Partagez | 
 

 Just breathe (Marcia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Just breathe (Marcia)   Ven 20 Jan 2017 - 6:10

Just Breathe




La musique criait à tue-tête. Le plancher était collé de boisson qu’on avait échappée. Une légère odeur de bière mélangée à la sueur flottait dans les airs. L’endroit était bondé de gens, si bien qu’il était difficile de s’y déplacer. L’atmosphère était lourde. Il faisait chaud. Les gens se bousculaient sans ménagement. En bref, c’était la folie ce soir-là au Sleipnir. Mais Maria s’en fichait. Il y avait longtemps qu’elle était dans son monde et que rien ne la dérangeait. Elle se déhanchait comme jamais sur la piste de danse avec sa meilleure amie, Raven. Il y avait longtemps que les deux femmes n’étaient pas sorties en boîte et qu’elles ne s’étaient pas faites une soirée entre filles. Juste elles. Le duo de choc depuis le lycée. La blonde fougueuse et la brune redoutable. Elles en avaient fait des folleries pendant leur adolescence et leurs années dans l’armée. Des années qui semblaient désormais bien loin pour la commandante du Shield. Il faut dire que quand on se trouvait à ce poste hautement gradé, il était un peu mal vu de s’éclater comme elle était en train de le faire présentement. Mais ça aussi elle s’en fichait. Elle n’en avait rien à faire qu’on la reconnaisse. La brunette n’avait jamais caché son penchant pour la boisson. Elle n’était pas une sainte, malgré les apparences et son personnage de femme inébranlable qu’elle montrait quand elle se trouvait entre les murs du Shield. Cette Maria-là disparaissait dès qu’elle quittait son bureau le vendredi et ne refaisait jamais surface avant le lundi matin. Elle avait toujours fait en sorte de séparer les deux sphères de sa vie. En dehors de son rôle de supérieure d’une organisation réputée, elle était une vraie tigresse qui avait le coude léger. Elle était d’ailleurs une habituée du bar Le Jarvis les fins de semaine. Elle avait envie de s’amuser. Elle avait besoin de décrocher de son travail qui prenait tout son temps et son énergie. Elle avait besoin de se changer les idées. Ce qui devait être une soirée relaxe entre copines avait rapidement virée à une beuverie dans une boite de nuit. Elles s’étaient enfilées verre sur verre et shooter sur shooter. Elles riaient, dansaient et rigolaient. Elles n’avaient absolument rien de deux militaires féroces et combattantes, mais ça faisait du bien de ne penser à rien d’autre qu’à elles et de passer du temps ensembles. Les deux femmes avaient été passablement occupées ces derniers mois et même si elles se parlaient tous les jours, le temps de qualité passé avec sa meilleure amie manquait terriblement à Maria. Elle avait l’impression d’être retournée dans les débuts de sa vingtaine et c’était merveilleux. Elle se sentait libre et vivante.

Au bout d’un moment de danse acharnée, Raven lui signala qu’elle avait besoin de respirer et de boire de l’eau, mais Maria ne bougea pas de son endroit. Elle y était trop bien et puis, elle n’était pas certaine de pouvoir marcher correctement sans s’affaler sur la piste. Valait mieux s’en tenir à des mouvements de danse. Protégée par l’aura sexy de deux filles dansant ensembles jusque-là, ce charme s’était rompu dès que la blonde était partie de leur bulle de sécurité. Maria était maintenant une proie pour les hommes en manque de chaleur féminine. Cela ne faisait pas deux minutes qu’elle était seule que déjà elle sentie deux grosses pattes l’empoigner par les hanches et l’a suivre dans ses mouvements, mais elle ne le repoussa pas. Elle n’en avait pas la force et elle devait avouer que ça la rendait fière d’attirer encore la gente masculine. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas flirté avec un inconnu. Mais ce dernier ne se contenta pas seulement de danser avec elle, voilà qu’il se collait et se frottait plus sur elle. Son visage était maintenant dans son cou, elle pouvait sentir son souffle chaud et puant la bière sur sa peau. Elle commençait à suffoquer. Elle se sentait brûlante. Elle avait besoin de son espace, finalement. Elle tenta de se détacher, mais l’homme n’était pas de cet avis et il la garda près de lui. Maria lui sourit pour lui faire comprendre poliment qu’elle en avait assez et qu’elle voulait qu’il dégage, mais le type comprit la chose autrement et l’empoigna par la tête. Il avança dangereusement sa bouche vers la sienne, mais elle esquivât le baiser malvenu en tournant la tête. Les lèvres du type rencontrèrent sa joue. "Okay. Je ne suis pas intéressée. Tu peux me laisser maintenant. " Elle n’était pas fâchée et sa voix était plutôt amusée. Ce n’était pas la faute du mec, elle avait dû lui envoyer les mauvais signaux sans le vouloir. "Oh aller ma jolie, fais pas ta farouche. T’as pas cessé de me regarder!" Les yeux bleus de la brune écarquillèrent de surprise. Mais de quoi il parlait celui-là? Elle n’avait regardé personne en particulier. Il se faisait des idées. Et puis farouche elle? Elle avait bien le droit de refuser ses avances, c’était quoi ce porc? Il l’attira encore plus vers elle en continuant de se frotter sur elle. En d’autres circonstances, la belle ne se serait pas gênée pour lui montrer plus clairement de dégager. La grande taille du lourdeau ne lui faisait pas peur. Elle s’était déjà battu contre des types plus grands et plus costauds que lui. Seulement, elle n’avait pas envie d’en venir à des coups ou des techniques de maîtrise. Elle ne voulait pas faire d’histoire et que sa soirée soit gâchée par lui. Il était tellement rare qu’elle décroche et qu’elle s’amuse ainsi, ça serait stupide et dommage de devoir partir parce qu’il y avait un mec qui ne savait pas se tenir.


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
300
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Sam 28 Jan 2017 - 2:55

Just Breathe




Le type regardait Marc de cette façon qu’il connaissait bien. Un mélange de haine, de perplexité et l’envie de lui coller son poing dans la figure. Il voyait ce regard chez plein de monde. Cela n’avait rien à voir avec lui personnellement, en vérité. C’était ce que Marc symbolisait dans sa globalité. Le gars qu’on payait pour se salir les mains à notre place. Le messager ou alors l’homme de main. La situation changeait en fonction du job qu’on lui proposait et du salaire qu’on lui offrait. En occurrence, ce soir, il ne faisait que porter un message. Pas une carte de voeux envoyée par sa grand-mère ou quelque chose de sans doute plus agréable. Non, c’était bien le genre de message dont on se passerait bien. Celui qui vous explosait un peu à la gueule, vous laissant tout juste le temps de vous retourner. En même temps, si Monsieur-Regard-Noir-Numéro-Cent-Soixante-Quinze avait fait ce qu’on lui avait demandé en temps et en heure au lieu de se prélasser dans le carré VIP du Sleipnir - Marc ignorait si c’était bien un carré VIP, il s’en foutait un peu en fait - peut-être qu’on aurait pas à lui envoyer Marc pour lui dire d’allonger l’oseille rapidement. Mais si tout le monde faisait ça, Marc n’aurait plus de job, donc qu’il continue à faire le con. Ça arrondissait ses fins de mois.

Cela faisait environ trente secondes que Marc avait rappelé à ce gars qu’il ferait mieux de payer l’argent qu’il devait. L’autre s’était enfermé dans ce genre de silence où on pouvait aisément deviner ce qu’il était en train de faire. Explorer ses possibilités. Et Marc n’ignorait pas que l’une des options était de buter le messager. Mais avec un sourire sûr de lui et un air de défi sur le visage, Marc le regardait, sans bouger parce que la patience n’avait jamais été son fort. Enfin, le destinataire accepta d’ouvrir la bouche, lâchant trois mots à l’un de ses chiens de garde qui bougea enfin de devant Marc. Si ce gars avait de l’argent pour payer des gardes du corps, pourquoi il mettait autant de temps à rembourser un de ses créanciers ? Marc s’obligea chasser cette question de son esprit. Ce n’était pas ses oignons, après tout. Il s’en foutait. C’est ça, il s’en foutait. D’ailleurs, il avait fait son boulot, donc il pouvait maintenant se casser. Il adressa un signe de main à l’assemblée et fit volte-face. La musique de cette boite commençait d’ailleurs à lui taper violemment sur les nerfs. Il avait bien envie d’aller boire un verre mais ce serait pousser la provocation de le faire dans le coin où il venait expressément de menacer quelqu’un pour un commanditaire. Il irait donc trainer ses jambes ailleurs.

Il était en train de s’extirper de cette foule de gogoles en train de danser quand il reconnut une belle brune. Maria Hill, bonne amie des Fraser qu’il voyait souvent au Jarvis. Le genre de jolie brune qu’on oubliait pas facilement. Marc allait passer son chemin - il n’était pas non plus du genre à s’arrêter pour saluer ses connaissances, n’en déplaisent aux conventions sociales - quand un détail attira son attention. Il lâcha un soupir en analysant la situation. Bien entendu. Une femme, aussi belle soit elle, sur la piste de danse, c’était la proie idéale pour tous les dalleux du coin. En temps normal, Marc ne serait pas intervenu. Jouer les chevaliers servants, ce n’était pas sa façon de faire. Il laissait les gens se débrouiller et traçait sa route. Cela ne l’empêchait jamais de dormir d’ailleurs. Loin de là. Mais bon. C’était une amie des Fraser et Marc l’aimait bien aussi. « ‘fait chier» marmonna-t-il. Il pourrait très bien s’en aller, s’en lavant les mains en se disant que nope, c’étaient pas ses emmerdes. La seule chose qui l’en empêchait était le lien de Maria avec la fratrie et l’affection - on ne pouvait pas vraiment appeler ça comme ça mais c’était le mot le plus proche - qu’il avait pour elle. Ce fut pour tout un ensemble de raisons dont il ignorait la plupart que Marc se matérialisa à côté de Maria, entourant ses épaules de son bras et lui adressant un clin d’oeil pour lui faire comprendre qu’elle n’était plus toute seule. L’autre mec le regarda avec surprise. « Tu dragues ma copine, connard ? Va voir ailleurs si on y est, tu veux ? » Il prit volontairement une expression glaciale. Au jeu de l’intimidation, celui qui était meilleur acteur gagnait. Et avec la vie que Marc menait, on ne survivait pas longtemps si on était pas un champion de bluff. Le but était de laisser croire à celui en face qu’il était prêt à lui faire cracher ses dents sans la moindre hésitation s’il filait pas tout de suite. Même si, entre nous, Marc n’avait pas besoin d’une raison pour l’envoyer en urgence chez un dentiste. Et quelque part, il n’espérait que ça. Que ce mec insiste un peu. Juste un petit peu. Histoire de lui son lot de sensation forte pour la journée.
made by roller coaster

___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Jeu 16 Mar 2017 - 23:30

Just Breathe




Maria commençait à montrer des signes d’impatience. Elle n’avait pas envie de sortir ses techniques de maîtrise, mais si le type bourré continuait d’insister, il semblait qu’elle n’aurait pas le choix et ça l’ennuyait déjà. Pourquoi, lorsqu’on était une jeune femme qui paraissait physiquement bien, il était impossible de s’amuser seule sans qu’un idiot vienne vous importuner?  Est-ce que c’était écrit dans son front qu’elle cherchait quelqu’un ce soir-là? Non, alors pourquoi il se donnait le droit de la coller ainsi? Elle l’avait repoussé assez poliment, il lui semblait, mais cela ne semblait avoir et aucun effet. "Alors là, si je n’ai plus le droit de regarder où j’ai envie, on a un problème." Elle posa une main sur le torse de l’homme et mis une distance entre eux. Il lui lança un regard mielleux sans se défaire de son sourire carnassier. Il n’avait pas du tout l’intention d’abdiquer. Il semblait même plus acharné qu’avant. Comme s’il n’était pas habitué à ce qu’on lui dise non. Comme si elle était devenue un défi. Comme s’il allait réussir à la faire craquer. Le pauvre, il ne savait pas à qui il avait affaire. Elle était loin d’être la fille faible qu’elle semblait être. Elle n’était pas une femme en détresse qui cherchait à ramener à tout prix un homme chez elle. C’était si difficile à comprendre? Si difficile à croire qu’elle n’était que là pour s’amuser et se détendre? Maintenant, la brunette se souvenait pourquoi elle sortait rarement en boîte. Il y avait toujours un individu un peu trop chelou qui gâchait toujours tout. "Sérieux, si tu dégages pas, je te fous la honte devant tout le monde. Je ne rigole pas. " Maria ne riait plus. Elle l’avait tiré par le bras avec force pour lui chuchoter à l’oreille. Elle bouillait à l’intérieur lorsqu’elle vit que l’homme ne la prenait pas au sérieux et qu’il éclata de rire. "Tu sais que t’es pas mal sexy quand tu te mets en colère. J’aime ça des filles de caractère." Trop souvent elle avait eu droit à cette réaction ou à cet adjectif dans sa carrière et ça l’avait toujours fait rager. Il voulait une fille de caractère, il allait en avoir une.

Mais avant qu’elle ne puisse lui montrer de quel bois elle se chauffait, quelqu’un la prit par les épaules. Elle sursauta. Quoi ils s’y mettaient à deux maintenant? Pas question. Elle empoigna la main de l’autre individu pour lui tordre le bras à la manière d’un ninja, mais elle arrêta son geste en plein action lorsqu’elle reconnut la voix. Marc? D’abord, ses yeux s’étaient ouverts grands de surprises, puis ses sourcils s’étaient renfrognés. Marc Bowman dans une boîte de nuit, c’était plutôt bizarre. Maria avait retenu son rire. Jamais elle n’aurait cru le croiser ici. Il lui avait toujours semblé être un homme à bar qui prenait sa bière tranquille en écoutant du rock. Elle ne le connaissait pas beaucoup, mais elle le savait très proche de la famille de son ex petit-ami et il l’a faisait toujours rire. Toujours concentrée à garder son fou rire pour elle, Maria se retourna vers le gorille et lui lança un regard hautain. "Oh oui mon amour, ce type n’arrête pas de m’énerver. " L’idiot recula légèrement, un peu surpris, mais il n’avait pas dit son dernier mot. "Sérieux, tu préfères ce gringalet à un mec musclé comme moi? Tu penses qu’il peut te protéger?"Il fixa son regard de tueur vers Marc. "Dis à ta copine d’arrêter de regarder les autres avec son regard de braise et langoureux et peut-être que j’irai voir ailleurs." Il posa sa main sur l’épaule du blond et le poussa violemment. La jeune femme soupira et observa Marc qui commençait à pomper. Elle connaissait très bien la réputation de bagarreur du Bowman. Combien de fois elle avait entendu ses histoires alors qu’elle se trouvait au Jarvis avec les Fraser et vraiment elle voulait éviter toute confrontation ce soir-là. Elle serra le bras de son pseudo-copain pour le calmer, mais l’autre devant eux, n’aidait pas du tout. " Et puis, tu penses que tu me fais peur, connard? Les petits gars dans ton genre, je les casse." Il s’avança vers Marc et le domina de toute sa hauteur. Maria soupira et roula des yeux. Le corps de son ami s’était raidit tout d’un coup. "Marc, laisses tomber." Lui dit-elle calmement. Ça ne valait vraiment pas la peine d’engager le combat avec un idiot sans cervelle. "Ouais, laisse tomber, mec. T’as aucune chance contre moi. " Une phrase comme ça touchait l’orgueil, c’était assuré et le blond semblait avoir été touché, il fit un mouvement vers l’avant, mas il n’eut pas le temps d’atteindre le type bourru. Sans réfléchir, Maria lui prit la main et le tourna vers elle puis elle colla sa bouche contre celle de son sauveur. Ses mains attrapèrent sa tête pour le forcer à rester en contact avec elle. Le type les fixa d’abord en souriant comme s’il n’y croyait pas, mais les lèvres de Marc étaient si bonnes que la brunette n’avait pas besoin de faire semblant. "Tu peux la garder, elle est moche de toute façon. " Et il disparut dans la foule. Maria prolongea le baiser encore quelques secondes avant de rompre le contact. "Je…wow. Désolée. Merci." Elle était un peu dans les vapes, l’alcool faisant toujours son effet, mais elle ne s’était pas attendue à ce qu’embrasser l’ami de Jake lui donne autant de chaleurs. Elle ne s’était toujours pas détachée de lui. Elle se sentait bien dans ses bras, en sécurité.


made by roller coaster


Avec l'approbation de Marc pour "le jouer" ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
300
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Mar 21 Mar 2017 - 23:51

Just Breathe




Oh, Marc savait bien qu’il n’avait pas l’air si balèze que ça. Il passait volontiers pour un gringalet. Mince de nature, de taille moyenne, il n’avait pas une dégaine de Dwayne Johnson et il l’admettait. Il n’était pas l’un de ces catcheurs qui imposaient le respect par leur simple présence. A bien le regarder, comme ça, on pourrait songer que Marc ne présentait aucune menace. Juste un peu grande gueule sur les bords, avec son style de punk. Poser sa main sur l’épaule de Maria comme si c’était sa petite amie en lui adressant un clin d’oeil pour lui indiquer de jouer le jeu, c’était du bluff. Et ça l’amusait un peu. Un peu trop, sans doute. L’expression de la belle brune ne lui échappait pas. Elle se retenait de rire. Bien, au moins, ils pouvaient jouer de la situation à deux. Elle se prêta au jeu, l’appelant «mon amour».

Une bonne blague qui se jouait au détriment de ce pauvre type qui commençait à avoir le discours type du mec qui vient de comprendre qu’il pourrait pas s’envoyer en l’air avec la fille qu’il venait de harceler. Parce que ouais, maggle. Ça, c’était du harcèlement. Et Marc, aussi con qu’il pouvait être, détestait ce genre de comportement. Un non, c’était un non.  Mais comme il n’avait pas l’air d’avoir la lumière à tous les étages, au lieu de partir dignement comme toute personne dotée d’un minimum d’intelligence savait le faire, il continua de s’enfoncer. En insultant Marc, pour commencer, ce qui le fit doucement rire. Classique. Puis en traitant Maria d’allumeuse. Et en poussant Marc qui se retint très fortement de lui attraper le bras pour lui briser comme une brindille. « Recommence ça, et ta tête va finir encastrée sur le comptoir» prévint Marc. Qu’on ne vienne pas lui reprocher de ne pas avoir prévenu. « Présente simplement tes excuses à la dame et peut-être que je te laisserais repartir entier » Oh non, ne les présente pas. Donne juste une bonne raison. Juste une. En réalité, le corps de Marc bouillait d’impatience à l’idée de pouvoir lui écraser son poing dans la face. Il avait tellement l’habitude. Un de plus, un de moins. Qu’est-ce que ça changeait ? Marc avait toujours eu le sang chaud, ça ne datait pas d’hier. Un abruti qui faisait le coq devant lui, c’était courant. D’ordinaire, il s’en foutait. Si Maria n’avait pas été Maria, jamais Marc ne s’en serait mêlé. Il aurait pris ses clics et ses claques et serait parti finir la soirée ailleurs. Et l’autre qui continuait de l’insulter. Il allait vraiment la prendre, sa patate dans le blair, celui-là. Il avait commencé à se raidir et à serrer les poings, un sourire se dessinant sur son visage en comprenant que son envie de sang et violence allait être satisfaite sous peu. Maria avait du le sentir, car elle lui demandait de laisser tomber. Et l’autre surenchérit, lui donnant juste la raison qu’il attendait pour lui refaire le portrait.

Sauf que. A l’instant où il s’avançait, la main de Maria se referma sur la sienne, le tirant vers elle pour… l’embrasser ? Voilà qui était nouveau. C’était bien trop agréable pour qu’il proteste. Même si elle faisait ça pour l’empêcher d’aller casser les dents de ce gars, c’était… wow. Il se prêta à son tour au jeu, n’ayant pas besoin de faire semblant lui aussi. Parce que ça lui plaisait. Bien plus qu’il ne voudrait bien l’admettre. Ce que l’autre disait arriva à ses oreilles et sans rompre une seule seconde le contact avec les lèvres de Maria, Marc dressa un majeur dans la direction de l’énergumène alcoolisé qui n’acceptait pas sa défaite. Avant de ramener sa main contre la taille de la belle brune. Quand enfin, leur lèvre se séparèrent, Marc reprit doucement sa respiration, Maria toujours contre lui. « Y’a pas de mal» dit Marc en souriant, ne sachant pas si elle parlait de la situation ou du baiser. C’était un homme, après tout. Un baiser de Maria Hill, ça ne se refusait pas. Pas du tout, même. « Ne me remercie pas encore. Cet abruti risque de revenir à la charge» S’il souriait toujours, il se promit mentalement de garder un oeil sur le type qui s’était éloigné. Il connaissait un peu ce genre de mec. Rien n’indiquait qu’il n’en avait terminé avec eux. Ou alors, il était juste paranoïaque, ce qui était tout aussi possible.  « Un dernier verre avant que je m’en aille ? » demanda Marc, en tout bien tout honneur.  

___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Jeu 30 Mar 2017 - 0:33

Just Breathe




Les gros bras du gorille étaient très loin d’impressionner Maria. Elle ne trouvait rien d’élégant dans le fait d’être incapable de se pencher pour ramasser quelque chose au sol ou d’avoir de la difficulté à les refermer ensembles. Elle était loin de se languir sur les hommes qui misaient tout sur leurs bras pour charmer les femmes alors qu’ils n’avaient rien dans le cerveau. Ça la faisait même plutôt rire quand elle les voyait se gonfler les muscles quand ils s’adressaient à elle. La commandante ne pouvait pas croire que ça fonctionnait réellement auprès de la gente féminine. Elle ne trouvait rien d’attirant dans ce type de physique. La belle brunette préférait largement les hommes moins costauds, musclés mais pas trop, juste assez. Surtout, elle était attirée par ceux qui avaient de la gueule et qui ne se laissaient pas impressionner par des mecs qui avaient deux fois leur taille. Inutile de vous dire que Maria était complètement séduite par le blond à ce moment-là. Il était prêt à se battre avec le colosse juste pour sauver l’honneur de Maria. Elle aurait pu se faire justice elle-même, mais parfois c’était bien de jouer un peu les filles en détresse et laisser un homme prendre sa défense. Ça n’arrivait pas souvent alors elle profitait.  Elle observait le combat de coq qui se déroulait devant elle. Ses yeux se levaient au ciel chaque fois que l’idiot ouvrait la bouche, tandis qu’elle avait le regard brillant quand elle regardait Marc qui narguait l’autre. Elle le trouvait trop sexy. Il est était plus petit, mais il n’avait pas peur et il réussissait à ébranler son interlocuteur. Ce dernier ne devait pas être habitué à ce qu’une personne qui n’était pas de sa taille lui tienne autant tête. Il devait être habitué à ce que les gens s’écrasent devant lui puisqu’il était grand et imposant, mais cela n’avait aucune importance pour son sauveur qui continuait de pousser pour que l’abruti craque. En fait, il voulait juste une confrontation et Maria ne pouvait s’empêcher de rire. À le voir aller, elle comprenait à présent pourquoi il se bagarrait aussi souvent. C’était un petit con qui cherchait les emmerdes. Et ça avait beaucoup d’effet sur Maria.

La belle souhaitait tout de même éviter à son ami de s’en prendre une ou de se faire mettre à la porte de la boîte de nuit. Elle ne voulait pas non plus que sa soirée à elle soit gâchée par cet idiot harceleur qui n’acceptait pas un non. Quand elle vit que la patience de Marc avait atteint sa limite et qu’il s’était dangereusement approché du type pour lui en foutre une, elle l’avait attrapé par la main et y avait collé sa bouche pour l’embrasser langoureusement. Et elle n’avait pas regretté ce geste impulsif même si ça ne lui ressemblait pas. Mais l’alcool et la danse pouvaient faire des miracles. Ce soir-là, elle n’était pas à la tête d’une organisation gouvernementale réputée, mais elle était tout simplement une jeune femme dans la trentaine qui voulait s’amuser comme jamais avec sa meilleure amie. Pour le moment, Raven n’était pas dans ses pensées. Tous les sens de la brune étaient tournés vers le Bowman. Ses lèvres étaient douces et sa langue savait exactement quoi faire. Elle n’avait pas affaire à un débutant, c’était clair. Il goûtait épicé et sentait légèrement la cigarette. Habituellement, elle n’aimait pas cette odeur, mais là c’était bien le dernier de ses soucis. C’était si bon. Si inattendu. Si naturel. Elle avait déjà oublié l’autre type. Elle ne voyait que Marc à présent et la jeune femme eu bien du mal à rompre le charme. Elle l’avait remercié timidement d’être venue à son secours, mais aussi pour l’avoir embrassée ainsi. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas ressentie une telle chaleur en embrassant un homme. "Je m’en fiche de l’autre type. Je pense qu’il a compris." Dit-elle d’une voix suave en serrant la chemise du blond entre ses doigts pour le garder près d’elle. Elle n’osait pas déranger leur bulle. Elle était trop bien. Comme si les bras du Bowman étaient faits pour qu’elle puisse s’y blottir parfaitement.Elle n’arrivait toujours pas à croire qu’elle avait embrassé l’un des bons amis de Jake. Et qu’elle avait adorer cela. Même qu’elle ne serait pas contre de retenter le coup. Elle n’aurait jamais cru que Marc aurait pu lui faire autant d’effet.

Finalement, elle se détacha de lui lorsqu’il lui demanda si elle voulait un verre avant qu’il s’en aille. Sans expliquer pourquoi, son coeur manqua un battement. Maria n’avait aucune envie qu’il parte. Égoïstement, elle voulait qu’il reste avec elle pour le reste de la soirée. "Je ne dis pas non. " Elle lui offrit un sourire aguichant sans arrières pensées. Elle voulait prolonger le temps en sa compagnie, mais elle n’était pas du genre à s’accrocher et être une sangsue, même si elle avait été troublée d’une manière positive par ce baiser fougueux. Elle n’allait jamais lui avouer. "Je te suis." Elle le suivit et comme par enchantement, tous les danseurs se poussèrent à leur passage pour les laisser quitter la piste de danser sans devoir jouer du coude. Ils avaient dû avoir assister à la petite confrontation et avaient été tout aussi impressionnés que Maria par la prestance et la confiance du blond. "Maintenant, c’est certain qu’il ne s’approchera plus de moi. Encore merci. " Lui glissa-t-elle à l’oreille tandis qu’ils arrivaient près du bar encombré de clients.


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
300
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Dim 30 Avr 2017 - 22:47

Just Breathe




Le moins qu’on puisse dire, c’était que Marc ne regrettait pas d’avoir joué au chevalier servant pour une fois. Ça n’avait aucunement été dans ses plans d’une quelconque manière de jouer aux sauveurs de demoiselles mais la récompense, à savoir un baiser de Maria, en valait largement la peine.  Plus que largement, même. Ça avait suffit à réveiller son Dom Juan intérieur, celui qui le rendait séducteur sans même qu’il s’en aperçoive. Son langage corporel se modifiait de façon inconsciente et une partie de son cerveau était prête à jouer au jeu de la séduction avec Maria, bien qu’une autre se disait que c’était l’ex de Jake et une bonne amie de Mai. Il risquait de se faire refaire le portrait par l’un des deux s’il ne faisait pas attention à ce qu’il faisait.  Et en bon Marc Bowman qu’il était, il envoya valser cette pensée aussi soudainement qu’elle était venue. Il n’allait rien se passer, de toute manière, non ? Ils s’étaient simplement embrassés pour faire baver de jalousie l’autre type et ça avait fonctionné. Alors pourquoi ne s’étaient-ils pas écarté l’un de l’autre comme l’auraient fait des gens normaux ? Pourquoi souriait-il d’un air charmeur alors qu’elle lui parlait d’une voix suave et serrait sa chemise, tout en disant qu’elle se fichait de l’autre gorille ? Pourquoi n’avait-il pas lâché Maria ?

Marc ignorait soigneusement les signaux d’alarmes qui l’avertissaient qu’il était en train de jouer à un jeu dangereux avec Maria. Il ne se rendait même plus compte qu’il était en train de faire son séducteur de bas étage. Pour lui, il agissait le plus naturellement du monde. Ce fut pour cette raison qu’il lui proposa un dernier verre avant de se retirer. Avec tout ça, il n’avait même pas savourer un verre. Il avait eu un baiser à la place et c’était bien mieux. Mais quand même. Et puis si ça permettait de dissuader l’autre imbécile de s’approcher de Maria à nouveau en restant encore un peu avec elle, c’était tout bénéf, non ? Sa proposition fut accueillie par un ravissant sourire de la part de la jolie brune. Il sourit de plus belle à son tour et prit la direction du bar, la tenant par la main de façon bien visible pour dissuader d’éventuels vautours.

L’échange houleux qui avait eu lieu avait servi, d’une certaine façon. Ils n’avaient pas besoin de bousculer les gens qui se trouvaient autour d’eux pour s’extirper de cette masse grouillante et transpirante. Et Marc était fier de ça. Il ne devait pas trop prendre cette habitude, il risquait de trop aimer ça. Il se connaissait suffisament pour savoir que c’était un de ses nombreux défauts. En parvenant au bar, il ne lâcha pas pour autant la main de Maria. Le comptoir était encore difficile d’accès mais ça ne le dérangeait pas d’attendre. Maria lui dit quelque chose à l’oreille et il eut un rire. « Ni lui, ni un autre, apparemment. Tu vas être tranquille un petit moment. Si t’avais l’intention de ramener l’un d’eux dans ton lit, je crois que j’ai un peu compromis le truc. Désolé, du coup. Sauf si ça t’arrange, dans ce cas, de rien. » Et il lui adressa un clin d’oeil avant de se décaler légèrement sur la droite pour laisser passer quelqu’un qui avait un trop grand nombre de verres dans les mains pour que ce soit conseillé.

La musique qui se jouait dans cet endroit ne lui plaisait pas vraiment, lui qui était plus fan de vieux rock. D’ailleurs son look contrastait totalement avec le reste des clients. Mais il avait cette fabuleuse capacité à se fondre dans la masse, où qu’il aille, si bien qu’il ne semblait à sa place dans cet endroit qu’il n’appréciait pas plus que ça et dans lequel il restait pour les beaux yeux de Maria. Une place se libéra au bar et Marc saisit l’opportunité qui se présenta, comme il savait bien le faire. Il se pencha vers Maria pour qu’elle l’entende parmi le brouhaha qui régnait autour d’eux.  « Tu veux quoi ? Je t’invite. » Et à sa réponse, il se tourna vers le barman avec pour lui dire ce qu’ils prenaient tous les deux. Ce dernier hocha la tête et partit s’occuper de tout ça, les laissant tous les deux parmi les clients du bar, en train d’attendre comme des idiots. « Je ne savais pas que t’aimais les boites de nuit. » Ouais, ça le surprenait. Il ne serait pas imaginé Maria dans un endroit comme celui-ci. Ceci dit, on pouvait également se demander ce que lui, il foutait là. Parce que lui, il n’était pas venu pour danser ni pour picoler.
 

___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Mar 6 Juin 2017 - 22:28

Just Breathe




Maria peinait à se remettre de ses émotions. Elle avait beau être l’une des têtes du Shield, il y avait longtemps qu’elle n’avait pas été au centre d’autant d’action. Il y avait à peine quinze minutes, elle se trémoussait et se déchainait sur la piste de danse comme s’il n’y avait pas de lendemain en compagnie de sa meilleure amie. Puis, un gorille avec les bras plus gros que la tête avait tenté de flirter avec elle en insistant malgré son refus catégorique de continuer la soirée avec lui. Le colocataire de Mai était ensuite venu à sa rescousse, les esprits s’étaient échauffés et comme elle avait voulu lui éviter des ennuis, elle avait fait un geste qu’elle n’aurait jamais pensé faire un jour et elle l’avait embrassé fougueusement. La brune n’était pas du genre impulsif et ses décisions étaient toujours toutes calculées et réfléchies. Heureusement d’ailleurs, parce que sinon ce serait le chaos total lors des missions, mais là, rien. Aucune pensée ne l’avait freiné dans son élan. Elle avait juste agit sans se soucier des conséquences. Elle n’avait pas pensé à Jake ou encore à Mai qui réagiraient drôlement s’ils devaient savoir. Mais en même temps, Marc et elle n’avaient rien fait de mal. Ce n’était qu’un baiser. Un baiser explosif, excitant et troublant à la fois. Un baiser qui avait réveillé tous les sens de la brunette. Un baiser qui lui avait donné plus de plaisir qu’elle ne l’aurait pensé. Comme si les lèvres et le corps de Maria appréciaient cette nouveauté, ces nouvelles lèvres. Mais ça ne restait qu’un baiser qui ne signifiait rien. Elle avait plutôt l’impression que c’était la situation générale qui la rendait aussi euphorique. Elle avait l’habitude de se faire justice elle-même ou d’être celle qui sauvait. De jouer les jeunes femmes en difficultés l’avait beaucoup amusée. Bien sûr, l’alcool n’aidait pas du tout et embellissait tout. La jeune femme ne réfléchissait pas comme elle devrait et elle se laissait guider par ses instincts. Elle savait que tout cela ne mènerait à rien, mais elle se sentait si bien à ce moment-là. Marc, malgré sa petite stature apparente, était plutôt imposant et musclé. En plein ce qui plaisait à Maria. En fait, avant ce soir-là, elle n’avait jamais remarqué à quel point il pouvait être séduisant. Elle l’avait toujours trouvé bel homme, mais son petit air fringuant et sa façon de la regarder d’une façon à la fois charmeuse et protectrice, plaisaient beaucoup à la brune qui se sentait désirée. Elle pouvait bien en profiter un peu.

Il l’avait invité à prendre un verre avant qu’il ne quitte l’endroit et la jeune femme avait accepté ne voulant pas qu’il s’en aille immédiatement. Elle voulait prolonger leurs échanges. Elle voulait qu’il reste avec elle toute la soirée. Elle n’avait pas envie de se retrouver seule après tout cela. Elle voulait qu’il garde sa main dans la sienne à jamais. Elle se sentait un peu ridicule de s’accrocher ainsi à un homme, elle qui avait toujours été indépendante, mais elle était bien et cela ne semblait pas déplaire au blond qui releva légèrement le menton de fierté lorsque les gens leur laissèrent la voie libre alors qu’ils se dirigeaient vers le bar. "Je n’avais pas l’intention de ramener qui que ce soit ce soir." Lui répondit-elle avec une voix beaucoup plus aguicheuse qu’elle ne l’aurait voulu. Elle rougit timidement en comprenant le sous-entendu qu’elle venait de faire dans le vouloir. Bien sûr que terminer la soirée seule avec lui venait de lui effleurer l’esprit, mais elle savait que c’était de la folie alors elle n’ajouta rien, tandis que l’homme se décala pour laisser passer une personne avec un plateau rempli de liquide qui menaçait de tomber. Cela leur laissait le champ libre pour commander et espérer que ses idées qui n’étaient pas du tout claires s’effacent. "Un gin tonic." Elle avait bu ce cocktail toute la soirée. Il faut dire qu’ils étaient délicieux ici et qu’ils se buvaient particulièrement bien. "Pas spécialement, mais une fois de temps en temps ça fait du bien de venir se défouler sur la piste de danse! " Maria était aussi une adepte de rock et elle possédait une belle collection de vinyles qui ornaient les murs de son salon. L’électro et la pop étaient loin d’être ses sons favoris, mais il était plus facile et de laisser aller sur ce type de musique et il n’y avait rien de mieux que de sortir avec sa meilleure amie dans un endroit comme celui-ci pour se changer les idées. D’ailleurs, en parlant de meilleure amie, cela faisait un moment que Maria n’avait pas vu Raven. Elle se mit sur la pointe des pieds et chercha la blonde du regard. Un sourire s’afficha lorsqu’elle l’aperçu un peu plus loin en train de discuter avec une belle rousse. Raven avait toujours eu plus de faciliter pour flirter et se laisser aller. "Mais toi, tu fais quoi ici? Tu ne sembles pas être du style danseur." Elle lui lança un regard taquin. En effet, elle avait bien du mal à voir Marc se trémousser aux sons des boomboom, même si l’image en soit était plutôt sexy. Elle imaginait l’homme plein de sueur, la chemise détachée et les abdos bien saillants. "Oh merci." Elle remercia mentalement le serveur d’avoir coupé court à son imagination un peu trop fébrile. Elle prit le verre au liquide incolore et orné d’un citron que le barman avait glissé vers elle et se dirigea vers une table haute qui venait de se libérer et où ils pourraient continuer la conversation. Non, en fait, elle n’avait pas du tout envie de faire la conversation. Elle cala son verre d’un coup et le déposa fortement sur la table. "On va ailleurs?"


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
300
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just breathe (Marcia)   Mer 28 Juin 2017 - 5:12

Just Breathe




Il avait envie d’une cigarette. Sans la présence de Maria, Marc se serait cassé de cet endroit. C’était ce qu’il avait prévu de faire depuis le début, avant que l’idée de jouer le chevalier en armure sauveur de demoiselle lui traverse la tête. Et il n’avait pas pour habitude de laisser des gens - aussi attirants soient-ils - contrecarrer ses plans. A l’heure qu’il était, il devrait sans doute être en chemin pour un autre bar avec une atmosphère plus tranquille. Plus posée. Moins électrique. Au lieu de ça, il avait décroché un baiser et un verre. Avec une ravissante brune. Ces yeux, ce sourire et ce maintien. Il fallait être clairement aveugle pour ne pas voir à quel point Maria était attirante. Il l’avait toujours pensé mais leurs échanges avaient jusque là été cordiaux, sans aucune intention derrière la tête. Et Marc étant un homme, ce baiser échangé avec Maria avait réveillé certains de ses sens. Une envie d’aller plus loin que ça, malgré la petite alarme qui sonnait dans un coin de sa tête et qu’il ignorait depuis qu’ils avaient quitté la piste de danse. Il avait lancé une remarque sur le fait que plus personne ne risquait d’approcher Maria à cause de son petit coup d’éclat et s’excusa si elle avait l’intention de ramener quelqu’un chez elle. Ça n’avait pas vraiment été son intention de départ, il voulait juste faire fuir le gros relou qui se collait à elle comme une moule à son rocher. Et lui casser la gueule, au passage mais on avait pas toujours ce qu’on voulait. Puis hey ! Il avait gagné un baiser. Son regard s’attarda sur le sourire de Maria qui répondit favorablement à son invitation. Il s’empressa alors d’attirer l’attention d’un barman et de commander à boire pour deux.

Maria n’était pas une habituée des lieux comme il le pensait au premier abord mais elle lui expliqua que de temps en temps, elle aimait bien venir se lâcher sur une piste de danse. Il tenta de ne pas imaginer Maria se trémousser sensuellement au milieu des danseurs dans la chaleur moite d’un nightclub. Cette image était toute aussi séduisante que la personne concernée mais il devait garder la tête froide. Il hocha la tête et réfléchit à la réponse qu’il allait donner. Parce que bon, dire à Maria qu’il venait ici pour menacer un type parce qu’on le payait pour ça, ça le faisait moyen. C’étaient ses affaires, surtout. Mais comme elle l’avait soulevé, il n’était pas du style danseur. Loin de là. Il se contenta de faire un sourire en coin. « Oh. Je passais simplement le bonjour à une connaissance. La danse, c’est pas mon truc du tout.» Il n’avait jamais vraiment essayé et n’en avait pas l’intention. Il préférait se concentrer sur ses propres talents, à savoir tout ce qui pouvait produire un peu de douleur, voir énormément, en fonction du soin qu’il y mettait. Et collectionner les histoires d’un soir aussi. Danser, ça avait l’air d’être davantage le truc de Maria. Et même s’il ne l’avait pas vu à l’oeuvre, il imaginait sans mal ce que ça pouvait donner. A nouveau lui vint cette envie d’aller plus loin qu’un simple baiser. Il baissa la tête quand le serveur débarqua pour leur apporter leurs boissons. La seule raison pour laquelle il n’était pas en train de lui faire du rentre dedans flagrant, c’était qu’il respectait bien trop Maria pour ça. Elle n’était pas le genre de femme à tomber dans le panneau, en plus. Même si ça rajoutait du challenge, ce n’était pas pour autant que Marc lui sortait son grand numéro de Dom Juan. Même s’il le voulait. Il la suivit vers la table qui venait de se libérer, se demandant ce qu’il se passerait s’il cédait. Il allait probablement lui arriver des ennuis. Tête froide. Il devait garder la tête froide.

A sa question abrupte, il marqua un temps d’arrêt. Aller ailleurs ? Il arqua un sourcil avant de lâcher un rire. « Si tu veux. Ce n’est pas mon endroit préféré, de toute façon.» Trop de connard au mètre carré se retint-il d’ajouter en jetant un regard en direction du carré vip dont il ignorait si c’était vraiment un carré vip. Sa victime de la soirée le fusillait du regard et Marc dut se retenir de lui faire un salut de la main, par pure provocation. Il posa son verre et ancra ses prunelles marrons sur celles de Maria. « Des idées ? Des envies particulières ?» Non parce que des idées, lui, il en avait. Ce n’était pas ça qui manquait. Mais ce n’étaient pas des idées très appropriées. Et pas approuvées par la bienséance. Mais alors, pas du tout. Il désigna la sortie, non sans cesser de sourire. « Les dames d’abord. Je te suis.» Un véritable gentleman qui accompagna Maria à la sortie de la boite, en espérant que rien ne se mettrait en travers de leur route. Lorsque le vacarme de la boite fut étouffée par la porte qui se ferma derrière eux, Marc dut se retenir de lâcher un soupir de soulagement. « Alors, où on va ?» demanda Marc en regardant autour de lui, les mains dans les poches, avant de revenir à Maria.
 

___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
 
Just breathe (Marcia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Héros Sans Retour - Marcha o muere (Marcia o crepa, 1962) Frank Wisbar
» The Air I Breathe
» Facets by Marcia
» Nouveau denier de la gens Marcia
» Marcia Cross

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK :: Centre-ville :: Le Sleipnir-
Sauter vers: