Partagez | 
 

 You're bad, and i'me like it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: You're bad, and i'me like it   Dim 13 Nov - 20:47


You're bad, and i'me like it

Aileen & Amara


C’était rare mais ça m’arrivait. J’étais partie faire un jogging avant 8h et Aileen n’était même pas encore levée. Haha ! Bien fait, reste dans ton lit moi je vais aller courir. Ça m’amusais de la voir plus fatiguée que d’habitude. D’ordinaire c’était elle la pile électrique. Elle était toujours debout avant moi, et n’avait jamais de problème pour sortir du lit. Cependant, ces dernières semaines avait commencé son entraînement. Et il est clair que ça l’épuisait. Je ne suis pas peu fière de la voir presque officiellement un agent d’Hydra. Elle doit juste terminer sa petite mission au SHIELD mais je sais déjà que c’est dans la poche. Je n’aurais jamais misé sur elle sinon. Bon même si elle n’était pas entrée à Hydra ça n’aurait pas changé grand chose pour moi. Elle restait ma meilleure amie et ma colloc’, quoi qu’il arrive. Bref, en tout cas ce matin je me suis encore levée avant elle. J’aime bien ces petites nouveautés. Je me sens enfin comme une grande personne qui est capable de se lever avant l'aube. Même si je sais que c’est un peu faux, quand même. Ca fait une heure que je crache mes poumons je n’en peux plus. Je commence à ralentir et à prendre une marche rapide. Mes mains sur mes hanches, je respire de manière rapide, cherchant l’oxygène qui manque à mes muscles.

Ma marche rapide se transforme rapidement en marche tout court et j’arrive enfin à mieux respirer et ne plus être autant essoufflé. Et mon sport terminé je ne pense qu’à une chose : manger. Mon estomac émet un long grognement, m’obligeant à me plier en deux pour le faire s’arrêter. Un petit sourire à droite et à gauche aux gens qui m’observent. Ahaha. Vous avez jamais eu faim ? C’est décidé, je me dirige vers le marchand de donuts qu’on à l’habitude de fréquenter avec Aileen. Et c’est en approchant que je la vois, marchant en direction de l’appart, une boîte des fameux beignets à la main. Je remarque aussi qu’elle à son téléphone dans l’autre. Je n’ai pas pris le mien et je n’ai pas laissé de mot cette fois. Je me demande si elle m’attendait pour le petit dej’. En tout cas, un sourire malicieux s’affiche sur mes lèvres et je fonce droit sur elle. Je dois avoir un mauvais fond, franchement. Amara t’es un monstre. Je ne sais pas comment expliquer les événements qui vont suivre, sérieusement. C’est plus fort que moi. Je la vois concentrer sur l’appareil et je bondis à 1 mètre d’elle tout en gueulant :

- RÉFLEXE LA GROSSE !

Un énorme rire franchit mes lèvres tandis que je la vois s’effrayer par mon intervention. Je rattrape au passage son portable qui lui échappe des mains et rigoles deux fois plus fort. Je m’en fiche des gens qui se sont arrêtés pour nous regarder.

- J’hallucine ! Ton premier réflexe ça a été de sauver les donuts !

Ma tête part en arrière tandis qu’un rire encore plus franc s’échappe de ma bouche.



Amara : #C5D2EC

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Dim 13 Nov - 22:07

You're bad and I like it
Amara
Inspiré d'une histoire vraie.

L’odeur du sucre et de la graisse te parvint aux narines alors que tes pieds n’ont pas encore franchi la porte d’entrée de la boutique décorée d’un néon et d’un paravent rose. Et bon dieu que c’était divin cette odeur ! Qu’est-ce qu’elle pouvait te rendre heureuse et te réconforter de cette courte nuit que tu avais passé ! Tu ne pouvais cependant pas croire au monde qu’il y avait ! Okay, tu avais attendu trop longtemps avant de te lever, tu avais trainé devant la télé, tu t’étais laissée tenter par un article présenté dans le nouveau télé-achat, tu avais crié devant le but de ton équipe préféré de foot ─ ah non merde, ça c’était hier soir à deux heures du mat’… Bref… Tu avais pratiqué le parfait rituel de toutes les personnes ayant un minimum de bon sens quand il s’agit d’un SAMEDI MATIN ! Parce que oui Monsieur Aaron ! Le samedi matin était sacré pour toi ! Pas d’entrainement, pas de coups de feu et certainement pas de course à pied. A la place, tu avais enfilé ton jogging le plus confortable de ta collection des joggings du samedi, tu avais attaché tes cheveux de la façon la plus avenante… à la wanegaine comme disait les jeunes et tu étais sorti !

Tu étais sorti parce que Adèle, votre fidèle vendeuse de donut Adèle, comptait sur toi pour passer lui filer tes malheureuses pièces contre ces merveilleuses petites boules de graisse. Et puis tu t’étais retrouvé derrière 4 personnes avant d’atteindre le comptoir… Ce qui était genre, d’ordinaire impossible, ce qui t’avait même fait un peu mal au cœur… Mais il était pas loin des 10h et les gens avaient profité de leur samedi matin pour faire quelque chose que tu faisais d’habitude : te lever tôt. Même Amara t’avait battu sur ce point ! Tu t’étais réveillée et elle avait disparue. Même pas de mot ! RIEN ! Aaron avait peut-être finalement frappé…

Perdu dans tes pensées et tes suspicions, tu étais enfin parvenue à la charmante Adèle. Lui prenant 4 de ces nouvelles 8e merveilles du monde, tu la remerciais chaleureusement en quittant le magasin, prenant le chemin du retour. Sentant ton portable vibrer dans ta poche, tu l’en sortis, déçue de voir une notification de rappel d’Instagram et non un appel de ton collègue au SHIELD. Tu avais pourtant commencé à l’approcher, à lui parler, à faire en sorte qu’il se sente en confiance à tes côtés. Quelqu’un d’habituel t’aurait déjà proposé un dîner ou une sortie ciné mais lui… Lui résistait, prenait son temps. S’en était presque agaçant, presque frustrant. Mais tu aimais les défis et cela ne pouvait que renforcer ta certitude qu’il cachait quelque chose.
Scrollant sur ton fil d’actualité Instagram, tu fronçais les sourcils. « Genre… elle a même pas liké ma photo, quoi… », tu pensais à voix haute, t’attirant au passage quelques regards auxquels tu ne fis même pas attention. Et puis soudain, … « RÉFLEXE LA GROSSE ! » Tu sursautais, fis un bond de côté et laissais échapper un petit cri de souris, minable comme pas possible. Qu’est-ce que c’était ? Qu’est-ce qui se passait ? Voyant le visage d’Amara, tu ne pus t’empêcher de réagir, mécontente de t’être laissée surprendre et d’avoir réagis avec si peu de grâce. « BORDEL ! Amaraaaaa ! J’ai failli te coller une droite… » Ouais enfin… Si tu n’avais pas eu la boîte de donuts entre les doigts. Tu la poussais de la main, d’un geste faussement colérique, laissant à ton cœur le loisir de reprendre son souffle. « J’hallucine ! Ton premier réflexe ça a été de sauver les donuts ! », te fit-elle remarquer. Tu ne peux t’empêcher d’éclater de rire, un rire nerveux qui te permet de relativiser et de calmer les battements de ton cœur. Tu pousses un gros soupir et laisse échapper un « Eh ben ouais y a des priorités dans la vie ! » Te redressant de ton aventure émotionnelle, tu secouais la tête avant de tendre ta main dans le but de récupérer ton portable. « Je n’arrive pas à croire que tu ais pu m’attaquer par derrière ! C’était vile ! Vile et calculateur !... » tu laisses trainer, la regarde de haut en bas, tout en sueur et en transpiration… « Ça te va bien, ne change rien ! » Tu enroules ton bras autour de ses épaules avant de jouer d'un ton de voix différent. « Cependant… je me demande si ça mérite un petit-déjeuner ! », tu ajoutes espièglement.  
Made by Neon Demon ── Couleur d'Aileen : #9999cc
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Dim 13 Nov - 22:51


You're bad, and i'me like it

Aileen & Amara


La surprise de ma blonde préférée mais surtout le son qui lui échappe viennent d'égayer ma journée. Non ! Que dis-je ! Mon mois, mon année ! Toute ma vie.

- BORDEL ! Amaraaaaa ! J’ai failli te coller une droite…
- Poh ! Que tu crois !, je réponds en rigolant.

Même s’il était clair qu’elle progresse vite, elle était loin d’égaler mes réflexes et mes capacités à esquiver les coups fourbes. Après tout, je supportais Aaron depuis bien plus longtemps qu’elle. Je savoure son expression et je sais que je l’ai surprise. Elle s’avance même pour me pousser de sa main. Je me laisse faire, juste histoire pour faire genre. Pour la clamer quoi. Je l’ai bien cherché. Elle finit par rejoindre le son de mon rire : c’est qu’elle va bien, je ne l’ai pas traumatisé à vie. Elle plaisante et vient ensuite me réclamer le portable que j’ai dans la main. Ah oui. Heureusement j’ai pas perdu les vrais prioritées : on respecte l’électronique. Je lui rends le petit appareil rapidement.

- Je n’arrive pas à croire que tu ais pu m’attaquer par derrière ! C’était vile ! Vile et calculateur !...

C’était plus fort que moi. Mais elle avait raison, c’était vile et calculateur. Un autre rire, toujours bruyant franchit mes lèvres et je sautille sur place en tapant dans mes mains, ravie que mon plan est fonctionné.

- Pardon, mais je pouvais pas résister. Puis il fallait que je teste en personne tes réflexes.

Je lui adresse un petit clin d’oeil tout en souriant. Je la vois qui m’observe : ouais je suis un peu crade. J’ai pas mal couru et beaucoup transpiré. Je sens les mèches plaquées sur mon front et mon haut me coller la peau du dos : Tout ce qu’il y a de plus charmant. Ce qu’elle finit par me faire remarquer à sa façon. Je tourne sur moi même comme si je portais la plus belle et la cher des robes et effectue une petite révérence à la fin de ma fausse démonstration. Elle s’approche de moi et glisse un bras sur mes épaules, me désignant rapidement la boîte qu’elle tient fermement.

- Je venais justement en chercher quand j’ai vu mon adorable colocataire le faire pour moi. Tu sais que si je ne mange pas du sucre je vais m'effondrer.

Je fais genre de m’offusquer et m’écarte d’elle. Je prends mon air le plus théâtral possible et mime une grande tristesse. J’ouvre la bouche pour y laisser échapper une lente complainte. Ok. Les gens doivent vraiment nous prendre pour des folles - enfin moi particulièrement. Je leur aurais bien fait un fuck mais je me retiens. Je dois arrêter de faire ce geste à tout va. Je reprends mon rôle et m’adresse à Aileen de ma voix la plus triste possible :

- C’est ça que tu veux ? Que je m'évanouisse là, par terre, sous tes yeux ? Moi qui pensais que tu m’aimais !

Amara : #C5D2EC

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Lun 14 Nov - 0:04

You're bad and I like it
Amara
Inspiré d'une histoire vraie.

« Pardon, mais je ne pouvais pas résister. Puis il fallait que je teste en personne tes réflexes » Tu éclates de rire, surprise par sa réponse. Puis, reprenant un air que tu veux très sérieux ─ mais qui n’en a pas du tout l’air ─ tu lui dis : « Je manque de nourriture dans ce magnifique corps ! C’est pour ça que mes réflexes sont aussi lents. Tu sais c’est comme les pouvoirs de Superman qui ont besoin de soleil pour se recharger… Eh ben Blondie ici, c’est la même chose ! Avant le petit-déjeuner, je suis vulnérable ! Un chiot m’aurait attaqué, ça aurait été le même résultat. Il aurait peut-être même gagné ! » Et puis la voilà qui tournois devant toi et fais la maligne. Tu éclates de rire aux mimiques qu’elle fait, persuadée qui si elle n’avait pas rejoint Hydra, le spectacle de Guignol le plus proche l’aurait embauché direct, sans se poser plus de questions. Vos bras autour des épaules de l’autre, telle la sœur que tu n’as jamais eu, elle désigne la boîte que tu tiens dans la main droite. « Je venais justement en chercher quand j’ai vu mon adorable colocataire le faire pour moi. » Tu vois ses yeux qui pétillent devant le sucre et tu la sens venir. « Tu sais que si je ne mange pas du sucre je vais m'effondrer. » Tu éclates d’un grand rire, heureuse de voir que ta supposition sur sa méthode de chantage a été confirmée. Tu commences à la connaître parfaitement bien et à anticiper ses coups. Elle agrandit ses gestes, se la joue à la Molière et à la Shakespeare, effraie quelques passants et quelques pigeons mais finit par se rapprocher de toi quand tu fais passer la boîte de Donut d’une main à l’autre pour l’éloigner de sa portée. « Aaron a dit efforts physiques réguliers et alimentation équilibrée ! On a des pommes à la maison… Je crois… Ou est-ce que c’était des cerises ? » Et puis Amara sort la petite voix triste et les yeux de chiens battus.  « C’est ça que tu veux ? Que je m'évanouisse là, par terre, sous tes yeux ? Moi qui pensais que tu m’aimais ! » Et là tu poses le pour et le contre… Si elle s’évanouit vraiment ─ tu la sais capable de jouer la comédie ─ tu serais clairement dans la merde pour la ramener jusqu’à chez vous. Tu pourrais la tirer… Ca, ça serait glorieux ! La laisser-là n’était pas envisageable, les personnes t’avait vu, y avait des témoins et en plus elle se les caillerait dehors ! T’avais un cœur tout de même, tu ne pourrais pas lui faire ça ! Mais tout de même ses techniques pour te faire culpabiliser étaient de pointe ! « C'est surtout que si tu t’évanouis, tu me fais vraiment confiance pour te ramener saine et sauve ? » Mais finalement, tu tends la boîte à Amara parce que comme d’habitude, c’est toi la bonne poire. Pas dans le sens mauvais du terme, dans le sens, il te faut encore un peu d’entraînement pour lui résister. Donner ce qu’ils veulent à des ennemis, jamais ; Amara, c’était différent, c’était ton amie. Et tu t’étais aussi enfermée dehors et t’avait besoin d’elle pour t’ouvrir la porte de l’appart… « Tiens, pioche ! T’as le droit entre celui-ci et celui-ci » tu la préviens en désignant deux donuts parfaitement identiques. Tu sais qu’ils sont ses préférés et qu’ils lui sont réservé. Tu n’oserais pas t’opposer entre une Amara affamée et sur le bord de l’hypoglycémie et son donut… Ce serait du suicide.    
Made by Neon Demon ── Couleur d'Aileen : #9999cc
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Jeu 17 Nov - 22:55


You're bad, and i'me like it

Aileen & Amara


Me donner en spectacle ? Moi ? Absolument pas ! Et pourtant ça y ressemble bien. Le regarde des gens m’est bien égal, tant que j’arrive à amuser Aileen… et à récupérer des donuts au passage : tout va bien.

- Des pommes ? Non mais tu sais les conseils d’Aaron sont valables pour les nouvelles recrues. Je n’ai plus besoin d’avoir une alimentation équilibrée. Toi par contre…. Tu veux que je te débarrasse de cette tentation, tu désignes la boîte qu’elle tient. Car ça peut s’arranger. Tout disparaîtra dans la seconde.

Un sourire vient élargir mes lèvres. Je serais prête à tous les gober d’un coup si elle me donnait le feu vert. Je préfère m’attaquer à la corde sensible et lui faire mon petit numéro de “je suis en hypoglycémie”. J’ai presque envie de m’offusquer quand je la vois réfléchir. Elle ne serait quand même pas prête à m'abandonner là. L’idée de m’écrouler à terre me traverse mais le sol est plutôt crado… Et la température de ces derniers jours est loin de frôler des hauteurs. Hors de question de tomber malade.

- C'est surtout que si tu t’évanouis, tu me fais vraiment confiance pour te ramener saine et sauve ?

Ok. La je lui lance un regard mauvais. Un regard dans le genre : si tu fais ça je vais te tuer. Bon c'est pas vrai non plus. J’ai pas l’intention de la tuer, même si elle me laissait sur place. Je n’ai finalement pas le temps de formuler les menaces qui s’étaient formées dans ma tête qu’elle me tend la boîte. Un sourire maléfique s’affiche sur mes lèvres : j’ai gagné et j’en suis bien contente. Seulement elle te met rapidement en garde :

- Tiens, pioche ! T’as le droit entre celui-ci et celui-ci

Mon sourire ne fait que grandir quand mes yeux se posent sur l’intérieur de la boîte. Quatre beignets y sont répartis parfaitement bien rangé dans le petit espace en carton. Il y exactement deux pairs identiques que j’identifie en moins d’une seconde. Ceux de gauche au glaçage marron clair ne peuvent t’être qu’au caramel beurre salé : ses préférées. Et ceux qu’elle me désigne clairement sont tout aussi reconnaissable : Chocolat au lait et éclat de noisette. Rien que pour l’embêter, je pose mon doigt sur ma bouche et fais mine de réfléchir. Je viens ensuite le placer au-dessus de l’un de siens et m’adresse à elle :

- Celui-là  ? Mon doigt se dirige vers son jumeau et je continue dans ma lancée : Non, alors celui-là ?

Je fais tournoyer mon doigt au-dessus de son deuxième donuts, attendant une réaction de sa part. Finalement mes doigts se referment sur le glaçage chocolat et je mords à pleine dent dans le beignet. Evidemment je m’en mets un peu partout, comme d’hab.

- J’me permets de manger tout de suite, je réplique la bouche pleine. Car bon si t’es comme superman sans soleil… tu me sers à rien si je m’écroule. J’ai besoin de mon sucre.

Je croque un deuxième morceau. Le fourrage commence à me couler sur les doigts. Ces machins sont quand même bien garnis et d’habitude c’est vrai que j’ose pas en manger en public. Principalement car je finis la bouche barbouillée de glaçage et les doigts pleins de chocolat. J’ai l’air un peu conne là, essayant de rattraper le contenu de mon donut pour qu’il ne finisse pas par terre ou même sur mon t-shirt. Je tente un regard vers blondie et après un haussement d’épaules j’avale le reste du donut. Morceau qui est clairement trop gros pour ma bouche. J’essaye de mâcher - avec difficulté - et viens mettre ma main devant ma bouche pour cacher ce spectacle lamentable. Voir Aileen n’arrange rien et je commence à rire. Ou à m’étouffer à moitié, ça dépend du point de vue. Je me détourne d’elle et quand enfin j’arrive à mieux respirer et surtout à fermer la bouche un autre rire s’empare de moi. Ma bouchée terminée je me tourne vers ma colocataire, les yeux plissés à cause de son rire.

- Merci Blondie ! Viens me faire un câlin !

Je m’avance d’un pas menaçant, les doigts recouverts de chocolat pointer dans sa direction.



Amara : #C5D2EC

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Sam 19 Nov - 14:49

You're bad and I like it
Amara
Inspiré d'une histoire vraie.

Les passants marchent autour de vous mais vous n’en avez que faire. Tu éclates de rire à ses grimaces, joue avec la boîte entre ses doigts pour appuyer là où ça tique. Ça te fait encore plus rire. Elle te retourne la remarque, t’assure qu’Aaron viendra sûrement plus te réprimer qu’elle. Il est vrai que tes efforts sont assez misérables et miséreux. Ta coordination entre pieds et mains ne s’est pas beaucoup amélioré même si tu as gagné en souffle. « Je ne vois pas de quoi tu parles, regarde. J’ai fait mon effort de la journée. Je me suis levée, je me suis habillée et j’ai marché jusqu’à ici en m’apprêtant à prendre un petit déjeuner de champion… Tu pourrais même lui dire à Aaron, si tu veux ! Mais je ne voudrais pas m’attirer ses louanges, je suis bien plus modeste que ça… », tu ajoutes avec un sourire certain et une mimique à faire éclater de rire un Pierrot. « Quant à la garde de ces petits bébés, t’en fais pas, je gère », tu lui assures, un rictus presque menaçant si elle essaye de t’enlever la boîte de tes mains.

Mais finalement ta bonté et ta sainteté prennent le dessus sur votre petit jeu et tu acceptes de lui tendre la boîte ouverte. Tu manques d’éclater de rire en voyant ses yeux pétiller sur les viennoiseries parfaitement ronde et toute luisante de sucre et de graisse qui l’attendent dans l’emballage transparent. Deux pour elle, deux pour moi. Pas d’innovation de ton côté : ce sont toujours les mêmes saveurs que tu prends. Ta bouche s’assèche à la penser de pouvoir bientôt croquer dans ces petites merveilles. Mais pour l’instant c’est le dilemme d’Amara qui te maintient à tenir cette petite boîte de Pandore ouverte. Les effluves qui s’en dégagent te mettent l’eau à la bouche. Elle te fait patienter, prend son temps… Au début tu attends, persuadée que tu ne céderas pas à ces regards et à ces petits jeux. Détachant son doigt de ses lèvres, elle le fait virevolter au-dessus de ceux qui t’appartiennent. « Celui-là ? » Elle le déplace au travers de la boîte et là tu relèves la tête vers elle, lui lançant un de tes regards noirs. « Non, alors celui-là ? » « Tu n’oserais pas… », tu la provoques d’une voix faussement méchante mais gentiment provocante. Puis finalement, tu lui sors bien décidée à rentrer dans votre appartement avant que la nuit tombe « Si ils ne te plaisent pas, je peux toujours les ramener en boutique et les échanger… »

Mais finalement, elle se décide à prendre son donut au glaçage chocolat au lait et tu refermes la boîte de soulagement, ravi de voir que tes pieds ne prendront plus racine dans cet endroit de la ville. Vous reprenez votre marche mais ce n’est pas sans tes petits regards de côtés à Amara qui a commencé son festin. Tu pouffes à moitié en remarquant qu’elle s’en met partout au fur et à mesure de ses croques. Elle te jette un regard qui veut tout dire : « fais pas semblant de pas me connaître sinon je hurle ton nom en public et je dis un truc débile en prime ». Mais ça ne t’empêche pas d’éclater de rire quand elle finit ce qui avait eu l’apparence d’un donut il y avait quelques secondes. Tu pousses un soupir de désespoir en voyant son visage qui tente tant bien que mal de gérer l’énorme bouchée qu’elle vient d’avaler. Tu ne dis rien parce que tu sais que même avec la bouche pleine, Amara serait capable de te sortir un « Tu me juges ! » qui te ferait culpabiliser jusqu’au cou même si tu savais que ce n’était pas le cas. A la place, tu l’avertis juste d’un petit « Bravo, c’est classe ! » qui manque de te faire éclater le rire à chaque fois que tu lui jettes un regard. La voilà qui te suis dans ton excès de bonne humeur. Elle manque de s’étouffer et se détourne de toi alors que tu la dépasses de quelques pas. Quand tu te rends comptes qu’elle ne te suit pas, tu te retournes pour l’attendre alors que tu entends quelques éclats de rire provenant de derrière toi. Et là ! Vision d’horreur ! « Merci Blondie ! Viens me faire un câlin ! » Deux mains recouvertes de chocolat s’approche dangereusement de toi. « Amara… » Tu sors pas très rassurée. Elle continue d’avancer : « Amara, non ! Non ! NOOON ! » Tu finis par t’écarter de quelques grands bonds, prête à piquer un sprint pour éviter un triste sort à ta tenue ─ qui même si elle manque de glamour ne mérite pas un tel traitement. « Fais gaffe ! Je sais me défendre ! »
Finalement, tu te rends compte que vous êtes arrivées au niveau de votre appartement. D’une voix pleine d’espoir, tu pries. « Euh… Ama… Je t’en supplie, dis-moi que t’as les clés de l’appart’… Je n’ai pas du tout envie d’aller voir Mme Je-n’ai-plus-de-dentifrice-depuis-1945(la concierge) pour lui demander de nous ouvrir… encore ».    
Made by Neon Demon ── Couleur d'Aileen : #9999cc
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   Dim 11 Déc - 23:09


You're bad, and i'me like it

Aileen & Amara


Rien de mieux que de manquer de s'étouffer avec un trop plein de sucre et de pâte à beignet. C’est pour ça que j’adore les donuts. C’est des boules de sucre que tu ne peux pas t'empêcher d’avaler d’un coup. Je me dis toujours que je vais prendre le temps et savourer les petites merveilles aux glaçages multicolores mais… non. Je n’arrive jamais à m’empêcher de l’enfourner. Surtout que là, tout de suite avec ce beignet fourré au chocolat qui commence à me dégouliner des mains c’est clairement pas facile de prendre son temps. Alors je le prends pas. J’ai déjà l’air d’une folle avec ma tenue de survêtement et en tournant autour d’Aileen en gueulant et jouant la comédie. Alors me couvrir en plus de tout cela de chocolat ? Pouah, ça ne me fais clairement pas peur ! Enfin le plus drôle dans cette histoire c’est que j’ai trouvé un autre moyen d’embêter blondie. J’attend d’abord de finir mon beignet, de la façon la plus propre et la plus gracieuse pour une femme, cela va de soi. Ensuite je tends mes doigts menaçant vers ma colocataire adorée.

- Amara…

Elle commence d’abord par me sermonner ce qui me donne encore plus envie de lui faire un câlin et de la couvrir de chocolat. Bien que je continue de m’avancer vers elle, je n’ai pas vraiment l’intention de le faire; Enfin, ça va dépendre de comment elle réagira. Voilà qu’elle s’éloigne le plus possible de moi en faisant des bonds ce qui ne manque pas de me faire éclater de rire. Une fois de plus. Je conserve mon allure tout en gardant mes doigts levés vers elle.

- Allez, un tout petit.

Je surenchère avec un clin d’oeil. Elle finit carrément par me menacer et je laisse retomber mes mains le long de mon corps, prenant soin de ne pas toucher ma tenue. Même si c’est qu’un jogging, les tâches de chocolat sont un cauchemar à faire partir…La voix de ma colocataire me fait réaliser qu’au final la marche jusqu’à l’appartement n’était pas si longue et que la magnifique et familière porte d’entrée se dressait devant nous.

- Euh… Ama… Je t’en supplie, dis-moi que t’as les clés de l’appart’… Je n’ai pas du tout envie d’aller voir Mme Je-n’ai-plus-de-dentifrice-depuis-1945(la concierge) pour lui demander de nous ouvrir… encore

J’hausse les sourcils. Alors comme ça elle était coincée dehors ? Je plisse des yeux tout en continuant de la regarder.

- T’as de la chance de m’avoir nourri. Sinon je t’aurais laissé dehors. Ca t’apprendra à ne pas avoir de tête. Elles sont dans ma poche, je désigne vaguement la poche avant de mon survet’. Si tu pouvais les prendre ça m’arrangerait.

Et oui, les donuts c’est bon mais au final c’est moi qui ai l’air d’une conne devant la porte de chez nous. Je laisse blondie se saisir des clés et déverrouiller la porte d’entrée. Puis je la suis dans les escaliers, prenant soin de ne toucher aucun mur.

- Ah ! J’ai téléchargé la saison de West Word. Si tu veux on peut se la mater ça serait chouette avec les derniers donuts.



Amara : #C5D2EC

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You're bad, and i'me like it   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're bad, and i'me like it
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: