvent à vrai dire, ça peut être chez l’un, comme chez l’autre, dans un restau, un bar, dans un stade pour mater un match d’un sport quelconque ou encore au ciné. Oui, peu importe aux deux jeunes hommes, du moment qu’ils se voient régulièrement afin de partager des moments ensemble. C’est pas leur faute, ils ont grandi ensemble et ont toujours été dans la vie l’un de l’autre et ce malgré le nombre incalculable de barrières qui ont été dressées sur leur chemin par leurs vies respectives pour le moins mouvementées. Malgré leurs parents pas tous très stables, l’orphelinat, les études, la vie active, ils sont toujours comme les doigts de la main. Des frères de cœur qui connaissent tout l’un de l’autre. Ils sont comme deux copines qui se racontent tout de leur vie et qui partagent tout (sauf leurs petites-amies respectifs, bien entendu). Mais en la matière, Ezra a quelques longueurs d’avance sur Gabriel. Lui est fiancé tandis que son ami est libre comme l’air. Tout du moins c’est ce que le Andrews croit. Il a raté quelques chapitres dans la vie de son besto dernièrement... Mais à coup sûr, la migraine de Gabriel allait surement faire en sorte qu’il oublie de taire ses petits secrets ce jour-là.

Gabriel débarque avec un timing de choc alors que l’on sert la commande d’Ezra sur un petit plateau placé à côté de la caisse. A l’arrivée de son meilleur ami, le jeune homme esquisse un sourire mais il n’en enlève pas pour autant ses lunettes même si c’est un peu malpoli. Gabriel le pardonnera, mais il n’a pas le courage d’affronter la lumière pourtant douce du soleil d’automne. « Hey ! » Il s’est lui-même surpris en prononçant ce mot bien trop fort, ce qui résonne dans sa tête endolorie. Ainsi pour le reste de la conversation, il décide de baisser d’un ton et de s’éviter ainsi plus de souffrances. « Ca va ? Pas trop ravagé ? » Ezra attrape son plateau et rigole tout seul en se souvenant de leur soirée de la veille. Même si ils ont l’air de deux vieux ne tenant plus l’alcool, ils se sont tout de même bien marrés. Enfin tout de même, ils peuvent conclure une chose de toute cette histoire : « J’crois qu’on est trop vieux pour ça. Ca y est, c’est fini. » Du haut de leur 26 ans, ils peuvent maintenant dire adieu à leur folle jeunesse. Il fallait qu’ils soient honnêtes avec eux même, les lendemains de cuite sont de plus en plus durs.

Le brun attend aux côtés de son ami que ce dernier ait pris sa commande et qu’il soit servi. Une fois cela fait, ils doivent se trouver une table où se poser. Si possible un endroit à l’ombre, afin d’éviter les attaques furtives de rayons de lumière, mais aussi loin des enceintes qui résonnent encore bien trop fort pour leurs gueules de bois. « On va dehors ? Trop forte la musique là. » Puis une petite clope ne serait pas de refus non plus.

 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Ven 11 Nov - 22:14


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il n’y avait rien de plus désagréable que le bruit de l’aspirine dans un verre d’eau. Et la migraine d’un lendemain de cuite. Quel déchet il faisait. A croire qu’il n’avait jamais bu de sa vie. Se traîner jusqu’à l’îlot central de sa cuisine lui demandait un effort considérable. Ezra et lui étaient sortis, s’étaient amusés et maintenant, il en payait le prix. La seule chose qui le consolait, c’était que son meilleur ami était dans le même état que lui, à en croire les sms qu’ils s’échangeaient depuis qu’ils étaient réveillés. Au moins, cette fois-ci, il ne s’était pas réveillé avec un ou une inconnu-e dans son lit, comme ça arrivait assez souvent quand il abusait de l’alcool. A croire qu’il devenait plus sage avec le temps. Et ce n’était pas du tout parce qu’il avait une jolie brune qui occupait pas mal de ses pensées. C’était beau de se mentir à soi-même, des fois.
Il laissa sa tête reposer sur le comptoir de longues minutes, trouvant que c’était tout de même assez confortable, pour une planche de bois. Il pouvait même rester là toute la journée. A entendre le sifflement désagréable que produisait l’aspirine et le tic tac de cette pendule monstrueuse qu’il n’avait toujours eu le coeur de jeter parce que c’était un cadeau de sa belle-mère. Ugh. Plus jamais l’alcool. Plus jamais.

Quelques longues minutes plus tard, un nouveau message d’Ezra. Gabriel se redressa pour attraper son téléphone, lire et répondre. Puis se décider enfin à se lever pour avaler ce fichu verre. Peut-être qu’il pourrait passer la journée comme une larve ? Non, même ça, c’était exclu. Finalement, Ezra et lui décidèrent que rester chacun chez soi pour regretter cette soirée n’était pas une bonne idée. Autant regretter ensemble. Ce qui laissait à Gabriel une bonne heure pour prendre une douche histoire de laver son honneur et de retrouver un peu d’estime personnelle.
Lunettes de soleil sur le nez, une migraine qui refusait de le laisser en paix et un brin de fierté retrouvé, il sortit enfin de chez lui, en prenant garde d’éviter la vieille peste qui lui servait de voisine et qui passait son temps à lui casser les bonbons pour un oui ou pour un non. Raté. A croire qu’elle avait un radar intégré dans le cerveau quand il s’agissait de lui, car à peine eut-il fermé la porte de chez lui qu’elle ouvrit sa porte d’entrée pour sortir dans le couloir, bras croisé. “Vous avez fait du bruit en rentrant hier soir.” Gabriel ne prit pas la peine de répondre, se contentant de grimacer en entendant l’écho qui faisait résonner la voix désagréable de cette mégère. Elle avait vraiment décidé de lui briser les noix, aujourd’hui ? Vraiment ? “La prochaine fois, pensez à allumer la lumière de l’escalier.” Il leva les yeux au ciel et secoua la tête en commençant à descendre. “Ouais, ouais et lâchez-moi la grappe, merci.” lança-t-il par-dessus son épaule. Elle fulminait encore quand il sortit de l’immeuble. Il allait certainement avoir droit à une lettre “anonyme” dans sa boite au lettre, comme elle le faisait avec chacun des occupants de l’immeuble quand elle avait rien d’autre à faire.

Malgré ses lunettes de soleil, la lumière lui agressait la rétine. Encore une fois, il se répéta que c’était fini, l’alcool. Encore une fois. Il était plus sage de se rendre au café à pied, vu l’état dans lequel il était. Il ne manquerait plus qu’il provoque un accident, tiens. Et puis, prendre un peu l’air ferait passer la nausée qui l’accompagnait depuis son réveil.
Son meilleur ami était justement en train de se faire servir quand il poussa la porte du café. Ezra était dans le même état. Il n’y avait qu’à voir sa tête et ses lunettes de soleil. A eux d’eux, on pourrait croire qu’ils sortaient du film Men In Black. Sauf que ni l’un, ni l’autre ne ressemblaient à Will Smith. Il le salua d’un signe de tête, lâchant quelque chose qui ressemblait à un grognement. Quel déchet il faisait, aujourd’hui. Ezra lui demanda comment il allait et Gabriel répondit “J’ai l’impression qu’un bus m’a roulé dessus. Et qu’un type joue de la batterie dans ma tête. Mais ça va.” Ezra avait raison, ils devenaient trop vieux. Fini les lendemains de cuite où ils pouvaient se lever sans devoir ramper. Fini les lendemains sans courbatures ou migraine. “Me déprime pas, s’il te plait. J’ai encore la vie devant moi, hein” dit-il alors qu’Ezra et lui avaient le même âge. Il se massa la nuque et désigna la file d’attente d’un signe de tête. “Je vais commander, j’arrive.” Peut-être qu’un bon café, voire deux, l’aiderait à remettre ses idées en place. Peut-être. Et de quoi manger, aussi. Mais surtout. De l’eau. De l’eau, putain.

Il s’empressa de rejoindre Ezra une fois qu’il fut servi et ne put s’empêcher de rire. “On a un peu l’air bête avec nos lunettes.” Sérieusement. Ils faisaient peine à voir. De vrais affiches de campagne contre l’alcool. A la question d’Ezra, il s’empressa d’hocher la tête. Ouais. La musique était trop forte. Il y avait trop de monde, trop de bruit pour lui. Ils se rendirent donc à l’extérieur, se posant sur la première table de libre à leur portée. Gabriel grimaça en prenant place sur la chaise. “Je crois que c’est la pire gueule de bois de ma vie, là. Je ne me rappelle même pas comment je suis rentré chez moi. A part en me cassant à moitié la tronche dans mon escalier, d’après la vieille sorcière qui me sert de voisine.” Ce qui était vrai. Il ne se souvenait plus de la façon dont il avait réussi à regagner son appartement. Sa brève discussion avec sa voisine lui avait donné quelques informations. “Tu sais comment t’es rentré, toi ?” Oui, il fallait se rendre à l’évidence. Du haut de leur vingt-six ans, ils devenaient trop vieux pour ça.


 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Sam 12 Nov - 17:34


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Ils ont l’air malin ces deux-là, avec leurs lunettes de soleil qui cachent à merveille les cernes et les mines grisâtres des lendemains de fêtes. Ils sont à deux à l’heure, mais pour eux c’est déjà le max de ce qu’ils peuvent donner. Boire un café et boire beaucoup d’eau, c’est à peu près tout ce qu’ils peuvent à ce jour-là. Ils se trainent, la tête basse, jusqu’à la terrasse qui donne sur la plage d’Hammer Bay. Il n’y a pas grand monde de sortie. Il fait relativement beau, c’est déjà ça mais c’est bien tout. L’automne s’est abattu sur Genosha et l’air, un peu plus frais, empêche les moins braves de profiter de la plage. A croire qu’eux sont courageux, même si ils ressemblent à deux grosses loques, d’ailleurs Gabriel relève ce fait. « On a un peu l’air bête avec nos lunettes » Ezra le regarde par-dessus ses lunettes alors qu’il pose son plateau sur une des nombreuses tables vides de la terrasse. Il ne s’est pas demandé une seule seconde ce à quoi ils peuvent ressembler à vrai dire. Mais c’est cool les lunettes de soleil non ? « J’préfère la version où on fait mecs trop cools de la vie. Non ? » Enfin en même temps, ils ressemblent à des putain de zombies. Leurs voix sont enrouées, ils se déplacent à deux à l’heure et un rictus leur a crispé le visage quand ils sont passés à côté des enceintes. Alors oui, maintenant que Gabriel pointe ça du doigt, Ezra se rend compte qu’ils sont loin d’être des mecs trop cools de la vie à cet instant-là.  « Ouais non, t’as raison. »

Il se pose sur une chaise et fouille dans ses poches à la recherche de son paquet de clopes. Une fois celui-ci trouvé, c’est à la recherche de son briquet qu’Ezra repart. Il est à deux à l’heure et ça lui prend un temps fou pour trouver celui-ci, comme si ses poches étaient soudainement devenues des puits sans fond. En réalité Ezra touche à plusieurs reprises l’objet en question mais le temps qu’il analyse que c’est bien ce qu’il recherche il l’a déjà reperdu. Gros déchet, c’est un gros déchet. Il a mal à la tête et doit plisser des yeux malgré ses lunettes de soleil. Non, vraiment, ils font un peu pitié là quand même. « Je crois que c’est la pire gueule de bois de ma vie, là. Je ne me rappelle même pas comment je suis rentré chez moi. A part en me cassant à moitié la tronche dans mon escalier, d’après la vieille sorcière qui me sert de voisine. » Ezra regarde son meilleur ami et il ne peut pas s’empêcher d’imaginer un Gabriel astable en train de galérer à monter des escaliers. Il éclate alors d’un rire rendu rauque par les folies de la veille. Ils ont dû crier pas mal, parce que sa voix part un peu en couille aujourd’hui. « Mon dieu j’aurais trop aimé voir ça ! Elle a pas fait une vidéo ta voisine ? Ca aurait été bon comme chantage ça. » Des dossiers comme ça, il en a déjà plein sur Gabriel et vice versa et si il avait voulu donner dans le chantage, il aurait largement de quoi faire. Mais la voisine, un peu chiante, de son ami est passée à côté d’une bonne occasion parce qu’Ezra, qui ne sait pas quoi faire de son argent, aurait bien payé pour mettre la main sur une telle vidéo de son pote.

« Tu sais comment t’es rentré, toi ? » Ezra met enfin la main sur son briquet, si bien qu’au lieu de passer son énergie dans cette recherche il peut se concentrer sur sa fin de soirée à lui. A vrai dire, il ne sait pas trop comment il a atterri dans son lit. Il n’y a pas réfléchi avant et ça lui demande un effort considérable que de dérouler la dernière demi-heure de la veille, ou plutôt de ce matin, très tôt. « Euh… » Alors qu’il allume sa clope, quelques souvenirs émergent dans son esprit. Il plisse à nouveau les yeux parce que ça lui coute de réfléchir mine de rien. « J’ai pris un taxi. » Il se revoit en train de comater dedans, puis à fouiner dans son porte-monnaie. Pourquoi ? Ça lui revient subitement et il se déconfit sur place. « Haaan, abusé… J’avais plus de thunes donc j’ai dû réveiller Dylan pour qu’elle paie, j’m’en souviens maintenant. » Il se facepalm la tronche et reste la main posée sur son front. Ca a le double emploi de marquer sa gêne mais aussi de tenir sa tête trop lourde et trop douloureuse. Au final, c’est plutôt pratique comme position. Il est dégouté que sa fiancée l’ait vu en mode loque, même si ce n’est pas la première fois et que ça ne sera certainement pas la dernière. Dylan le connait par cœur. Elle sait entre autres que, si la plupart du temps c’est un mec responsable, avec Gabriel il retombe très vite en pleine adolescence. Alors il exagère un peu lorsqu’il dit : « Elle voudra plus se marier avec moi… Enfin ca va, j’ai pas vomi… enfin je crois pas. » Il est vraiment pas sûr de ce dernier point et préfère presque ne pas se souvenir à ce stade-là.

Ezra attrape son café et en boit quelques gorgées avant de se redresser sur sa chaise et de se tourner vers son meilleur ami. Dans toute cette histoire, il y a quand même quelque chose qui cloche. Certes ils ont bien fait la fête, se sont bien amusés, ont bu, dansé et bu à nouveau mais Gabriel va devoir répondre à ses questions maintenant. « Bon alors dis-moi, comment ça se fait que t’es pas reparti avec la brunette qui t’a tourné autour pendant toute la soirée ? Me l’a fait pas à l’envers, c’était complétement ton style cette fille. » Il le connait par cœur le Vakarian et sait très bien qu’en temps normal il ne disait pas non à un petit flirt de soirée. C’est d’ailleurs grâce à ses flirts que les soirées qu’ils font ensemble ne dégénèrent pas comme celle d’hier. Gabriel étant occupé à dragouiller, ils boivent un peu moins, juste un peu mais assez pour leur éviter d’être en si mauvais état le lendemain. On peut donc conclure que tout cela est de sa faute d’ailleurs, mais Ezra ne lui en veut pas, c’était quand même super fun.


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Sam 12 Nov - 19:45


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

On pouvait apprécier la compassion d’Ezra qui se fichait royalement de lui quand Gabriel lui expliqua qu’il avait failli se casser la figure en rentrant. C’était toujours agréable de pouvoir compter sur ses potes. “Ah bah merci. J’ai failli me briser la nuque et tout ce qui t’intéresse, c’est le possible chantage que tu peux me faire avec ça ? Bravo, Ezra, ta compassion me touche !”  Il était difficile de garder son sérieux, parce que le rire de son meilleur ami était contagieux. Puis il devait admettre qu’il avait probablement eu l’air passablement ridicule en montant les marches dans le noir, rond comme il était. Mais Ezra n’avait pas besoin de davantage de dossier sur lui qu’il n’en avait déjà. Après tout, les photos de leurs folles soirées, bien alcoolisées évidemment, suffisaient amplement. Heureusement que la vidéo de sa tentative pour monter les escaliers n’existait pas.
A sa question, Ezra sembla réfléchir. Lui non plus, il n’avait pas l’air de s’en rappeler. On voyait que lui aussi avait bien été ravagé par cette soirée. Pendant qu’il expliquait qu’il avait pris un taxi, Gabriel se redressa sur sa chaise, grimaçant en entendant certains de ses os craquer. Il s’arrêta en le voyant blêmir, un sourcil froncé. La réponse tomba et cette fois-ci, ce fut au tour de Gabriel d’éclater de rire pendant que son ami se tenait la tête, mort de honte. “Bah bravo. C’est ça quand on paye des tournées à tous les ivrognes du coin.” Il le revoyait, en train d’hurler qu’il offrait un verre à tout le monde. Gabriel était bien sûr trop ivre et trop emballé par l’idée de boire à nouveau qu’il n’avait pas empêché Ezra de mettre la main au portefeuille. Il rit à nouveau quand son meilleur ami lança que sa fiancée ne voudrait plus se marier avec lui. “T’inquiètes pas pour ça, elle t’aime trop pour te jeter maintenant.”  Il aurait bien fait un clin d’oeil à Ezra, mais ça impliquait de retirer ses lunettes de soleil et de supporter la lumière du jour. Donc il se contenta de sourire. Mais pas trop non plus, parce que ça faisait mal.

Il venait de porter une cigarette à ses lèvres quand LA question arriva. Il resta immobile un instant, fixant Ezra par-dessus ses lunettes pendant que ce dernier lui demandait la raison pour laquelle il n’avait pas fini au lit avec la fille qui l’avait collé toute la soirée. Quoi ? On pouvait plus ne pas coucher avec des gens sans s’attirer des questions, maintenant ? “J’vois pas du tout de quoi tu parles” répondit Gabriel en cherchant son briquet dans sa poche. Ezra continua, comptant bien lui arracher les verres du nez. Merde, voilà qu’il allait devoir se justifier, à présent. Il ne saurait même pas par où commencer. Il ne pouvait même pas se cacher derrière le fait qu’il était trop bourré pour l’emballer, parce qu’Ezra savait que ça ne l’aurait pas arrêté. Et qu’il ne buvait jamais autant lorsqu’il était question de finir la soirée avec une ravissante créature. Ou avec un jeune homme charmant, comme c’était déjà arrivé. Ezra l’avait grillé. Il n’avait aucun mensonge derrière lequel se cacher.

Il ne lui restait donc plus que la vérité. Il se racla nerveusement la gorge en buvant une gorgée de café pour gagner du temps. “Tu te fous pas de moi, hein ?”  C’était compliqué, cette histoire, en plus. Il détestait Ezra, sur le coup, parce qu’il ne lui laissait aucun moyen de s’en tirer en trouvant une excuse. Parfois, les meilleurs amis, c’était chiant. Surtout quand ils savaient quand on leur racontait des bobards et qu’ils faisaient tout pour vous mettre au pied du mur. Gabriel soupira. Pas le choix.  “J’ai…” Il resta un instant à chercher ses mots pour définir ce qu’il se passait exactement avec Cindy. Mais c’était le bordel à résumer. Et il n’était pas en état de réfléchir clairement, là, maintenant. Ezra avait bien prévu son coup, hein ? “Il y a cette fille… Cindy, elle s’appelle. Je la connais depuis un moment, maintenant, on était à l’école ensemble. Et au lycée aussi. On s’est perdu de vue et y’a peu de temps, je l’ai recroisé au tribunal pour une affaire.” Commencer par le début, c’était une bonne idée. Une très bonne idée. Il avait la voix aussi rauque que celle d’Ezra à force d’avoir trop fumé la veille. “On a fini par coucher ensemble... Plein de fois.” Gabriel passa sous silence le fait qu’elle disparaissait le lendemain. Et qu’ils ne se parlaient plus jusqu’au moment où ils se recroisaient et remettaient ça. Avant de recommencer, comme un cercle infernal qui n’en finissait jamais. “La dernière fois qu’on s’est croisé, on s’est moitié engueulé dans une boutique. C’était du grand n’importe quoi. Je pensais que j’arriverais à me la sortir de la tête mais c’est…” Il haussa les épaules avec un air dépité en fixant son café. Il était pitoyable. "Enfin, c’est pas important, hein ?” Il espérait qu’avec cette phrase, Ezra le laisser tranquille. Il savait qu’il comptait lui soutirer les moindres détails, mais il osait croire que cette fois-ci, son meilleur ami aurait pitié de lui et sa gueule de bois.  “Sinon, il fait super beau, aujourd’hui, tu trouves pas…?” lança innocemment Gabriel pour changer de sujet.


 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Dim 13 Nov - 16:43


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Ezra ne pensait pas que son ami avait réellement une nana en vue. Il connait bien Gabriel et ne l’imagine pas tomber sous le charme d’une femme. Pourtant son pote a beaucoup de qualités mais il semble aimer son célibat ce qu’Ezra peut comprendre même si lui, c’est tout le contraire. Il est avec Dylan depuis quelques années maintenant et le petit couple est du genre solide. La preuve, ils vont bientôt se marier et Ezra attend ce grand jour avec une certaine impatience. L’engagement ne lui fait pas peur et il a hâte de voir sa chère et tendre remonter l’allée de l’église dans sa belle robe blanche. Le jeune homme se demande parfois ce qu’il va ressentir à ce moment-là. Le trac ? La joie ? La peur ? Il n’en a aucune idée mais il est prêt à tout. Mais avant d’en arriver là, il avait été comme son meilleur ami : un peu paumé. Ezra est un bon pote et il est d’une patience infinie, alors même si Gabriel voulait donner dans le déni, il saurait tout, à un moment ou à un autre. « J’vois pas du tout de quoi tu parles. » Ca commence bien. Et ça met la puce à l’oreille d’Ezra qui ne quitte plus son besto des yeux. Quand on dit ces mots, généralement c’est qu’on vient de se faire griller en beauté. Le Andrews esquisse un sourire amusé alors qu’il tire une nouvelle taffe de sa cigarette. Non pas qu’il veuille se moquer de son ami, mais c’est toujours marrant de voir comment une fille –ou un garçon, il n’en sait rien après tout – peut nous mettre dans tous nos états. Gabriel finit par capituler et Ezra espère qu’il sait qu’à lui, il peut tout lui dire. « Tu te fous pas de moi, hein ? » Il ne se moquera pas, c’est pas son style. Certes de temps en temps il rit bien de Gabriel, et vice versa, mais de manière générale, Ezra est un vrai bon ami. De ceux qui s’intéressent à vous, qui écoutent, qui donnent de bons conseils et qui savent changer les idées quand il le faut. Alors non, il ne se moquera pas du Vakarian et ce dernier peut le croire entièrement lorsqu’il lui répond tout en expirant sa fumée dans les airs. « Bien sûr que non. » Et à partir de ce moment-là, il est tout ouï.

« J’ai… Il y a cette fille… Cindy, elle s’appelle. Je la connais depuis un moment, maintenant, on était à l’école ensemble. Et au lycée aussi. On s’est perdu de vue et y’a peu de temps, je l’ai recroisé au tribunal pour une affaire. On a fini par coucher ensemble... Plein de fois. » A ces mots, Ezra hausse les sourcils et un sourire bêbête se peint sur son visage. Les mecs resteront des mecs, et entendre ce genre d’histoire de la bouche de leurs potes ne peut que les rendre heureux pour eux. Intérieurement il se dit « Héééé bah le Gab, il est chanceux ! » mais se retient de le lancer à voix haute. Il a promis de ne pas se moquer et Gabriel n’a pas fini son histoire. « La dernière fois qu’on s’est croisé, on s’est moitié engueulé dans une boutique. C’était du grand n’importe quoi. Je pensais que j’arriverais à me la sortir de la tête mais c’est… » Amour passionné et passionnel avec un soupçon de déni et de peur de se prendre un vent. C’est là son pronostic, et vu qu’il connait bien son meilleur ami, il sait d’avance que maintenant, il va tout faire pour minimiser la chose. « Enfin, c’est pas important, hein ? » Bingo ! Appelez le psychologue Andrews. Il ne sait pas si c’est une vraie question, mais dans le doute Ezra répond. Clairement, Gab est à côté de la plaque, et y’a pas besoin d’un diplôme en psychologie pour le savoir. « Franchement ? Vu comment t’en parles, elle a plutôt l’air importante cette Cindy. » Il ne se moquera pas mais arbore tout de même un sourire amusé. Il aime bien voir Gaby comme ça, c’est drôle oui, mais c’est surtout du positif. Une nana qui lui mène la vie dure et le fait tourner en bourrique, c’est parfait pour lui.

« Sinon, il fait super beau, aujourd’hui, tu trouves pas…? » Ezra rit. La méthode de son meilleur ami pour échapper à un sujet qui semble le mettre profondément mal à l’aise - sans aucune raison valable - est plutôt mauvaise. Le Andrews fait mine de regarder le ciel, comme si il examinait réellement la beauté de cette journée ensoleillée. Oui il fait beau et il ne peut qu’aller dans le sens du blond. « J’trouve que c’est un beau jour pour arrêter de se voiler la face et peut être se bouger les fesses pour conquérir le cœur d’une certaine nana. » Il ne peut pas s’en empêcher. Lui n’a pas envie de changer de sujet. Cette Cindy a clairement tapé dans l’œil de Gabriel et il serait bête que celui-ci se débine par manque de courage. Bien sûr, Ezra ne sait quasiment rien de leur histoire, mais il lui semble clair que Gabriel en pince pour cette jeune femme. Alors il fallait qu’il se lance, même si ca faisait incroyablement peur. « Sérieux Gab, t’es plus un ado, si tu veux plus, dis le lui. » Le blond n’a pas présenté les choses comme ça mais il semble assez clair que c’est le cas. Ce n’est pas en toute innocence qu’Ezra demande alors : « Enfin j’en sais rien en fait… Tu veux plus ? ». Il a envie de lui faire définitivement cracher le morceau. Il adore Gabriel, c’est son meilleur ami et il ne veut que son bien, quitte à le sortir de sa zone de confort parfois. Ezra est persuadé que son ami a besoin d’un bon coup de pied au cul, juste de quoi lui faire prendre confiance… en espérant que cette Cindy lui mette pas un epic vent par la suite. Sinon c’est sûr que ça serait moins cool quand même, parce que certes il veut son bien, mais vu comme Gabriel lui en parle, elle a l’air un peu instable la nana…


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Dim 13 Nov - 21:40


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il se sentait un peu idiot en racontant à Ezra ce qu’il se passait avec Cindy. Parce que mince, il n’avait pas l’habitude. Il avait déjà eu des gens dans la tête, mais jamais comme ça. Et ça ne l’avait jamais empêcher de finir une soirée avec quelqu’un. Jamais. Alors forcément, parler de Cindy rendait les choses un peu plus réelles. Le petit sourire d’Ezra ne lui échappait pas. Forcément, il devait donner un drôle de spectacle, le Gabriel, là. Il était tellement perdu. Il n’arrivait pas à y voir clair et pour être honnête, ça le faisait chier. Il n’était pas fichu de se sortir Cindy du crâne. Et quand elle était dans les parages, son cerveau arrivait difficilement à fonctionner correctement. Un magnifique bazar dans sa tête, la Cindy. Il tentait de minimiser l’importance qu’elle avait dans sa vie, plus pour se convaincre lui-même qu’Ezra mais ça ne fonctionnait pas. Et même en changeant de sujet. Impossible d’y échapper. Quand Andrews avait envie de savoir la vérité, il ne lâchait rien. Un véritable pittbull. Gabriel appréciait ça chez lui, mais pas quand c’était lui qui devait rendre des comptes et qui se trouvait être la cible d’un interrogatoire. Comme il s’y attendait, Ezra revint à la charge.

Arrêter de se voiler la face ? Conquérir le coeur de Cindy ? Non mais… Il l’avait regardé ? Il le prenait pour Roméo ou quoi ? Il haussa un sourcil, bien dissimulé derrière ses lunettes de soleil. “Y’a rien à conquérir. A chaque fois qu’on passe une nuit ensemble, elle se barre le lendemain. J’pense que si elle voulait qu’on soit un vrai couple, elle ne se casserait pas avant que je me réveille, quoi.” Est-ce qu’il venait de prononcer le mot couple en parlant de Cindy ? Non. Oui. Il venait réellement de le faire. Sans témoin et surtout sans Ezra, il serait mis une baffe. Il en devenait pathétique, à un point qu’il s’exaspérait lui-même.  Il écoutait Ezra qui lui disait qu’il n’était plus un ado et il ne put s’empêcher de faire un bruit très élégant avec sa bouche. Quelque chose à mi-chemin entre le soupir d’exaspération et le grognement. Il le savait bien, qu’il avait passé l’âge de cumuler les amourettes sans conséquences et de se prendre la tête pour des possibles relations. Mais dire à Cindy qu’il en voulait plus… ? Elle allait prendre la fuite à nouveau. Et cette fois-ci, il n’y aurait pas potentielles prochaines fois. Déjà, s’il y en avait une avec ce qu’il lui avait dit au Pégasus, il pouvait s’estimer chanceux. “Je.. Non !” Gabriel secoua la tête. “Oui. Je…” Il leva les yeux en ciel en soupirant. “Je sais pas. Je sais pas ce que je veux avec elle. J’aimerais qu’elle reste, mais l’idée de m’engager…Enfin, tu me connais. La dernière relation “durable” que j’ai eu remonte à ma première année de fac et tu l’avais appelé l’Elue. Je suis pas fait pour ce genre de chose.

Oui, visiblement, il était plus doué pour enchainer les coups d’un soir et passer à autre chose très rapidement. C’est d’ailleurs ce qui aurait dû se passer avec Cindy, si son cerveau n’avait pas décidé de merder à ce moment-là. Et Ezra qui ne voulait pas le laisser en paix sur le sujet. C’était plus simple quand il ne se prenait pas la tête sur ça. Mais il devait être honnête cinq minutes avec lui-même et avec Ezra. C’était plus simple de dire la vérité quand c’était son meilleur ami qui était en face de lui. Les mots avaient plus de facilité à sortir. Il ne savait pas si c’était un talent caché qu’Ezra avait où si c’était dû à l’extrème confiance qu’il avait en lui. Peut-être un peu des deux. “ En fait, ce qui m’énerve le plus, c’est que je lui en veux. Elle se comporte comme je le faisais avant, en disparaissant comme ça. Et j’avoue que ça m’énerve de savoir ce que ça fait, maintenant. Je lui en veux de me laisser comme ça mais j’ai pas le droit de lui en vouloir parce que j’ai fait pire que ça et… “ Gabriel s’arrêta et se mit une main sur le front. Il commençait à avoir mal au crâne, à force. “Je sais pas où j’en suis. Et plus j’y réfléchis, moins j’y vois clair. Comme je t’ai dit, la dernière fois, on s’est engueulé et la seconde d’après, on était en train de s’embrasser dehors. Voilà quoi. C’est pas super simple…” Il secoua à nouveau la tête, parce qu’il avait vraiment de parler d’autre chose. Ce n’était pas du jeu de l’obliger à réfléchir après une cuite sévère comme celle qu’ils s’étaient prises la veille. “On peut changer de sujet maintenant ou… ?

 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Mar 15 Nov - 18:07


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

L'histoire de Gab a l'air sinueux et compliqué. Vraiment, Ezra fait un grand effort pour tout comprendre et le suivre au maximum mais son état ne lui permet pas de saisir toutes les subtilités de l'affaire. Il a besoin d'un peu d'eau pour se rafraîchir les idées et attrape sa bouteille alors qu'il continue de faire un effort inhumain (exagératiooooooon) pour capter tout ce que Gabriel veut lui dire. A noter que ce dernier pourrait avoir pitié de lui et éclaircir un peu son discours. Pauvre Ezra, son ami ne l'aide pas. « Y’a rien à conquérir. A chaque fois qu’on passe une nuit ensemble, elle se barre le lendemain. J’pense que si elle voulait qu’on soit un vrai couple, elle ne se casserait pas avant que je me réveille, quoi. » Il a pas compris ça du tout à la première explication de Gabriel et le Andrews met quelques secondes à intégrer cette nouvelle donnée. Suite à ce moment de réflexion c'est un « ... Aaah. » d’illumination qu'il lâche. Ça change tout quand même et la tournure que prend son histoire est plutôt cocasse quand on connaît le passif de Gabriel. « ... Mais j'avais pas compris ça comme ça moi ! » Et pourtant, c'est un petit détail qui a toute son importance. Donc cette Cindy est bel et bien instable, tout comme son meilleur ami. D'un côté c'est presque mieux, après tout le dicton "qui se ressemble s'assemble" doit bien sortir de quelque part.

Mais quand il demande à Gabriel ce qu'il veut vraiment, le discours de celui-ci passe de sinueux a carrément obscur. Ça a l'air d'être une prise de tête son histoire, à tel point qu’Ezra regrette presque d'avoir demandé à la base. Presque. Parce qu'il sent bien que son meilleur ami est paumé et que ça l'emmerde et du coup ça emmerde aussi Ezra. Normal, Gab est comme un frère pour lui et Ezra donnerait tout pour les gens de sa famille, Gabriel y compris. Mais plus ça va moins il comprend. Il n'aurait pas pensé que la réponse à sa - pourtant simple - question serait aussi complexe. « Je.. Non ! » Est ce que vraiment ils en seraient là si la réponse à cette question était « non » ? On ne peut pas autant se prendre la tête pour une fille et ne pas vouloir plus, non ? « Oui. Je… » Et voilà qui paraît plus logique. Ezra est presque fier de son petit Gabriel qui devient grand aujourd'hui. A cette pensée un sourire se dessine sur son visage encore livide des folies de la veille. Sauf que voilà, c'est pas fini. Pas du tout. « Je sais pas. Je sais pas ce que je veux avec elle. J’aimerais qu’elle reste, mais l’idée de m’engager…Enfin, tu me connais. La dernière relation “durable” que j’ai eu remonte à ma première année de fac et tu l’avais appelé l’Elue. Je suis pas fait pour ce genre de chose. » Il s'en souvient très bien de cette « élue », même très très bien. Gabriel sérieusement engagé dans une relation amoureuse est un événement tellement rare que ça en devient mémorable. Oui, Ezra avait appelé la chanceuse « l'élue » mais y avait eu de quoi ! Après tout ce fut la seule fille au monde à réussir à poser Gabriel quelques temps. Ça n'avait pas duré infiniment et pourtant, Ezra adorait cette fille qui avait su mettre le grappin sur son électron libre de meilleur ami. Alors même des années plus tard, il protège son poulain, parce que oui il y avait tellement cru à l’époque que ça le chagrinerait à vie. Il pointe donc Gabriel d'une cigarette accusatrice, ce dernier sait ce qu'en pense Ezra depuis le temps mais à chaque fois le Andrews se sent obligé de répéter : « Et je continue de penser que ça aurait pu marcher avec elle, elle était géniale cette nana. Mais oui, c'est pas trop ton truc... » C'est carrément pas du tout son truc oui... enfin Ezra est du genre diplomate, il va pas le dire comme ça non plus.

Et bon, comme si ça suffisait pas niveau complexité, Gabriel en rajoute une couche. Pendant ce temps, Ezra n'a plus d'autres loisirs que de fumer sa cigarette. Il est de bonne foi et fait tout ce qu'il peut pour démêler le sac de nœuds des sentiments de son pote, mais il arrive à la limite de ses capacités de psychologue. « En fait, ce qui m’énerve le plus, c’est que je lui en veux. Elle se comporte comme je le faisais avant, en disparaissant comme ça. Et j’avoue que ça m’énerve de savoir ce que ça fait, maintenant. Je lui en veux de me laisser comme ça mais j’ai pas le droit de lui en vouloir parce que j’ai fait pire que ça et… Je sais pas où j’en suis. Et plus j’y réfléchis, moins j’y vois clair. Comme je t’ai dit, la dernière fois, on s’est engueulé et la seconde d’après, on était en train de s’embrasser dehors. Voilà quoi. C’est pas super simple… » Pas. Super. Simple. Il rigole là ? C’est un putain de calvaire son histoire. Et pourtant, si on la résume ça tient en une phrase : Gabriel kiffe Cindy et Cindy est chelou. Voilà, fallait pas plus se prendre la tête que ça.

Il semble que cela coute à Gabriel que ces déboires amoureux soient au centre de la conversation. Sa gêne se lit sur son visage malgré ses belles lunettes et Ezra n’a pas vraiment envie que leur petite virée au café devienne un regret pour l’assistant juridique. « On peut changer de sujet maintenant ou… ? » Ou… Oui, le Andrews a encore quelques questions, mais pas grand-chose, juste de quoi éclaircir les dernières zones obscures, après ça, promis juré, il le laisse tranquille. « Oui, oui, mais attend avant... vous vous êtes engueulés et après vous vous êtes embrassés? » Il aimerait cacher ce sourire qui étire ses lèvres mais n’arrive pas à l’effacer totalement. C’est digne d’un film ce genre de scène et ça ne peut être caractérisé que d’une seule manière. « Ça a l'air passionnel votre histoire ! » Passionnel ! Voilà c’est ça ! Sauf que la passion, c’est cool mais c’est toujours galère. Bon courage Gabriel.

« Enfin, réfléchis pas trop, elle aura peut-être un déclic un jour. » On aurait pu croire qu’il va en rester là, mais Ezra est maintenant passé en mode veille, comme il le fait parfois. il prend quelques secondes pour réfléchir à la situation telle qu’elle a été redéfinie par son ami. Accoudé à la table, il tire quelques taffes de sa cigarette tout en cogitant, le regard perdu on se sait pas trop où (et ouiiii lunettes de soleil ouesh !). « Et au pire si elle est comme toi... » Si cette Cindy est comme a pu l’être Gabriel alors il fallait qu’ils se servent de ça comme un avantage. Qu’est ce qui aurait pu faire que Gabriel, spécialiste du départ avant le ptit déj après une nuit de folie, se serait finalement posé avec quelqu’un ? Bon, cette question est compliquée à comprendre mais c’est encore plus dur pour Ezra de l’exprimer à haute voix. Il plisse les yeux dans une intense réflexion bien trop intense pour son état général. Un peu plus et il se met à saigner du nez. « Qu'est-ce que quelqu'un qui t'aurait kiffé quand tu étais comme elle aurait pu faire pour sortir avec toi ? Voilà, faut que tu fasses ça ! » Il a l’air assez fier de son idée mais ne peut nier l’évidence : on comprend rien de ce qu’il vient de dire. Où est le sujet ? Le verbe ? Le complément ? C’est quoi un complément ? « Sauf que je suis pas sûr que ça veuille dire grand-chose... Mais c'est ça que tu dois faire. » Ezra, toujours là pour aider. Enfin il a essayé au moins et alors qu’il écrase sa cigarette dans le cendrier disposé sur leur table, il capitule. « Roh laisse tomber, j’suis pas en état pour réfléchir autant. » Il veut retourner dans son lit et comater jusqu’au retour de Dylan avec qui la vie est si simple et sans prise de tête.


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Sam 19 Nov - 12:17


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il ne voulait pas en dire autant, au départ. Parce qu’il fallait déjà qu’il accepte et ça, c’était beaucoup lui demander. Mais en présence de son meilleur ami, sa langue se déliait avec une facilité déconcertante. Il en venait à aborder des détails qu’il aurait préféré qu’Ezra ignore. Il ne s’en rendait pas compte sur l’instant, trop occupé qu’il était à tenter de résumer toute cette histoire en s’emmêlant les pinceaux en cours de route. Parce que lui-même n’arrivait pas à voir clair. Et il voyait bien à l’air perdu d’Ezra que ce n’était guère mieux de son côté. Il continuait de livrer les détails de son histoire avec Cindy qu’il ignorait comment qualifier. Il avait beau chercher des mots, il n’arrivait pas. Ils étaient quoi ? Des amis ? Le plan cul régulier de l’un ou de l’autre ? Comment les qualifier, Cindy et lui ? Rah, il verrait plus tard. Il n’était pas en état de le faire. Il démissionnait pour la journée. Voilà. Son cerveau était en pause jusqu’à ce qu’il ne soit plus en mode gueule de bois phénoménale. C’était très bien ainsi.

Ezra en bavait de son côté. Gabriel se sentait presque coupable d’infliger ça à son meilleur ami, mais quelque part, il avait demandé. Pas faute d’avoir tenté de changer de sujet. Il revint sur le sujet de l’Elue, ne perdant pas l’occasion de rappeler Gabriel qu’il avait manqué une occasion en or en la laissant partir. Ça avait beau faire des années, Ezra se sentait obligé de lui répéter ça. Un demi-sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il secouait doucement la tête. Inutile de lutter contre ça. “Ouais, ouais, je sais.” Il accordait ce point à Ezra, parce qu’il était bon joueur et que quoiqu’en dise Gabriel, il resterait campé sur ses positions concernant cette fille. Il était vrai que réussir à le poser n’était pas un exploit à la portée de n’importe qui. C’était la seule relation durable qu’il avait eu. Et encore une qui avait foiré parce qu’il était doué comme manche, quand il s’agissait de s’engager sur le long terme. Il avait pris peur et c’était à partir de ce moment que les choses étaient parties en cacahuètes avec elle. Et depuis, Ezra n’avait jamais cessé de lui rabâcher qu’il avait fait une erreur. Gueule de bois ou pas, il ne faisait pas exception à la règle.
Ezra continua d’écouter la tirade Gabriel sur ses histoires de coeur et ce dernier se demandait s’il n’allait pas le perdre en cours de route. C’était peut-être trop d’un coup pour Ezra. Il le noyait sous un flux d’information. Et même s’il s’en rendait compte, il n’arrivait pas à s’arrêter, comme si les mots n’avaient besoin que d’une oreille attentive pour finalement sortir. Enfin, quand Gabriel jugea qu’il en avait assez dit sur le sujet, il tenta honnêtement de parler d’autre chose. Parce que bon. S’il continuait, son cerveau allait exploser et celui d’Ezra avec. Ni l’un ni l’autre n’étaient en condition pour ça. Ils étaient proches de la mort cérébrale. La soirée de la veille avait du mal à passer.

Gabriel écrasa sa cigarette sur le cendrier devant lui. Il espérait vraiment qu’ils allaient changer de sujet, mais il fallait qu’Ezra rebondisse sur cette histoire de baiser qu’il avait laissé échapper malgré lui. Lui et sa grande gueule, sérieusement. Il se serait mis une bonne paire de claque. Et il voyait le petit sourire qui se dessinait sur les lèvres de son meilleur ami. Il plissa les yeux à travers ses lunettes, comme pour le mettre au défi d’ajouter quelque chose. Mais Ezra n’étant pas né avec une vision à rayon X… Gabriel retint un soupir. Quelle connerie il avait fait en lui disait ça. Passionnel, passionnel… c’était vite dit. C’était prise de tête surtout. Il grogna intérieurement. Si Ezra savait les circonstances du baiser et le petit détail qui tuait - à savoir que Cindy s’était ouvert la lèvre un peu avant et saignait - il ne dirait peut-être pas ça. Ouaip. C’était glamour, pas vrai ? Son meilleur ami continua et Gabriel écouta avec attention ce qu’il avait à dire. Enfin. S’il arrivait à comprendre. Il fronça les sourcils, cherchant un sens à ce qu’il venait de lui sortir.  Quelqu’un l’aurait kiffé quand il était comme Cindy ? Il voyait difficilement qui aurait pu l’apprécier comme ça. Qui aurait été assez dingue pour remettre ça et s’accrocher en sachant que c’était voué à l’échec. Et pourtant, il y en avait bien une qui avait réussie. L’Elue, encore une fois. Comment elle s’y était prise d’ailleurs ? Il ne s’en souvenait plus. Sa mémoire avait occulté ce détail qu’il avait jugé insignifiant. Peut-être que…Non, pas comme ça. Elle avait…Non plus. Il était bien gentil, le Andrews mais il aidait pas du tout, là ! Gabriel se replaça sur sa chaise, redressant ses lunettes en retournant dans sa tête ce qu’Ezra avait dit. Cindy était comme lui avant. Le pro dans la disparition avant le réveil de son partenaire d’une nuit. S’il voulait avoir plus que ça avec Cindy, il devait sans doute… continuer ? Non, ça n’avait pas de sens. Enfin… Il reporta son attention sur Ezra qui déclara qu’il valait mieux laisser tomber. Il parlait de Cindy ou de ce qu’il lui avait dit ? Roh puis merde, ça aussi, ça attendrait que Gabriel ait réussi à reconnecter ses neurones.  Au moins, ils allaient pouvoir changer de sujet. Et c’était parfait.

Là, il commençait à souffrir. Vraiment. A croire que le peu de choses qu’il avait fait aujourd’hui, à savoir s’extirper de son lit pour rejoindre Ezra l’avait vidé de son énergie. Il se jura que c’était la dernière fois qu’il abusait autant. L’alcool ? Plus jamais. Du moins jusqu’à la prochaine occasion qui se présenterait. Parce qu’au fond, il ne refusait jamais une occasion d’aller s’amuser. “Et sinon, comment va Dylan ?  J’veux dire…Les préparatifs du mariage, ça avance bien ?” Parce qu’il n’y avait pas de raison qu’il parle de sa vie sentimentale sans qu’Ezra passe aussi à quelques aveux. Même si la vie amoureuse d’Ezra était plus simple que la sienne. Ils n’avaient pas tellement eu l’occasion d’en parler la veille, à croire qu’ils étaient directement passé au moment où ils n’arrivaient plus à marcher droit.  Puis, il avait vu le changement que Dylan avait procuré chez Ezra. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure qu’il était heureux avec elle. Il l’appréciait pour ça. Pour enfin apporter à Ezra la joie qu’il méritait.


 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Sam 26 Nov - 17:30


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il est certain qu'Ezra remettra, un jour ou l'autre, Le sujet « Cindy » sur le tapis. Voir Gabriel amoureux, ou presque, est bien trop rare pour laisser l'occasion passer comme ça, à cause d’une gueule de bois qui tombe au mauvais moment. Mais au-delà de sa curiosité, Ezra est persuadé que son besto mérite d'avoir quelqu'un à ses côtés. C'est peut être vieux jeu, mais Ezra trouve la vie plus douce a deux, sûrement parce qu'il a trouvé la perle rare. Ceci dit Gabriel a beaucoup de chance de leurs gueules de bois du jour, Ezra capitule pitoyablement sans plus en demander. Ça n'empêche pas qu'il est content pour le blond, encore plus parce qu'il semble avoir trouvé une nana à sa hauteur, complexe à lui en refiler des nœuds à la tête.

Le jeune homme attrape son muffin et en prend une bouchée. Ça faisait longtemps qu'ils n'avaient pas autant parlé de la vie affective de Gabriel et comme pour contrebalancer ce fait, son ami détourne la conversation sur le patron d'entreprise. Ce dernier s'en retrouve étonné même si il n'a aucune raison de l'être. Gabriel et Dylan s'entendent à merveille et son meilleur ami demande toujours des nouvelles de la jolie rousse. « Et sinon, comment va Dylan ?  J’veux dire…Les préparatifs du mariage, ça avance bien ? » La question du blond tire un sourire à Ezra qui mâchouille son muffin comme si de rien n'était. À vrai dire il a encore du mal à comprendre que, lorsque Gabriel parle de mariage, c'est bel et bien du leur, à Dylan et lui. Ce dernier a encore du mal à s'imaginer la scène. Il sait qu'il veut rendre Dylan heureuse, qu'elle est la femme de sa vie et que leur union est une évidence pour lui mais... mais il a des difficultés à concevoir cela comme une continuité de sa vie à lui. Parfois il a l'impression de s'extirper de sa condition mais souvent il a peur d'entraîner la rouquine dans la malédiction des Andrews. C'est un fait, ils ont la poisse, voir même ils la provoquent quand on voit son frère et sa sœur.

Ezra met souvent ces idées-là de côté, se faisant violence pour positiver et profiter d'un bonheur qu'il pense avoir mérité... peut-être. Le jeune homme essaie alors de s'impliquer dans l'organisation du mariage, géré d'une main de maître par Dylan, et heureusement parce que le Andrews trouve ça affreusement compliqué. Mais genre... c'est super dur à préparer en fait un mariage. Au final, il se retrouve souvent à dire uniquement « Okay » et à signer deux ou trois chèques. Enfin y'a tout de même des moments cools aussi. Ils sont allés voir quelques groupes de musique et se sont bien marrés sur le dancefloor, puis y'a plein de bouffe à choisir et ça c'est trop cool. Parfois, il a juste l'impression d'avoir le côté fun de l'affaire ce qui n'est pas vraiment sympa pour la pauvre Dylan. Il devrait peut-être faire des efforts mais en même temps ça le dépasse complétement cette histoire. « Ouais ouais, je t'avoue que je suis pas trop tout. Je pensais pas que c'était autant de préparatifs un mariage. Mais Dylan a plein d'idées, ça va être génial. » Son sourire s'étire malgré lui. Il se laisse prendre au jeu et pense réellement que le jour de leur mariage va être tout particulier dans leur vie. Non pas qu’ils prévoient le mariage du siècle, bien qu'ils ne soient pas restreint par les problèmes financiers, mais le petit couple ne veut pas d’un grand mariage. Au contraire ils comptent se la jouer intimiste avec tout juste la famille et les amis proches. Mais, malgré cela, il faut choisir toute une série de chose : le lieu, le repas, les musiques, les fleurs, les habits... non vraiment, Ezra n'aurait pas pensé qu'il soit si difficile de préparer un mariage et pourtant il en fait bien moins que Dylan niveau préparatifs.

Il y a tout de même quelque chose dont il doit s'occuper depuis un moment. Il a deux choses à dire à Gabriel, l'une sous forme de question, l'autre de grande nouvelle. Mais Ezra n'a jamais réussi à placer cela dans la conversation. Ça semble toujours déplacé ou tombé de nul part ou sans aucun rapport. Puis quelque part Ezra est peut-être un peu gêné d'avoir ce genre de conversation avec son meilleur ami. Ils n'ont pas l'habitude d'évoluer dans ce milieu-là, celui des adultes avec une vie d'adulte. Au fond, quand ils sont ensemble, c'est encore comme si ils étaient deux ados.
Ezra s'éclaircit la voix tout en se redressant sur sa chaise, Marquant ainsi un changement dans la conversation. Il est un peu nerveux sans vraie raison et ça se voit. « Bon tant qu'on en parle, j'ai quelques annonces à te faire en fait. » Et pour marquer le tout, il enlève même ses lunettes de soleil ce qui lui grille presque les yeux et ce sans aucune exagération, aucune. Il essaie peut être de gagner du temps et finit par grimacer tout en plissant les yeux et en faisant mine de devoir s'habituer à la luminosité ambiante le temps de quelques secondes. Puis il n’a plus le choix, il se lance… ou presque. « Y’en a une qui te concerne et l'autre qui a rien avoir avec toi, tu veux laquelle en premier ? » Le regard chocolat du jeune homme se pose alors enfin sur le visage de son besto. D'un côté il est gêné, oui, mais Ezra ne peut s'empêcher de sourire. Ce qui lui arrive est excitant au fond et il ne s'imagine pas ne pas partager tout cela avec Gabriel. C'est son bro et il a toujours été là. Quand ils étaient tout petits ou séparés par les déménagements ou par l'orphelinat, la fac, le boulot, la vie. Peu importe, Gabriel est toujours dans les parages et les événements de la vie sont toujours plus sympas quand il est dans le coin. Ça les rend plus tangibles, plus vraies, comme si il avait besoin de la validation de ses choix par la simple présence du blond. Oui, c'est bizarre leur relation. Une vraie bromance, pas aussi passionnelle que l'histoire de Gabriel et Cindy mais tout aussi évidente. Qu'est-ce que vous voulez, iIs sont un peu co-dépendants les deux-là.



 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Mar 29 Nov - 0:55


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Ce sujet-là semblait être éloigné. Non pas que ça le désolait de parler de Cindy. Bien au contraire. Mais parler de cette fille sans son histoire avec Gabriel. Parce qu’il n’aimait pas parler de lui. Ezra et Maggie étaient les seules personnes avec qui les mots sortaient naturellement. Nul besoin de porter ce masque avec eux. Il n’avait qu’à être en leur présence et il parlait avec une aisance qui le surprenait à chaque fois. Il était bavard sur bien d’autres sujets, mais des sujets qui ne le concernaient pas. Ou alors de très loin. Il préférait parler des autres, parler de choses qui pouvaient sur le moment sembler futiles et peu importantes comme un film ou un livre. Mais jamais il n’abordait des sujets qui le touchaient personnellement, sans une réelle confiance ou sans qu’il y soit contraint.  Et quand ça arrivait, il était juste incapable de mettre des mots sur ce qu’il ressentait, habitué depuis toujours à garder ses sentiments pour lui. C’était pour cette raison qu’il parlait de sa relation avec Cindy d’une façon aussi décousue. Il ne savait pas comment définir ce qu’il ressentait. Il n’avait pas besoin de le faire, parce qu’aucun mot ne suffirait. Et justement, voir Ezra baisser les bras sur le sujet qui était visiblement trop compliqué à aborder pour ce lendemain de fête lui donnait une occasion parfaite de changer de sujet et de se concentrer sur son meilleur ami.

Il connaissait Dylan depuis qu’Ezra lui avait présenté celle qui lui arrachait quelques petits sourires rêveurs. Et si au départ, Gabriel s’était montré méfiant envers elle - quiconque fréquentait Ezra devait mériter de le faire. Gabriel était sans doute un brin trop protecteur envers lui - il avait rapidement vu que c’était la fille qu’il fallait. Pourtant, ça n’avait pas toujours été comme ça. Les personnes qui s’approchaient d’Ezra devaient souvent se coltiner le meilleur ami paranoiaque, celui qui ne les appréciait unisquement s’il avait l’assurance que ces gens ne feraient pas de mal à celui qu’il considérait comme un frère. Et Dylan avait réussi très rapidement cet exploit. Là où d’autres avaient eu des difficultés inimaginables, la rouquine s’était montrée digne d’avoir la confiance de Gabriel en un temps record. A croire que sa joie de vivre était contagieuse. Lorsque Ezra avait annoncé ses fiançailles, il n’avait pas été surpris. Il avait été fier de lui, comme jamais. Au moins un des deux qui s’en sortait sur le plan relationnel. Et celui qui le méritait le plus, même s’il savait qu’Ezra le tuerait pour avoir pensé un truc pareil. Mais Gabriel était ainsi, toujours à penser qu’il n’était pas légitime quand quelque chose de positif arrivait dans sa vie.

Il ne s’attarda pas sur le petit sourire d’Ezra à la mention de son mariage. Il le voyait tout le temps depuis trois ans. Ce petit sourire qui voulait dire qu’il avait du mal à réaliser qu’il était en train de devenir adulte, qu’il allait s’engager avec une femme qui le rendait heureux. Ce sourire qui donnait à Gabriel l’envie de faire de même. La vie n’avait pas été tendre envers eux et pourtant les voilà, à présent, toujours amis et en train de prendre une sacrée revanche.  Il laissa sa tête reposer sur son poing, histoire de la tenir un peu. Parce que mince, ça devenait difficile, là. Il hocha la tête en écoutant la réponse d’Ezra, sentant un demi-sourire se dessiner ses lèvres. Il était amusant, son meilleur ami quand il disait qu’il ne s’attendait pas à ce que ce soit si compliqué. Tu m’étonnes, Ezra. C’était sans doute le truc le plus chiant, ça. Les préparatifs. Certains couples se prenaient la tête pour la taille des cartons d’invitations. C’était peut-être ce qu’il fallait à des fiancés pour décider si oui ou non, ils devaient aller jusqu’au bout. Peut-être. Enfin, la vision qu’avait du Gabriel n’était pas flatteuse. Probablement parce qu’il avait fait un stage dans un cabinet d’avocat spécialisé en divorce. Mais là n’était pas la question.  Il divergeait du sujet central, à savoir son meilleur ami qui allait se marier avec la femme qu’il aimait. Et c’était ça le plus important. Pas tout ce qu’il y avait autour et pas tout ce qu’il voyait autour de lui. Ezra et Dylan allaient se marier et ça, c’était génial. Même si ça semblait ironique qu’il pense ça vu ce qu’il pensait du mariage en général, mais il était réellement heureux pour eux et leur souhaitait tout le bonheur du monde. Puis que ce soit Dylan qui prenne tout en charge aidait beaucoup à la paix du ménage.

Il garda le silence, ne trouvant rien d’utile à ajouter. Il se contenta simplement de lui prêter une oreille attentive et de se redresser quand Ezra s’éclaircit la voix, comme s’il allait lui annoncer quelque chose d’important. Il connaissait cette façon de faire. Et… Bingo. Ça n’avait pas raté.  Deux annonces à lui faire ? Gabriel fronça les sourcils en penchant doucement la tête sur le côté, sa curiosité bien attisée. Qu’est-ce qu’il voulait dire par “annonces” ? Il observa son meilleur ami retirer ses lunettes, grimacer à cause de la lumière et faire durer le suspens. “Vas-y, je t’écoute.” Gabriel ne le quittait plus des yeux à présent. C’était quoi, ces annonces ? Il retint un soupir de frustration quand il entendit Ezra qui tentait de gagner du temps. Gabriel secoua la tête et finit par lancer “Peu importe...Euh...celle qui est la plus importante.” Non parce que… Ezra commençait à lui faire peur, là. Mais vraiment. Qu’il prenne autant de temps pour lui annoncer quelque chose était un brin dramatique et Gabriel n’étant pas quelqu’un de très optimiste de nature, il se mit rapidement à songer au pire. Ezra et Dylan se séparaient ? Non, c’était pas logique, puisque les réponses qu’il lui avait fournies plus tôt contredisaient cette hypothèse. Ils le retardaient alors ? Non, c’était probablement autre chose. Il y avait un imprévu ? Sans doute ? Enfin, peut-être qu’il partait un peu loin. A force de toujours être dans le négatif, il pensait rapidement que c’était ça qui faisait qu’Ezra mettait autant de temps à dire ce qu’il avait à dire. Le plus sage était d’attendre qu’Ezra se décide à lui donner une réponse franche et complète, si encore ce dernier voulait bien arrêter de faire durer le suspense comme il le faisait.

 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Sam 3 Déc - 17:02


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il est assez inconcevable pour Ezra de chercher à gagner du temps comme ça et il s’en rend bien compte. C'est tout bonnement ridicule à vrai dire mais il n'y peut rien. Il n'est pas du genre sûr de lui, ni même très expressif et il aime au moins autant que Gabriel être le centre de la conversation. Bref, c'est ridicule mais il ne peut pas s’en empêcher. Avoir cette conversation lui paraît presqu'irréaliste alors il lui faut un peu de temps même si Gabriel, lui, est déjà tout ouï. Ezra regrette de ne pas avoir insisté plus longtemps sur le sujet Cindy, c’était encore le mieux pour gagner du temps. Un peu plus et il maudirait ses neurones pour ne pas mieux avoir tenus le coup devant les explications ô combien nébuleuses de Gabriel. Pourtant il devrait être habitué, il maitrise le Gabriel depuis le temps. Non en fait c’est la gueule de bois qu’il doit maudire. Que la vodka soit honnie ! Elle et la diablesse de téquila ! Et rien qu’à penser cela, il a soif et il attrape sa bouteille d’eau alors que le glas sonne pour lui en quelques pauvres mots. « Vas-y, je t’écoute. » Ca lui en tort presque le ventre. Non pas que le jeune homme ait peur, ou alors peut être que oui, mais ca ressemble plus à du trac qu’autre chose. Il a pas intérêt à se chier ses révélations, et se met une petite pression incognito. Il doit réfléchir à comment le dire et par conséquent il lui faut gagner du temps. C’est toujours le même problème au final. Alors qu'Ezra demande à son meilleur ami de décider par quoi il pourrait bien commencer, celui-ci prend la décision pour eux, un peu trop rapidement, d’ailleurs. Gabriel est pragmatique. « Peu importe...Euh...celle qui est la plus importante. » Maudit soit le pragmatisme.

Ezra ne dit pourtant rien. Au lieu de cela son regard se perd un peu. Il réfléchit au truc le plus bête et le moins intéressant du monde. Le pire, c’est qu’il ne le fait même pas exprès, tout ça, c’est de la faute de son inconscient. Mais qu’est ce qui est mieux ? Commencer par l’information la « moins » importante et qui concerne directement Gabriel ? Ou alors par l’autre révélation, plus life-changing mais qui implique moins le blond ? Non vraiment, si on y réfléchit, c’est pas si simple de trancher. La preuve en trente seconde : « En fait faudrait mieux que je commence par la moins importante non ? Parce que si je dis la plus importante en premier l'autre elle va sembler peanuts. » Non mais mine de rien, c’était important de ne pas foirer les prochaines minutes. Non pas que ça devait être parfait, mais presque. En fait si, si ça devait être parfait. Ezra est comme ça, c’est plus fort que lui. « Alors que si je commence par la moins importante, ça fait une montée de feels tu vois le genre ? » Son regard se retourne sur Gabriel qui attend toujours que le Andrews daigne enfin cracher ce qu’il a à dire. A sa place, Ezra serait surement pareil d’ailleurs. Néanmoins, il hésite un peu, et s’octroie le luxe de siffler un peu d’eau prolongeant ainsi encore un peu plus le suspens. Ezra doit avouer qu’en plus, il trouve ça un peu drôle, et pourtant toute bonne blague a une fin.

Il n’a toujours pas trouvé les mots et encore moins l’ordre dans lequel il doit les prononcer mais Ezra se lance enfin. Il est déjà bien droit sur sa chaise et il se contente de reposer sa bouteille et de prendre bien soin de fuir le regard de son meilleur ami alors qu’il lui fait sa demande. Oui, c’est presqu’une demande en mariage à ce stade… « Bon alors jme disais que, pour le mariage, si ça te tente... tu pourrais être mon témoin. » Il le sait depuis longtemps, qu’il veut que Gabriel soit son témoin. Après tout il est son meilleur ami de la vie, la personne en laquelle il a le plus confiance au monde et qui a toujours été là pour l’aider, l’épauler, le conseiller, le réconforter, lui changer les idées, le faire rire ou parfois l’engueuler quand il en avait besoin. Qui de mieux pour témoigner de ce pas gigantesque qu’Ezra allait faire dans la vie en compagnie de Dylan ? Personne, absolument personne. Et puis ça serait la plus grande preuve d’amitié de la part de Gabriel que d’accepter de passer toute la cérémonie debout tiré à quatre épingles devant une salle remplie de gens à faire le poireau tout ça pour simplement devoir signer un pauvre papier. Enfin, Gabriel est assistant juridique, la paperasse c’est son métier et à coup sûr un peu plus ne le dérangerait pas. Enfin ne réduisons pas l’honorable statut de témoin, il devrait aussi se coltiner les préparatifs avec eux. Si c’est pas trop cool tout ça franchement !


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Lun 5 Déc - 22:44


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Gabriel n’avait jamais été quelqu’un d’incroyablement patient. Jamais. Il prenait sur lui la plupart du temps, mais la patience ? Mot inconnu au bataillon pour lui. Alors forcément. En voyant Ezra tenter de gagner du temps, il se sentait l’envie de lui dire d’accoucher vite, parce qu’il ne tenait plus. Si c’était si difficile à dire, il n’avait qu’à faire comme si c’était un pansement à arracher. On tirait un coup sec, ça faisait mal, mais c’était mieux que d’y aller centimètre par centimètre. Ouais, drôle de métaphore. Crever l’abcès serait plus simple. Car en voyant Ezra hésiter, il commençait déjà à imaginer les pires scénarios possibles. Il n’y pouvait rien, il était comme ça de nature. Toujours à penser aux catastrophes en premier. Ce qui ne manquait pas de faire rire son entourage qui le charriait sur le sujet en disant qu’il voyait le mal partout. Ce n’était pas faux du tout. Ezra regardait dans le vide, cherchant ses mots, hésitant. Jouant avec les nerfs de Gabriel par la même occasion.  Gabriel qui était à deux doigts de le secouer pour qu’il ouvre la bouche et qu’il balance enfin ce qu’il avait à dire.

Ezra, malgré l’avis qu’il lui avait demandé plus tôt, décida donc de lui annoncer la nouvelle la moins importante. Pour la portée dramatique, visiblement. Ce qui ne faisait rien pour le rassurer, loin de là. Il plissait les yeux en le regardant gagner encore du temps, jouant avec sa bouteille d’eau. Il lâcha un sifflement entre ses dents, manifestant son impatience malgré lui. Accouche, Ezra ! Il n’était pas fait pour ça. Du suspense, il en avait déjà dans son travail. Quand le jury devait rendre son verdict. Quand un document important arrivait en retard. Trop de situation où il était déjà au bord de la crise de nerf. Ajoutant à ça son meilleur ami qui ne savait pas comment s’y prendre, ça ne l’aidait pas. Mais il était un adulte et un adulte, ça devait parfois se montrer raisonnable et attendre. Alors il attendait. Il attendait cette annonce importante. Quand il n’y croyait plus, enfin, Ezra se décida à lâcher l’information.

Gabriel resta figé, sans ciller. C’était ça, l’annonce ? Enfin, l’une des annonces ? Il lui demandait d’être son témoin ? Gabriel eut un rire, un rire entre la perplexité et le soulagement. Est-ce que ça valait tout ce cinéma ? C’était bien Ezra, ça. Mais ça ne se faisait pas de se moquer de son meilleur ami qui avait l’air stressé à l’idée de lui demander ça. Parce qu’il aurait été dans le même état à sa place et que lui-même avait passé les dernières secondes à imaginer le pire. Il secoua doucement la tête et se redressa, un énorme sourire sur les lèvres. Il était ému. Qu’Ezra lui demande de n’être plus qu’un simple invité le jour le plus important de sa vie. Il était touché mais étant aussi doué pour le montrer que pour parler de lui clairement, il préférait aborder les choses avec humour. Ce fut donc sur le ton de la plaisanterie qu’il dit à Ezra «  J’ai cru que t’allais jamais me demander !»

Il n’arrivait pas à retirer ce sourire de ses lèvres, ni le sentiment de fierté qui s’emparait de lui au fur et à mesure que la conversation évoluait. Il avait sous les yeux l’une des personnes les plus importantes de sa vie en train d’avancer progressivement vers son mariage. Et qui lui demandait d’être présent ce jour-là, preuve de sa confiance en lui. Il était fier d’Ezra, oui. Et s’il était déjà fier de lui maintenant, il n’osait pas imaginer ce que ça donnerait le jour où ce dernier échangeait ses voeux avec Dylan. C’était une grande étape, qui quelque part lui faisait un peu peur. Parce qu’il ne pourrait peut-être plus voir Ezra aussi souvent qu’avant quand il serait un homme marié. Ils grandissaient, vieillissaient et peut-être qu’un jour, l’un et l’autre ne seraient plus aussi présents que maintenant. Mais voilà qu’il se remettait à dramatiser. Ses sentiments à lui n’étaient pas important. Ce qui comptait, c’était Ezra et seulement Ezra. Et la réponse qu’il attendait. « J’en serais honoré »

Il reprit son sérieux car une autre nouvelle allait arriver. Il ne savait pas bien ce que c’était mais de ce qu’il avait compris, c’était encore plus important que ce qu’Ezra venait de lui demander. Le connaissant, il allait encore essayer de gagner du temps vu le mal fou qu’il avait eu juste avant. Mais cette fois, Gabriel allait prendre son mal en patience. « Et c’est quoi, la seconde annonce ? La plus importante ? » Il était tout ouï, prêt à accueillir la nouvelle, qu’elle soit bonne ou mauvaise, en espérant quand même que ce soit la première option. Un bonheur ne venait jamais seul, comme on disait. Il avait donc hâte de savoir ce que c’était, un peu plus détendu à présent.

 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Dim 15 Jan - 15:32


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

En même temps il s'attend à quoi d'autre qu'à un oui ? Certes Gabriel est du genre sauvage et Ezra croit savoir que l'idée de se tenir à ses côtés devant une vingtaine de personnes pendant toute la cérémonie n'est pas pour enchanter quelqu'un comme son meilleur ami. Mais leur amitié est telle que, de toute évidence, le jeune homme supporterait ça pour lui. Si les situations avaient été inversées, ça aurait été tout pareil d’ailleurs. Peut-être que l’un pour l’autre ils étaient capables de tout, du pire mais surtout du meilleur. Cela inclue de dépasser sa timidité, son hostilité, ses frayeurs, ses préjugés et tant d’autres choses encore. C’est pour ça qu’Ezra ne voit que Gabriel dans le rôle de témoin. Il est, et sera toujours, il l’espère, le témoin de sa vie dans les moments durs, les bons et même les plus soporifiques. Ils sont condamnés à jamais à se boire des cafés tout en fumant des clopes. Mais ce qui est encore plus sûr, c’est que les deux hommes sont gênés et la réponse de Gabriel, sous forme de blague, est la meilleure des réponses qu’il pouvait donner. Ça détend à la fois l’atmosphère et Ezra aussi au passage. « J’ai cru que t’allais jamais me demander !» Le Andrews sourit tout en pivotant la tête de droite à gauche d’incrédulité. Il ne l’a pas vu venir celle-là, mais c’est vrai que ça fait limite demande en mariage tout ça. Oh puis, c’est une demande en mariage de meilleur pote quelque part, non ?

« J’en serais honoré » Ezra pose son regard sur le visage de Gabriel. Son sourire se fait moins grand mais reste bel et bien présent. C’est un moment, de ceux qui sont tout particulier dans une vie, de ceux qu’il ne sait pas du tout géré. Ca le touche que Gabriel accepte, mais ne sait pas le montrer non plus sauf que lui n’a même pas une petite blague pour faire comme son besto et esquiver le tout. Boulet des sentiments, azy, trouve un truc à dire. Okay, okay… « Cool. » On se demande presque comment Ezra peut être un jeune homme fiancé à l’heure actuelle tellement c’est lamentable. Dylan a ce petit plus qui fait qu’avec elle, il arrive plus facilement à parler. Mais la rouquine sait surtout lire entre les lignes sinueuses des réactions pourtant bien peu démonstratives du jeune homme. Prenez-le, là, tout de suite, face à Gabriel. C’est dans son petit sourire qui ne disparait pas, dans sa manière de gigoter sur sa chaise, dans son empressement à s’allumer une nouvelle cigarette que l’on peut lire à quel point il est ému, à sa manière. Mais pour casser l’embarras qui ça lui provoque, lui c’est pas des blagues qu’il a mais plutôt du réalisme et ça, c’est un peu nul. « Je t’avoue que pour l’instant, je sais pas trop ce que ça implique par contre. » Et c’est vrai. Ezra va bientôt se marier et pourtant cette institution reste plus ou moins un mystère pour lui. Enfin, il va tout de même devoir s’y mettre sérieusement un jour où l’autre. Il y a des limites à ce que Dylan peut préparer toute seule. « Mais je suis quasi sûr qu’à un moment on va devoir fumer des cigares cubain et boire du scotch. » Cette idée lui plait définitivement et il imagine très facilement la scène.

A peine l’idée des cigares cubains apportée à la discussion que Gabriel, curieux pour le coup, veut savoir la dernière nouvelle qu’a teasé Ezra un peu plus tôt. « Et c’est quoi, la seconde annonce ? La plus importante ? » Ezra a presqu’oublié ce léger et tout petit détail de rien du tout. Il hésite quelques courts instants et décide de se jeter à l’eau d’un coup d’un seul. Et d’un coup d’un seul, il se jette à l’eau. « Dylan est enceinte. » Et voilà qui est dit. Il va devenir papa, ce qui est quelque chose de très difficilement concevable pour lui. Pourtant il a un bon cv pour lui dans la matière. Non pas qu’il ait élevé Maggie à lui tout seul mais il a toujours essayé de la guider et de lui ouvrir le plus de portes possibles. Quand on voit la femme qu’elle est devenue on peut d’ailleurs douter sérieusement des compétences de tuteur d’Ezra. Pourtant il a fait de son mieux et a donné beaucoup pour Archer et elle. Aujourd’hui encore, il est capable de tout sacrifier pour eux. Dédié, dévoué, débile peut être aussi, il leur doit tout sans même savoir pourquoi. Mais au-delà de sa désastreuse expérience de tuteur, son modèle paternel n’a pas été le plus sympa de tous. Ezra a une peur qui ne le lâche pas, c’est d’être un aussi mauvais père que le sien. Il tente de ne pas y penser, et arrive assez bien à repousser cette idée dans un tiroir de sa tête. Après tout le bébé n’est pas encore là, et, en bon mec qu’il est, tout cela lui parait encore obscur et bien lointain. Très, très lointain. Il souffle la fumée de sa cigarette dans l’air chaud et humide avant de sourire à Gabriel. Il devait pas s’y attendre à celle-là. « Surprise ! » Et quelle surprise !


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Mar 17 Jan - 20:46


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

On pouvait dire qu’ils s’étaient bien trouvé ces deux-là. Aussi doués l’un que l’autre pour mettre des mots sur les émotions. Gabriel qui faisait une tentative d’humour pour cacher à quel point il était touché qu’Ezra lui demande d’être témoin à son mariage. Ezra, qui répondait par un «cool» tout ce qu’il y avait de plus sobre. Gabriel sourit intérieurement à sa réponse. On disait de lui qu’il ne savait pas trop s’exprimer, mais Ezra était visiblement fait du même moule. Ce n’était pas pour rien qu’ils étaient amis. Pas de simples amis. Les meilleurs amis. Presqu’une seule entité. «Gabéezra» «Ezraégab». Jamais l’un sans l’autre. Etre aux côtés de son meilleur ami pour le jour le plus important de sa vie ? Bien sûr qu’il le ferait. Il serait capable de supporter tout ça, juste pour que ce mariage se passe bien, à la manière d’un gardien.  Gabriel n’avait pas besoin d’une longue déclaration pour voir qu’Ezra était heureux qu’il accepte. Il n’y avait qu’à analyser son langage corporel. Il connaissait probablement le Andrews mieux qu’il ne se connaissait lui-même, en réalité. Enfin, pas probablement. C’était même certain.

Il disait ne pas trop savoir ce que ça impliquait. Et pour être honnête, Gabriel non plus. Il avait toujours perçu le mariage comme ce truc d’adulte qu’on mystifiait à mort avant de voir que c’était surtout de la putain de paperasse du début à la fin. Mais c’était encore une fois le juriste qui pensait ça. Le Gabriel assistant juridique qui avait vu passer sous son nez des tas de procédures de divorces et qui avait même dû étudier ça à l’université. Il n’allait pas sans dire que c’était bien entendu la séquence qui l’avait le plus emmerdé. Enfin. Correction. La séquence au cours de laquelle il s’était le plus de fois endormi en cours. Il se contenta donc d’hausser les épaules pour montrer qu’il n’en savait pas plus qu’Ezra. Il allait faire ses recherches de son côté. Puis de toutes manières, il avait accepté, alors il était trop tard pour reculer. La suite de la phrase d’Ezra le fit rire. Bien sûr, ça, c’était un passage obligé. Et ce qui serait probablement son moment préféré. L’image qu’il avait en tête était hilarante à souhait. Il les voyaient bien, tous les deux, tout droit sorti d’un film de gangster - sans le fedora et la moustache, fallait pas pousser - en train de siroter leurs verres de Scotch avec un cigare aux lèvres. « Ça va être cool. »  Il hocha la tête. Ouais. Ça allait être super.

A défaut d’avoir un verre de scotch sous la main, Gabriel saisit son café dont le gobelet était maintenant vide aux trois quart pour en prendre une gorgée. Le reste allait arriver. La seconde annonce, celle qu’Ezra avait décidé de faire passer après sa demande pour la portée dramatique qu’il disait. Elle n’était peut-être pas si horrible que ça. Peut-être. Enfin, pour ce qu’il en savait. Il n’était pas dans la tête d’Ezra non plus. Il le connaissait par coeur mais pas au moins de partager un lien télépathique avec lui. Mais il n’avait pas avalé sa gorgée de café que Ezra lâcha la bombe. Et quelle bombe. Dylan. Enceinte. Ezra. Bébé. Les mots arrivaient par vague, sans former de phrases. Gabriel recracha son café dans sa tasse, en manquant de s’étrangler avec.  Hein ? Que… Quoi ? Il eut du mal à reprendre son souffle et c’est avec une voix enrouée qu’il posa les yeux vers son meilleur ami en demandant « De… Hein ? Euh… Sérieux ? »

Alors ça. Ça, c’était de la portée dramatique. Le genre d’annonce à laquelle Gabriel ne s’attendait pas du tout. Un bébé ? Dans la vie d’Ezra ? Dylan et Ezra allaient avoir un… bébé ? Les circuits de son cerveaux venaient de griller aussi soudainement qu’une merguez qu’on aurait plongé dans le soleil.  Il fixait Ezra avec des yeux ronds, n’en croyant pas ses oreilles. Il aurait pu lâcher un beau « Bordel de merde» pour la forme, mais même ça, il n’en était pas capable. Lui demander d’être son témoin, c’était une chose. Mais lui annoncer là, comme ça, qu’il allait avoir un gamin, c’en était une autre. Sans compter qu’il avait eu plus de difficulté à demander à Gabriel d’être témoin que de lui avouer la grossesse de Dylan. Portée dramatique, mon cul.  Il regardait Ezra qui venait de s’allumer une cigarette, serrant son gobelet dans une main - il ne savait pas trop ce qu’il pouvait faire d’autre, là, tout de suite - en se repassant en boucle ce qu’il lui avait dit. « Dylan est enceinte.» Lâché comme ça. Bim. Et pour ne rien arranger, Ezra se permit de conclure par un « Surprise !» Tu parles d’une surprise ! Gabriel secoua la tête pour se reprendre et rassembler un peu d’ordre dans son cerveau. « Depuis quand ? » Euh… Non. C’était pas ça, la vraie question. Enfin. Il ne savait pas quelle était la vraie question. Il ne savait plus. Ah oui, il se souvenait, maintenant. L’usage voulait qu’on congratule le futur papa. « Eh bien… Félicitations ? »  

 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Dim 5 Fév - 12:18


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Gabriel recrache carrément son café dans sa tasse. Ezra sait qu'il vient de lui sortir, et assez brutalement, une grande nouvelle mais il ne pensait pas que ça mettrait son meilleur ami dans cet état-là. Il faut dire que ça sort de nulle part. Ezra et Dylan ne parlent pas souvent de former une famille, pas dans l’immédiat en tout cas. Ils y ont pensé, bien sûr, mais se disaient surtout que ça arriverait plus tard, bien plus tard même. Ils en sont à l'étape du mariage, ce qui est déjà pas mal. Puis après ils auraient sûrement pris un chien et seulement encore après ça ils auraient pensé à avoir un enfant. Le mini-Andrews s'est pourtant invité à la fête un peu en avance, sans qu'ils ne le voient venir. Au final, leur plan ne se déroulerait pas dans le sens qu'ils avaient prévu mais soit. Depuis que Dylan lui avait annoncé la nouvelle, Ezra était passé par toutes les émotions possibles et imaginables. Peur, joie, excitation, doute... et à vrai dire, il ne s’est toujours pas arrêté sur une seule de celles-ci. Globalement, il est heureux, mais le futur lui semble soudainement flou et insaisissable. Il commence à se poser des questions de genre : et si son enfant ne l'aime pas ? Si il sait pas faire ? Si il devient comme son père ? Et si c'est une fille ? Il fera quoi quand les garçons lui tourneront autour plus tard ? Voici quelques exemples des mille questions qu'il se pose. Elles sont majoritairement la preuve de son doute face son futur rôle de père mais sont aussi facilement balayées de ses pensées quand il pose les yeux sur sa fiancée. Cette dernière est rayonnante, encore plus que d'habitude, et la grossesse lui réussit bien même si elle n'est pas à l’abri de certaines nausées matinales. Il se prend à regarder son ventre parfois, attendant peut-être qu'il gonfle là tout de suite sous ses yeux. Ils ont déjà parlé de la chambre de bébé, des premières chansons qu'il lui ferait découvrir et ils n'ont pas non plus pu s'empêcher de parler prénom. Ça a quelque chose d'excitant et, quand le petit couple est ensemble, Ezra se prend à avoir hâte qu'ils soient trois.

Gabriel le regarde avec des yeux ronds de surprise. Le chef d’entreprise peut tout à fait comprendre cette réaction mais elle reste quand même drôle à voir. D'ailleurs Ezra esquisse un sourire amusé à voir son ami dont il vient de griller le cerveau en trois petit mots. Au début, il pense que son besto ne va juste pas s'en remettre. Ezra va sûrement devoir le mettre en PLS, ou juste le ramener chez lui pour qu'il dorme pendant un mois ou deux. Puis finalement, le blond émet quelques sons, pas super cohérents, mais tout de même. « De… Hein ? Euh… Sérieux ? » Ezra retient un rire. Il regrette de ne pas avoir filmé la scène ou, tout du moins, de l'avoir pris en photo. C'est pas sympa vis à vis de son besto mais sa tête reste drôle à voir tout de même. Pour autant, sa question semble complètement naturelle. C'est assez un croyable toute cette histoire mais pourtant c'est bien vrai. « Oui, sérieux. » Ça a pas l'air d'aider son ami à mieux réaliser tout ce que ça veut dire. Mais franchement, même Ezra ne se rend pas compte de à quel point l'arrivée d’un enfant va chambouler sa vie. Pour l'instant c'est facile, il fait ce qu'il veut quand il le veut, surtout que Dylan est quelqu'un de facile qui ne lui impose rien. Il est sûr que dans quelques mois il aura beaucoup moins de libertés que maintenant.

Gabriel semble reconnecter quelques neurones, ou presque, mais il doit toujours pas en revenir parce que c'est une nouvelle question qui sort de sa bouche. « Depuis quand ? » Oh waw. Ezra n’en revient pas. Gabriel est vraiment nul dans le genre réaction à une grande nouvelle. Faut dire que les bébés, ils en ont jamais parlé encore moins en ce qui concerne les futurs et hypothétiques enfants de l'un et de l'autre. Mais quand même, Gabriel et son bug cérébral, c'est du grand niveau là. Même Ezra aurait fait mieux, et pourtant, il est pas spécialement doué dans le genre. Enfin lui sait ce qu'on doit dire face à ce genre de nouvelle. « Eh bien… Félicitations ? » Voilà ça, c'est ça qu'il faut dire : félicitations. Normalement on ne met pas le côté interrogation dans le ton mais on pardonne à Gabriel qui a bien du mal à se remettre du choc. Histoire d'aider le blond, Ezra reprend donc la parole, parce que si on laisse Gabriel mener la danse, ils y seraient encore le lendemain. « Ouais je crois que c'est plus ça qu'on est sensé dire. » Enfin en temps normal c'est ce qu'on dit, quand son cerveau fait pas un AVC en plein milieu quoi. « Dylan est enceinte de deux mois et comme tu peux t'en douter on l'a pas encore dit à grand monde. On veut attendre un peu, tu sais histoire d'être sûr que tout se passe bien... » Il paraît que le premier trimestre d'une grossesse est le plus sensible. Ezra n'en savait rien jusqu’à ce qu'ils se retrouvent chez l'obstétricien à vrai dire, mais Dylan et lui l'avaient cru faute d'y connaître quoique ce soit en la matière. C'est un peu alarmant de dire ça comme ça, c'est pourquoi il se dépêche de déminer le sujet. « Mais y'a pas de raison pour l'instant tout va bien. » Enfin il dit ça mais, pour lui, il n'y a comme réel changement que ce nouveau grade qu'il va prendre dans quelques mois. « Enfin voilà... je vais être papa. » Il ne l'avait jamais dit avant et franchement, ça fait flipper mais genre... complètement.
 

 
Code by Sleepy

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Ven 17 Fév - 22:56


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Ezra venait de lui provoquer une mort cérébrale foudroyante. Balancer comme ça, de but en blanc qu’il allait être papa. Vraiment. Il aurait pu le ménager. C’était aussi brutal que si Gabriel lui avait annoncé comme ça «J’vais me marier.». Ce qui, soyons honnêtes, était tout à fait improbable. Mais c’était pour l’exemple. En bafouillant comme le dernier des idiots et en cherchant à reconnecter quelques neurones, Gabriel avait de nouveau fait étalage de son handicap social flagrant. Il n’était vraiment pas doué quand il s’agissait de féliciter les gens. Ce qui ne manque pas de faire réagir Ezra qui devait certainement hésiter entre se foutre de sa gueule et lui jeter un verre d’eau dans la face pour lui faire retrouver l’usage de la parole. Et sur le coup, on ne pouvait pas en vouloir au Andrews qui était bien habitué à ce genre de réaction de la part de son handicapé de meilleur ami. Meilleur ami qui était en train de retrouver peu à peu ses capacités vocales et cognitives.  Okay. Calme-toi, Gabriel. Ezra vient de t’annoncer qu’il va être papa. L’usage veut que tu sois un bon pote, que tu le félicites un peu mieux que ça et surtout que tu le rassures. Rassurer les gens ? Comment on faisait ? Un patpat maladroit et c’était bon ? Il parvint à rester maitre de lui-même et à prononcer une phrase complète. « Félicitations à vous deux. » Il y avait du progrès.

Ezra lui expliqua la chose plus en détail. Deux mois, donc que Dylan avait le ventre qui s’arrondissait. Le jeune couple n’en avait pas parlé à grand monde. Gabriel faisait donc partie des rares personnes à le savoir. Et en écoutant Ezra, il comprit pourquoi. Ça aussi, c’était normal. Même s’il n’y avait aucune raison que le premier trimestre se passe mal, on était jamais trop prudent. Quant à l’annonce d’une grossesse, ce n’était pas quelque chose qui s’annonçait un lendemain de cuite devant un café en train de refroidir, n’est-ce pas, Ezra ? Gabriel hocha la tête d’un air songeur. Peut-être devrait-il ajouter quelque chose de rassurant ? Quelque chose de mieux qu’un simple « Vous verrez bien » ? Il chercha ses mots et lança un brave : « Oui, il n’y pas de raison que ça se passe mal. » Paye ton soutien. Paraphraser ses potes, une valeur sûre.  Il finit par soupirer, agacé par sa propre incapacité à s’exprimer comme le commun des mortels. Avec un vrai sourire, il hocha. « Et tu seras un super papa. » Et ça, ce n’était pas juste pour le rassurer. Il le pensait. « C’est un grand chamboulement mais tu vas y arriver. »

Il visualisait très bien son pote en train de se poser tout un tas de questions. Parce que c’était ce qu’Ezra faisait. Se questionner, se remettre en question, réfléchir. Flipper. Beaucoup. Quoi de plus normal ? Un enfant, ce n’était pas quelque chose qu’on pouvait bazarder dans un grenier quand ça devenait lassant. Oui, encore avec ses comparaisons ridicules. Il connaissait assez Ezra pour savoir ce qui pouvait lui traverser la tête quand il pensait à son futur enfant. Il savait, même si son meilleur ami ne lui dirait peut-être pas, qu’il craignait de répéter les erreurs de son paternel. Ce qui était idiot. Ezra ne serait jamais comme lui. C’était quelque de bien, Ezra. Et s’il y avait bien quelqu’un qui était capable d’élever un enfant, c’était lui. N’avait-il pas tout fait pour élever Maggie et Archer ? Ezra savait ce qu’il ne devait pas faire pour reproduire le même schéma que son père. Et puis, il ne serait pas seul. Il aurait Dylan avec lui. Dylan, la femme de sa vie. Il s’en sortirait. Si l’un des deux pouvait s’en sortir, c’était bien Ezra. Et Gabriel, bien qu’étant très mal placé pour ça, ne lui permettrait pas une seule seconde de douter sur ses capacités. Quitte à devoir lui asséner des coups sur le crâne avec un journal, Edna Style. Il se dévouait pour ça, pour le bien de son pote. « Il est chanceux, ce gamin, en plus. Il a un père plein aux as et une jolie maman. J’espère pour lui qu’il prendra plus de la mère, ceci dit. » Le petit sourire sarcastique qui passait crème. Comment laisser passer une occasion pareille de chambrer Ezra ? « Toi et Dylan, vous ferez de très bons parents. » Et là, il était sérieux.

 
Code by Sleepy

___


I cannot fight the arrogant child inside me  I think i am unsound because the baggage i carry around is a contagious disease. and though i thought that i would always find a secret place to sleep. that i could just create my own little perfect fate, but it's so incomplete.  Now I look out into the stars, into the endless desert calm To try to tame the beast.
Revenir en haut Aller en bas
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
304
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Jungle Boogie   Dim 12 Mar - 16:05


 

 
"Jungle Boogie"

 
Bon voyage capitaine. We've arrived where life begin - Chinese man represent yo

 

Il hésite entre se foutre de sa gueule ou lui jeter un verre d'eau dans la face pour lui faire retrouver l'usage de la parole. Il penche plus pour la première option à vrai dire, parce qu'il y a quand même de quoi rire à voir son meilleur ami qui lui fait une mini attaque. Ezra n'avait pas imaginé la réaction qu'auraient les autres quand ils leur annonceraient la nouvelle. Maintenant qu'il y pense, la réaction de Gabriel ne pouvait être que celle-ci, parce qu’avoir des enfants, c'est quelque chose qui a toujours été à mille lieux de leurs conversations ou même de leurs vies. Quant aux autres, Maggie sera sûrement contente, se projetant avec entrain dans son rôle de tata et de future baby-sitter en chef. Il est aussi sûr de cela qu'il est incertain de la réaction de son petit frère, Archer. La relation entre les deux hommes est complexe, sans qu'Ezra ne sache vraiment pourquoi. Malgré tout ce que l’ainé a fait pour son petit frère, des petites sacrifices aux très grands faits d'horreurs enflammées, Archer a une dent contre lui. Il a toujours été bizarre. C'est peut-être ce qu'il arrive parfois aux gamins qui ont eu une enfance telle que la leur. Savoir qu'il deviendra tonton lui retirerai peut être un commentaire sarcastique ou allez savoir ce qu’il pourrait lui inventer encore. En tout cas Archer ne risquerait sûrement pas de manquer de mots après cette révélation. Rien ne pouvait vraiment le laisser bouche bée, contrairement à Gabriel. En parlant du blond, il finit enfin par retrouver quelques mots qui forment presque une phrase. « Félicitations à vous deux. » Ca fait bizarre qu'il lui dise ça, tout d'abord parce qu'il est tout seul (bah oui Dylan n'est pas là han), et aussi parce qu’il n’a pas trop l'habitude qu'on le félicite. Ezra doit se débrouiller tout seul depuis longtemps, sans parents, grands-parents, oncles, tantes ou tuteur. Généralement c'est lui qui s'occupe des autres, qui tente de les guider, de les aider mais surtout de les épauler et qui marque le coup avec des félicitations du genre. Arriver à une nouvelle étape de sa vie, et qu'on le lui signifie comme ça, c'est tout nouveau pour lui et il ne s’y habitue pas. D'abord ce fut à l'occasion de l’annonce de leur mariage, puis pour l'arrivée de ce bébé qui s'est invité sans crier gare. C’est pour cette vie avec Dylan en somme. Et c'est justement parce qu’Ezra n'a pas l'habitude qu'on souligne les grands moments de sa vie de la sorte que ça le touche tout particulièrement. D'autant plus quand ça vient de Gabriel, son meilleur ami, celui qui le connaît le mieux au monde. Il esquisse un sourire parce qu'il sait que même si son ami sort d'un AVC massif, il est sincère au fond. « Merci. Et t'as plus le choix, va falloir que tu viennes à la maison dans la semaine pour le dire toi-même à Dylan. » C'est une invitation, on dirait pas comme ça, mais c'est dit gentiment et en toute subtilité.

Ezra explique alors plus en détails ce que le « Dylan est enceinte » implique et alors qu'il arrive au point du premier trimestre, Gabriel le paraphrase, signe qu'il est vraiment pas à l'aise sur le sujet. « Oui, il n’y pas de raison que ça se passe mal. » Si il croit qu’Ezra va pas remarquer sa technique, il se fourre le doigt dans l'œil mais genre complet. Enfin le Andrews est sympa, il ne va pas le faire remarquer et lui laisser sa bouée de sauvetage car Gabriel semble en avoir bien besoin. Il peut comprendre, lui non plus il y connaît rien du tout en bébé. Mais genre rien du tout. Il sait même pas comment les tenir, ni comment les changer, ni même combien de temps ça doit dormir, combien de fois ça doit manger par jour, comment savoir si ils sont malades, comment les faire arrêter de pleurer, comment faut les habiller... rien. Il sait rien du tout. Et ce constat le fait paniquer. « Et tu seras un super papa. C’est un grand chamboulement mais tu vas y arriver. » Merde, Gabriel sait vraiment y faire pour le rassurer même si ça ne suffit pas à lui faire complètement croire en lui. Au moins il est pas tenté par prendre ses jambes à son cou et fuir loin, très loin, de ses futures responsabilités. Bon, en vrai, il ne pourrait jamais faire ça et ça ne lui ai même pas passé par l'esprit. Il aime Dylan et ne s'imagine pas le moins du monde sans elle. Donc il a pas le choix, le grand chamboulement, il va devoir le traverser et tenter de faire en sorte qu'ils en sortent tous les trois, le bébé, sa fiancée et lui-même, en un seul morceau. Il n'est pas aussi certain que Gabriel de l'issu de tout ça, mais il sait qu'il fera tout pour que ça se passe bien. Il n'est pas de nature optimiste mais ne donne pas pour autant dans le défaitisme. À tout ça il préfère le réalisme et sa réponse en est la preuve. « On verra. » (Ou pas ! Ahahahahahah => pas taper, pas taper, pas taper !) « Il est chanceux, ce gamin, en plus. Il a un père plein aux as et une jolie maman. J’espère pour lui qu’il prendra plus de la mère, ceci dit. » Ezra rit de bon cœur à cette blague, facile mais efficace, que lui sort Gabriel. Il ne sait pas si ils auront un garçon ou une fille, mais si c’est une petite princesse qui pousse dans le ventre de maman, alors il aimerait lui aussi qu'elle soit comme Dylan. Et à bien y réfléchir si c'est un garçon aussi. Ezra est loin d'être un modèle, tout du moins selon lui, et surtout pas un meilleur modèle que Dylan. Sa fiancée est parfaite à ses yeux, c’est cheesy mais c'est complètement vrai. « Je t'avoue qu'on est deux. » Il écrase sa clope dans le cendrier alors qu'il dit ça avec un sourire. Il s'attend à une autre raillerie mais à la place son ami l'étonne alors qu'il lui dit avec conviction : « Toi et Dylan, vous ferez de très bons parents. » Ezra lève les yeux vers lui ce que Gabriel ne risque pas de voir vu qu'ils portent tous deux leurs lunettes de soleil salvatrices. Ezra n'est pas optimiste, ni défaitiste, mais plutôt réaliste. Le fait est qu'il n'a eu qu'un piètre modèle en termes de parentalité, modèle qui n'a été présent qu'une courte partie de sa vie, tout juste le temps de la ruiner. Le fait est que Dylan est une femme incroyable qui fera assurément une maman formidable. Elle l'a choisi lui, et si il n'a pas confiance en lui pour ce genre de choses, il a certainement confiance en elle en tout. Alors Gabriel dit peut être vrai ce jour-là, ils feront peut être de bons parents, voire de très bons parents. Peut-être. Ezra ne répond pas à cette affirmation en laquelle il peine encore à croire mais un léger sourire se peint sur son visage encore cireux des folies de la veille.

Le futur très bon papa se remet clairement pas de sa gueule de bois et il lui faudra encore quelques cafés et cigarettes sirotés et sifflotées en compagnie de son meilleur ami pour se remettre un tant soit peu ce jour-là. C'est un après-midi passé à parler de tout et de n'importe quoi en terrasse de café entre meilleurs amis de la vie. Ça passe à la vitesse de la lumière, si bien qu'à un moment, ils se lèvent, se disent au revoir et repartent chez eux chacun de leurs côtés. Mais ils se retrouvent par texto, parce qu'ils sont complètement co-dépendants ces deux-là et ce depuis toujours. C’est pas la première fois qu'ils se plaignent ensemble toute la journée de leurs gueules de bois, et ce sera certainement pas la dernière.


 
Code by Sleepy

___


   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jungle Boogie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Chansons de Dessins animés
» Le livre de la jungle
» Le livre de la jungle
» [Morpurgo, Michael] Enfant de la jungle
» Tempête sur la Jungle - Chaos + Elfes Noirs contre Lézards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: