Partagez | 
 

 Holding on to You - Peter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Holding on to You - Peter.   Mer 8 Mar - 16:08

Neena émergea doucement sur son lit d'hopital. La tête toujours dans le brouillard, l'air malade, du genre à avoir perdu beaucoup de sang. Elle se sentait faible, à la merci des autres, mais la brune ne remarqua heureusement personne dans sa chambre sur le moment. Les yeux rivés sur le plafond, à essayer d'y voir plus clair, à défaut de plus net, elle mit un temps fou à revenir parmi les vivants. Sa première tentative fut de toute façon un échec, vu qu'elle ressombra presque immédiatement après son réveil.

Ce fut la douleur qui la réveilla à nouveau quand elle tenta de bouger une jambe. Les muscles de son ventre lui faisaient un mal de chien, si bien que des crambes commençaient à apparaître dans ses membres inférieurs. Son émergence fut une sorte d'enfer, lent, terriblement lent et douloureux. Elle ne mit pas longtemps à ressombrer quand les infirmières vinrent vérifier son état, affolées par les bips sonores de son moniteur, indiquant qu'elle souffrait.

Neena n'était pas capable de dire ce qu'elle détestait le plus dans cette histoire : d'être faible, ou d'être à la merci des autres ? Sa reprise de conscience n'était même plus de son ressort. Ses médecins lui demandaient de se reposer, on discutait autour d'elle sans vraiment prêter attention à ce qu'elle voulait car de toute façon, en train de doormir, elle ne pouvait pas objecter quoi que ce soit, et elle n'en aurait pas eu la force quoi qu'il lui arrive.

Elle avait honte, en fin de compte. Honte de ne pas être assez forte pour gérer une situation aussi conflictuelle que celle qui l'avait amené à être allongé sur ce lit d'hopital. Honte de ne pas pouvoir émerger à chaque fois que son petit frère venait lui rendre visite, amené par sa voisine qui avait fait l'effort de le garder pour l'occasion. Combien de temps était-elle restée, clouée sur son matelas, à ne pouvoir rien faire ? Aucune idée. Le troisième réveil fut le bon, mais elle ne fut capable de rien du tout.

Parler, à peine. Bouger, hors de question. Si bien qu'elle avait rapidement ressombré. Le lendemain fut moins compliqué cependant. Et progressivement, même si elle n'avait toujours pas l'autorisation de sortir vu son état, Neena recommençait à reprendre le contrôle de son corps. Elle avait eu droit de voir les cicatrices et les brûlures qui l'avaient conduites dans cet endroit, vestiges de son incompétence et de sa malchance. Les infirmières avaient fait mine de rien, quand elle avait fait une mine dépitée.

Et puis, une après midi, après une sieste improvisée, la brune rouvrit les yeux. Toujours faible à cause des anti-douleurs et des antibiotiques pour combattre les infections dues à ses brûlures, la brune avait péniblement émerger dans sa chambre toujours aussi blanche. Ses yeux s'étaient baladés sur le plafond avant de faire le tour de la pièce et voir une silhouette assise sur le fauteuil mis à disposition de ses visiteurs. Elle avait pu constater qu'elle n'avait pas énormément d'amis, même Frank n'était pas venu la voir...

Du coup, faire le compte de ses proches, c'était tout de même assez facile. Et lui, elle n'avait aucune foutue idée de qui ça pouvait bien être. Silencieuse, elle l'avait regardé un moment pour faire le tour de ses souvenirs, essayer de voir d'où elle pouvait le connaître... avant de se rendre compte que non, elle n'avait jamais croisé sa tête... « Qui êtes-vous ? » avait-elle demandé d'une voix faible en se redressant sur son lit.

La douleur de ses points la fit grimacer. Son moniteur se stoppa brièvement à cause de sa blessure, avant de reprendre sa course normale et régulière. Ça n'empêcha pas Neena d'adresser un regard farouche à son invité du jour, le détaillant toujours de sa mine fiévreuse et fatiguée : « Et qu'est-ce que vous foutez dans ma chambre ? » Lui lança-t-elle d'un timbre toujours épuisée mais bien plus ferme que tantôt. Car il n'y avait pas encore de traitement pour la mauvaise humeur et l'absence de patience, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Ven 10 Mar - 23:49



Holding on to You
Peter et Neena
Elle dormait dans son lit, la belle au bois dormant. Ne sachant pas son nom, c’était le seul qui me venait en tête. J’avais profité d’un instant pour me faufiler dans cette chambre, pour pouvoir échapper au foudre d’un homme médecin que j’avais quelque peu vexé dans un bar. Oh j’aurais pu sortir de l’hôpital en prenant mes jambes à mon cou, d’ailleurs, c’est probablement ce que j’aurai dû faire. Mais j’avais promis à un ami de passer, un ami qui venait de subir une opération et qui me disait, il avait besoin d’un peu d’amusement. J’étais alors devenu la seule personne capable d’éloigner son ennui.

Et j’étais en route, j’avais pris le couloir qu’il fallait, j’avais demandé mon chemin comme un grand, lancé mon sourire charmeur à quelques infirmières. Puis j’avais enfin trouvé la chambre de mon cher ami qui avait tant besoin d’être déridé. Alors j’en filais mon visage le plus souriant, lui lançant un joyeux « Hey ! » et commençait donc l’opération remonte moral. Je restais quelques heures à son chevet, lui lançant quelque blague. Lui me répliquant a quelques piques que je lui avais balancées sur le ton de l’humour. Je passais la journée avec lui, lui chassant son ennui et sa solitude du mieux que je pouvais. Je jouais avec lui aux cartes avec lui, bref, je ne passais pas mal de temps avec cet ami.

Puis je repartis, traversant les couloirs et c’est là que je la vis cet homme que j’avais appris à éviter soigneusement. À dire vrai, c’était une histoire des plus comique ou du moins, ça l’a été pour tout le bar ou nous nous étions, enfin ceux qui étaient aux alentours. Mais pour l’heure, nos regards se croisèrent un léger « Oups » sortis de ma bouche. Je tournais les talons pressant le pas. Alors que je pouvais l’entendre m’interpeller, je passais dans les couloirs en bousculant une personne et je m’excusais. Et, je vis cette porte ouverte, cette chambre où je pénétrais sans hésitation et sans vraiment savoir qui était de dans ou même si elle était éveillée. Je fermais la porte, me plaquais contre celle-ci, regardais un peu partout et vit cette jeune femme endormie. Je m’approchais de la belle au bois dormant, regardant son visage, prenant le temps d’observer le moindre trait. J’ouvris la bouche qui partait pour faire « Woww »pour exprimer la beauté de son visage, mais je me retournais disant avec une légère surprise « Oh des pommes !» et je prenais les quartiers de pomme allant m’installer tranquillement dans le fauteuil qui se trouvait juste à côté de la belle au bois dormant.

Je mangeais tranquillement les pommes, profitant pour allumer la télé qui se trouvait dans la chambre. Je m’installais confortablement quand soudain la belle commençait à ce réveil. Elle me demandait qui j’étais, moi se redressant difficilement. Je la regardais avec une pomme prête à être enfourné dans ma bouche. Je restais ainsi encore quelque seconde, lui laissant le temps de me demander ce que je faisais ici. Je remis la pomme dans le pot avec les autres lui répondant à ça dernière question. « Oh ! ben c’est-à-dire … J’ ai fait un peu de gringue une fois à une fille et son copain est médecin dans cet hôpital et que je n’ai pas très envie de me retrouver en face de lui.»Elle avait l’air de souffrir, je lui apportais un autre oreiller pour qu’elle puisse peut-être, être mieux installer « Un autre oreiller. » Puis je continuais mon explication pourquoi j’étais venu me réfugier dans sa chambre « Et comme votre porte était ouverte, me suis dit que c’était une bonne idée de venir ici. »

Je me réinstallais dans le fauteuil, reprenant ma dégustation. Mais en bon gentleman que je suis. Je lui proposais des pommes, en lui tendant le pot «Vous voulez des pommes ?» Tous en rajoutant « Où peut être que j’appelle une infirmière, car vous n’avez pas l’air de respirer la joie-là. »

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Sam 11 Mar - 12:59

Il y avait des faits, des rencontres, et des histoires assez improbables, qu'on estimait avec le recul comme peu ordinaire lorsqu'on les avait vécu. Sur le moment, Neena n'eut pas besoin de recul pour savoir que ce qu'il se passait dans cette chambre d'hopital n'était, pas définition, pas banal. Elle fronça un sourcil un peu surpris, bien que toujours bien fatiguée par ses blessures et les médicaments, la brune resta conscience et avisée en fixant l'homme d'un regard perçant. Et son histoire semblait tout droit venir d'un autre univers...

Monsieur avait contrarié un médecin en draguant sa copine, et il n'avait pas envie de se retrouver face à lui dans cet hopital, donc il se planquait dans la première chambre qu'il avait trouvé – la sienne. Neena ferma les yeux, se pinça l'arête du nez en tentant de ne pas s'énerver, en sachant pertinament que ça pourrait faire éclater ses points si elle se mettait à hurler tout de suite. Elle avait trop mal, et était de toute façon trop faible pour y parvenir.

« Oh mon dieu cette histoire est passionnante, heureusement que vous êtes venu me la raconter, je n'aurais pas pu vivre sans une journée de plus. » Commenta-t-elle d'une voix chargée d'ironie et de sarcasme avant de rouvrir les yeux et de le voir s'approcher. « Qu'est-ce que... » Elle ne manqua pas de sursauter à moitié, immédiatement sur ses gardes pendant qu'il venait lui apporter un second oreiller pour qu'elle soit mieux installée...

Alors ça, si elle s'y attendait. Pour le coup, l'agent d'Hydra se sentait même un peu honteuse de s'être montré si agressive envers lui. Elle ne connaissait pas son nom, mais il était gentil, et prenait soin de lui faire la conversation en veillant qu'elle ne souffle pas trop. Un rôle que Frank, lui, n'assumait même pas, nota-t-elle en elle-même avant de se raviser. Quand il lui proposa des pommes, le regard de Neena passa de lui à son plateau, avant de perdre finalement toute sa honte et toute sa culpabilité en une moitié de fraction de seconde :

« Non mais il est sérieux ? Il squatte et en plus il bouffe mes pommes ? » Demanda-t-elle à haute voix, comme pour réaliser que c'était la vérité. Elle était probablement tombée sur une sorte de parasite qui ne vivait que le jour même et se fichait du lendemain. Comment avait-il survécu toutes ces années en froissant tout le monde et en faisant n'importe quoi, c'était un mystère ! « Je rêve... » Soupira-t-elle longuement avant de porter la main à sa blessure qui la faisait tout de même souffrir.

Brièvement, son moniteur s'agita sensiblement, un pique plus haut qu'une autre alors qu'elle pressait son pansement pour tasser la douleur. Ça ne fut pas très convaincant, et l'homme en profita pour lui demander si elle voulait une infirmière. Relevant un regard assassin vers lui, Neena reprit la parole : « Tu as de la chance que je sois allitée sinon, crois moi, c'est toi qui aurais eu besoin d'une infirmière... » C'était une menace, oui. Et elle ne s'en cacha pas. Même dans un lit d'hopital, la brune pouvait être parfaitement farouche et terrifiante quand elle le voulait.

D'ailleurs, elle était bien aidée par ses cernes, son teint pâle, sa mine de lendemain de soirée trop arrosée. « Tu as besoin de te planquer encore combien de temps ? » Demanda-t-elle après un temps de silence. « Pas que ta présence me soit insupportable... » Rajouta-t-elle en se montrant à moitié désobligeante... Pas qu'à moitié en fait. « Mais je ne respire pas la joie comme tu as dit, et je sens que tu es le genre de personnes à retourner une pièce rien qu'en y rentrant. Et j'ai besoin d'ordre dans ma vie dans l'immédiat... »

Ah oui. Elle ne respirait clairement pas la joie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Dim 12 Mar - 13:13



Holding on to You
Peter et Neena
Il y a des jours où vous ne vous attendez pas à faire des rencontres, des jours où il y a d’étranges coïncidences. Et ce jour était un de ceux-là. Elle était là en train de me parler avec toute ironie que j’appréciais. En plus d’être belle, elle avait de l’esprit… Bon, je reconnaissais que la voir grimacer de douleur la rendait, un tout petit peu, moins jolie. Mais ses réflexions me sourire et quand elle me fit cette remarque ironique, je lui avais répondu avec un léger petit rire, alors que je reprenais place dans le fauteuil « Oh oui, j’en suis sûr. »

Et quand je lui proposais les quartiers de pomme, elle semblait outrée que je puisse les manger. Après tout, elle dormait, et les morceaux de pomme allaient commencer à brunir. Je les avais donc sauvés d’un cruel destin et d’un gâchis certain. Et en cela, j’en étais sur, puis après tout qui pourrait dire non à des pommes, c’est tellement bon. Je continuais à les mangers devant elle avec un petit sourire narquois alors que je lui disais simplement « Le temps que vous vous réveillez, elle n’aurait plus été bonne de toute manière. Ça aurait été du gâchis. » Je croquais dans une pomme, levant rapidement les sourcils, puis tendant le bol de pomme. « Vous être sur, elles sont bonnes. »

Elle me fit garder mon petit sourire, alors qu’elle me disait qu’elle m’aurait bien donné une trempe si elle n’avait pas été dans un tel état. Mais voilà, ce genre de menaces, j’y étais habitué, que ça soit avec Carol ou d’autres femmes. Je continuais à manger tranquillement les pommes « Alors heureusement pour moi que vous soyez mal en point. Au moins ainsi, je peux continuer à manger vos pommes.» Croquant dans le morceau avec force. J’aimais bien cette femme, elle avait l’air assez farouche et avec un caractère bien tremper qui n’aimait surement pas qu’on lui marche sur les pieds.

Elle continuait à râler sur ma présence dans sa chambre, me montrant qu’elle n’avait aucune envie de me voir ici, dans ce fauteuil à lui piquer sa nourriture. J’eus encore un petit rire en l’entendre dire que j’étais surement une personne qui retournait tout sur son passage. Je lui répliquais avec humour, « C’est possible oui. Mais au moins il y a des chances pour avoir que vous rigoliez un peu… Enfin si vous aimez rire des idioties d’un grand gamin comme moi. » Peut-être que mes frasques allaient lui changer les idées, elle pourrait ce moquer de moi, me lancer ses sarcasmes, rire à mes dépens, que demander de plus pour se changer les idées.

Mais en tout cas, elle n’avait vraiment pas l’air d’aller bien à voir ses grimaces. Il lui faudrait bien un médecin ou une infirmière. Alors je lui redemandais encore une fois si elle ne voulait pas une infirmière en jouait mon petit jeu habituel avec les jolies filles « Non-sérieux, vous ne voulez pas d’une infirmière, car je suis sûr que vous êtes bien plus jolie avec sourire.» J’anticipais sa réponse, car j’avais l’habitude que certaines femmes me rejettent, car je leur semblais un peu lourd comme gars. Et je dois dire que parfois, je ne pouvais leur donner tort. « Je sais si vous souriez à quelqu’un ce ne serait pas pour un trouble fait comme moi. Mais je suis sur ça vous irait très bien. »

Je ne disais plus rien pendant quelques secondes, je la regardais attendant une petite pique, si elle m’en sortait et j’en étais sûr qu’elle allait me lâcher une phrase bien sentie. Mais je lui reposais la question en ajoutant un peu d’humour « Alors vous voulez que j’appelle une infirmière ? Ou si vous voulez, je peux être vos infirmiers perso.»

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Dim 12 Mar - 15:07

Bon sang mais sur quoi était-elle tombée ? Même son regard plein de mauvaises humeurs et son ironie n'avaient pas réussi à le faire partir en courant ! Et pourtant, ça en avait fait fuir des dizaines. Peut-être n'était-elle pas assez terrifiante ! Ou peut-être n'avait-elle pas envie vraiment de le faire fuir. Sa présence ne l'incommodait pas, présentement, elle n'était pas gênée par sa discussion, encore moins par sa capacité à ironiser sur lui-même et à ne pas s'en faire si elle se montrait agressive. Ça avait un côté déroutant cependant, assez pour capter son attention et ne pas la faire se rendormir tout de suite.

Ça ne lui était jamais arrivé, ça. Alors forcément, Neena était un peu destabilisée, mais elle ne se laissait pas abattre pour autant. Même la fatigue n'aurait pas raison d'elle : elle aurait le dernier mot quoi qu'il arrive. « Non désolée, je n'ai pas d'humour. » Confia-t-elle d'une voix froide sans esquisser un sourire, sa mine sérieuse le contempla un long moment pour le détailler. « C'est pathologique, c'est pour ça que je suis ici d'ailleurs. Les médecins essaient de soigner ça. Tu vois la perfusion là ? » Fit-elle en la désignant. « C'est des blagues à Toto, pour voir si je réagis aux traitements. »

Et la réponse était non, évidemment. Elle ne rigolait pas aux blagues à Toto parce que c'était trop nulle comme blague. Elle se sentait d'ailleurs bien plus concernée par le fait qu'il était en train toujours de lui manger ses pommes et que ça ne le dérangeait absolument pas ! Dingue quoi, y'en avait qui était vraiment sans gêne dans ce monde... « On ne te nourrit pas chez toi pour que tu te sentes obligé de piquer dans le plateau d'une mourrante ? » Elle exagérait un peu, elle aussi...

Mais vraiment qu'un tout petit peu !

Car après tout, sans l'intervention de Cameron lors de la prise d'otage, sans tout ce bordel infâme, elle serait probablement morte à l'heure qu'il est. Et elle était passée très près ce soir-là, alors qu'elle n'était dehors que pour une soirée romantique. On pouvait la croire sur parole là-dessus : Il n'était plus question qu'elle fasse quoi que ce soit de romantique dans les cinquante prochaines années, surtout qu'à chaque fois, ça tournant en eau de boudin.

Il lui redemanda si elle avait besoin d'une infirmière et elle secoua la tête... avant de manquer de s'étouffer lorsqu'il lui proposa d'être son infirmier perso. Neena vira au rouge à cause de l'absence d'air, en plus de souffrir le martyr à chaque toux agressive venant secouer son abdomen... Elle allait le tuer. Elle en avait d'ailleurs les larmes aux yeux tellement elle avait mal sur le coup, et en même temps elle était gênée et avait très envie d'en rire. Sauf qu'elle garda son sérieux, un peu plus pâle que tantôt cependant.

« Ok, tu es le clown de l'hopital et on t'a volé ton costume c'est ça ? » Lui demanda-t-elle, essayant de vérifier sa théorie à ce sujet. Avec plus de sérieux, elle reprit : « Tu veux être mon infirmier ? » L'idée de le voir dans un costume de docteur n'était pas déplaisante, mais elle se refusait à l'admettre : « Tu es en train de me draguer lourdement ou je rêve ? » Enchaîna-t-elle pour déjà changer de sujet, et finir par mettre le clou de son spectacle : « Tu te rends compte que tu n'as aucune chance, pas vrai ? »

Aucune. Ouaip. Jamais de la vie elle ne se laisserait amadouer par un rigolo comme lui.
Ja-mais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Dim 12 Mar - 23:52



Holding on to You
Peter et Neena
Pas d’humour, personnellement, je trouvais qu’elle en avait, même si ce n’était pas vraiment le même. Mais à sa manière, elle avait un certain humour. Je l’aimais bien cette femme, elle était farouche, ne voulait pas qu’on l’approche ce qui était d’autant plus attirant. Après tout, nous voulions toujours ce que nous pouvions avoir. Elle avait tant de mépris dans sa voix que bizarrement, cela la rendait encore plus attirante… Même si je devais avouer que la voir faire ce genre de grimace de douleur, enlevais de sa beauté. Mais sa manière de me parler me fit sourire même rire quand je l’entendais parler de son manque d’humour que cela était une pathologie « Ben, vous voyez que vous avez de l’humour. » Je ris encore une fois alors que je l’entendais parler des blagues à Toto ce à quoi je répliquais avec un petit sourire « Puis les blagues à Toto, c’est un bon début. Ce n’est pas le meilleur ceci dit. »

Puis on revenait sur les pommes, elle s’offusquait encore du fait que je lui avais piqué ses pommes, je ne pus empêcher lâcher un « ouhhhhh, possessive avec ses pommes la demoiselle. » Je croquais vivement dans le dernier morceau de pommes qu’il y avait la regardant bien dans les yeux avec un air de défi de venir me prendre tout en rajoutant « Je t’ai proposé des pommes, mais tu n’as pas voulu. Pourtant, je suis partageur. » Je sentais que j’allais bien aimer ennuyer cette charmante jeune femme. Enfin charmant, physiquement, car pour le moment, elle n’avait pas l’air d’être vraiment bien disposée à être charmante avec la parole. Peut-être est-ce que j’allais être encore un souffre-douleur comme avec Carol. Où peut être pas… Qui sait.

En tout cas, je sais une chose quand j’allais raconter cette petite aventure à mes amis. Il allait surement bien rire quelle qu’elle soit la fin de cette petite rencontre. En attendant, elle était toujours là, avec cette voix qui me maudissait presque me faisant une réflexion comme quoi j’avais oublié mon costume de clown et puis quand je lui avais proposé d’être son infirmier, sa voix devenait plus sérieuse, moi, je restais là à l’écouter me dire que je n’avais aucune chance et que je la draguais lourdement…Ce qui était assez mon genre à vrai dire « Non. Sauf si tu veux que ça soit de la draguer. » Et à ce qu’il parait, il ne faut jamais dire jamais. Car après on le fait quand même. Alors si bien sûr, je n’avais jamais aucune chance avec elle cela voulait surement dire que j’avais malgré toute une petite chance. Même si elle était minuscule, il fallait la saisir, « Qui sait. Peut-être que j’ai plus de chance qu’on ne le croit tous les deux. » De toute manière, on a rien sans rien. Si on laisse tomber au bout de quelque râteau, je devrais arrêter d’essayer de draguer les filles et devenir moine « Puis je suis du type persévérant.»

Mais bon, plus je la regardais grimacer, plus je me disais quand même qu’il fallait appeler quelqu’un pour qu’il puisse l’examiner. On ne sait jamais. Après tout ça serait malheureux que je ne puisse même pas lui rembourser les quartiers de pomme que je lui avais piqués. Je me levais donc du fauteuil, lui faisant peut-être une fausse joie, car je pouvais imaginer qu’elle se réjouissait déjà de mon départ. « Non, mais vraiment, je vais appeler une infirmière. » Mais je ne comptais pas vraiment partir, juste aller chercher du personnel compétent. Arrivé près de la porte, je l’ouvris, passai l’encadrement, puis fit revenir ma tête tout en lui disant et regardant le numéro de sa chambre « Oh, tu ne bouges pas hein. Je reviens »

Je partis donc à la recherche d’une infirmière, lui disant que la fille du numéro 320 avait besoin d’un peu d’aide qu’elle fait quelque grimace de douleur et de ce fait, cela serait assez sympa d’aller là voir. Je ne revenais pas tout de suite, je pris un peu mon temps et quand je revenais dans la chambre, je posais sur la tablette un bol avec des quartiers de pomme tout en lui disant. « Tiens, je t’ai ramené ça. »

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Mer 15 Mar - 23:43

« Partageur avec les affaires des autres, c'est un nouveau concept que tu viens d'inventer ? » Demanda-t-elle alors qu'elle râlait et que lui se plaignait qu'elle râle. Tout un monde, à l'envers. Neena n'était pas trop sûre d'être assez en forme pour lutter contre un type plus têtu qu'elle aujourd'hui. Les médicaments jouaient beaucoup, et ses blessures ne l'aidaient pas à rester concentré exclusivement sur ça.

Finalement, elle était un peu faible, assez pour se laisser flirter avec l'humour. Si l'homme l'avait rencontré d'une autre manière, elle n'aurait clairement pas été la même. Sans doute n'aurait-il pas été, lui, aussi amusant et charmant à sa manière, et aussi provoquant dans ses mots. Elle avait conscience de sa répartie, mais avait trop prêté le flanc ces derniers temps à la vie pour assumer en l'état. Elle essayait pourtant. Sans savoir pourquoi, cet homme lui donnait envie de rester consciente.

« Si je veux que quoi ? » Demanda-t-elle, un brin interloqué sur le moment, sur le point de s'étouffer à nouveau à cause de ses bêtises. C'était bête, mais elle était trop épuisée pour avoir le contrôle d'elle-même. Plus sensible à la surprise, à l'étonnement, à la colère, à ses sentiments, Neena se mit à rougir de plus belle devant les propos de l'homme, et mit un temps fou à se reprendre. Mais elle y parvint, difficilement, détournant même les yeux.

En avait-elle envie ? Elle n'était pas sûre d'avoir envie de répondre. C'était flatteur de croire qu'on pouvait la trouver jolie dans son état, alors qu'elle se sentait vraiment comme la dernière des merdes depuis qu'elle était à l'hopital. Neena déprimait-elle ? Oui. Carrément. Elle avait l'impression d'avoir failli à sa tâche, et l'exprimait par l'évitement, l'agacement, l'impassibilité, l'irritabilité... Il lui fallait au moins ça pour y survivre de toute façon...

« De la chance ? Parce que tu crois que c'est de chance dont tu as besoin ? » Répliqua-t-elle avec un brin de malice dans le regard et un faux sourire ironique. Surtout lorsqu'il s'annonça comme persévérant. Neena eut même un rire, amusé pour de vrai. Zut. Elle se stoppa bien vite, pinçant les lèvres comme une enfant prise sur le fait en train de faire une bêtise. Elle avait ri à ses blagues. « Tu aimes les défis ? » Fit-elle.

Un peu vivement, trop pour que ça soit anodin, elle le savait. « Je te défie d'y arriver. » Fit-elle avec une lueur malicieuse dans les yeux, qu'on aurait su dire bonne ou mauvaise. Puisque tout semblait être un jeu avec cet homme, elle voulait aussi jouer. « Et comme tu n'y arriveras pas, je suis sûre de gagner. » Lança-t-elle avec une pointe de fierté mal placée pour le coup. Elle n'était sûre de rien dans les faits, mais elle croyait sincèrement que ça irait pour elle.

Il lui signifia aller chercher une infirmière, et Neena n'eut pas le temps de l'en empêcher. Il revint brièvement pour lui demander de ne pas bouger, la brune secoua la tête comme s'il disait une débilité : « Et ou tu veux que j'aille dans mon état ! » Soupirant alors qu'il s'esquivait de la chambre finalement, elle ne put s'empêcher de secouer la tête et de sourire brièvement à tout ça. S'enfonçant un peu dans son coussin, ses yeux se redressèrent sur le plafond.

Cet homme était... Un sacré numéro. Elle n'était pas sûre de savoir quoi en penser pour le coup, mais ça n'était pas si déplaisant en soi. Une infirmière passa, mais Neena s'inquiéta qu'elle soit la seule à venir lui rendre visite. Comme si son intrus du jour avait pris la poudre d'escampette. Le temps de vérifier la blessure et de donner de la morphine, la brune se retrouva à nouveau seule, et un peu déçue en fin de compte.

Elle ne pouvait pas bouger. Lui par contre était probablement parti pour se planquer dans une autre chambre... A quoi s'attendait-elle d'autres ? Les lèvres toujours pincées, elle sursauta lorsqu'elle entendit le bruit d'un objet qui cogne contre une surface. Trop absorbée par ses pensées et sa pointe de déception, elle croisa rapidement le regard dde l'inconnu, revenue pour lui donner des pommes. « Merci. » Lâcha-t-elle, un peu comme si ce mot lui brûlait la langue...

Et elle le regarda un moment, avant de lui demander en essayant d'avoir l'air confiante : « Et tu as un nom, ou quand je porterais plainte contre toi et tes blagues lourdes, je devrais t'appeller « l'autre là » ? » Toujours aussi agréable !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Sam 18 Mar - 13:19



Holding on to You
Peter et Neena
Un défi, cette fille me plaît bien. Même dans son état, elle ne se laissait pas faire, elle avait un aspect farouche que j’appréciais. Même si j’avais remarqué les rougeurs qui avaient pointé le bout de leur nez, j’avais pu entendre son rire ce qui m’avait tiré un sourire.
Je ne m’étais quand même pas rendu compte que cette journée allait être plus intéressante que prévu, qu’une simple petite visite à un ami allait m’amener à cette rencontre impromptue. Mais elle était plutôt agréable, l’air e défie dans son regard, cet air farouche, ce côté froid qu’elle avait. Cela ne manquait pas de charme.Elle me m’était au défi de la séduire, j’avais penché légèrement la tête avec un petit sourire lui répliquant simplement « Tu en es sûre ? Ah tes risques et périls. Si ça tombe, je te ferai encore rougir. » Cela devenait de plus en plus intéressant et je savais que je n’étais pas le genre d’homme que les femmes pouvaient apprécier au premier abord. Mais si elle me m’était aux défis de la séduire, alors qui ne perds rien n’a rien. Je la regardais avec un air de défis, comme si elle avait dit des mots qu’elle allait sans doute regrette plus tard, lui parlant encore une fois, sur un ton un peu plus provocateur. « Je peux être très charmant quand je veux. »

Pour finir, j’étais quand même allé chercher une infirmière, car elle n’avait pas l’air d’être dans son assiette. On pouvait lire la souffrance due à ses blessures, que ça soit dans son rire ou quand elle parlait. J’avais même pris le temps de rentrer dans une autre chambre, et de prendre les pommes d’un vieil homme qui dormait à point fermer. Les pommes n’allaient pas lui manquer, après tout. Je revenais dans la chambre de la belle malade, elle était dans ses pensées et ma présence ne se fit même pas remarquer, jusqu’à ce que je pose du pot sur la tablette. Elle me remercia, pour cette petite offrant, je repris là ma place dans le fauteuil, tout en lui disant « De rien, le vieux monsieur de la chambre 316 n’en avait pas vraiment besoin. » Elle me regarda, je la regardais également lui lançant un petit sourire. Elle me demandait comment je m’appelle ou s’il devait continuer à m’appelle l’autre. J’eus un petit rire lui disant « Je préfère piqueur de pommes que l’autre-là. »

Mais c’est vrai que cela était plus pratique qu’elle sache comment je m’appelais. Après tout, elle m’avait lancé un défi, et j’avais décidé de le relever. Donc autant qu’elle sache qui allait lui courir après pour savoir sur qui passer ses nerfs « Peter. Mais si tu veux, tu peux continuer à m’appeler l’autre. » Mais si je devais lui faire du charme, venir avec des fleurs, lui proposer une dance, il vaudrait mieux que je sache son nom également. Pas que cela me déplaisait de lui donner des surnoms, j’aurais pu en trouver des milliers peut être qu’il aurait même rougi comme tout à l’heure. Mais je préférais connaître son nom « Et cette mine renfrognée à un nom. Vaudrait mieux que je le sache parce que ça ne le ferait pas vraiment si je demande la jolie fille blessé… »

Faut avouer que si je venais à l’hôpital et que je demandais après la jolie fille de la chambre 320 cela ferait plus que louche. On me prendrait surement pour un pervers, voire même un harceleur…Bon surement que je me ferai passer pour un harceleur, mais ça, ce n’est pas de ma faute, c’est elle qui m’avait lancé ces défis. « On risque de me prendre pour un pervers après et un harceleur. » Mais si elle le voulait, je pourrais continuer à l’appel par des petits sur nom. « Sinon je peux continuer à t’appelles par des petits surnoms.»
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Sam 18 Mar - 13:58

Elle aurait pu rougir à nouveau, mais Neena se contenta d'un froncement appuyé. Ça n'était qu'un moment de faiblesse qui ne se reproduirait plus, se promit-elle silencieusement en fixant l'inconnu d'un œil transperçant. « Je n'en doute pas. » Se moqua-t-elle alors qu'il appuyait l'idée qu'il pourrait être charmant quand il le voulait. Être charmant était une chose, mais avec elle, il fallait donner beaucoup pour que ça soit vraiment pertinant. Elle ne se laissait pas avoir si facilement. Il avait fallu des semaines pour qu'elle se mette avec tous ses compagnons, tous ceux qui avaient partagé sa vie. L'amour ne venait qu'après plusieurs mois pour sa part. Toujours au dernier moment, pas assez tôt pour sauver les meubles.

Et à son retour Neena secoua la tête en soupirant, alors qu'il lui expliquait avoir pris les pommes dans une chambre d'un vieux monsieur. Rien ne l'arrêtait visiblement... Rien du tout. Le genre à piquer des bonbons à un enfant s'il en avait eu envie. Au fond, peut-être avait-il seulement cinq ans dans sa tête, ça ne serait pas si étonnant. « Neena. » Répondit-elle à Peter alors qu'il venait de lui fournir l'autorisation de l'appeler comme elle voulait, en précisant : « Et avise-toi de me donner un surnom. Je me rétablierais plus vite que prévu pour te briser tous les os du corps. Tu en as 208, j'ai de la marge. »

Elle lui offrit d'ailleurs son plus beau sourire, ce qui pourrait laisser entendre que sa menace n'était qu'une blague. Mais c'était le genre de risette qui en disait pourtant long sur ce qu'elle ferait vraiment. Elle était tout à fait capable de lui casser tous les os du corps humain pour une si petite offense. Elle l'avait déjà fait pour moins que ça.

________________________________

Peter était parti au bout de quelques heures de sa chambre. Jusqu'en début de soirée, il était resté à lui parler et à tenter de la faire rigoler en lui racontant des blagues. Neena s'était retenue comme elle avait pu, le suppliant d'arrêter ses bêtises car elle risquait de faire sauter ses points sinon. Ils s'étaient calmés tous les deux, et l'homme l'avait laissé alors qu'elle commençait à somnoler à cause des médicaments et des anti-douleurs qu'on lui infligeait. Il fallait dire qu'à la sortie de la prise d'otage, la brune avait presque fini en kit.

Et durant les jours suivants, elle ne l'avait pas revu. Ils n'avaient pas vraiment des habitudes alors elle n'avait rien dit de particuliers. Juste que ça lui avait fait bizarre d'être seule, et ses journées avaient semblé tout de suite bien plus longues. Il ne lui devait rien, elle non plus, alors elle avait pris cette rencontre pour ce qu'elle semblait être : une entrevue anodine dans son champ de vie. Et puis au moins elle avait pu se reposer correctement, au point où l'une des infirmières était venue la voir pour lui proposer de sortir si elle le désirait. Pas de quitter l'hopital puisque sa plus grosse blessure devait encore être surveillé une petite semaine, et son trauma crânien également, mais faire un tour dehors ne lui ferait pas de mal.

La petite rousse était venue lui amener un fauteuil roulant mais la brune avait refusé cette aide. Malgré les recommandations de celle qui prenait soin d'elle, Neena avait fait la forte d'être. Ses infusions accrochées à une longue barre sur roulettes, celle-ci se tenait à ça pour avancer d'un pas lent. Une main posée sur sa plaie et son pansement qui lui faisait toujours mal, elle remonta le long couloir qui lui semblait interminable. Blottit dans sa polaire, les cheveux tombant en cascade sur ses épaules et dans son dos, la mine toujours fatiguée, Neena s'approcha de l'ascenseur qu'elle appela. Elle se sentait toujours faible mais elle éprouvait une certaine amélioration.

Et quand les portes s'ouvrirent, elle tomba nez à nez avec... « Peter ? » Lâcha-t-elle sous la surprise avant de se reprendre : « Tu viens rendre visite à ton ami pour lui voler ses pommes ? » Lui demanda-t-elle avec une moue taquine sur le visage en s'écartant pour le laisser sortir de l'ascenseur s'il le désirait. Elle, y rentra et appuya déjà sur le bouton du rez-de-chaussée. « Je suis une fugitive, je m'échappe de cet hopital... A la prochaine ! » Plaisanta-t-elle pourtant avec un masque de sérieux implacable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Sam 18 Mar - 22:24



Holding on to You
Peter et Neena
Je souriais si à la jeune femme qui était en face de moi, appréciait l’échange qui était en train de se produire. Je sentais qu’entre nous, cela allait être intéressant, que j’allais sans doute parfois le regrette, demandant à Carol ou encore Lorenzo ce qui m’avait bien pris pour courir après cette jeune femme tout en rajoutant que j’avais le chic pour trouver celle qui pourrait me mettre une rouste e levant leur petit doigt. Mais je n’étais pas homme à abandonner au premier obstacle, j’étais plutôt le genre têtu, quand il voulait quelques choses, il faisait tout pour l’avoir. Et Neena m’avait mis aux défis de l’avoir.

Je ne savais nullement où tout ceci pourrait nous mener, mais je ne pouvais pas reculer, maintenant que je lui avais dit à demi-mot qu’elle pourrait tomber sous mon charme. J’avais rire à cette réflexion sur le fait de lui donner un petit nom, et j’étais resté pour continuer à parler avec elle. La raison, je la trouvais sympathique, alors pourquoi aurais-je à me priver d’un bon moment avec Neena. J’avais raconté comme à mon habitude diverse connerie, auquel elle avait essayé de résister et au bout de quelques heures, j’étais parti pour la laisser se reposer tout en lui promettant que je reviendrai.

Malheureusement, je n’avais pas su revenir le lendemain, beaucoup trop de boulot, ni le jour d’après et ainsi que d’autres jours. Nous avions dû nous réorganiser avec cette infection, revoir certain choses et cela m’avait donc pris plus de temps que prévu. Je n’avais donc pas vu Neena depuis quelques jours. Mais quand j’eus un peu de temps pour la voir, je l’avais pris, prenant la direction de l hôpital. J’eus à peine le temps de sortir de l’ascenseur que j’entendis mon nom et je vis Neena en chaise roulante et me demandant si j’étais venu piquer de pommes. Je lui répondis dans un sourire charmeur « Et si c’était toi que je venais voir. » Elle semblait d’assez bonne humeur ce qui me laissait le sourire au visage, elle rentra dans l’ascenseur, me disant qu’elle était une fugitive. Alors que moi, j’en sortais, et en d’un geste vif, je rentrai à nouveau dans la boite en métal tout en lui lançant « Et ! Et ! Tu ne crois pas que je vais te laisser partir à l’aventure seule, hein. »

Ça, il était hors de question, j’étais venu pour elle, pour lui raconter encore des blagues à la con et me montre sous mon jour… Du moins essayer. Je rentrais dans son jeu lui demandant où elle voulait fuguer comme ça « Alors quelle est ta destination mademoiselle la fugitive? » Si elle le voulait, je pourrais même la faire sortir en ville, même si avec sa perf cela ne serait pas des plus facile. Je me disais que peut être la prochaine fois, je viendrai avec es fusil à eau, ainsi, elle pourrait s’amuser quand je n’étais là et ennuyer les infirmières. Mais pour l’heure, je comptais plutôt lui faire manger autre chose que ce qu’il servait dans les plateaux-repas de cet hôpital.« Je t’invite à manger. Non parce que la bouffe de l’hôpital ce n’est pas ce qu’il y a de plus bon et faut en profiteur maintenant que tu peux faire un petit tour. » J’y avais déjà goûté et la nourriture n’avait rien de savoureux ici. Bon, ceci dit, on ne pouvait pas non plus dire que ce que j’avais en tête était des plus diététique. Mais pas grave, cela la changera de ses plats infects qu’on lui servait depuis quelque temps.

Alors quand l’ascenseur arrivait au rez-de-chaussée, je me plaçais derrière elles poussant sa chaise roulante m’abaissant suffisamment pour lui dire à l’oreille « Et après j’irai piquer une chaise roulante et on ira faire une course. Si tu te crois capable de me battre. » Cela avait été dit sur un petit ton de défis.
Pour finir, je l’emmenais dehors, la conduisais près des food truck qu’il y avait non loin, prêt à lui offrir ce qu’elle voulait. Et il y avait du choix passant au hot dog et hamburger à des Chinois et Thai. Je lui demandais donc ce qu’elle préférait. « Alors, tacos ? Pitta ? Hamburger ? Ou alors Hot dogs ? »


Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Dim 19 Mar - 13:20

Revoir Peter était à la fois une surprise et une sorte de satisfaction. Neena ne pouvait cacher son contentement sur le moment, gardant un sourire taquin sur les lèvres en le regardant avec un air malicieux. Elle allait vraiment mieux et ça se sentait. Et même si ça n'était pas la grande forme pour l'instant et qu'elle n'allait pas reprendre l'entraînement dans l'immédiat, elle savait qu'elle remontait la pente. Peter pourrait voir la différence avec la précédente entrevue et la conversation de plusieurs heures qu'ils avaient eu. Elle était bien là. Digne d'elle, donc tout allait bien.

« Venir me voir ? Comme si tu avais le temps pour ça et que tu n'avais pas plus intéressant à faire... » Le taquina-t-elle en lui tirant la langue. Comme pour lui faire remarqué qu'elle aurait pu l'attendre depuis la dernière fois. Mais elle garda bien de le lui signifier clairement, il le comprendrait probablement ainsi de toute façon. « Tu es un homme occupé ! » Rajouta-t-elle alors qu'elle rentrait dans l'ascenseur en pensant le laisser sur le palier.

Mais il la retrouva rapidement à nouveau à ses côtés, confirmant qu'il était venu pour la voir elle. Neena ne put s'empêcher de froncer un sourcil, sans faire de commentaires pour autant. Elle était juste contente pour le coup. « L'extérieur, là où on respire du vrai air ! » Lui répondit-elle alors qu'il lui demandait où ils devaient se rendre. Elle n'avait pas d'idée plus précise que celle-ci. Lui en aurait forcément une, c'était le genre à avoir l'esprit en ébulition pour pas grand chose.

Le fait de partager un repas plus goutu que les plats de l'hopital lui arracha un autre sourire qu'elle ne perdit pas facilement. Encore plus de faire une course de fauteuil roulant. « Tu es prêt à perdre du coup ? » Lui demanda-t-elle sur le même ton, tournant les yeux vers lui pour capter son regard. Ils n'avaient jamais été aussi proche jusqu'ici. Et c'était même pas si bizarre ou dérangeant. Ça semblait même assez naturel, comme un jeu dans lequel ils mettaient les pieds tous les deux.

Et dans le genre, Neena pouvait être comme un chat. Un coup oui, un coup non, à y passer des heures avant de mordiller ou de bouder en montrant son dos. Ce pauvre Peter allait en voir de toutes les couleurs, et ça la ravissait déjà. Et quand ils arrivèrent devant le foodtruck, la brune ne sut trop quoi choisir. « Un hot dog ! » Fit-elle. « Par contre faudra que tu m'aides à finir, l'appêtit est pas exactement comme avant. » Vrai que son estomac avait été mis à rude épreuve avec tout ça...

Mais elle rêvait d'un hot dog. Avec une bière et un match de catch ou de baseball, dans un stade plein à craquer. Un peu garçon manqué comme envie, mais Neena était du genre nature peinture. Sauf que dans son état, pas moyen d'aller nul part, et sa perfusion ne serait pas très arrangeante avec l'alcool. En espérant que ça se passe mieux pour le hot dog, ça serait bête de finir une semaine de plus à l'hopital pour un problème quelconque. Relevant le nez vers Peter, elle le regarda un moment avec un sourire amusé.

« Ton ami va mieux ? » Demanda-t-elle par politesse alors qu'ils recevaient leur commande et prenait la direction des bancs en face de l'entrée de l'hopital pour s'y installer. Neena n'aurait pas à quitter sa chaise, cependant ça serait plus plaisant pour Peter de pouvoir s'asseoir pour manger un morceau. « Et tu n'as pas peur de croiser ton médecin ? Finis de fuir ? » Le taquina-t-elle avec un sourire amusé. « Je pensais pas que tu repasserais me voir. Mais c'est cool que tu sois là, je commençais à m'ennuyer. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Lun 20 Mar - 20:39



Holding on to You
Peter et Neena
Quelque chose de plus intéressant, non pas vraiment, si ce n’est resté devant ma télé ou alors jouer à des jeux vides. Je préfère nettement venir, la voir et lui parler que de rester dans mon coin à ne rien faire de vraiment important. Mais en tout cas, j’étais ravi de la voir d’humeur taquine, cela changeait de ce visage où l’on pouvait voir la souffrance que ses blessures lui causaient. Ici, elle souriait, d’un sourire qui me forçait à lui rendre, j’aimais aussi cette petite lueur de malice dans son regard, cette femme était vraiment belle. Je ne pouvais m’empêcher de la regarde, alors qu’elle me parlait sur un ton taquin et que je lui répondis avec un léger sourire et sur le même ton taquin que le sien « Plus intéressant que toi non. » Sa phrase n’était pas non plus dénuée de sens, et je le sentais bien. Je continuais à lui répondre toujours le même ton qu’elle « Pour venir te voir jamais.»

C’était vraiment une tout autre femme que j’avais devant moi, là où j’avais dû affronter une Neena tiraillé par la douleur. Maintenant, j’avais en face de moi une jeune femme, souriante et bien dynamique pour le coup. Ceci, je pouvais comprendre, car rester dans un lit n’était pas pour vous rendre d’humeur joyeuse bien au contraire, cela aurait le don de me déprimer. Elle semblait même partante pour cette fameuse petite course de chaise roulante. Elle souriait de plus belle à chaque instant, un sourire qui lui allait très bien, mais cela, je me gardais bien de le lui dire, ou du moins pas toute de suite. Pour l’instant, je préférais suivre notre conversation tranquillement. Elle me répondait, me regardant dans les yeux, je ne détachais pas mon regard du sien lui répondant tranquillement « Si je perds, tu peux me demander n’importe quoi. Mais si tu perds, je peux te demander tout ce que je veux. » Et je comptais bien gagner cette petite course. Je n’étais pas homme à me laisser battre si facilement et puis une course est une course, même si elle était blessée, je ne lui ferais pas de fleur… Même si elle continue à me faire ces jolis sourires qui malgré tout ne présagent rien de bon…enfin pour moi.

J’étais sûr que je m’embarquais dans une histoire dont j’allais m’arracher les cheveux et que la belle ici présente allait me faire tourner en bourrique avec un malin plaisir. Pendant un instant, je me disais que peut être que j’avais été un peu idiot d’accepter le défi de l’autre jour… Mais être idiot est une de mes spécialités donc il n’y avait rien de bien étonnant. Nous étions au foodtruck, elle voulait un hot-dog, je commandais donc deux hots dog. Elle me disait qu’elle aurait besoin d’aide pour le finir « Très bien, je t’aiderai. Mais c’est pour bien parce que j’adore les hot-dogs. »

Par la suite, on se dirigeait vers un endroit ou on pouvait s’asseoir pour commencer à manger et ce fut elle qui commença la conversation me demandant comment allait mon ami. C’était une question banale, le type de question qu’on lance quand on entame une conversation, pour un peu déridé la personne avec qui on était parlé un peu plus naturellement avec l’autre par la suite… Je lui répondis avant de mordre un coup dans le hot dog « Il va bien, il est sorti de l’hôpital hier. Maintenant, il a plus qu’à reste tranquillement chez lui dans son lit à regarder la télé. » D’ailleurs, je devrais aller le voir, pour jouer avec lui, et avec une bonne bière bien sûr. Ou encore, regarder le foot à la télé. Puis elle me taquina sur le fameux médecin, j’eus un petit rire lui répondant « Si c’est pour venir te voir, je veux bien prendre le risque de venir me faire frapper, par ce médecin. »

Elle m’avoua qu’elle n’avait pas cru que je reviendrais et qu’elle commençait à s’ennuyer. Je la regardais avec un petit sourire lui disant sur un ton amuser « Alors, je me ferai un plaisir de chasser ton ennui. » Mais ce qui m’étonnait, c’était le fait qu’elle n’avait pas cru que je reviendrais. Alors que pourtant, je lui avais dit que j’étais quelqu’un de persévérant. De ce fait-là, je ne comptais pas la laisser m’échapper ainsi bien au contraire. Par contre, j’étais content qu’elle puisse sortir un peu. Je la regardais dans les yeux lui disant avec un ton qui semblait un peu plus sérieux « Je te l’ai dit pourtant, je suis quelqu’un de persévérant. Mais encore heureux que tu puisses sortir un peu. Ça m’évite ainsi d’aller piquer d’autres pommes à de vieux messieurs. » Mais ce ton fut vite rattrapé par cette plaisanterie. Parce que bon au bout d’un moment même des vols de quartier de pomme ne passeraient pas inaperçues. J’aurai surement été interdit l’étage. Je lui disais donc avec humour, ou du moins, je l’espérais« Je suis sûr qu’au bout d’un moment ce n’aurait plus été ce fameux médecin mon problème, mais les petits vieux avec leur canne. »

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Jeu 23 Mar - 15:40

Un défi ? Neena releva les yeux Peter alors qu'il lui proposait de mettre un peu de piment dans leur future course de fauteuil. Si l'un ou l'autre gagnait, il avait le droit d'exiger quelque chose de son adversaire. Et pour le coup, même si Neena ne savait pas trop ce qu'elle pourrait demander à l'homme, elle avait plutôt très envie de remporter la bataille. De toute façon, même par principe, elle aimait juste gagner. C'était plaisant ! « Ok, deal. » Lui répondit-elle avec un air de défi dans les yeux, loin de se démonter. D'autres auraient eu peur à sa place mais... Pas elle.

Elle remarqua cependant à quel point il était tout miel aujourd'hui, et ne dit rien sur le moment. Les premières phrases furent étonnantes, et un peu désarçonnantes pour une femme comme Neena qui avait tendance à se montrer brute de décofrage lorsqu'elle s'y mettait. Jackson pouvait en témoigner à ce sujet. Néanmoins, elle ne trouva rien à redire sur le moment, trop occupée à se laisser surprendre. Ce ne fut que lorsqu'ils se retrouvèrent tous deux sur un banc pour lui et sur son fauteuil pour elle qu'elle roula déliberemment des yeux pour la énième fois :

« Tu peux arrêter avec tes phrases de loveur, Peter. Je ne me ferais pas embobinée par une technique si simple. » Fit-elle.

Voilà qu'elle lui donnait des conseils pour réussir à la séduire, comme quoi la gentillesse ne marchait pas du tout avec elle. Pas qu'elle détestait ça mais quand on cherchait à la draguer, il valait mieux montrer qu'on avait du caractère plutôt que de faire le dos rond et de lui dire les jolies choses. Elle vivait dans un monde trop sombre pour accepter ce qui était beau. En fait... Elle n'en avait juste pas l'habitude. Peut-être était-ce un mal, mais Neena n'en avait pas l'impression. Elle avait trop vu du vicieux dans la beauté qu'elle préférait s'en défaire.

C'était aussi là que le bât blessait pour sa part. Son incapacité à faire confiance. Sauf que lorsqu'on vivait dans les vêtements de cette femme, c'était plus anormal de croire que de se méfier. Il fallait juste s'y faire. En attendant, elle éclata de rire en imaginant Peter poursuivit par une armée de papis souhaitant récupérer leurs pommes : « Tu cours plus vite qu'eux, tu pourras fuir ! » Lui répondit-elle pour le rassurer. « Je sors la semaine prochaine définitivement, donc tu n'auras pas à trop voler, ne t'en fais pas. » Enchaîna-t-elle.

Difficile de savoir si en dehors des murs de cet hopital, ils allaient finir par se revoir. Vu qu'ils n'avaient aucun moyen de se joindre ou de se retrouver, à part un prénom, Neena ne savait pas où ça pourrait mener tout ça. Mais elle préféra ne pas s'attarder sur ce doute : le but était de profiter de la présence de l'autre sans se prendre la tête. Une relation qui ne la faisait que sourire, c'était ce qu'elle voulait. Vraiment ! Ça changeait de tous ces regards sérieux qu'elle croisait au travail, et des horreurs qu'elle avait pu vivre ces derniers mois.

« Bon, va chercher ton fauteuil ! » Exigea-t-elle fermement en lançant un regard défiant à l'homme. Il allait devoir faire vite parce que... « J'ai trop hate de gagner ! » Elle rigola et lui tira la langue, décroisant même ses jambes pour mettre les mains sur ses roues et avancer convenablement jusqu'à l'entrée. Ils y parvinrent rapidement, après que Peter ait fini les deux hot dogs quasiment tout seul. Neena lui désigna un fauteuil laissé à l'abandon, et lui souffla : « Je fais le guet pour que tu ailles le chercher... » Comme s'ils étaient tous les deux en mission spéciales pour dérober un trésor inestimable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Lun 17 Avr - 20:07



Holding on to You
Peter et Neena
Décidément, cette femme n’était pas une de celle qui aimait les phrases dignes d’un dragueur. Car bon avouez, j’ai mis quand même le paquet, et bien souvent, je suis bien plus boulet que ça. Mais ce n’était nullement pour me déplaire, j’aimais son caractère, fort et qui donnait cette impression d’indépendance. Oui, j’aimais beaucoup Neena, même si je ne la connaissais pas vraiment. Mais bon, puisque la demoiselle en avait marre de mes gentilles paroles, nous allions arrêter ou du moins, j’allais arrêter d’en faire aussi souvent. Puis de toute manière, c’est vrai qu’au bout d’un moment ça peut devenir assez lourd, alors autant qu’elle me dise maintenant qu’elle en avait marre.

Donc voilà, on mangeait alors tranquillement nos hot dog, continuant cette conversation sur le ton de l’humour. Car l’humour, ça me connaît, certes parfois, il n’était pas des plus fin parfois, il était même lourd. Carol pouvait en témoigner. En fin bref, Neena me disait que je courais plus vite que les petits vieux, mais il ne faut pas les sous-estimer, plus ça vieillis plus ça devient vicieux et fourbes. Je suis sûr qu’ils m’auraient réservé quelque surprise et que je ne m’en saurais pas sortie indemne d’une bagarre avec de vieux croulants. Je lui répondais toujours sur le ton de l’humour, lui faisant part de cette réflexion « Ah faut pas sous-estimer les petits vieux. Ils sont parfois très fourbes. » Et puis la grande nouvelle Neena allait bientôt pouvoir sortir, elle n’aurait plus à regarder le plafond toute la journée, ou encore regarder la télé en essayant de s’intéresser aux émissions qui étaient diffusé. Enfin, sauf si elle aimait cela, mais je ne la voyais pas vraiment être une adepte d’émission télé ou des candidats essayait de gagner une nouvelle voiture. Je la voyais plus film d’action, qui ne se prends pas la tête et/ou il n’y avait pas trop de « Je t’aime moi non plus » Je mordais dans mon hot dog, lui répondait encore une fois « Oh. Alors bientôt la liberté. Tu vas pouvoir gambader selon ton bon vouloir »

Puis les choses s’accéléraient, la jeune femme semblait impatiente de faire cette petite course que je lui avais proposée et surtout un peu trop impatiente de me faire mordre la poussière. Je regrettais donc un peu, ma proposition, j’aurais dû lui proposer un ping-pong, c’était moins dangereux… Où peut être pas avec elle. « Madame est pressée de perdre à ce que je vois. » Après tout sous ce beau sourire, je suis sûr qu’il se cachait une femme de plus coriace et qui ferait peur à n’importe qui. Mais soi, l’heure était à la course et pour cela, je devais piquer une chaise roulante.

Alors, on rentrait à nouveau dans l’hôpital et je pris la première chaise qui me tombait sous la main, tout en criant à Neena « Go, go, go. » Pendant ce temps, on pouvait entendre un médecin derrière nous, ou bien le patient à qui appartenait la chaise criée derrière nous. Je poussais les roues avec force, tant pis si une personne était dans le passage, même tout le monde devait s’écarter pour nous laisser passer. Mais voilà quand je disais que les petits vieux étaient fourbes, un venait de se mettre juste devant moi et ne voulait pas bouger…Ou alors il bougeait aux ralentis ce qui était plus probable, car honnêtement qui resterait sur la route d’une chaise roulante lancée à pleins gaz. Mais j’ai dû quand même m’arrêter pour éviter une collision de plus dramatique. De ce fait Neena passait devant moi, alors que j’attendais que le vieux monsieur passe.
C’est donc à cause d’un petit vieux monsieur que je devais pousser encore plus fort sur les roues pour rattraper Neena, alors qu’on entendait déjà des hommes de la sécurité nous courir après et impossible de tourner, je n’avais pas le coup de main pour cela. Je n’avais pas d’autre choix que de libérer mon siège, courir sur mes deux jambes et rattraper Neena pour la pousser le plus vite possible afin qu’on nous rattraper pas. « Bon ok, tu as gagné. Mais simplement parce qu’un petit vieux m’a gêné. Fuyons avant qu’ils nous rattrapent.» Oui, car à coup sûr, moi, on m’allait m’éjecter de l’hôpital, me disant que je n’avais surement pas le droit de revenir dans ici avant un petit moment. Mais je voulais à tout pris ma revanche et pendant qu’on fuyait je lui «Je veux ma revanche. Mais sur un autre terrain. »


Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Ven 21 Avr - 14:30

La course était lancée, et Neena fit tous les efforts du monde pour garder son avance. Jusqu'ici, Peter et elle étaient aux coudes à coudes dans cette course folle de fauteuil roulant, motivés tous deux par l'idée de ne pas se faire rattraper par le personnel hospitalier après le vol honteux de Peter. La brune avait un peu de mal à rester concentrée et à ne pas rigoler à en avoir mal aux côtes... et à la cicatrice. Mais ce type ne brillait peut-être pas par son intelligence, par contre, il était de loin la personne la plus originale qu'elle avait eu la chance de rencontrer dans sa vie !

Et c'était une véritable bouffée d'air frais. Elle n'aurait pas pu le dire en ces termes, trop pudique sur ses sentiments et impressions, mais elle le pensait. Elle s'amusait. Pour une fois dans sa vie, Neena était une gamine incorrigible et casse-pied, qui faisait beaucoup de bruits. Levant les bras en signe de victoire, elle n'eut pas le temps de célébrer sa réussite que Peter revint l'attraper dans son fauteuil pour le pousser au pas de course. Délaissant sa propre chaise à côté, récupérer par le vigil, il lui somma de prendre la fuite avec lui pour éviter les ennuis !

De toute façon, Neena n'eut pas vraiment voix au chapitre : C'était lui qui avait les commandes. Elle laissa ses roues pour le laisser mener sa barque jusqu'à plus loin, près d'un parc à côté de l'hopital où ils s'arrêtèrent tous deux. Peter s'effondra à moitié sur un banc, essouflé par la suite, et la brune le regarda un brin moqueuse d'avoir perdu à la fois la compétition et sa chaise. Lui qui faisait le malin jusqu'ici trouvait désormais des excuses à sa défaite cuisante.

« Sur un autre terrain ? » Coupa la brune avec un sourire mutin qui lui allait trop bien.

Elle lança une oeillade malicieuse à l'homme, moqueuse comme toujours mais bien plus légère aussi sur le regard qu'elle lui lançait. Elle avait ce sourire mutin qui lui allait bien et qui laissait entendre bien des choses :

« Qu'est-ce que tu veux ? » Demanda-t-elle finalement, prête à remettre son titre en jeu : « Boxe ? Paintball ? Gymnastique ? Monster Truck ? Concours de bière ? »

Elle était d'ailleurs prête à le prendre en duel dans un barathon sans soucis. Neena avait une sacrée descente, et si elle ne s'en vantait pas d'ordinaire, restant discrète sur tous les aspects légers de sa vie, elle n'en était pas moins une sacrée compétitrice :

« Peu importe le terrain, je tâcherais de gagner, j'adore ça ! » Lança-t-elle en faisant tourner son fauteuil rapidement et en lâchant un petit « Youhou ! » plein de joie : « Choisis ! » Fit-elle vivement en le poussant du coude pour qu'il se décide finalement. Elle profita juste d'un instant de silence pour minauder : « Vu que j'ai gagné, j'ai droit à une récompense non ? » Demanda-t-il comme une petite fille fière de sa victoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Ven 21 Avr - 16:22



Holding on to You
Peter et Neena
On avait échappé à la sécurité, j’avais dû courir comme un dératé en poussant la chaise de Neena, passant de couloir en couloir pour sortir de l’hôpital, je m’étais assis pour reprendre mon souffle, m’affalant sur le banc. Cette petite course avait été assez amusante et également dans les conneries habituelles que je pouvais faire. Oui, car les conneries, c’était un attrait habituel chez moi, pourquoi je faisais toutes ces conneries, je n’en avais aucune idée, peut être parce que cela était plus amusant ainsi. Et d’ailleurs, cela semblait avoir amusé Neena.

J’avais avancé des excuses sur ma défaite, oui parce que je n’aime pas perdre et il faut donc bien rejeter la faute sur les autres. J’avais même encore défié Neena, même si je me disais que ce n’était pas vraiment une bonne idée. Pourquoi ? À cause de ce petit sourire qu’elle a, il ne me dit strictement rien qui vaille. Je savais que je n’aurais pas dû dire ça. Et son regard… Non vraiment je m’étais lancé dans un truc qui allait surement me dépasser et don je ne saurai même ne pas m’en dépêtrer… Bref, je fonçais tout droit dans les emmerdes avec cette fille, c’était sûr… Mais bon, les emmerdes, j’aime bien ça, pour ne pas dire que j’adorais ça. Puis faut bien vivre dangereusement et avec Neena j’étais sûr de vivre dangereusement ou du moins, j’en avais l’impression. Un caractère bien tremper qui ne se laissait pas faire, n’aimant pas les relations guimauves, qui aimait surement les films d’action ou films où on sort les mouchoirs… Je suis sûr que les dîners aux chandelles, c’était sympa, mais qu’il ne fallait pas en faire trop souvent avec elle. D’ailleurs, ça se voyait même avec les propositions qu’elle me faisait. Franchement, quelle fille aimant tous les trucs de fille voudrait aller voir des monstres trucks ou encore de concours de bière. Maissss…. J’aimais bien ce petit côté femme dangereuse qu’elle avait et ainsi que ce côté garçon manquer, cela ne manquait nullement de charme.

Je regardais donc la belle, avec un petit sourire complice, car il fallait avouer que j’aimais bien toutes ses propositions. « Un concours d’à fond. Madame sait comment parler aux hommes. » la taquinant légèrement sur le concours de bière. Mais je devais avouer que j’avais une préférence pour le paintball. C’était amusant et cela défoulait assez bien, on pouvait lâcher toutes nos frustrations. « Ok, alors paintball. Avec option bière après. » Voilà le nouveau défi était lancé, et cela se passerait sur un terrain de paintball… Ceci dit frauderait bien que je sachez la contacter pour cela. Dans quelques jours elle allait sortir de l’hôpital et je ne saurais pas lui envoyer de message ou lui téléphoner pour ce genre de petit moment qui apparemment avait l’air lui faire les plus grands bien. Car madame tournait avec son fauteuil tout en faisant un petit Youhou qui me tirait un sourire, elle me donnait même un petit coup de coude « Mais ne croit pas que tu vas gagner cette fois. » Oui, je n’aimais pas perdre, alors la prochaine fois, c’est moi qui allais gagner « Moi aussi, j’adore gagner. »

En plus si à chaque fois qu’on se lançait ce genre de défis tout en promettant que le gagnant pouvait tout demander… J’étais sûr que si elle gagnait, je ne m’en sortirais jamais avec elle. Cela était donc bien trop dangereux pour moi de la laisser gagner. D’ailleurs, elle réclamait son dû «J'aurais jamais dû dire ça » J’avais déjà peur de ce qu’elle allait bien pouvoir me demander, car je ne savais absolument pas ce qui trottait dans sa tête. Elle semblait complètement imprévisible. Mais il était hors de question de perdre la face, je me redressais, me penchant vers elle. « Alors qu’est-ce que tu veux ? Que je pique des pommes dans une chambre ? Où que je te fasse évader de cet endroit ? Dis et tu l’auras.»



Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Ven 21 Avr - 16:58

« Paintball ? » Demanda-t-elle pour avoir confirmation de la part de l'homme avec un sourire amusé.

Et en un rien de temps, ses souvenirs de mercenaire experte lui revinrent en mémoire. Les missions d'infiltration, les faux cambriolages, les meurtres à la va-vite, les plans efficaces pour dérober des fichiers cryptés, les séances de charmes pour avoir accès à des lieux particuliers,... Neena eut l'impression de tenir une arme, de pouvoir en estimer le poids et le fonctionnement en un rien de temps. Avec un fusil de paintball, elle allait faire un carnage, mais en couleur ! Ce qui était bien plus bonne enfant qu'espérait !

Elle se garda bien de dire à Peter son emploi, et ce qu'elle y faisait. Très peu de personnes étaient au courant de ce qu'elle faisait dans la vie, de comment elle se débrouillait vraiment. Généralement, les gens n'appréciaient pas trop, elle se débrouillait pour dire qu'elle faisait autre chose. Sa vie entière était une couverture bien faite, milimétrée pour coller à la réalité. Chasseuse de tête, dénicheuse de talent. Voilà ce qu'elle disait. Elle avait été proche de la vérité avec Jackson, après leur nuit de tendresse. C'était bien le seul qui avait vu ça de si près.

Du coup, Neena eut un petit rire amusé, regardant Peter avec un air complice : « Laisse moi juste le temps de me remettre complètement... » Demanda-t-elle doucement. « Quoi que, même avec mes points je serais capable de gagner. » Se moqua-t-elle en lui tirant la langue.

Elle ne soupçonnait pas les talents et l'entraînement que Peter avait subi avec la Garde Rouge. Notamment parce qu'elle ne savait pas que Peter faisait parti de la garde. Bien sûr qu'en le découvrant, elle en serait surprise (et probablement déçue), mais ça n'était pas encore au goût du jour. Les deux savaient peu de choses sur l'autre, mais ça semblait suffire pour l'instant. Ils n'avaient pas besoin de tout savoir pour être complices, visiblement.

De là à savoir ce qu'elle voulait en compensation ? Neena fit mine de réfléchir, puis elle plissa les yeux en fixant Peter :

« En attendant de pouvoir se défier formellement au paintball... » Commença-t-elle doucement, d'une voix un brin langoureuse : « Je te propose une soirée bière et catch. »

Elle eut un grand sourire amusé. Elle jouait encore un peu. Décidément bien en forme depuis que Peter était arrivé dans sa journée, et dans sa vie :

« A tes frais, évidemment. » Précisa-t-elle finalement.

C'était évidemment la précision qui prenait toute son importance. Ça allait coûter cher à ce pauvre Peter pour une soirée en sa compagnie, mais ça compenserait la partie de paintball qui allait devoir attendre un petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
201
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Mer 26 Avr - 17:03



Holding on to You
Peter et Neena
« Paintball. » Je lui répétais l’activité, comme une affirmation. Au moins avec ce genre d’activité, j’avais sans doute une chance. Ou, alors peut être pas. Après tout, je ne connaissais nullement ce que cette jeune femme faisait dans la vie. À dire vrai à part connaître son prénom et que c’était une femme de caractère, je ne savais pas grand-chose sur elle. « Pourquoi tu as peur de perdre ? » Enfin si je savais que tout comme moi, elle n’aimait pas perdre ce qui allait sans doute donner des étincelles entre nous.

D’ailleurs, elle semblait, bien sûr, d’elle notre petite patiente, elle semblait être convaincue de pouvoir me battre sur ce domaine également. Mais je n’étais pas homme à me laisser battre par une femme et lui laisser l’avantage. Surtout que cela me semblait bien dangereux de laisser Neena gagner et lui permettre de me demander tout ce qu’elle voulait. Si je ne faisais pas attention, je me retrouverais surement dans une situation des plus délicate avec elle. Surtout qu’elle n’avait pas l’air d’être une fille des plus sage, loin de là. Enfin, madame semblait être convaincue d’être encore victorieuse et je lui répondais avec humour « Han regarder là, si sur d’elle. » Rajoutant « Sachez madame que je cache bien mon jeu. »

En tout cas, il n’y avait aucun doute, cette demoiselle me plaisait bien, elle avait un rire que j’appréciais, une façon de parler qui me surprenait toujours et elle me surprenait à chaque instant… Enfin cela n’a rien d’étonnant, cela ne faisait que quelques jours que nous nous connaissions et je ne sais pas si elle s’attendait vraiment à me revoir depuis la dernière fois. Mais sa rencontre avait été une surprise des plus agréable, cela m’avait donné quelques moments des plus sympathiques et des plus amusants. Elle m’avait fait rire par ces réponses acerbes lors de notre première rencontre, me faisait sourire quand je la voyais tourner avec sa chaise d’un air ravi, m’avais surpris avec ces taquenires et elle m’étonnait encore avec sa demande.

Mais je ne pouvais malgré tout la regarde avec un air espiègle levant un sourcil et lui disant sur quelque peu provocateur « Un catch tout le deux hein… » Même si j’avais compris ça demande. Mais après tout cela ne serait pas marrant si nous faisions en sorte qu’on comprenne tout directement. Mais je ne lui laissais nullement le temps de me répondre que je rajoutais encore pour lui montrer que malgré tout, j’avais compris et que je n’étais non plus un sombre crétin qui ne voulait comprendre que ce qu’il voulait bien… Même si j’étais quand même un sombre crétin par moment « Tu parlais bien de ces gars malabars avec des masques hein ? Qui se tape dessus sur un ring ? » Soirée assez étrange venant d’une femme, la plupart faut le reconnaître aurait proposer un restaurant tout frais payé. Mais Neena encore une fois me surprenant en me proposant une soirée qui ressemblait plus à une soirée entre mecs qu’une soirée entre une femme et un homme. Mais j’aimais cela. « Bon d’accord, une soirée, avec des gros baraqués et une bière pour madame… Je rajoute une pizza dans le lot. » Fallait bien manger, se remplir le ventre, c’était important et puisqu’on était partie sur une soirée de plus décontracter autant manger quelque chose qui faisait bouffer entre amis. « Mais pour ça va falloir me laisser un lieu ou te chercher et un numéro. Sauf si tu me mets aux défis de te retrouver.» Oui parce que ça ne serait pas pratique de la chercher dans tout Genosha. Même, je suis sur elle en rigolerai.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   Sam 6 Mai - 14:44

L'espace d'un instant, elle avait oublié tellement de choses. Peter avait fait partie les ombres qui planaient au-dessus d'elle, et qui rythmaient son quotidien depuis plusieurs semaines maintenant. Les doutes oppressants qui lui étreignaient le cœur à l'idée de perdre la tête. Elle n'était plus seulement cette fille cassante, qui ne souriait qu'à peine. Elle avait réussi à rire avec lui, et à se satisfaire de ce maigre bonheur qu'il était venu lui donner gratuitement. Sans attendre trop de sa part, Peter avait été sincèrement lui. Un peu bête, mais pas seulement.

Il était une véritable bouffée d'air frais. Neena put mettre finalement des mots sur ce qu'elle ressentait. Pour la première fois depuis des semaines, elle respirait vraiment. C'était comme sortir la tête de l'eau quand quelqu'un appuyait dessus pour qu'on se noie. Il l'avait tiré vers le haut, pour qu'elle reprenne son souffle. Et si elle devait replonger, elle savait que cette pause dans son calvaire était quelque chose qu'elle lui devait vraiment. Elle lui adressa un fin sourire, croisant son regard malicieux tandis qu'il lui demandait de quoi la joindre.

Tendant la main, elle exigea son téléphone et quand elle l'eut, elle annota de quoi la joindre. Tendant le portable à son propriétaire, elle lui remit dans la main en effleurant doucement ses doigts.

« Tu m'appelles quand tu veux. » Assura-t-elle.

Elle qui pensait que sa rencontre avec Peter ne donnerait rien s'était bien trompée. Elle était prête à le revoir. Assez impatiente pour dire la vérité. A cette idée, elle se sentait un peu comme une gamine à l'intérieur, à qui on avait fait la promesse de la conduire à Disneyland durant le weekend pour rencontrer Mickey. Ça n'était pas commun, mais c'était là, en elle. Et elle se jura d'éprouver cet enthousiasme pleinement.

« Je sors lundi. À 17H. » Lança-t-elle à l'homme. « Je compte sur toi pour venir me chercher et pour qu'on fasse cette soirée ensemble. » Elle lui fit un sourire qui montrait toutes ses dents, alors qu'elle tournait les roues de son fauteuil pour reprendre la direction de l'hopital. « Ne sois pas en retard ou ça va très mal se passer pour toi. » Menaça-t-elle.

Elle n'aurait pas été Neena, sinon.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Holding on to You - Peter.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Holding on to You - Peter.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
» Peter Benoit - Jozef Cantré
» [Utton, Peter] La main de la sorcière
» James M. Barrie (1860 - 1937), le père de Peter Pan
» [Barrie, James M.] Peter Pan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: