Partagez | 
 

 The man who unraveled

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: The man who unraveled   Sam 11 Fév - 12:38



"The man who unraveled"



La semaine, Max est le petit roi de la maison Ezel. Ethan est à la fac - et ne vit plus à la maison de toute manière - et Spencer, sa jumelle, est à l'institut pour grosses têtes en compagnie de Casey et de Norah. Alors oui, Max s'ennuie pas mal ce qui arrange pas son cas ces derniers temps. Ca lui laisse tout le temps nécessaire pour perdre la tête presqu’en toute discrétion et ce sans compter les trucs qui explosent parfois sur son chemin. Mais tout de même le côté positif c'est qu'il est comme un coq en pâte. Sa mère lui fait toujours ses plats préférés, il a toute l'attention de ses parents et puis il a toujours la télé rien que pour lui, sans avoir besoin de se chamailler avec sa sœur pour choisir quelle chaîne mettre. Le côté négatif, c'est que c'est toujours lui qui est de corvée de course, et encore, il en profite pour s'acheter plein de gâteaux. Non franchement, il est comme un petit roi et ça même si il a sa mère sur le dos parfois. Elle est sympa mais c'est une maman et elle n'a absolument pas confiance en lui, ce qu'on ne peut pas lui reprocher quand on connaît un peu Max. Elle lui énumère une nouvelle fois les courses à prendre, trois fois rien. Du lait, des œufs, du pain et de fromage râpé. Facile. Elle lui tend ensuite un billet largement suffisant pour ces emplettes et les gâteaux qui iront irrémédiablement avec, on la lui fait pas à elle. Le jeune homme enfonce le billet dans la poche de son short et cligne d'un œil comme pour dire que tout est gagné d’avance. Aies confiance, maman, ton fiston gère, izi même. Il se retourne alors, prêt à prendre le chemin de la supérette, mais il a même pas fini de sortir de la pièce que sa mère le rappelle déjà à l'ordre. « Max oublie pas le lait ! » Elle vient juste de le lui dire, deux fois même, et Max l'a encore bien en tête. Elle le prend vraiment pour un neuneu. Certes il est un peu tête en l’air, surtout pour des trucs comme les courses mais il est pas non plus totalement stupide. Il peut quand même retenir quatre pauvres machins à acheter. Ceci dit, le lycéen, plutôt patient de nature, se contente de rassurer sa mère en quelques mots qu'elle ne trouve pas du tout rassurants. « Mais oui maman, t'inquiète. » Elle le connaît comme si elle l'avait fait et pour cause elle l'a effectivement fait. Max est un amour, il est un peu bourrin, mais, derrière son côté loufoque et son énergie dévastatrice débordante, il est un type gentil et sympa. Mais il a aucune mémoire des détails et les courses sont clairement des détails pour lui. « Me la fait pas à l'envers Maximilien, j'attends toujours le pain que je t'ai demandé de prendre le week-end dernier. » Max se retourne vers elle, un air bougon sur le visage. Il sait qu'elle sait qu'il déteste quand on l'appelle comme ça et elle sait qu'il sait qu'elle l'a fait exprès. Il sait qu'elle sait comment il va réagir. Ils savent qu’ils savent (han). C'est toujours la même rengaine. « M'appelle pas comme ça maman. » Elle prend un faux air angélique mais son sourire en dit long. « Quoi ? Par ton prénom ? » Elle rigole tandis que lui grogne tel l'adolescent qu'il est encore. « Aller, vas-y et traine pas Max ! » Il tourne à nouveau des talons et prend le chemin de la sortie, toujours un peu contrarié, faut bien l’avouer. « Oui maman ! » La porte claque, il monte dans la maxmobile, tourne le contact et part en direction du centre-ville pour aller faire les courses.

C'est une demi-heure plus tard qu'il sort de la supérette avec un sac de course contenant du lait, du pain et du fromage râpé. Il a l'impression d'oublier quelque chose mais ça ne le tracasse pas plus que ça. Si il devait s'arrêter pour réfléchir à chaque fois qu'il a cette sensation alors il ne ferait rien de ses journées. C'est un peu le problème d'ailleurs, et c'est aussi pourquoi sa mère le saoule toujours à lui rabâcher la liste des courses avant qu’il y aille. Mais rien n'y fait, il continue encore et toujours d'oublier des trucs. Il aurait reçu sa lettre de Poudlard, il y a de cela 7 ans, sa vie serait assurément rythmée sur les alertes de son rappeltout qu'aurait tout aussi assurément acheté maman Ezel. Mais ils ne sont pas de sorciers et Max se contentera donc d'oublier, comme toujours, quelques petits trucs au passage. On note tout de même que ses gâteaux, il ne les a pas oubliés du tout. Mémoire sélective moi je dis. Armé de son sac, il se dirige vers la maxmobile, garée plus loin, mais alors qu'il ouvre le cornet de glace, qu'il a acheté en petit plus des courses et des gâteaux, le jeune homme remarque de l'activité sur le parking. C'est complètement inhabituel et il fronce des sourcils tout en cherchant la source de ce bazar. Il distingue alors un uniforme qu'il redoutait de voir un jour. C'est la Garde Rouge qui est de sortie. Bien entendu fallait que ça tombe aujourd'hui. Pour une fois qu'une journée se passait bien. Il n’avait pas eu de flashs chelou, pas d’excès de paranoïa, pas de crise d'angoisse, pas d'explosion intempestive provoquée sans savoir comment par son bon vouloir. Aujourd'hui, il est un adolescent presque normal qui bouffe tranquillement une glace. Mais voir la garde l'angoisse presqu'instantanément. Il en a entendu parler, en long en large et en travers. Ils attrapent les mecs à pouvoir et les ramènent dans des laboratoires spéciaux où on leur fait des expériences dessus jusqu'à ce qu'ils finissent en gros légumes. En tout cas c'est ce que disent les rumeurs. Sauf que lui a clairement pas envie de finir en légume. Max se fige sur cette pensée, apeuré malgré le fait qu'aucun garde ne le soupçonne encore de quoi que ce soit. Planté là, au milieu du parking avec son sac de course entre les mains, il sait juste pas quoi faire. Fuir ? Faire comme si de rien était ? Rester planté là ? Manger sa glace ? Ce qu'il sait, c'est que c'est clairement pas le bon moment pour faire exploser un truc. Ça surtout pas. « Et meeerde. »


Code by Sleepy

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Gavin L. ParsonHumain modifié
avatar

Shadow
4 / 54 / 5
1 / 51 / 5
Téléportation uniquement aux endroits connus et sur une distance limitée. Chaque long voyage le vide de son énergie.
Lorenzo R. Viretti / Alkis K. Mordoh / Richard Harvay
229
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 12 Fév - 2:54

Cette journée commençait mal et ce, avant même l'arrivée des premiers rayons de soleil. Vers les une heure du matin, le soldat ouvrait les yeux, laissant ses pupilles claires s'habituer à la pénombre de sa garçonnière alors que ses sens étaient en alerte. Encore une fois, ses rêves venaient troubler son esprit. Des images flottaient encore devant son regard épuisé. Les paysages changeaient a une vitesse ahurissante, laissant a son enveloppe charnelle des sensations qu'il ne connaissait pas, tel un froid profond puis une chaleur instantanée, des muscles crispés et détendus immédiatement, le souffle coupé et la brûlure des poumons lorsque l'air parvenaient à les pénétrer de nouveau. Tout ça en l'espace de quelques secondes, jamais plus d'une minute ou deux... Comment ne pas avoir la sensation de devenir fou ? Heureusement pour lui, il avait parfois la possibilité de partager ses nuits avec sa compagne. Il suffisait que la femme soit contre lui et le soldat se sentait apaisé, presque en sécurité, comme si sa belle parvenait à influencer ses appréhensions, les lui faisant oublier par sa simple présence. Cependant cette fois, ça ne fonctionnait pas.

Le géant avait pu se rendormir vers six heures et fut réveillé par Gillian une heure après, a force de douces caresses et de mots tendres. Généralement, dormir peu ne dérangeait pas le colosse, encore moins quand il entendait son téléphone sonner. Cela signifiait qu'on avait besoin de lui au boulot et en véritable bourreau du travail, en cinq minutes il était prêt et sur le départ. Mais pas cette fois. Cette fois il préférait attraper sa moitié et enfoncer son visage dans son cou pour oublier le reste du monde, priant que son appareil cesse de sonner. Manque de pot, s'il fut soulagé de ne plus entendre la mélodie, la minute même où elle stoppa, l'appel reprit. Soupirant de mécontentement, le barbu se leva pour aller prendre le petit objet trônant sur son bureau, plus loin dans la chambre. Encore dans le coltard, il eut du mal a déchiffrer les hiéroglyphes sur l'écran, finissant simplement par répondre.

- Agent Parson, à l'appareil.

Décidément, plus les heures passaient, plus cette journée tournait mal. Techniquement de repos, Gavin aurait voulu passer ce jour si rare avec la célébrité mais a la place, on requérait sa présence au QG pour une rafle. Une rafle, punaise... A chaque fois qu'il pensait a cette pratique, deux souvenir particulièrement douloureux revenaient a sa mémoire. La première, sa première expérience dans le domaine. Sa mission, récupérer un enfant. Second mauvais souvenir, l'instant après avoir découvert l'enfant, la balle que le père avait logé dans la cuisse du garde pour protéger sa progéniture. Carol, sa coéquipière du moment, et lui avaient laissé fuir la famille, ne tentant même pas un semblant de poursuite. Et elle avait eu raison de faire appel à la conscience du gallois. Aurait-il eut le courage de briser une famille ? Jamais il n'aurait pu. Après cet épisode, évidemment qu'il avait dû faire son devoir. Évidemment aussi, qu'il avait souvent serré les dents pour suivre les ordres, abandonnant toujours une partie de son humanité dans ces cas là, se retenant de libérer les "malades" qui suppliaient, pleuraient et hurlaient qu'on les relâche. Il y avait tant de rumeurs sur les rafles, sur la Garde, des choses qui briseraient et  feraient douter n'importe qui. Mais le blond résistait, scellant son cœur et ses émotions pour parer les attaques de l'Hydre qui devait sans doute être responsable des dires.

Dans un fourgon de l'élite rouge, le gallois avait bloqué ses pensées, se préparant mentalement à devenir un chasseur. Emmann, centre-ville, trois individus malades à capturer dont un soupçonné d'avoir un lien avec Hydra. Ces informations tournaient en boucle dans son esprit, comme pour les exécuter de façon automatique. Peut-être était-ce cela qu'il cherchait d'ailleurs. En tout cas, arrivés sur place, les représentant rouges recevèrent les ordres et se séparèrent en plusieurs groupes. Certains encerclaient le périmètre du malade tandis que les autres interpellaient la cible. La descente n'avait pas été longue et en moins d'une heure, les troupes retrouvèrent leur camp de fortune, un parking. Les arrêtés se retrouvaient chacun dans un véhicule, divisant ainsi la potentielle menace. La plupart des troupes repartaient avec un suspect, assurant ainsi un maximum de sécurité aux phénomènes alors que deux gardes se faisaient conduire a l'hôpital a cause de la riposte musclée d'un Zigoto. Quant au reste, dont faisait parti l'agent Parson, ils restaient faire quelques patrouilles, au cas où les agents verts pointeraient le bout de leur nez, sachant qu'une communication du QG se ferait quand ils pourraient revenir à la base.

Si seulement tout avait pu se passer ainsi. Alors qu'on finissait de donner les instructions, un explosion non loin d'eux se fit entendre. De nombreux visages se tournèrent vers la source du problèmes alors que les armes se levèrent pour braquer les alentours. Gavin réagit immédiatement, bien qu'il n'avait pas été désigné capitaine.

- Chef, ramenez les colis ! Que ceux qui doivent partir se grouillent d'entrer dans les véhicules ! Go,  go !

La majorité des agents partis, le blond désigna un membre du commando restant.

- Toi, avec moi ! Les autres, on se disperse et on  s'assure qu'Hydra ne se cache pas derrière d'autres explosions ! Go !

Ses paroles a peine prononcées, le mastodonte quitta son camp, ne prenant pas la peine de vérifier si les autres suivaient ses directives ou non. L'explosion les avaient surpris et il avait réagit le premier. Il courait vers le lieu, délaissant totalement son partenaire dont les pas résonnaient un pas plus loin. Sur place, l'homme laissa son canon prendre pour cible un... Un gamin ? Les traces de brûlé sur le bitume montraient clairement qu'une chose avait pété là. S'agissait-il d'une mauvaise blague ? Le petit encore dans sa lunette de tir, Gavin laissa tomber ses bras quand son coéquipier arriva. L'homme commençait déjà a poser milles questions, prêt a en découdre avec la menace, jurant et paradant presque pour attirer les ennemis. Grimaçant, le barbu l'interpella.

- Richards, il n'y a rien ici. Tu peux retourner voir les autres et prendre ton post. Je vais faire le tour ici et je vous rejoins.

Le dénommé Richards se plaignit mais le regard bleu du gallois le dissuada de chercher son reste. Il attendit que l'autre débile s'éloigne pour reposer ses yeux clairs sur l'adolescent qui lui faisait face, l'arme coincé contre son flanc, doigt proche de la détente. Le barbu tendit sa main vers le jeune homme et cru discerner un sursaut au geste. Au premier pas de l'homme vers le jeunot, il y eut un nouvelle explosion, dans le dos du militaire. Ce dernier s'immobilisa, surpris et légèrement effrayé, craignant pour sa vie. Derrière eux, il pu distinctement  entendre Richards l'appeler. Merde !

- Cours, gamin, je te suis !

Une fois de plus, il aidait quelqu'un a s'enfuir, laissant une légère avance au petit pour ensuite se lancer a sa poursuite. Il ne fallait pas que qui que ce soit tombe sur le jeunot. S'éloignant du point où l'autre agent rouge avait vu le soldat pour la dernière fois, Gavin emboîtait le pas à l'ado, souhaitant l'éloigner au maximum pour lui sauver les fesses. Celui-là, au moins, retrouverait sa famille, il se le jurait.
Revenir en haut Aller en bas
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 19 Fév - 13:42



"The man who unraveled"



Bien entendu, ça devait arriver. Il le sent à peine venir. Il a à peine le temps de tenter de l'empêcher. Mais la vérité c'est qu'il ne sait pas contrôler ce pouvoir qu'il ne veut pas. C'est plus fort que lui. Les explosions sont directement reliées à ses émotions et la seule chose qui laisse présager leurs naissances est ce bouillonnement que Max ressent en lui quelques secondes auparavant. C’est comme un trop plein d'énergie qui ne peut que sortir de la manière la plus explosive qu'il soit. C'est dévastateur et ça lui va si bien, parce que Max a un certain talent pour ça. Il a aussi un talent certain pour se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et pour faire la mauvaise bourde, celle qui a de mauvaises conséquences. La preuve en est la liste bien trop longue de ses passages à l'hôpital mais aussi au poste de police qu'il connaît trop bien. Mais là, la Garde, c'est le niveau carrément au-dessus. Un niveau qu'il a jamais voulu prétendre atteindre un jour mais c'est sûrement le cas pour tous les gars comme lui. Quand l'explosion se fait entendre et noircit le sol non loin de lui, Max a un mouvement de recul et il se protège le visage de ses bras dont les mains ont lâché sac de course et glace par réflexe. C'est quand même con, certes son pouvoir est cool mais il n’est pas immunisé contre les dégâts causés par ce déchaînement d'énergie pure, mais il n’a jamais rien eu pour autant, comme quoi, il a quand même un peu de chance. Max a envie de prendre ses jambes à son cou et de courir loin, très loin, d’ici, sauf que le temps qu'il réalise qu'il est encore en vie, qu'il est encore sur le parking et qu'il est aussi encore dans la merde, y'a un garde qui lui fait face et qui le tient en joug. Max lève les bras en l'air et franchement, il n’en mène pas large du tout. Il n’a pas peur facilement, au contraire il est du genre téméraire, mais là il panique carrément et ça se lit clairement sur son visage. Il n’a pas envie de mourir ici sur un parking moisi et surtout pas sans avoir fait un dernier câlin à Norah. Rah, monde cruel ! « Wowowow, me tuez pas ! J’suis trop jeune pour mourir ! » Et grave qu'il est trop jeune pour mourir ! C'est son argument massue que d'être encore un ado. Il va sûrement finir en prison le type si il le tué de toutes manières, non ? Y’a pas des lois comme ça à Genosha ? « Un ado tu ne tueras point même si petit con il est. » Ca sonne bien, non ?

Max ne comprend pas tout ce qu'il se passe après ça. Le garde est super grand, genre colossal, et il en impose ce qui finit de pas du tout le rassurer. L'envie de prendre ses jambes à son cou est pourtant inhibée par la peur qui le fait rester sur place, immobile malgré ses tremblements de peur. Pourtant le garde baisse son arme. Max a presque failli prendre confiance en lui, presque, mais un nouveau garde apparaît derrière le premier qui s'empresse de lui parler. « Richards, il n'y a rien ici. Tu peux retourner voir les autres et prendre ton post. Je vais faire le tour ici et je vous rejoins. » Là, Max comprend vraiment plus rien. Il tient toujours ses bras en l'air et commence à osciller d'un pied à l'autre. Profiter de l'occasion et se casser de là vite fait bien fait le démange carrément. Au lieu de ça c'est une nouvelle explosion qui sort de nulle part et qui éclate entre le garde et lui et Max se maudit mentalement. Sérieusement, ce machin c'est cool quand il délire dessus avec Casey mais là ça va tellement avoir sa peau ! Max écarquille les yeux et retient sa respiration tandis qu'il appréhende la réaction du colosse. Toujours les mains en l'air, lui a la réaction du parfait coupable : « C'est pas moi ! » Non, il ne finira pas avocat. Et pourtant, c'est peut-être pas grâce à sa défense de choc mais le garde le plombe pas sur place. Au lieu de ça il lui dit de faire exactement ce qu'il a envie de faire depuis qu'ils sont face à face. « Cours, gamin, je te suis ! »

Faut pas le lui dire deux fois et Max se retourne en deux deux et part comme une flèche. Lui qui est un grand sportif file à toute allure. C'est là où il est content d'en plus s'être mis au parkour pour le fun avec Casey y’a quelques années de ça, parce qu'il peut monter les escaliers extérieurs à la vitesse de l'éclair en deux ou trois sauts bien pensés. Il pense seulement à se sortir de là et espère aussi distancer le garde qui lui a pourtant dit qu'il le suivait sans intention de lui nuire. Max se passerait tout de même bien volontiers de ça et ce même si le géant lui a sauvé la mise en éloignant son collègue. Max a enfin un peu de chance vu qu’il tombe sur le seul garde qui fait mal son job. Enfin là où il a moins de chance c'est qu'il vient finir dans une putain d'impasse. C'est l'arrière d'une boutique ou d'un bar, il en sait rien il réfléchit plus du tout là, et Max se jette sur la seule porte qui lui permettrait de sortir encore de là. Pas de bol encore, elle ne s’ouvre pas. « Putaiiin ! » Le jeune homme à le cœur qui bat à mille à l'heure, à cause de sa course folle, de la peur mais aussi parce qu'il se rend compte qu'il est complètement prisonnier de cette foutue impasse. Il cherche désespérément une issue de sortie mais n'en trouve pas. Il se prend la tête dans les mains et a envie de hurler de frustration là. Et c'est encore pire quand il voit le garde arriver enfin. Max recule quand il voit ce grand gaillard s'approcher de lui et, sans savoir pourquoi, il tente de le calmer alors que des deux c'est bien lui le plus agité. « Sans rire je vous promets, j’y suis pour rien ! C'est pas moi, enfin peut être, mais je le fais pas exprès je vous jure ! Me raflez pas, je veux pas finir en légume ! » Max parle avec les mains, visiblement agité, et ne tient pas en place. Gavin ne serait pas sur son chemin, il serait déjà parti de là. L'adolescent n'est toujours pas sûr d'être sorti d'affaire et il ne fait pas confiance au garde. Bon ça serait débile que ce dernier le tire d'affaire pour après le rafler tout de même, mais Max ne réfléchit pas à ce moment-là. « C'est juste que j'arrive pas à contrôler enfin pas encore mais, la vie de ma mère, j'ai jamais tué personne ! Au pire j'ai fait exploser le rosier de la vieille Prescott mais genre c'est vraiment le pire ! » En plus son rosier il était tout moisi.

Bon c'est pas vrai, la vieille Prescott adore son jardin et ça lui a brisé le cœur, mais il a pas besoin de plus d'éléments à charge contre lui là.


Code by Sleepy

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Gavin L. ParsonHumain modifié
avatar

Shadow
4 / 54 / 5
1 / 51 / 5
Téléportation uniquement aux endroits connus et sur une distance limitée. Chaque long voyage le vide de son énergie.
Lorenzo R. Viretti / Alkis K. Mordoh / Richard Harvay
229
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Jeu 23 Mar - 12:01

Gavin avait laissé une avance considérable au jeune homme. Derrière lui, quelques personnes s'agitaient, gardes comme passants. De son côté le soldat se demandait vraiment pourquoi il en venait à risquer sa place et sa vie, presque à la vue de tous. Instinctivement, la réponse s'offrit à lui. Un gamin ! C'était un putain de gamin ! Comment la Garde en avait-elle déjà raflé ? Quelques-uns sans doute. Il ne savait et ne voulait pas savoir. Sans chercher plus, il se mit à la poursuite du p'tit gars, observant tout de même les alentours pour que son plan ne finisse pas en guet-apens pour eux. Le môme avait filé à toute allure et le géant grimaçait de lui avoir laissé autant d'avance puisque rapidement, il avait échappé à son regard. L'agent rouge traversait les allées, laissant ses pupilles bleues parcourir les alentours jusqu'à trouvé sa "proie". Là ! Dans une impasse ! Vu ainsi, il passerait sans doute pour le chasseur qui ne laisserait aucune issue à sa victime, un monstre sanguinaire qui ne vivait que pour dominer sans peine l'être inférieur qui lui faisait face... Le mastodonte entreprit d'avancer en gardant les mains en visuel, laissant le canon de son arme pointé le sol, signe de désarmement. Et puis... Le p'tiot avait des... compétences qui mettait plus en déroute l'adulte que l'inverse avec son flingue, même si ça aidait.

- C'est bon gamin, calme toi ! Calme ! Tout va bien aller !

Le blond avait parler automatiquement sans que son cerveau commande les paroles. En réalité, les deux hommes devaient se sentir totalement impuissants et impressionnés par la situation. Comment ne pas l'être, après tout ? Pourtant, ça n'empêchait pas Gavin de paniquer un peu, lui aussi, désorienté par tout ça tandis que son vis à vis palabrait, expliquant qu'il n'avait rien fait et qu'enfin il tentait d'expliquer qu'il ne pouvait pas contrôler ses capacités. Soudain, l'appareil à la hanche de l'agent grésilla. Dans un réflexe, le combattant posa sa main sur l'objet de communication. Lentement et délicatement il le tira de sa ceinture pour l'avancer au niveau de sa bouche.

- Agent Parson. R.A.S, le gamin avait juste... Des pétards pour faire le malin. Il va... Falloir qu'on surveille ça. Je fais une ronde de mon côté et je rentre. Terminé.

Un mensonge gros comme l'Everest mais plausible si on prenait en compte les explosions. Heureusement que ce genre de conneries pouvaient se prouver aisément. L'homme déconnecta son talkie et le rangea à sa place. S'humectant les lèvres, Gavin en venait à se demander ce qu'il risquait à trahir son serment et même s'il était possible qu'il se fasse enfermer comme un vulgaire vaurien. Franchement, ce serait le comble pour quelqu'un qui passait sa vie à vouloir faire le bien. A quelques pas près, il était proche de l'adolescent. Mal à l'aise, comme à chaque fois quand il devait faire le premier pas, il se mit à sa balancer sur un pied et l'autre avant de soupirer, retrouvant son calme perdu précédemment. Le blond vint se passer une main dans les cheveux alors que son regard s'arrêtait sur chaque détail de l'impasse puis il se remit a fixer le garnement. Enfin, il ouvrirait la bouche pour lui parler, histoire de faire tomber la pression.

- Hey... Euh, t'inquiète pas. Je ne suis pas un méchant. Enfin... Je n'ai pas envie de te rafler. T'es un jeunot... Je t'avoue que je n'approuve pas forcément ce genre de pratique en plus...

Contradictoire ? Tout à fait. Après, il faisait son métier, il l'adorait même s'il n'appréciait pas CE côté précis de son emploi. Il fallait s'y plier... Fallait était même un bien grand mot...
Revenir en haut Aller en bas
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 2 Avr - 16:30



"The man who unraveled"



Max se sent pris au piège, complètement, et quand le Garde le rejoint, il panique. L’adolescent tente de le convaincre de son innocence bien qu'il ne le soit pas complètement, enfin ça dépend plutôt de ce que l'on définit comme coupable. Pour une fois qu'il n’a rien fait de théoriquement illégal, Max se retrouve complètement dans la merde, tout de moins c'est ce qu'il croit. En face de lui, y'a ce géant armé jusqu'aux dents qui a pour mission de capturer les mecs comme lui. Autant dire qu'il est fait comme un rat. Pourtant, contre toutes attentes, le garde ne le coffre pas, il lève plutôt les mains en l'air et tente de le calmer. « C'est bon gamin, calme toi ! Calme ! Tout va bien aller ! » Max ne le croit pas le moins du monde sur le coup, mais genre pas du tout. Ça ressemble plutôt à une tactique sournoise de Garde pour mieux lui mettre le grappin dessus. Ou alors le Garde dit vrai, mais pourquoi il ferait ça ? Ca n'a absolument ni queue ni tête. Mais qu'il le croit ou non, ça ne change rien, il est coincé là. Il blâme sa mère et les courses pour l'avoir foutu dans la merde. Comme quoi ce n'est pas toujours lui qui cherche les problèmes, mais bel et bien les problèmes qui le trouvent. Puis franchement, c'était quoi les probabilités pour qu'il finisse dans une impasse ? Non vraiment, non seulement il est un aimant à ennuis mais, en plus, il a pas de chance. Sachant tout cela, Max est quasiment sûr de finir sa journée en prison et d'être transformé en légume dès le lendemain.

Pourtant, quand le talkie du Garde se fait entendre et que ce dernier l'attrape en un mouvement terriblement lent, surement pour ne pas le faire encore plus paniquer, il lui offre le parfait alibi. Max ne s'attend pas du tout à cela, mais le Garde le couvre alors qu'ils connaissent tous les deux les dons très particuliers du jeune homme. « Agent Parson. R.A.S, le gamin avait juste... Des pétards pour faire le malin. Il va... Falloir qu'on surveille ça. Je fais une ronde de mon côté et je rentre. Terminé. » Mais pourquoi il n’a jamais pensé aux pétards, sérieux ? C'est l'excuse parfaite ! C'est quand même incroyable que cette même excuse soit trouvée par un Garde supposé le rafler. Ce qui n'a déjà ni queue ni tête pour Max devient alors carrément nébuleux. Il ne comprend rien du tout à ce qu'il se passe et ça l'énerve et le frustre à la fois. Paumé, Il se passe une main sur le visage, comme si ce simple geste va l'aider à se réveiller de ce cauchemar incohérent au possible. Pourtant une fois ce geste fait, ses idées ne sont pas du tout plus claires. À vrai dire il se sent trop oppressé pour pouvoir prendre un tant soit peu de recul sur tout ce qu'il se passe à ce moment-là. Tout ce qu'il sait c'est qu'il se sent comme une proie prise au piège.

Le garde s'avance vers lui, et Max recule à nouveau. Il n'a pas encore décidé de la marche à suivre et se prend à regretter que Casey, ou encore Spencer, ne soit pas à ses côtés pour lui dire quoi faire. Tout chez le Garde laisse à croire qu'il ne lui veut pas de mal et Max commence effectivement à se calmer mais il n'en reste pas moins suspicieux alors qu'il l'écoute. « Hey... Euh, t'inquiète pas. Je ne suis pas un méchant. Enfin... Je n'ai pas envie de te rafler. T'es un jeunot... Je t'avoue que je n'approuve pas forcément ce genre de pratique en plus... » Le Ezel plisse des yeux, cherchant l'entourloupe sans la trouver. Il commence à se faire à l'idée que le Garde dit vrai, après tout il a tout fait pour lui éviter de se faire rafler. À croire qu'ils ne sont pas tous de gros connards. Max ne le perd pourtant pas du regard alors qu'il ne peut pas rester en place et qu'il tourne en rond, coincé dans cette impasse maudite. « Genre... vous êtes un garde qui rafle pas ? Ça existe ça ? » Il défronce des sourcils encore alors qu'il se rend compte que ce gars joue surement son matricule, et sa liberté, à l'aider ce jour-là. Le jeune homme s'arrête alors enfin et se pose en un point fixe alors qu'il demande finalement à celui qui est peut être au final son héros. « Vous risquez pas gros ? » C'est surement bête comme question mais elle mérite d'être posée pour qu'il mesure tout ce que le Garde est prêt à donner pour un gamin comme lui. Non pas que ça serve vraiment à vrai dire, mais les questions de Max ne sont pas toujours logiques, utiles ou même cohérentes, et encore moins quand il vient de voir sa vie défiler devant ses yeux.



Code by Sleepy

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Gavin L. ParsonHumain modifié
avatar

Shadow
4 / 54 / 5
1 / 51 / 5
Téléportation uniquement aux endroits connus et sur une distance limitée. Chaque long voyage le vide de son énergie.
Lorenzo R. Viretti / Alkis K. Mordoh / Richard Harvay
229
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Sam 15 Avr - 17:55

Voir le gamin s'inquiéter et suer à grosses gouttes n'aidait pas réellement Gavin dans sa manière de se comporter. Purée... Lui c'était un homme d'action, pas un diplomate et encore moins médiateur. Il ne savait pas forcément comment gérer ce genre de situation et ce ne l'amusait pas d'approcher du jeune, une main en avant pour prouver le bien fondé de son action. Surtout après le mensonge qu'il venait de balancer à ses collègues. Finalement, le blond se redresse tandis que l'ado fait les cent pas. Stressant, au plus haut point... Plutôt qu'exprimer son malaise, le mastodonte se contente de se défaire de le bandoulière de son arme tout en se dirigeant vers le sol. Jambes étendues devant lui, l'arme reposant au sol, juste à côté de lui, le gallois éteignit sa radio pour finalement récupérer son téléphone personnel, dans une de ses poches. Tranquillement, après un long soupir, l'homme releva ses yeux clairs pour les poser sur le garçon, venant ensuite se gratter la joue. Enfin, il se décidait à accepter l'idée qu'il puisse être amical.

- Je ne sais pas, ce que j'encours, à te sauver les fesses.

Et c'était vrai. Jusque là, le soldat avait toujours su être obéissant. Il possédait son libre arbitre, totalement et pleinement mais jamais il n'avait fait un pas de travers. Tout du moins, ça c'était avant d'entrer dans la garde. Il adorait son boulot, c'est pour ça qu'il avait voulu être transféré. Changer de poste, être toujours parmi les protecteurs du peuple, sur le front, jamais derrière un bureau. Jamais, cependant, dans la fiche métier, on avait préciser qu'il fallait quotidiennement trouver des gens "différents" pour les enfermer. Gavin n'avait pas pour habitude d'accepter autant d'injustice. Ils avaient fait quoi, ces gens, pour croupir en prison ? Avec Carol, sa... Meilleure amie ? ... ils se protégeaient sans cesse. Il leur était arrivé de donner un alibi aux émergés, comme on les appelait dans leur service. Malheureusement, ils ne pouvaient absolument pas faire ça avec tout le monde, pas tout le temps. Combien de temps aurait-il fallu aux supérieurs des deux agents, pour faire comprendre qu'il y avait diplodocus sous poussière ? Tiens, cela faisait un moment qu'il n'avait pas utilisé cette expression et un sourire naquit sur les lèvres du garde.

- Sinon, ouais je ne rafle pas. Enfin... Pas toi. Je suis obligé de faire des choix et j'évite au mieux d'embarquer les mômes.

Le gallois oublié n'avait pas d'enfants. Il se sentait d'en avoir un jour, peut-être mais pas dans ces conditions. Comment, en grandissant, sa descendance pourrait vivre dans l'optique qu'il fallait enfermé ceux qui ne ressemblaient pas à tout le monde ? Et si jamais ça leur tombait dessus ? Comment pourrait-il, lui, cautionner qu'un de ses gamins se fasse enfermer parce qu'il avait des dons ? Si pour lui, ça ne passait pas, comment le prendrait les familles brisées par les kidnapping ? Dans tous les cas, non, clairement, il ne cautionnait pas ce genre de pratique.

- Beaucoup de mes collègues ont du mal avec ce truc... J'ignore combien ont osé, comme moi, passer le cap en protégeant la population.

Entre ses doigts, le téléphone portable vibra, signal qu'on répondait enfin à un de ses sms. D'un geste las, Gavin déverrouilla son écran et parcouru les lignes virtuelles du regard, souriant une nouvelle fois avant d'y répondre pour enfin ranger l'appareil. Nouveau soupir de l'agent surnommé Shadow puis il laissa l'arrière de sa tête rencontrer le mur sur lequel il prenait appui, observant finalement le ciel.

- Estime toi heureux, petit. Certains de mes collègues ne sont pas des agneaux. Richards, par exemple. Il est du genre à cogner si on obéit pas immédiatement.

Ouais. Il l'avait vu bousculer une femme à qui on enlevait son mari, soupçonné d'être un émergé puis offrir un coup gratuit au captif, ensuite, avec un sourire sur le visage. Comme s'il était fier de faire ce genre de choses. Parson ne lui avait pas collé son poing dans la figure uniquement pour montrer un minimum d'esprit d'équipe mais il s'était juré de tout faire pour mettre des bâtons dans les roues de ce crétin à chaque fois qu'il le pourrait. Il le méritait bien, après tout. C'était à cause des individus comme lui, qu'on pensait que la Garde Rouge n'avait rien de bon alors que le principe de cette unité était d'agir comme les autres groupes armés. Ils étaient juste un peu plus spécialisé, c'était tout. Enfin... c'est ce qu'il avait toujours, comprit, lui.

- Si tu veux un conseil, tu devrais attendre un moment avant d'y aller. Sait-on jamais que les autres soient encore dans les parages.

Un balayage des lieux ne jurait jamais moins d'une minute, après déploiement, après tout. Qui savait quand Hydra pouvait rappliquer ou si un autre émergé débarquait et qu'il fallait éviter le pire, comme avec le jeunot, justement ? Enfin, tout ça, maintenant, ne comptait plus vraiment. L'enfant retrouverait sa famille, oublierait sans doute sa frayeur du jour et se ferait discret un temps avant de reprendre sa vie. Normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 7 Mai - 17:25



"The man who unraveled"



Max est sincèrement intrigué par ce garde qui vient de lui sauver la mise. C'est peut-être pour ça qu'il lui demande ce que ce dernier risque à agir ainsi, parce que ça dépasse sa vision binaire du monde et parce qu'il est admiratif de ce grand gaillard qui brave l'autorité pour un gamin qu'il ne connait même pas. Pourtant Max n'est pas sûr de mériter cette attention. Non seulement il a un don inné pour les conneries mais il se prend parfois à croire que la Garde Rouge a raison de faire ce qu'elle fait. Après tout, il a bien conscience qu'il pourrait être dangereux. Des fois, il a peur que ses excès explosifs atteignent quelqu'un. Ce pourrait très bien être Norah, Casey ou encore Spencer qui finit par en être la victime et ça le flippe un peu. Enfin, pour être honnête, c'est pas pour autant qu'il a envie de finir en mode rat de laboratoire pour les scientifiques fous du gouvernement. Ça c'est ce qu'il arrive aux gars comme lui, tout du moins c'est ce qu'il se dit du côté du skate park et un peu partout dans les rues de Genosha maintenant. Ça c'est ce qu'il est bien content d'avoir évité ce jour-là. « Je ne sais pas, ce que j'encours, à te sauver les fesses. » Ah Bah comme ça... il a une seule question et l'autre, il a même pas la réponse. Bon, en soi, c'est une question de merde, oui, mais tout de même. Il pensait pas que les adultes puissent agir sans en mesurer les conséquences. Ce genre de comportement n'est pas réservé qu'à Casey et lui alors ?

Le type répond à ses questions dans le désordre, mais Max n'y fait même pas attention. « Sinon, ouais je ne rafle pas. Enfin... Pas toi. Je suis obligé de faire des choix et j'évite au mieux d'embarquer les mômes. » Max tique un peu quand il entend le garde le désigner comme un môme. Lui qui vient d'avoir la majorité aime à rappeler à tout le monde autour de lui que maintenant il est un homme, un vrai. Cependant, même lui a conscience que ce serait complètement hors sujet de reprendre le type sur ce menu détail. Il n'aimerait pas, par la même occasion, le faire changer d'avis concernant le fait de le rafler ou non. Le jeune homme hoche donc de la tête même si il trouve quand même que ce garde qui ne rafle pas est un peu chelou. « J'avoue, je vais pas m'en plaindre puis la conscience professionnelle toussa toussa, c'est overrated c’est vrai. » C'est vrai que d'un côté rafler des gosses, pas comme lui parce que lui il est un homme, ça doit tout de même être chaud, mais il s'étonne que les gardes puissent finalement être autre chose que ces robots sans cœur qui agissent aveuglement. Pourtant, le sauveur du jour a l'air de penser qu'il n'est pas un cas isolé car il ajoute : « Beaucoup de mes collègues ont du mal avec ce truc... J'ignore combien ont osé, comme moi, passer le cap en protégeant la population. » Max plisse les yeux en un air perplexe. Il n'est pas le moins convaincu par cette remarque. Après tout, si les gardes avaient un problème avec leur taf, ils le feraient pas non ? Ou alors ils sont complètement cons et, pour que même lui en vienne à cette conclusion, c'est que ça doit être le cas. C'est plus pour lui que pour le garde qu’il lâche un « Genre. » perplexe. Après tout, il a pas vraiment envie de le braquer parce qu'il faut bien l'avouer, il n'est pas complètement à l'aise.

Max a une légère tendance à voir tout soit tout noir soit tout blanc. Pour lui les gardes font partis du tout noir et la description d'une partie d'entre eux, faite maintenant par Gavin, correspond plus à l'idée qu'il s'en est fait. « Estime toi heureux, petit. Certains de mes collègues ne sont pas des agneaux. Richards, par exemple. Il est du genre à cogner si on obéit pas immédiatement. » Max regarde le garde et il serre les dents, se rendant bien compte qu'il est passé pas loin du drame sur ce foutu parking. La faute à sa mère et à ses courses pourries. Au skate park ou encore à la plage, on risque pas ce genre de rencontre désastreuse. La prochaine fois il lui sortira ça pour éviter les corvées. C'est à peu près sûr que ça passera jamais mais, au bluff, on sait jamais, ça peut le faire. « Si tu veux un conseil, tu devrais attendre un moment avant d'y aller. Sait-on jamais que les autres soient encore dans les parages. » Automatiquement, le jeune homme regarde autour d'eux, comme si le Richards mentionné par le garde pouvait sortir de derrière un mur à tout moment. Max n'est pas rassuré et ça se voit, si bien qu'il se dit déjà qu'il va rester ici une heure ou deux avant de se décider à rentrer sans aucune course à la maison où il se fera très certainement dégommer par maman Ezel. « Ok... merci du conseil et pour le reste aussi. » Son regard se pose sur le garde. Max a toujours été maladroit pour exprimer sa reconnaissance et il le fait à sa manière, maladroite donc. « C'est quoi votre nom ? Et promis je vous vendrais pas, c'est juste pour savoir. » Encore une fois, il ne sait pas lui-même pourquoi il demande ça mais il a envie de mettre un nom sur ce grand gaillard avant que leurs chemins se séparent pour, il l'espère mais genre vraiment vraiment très fort, ne plus jamais se recroiser.

Code by Sleepy

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Gavin L. ParsonHumain modifié
avatar

Shadow
4 / 54 / 5
1 / 51 / 5
Téléportation uniquement aux endroits connus et sur une distance limitée. Chaque long voyage le vide de son énergie.
Lorenzo R. Viretti / Alkis K. Mordoh / Richard Harvay
229
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Lun 8 Mai - 16:42

Gavin comprenait parfaitement que le jeune homme soit perplexe à tout ce qu'il venait de dire. En même temps, qui ne le serait pas alors même qu'un garde venait de lui sauver la mise, allant à l'encontre des ordres. Soupirant longuement, l'homme se passa la main dans les cheveux et termina par lisser sa barbe, l'air absent. Pliant les genoux, l'homme vint prendre appui dessus pour se relever et s'étirer alors qu'il tirait de sa poche un paquet de clopes et un briquet. Il ne fumait qu'occasionnellement et parfois même se surprenait à le faire, comme s'il s'agissait d'un vieux réflexe d'un autre temps. Allumant le bâton de nicotine et tirant longuement dessus, le gallois oublié soupirait avant de recoller son dos contre le mur derrière lui. Ses yeux fixèrent la fumée qui s'élevait puis haussa un sourcil à la question du jeunot.

- Gavin. Et toi ?

La question était sortie d'elle-même. Pas qu'il s'en fichait mais il n'avait jamais vraiment su comment se comporter avec les autres. Et puis lui vint quelques idées, des questionnements par centaines qui le forcèrent à regarder fixement le jeune homme un long moment tout aspirant longuement la nicotine. A la fin du bâtonnet, le garde écrasa le reste et garda le mégot entre les doigts. Finalement, il fallait qu'il pose la question, trop curieux d'avoir des réponses.

- Dis moi...

Lentement, l'homme se mit à gratter sa joue, finalement peu certain de vouloir demander, se demandant plutôt comment formuler ses demandes pour être totalement compréhensible et clair.

- Tu fais juste péter des trucs ou t'as d'autres facultés ? J'veux dire... J'en ai vu qui peuvent se liquéfier à vue d'oeil, d'autres qui possèdent une peau changeante, ce genre de chose quoi.

Mentalement, Gavin fit une liste de toutes les facultés qu'il avait pu voir mais aussi des choses dont on soupçonnait certains d'être capable. C'était la première fois qu'il rencontrait une personne qui faisait sauter l'environnement.

- Je suppose que ça doit être épuisant, à la longue, d'avoir ce... Don.

Tranquillement, l'homme se réinstalla au sol et se ralluma une clope en fixant le jeune homme de son regard clair en imaginant les avantages et les inconvénients que cela devait comporter. Blesser ses proches faisaient clairement parti des frayeurs qui le hanterait, à la place de Max. Ça et se faire rafler, finalement. l'homme se mit à bailler un peu avant de se frotter un œil tout en réfléchissant au genre de faculté qu'il aimerait avoir, lui. Certainement pas l'explosion, ça c'était certain. Puis une nouvelle question vint à l'esprit du militaire.

- Et comment ça se manifeste ? Je veux dire... Tu le contrôles pas, ça je sais mais... Comment tu sais que ça se manifeste ?

Si la curiosité était un vilain défaut, Gavin ne s'en formalisait finalement pas. Il voulait savoir ce qu'on ressentait quand on usait de ses pouvoirs, s'il y avait un état particulier, un sentiment, quelque chose qui déclenchait ça comme lorsqu'on appuyait sur l'interrupteur pour allumer l'éclairage. Après tout, comprendre restait le meilleur moyen d'être tolérant et d'inviter les autres à l'être, donc à éviter que certains apprécient la cruauté. Enfin, du moins, il le voyait comme ça même s'il ne niait pas que quelque part, cela restait utopiste.
Revenir en haut Aller en bas
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 11 Juin - 16:20



"The man who unraveled"




Max le regarde se relever pour s'allumer une cigarette. Max ne fume qu'en soirée mais là tout de suite il se prendrait bien une clope lui aussi. Pourtant le Garde a réussi à le calmer, si bien qu'il ne tourne plus en rond même si il reste quand même à une certaine distance de lui, une distance de sécurité en somme. Max est une tête brûlée en temps normal et il ne mesure que très rarement le danger, sauf que cette fois le danger en question s'appelle « Garde Rouge » et que, face à ça, l'adolescent se découvre soudainement sage. Pourtant il a déjà piqué le flingue d'un Garde simplement pour gagner un défi sauf qu'à l'époque ce même Garde, super pète couille, n'aurait eu aucun argument contre lui afin de le retenir plus longtemps qu'une garde à vue. Une chance pour Max, cette fois ci, alors qu'il y a totalement de quoi le coincer dans une prison pour le restant de ses jours, le Garde sur lequel il est tombé est bien plus conciliant. En plus de ça, il est super stylé le type. Non mais, regardez-le à fumer sa cigarette et tout. « Gavin. Et toi ? » Gavin... un prénom qui fait pas aussi stylé que ça. Max se serait plus attendu à un prénom genre... Pablo. Ou Non, mieux... Darius ou Gordon. Ouais ça, ça fait stylé. Enfin Gavin c'est pas mal non plus hein puis c'est pas comme si on pouvait changer son prénom non plus. « Max. » Genre lui, il dit « Max » mais en vrai il s'appelle Maximilien et ça c'est totalement la honte.

Alors que Max réfléchit aux prénoms en général (oui faut pas chercher), Gavin, lui, a de toutes autres interrogations bien moins insignifiantes. « Dis moi... Tu fais juste péter des trucs ou t'as d'autres facultés ? J'veux dire... J'en ai vu qui peuvent se liquéfier à vue d'oeil, d'autres qui possèdent une peau changeante, ce genre de chose quoi. » Le jeune homme n'a entendu parler de ces gens que via des rumeurs et le fait que ce soit un Garde, quelqu'un qui les a vu de ses yeux vus, change complètement la donne. Il doit dire que sa curiosité est plus que piquée à vif et ça le met dans un état d'excitation que seul les adolescents connaissent. Ils sont impressionnés par un rien et n'ont pas peur de toute cette histoire de pouvoir. Pour lui, c'est comme dans un film ou comme dans les BDs. Sa réaction est digne de cette immaturité-là. « Sérieux, y’en a qui peuvent faire ça ? Trop cool ! » Se liquéfier ou changer de peaux... c'est un peu crado par contre. C'est là où il se rend compte que Casey et lui ont des pouvoirs trop pas trop mal en fin de compte. Mais si ça se trouve yen a d'autres qui font des trucs bien plus ouf. Genre... si ça se trouve y’en a qui sont immortels ! Powpowpow ! Ca serait juste énorme ça. « Mais non moi je fais juste exploser des trucs et j'avoue ça me suffit. » Et c'est vrai. Un pouvoir totalement incontrôlable, ça lui suffit même largement. « Je suppose que ça doit être épuisant, à la longue, d'avoir ce... Don. » Max hausse les épaules alors qu'il enfonce ses mains dans les poches de son jean. À vrai dire, son insouciance a fait qu'il n'a jusqu'alors pas réellement pâti de ses pouvoirs. Il a parfois peur que ça ne se répercute sur ses proches mais pour être honnête, ils ont surtout trouver ça super cool avec Casey. Ils sont un peu con mais ça, c'est pas une grande nouvelle. « Non ça va, c'était même fun avant aujourd'hui je dois dire. » C'est vrai que là, tout de suite, être passé à un rien de se faire rafler, ça a tendance a clairement réduire le côté fun du truc.

Le garde s'assoit à nouveau et Max le regarde faire. Il se demande s’il ne devrait pas en faire de même lui aussi. Il regarde autour de lui et finit par se décider par rester debout. Il n'a pas envie de s'éterniser ici, même si il n'en aura surement pas le choix. Gavin, lui, est bien loin de ce genre de questionnement. Il semble avoir plein de questions sur les pouvoirs et leurs fonctionnements. Il a raison, autant en profiter tant qu'il a un gars qui fait exploser des truc sous le coude. « Et comment ça se manifeste ? Je veux dire... Tu le contrôles pas, ça je sais mais... Comment tu sais que ça se manifeste ? » Max hausse à nouveau les épaules mais cette fois il est un peu moins léger que pour la question précédente, il faut dire que ses pouvoirs sont un mystère même pour lui. « Je sais pas trop... ça part tout seul et souvent c'est quand je m'énerve, ou quand je flippe ou des trucs comme ça. » Il ne sait pas si c'est pareil pour les autres mais ses pouvoirs à lui semblent directement déclenchés par ses sentiments. Heureusement pour lui, Max ne s'énerve presque jamais et il flippe rarement. Mais si c'est pareil pour les autres alors il est sûr que le climat actuel n'est pas pour aider le schmilblick. La Garde est synonyme de peur dans le tout Genosha et n'importe qui prend peur à voir tout uniforme semblable à celui de Gavin. « Pas super pratique quand vous faites des rafles quoi. » Il regarde Gavin et se demande pourquoi ce type, qui au final a l'air sympa, fait partie de cette formation clairement répressive. Il y a un truc que Max a toujours voulu savoir et sa curiosité le pousse finalement à lui demander. « Vous les amenez où les gens comme moi ? » Les rumeurs sur le sort des raflés vont bon train dans les rues et il y en a pour tous les goûts. Prison, mort, expériences scientifiques ou juste expulsion, j'en passe et des meilleurs. D'ailleurs Max va jusqu'au fond de sa pensée. « Genre c'est vrai que vous faites des expériences sur eux et tout ? Paraît qu'ils finissent tous en légume. » Il n'a jamais été aussi sérieux qu'à cet instant. S’il sait avoir échappé à une rafle, il est maintenant bien conscient qu'il pourrait être la victime d'une autre. Il veut juste savoir ce qu'il encourt à être simplement celui qu'il est. Un mec qui peut faire exploser des trucs.

Code by Sleepy

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
Gavin L. ParsonHumain modifié
avatar

Shadow
4 / 54 / 5
1 / 51 / 5
Téléportation uniquement aux endroits connus et sur une distance limitée. Chaque long voyage le vide de son énergie.
Lorenzo R. Viretti / Alkis K. Mordoh / Richard Harvay
229
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Mar 29 Aoû - 16:48

Max répondait aux questions d'un ton léger, acceptait ainsi d'assouvir la curiosité de Gavin qui, à ce moment là, prenait enfin le temps de connaître les gens possédant un don. Alors, oui, certes, c'était le seul à qui il parlait directement quand généralement il se contentait de les aider à fuir ou à les arrêter quand il savait qu'il était trop dangereux de tenter quoique ce soit. L'accumulation des informations faisaient réfléchir le blond qui se lissait la barbe tout en bâtissant une réflexion. Si les émergés fonctionnaient aux émotions fortes... Le jeune homme fit la remarque que le militaire se faisait, tirant ainsi un long sourire à la fois triste et amusé au mastodonte. Il se passa la main dans les cheveux puis il se mit à observer le jeunot.

- Tu as raison, les rafles ne sont pas du tout le meilleur moyen de mettre les habitants en confiance. On devrait changer nos façons de fonctionner... Changer l'uniforme, pourquoi pas. Il effraie mais bon... Je vois mal nos troupes se balader en pyjama de couleur, casque assorti et faire des postures débiles en criant "Nous sommes la Garde Rouge !"

L'idée amusa quand même le soldat en y réfléchissant. C'était complètement naze mais au moins, ça avait l'avantage d'être drôle. Au moins, les seules émotions qu'auraient les gens, ce serait tout simplement un fou rire magistral qui ferait le plus grand bien. Enfin, jusqu'à ce que la population soit raflée et ça, c'était la partie moins cool du changement. Enfin, quitte a changer les choses, autant virer cette idée d'attraper les gens en les arrachant de tout. C'était le meilleur moyen de les faire peur, le meilleur moyen de leur faire croire qu'ils ne vivraient pas jusqu'au lendemain. Le cœur du blond se serra à l'idée de toutes ces personnes qui devenaient des coquilles vides derrière les barreaux d'une prison. Les questions de Max surprirent Gavin qui se contenta de dévisager le jeune homme un instant, détaillant les traits de son visage qui montraient vraiment l'intérêt de cette question. Quelque part, le jeunot cherchait à savoir ce à quoi il échappait, savoir ce que le groupe gouvernemental faisait aux "gens de son espèce". Le gallois comprenait parfaitement. Qui n'aurait pas voulu savoir ce qu'il arrivait aux disparus ?

- Sans te mentir... Je ne saurais pas répondre à toutes tes questions. Tout ce que je sais c'est que... On est chargés de les attraper, de les emprisonner. Ensuite c'est une autre section gouvernementale qui prend le relais.

Bon, il ne disait pas tout à fait la vérité. Il cachait même volontairement et salement des informations qu'on lui avait rapporté depuis son arrivée à la garde. Il n'appréciait pas du tout certains aspect de son métier, il refusait même carrément l'idée qu'ils soient obligés de faire ce qu'ils faisaient mais pouvait-il réellement chambouler l'ordre des choses ? Seul, non. Mais combien étaient-ils à sauver le cul des innocents qui ne faisaient rien d'autres que se protéger. Avide de justice, l'oppression faisait rager intérieurement le soldat et pire, il ne vivait pas bien d'être du côté de l'oppresseur... Mais il avait choisit ce métier. Quelle idée de croire à ce genre de choses... Il voulait protéger des valeurs qu'une partie du gouvernement ne prenait pas en compte. Comment on en venait à vouloir faire autant de mal aux gens ? Gavin se contenta d'hausser les épaules pour simple réponse à Max, préférant s'allumer une nouvelle clope, tendant son paquet au jeune homme. Le garçon pouvait bien se permettre, personne ne le saurait, après tout. Le géant prit une longue bouffée sur son bâtonnet de tabac, s'amusant presque à laisser la fumée s'en aller d'elle-même avant d'expirer lentement.

- Je me demande aussi ce qu'ils font aux émergés...

Est-ce qu'ils torturaient les gens, est-ce qu'ils faisaient vraiment des expériences sur eux ? Bien souvent Gavin ne se posait pas la question, de peur de se trahir, de trahir Carol, Ororo ou tous les autres collègues qui prenaient le risque de sauver des innocents. Bon dieu, c'était compliqué d'être quelqu'un d'honnête en servant une idéologie éloignée du Juste. Enfin... Valait mieux ça que d'appartenir à Hydra qui faisait allez savoir quoi pour devenir des terroristes de grandes envergures...

- Tu sais que techniquement, je devrais même pas te parler de ce que je sais ou non sur les rafles ?

Le soldat se mit à sourire en coin, tirant à nouveau sur sa clope pour finalement faire tomber la cendre au sol. Finalement, parfois c'était pas si mal de déroger à la règle parfois, surtout quand on prenait une pause alors qu'on était censé bosser. L'homme s'étira un peu et s'affala en prenant appui sur un coude, retenant un baillement. Et s'il quittait son poste, tiens ? Finalement, qui le saurait ? Suffisait d'enlever sa veste, il cacherait ses armes dedans et voilà, ça irait vite. Puis au pire, si on le choppait... Il dirait juste que c'était sa pause et basta, tiens.

- T'as faim ? J't'emmène manger si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Max EzelMutant
avatar

AYAYAYYAYA
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il fait exploser des trucs et c'est trop cool.
Kitty, Teddy, Leo, Ezra, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
1259
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man who unraveled   Dim 24 Sep - 19:42



"The man who unraveled"



Ce qu'il lui apprend sur les pouvoirs semblent faire réfléchir le garde. Max trouve ça bizarre pourtant. C'est vrai que c'est étonnant que Gavin n'en sache pas plus sur cette catégorie de personnes qu'il traque pourtant avec ses collègues. Après, Max comprend bien que ce garde-là n'est pas comme les autres. Quant aux autres... ils ont surement jamais pris le temps de parler avec les gens qu'ils raflent en fait. C'est vrai que c'est pas super propice à la discussion ce genre de rencontres. Cris, larmes, peur, pouvoirs chelou, matraques, tasers, et encore des cris… Avec une petite tasse de thé, ça passerait surement mieux. Est ce qu'ils avaient essayé la psychologie au moins ? Peut-être qu'en se posant avec un émergé, devant un bon kebab, ils arriveraient à le convaincre de se recenser ? Quant à accepter de suivre la Garde Rouge, fallait pas rêver. Personne n'irait de son plein grès se faire enfermer à jamais, d’autant plus si ce truc de légume était vrai. Après tout, c'est le destin rêvé de personne sur terre, même pas des junkies. Enfin, si Max pense au tea time ou au passage dans un fast-food pour une médiation entre gardes et gens à pouvoir, Gavin, lui semble parti sur une tout autre idée. « Tu as raison, les rafles ne sont pas du tout le meilleur moyen de mettre les habitants en confiance. On devrait changer nos façons de fonctionner... Changer l'uniforme, pourquoi pas. Il effraie mais bon... Je vois mal nos troupes se balader en pyjama de couleur, casque assorti et faire des postures débiles en criant "Nous sommes la Garde Rouge !" » Max lâche un rire amusé, ayant parfaitement l'image des gardes en tête. Pour lui c'est pas difficile d’imaginer le grand baraqué qui se trouve devant lui en train de danser en pyjama dans les rues. Tout de suite, il fait vachement moins badass ceci dit. « Je l'imagine bien moi ! » Il sourit alors qu'il dit ça, montrant une certaine détente qu'il n'avait pas osé afficher auparavant. Mais même si Max a la blague facile, il ne peut pas s'empêcher de reprendre un tantinet son sérieux pour ajouter, parce qu'il se le doit à lui-même, mais aussi au garde. « Enfin même comme ça, une rafle ça reste une rafle. » Parce que ce n'est pas qu'une question de forme mais bel et bien un problème de fond. Les émergés peuvent être dangereux, comme lui l’est très clairement, mais ils sont tout de même des êtres humains. Est-ce que la liberté de certains peut s'arrêter bien avant celle des autres ? Vous avez 4h.

C'est à son tour de poser des questions et il y en a notamment une qui lui brûle les lèvres. Se retrouver sur le point de se faire rafler lui a subitement donné conscience de ce qu'il risque même si ça reste pourtant très très flou. Les rumeurs vont bon train sur le sort des raflés et ne pas savoir ne fait que les alimenter encore un peu plus en horreur. Au final, demander directement à un garde, c'est peut être mieux que de faire l'autruche. Peut-être qu'ils leur font rien en fait aux émergés, qui sait. #cestcareve « Sans te mentir... Je ne saurais pas répondre à toutes tes questions. Tout ce que je sais c'est que... On est chargés de les attraper, de les emprisonner. Ensuite c'est une autre section gouvernementale qui prend le relais. » Max le regarde et n'est pas vraiment convaincu par ce que vient de lui dire Gavin. Après tout... quel débile ferait ça sans en connaître les répercussions sur ceux qu'ils attrapent ? Pour lui, c'est totalement impensable. C'est genre complètement de la répression leur truc de Garde Rouge et, se cacher derrière des excuses du genre, c'est trop facile. Chacun ses responsabilités. Il n'a que 18 ans mais Max sait que lui aura toujours sa conscience pour lui. « Je me demande aussi ce qu'ils font aux émergés... » Il veut bien le croire d'autant plus que le garde lui tend des cigarettes et Max est clairement pas contre une là tout de suite. Son niveau de stress a certes diminué mais le contre coup mérite bien une petite dose de nicotine. L'adolescent le remercie d'un signe de tête et alors qu'il cherche son propre briquet, il lui dit tout de même, parce que c'est plus fort que lui, il est de nature super franche. « Vous êtes chelou de kidnapper des gens sans savoir dans quoi vous les amener. » Sur ce, il s'allume sa cigarette et tire une première taf décontractante.

La discussion a tellement dévié qu'il en oublie presque qu'il discute avec un garde. Il faut dire que Max est bavard et finit toujours par être à l'aise même si il fait la papote avec un adulte. Là, pour le côté à l'aise, ça a pris plus de temps que prévu certes, mais fallait pas avoir un uniforme de garde rouge. Peut-être qu'en pyjama par contre... « Tu sais que techniquement, je devrais même pas te parler de ce que je sais ou non sur les rafles ? » Du tac au tac, Max répond d'un air presque léger, sans trop réfléchir à ce qu'il dit tellement ça lui paraît évident. « Ouais enfin techniquement, vous auriez dû me rafler. » Ce n'est qu'une fois qu'il eut dit ça qu'il comprend toutes les conséquences de ses propres paroles. D'un air bien plus concerné il ajoute donc, comme si il était nécessaire de préciser le tout pour que tout ne reprenne pas un ordre normal. « Restons dans le pas technique hein. » Mais ça ne sera définitivement pas le cas, à la place, Gavin, qui a pris ses aises par terre -trop chelou le type- lui propose une activité carrément plus sympa. « T'as faim ? J't'emmène manger si tu veux. » Il a dit les mots magiques. Basiquement, Max a plus ou moins tout le temps faim. La faute à tout le sport qu'ils font avec Casey surement, ou alors c'est la bonne excuse. En plus, à la base, il était tout de même là pour venir chercher à manger même si les courses ont fini balancées par terre. Pauvre de maman Ezel, non seulement elle n'aura jamais ce qu'elle a demandé mais en plus son fils reviendra 1h plus tard. C'est tout le temps qu'il faut pour... « Grave ! Je connais un super kebab pas loin ! »... manger un kebab, c'est bien ça.


Code by Sleepy



THE END

___


LINE OF FIRE

Convince yourself to be someone else and hold back from the world your lack of confidence. What you choose to believe in dictates your rise or fall.  ©️shinouh

Revenir en haut Aller en bas
 
The man who unraveled
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: