Partagez | 
 

 It might have been | Erica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

The Headless Queen
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Ann est une mutante qui possède le pouvoir d'immortalité mais aussi celui de régénération.
April Ren & Charlie Cavendar
172
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: It might have been | Erica   Dim 27 Nov - 14:54


It might have been
There was a long hard time when I kept far from me the remembrance of what I had thrown away when I was quite ignorant of its worth. ••• Assise sur un banc, les mains dans les poches pour les protéger du froid qui annonçait l'arrivée de cet hiver la, Anne observait ce qu'il se passait autour d'elle. Vue de l'extérieur, elle semblait parfaitement sereine. Elle passait pour la parfaite civile qui se reposait sur un banc après une longue balade dans la ville. La vérité était autre. Cette femme, qui semblait tout droit sortie des années 40 avec sa coiffure, était en vérité sous l'emprise d'une grande nervosité. Elle ne cessait de se demander si elle avait bien fait de faire tout ce chemin pour se rendre jusqu'ici, pour la voir. Allait-elle seulement lui parler? Elle n'en avait aucune idée. Pourtant, elle avait ce besoin de la regarder, de s'assurer qu'elle allait bien. Bien qu'elle ne fasse pas partie de la vie de sa fille, Erica.
Mais cette fois-ci, les choses étaient différentes. Erica n'allait pas bien. Elle le savait. Pendant quelques années, Anne s'était efforcé de l'oublier, de la laisser faire sa vie. Mais alors une nouvelle lui était tombée dessus sans qu'elle ne s'y attende. Celle qu'elle avait un jour mise au monde puis abandonnée, était devenue une mercenaire. Elle avait développée une rage toute particulière pour les mutants. Anne avait aussitôt fait des recherches pour comprendre. Avec ses talents d'espionnage, elle découvrit la mission qui avait terriblement mal tournée pour sa grande fille. Anne en avait été dévastée. Erica avait toujours portée en elle une rage et une tristesse intense du fait de ces abandons, cette mission avait fini de l'achever. L'ancienne reine consort d'Angleterre avait alors pris le chemin de la ville où résidait celle qu'elle avait un jour rejetée de sa vie. Et à présent, elle attendait sans trop savoir ce qui allait se passer.
Lorsqu'elle était jeune, Erica avait rencontré Anne à trois reprises. Cette dernière, désolée d'avoir accordé sa confiance au père de son enfant pour l'éduquer, avait tenté de voir l'orpheline. La tentation et le regret avait été tels qu'elle n'avait pu résister à la tentation de parler à la petite fille qu'elle aurait pu élever. Et puis, elle avait du mettre un terme à ces rares et courtes rencontres pour ne pas s'attacher et pour que la petite n'ait pas de doutes vis à vis du physique inchangé d'Anne. Et à quoi bon lui parler alors que ça ne suffirait jamais à lui donner l'enfance dont on l'avait privé? Anne regrettait ce qui était arrivée à sa fille. Et ce sentiment de culpabilité la tenaillait plus que jamais.
D'après ses informations, Erica allait bientôt arriver. Anne, qui avait de plus en plus de mal à gérer son stress de la revoir, sortit une cigarette avec le maigre espoir que cela la calmerait. Il restait une bonne moitié de cigarette quand Anne la jeta au sol et l'écrasa, apercevant Erica au coin de la rue. Cette dernière passa devant elle sans lui accorder la moindre attention et pendant quelques secondes, l'immortelle l'avait observé sans savoir quoi faire. Puis ces jambes l'avaient guidés sans qu'elle ne se rende compte et sa voix s'était élevée dans les airs :
- Erica.
Après quelques secondes d'hésitation, Anne avait fait les quelques pas qui la séparait de sa fille. Elle ignorait encore ce qu'elle comptait lui dire. Tenter de la raisonner sur ce qu'elle était devenue? Pourquoi l'écouterait-elle de toute manière? Alors, elle décida de prendre un risque et dit :
- Tu me reconnais? N'est-ce pas?
Peut-être la solution était de tout lui révéler en fin de compte.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Luke T. Charles / Alice Warren / Santana J. Carpenter
148
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Dim 27 Nov - 17:31


It Might Have Been
Ann & Erica
Café. C'était la première pensée qui passait par la tête de Shaw quand elle avait quitté son petit appartement. Le froid mordant ses joues, elle remit son éternel bonnet noir en place. Les mains ensuite dans les poches de son long manteau noir, elle s'en allait, chercher son café noir bien serré auprès de Stan, le commerçant habituel. Le pauvre, il s'était posé dans la rue pour faire son commerce, et si cela faisait gagner pas mal de temps à certain, Erica ne pouvait s'empêcher de songer qu'il devait bien crever de froid lui.

En soupirant, elle se mit en route. Il ne fallait pas croire qu'elle prêtait vraiment attention aux gens qui l'entourait. C'était une simple constatation, ce Stan devait mourir de froid. Et ce n'était pas parce qu'elle le voyait tous les jours à la même heure ou presque depuis deux mois que ça changeait quelque chose. Nouveau soupir. Elle s'auto-agaçait par moment. Shaw laissa son regard se balader sur l'environnement extérieur pendant qu'elle se perdait dans ses pensées. On l'avait contacté ce matin. Un mutant était recherché. Encore. En lisant les informations transmises, elle avait été déçue. Une nouvelle fois. Ceux qui l'avaient torturé, ceux qui avaient tué ses camarades, semblaient avoir disparu de la planète Terre. Et cela la frustrait. Cela la détruisait même. Elle n'attendait que cet ultime moment où elle les retrouverait tous. Elle se délectait déjà de ce qu'elle leur ferait subir. Oh, pas forcément qu'elle les torturerait comme elle l'a été. Il fallait être original dans la vie. Mais ils regretteraient sincèrement d'avoir attaqué son unité. Elle leur devait bien ça après tout. Elle devait bien ça à ses frères morts en mission.

Shaw frissonna, secouant la tête pour reprendre ses esprits. Passons. C'était pas le moment pour repenser à eux. Elle ne s'arrêterait pas avant de les avoir retrouvé, point final. Elle se mordit la lèvre alors qu'une douleur lancinante la prenait à la jambe droite, l'obligeant à s'arrêter. Putain. Peut-être bien qu'elle était pas aller au bout de sa rééducation. Alors forcément, parfois, ça allait mal. Shaw ne chercha même pas à revenir sur ses pas pour se reposer. C'était clairement pas son genre. De plus, la cicatrice zébrant son mollet, marque de la souffrance qui lui incombait désormais, ne disparaitrait pas. Elle n'allait pas arrêter ses activités pour si peu. Elle était habituée à force. Massant discrètement sa jambe, la mercenaire décida de reprendre son chemin. Un coin de rue à franchir, quelques dizaines mètres à distancer et ce sera bon. Son café la réchauffera.

Tournant au bout de la rue, le regard froid et les dents serrés, Shaw s'était fixé l'objectif d'aller rejoindre Stan assez rapidement. Elle ne voyait pas autour d'elle les visages des gens qui faisaient leur promenade du jour. Elle s'en fichait éperdument. Pourtant, quand une voix l'interpella, elle fit volte-face dans un réflexe éblouissant. Portant la main à sa ceinture, elle était prête à sortir son arme. Avant de découvrir une femme brune, probablement de son âge, au regard voilé et même... concerné. Se détendant un peu, Shaw allait pour lui répondre simplement "on se connait ?" quand son interlocutrice lui demanda justement ce qu'elle avait en tête, ou presque. Si elle la reconnaissait ? Shaw resta la bouche ouverte quelques secondes, s'interrogeant sur ce qu'elle entendait par là. Puis elle se mit à la détailler des pieds à la tête, en prenant son temps, l'idée de récupérer son café envolé à des années lumière de là.

Au bout de longues minutes, qui semblaient s'éterniser, quelque chose fit tilt dans la tête de Shaw. C'est vrai qu'elle lui semblait familière cette femme. Ces traits lui étaient pas inconnus, elle en était persuadée. Mais tout ça... tout ça ça semblait remonter à loin. Puis, un souvenir vint se coller aux impressions de déjà-vu d'Erica qui se crispa. Nope. Fallait pas s'imaginer des choses. Même si elle ressemblait étrangement à la femme de ses souvenirs, ce n'était pas possible. Elle était encore une gamine quand une étrangère était venue lui rendre visite à l'orphelinat. D'ailleurs, c'était bizarre qu'elle se souvienne d'elle. Elle l'avait vu à peine 3 fois. Et quand elle se demandait pourquoi une gentille dame lui prêtait attention et était si gentille avec elle, pouf. Disparue. Envolée. Comme ses parents. Comme son unité.

Levant la main, aussi bien en signe d'incompréhension que de déni, Shaw se recula de quelque pas. Elle asséna d'une voix plus sèche qu'elle ne l'aurait voulu :

- Nope. J'vous reconnais pas. Et je suis pas sûre de le vouloir. Maintenant j'ai mon café à prendre, si vous voulez bien.

Et elle se préparait déjà à tourner les talons, refusant d'aller au bout de ce qui allait très certainement suivre.



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Headless Queen
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Ann est une mutante qui possède le pouvoir d'immortalité mais aussi celui de régénération.
April Ren & Charlie Cavendar
172
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Sam 31 Déc - 12:10


It might have been
There was a long hard time when I kept far from me the remembrance of what I had thrown away when I was quite ignorant of its worth. ••• Anne avait aimé chacun de ses enfants passionnément. Elle se souvenait encore de sa première fille, sa très chère Elizabeth avec qui elle avait passé si peu de temps. Elle n'avait eu la chance de la voir grandir, ayant été décapitée alors que la pauvre enfant n'avait que trois ans. Mais Anne avait observé son ascension, devenant chaque jour de plus en plus fière de la femme qu'elle était devenue, la grande Elizabeth Ire, Reine d'Angleterre. La mère de cette dernière aurait voulu que son premier mari puisse voir cela, qu'il puisse comprendre que le digne héritier mâle qu'il avait toujours recherché était finalement représenté par Elizabeth, qui était une femme. Anne avait donc suivi de près l'évolution d'Elizabeth, se félicitant d'avoir engendrer un tel monarque. Aussi, avait-elle eu la chance de la rencontrer une fois adulte sans s'attirer de problèmes. Peu avant qu'Elizabeth ne monte sur le trône, instaurant alors un premier contact avec sa fille avant qu'elle ne soit à la charge d'un si grand royaume qui lui apporterait de nombreux soucis. Puis, quelques années plus tard. C'était à leur deuxième rencontre que la mère fut surprise de voir sa fille la reconnaître, non pas en tant qu'inconnue à qui elle avait parlé quelques années plus tôt, mais bien en tant qu'Anne Boleyn, sa mère. Celle-ci ignorait alors si elle était une apparition ou bien un être réel mais elle était prête à accepter l'étrange qu'on lui raconterait, sa vie étant déjà bien mystérieuse. En effet, Elizabeth était elle aussi dotée d'un pouvoir. Celui d’altérer les sens des autres, ce qui lui était bien pratique pour faire taire ou pour déstabiliser ses opposants. Malgré tout, la reine en était inquiète. Était-elle une sorcière? Si cela s'apprenait, on chercherait à la tuer, peu importe qu'elle soit Reine d'Angleterre ou non. Ainsi, Anne avait pris le risque de lui révéler l'histoire, de lui expliquer qu'elle non plus ne savait pas d'où lui venait ses pouvoirs. Avait-elle été maudite à sa mort, maudissant ensuite sa lignée? Elle n'en savait rien. Quoi qu'il en soit, elles n'étaient pas seules. C'est pourquoi, même si Elizabeth décida de ne pas la condamner pour sorcellerie ou autre, les deux femmes se mirent d'accord pour continuer leur chemin séparément, comme elles l'avaient toujours fait. Elizabeth voulait bien accepter ce côté surnaturel de leur vie, presque diabolique, mais c'était tout. Cela resterait un secret entre elles. Anne ne revit sa fille qu'à de maigres occasions. Puis elle apprit qu'elle avait fini par mourir de vieillesse. Et ce fut un premier déchirement.
Quelques décennies plus tard, elle avait fondé une famille, oubliant les recommandations d'Appius quant à ne pas s'attacher. Elle avait eu deux enfants : un garçon et une fille. Ces derniers n'eurent jamais de pouvoirs. Une raison de plus qui fit se demander à Anne si ce n'était pas les Boleyn qui avaient été maudits. Elle avait aimé ses enfants passionnément, ainsi que leurs petits enfants malgré la distance qu'elle devait instauré de plus en plus pour ne pas leur attirer de problèmes. Puis, elle avait du mettre un terme définitif à cette vie de famille quand tous furent mort et que seuls les descendants qui ignoraient qu'elle était Anne Boleyn furent en vie. Une nouvelle fois, elle en fut brisée. Et plus encore qu'à la perte d'Elizabeth car elle avait pu vivre avec sa famille et les voir tous grandir. C'est à se souvenir douloureux qu'elle s'était accroché lorsqu'elle avait pris la décision d'abandonner Erica, bien des siècles plus tard.
A présent, elle ignorait comment rattraper les erreurs qu'elle avait faite. Erreurs qui avaient profondément influencé la tournure qu'avait pris la vie d'Erica. Et même si elles n'avaient eu l'occasion d'apprendre à se connaître, Anne aimait sa fille, c'était indéniable. Quand bien même elle soit devenue une mercenaire, elle l'aimait car elle avait toujours cet instinct maternel. Elle voulait la protéger. Mais elle ignorait comment. Peut-être arriveraient-elles à créer un lien si, comme elle avait fait avec Elizabeth des siècles auparavant, elle lui révélait qui elle était. De toute manière, elle ne pouvait plus rebrousser chemin. Elle était lancée.
- Je suis bien cette femme qui est venue te voir à trois reprises dans ton enfance, dit-elle haut et fort alors qu'Erica allait prendre la fuite, visiblement contrariée par cette rencontre. Et si tu te demandes pourquoi je n'ai pas changé d'apparence, je pense que tu trouveras la réponse par toi-même.
Son cœur battait à toute vitesse et il en fallait beaucoup pour chambouler ses émotions après toutes les vies qu'elle avait vécu.
- Et si tu essayes de t'en prendre à moi, sache que cela n'aboutirait à rien.
Bien sûr qu'elle avait remarqué l'arme que sa fille portait sur elle. Elle-même en avait une.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Luke T. Charles / Alice Warren / Santana J. Carpenter
148
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Lun 23 Jan - 15:46


It Might Have Been
Ann & Erica
Surréaliste. C'était le mot qui lui venait en tête alors qu'elle se figeait une nouvelle fois, s'obligeant à détailler un peu plus cette femme qui clamait l'inenvisageable. Shaw n'était clairement pas préparée à une telle rencontre, et elle était quelque peu désarçonnée par la tournure que c'était en train de prendre. Elle refusait à moitié d'entendre ce que lui disait cette femme, se concentrant sur son café à chercher quelques mètres plus loin. Parce que, putain, c'était une blague. Y avait pas d'autres mots pour décrire cette venue incongrue de cette inconnue qui la dérangeait dans sa routine.

Un nouveau geste de la main, signe qu'elle envoyait métaphoriquement tout bouler, et elle lui tournait le dos, avançant de quelque pas. Pourtant, les pensées tourbillonnaient dans sa tête, alors qu'elle devinait la présence de l'inconnue derrière elle, qui ne semblait pas vouloir la lâcher. Shaw se retenait de tirer son arme et de la pointer sur cette femme, qu'elle pourrait mettre à terre en un tour de bras si elle le souhaitait. Du moins, elle le pensait. Mais les propos de la brune lui revenait en tête, et elle la perturbait d'une manière qu'elle redoutait. Finalement elle fit à nouveau volte-face et darda son regard mécontent, ne se gênant pas pour l'observer de haut en bas, la mâchoire crispée, ses phalanges craquant alors qu'elle tentait de chercher un moyen d'aborder cette situation sous un meilleur angle. Mais il n'y en avait pas, et c'est presque avec hargne que Shaw cracha, parce qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre :

- Vous avez fini votre foutage de gueule ? Déjà de un, on me tutoie pas, je vous connais pas. Et me forcez pas à sortir mon arme, j'ai pas vraiment envie que vous me fassiez une scène.

Shaw avait déblatéré ça d'une traite, une habitude qui lui était méconnue. Elle, elle était plutôt du genre à dire oui ou non, à sortir son arme quand il fallait et dire que le job était terminé. Les phrases remplies d'une sorte de colère lui étaient étrangères, du moins depuis qu'elle essayait de se remettre de son traumatisme passé. Alors reconnaître qu'un événement lui échappait maintenant, ça lui semblait au-dessus de ses forces. Pourtant, elle en avait vu des choses Shaw. Et elle savait que les mutants existaient, puisque c'était ces monstres qui avaient drastiquement réorienté sa vie. Mais le sous-entendu de cette femme... en plus de prétendre être quelqu'un qu'elle aurait aimé connaître toute sa vie, elle ne pouvait le supporter. Elle ne pouvait l'accepter. Parce qu'alors, si tout ceci était vrai, Shaw aurait enfin une explication à cet abandon, à ces souffrances qu'on lui avait imposé dès sa naissance, sans qu'elle ait eu son mot à dire. Et à ses yeux, il était mieux pour elle de garder ça enfouit. Elle ne voulait pas revivre ce qui avait tant influencé son caractère et son fonctionnement intérieur, elle ne voulait pas comprendre. Alors elle allait poursuivre sa petite vie, et prétendre que cette illuminée n'était pas qui elle clamait, que ses propos n'avaient aucun sens et qu'elle allait se retenir de l'interner dans l'immédiat. Un boulot l'attendait, putain.

- Vous savez quoi ? Je vais garder ça pour moi, on va dire que vous vous êtes trompés de personne. Et on va chacune reprendre sa petite vie normale, ok ?



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Headless Queen
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Ann est une mutante qui possède le pouvoir d'immortalité mais aussi celui de régénération.
April Ren & Charlie Cavendar
172
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Mer 25 Jan - 21:48


It might have been
There was a long hard time when I kept far from me the remembrance of what I had thrown away when I was quite ignorant of its worth. ••• Anne percevait la colère et le désarroi qu'elle provoquait chez Erica. Et celle-ci ne s'en cachait pas. Bien sûr, elle s'y était attendue. Ce n'était pas tous les jours qu'on allait rendre visite à sa fille qu'on avait abandonné et lui expliquait en plus qu'on était immortelle. Il y avait mieux comme rencontre. Pourtant, Anne ne savait pas comment faire autrement. Celle qu'elle avait un jour mise au monde était devenue une personne qu'elle était censé haïr et combattre pour ces actes. Mais comment pouvait-elle y arriver alors que tout ceci était de sa faute? Si, il y une trentaine d'années, elle avait pu changer les choses, le présent serait tout autre. Pourtant, elle avait été trop effrayée de les faire souffrir, elle et Erica à cause de sa mutation et de ce que cela engendrait dans sa vie personnelle. Une part d'elle regrettait affreusement d'avoir fait autant de mal à son enfant et une autre part lui disait qu'elle n'aurait pu savoir tout ce qui serait arrivé. Avec le temps, Anne avait appris à se pardonner. Elle n'était pas sure d'y parvenir cette fois-ci.
Erica décida de lui répondre, ou plutôt de lui cracher à la gueule de la laisser tranquille. Anne décida de répliquer, rangeant l'émotivité dans un placard.
- Je te l'ai dit. Tire moi une balle dans la tête et dans cinq minutes je serais debout. La première fois qu'on a essayé de me tuer, ma tête s'est recollée d'elle même au reste de mon corps.
A présent, elle soutenait le regard de sa fille, de cette inconnue... S'il fallait parler ainsi pour avoir une discussion avec Erica, alors il en serait ainsi. Maintenant qu'elle s'était lancée, elle ne pouvait plus reculer. Elle comptait bien décrocher plus que des insultes lors de cette conversation. Mais Erica ne lâchait pas et cherchait toujours à fuir. Chose que ne manqua pas de remarquer Anne.
- J'aurais été une autre personne que déjà tu te serais occupé de moi. lui dit-elle, un air de défi sur le visage.
Elle voulait la confronter à la réalité. Elle ne pouvait plus y échapper à présent. Elle devait connaître la vérité quand bien même celle-ci pouvait être dérangeante et écrasante. C'est pourquoi Anne décida qu'au vu de la tournure qu'avait pris la conversation, elle n'avait plus à la prendre avec des pincettes.
- Je suis immortelle. Une mutante et tu le sais.
Elle prit une inspiration mais ne laissa pas le temps à Erica de répliquer.
- Et je suis aussi celle qui t'a mise au monde.
Puis abandonnée. Mais ça, inutile de le dire à voix haute. Toutes deux le savaient. Et quoi qu'il puisse arriver, Anne ne doutait pas qu'Erica le lui reprocherait. Si cette dernière ne tentait pas de s'en prendre à elle... Se battre avec sa propre fille ne l'enchantait pas. Et même si elles en venaient aux mains, Anne ne renoncerait pas. Elle ne cherchait pas à rentrer dans la vie de celle qu'elle avait abandonnée mais elle voulait qu'elle lui autorise une explication. Peut-être était-ce égoïste de vouloir soulager sa conscience mais elle osait espéré que cela aiderait à Erica à voir les mutants d'une autre manière. Vu comment c'était partit, Anne se disait qu'elle ne faisait qu'empirer les choses.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Luke T. Charles / Alice Warren / Santana J. Carpenter
148
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Mer 15 Mar - 16:25


It Might Have Been
Ann & Erica
Non. Tout ceci ne pouvait être vrai. Cette femme était en train de lui empoisonner le cerveau avec ses paroles d'illuminée. C'était juste une pauvre dame en manque d'attention, qui avait dû repérer Shaw d'une quelconque manière. Ouais voilà, c'était ça, elle avait du avoir eu vent de ce que faisait Shaw et maintenant elle cherchait à attirer son attention, à connaître son petit moment de célébrité. Mais c'était clairement pas à la bonne personne qu'elle s'adressait là. Sérieusement, Shaw pouvait bien être gentille deux minutes, mais si elle la cherchait trop elle allait lui en coller une bonne dans la gueule. Et dieu seul savait à quel point ça la démangeait.

Elle voulait, encore une fois, tourner le dos à la femme. Ignorer, se boucher les oreilles, aller chercher son café. Elle voudrait fuir son regard, pour elle ne savait quelle raison. Mais il n'y avait pas âme qui vive aux alentours, évidemment. Comme si tout le monde s'était décidé à la laisser se démerder avec cette embrouille. Shaw ferme les yeux, s'intime de se calmer. Puis elle recommence. Immortelle. Mutante. Mise au monde. Non. Son sang ne fait qu'un tour, il se glace dans ses veines même alors qu'en à peine deux secondes elle se saisit de son arme et la colle sur le front de son interlocutrice qui ne recule pas devant l'affront. Ferme ta gueule, qu'elle a envie de lui balancer à la tronche. Au lieu de ça ses traits sont crispés et un éclat de fureur teinte ses yeux alors qu'elle siffle hargneusement :
- Mensonges...

Ses veines saillent au niveau de sa tempe alors qu'elle se force à ne pas appuyer sur la détente. Elle a retiré la sécurité bien sûr et rien ne la retient vraiment de lui faire exploser sa cervelle. Le canon de son arme est posé contre la brune, et pourtant l'autre ne tressaille pas vraiment. Mais qui est cette poufiasse ? Shaw ne peut décemment pas la croire. Pas après... tout. L'abandon. Sa dernière mission. Les mutants. Et elle. Mercenaire. Non, elle ne peut pas. Pourtant est-ce si grave si son coeur bat un peu plus fort, si elle hésite là où elle aurait depuis longtemps pressé la détente ? Shaw s'est toujours crue si incapable d'aimer, si insensible, si faite pour être ce mur sans failles qui doit régler les affaires non terminées. Et là... est-ce qu'elle veut vraiment avoir le fin mot de cette histoire ? Elle n'en est pas sûre. Shaw n'aura jamais été aussi prise au dépourvu, aussi... étrangère de sa propre vie. Sa main tremble légèrement mais elle se reprend vite, alors qu'elle prononce, après avoir pris une certaine inspiration :

- Pourquoi ?

Pourquoi elle lui fait ça ? Pourquoi elle dit ça ? Pourquoi elle est partie ? Pourquoi elle revient dans sa vie ? Pourquoi elle dit la vérité ou pourquoi elle ment, peu importe ce qu'elle dit ? Erica Shaw veut une explication, elle en a besoin.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Headless Queen
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Ann est une mutante qui possède le pouvoir d'immortalité mais aussi celui de régénération.
April Ren & Charlie Cavendar
172
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Mer 22 Mar - 11:46


It might have been
There was a long hard time when I kept far from me the remembrance of what I had thrown away when I was quite ignorant of its worth. ••• Anne entendit les quelques personnes autour d’elles pousser des exclamations avant de s’enfuir. Erica avait finalement sorti son arme et avait collé cette dernière contre le front de celle qui se déclarait être sa mère. L’ancienne reine s’y était attendue. Elle n’avait pas bougé d’un centimètre, sachant pertinemment qu’elle se relèverait dans les prochaines minutes si Erica décidait d’appuyer sur la détente.
Ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans cette position. Elle ne comptait plus le nombre de fois où on avait tenté de la tuer. Et depuis la création des armes à feu, elle n’avait pas plus pris la peine de compter le nombre d’armes qu’on avait collé sur son front. Plusieurs de ses ennemis n’avaient pas hésité à tirer. Le monde s’assombrissait alors soudainement. Puis elle reprenait conscience quelques minutes plus tard avec un mal de tête vif mais bref. Alors, quand elle était entourée de témoins, Anne devait fuir ces regards avant qu’on ne s’en prenne à elle pour accusation de sorcellerie ou de mutation. Il fallait dire que voir un mort se réveiller n’était pas quelque chose de communs pour tous.
La seule différence avec cette situation était le fait que celle qui la menaçait de mort n’était autre que sa fille. Ainsi, si habituellement Anne ressentait un sentiment d’excitation quand on lui pointait une arme contre la tempe, tout ce qu’elle ressentait à ce moment-là était de la tristesse. Et ce sentiment de culpabilité qui ne faisait que grandir de secondes en secondes.
- Fais le. Tire. Dit-elle fermement. Je me relèverais et tu auras au moins la certitude que je ne mens pas à propos de mon immortalité.
Les yeux d’Anne restaient concentrés sur le regard d’Erica qui semblait plus perturbée que jamais. Contrairement à sa fille, l’agent du SHIELD restait parfaitement calme et immobile, sans la moindre once de peur. Elle ne manqua pas le léger tremblement qui avait parcouru la main qui tenait l’arme. On disait d’Erica qu’elle était sociopathe, incapable de la moindre émotion. A ce moment présent, Anne devinait que c’était faux.
- Je ne sais pas. Répondit-elle au pourquoi d’Erica.
Et c’était la vérité. Elle n’avait aucune idée de pourquoi elle avait décidé de lui en parler aujourd’hui et pas un autre jour. Elle aurait pu continuer sa vie de son côté mais son instinct maternel, qu’elle avait tenté de refouler durant de nombreuses années, avait refait surface malgré elle. S’il était trop tard pour réparer les choses, Anne ne voulait pas s’avouer vaincu malgré tout.
- J’ai vu ce que tu étais devenu. Je n’ai jamais voulu de cette vie pour toi, tu dois me croire. J’ignore si savoir que tu es la fille d’une mutante améliorera ou dégradera ton ressenti envers nous, mais je me devais d’essayer. Te faire comprendre que tu avais tort. Est-ce vraiment la personne que tu voulais devenir ?
Elle se doutait que jouer à la mère moralisatrice ne plairait pas à Erica. Mais elle n’avait pas voulu contenir ce qu’elle pensait. Après tant d’années de mensonges, elle se devait d’être le plus honnête envers Erica.
- Je sais que tu dois te demander pourquoi maintenant. Mais j’ai appris qu’il n’y avait pas de moment idéal pour une telle chose.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Luke T. Charles / Alice Warren / Santana J. Carpenter
148
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Mar 18 Avr - 17:31


It Might Have Been
Ann & Erica
Le monde ne serait pas ce qu’il était, Shaw aurait pu être abasourdie par le flegme de l’autre en la voyant l’inciter à tirer. Il ne fallait pas être un génie pour constater que la femme ne craignait de toute évidence pas l’arme et encore moins celle qui la tenait. Une part d’elle avait envie de presser la détente, laisser libre cours à ses nerfs, à ce sentiment habituel mêlé à une certaine excitation quand elle se retrouvait en face d’une proie potentielle. Mais en ce jour si particulier, après ces propos qu’on aurait pu qualifier d’incohérents, Shaw doutait pour la première fois de la voie à suivre. Dommage qu’il n’y avait pas un fichu manuel qui enseignait aux mercenaires la réaction qu’ils étaient censés avoir quand votre mère, prétendument disparue, vous avait abandonné et revenait dans votre vie en avouant être atteint de la tare la pire qui soit. Aujourd’hui était tout, sauf un jour comme les autres. Et contrairement à d’habitude, Erica Shaw était à deux doigts de faillir à sa nouvelle profession. Les cris des quelques passants aux alentours ne l’atteignaient pas le moins du monde, trop concentrée à l’heure actuelle, son regard planté dans celui de celle qui se disait être sa mère, son doigt caressant son arme en un geste à la fois nerveux et impatient.

Définitivement incertaine, Shaw préféra remettre la question existentielle du « tirer ou ne pas tirer » à plus tard, se concentrant sur les paroles qui suivirent. Elle tenait toujours la brune en joue, bien que presque décidée à baisser son arme. Sa méfiance naturelle en plus de sa colère ne faisaient toutefois pas pencher la balanche vers le bon côté, et elle préférait rester ainsi, à menacer une personne qui se disait être de son sang, à faire crier les quelques passants restants, plutôt qu’à faire amie-amie avec cette timbrée. « Me tentez pas » cracha t-elle tout de même, histoire de rappeler qui était la plus dangereuse des deux en l’instant. Mais pour l’heure, tirer n’était pas au programme. Répondre à sa question, ça oui. Pourquoi hein ? Pourquoi cette femme, sa mère avait ainsi joué avec son enfant après tout hein ? Madame était immortelle, elle avait préféré jouer avec sa vie plutôt que de prendre soin d’une autre, c’était ça ? Au fond, ça ne l’aurait pas étonné. Shaw n’était pas faite pour aimer, pourquoi aurait-elle été faite pour être aimée ? Un rire, moqueur, s’échappa des lèvres de la mercenaire, qui se retenait presque de cracher tout son venin en cet instant présent. « Vous n’avez jamais voulu de cette vie pour moi ? C’est une blague ? Et vous vous attendiez à quoi en m’abandonnant dans les bras de ce lâche ? A une vie paisible et heureuse, où je me serais mariée et j’aurais eu beaucoup d’enfants, c’est ça ? »

Bordel, cette femme était complètement fêlée. Elle se foutait royalement de sa gueule, et Shaw commençait à en avoir plus que marre. Se cacher derrière de piteuses excuses et sa mutation n’allait certainement par la faire se sentir mieux, ça c’était clair. Shaw n’en croyait pas ses oreilles. Mais elle n’avait encore rien entendu. Quand les reproches vinrent, presque doucereux, quand la question tomba, son sang ne fit qu’un tour. Hurlant presque, passant certainement pour une furie, Erica se retint à grande peine de la frapper alors qu’enfin, enfin, ses émotions tant retenues éclataient dans une colère sans nom. « Ce que je veux devenir ? Mais vous vous foutez de ma gueule espèce de connasse de je ne sais quel siècle ? Vous croyez que j’ai adoré avoir été torturée et que j’ai encore plus adoré ‘devenir’ une putain de mercenaire parce que personne ici est capable de voir qu’il y a des monstres parmi votre espèce ? Vous croyez que j’ai voulu devenir ça parce que je le vis bien, comme si l’abandon consécutif de mes deux parents ne m’avaient pas déjà engagé dans une descente aux enfers hein ? De quel droit osez-vous juger ainsi mes choix quand vous avez pas été fichu d’être la femme que j’avais besoin hein ? D’être une putain de mère bordel ? Hein ? DE QUEL DROIT ? »

Blam. Le coup parti, et résonna alors que des oiseaux cachés dans des arbres s’envolaient précipitamment, que les derniers passants s’enfuyaient en criant au meurtre, que Stan ne devait certainement ne plus attendre sa cliente habituelle. Le coup était parti alors que son bras était toujours tendu, que ses yeux lançaient des éclairs pendant qu’elle vociférait, que son visage était devenu plus froid que jamais. Oui, le coup était parti, la balle logée dans la tête de la femme qui était partie en arrière sous l’effet de l’impact, tombant au sol sans pouvoir rien faire d’autre que d’intégrer cette situation. Et alors qu’elle se doutait, sans peine, que cette sale conne de mère allait se réveiller, Shaw lâcha en soufflant et rangeant son arme : « Immortelle de mes deux. »

Et elle attendit, qu’elle se relève.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Headless Queen
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Ann est une mutante qui possède le pouvoir d'immortalité mais aussi celui de régénération.
April Ren & Charlie Cavendar
172
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Ven 5 Mai - 16:17


It might have been
There was a long hard time when I kept far from me the remembrance of what I had thrown away when I was quite ignorant of its worth. ••• Comment aurait-elle pu deviner? Comment aurait-elle pu savoir que le père d'Erica se serait montré lâche en abandonnant à son tour sa fille? A bien y réfléchir, pas étonnant qu'ils se soient un jour plu. Deux lâches ensemble. Ils auraient du se marier tiens.
A présent qu'elle était en face d'Erica, Anne regrettait réellement. Elle pensait avoir fait le bon choix à l'époque, il y a quelques minutes encore elle le pensait toujours. Mais à présent qu'elle voyait sous ses yeux toute la douleur que sa fille avait connu et connaissait encore, Anne comprenait qu'elle avait probablement fait une des plus grosses erreurs de sa vie. Ça et épouser un homme qui la décapiterait trois ans plus tard. Maintenant, celle qu'elle avait un jour mise au monde n'était plus son enfant. Elle n'était plus qu'une étrangère et le resterait probablement toujours. En voulant épargner son enfant d'une vie trop difficile et douloureuse, elle lui en avait donné une bien pire encore.
Que serait devenu Erica si sa pauvre mère n'avait pas un jour pris la plus mauvaise décision de sa vie? On dit qu'avec le temps on devient sage. Anne le pensait aussi. Mais apparemment, ça ne l'avait pas empêché de commettre une erreur à nouveau. Si seulement elle avait au moins eu le bon sens d'adopter Erica lorsqu'elle était à l'orphelinat.
Elle avait voulu apaiser la douleur de sa fille en jouant ce rôle de la gentille inconnue qui s'occupait d'elle mais tout ce qu'elle avait fait, c'était l'abandonner une deuxième fois. Alors elle laissait Erica exprimer sa colère. Elle l'avait mérité.
- Je ne pensais pas qu'il t'abandonnerait. Je ne l'aurais jamais fait si j'avais su.
Mais qu'aurait-elle fait alors? Garder sa fille? Ça, elle n'en était pas certaine. La mettre dans un orphelinat et s'assurer qu'elle ait une bonne famille adoptive? Peut-être. Mais qu'est-ce qui l'avait empêché de le faire dans cette vie là. Tout devenait de plus en plus brouillon dans l'esprit d'Anne qui se laissait submerger par le regret.
Ainsi, elle laissa Erica l'insulter et déverser sa colère, sachant très bien ce qui arriverait à la fin de son monologue. En une seconde, tout était devenu noir autour d'elle avec une forte douleur dans le crâne. Quelques minutes plus tard, Anne reprit lentement conscience, la tête, douloureuse, contre le sol. Elle avait la sensation d'avoir dormi longtemps. Ou plutôt, la sensation de revenir de loin. Mais quand elle rouvrit les yeux et vit le regard de sa fille, elle revint subitement au moment présent. Elle se releva avec un grand mal de crâne qui, elle le savait, disparaîtrait dans les trente prochaines secondes.
- Je l'ai mérité, admit-elle.
Et maintenant quoi?
- La police va arriver dans quelques secondes alors c'est à mon tour de parler. Je regrette ce que je t'ai fait, ok? Si j'ai pris cette décision effroyable c'est parce que je voulais justement t'éviter une vie douloureuse à mes côtés. Ma condition ne rend pas ma vie des plus faciles, encore moins pour mes proches. Voila pourquoi je m'en éloigne. Je me rend compte aujourd'hui que j'aurais du faire une exception pour toi. Je ne te demande pas de me pardonner car je sais que cela t'est impossible mais je veux juste que tu retiennes une chose. Les mutants ne sont pas tous mauvais. Toi-même tu aurais pu en devenir une avec mes gênes.
Des sirènes se firent entendre au loin. Elles n'avaient plus que quelques secondes. Soit elles prenaient des chemins séparées et Anne aurait misérablement amené cette conversation, soit Shaw n'en avait pas terminé avec elle. Ce qui était tout à fait possible après ce qui venait de se passer. Ce ne serait pas la première qu'on tue à répétition l'ancienne reine d'Angleterre.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Luke T. Charles / Alice Warren / Santana J. Carpenter
148
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It might have been | Erica   Lun 15 Mai - 17:14


It Might Have Been
Ann & Erica
Si personne n'avait osé, jusque là, se manifester, désormais Shaw ne voyait plus que des silhouettes courir le plus loin possible d'elle. Elle n'était même pas surprise, ni même atterrée, ni lassée de ces réactions futiles. Elle aurait voulu faire un carnage, elle l'aurait fait depuis longtemps. C'était purement humain que de se cacher en attendant que les choses se tassent puis de prendre la tangente quand ça dégénérait. Maintenant, il y aurait même quelques héros qui iraient composer le numéro d'urgence et qui feront débarquer les flics. Bordel, c'était dingue ça, on ne pouvait même plus parler des affaires de famille en toute tranquillité. En parlant de famille, Shaw attendait presque en chronométrant que l'autre, sa pseudo-mère, se réveille. Elle n'éprouvait absolument pas de remords, et elle était même vaguement soulagée d'avoir pressé la détente. Au moins, ça c'était réglé. Et si la vieille espérait obtenir des excuses de sa part après son geste, elle se ferait un plaisir de recommencer. Une seule balle, ce n'était pas assez pour compenser toute une vie de souffrance et d'abandon.

Mais il n'en fut rien, heureusement pour l'immortelle. Shaw haussa les sourcils en la voyant se relever, l'air migraineux, et ses dents se serrèrent. Bien qu'elle ne doutait pas que sa mère n'avait pas menti, ça faisait quand même quelque chose de la voir se relever après s'être reçu une balle en pleine tronche. Le monde n'était vraiment plus ce qu'il était. Et après ses révélations, l'autre s'attendait peut-être à ce qu'elle arrête de s'en prendre aux mutants ? Pour Shaw, elle venait juste de confirmer que c'était eux la cause de tout les malheurs du monde, eux la cause de son malheur à elle. Elle tressaillit légèrement quand la femme reprit la discussion d'un ton néanmoins pressé. Elle était presque ébahie de la voir reprendre pied aussi facilement, de renouer avec la situation comme ça, en un claquement de doigts. Pas question qu'elle s'avoue impressionnée ceci dit. Shaw se contenta donc d'écouter le monologue de sa mère avec un sourire mesquin collé au visage. Sérieusement, jouer sur la carte de la mutation, ça ne lui rapportait vraiment rien, la balle lui avait donc brûlé autant de neurones que ça ?

Erica Shaw aurait pu répondre. Repartir sur un court dialogue avant de s'en aller, pour éviter de se faire choper par la police. Oui, elle aurait pu au moins lui dire qu'elle ne la pardonnait pas, qu'elle ne la comprenait toujours pas, et bien d'autres négativités encore. Mais à vrai dire, elle n'en avait que faire. D'un geste vif, elle rangea son arme et planqua ses mains dans ses poches, tournant déjà le dos à la brune. Elle avait déjà avancé de quelques pas quand elle se retourna et la darda de son regard noir, crachant à demi-mot :

« C'est pas fini entre nous. »

Puis ce fut tout. Elle partit, sans un regard en arrière, disparaissant comme elle savait si bien le faire.



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
 
It might have been | Erica
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAKURASAWA Erica - Angel T1
» DOLKOT - 40cm Erica, 60cm Rojaria p12
» L'ECOLE DES SAVEURS de Erica Bauermeister
» Erica JONG (Etats-Unis)
» Being Erica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: