Partagez | 
 

 If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Dim 26 Mar - 21:15

If you ever nee me, I'm just here


Résumons rapidement ce qui s’est passé ces derniers mois sur Genosha voulez-vous ? Non parce que bon, la fête foraine et maintenant ce qui s’était passé au Pegasus… Je crois que je pouvais presque comprendre pourquoi ma mère était entrain de gueuler que Carol et moi menions une vie beaucoup trop dangereuse. J’étais assis… euf affalé serait probablement un meilleur terme dans un des fauteuils de la maison pendant qu’elle préparait le thé et gueulait. Elle avait déjà fait ça tout le repas. Et à chaque fois que j’étais venue les voir depuis que Carol était en quarantaine, ayant accepté d’aller plus souvent voir mes parents pour les rassurer. Même si on est pas d’accord sur tout, et principalement sur le sujet qu’elle est entrain d’aborder, je les aime mes parents et je n’ai donc pas envie qu’ils meurent d’inquiétude. Quoique, là, ma mère risque plus de mourir d’apoplexie si elle ne pense pas à reprendre son souffle entre deux. Je regarde Joe Jr que tout cela fait visiblement bien rire. Traitre ! Tout en disant cela, j’attrape un coussin à proximité et je le lui lance. Heureusement pour moi, le coussin atterri juste avant que notre Mère revienne dans la pièce. Je peux m’empêcher de lâcher un petit soupire. Déjà quand on était enfant, elle approuvait pas spécialement les batailles dans le salon alors maintenant que nous étions des  « adultes responsables » comme elle dit, je doute qu’elle soit heureuse qu’on continue à faire ce genre de chose. Je lui souris alors qu’elle me sert une tasse de thé en me demandant comment ça se passait au travail. Je plisse néanmoins les yeux. Où est l’arnaque ? Il est assez rare qu’elle me pose ce genre de questions sans avoir une idée derrière la tête. Oh, comme d’habitude : tout se passe à merveille. Un peu surchargé en ce moment après ce qui s’est passé au Pegasus mais bon, je m’en sors pas trop mal. Je l’entends re-dire pour la millième fois qu’heureusement je n’y étais pas. Oui mais Carol y était. Je grimace. Combien de fois devrais-je lui dire qu’on sait ce que l’on fait ? Un nombre incalculable. Je savais que c’était son truc de mère de s’inquiéter pour ses enfants mais moi, ça commençait à me faire suer sévèrement. Discrètement, je cherche une solution pour m’échapper. Oui oui. Bon d’abord, fini ta tasse de thé Steven sinon ta mère va se douter que tu fuis. Ouais, je sais je suis super courageux comme bonhomme. On me le dit souvent au travail. Y a quelques temps j’aurais bien dit que je devais retrouver Anna mais depuis qu’elle avait infiltré Hydra et était officiellement une ennemie du SHIELD, j’évitais. J’aurais bien dit qu’on m’appelait au taff mais ça risquait de pas la rassurer. Mais j’avais d’autres méthodes pour m’échapper. Dont une de mes favorites, celle où ma mère ne trouvait jamais rien à redire qui puisse être désagréable. La méthode parfait ! Sans aucune discrétion, je regarde ma montre. Merde, j’avais pas vu l’heure ! M’man, je vais vous devoir vous laisser. J’avais dit à Pietro que je passais aujourd’hui. Pietro, t’es vraiment un pote ! T’imagines pas comment je te suis redevable en vrai. D’ailleurs… cela me donne une idée. Ou plus exactement, cela cristallise l’idée que j’avais déjà. Je souris tout en démarrant le moteur de ma voiture. Je tourne la musique à fond et roule rapidement, enfin en respectant les limites, jusqu’à la Baie du Croissant. Je me gare à proximité de la maison Magnus et sors de ma voiture pour m’arrêter aussitôt. J’ai oublié un détail… Pietro n’étant pas là, je suis pas bien sur qu’on me laisse passer. Tant pis, si j’essaye pas, c’est sûr que je ne la verrais pas. Espérons juste que je ne tombe pas sur Wanda, au sens figuré bien sûr, en premier. J’étais à peu près certain qu’elle m’aimait pas et j’avais jamais trop su pourquoi. Quoique… croiser Erik n’était pas spécialement conseillé non plus je crois. Espérons juste que je trouve d’abord la personne que j’étais venu voir : la princesse Lorna. Je rentre dans la propriété quand j’entends du bruit en provenance de la terrasse. Surement des employés mais cela voulait dire que c’était ouvert de ce côté-ci. Je prends cette direction-là, en retirant mes lunettes de soleil parce que ce serait pas très poli de les avoir. Je tourne au coin de la maison et là je la vois. Elle se tourne vers moi en entendant le bruit de mes pas et comme à chaque fois que je la vois, je me stoppe un instant, réalisant encore une fois à quel point la petite sœur de Pietro était devenu une jeune femme des plus magnifiques. Respectant à la lettre le protocole, on sait jamais que sa sœur ou son père soient dans le coin, j’effectue un salut militaire. Princesse. Je relâche mon salut, sachant qu’elle me le demanderait. C’était probablement une des premières fois que je la voyais seuls à seuls, que je prenais l’initiative de venir la voir. Mais cela ne voulait pas dire que je ne la connaissais pas de longue date et assez pour savoir qu’elle n’était pas fan que l’ami de son frère lui fasse ce genre de bonjour. J’espère ne pas vous déranger. Et que vous accepterez de passer un peu de temps en ma compagnie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Dim 2 Avr - 14:06

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

La fleur était d’une beauté éclatante. Ce buisson était pourtant condamné à mourir. Des efforts avaient été déployés pour le sauver mais aucun n’avait porté leur fruit pendant très longtemps. Seule Lorna avait continué d’en prendre soin. Longuement, patiemment, étudiant diverses façons de le faire fleurir à nouveau. Et après des efforts acharnés, elle était récompensée. Ce n’était qu’une seule fleur dans un buisson qui semblait avoir vécu de jours meilleurs, mais c’était énorme. Elle était magnifique. Et elle était porteuse d’un message. Quand tout semblait perdu, il y avait toujours une fleur pour éclore et survivre à la désolation. Ce jardin, c’était son repère. Elle ne laissait pas les jardiniers de la demeure s’en approcher. Ils avaient le reste de la propriété mais PERSONNE ne touchait à son jardin. Personne. Il n’y avait qu’elle pour comprendre les besoins de ses plantes. Des plantes qu’elle faisait pousser, qu’elle écoutait, qu’elle bichonnait quand elle avait du temps libre. Ses enfants, desquels elle prenait grand soin. Ses préférés, c’étaient ces roses blanches. Le premier buisson qu’elle avait planté elle-même, il y avait quelques années de ça. Et qu’elle entretenait. Quand elle avait émis l’envie d’avoir des roses rouges, Pietro avait alors dit qu’elle n’avait qu’à les peindre en rouge, comme dans Alice Au Pays des Merveilles.

Pietro lui manquait énormément. Depuis son départ pour la quarantaine, la grande demeure faisait vide. Lorna évitait soigneusement Wanda à qui elle en voulait toujours pour n’avoir rien fait quand Pietro avait été emmené. Et quant à leur père… C’était à peine si elle le voyait. La seule chose qui lui restait était ce jardin, dans lequel elle venait de plus en plus souvent. Y passant des heures, parfois des journées entières, grâce au climat plus que clément de Genosha. Elle s’y était rendue aujourd’hui, par habitude et avait eu la surprise de découvrir cette rose éclose dans un buisson à l’agonie. Comme un réconfort dont elle avait eu besoin et qui la mettait dans une meilleure humeur. Elle la touchait délicatement de sa main gantée, admirant la couleur éclatante, la forme des pétales, le piquant de ses épines. Lorna était plus que satisfaite du résultat. Tout ce travail qui payait enfin. Mais comme ça faisait plusieurs heures qu’elle était dans son jardin, elle fut rappelée à la réalité par son besoin de boire quelque chose. Elle sortit de son petit coin de paradis pour avancer jusqu’à la terrasse, saluant d’un signe de tête et d’un sourire les employés qu’elle croisait. Et comme elle l’avait deviné, un plateau avec de la limonade avait été déposée sur la petite table en fer forgé, bien à l’abri du soleil grâce à un parasol. Le personnel connaissait bien ses habitudes. C’était parfait. Elle gravit les marches pour arriver devant la table qu’elle contourna et soupira doucement de plénitude. Depuis combien de temps elle ne s’était pas senti comme ça ? Depuis le Pegasus. C’était dingue comme une simple fleur suffisait à lui rendre sa bonne humeur et sa joie de vivre.

Des bruits de pas attirèrent son attention, l’obligeant à se retourner. Un sourire se dessina sur ses lèvres en voyant Steven Danvers. Elle se demanda un instant ce qu’il faisait là. Après tout, c’était l’ami de Pietro, pas le sien. Mais il n’était visiblement pas venu pour son frère. Ni pour Wanda. Et si c’était des affaires officielles, elle ne pensait pas qu’on enverrait Steven pour ça. Il ne restait qu’une option. Il était venu la voir, elle. Elle attendit qu’il la salue de la façon réglementaire, même si ça l’ennuyait profondément. Il la connaissait suffisament pour devoir s’en passer. Mais avec le personnel qui grouillait autour, il était bien obligé de le faire, sinon on allait lui taper sur les doigts. Elle retira ses gants de jardinage en regardant Steven, souriant toujours. « Bonjour ! Ravie de te voir, Steven. Non, tu ne me dérange pas. Tu veux partager cette limonade avec moi ? Elle est fraîche.» A la différence de Steven, Lorna pouvait envoyer chier le protocole sans se faire reprendre. Elle saisit le pichet pour s’en servir un verre en attendant la réponse de Steven. Ce n’était pas protocolaire mais qu’est-ce qu’elle en avait à faire ? Elle avait envie de partager une boisson fraiche avec un ami, alors elle n’allait pas se gêner. « Quel bon vent t’amène ici ?»
Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Jeu 6 Avr - 19:59

If you ever nee me, I'm just here


Juste avant de m’incliner de façon protocolaire devant la princesse Lorna de la Maison Magnus, je captais un sourire sur le visage de Lorna. Tout de suite je sentis un drôle de truc. Un peu comme une chaleur diffuse dans tout le haut de mon corps. Je dois me retenir très fortement de sourire aussi parce que c’est tout sauf protocolaire. C’est pas ma faute en même temps. C’est plus fort que moi, depuis que je connais la princesse, quand je la vois sourire j’ai envie de lui sourire en retour. J’ai toujours trouver son sourire adorable, même quand elle était beaucoup plus jeune. Et j’avais toujours envie de lui sourire en retour même avant que ses sourires ne me fassent ce genre d’effets. Je me redressais, prenant tout de même une façon de me tenir assez militaire parce qu’il y avait le personnel. Et… non en fait parce qu’il y avait Lorna et que tant qu’elle ne me demandait pas expressément de faire autrement je me permettrais pas ce genre de familiarité. D’accord, on parle de la jeune femme qui m’a vu ramener son frère bien alcoolisé à la maison sans que je sois spécialement mieux mais ce n’était pas pareil. Quand j’étais avec Pietro, elle redevenait la sœur de mon amie et ce n’était plus pareil. Surtout quand j’étais en exercice auprès de Pietro et que donc c’était lui qui décidait. Là ce n’était pas ça. J’étais pas en service mais surtout il n’y avait que nous et non son frère. Et… euh… en fait on était pas seul vu que je sentais bien sur nous le regard de ses employés de maison. Et je n’étais pas tout à fait à l’aise. Je me sentais observé. C’était étrange, je m’étais jamais senti aussi mal à l’aise quand j’accompagnais Pietro. Enfin si… peut être la première demi-heure ou la première heure. Bref, je regardais Lorna tout en lui demandant si je ne la dérange pas. Je la regarde retirer ses gants en observant les mouvements de ses mains. Je souris quand elle me dit qu’elle est ravie de me voir. J’aime bien entendre qu’elle est ravie de me voir. Après tout, je pourrais aussi lui taper sur le système ou ce genre de chose. Quoique je ne suis pas sure qu’elle me le dirait si elle n’était pas ravie de me voir. Je crois même qu’elle serait assez fine pour ne jamais me le dire. Mais probablement me le faire sentir. Alors on va considérer que si je ne le sens pas, c’est que cela n’est pas le cas ? Et qu’elle est sincère. J’ai envie de croire qu’elle est sincère. Et je ne la dérange pas. C’est génial non ? Je souris un peu plus, relâchant légèrement mes épaules. Elle me propose de la limonade. J’allais répondre quand je le regarde me servir un verre sans trop attendre mon avis. C’est qu’elle aime bien décider la petite. C’est rigolo de la voir faire. Avec plaisir. J’allais pas dire non alors qu’elle avait commencé à me servir. J’allais pas dire non alors que j’avais envie qu’elle me serve cette limonade. Elle me demande ce que je fais ici et je ris doucement. Je viens vous voir Lorna. Je retire le Princesse ou le Votre Altesse. Je sais qu’elle n’aime pas vraiment que je l’appelle comme cela alors j’en tiens compte même si je dois m’attirer les foudres de ses employés. Par contre, je conserve le vous pour les bonnes manières et parce que je n’oserais pas faire ça. Je vois bien une certaine surprise. Je… Je me racle la gorge. Je me suis dit qu’avec tout ce qui c’est passé et l’absence de Pietro de la maison, vous auriez peut être besoin d’un peu de compagnie et d’un ami ? Je mets une interrogation et je ne savais pas trop si j’étais son ami mais je désirais l’être ou qu’elle me considère comme cela. Enfin… Je sais pas mais voilà. J’attrape la limonade qu’elle me tend et la porte à mes lèvres. Délicieuse. Vous l’avez faite vous-même ? Surement pas ? Je savais pas si Lorne cuisinait à l’occasion à vrai dire. Il y avait tellement de choses que je ne savais pas sur elle. Ou plutôt sur sa façon de vivre son quotidien. Parce que finalement, à force d’être à la protection de Pietro ainsi que son ami, j’avais assez vu Lorna et entendu parler de Lorna pour savoir qui elle était.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Dim 9 Avr - 17:10

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

Les employés regardaient Steven avec attention, prêts à lui rappeler qu'il s'adressait à la princesse. Lorna, elle s'en fichait, de tout ce qui était protocolaire ou non. Steven était l'ami de son frère avant d'être le type qui était assigné à sa protection - et, elle l'espérait, son ami à elle aussi. Depuis le temps qu'elle le connaissait, elle n'accordait pas d'importance à la façon dont il s'adressait à elle, à la façon qu'il avait de le saluer. Le protocole, c'était pour les étrangers.  Comme elle s'en était doutée, il était venu pour la voir. Un fin rire s'échappa de sa gorge quand elle lui tendit son verre. «Oh ! C'est très gentil d'être venu ! » Ce n'était pas très princesse de tendre elle même un verre à quelqu'un mais comme dit plus haut, elle s'en fichait du protocole quand elle était chez elle. Et surtout avec Steven. Rien à faire. Les employés pouvaient bien jaser, elle n'en avait cure. Et personne n'irait dire quoi que ce soit à son invité vu que c'était elle qui enfreignait ces règles stupides. Enfin, personne à part Wanda sans doute. Mais Wanda n’était pas là, ce qui était pour le mieux. Sinon, elle se serait invitée dans la conversation pour le grand déplaisir de Lorna.
Elle n'était plus une enfant à qui on disait qu'elle devait se tenir droite, à qui on devait apprendre à faire la révérence dans une robe à froufrou ridicule ou qu'on obligeait à se tenir tranquille pendant qu'on lui faisait ces affreuses anglaises dans les cheveux. Elle était une jeune adulte et elle savait ce qu'elle faisait. Quoiqu'en dise son vieux père qui aurait probablement fait une syncope en la voyant faire. Elle porta son propre verre à ses lèvres et savoura sa boisson. Un visage amical, autre que le personnel de la maison lui faisait du bien. Bien plus qu'elle ne voulait l'avouer. Elle s'était un peu recluse dans son jardin ces derniers temps, surtout avec tout ce qu'il se passait à Genosha. Sa relation avec Wanda n'était pas au beau fixe, Pietro n'était plus là et aujourd'hui, elle n'avait pas eu le courage de se lancer dans sa tournée de l'Alpha House pour prendre des nouvelles des infectés et des scientifiques qui travaillaient sur le remède. Travailler dans son jardin avait permis de l'apaiser un peu, ce qui faisait qu'elle se sentait à présent davantage de taille à affronter le monde extérieur. Et la visite de Steven, bien que totalement imprévue avait ce elle ne savait quoi de rafraîchissant. Autant que cette limonade qu'elle lui proposait de partager avec elle.  Lorna tourna la tête vers Steven quand il lui demanda si elle l'avait faite elle-même. Elle secoua la tête. «Non. C'est la gouvernante. Je suis bonne jardinière mais je suis incapable de faire ça. Enfin, j'ignore comment. Mais je lui dirais qu'elle t'a plu, ça lui fera plaisir de savoir que je ne suis pas la seule à aimer ça. »
Elle prit place sur l'une des chaises, adoptant sans même s'en rendre compte une posture royale - on lui avait tellement sériné de s'asseoir comme une princesse que ça en devenait automatique - et laissa un petit instant de silence flotter entre eux, seulement perturbé par le bourdonnement d'une abeille qui s'aventura près du pichet. « Un peu de compagnie ne me ferait pas de mal, en effet. Tout le monde est tendu, ces temps-ci et j'avoue que je parlerais bien d'autre chose que de ce qu'il se passe sur l'ïle.»Elle posa donc ses yeux sur Steven et avec un sourire radieux sur le visage, elle se pencha légèrement en avant. « Comment ça va, chez toi ? Ta famille, tes amis ?» Elle ajouta «Et inutile de me vouvoyer, nous sommes entre nous.» Elle ponctua ces mots d'un clin d'oeil. Peut-être que Steven continuerait à être formel dans sa façon de s'adresser à elle. Ou peut-être qu'il se mettrait à la tutoyer. Elle lui laissait le choix, c'était en fonction de comment il se sentait à l'aise ou non pour lui adresser la parole.
Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Lun 10 Avr - 23:25

If you ever nee me, I'm just here


Avec une certaine timidité que je masquais pourtant à la perfection après avoir appris via l’armée à cacher ce genre de ressenti, je dis à Lorna que je suis venu la voir elle. Je suis pas venu pour voir son frère comme c’est généralement le cas comme je suis à la maison Magnus. Je suis surtout pas venu pour voir sa soeur aînée, Wanda, que je soupçonne fortement qu’elle me déteste. Et je suis pas venu pour voir le roi, qui n’a surement rien à faire de mon existence. Non je suis venue la voir elle Lorna. Je suis pas venue voir la princesse non plus mais Lorna. Et même si elle est Lorna et la princesse, dans ma tête ça fait une différence et c’est pour cela que je n’utilise pas son titre mais son prénom. Parce que je suis venue voir la jeune femme à qui je voudrais apporter affection et confort dans cette période difficile. On apporte pas affection et confort à la princesse voyez vous. C’est pas correct. Et puis Lorna est mon amie, enfin je l’espère puisque je la considère comme telle depuis un certain temps maintenant. Elle me dit que c’est gentil d’être venu et je souris. Non, c’est juste normal. Enfin pour moi ça l’est. Je me doute bien que pour elle ce genre de choses ne sont pas forcément aussi normal. Mais je l’aurais fait pour n’importe qui d’autre alors pourquoi je ne le ferais pas pour elle ? Parce qu’elle est la Princesse ? C’est bon, je commence à avoir assez souvent été collé à la protection de son frère ou même d’elle pour ne plus m’occuper de ce détail et avoir peur de rendre visite à la famille royale. Parce que je sais très bien que ce que j’éprouve à son égard risque de m’attirer des ennuis ? Hum, tant que je me tiens correctement je ne vois vraiment pas pourquoi cela m'attirerait des ennuis. Personne peut lire mes pensés et bien heureusement ! Sinon je crains que Pietro me casse la gueule… Huuum, pense pas à ça Steven. C’est pas correct. C’est même probablement interdit quelque part dans les lois de Genosha. Et est-ce que dire à Lorna que je suis venu lui tenir compagnie est interdit aussi ? J’espère que non parce que je viens juste de le faire, qu’il est probable que les employés de la maison nous entende et que je n’ai aucunement l’intention de ravaler cette phrase même si c’est interdit. J’attrape la limonade et lui dit qu’elle est délicieuse. Je lui demande si elle l’a faite elle-même, lui donnant ainsi la possibilité de ne pas répondre à ce que j’avais dit précédemment si elle n’avait pas envie de le faire. Je voudrais pas la mettre mal à l’aise, pas le moins du monde. Et elle… me fait vaguement perdre mes moyens si bien que je ne sais plus ce que je peux ou ne peux pas dire. Huuum… pourquoi ? Je veux dire pourquoi elle ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi moi ? C’était pas comme cela avant. Mais… mais j’avais pas de chance faut croire. Je souris quand elle me dit que ce n’est pas elle. De ce que je peux voir, même très bonne jardinière. Et le compliment je le pense réellement. Parce que le jardin de la maison Magnus est toujours magnifique. Et si elle y participe rien qu’un peu, elle peut en avoir le mérite ? Puis je sais bien qu’il y a ce petit coin de jardin rien qu’à elle où on trouve les plus belles fleurs du domaine. Je m’en souviens parce que Pietro voulait aller se poser là bas une fois, pour être tranquille et qu’on devait faire très très attention à ne pas abîmer les fleurs de sa petite soeur chérie. Oh je pense que la gouvernante sait déjà que j’aime beaucoup ses recettes. Ou alors elle croit que c’est toujours Pietro qui mange tout. Je rigole en imaginant un Pietro avec tout l’embonpoint de quelqu’un qui mange tout ce que prépare leur gouvernante. Je la suis du regard alors qu’elle s’assit, prenant bien garde à garder mes yeux au bon endroit et de ne pas les laisser dériver sur les magnifiques courbes de la princesse. Inutile de dire que j’avais beaucoup de mal à faire ça. Je plante mes yeux dans les siens quand elle me dit qu’un peu de compagnie lui ferait du bien sans cacher le sourire qui nait sur mon visage. Elle n’aurait pas pu dire mieux pour me rendre heureux. Doucement, je tire l’autre chaise et m’asseoit dessus bien qu’avec une posture moins bien que la sienne. Je parlerais de ce qu’il vous fera plaisir. Je me retiens de rire quand elle me fait un clin d’oeil en me disant de la tutoyer. Comme tu veux Lorna. Je passe une main dans mes cheveux. Elle veut que je lui parle de ma famille mais pas des évènements actuels ? Hum, sacré défi. Et bien, j’ai survécu à un repas chez ma mère sans Carol, alors on va dire que tout va bien n’est-ce pas ? J’ai envie de rire. Carol me manque même si je la vois pas forcément moins que d’habitude. Mais ce n’est pas pareil on va dire. Quant aux amis… comment vas-tu Lorna ? C’est à mon tour de lui faire un clin d’oeil. Je pouvais pas vraiment lui parler de Anna, qui est officiellement une traître du SHIELD. Je comptais pas trop lui dire que Kurt m’avait mis un coup de poing par accident. Et parler de Leigh reviendrait bien trop vite à parler de Pietro. Ou parler de mes autres amis, au SHIELD ou à la garder, des événements actuels. Finalement lui demander comment elle allait était la meilleure façon de respecter son souhait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Lun 17 Avr - 21:44

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

Etait-ce un gloussement qui s'échappait des lèvres de Lorna devant les compliments de Steven sur son jardin ? On dirait bien. Un autre que Steven aurait probablement été houspillé pour ce compliment, étant donné que ça voulait dire que quelqu'un avait mis les pieds dans son havre de paix en son absence. A part sa famille, personne n'avait le droit d'y entrer sans sa permission. Steven étant l'ami de Pietro et en permanence dans les parages, ça comptait comme la famille, non ? Ses joues se mirent à rosir doucement sous le compliment et pour ne pas laisser un silence gênant au cours duquel elle ne saurait pas quoi répondre, Lorna rebondit sur la remarque de son compagnon sur les recettes de la gouvernante. Comment lui en vouloir ? Les patisseries qu'elle leur faisait - elle était la seule à les faire, parce qu'elle estimait que le cuistot ne saurait pas les faire aussi bien qu'elle - étaient toujours un succès. Elle eut à un nouveau un petit rire. Un rire franc. « Je comprends pourquoi elle fait une double ration quand tu es dans les parages. C'est pour laisser à Pietro une chance d'en manger ! »  répondit Lorna avec de l'amusement dans les yeux. Beaucoup d'amusement. Il n'y avait pas besoin d'être un fin limier pour comprendre qu'elle était en train de passer un bon moment avec Steven, même s'il était là depuis cinq minutes à peine.

Steven passa au tutoiement pour le plus grand plaisir de Lorna. Ainsi la barrière qu'il y avait entre eux s'affaissait. Elle était juste Lorna et il était Steven. Deux adultes discutant sur une terrasse en partageant un verre de limonade et en plaisantant. La normalité. Et ça faisait du bien, de temps en temps. Loin de toutes ces préoccupations dûes à l'Alpha House. Loin de toutes les questions qui tournaient en boucle dans sa tête. Elle savait que Pietro allait bien en quarantaine, qu'il la vivait bien mieux qu'il ne le devrait. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de paniquer pour un rien. De stresser pour lui alors qu'il allait bien. Elle devait se le répêter une bonne dizaine de fois dans sa tête pour se calmer. Pietro allait bien. Pietro allait bien. Sans crier gare, au beau milieu de la journée, elle était saisie d'une peur qui lui sciait le ventre. A cause de tous les évènements qui avait eu lieu sur l'île depuis quelques temps. Pourtant, Pietro allait bien. Ses amis allaient bien. Sa famille allait bien. Tout allait bien.

Aborder le sujet des amis de Steven et de sa famille lui permettait de penser à autre chose. Et de savoir comment le jeune homme allait. Parce qu'il devait vivre l'enfermement de sa soeur aînée. Pour ce côté, ils étaient pareils. Une similitude qu'elle partageait avec lui. S'il y avait une personne qui pouvait la comprendre pour ça, c'était bien Steven. Il lui confia qu'il venait de survivre à un repas chez sa mère sans sa soeur. Lorna eut un sourire. « Elle doit avoir peur pour toi, non ? C'est normal vu que ce qu'il s'est passé. Mon père ne voulait plus me laisser mettre un pied hors de la demeure. J'ai dû négocier sec pour avoir le droit de continuer à suivre des cours à l'université. » Elle n'exagérait pas le moins du monde. Les négociations avaient été longues et l'unique avantage de Lorna était qu'elle était visiblement l'enfant qui ne l'avait pas encore déçue. Alors ça avait été difficile, un peu long et répétitif et elle avait dû s'armer de patience pour ne pas claquer la porte de sa chambre en hurlant comme une enfant. Mais elle avait obtenu gain de cause. Elle se tapait en permanence un garde du corps bourrin qui lui donnait envie de se taper la tête contre le mur à répétition mais on avait rien sans rien.  

La question de Steven la prit au dépourvu et un nouveau gloussement s'échappa de sa gorge. Elle allait finir par devenir rouge de honte à force de glousser ainsi. Il venait de la qualifier comme une de ses amies. Elle se doutait déjà que c'était le cas, mais l'entendre de sa bouche... Elle se fit violence pour reprendre une expression de visage plus adaptée à son statut de princesse avant de porter la main à son verre. « On fait aller. C'est un peu compliqué ces temps-ci mais ce n'est que temporaire, pas vrai ? » La vue de l'unique rose sur le buisson que tous disaient condamnés avait rallumé en elle une lueur d'espoir. C'était tout ce qu'il lui fallait. Une simple fleur. Un peu de vie dans la désolation.  « Et sinon ! J'ai reçu des plantes pour mon jardin la semaine dernière. Je te montrerais si un jour, tu en as envie. » Elle s'arrêta là, pour ne pas paraître ennuyeuse à parler de fleurs, de racines et d'autres feuilles. C'était un fait avéré que Lorna aimait son jardin plus que tout, mais elle devait maîtriser son enthousiasme quand elle en parlait. Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille en se mordant un peu la lèvre. Non, vraiment. Elle devait se calmer avec son jardin. Elle ressemblait à ces filles qui s'extasiaient sur leur chat pendant des heures.  

Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Mer 19 Avr - 14:50

If you ever nee me, I'm just here


J’entend Lorna glousser alors que je la complimente sur son jardin et la seule pensé qu’il me traverse la tête est que c’est le son le plus magnifique que je n’ai jamais entendu. Très cristallin et très doux. Et puis cette légère rousseur sur ses joues… j’aurais envie de retirer mon compliment de peur qu’il l’ait gêné à peu près autant que je voulais lui répéter pour l’entendre glousser et la voir rire à nouveau. Mais je ne fais rien d’autre que la laisser changer de sujet, ayant bien conscience que dans un cas comme dans l’autre je passerais pour quelque chose que je ne voulais pas, pas avec Lorna. Je savais pas trop non plus pourquoi je voulais passer aux yeux de Lorna mais je savais que j’avais plutôt envie que ce soit quelque chose de positif. J’appréciais la jeune femme depuis que je la connaissais et j’aurais surement été blessé d’avoir preuve qu’elle ne m’appréciait pas un minimum également. Mais je savais que je voulais pas juste être vu comme l’ami de son frère même si c’était ce que j’étais au fond. Et je n’avais pas non plus envie d’écouter cette petite voix plus si petite que cela à force que je la refoule qui me soufflait que je voulais beaucoup plus que cela. C’était trop risqué. Trop risqué si elle n’était pas d’accord avec la petite voix mais aussi trop risqué si elle était d’accord avec. Je me trouvais face à un mur mais heureusement pour moi la conversation de Lorna m’empêchait de trop y penser. Ce n’était pas grand chose mais discuter simplement comme cela, un peu de tout et de rien me plaisait beaucoup. J’ai toujours pensé qu’elle en faisait plus pour que je puisse en avoir malgré que Pietro tente de tout manger mais je suppose que ça marche aussi dans ce sens là. Je laissais allégrement la princesse se moquait de moi, profitant de cette lueur d’amusement dans ses yeux qui devaient probablement être le reflet de celle qu’on trouvait dans les miens. C’est sur que formuler comme cela, on devait passer pour deux gros avec Pietro. Mais pas le moins du monde hein ! C’est juste qu’il faut pas mal de nourriture pour nourrir des athlètes comme nous et… bon d’accord, j’arrête là. Et voilà que je tutoie la princesse dans cette sorte de tête à tête que l’on vient d’engager. Je suis sure que ça aussi c’est interdit par je ne sais trop quelle loi qui implique que son frère va me casser la gueule. Pas grave, pour le moment il est en quarantaine et si les employés tenaient un peu leur langue, il saurait peut-être jamais que j’avais vu sa soeur. Quoique le problème était pas qu’il sache que je voyais Lorna mais plus le genre d’envie qui me prenait quand je la voyais. L’envie de la tenir dans mes bras, d’embrasser le haut de son crâne, d’embrasser ses lèvres… et là il allait vraiment me casser la tronche. Surtout qu’elle me faisait des clins d’oeil… je dois briser bien… oulà six protocoles différents. Et même si je préfèrerais que Pietro me casse pas la tronche, j’en avais un peu rien à faire pour le moment. Je souris alors que Lorna prend la défense de ma mère. Elle est tellement mignonne et voit tellement le bien partout. Même si elle n’avait pas tellement tord dans le fond. Je l’imagine bien négociant avec son père, ses petits poings sur les hanches et tapant du pied. Je voyais bien aussi notre roi Magnus totalement désarmé face à ce bout de femme, surement une des rares personnes à oser lui tenir tête. Je suis content de savoir que tu as pu négocier d’aller quand même à l’université, je sais que ça te plait. Ca serait dommage de s’en priver surtout en ce moment. J’avais déjà entendu Lorna parlait de ses études et il m’avait pas fallu longtemps pour comprendre qu’elle aimait presque autant ses études que le fait d’aller à l’université comme tout le monde et échapper quelques heures à sa vie de princesse. Ma mère sera comme ça tant que je n’aurais pas quitté le SHIELD, pas plus en ce moment que d’habitude. Mais bon, c’est son rôle de mère je suppose. Je suis pas mère et je le serais jamais étant un homme du coup je ne peux qu’émettre des suppositions. Je demande à Lorna comment elle va et… elle glousse encore. Je sens un sourire naitre sur mes lèvres alors que je la vois rire et rougir. Elle est tellement… tellement. Tellement jolie. Tellement gentille. Tellement princesse. Tellement inaccessible. Ce n’est que temporaire Lorna. J’affirme cela avec un peu plus de conviction que je ne dois réellement en avoir mais j’ai envie qu’elle se sente bien. J’ai envie qu’elle y croit. Je voudrais pas qu’elle désespère. Mais j’aurais su qu’il suffisait que je te demande comme tu vas pour que tu rigoles, je l’aurais fait beaucoup plus souvent. Je lui adresse un clin d’oeil quand elle m’explique qu’elle a reçu de nouvelles plantes pour son jardin. Ca a l’air de tellement la ravir d’en parler. Avec plaisir. Par contre, je te préviens : j’ai pas la main verte et je n’y comprend pas grand chose. Faudra te montrer patiente ! J’espère qu’elle va pas le prendre mal hein mais c’était vrai. J’étais pas un bon jardinier. J’ai réussi à tuer le cactus de Carol. Elle me l’avait confié quand elle s’était engagé dans l’armée. La honte total quand elle rentre en permission et que la plante a crevé. Je vois que mon histoire la fait rire. Surement à mes dépends. mais du coup je rigole avec elle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Dim 30 Avr - 15:22

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

Il savait que c’était important pour elle d’aller à l’université, malgré tout. Quitte à entrer dans le cliché de la princesse qui voulait être comme les autres, l’université était l’endroit où elle était sur un pied d’égalité avec chacun. Elle n’avait pas de bonnes notes à cause de son rang, mais uniquement parce qu’elle était bonne élève. Et elle n’était même pas la meilleure de sa promo. C’était pour dire. Elle n’avait rien d’une grosse tête, loin de là. Elle était comme les autres. Il lui arrivait de galérer en permanence sur un sujet et devait parfois demander l’aide de ses camarades pour réussir à y voir clair. Alors oui, l’université était l’un des rares endroits où elle était une élève parmi les autres. « Oh, ça n’a pas été facile. Mais l’important ce que je puisse continuer à y aller.» Elle reporta son attention sur Steven, qui parlait à présent de sa mère. Il lui expliquait qu’elle continuerait de le harceler jusqu’à ce qu’il quitte le SHIELD. Elle ne put s’empêcher d’imaginer un Steven qui levait les yeux au ciel devant les remarques de sa mère et qui se faisait tout petit quand même, hochant la tête à renfort de « Oui,  maman.» Enfin, elle supposait ? Elle ne connaissait pas aussi bien Steven que lui la connaissait. Et ça, c’était une honte. Oui, elle se sentit honteuse l’espace d’une seconde. Si on regardait bien, elle ne savait pas grand chose de lui, si ce n’était que c’était un très bon ami de son frère, qu’il était drôle, que sa soeur était à la Garde Rouge et qu’il travaillait au SHIELD et qu’il aimait son job. Mais ses hobbys ? Son film préféré ? Son style de musique préféré ? Elle ne savait rien de tout ça. Elle se promit de rattraper cette énorme erreur quand l’occasion s’y prêterait.

Oui, la situation n’était que temporaire. Il n’empêchait qu’elle était pesante. Et comme elle refusait de laisser une mauvaise ambiance plomber l’échange agréable qu’elle avait avec Steven, elle riait. Elle riait parce qu’il l’avait qualifié d’amie. Ce qui ne manqua pas de faire réagir Steven. Elle sentit une douce chaleur monter à ses joues et pria pour que ce ne soit pas trop visible. Sinon, elle allait ressembler à une des roses de son jardin et elle aimerait éviter ça. C’était un peu gênant, comme ça. Et elle savait qu’elle n’aurait pas réagi de la même manière avec un autre que lui. Des compliments, elle en recevait à la pelle. Elle avait juste à se montrer à un évènement et chacun avait un mot à lui dire sur sa tenue, sa coiffure, sur combien elle avait grandie. Ce n’était pas ça qui manquait dans sa vie. Et pourtant, quand ils sortaient de la bouche de Steven, les compliments sonnaient différement. Elle y était plus sensible. Ce fut pour cette raison qu’elle rebondit allégrement sur son jardin. Même si elle se doutait au fond d’elle-même que sa réaction n’avait pas le moins du monde échappé à Steven. Il accueillit la proposition avait un intérêt non-feint. Et avoua ne pas avoir la main verte. Elle faillit glousser à nouveau et ouvrit la bouche directement pour réagir à ses propos « Ne t’en fais pas. Tant que tu ne me décapites pas mes rosiers, ça devrait aller. » Sauf que visiblement, il avait réussi à tuer le cactus de sa soeur aînée. Ah. Ça, euh… Lorna marqua un silence avant de lancer avec légèreté : « Sinon, j’aurais peut-être besoin de quelqu’un pour tenir mes outils. » Il n’allait rien faire de mal à ses plantes s’il était question de tenir ses outils, non ? « Un cactus, quand même… » marmonna Lorna plus pour elle même que pour Steven.  « Mais rien ne presse. C’est une belle journée, on devrait en profiter pour se prélasser un peu. » Une magnifique journée, oui. Seulement perturbée par le bruit de la brise dans les feuilles, les voix des membres du personnel qui s’affairaient dans le parc. Un calme qui les entourait et qui donnait envie que ça ne s’arrête pas. « En parlant de Carol, comment va-t-elle ? » Elle avait eu l’occasion de la croiser rapidement à l’Alpha House, mais Steven étant son frère, il était mieux placé qu’elle pour savoir comment allait sa soeur. Et c’était une vraie question. Pas un prétexte pour changer de sujet. Elle voulait réellement savoir comme se portait la soeur de Steven, car elle savait qu’elle était importante pour lui.

Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Mer 3 Mai - 23:09

If you ever nee me, I'm just here


Je ne peux m’empêcher de sourire d’un air entendu quand Lorna dit que cela n’a pas été facile d’obtenir le droit de continuer à aller à l’université après le Pegasus. D’une certaine manière je suis loin d’être étonné. Surement parce que j’ai suffisamment entendu parler de Eric et de son caractère par Pietro pour savoir que cela n’avait pas été aisé. Mais je commençais à bien connaitre le caractère de Lorna. Et j’étais du coup pas le moins du monde étonné qu’elle ait fini par avoir gain de cause. Car si notre roi était impressionnant, sa fille avait cette force intérieure qui me laissait croire qu’elle aurait pu déplacer des montagnes si l’envie la prenait. Tout en étant généralement d’un calme qui ne rendait cela que plus impressionnant encore. Mais bon, je me doutais qu’elle devait avoir le même type de sourire entendu en m’entendant parler de ma mère. Parce que cela devait être assez drôle pour les autres. Je me rendais bien compte que ma famille devait être assez comique vu de l’extérieur à vrai dire. Mais vu de l’intérieur, moi j’étais pas si sûr que cela de trouver ça drôle. Enfin si, y avait des choses assez drôle. D’ailleurs… je crois que je connaissais quelque chose qui ferait rire Lorna à ce sujet. D’ailleurs, pour échapper à ma mère et venir te voir, j’ai dis que j’allais voir ton frère. Parce que ton frère tu vois… je sais pas, ça doit vaguement être Dieu à ses yeux. J’aime bien Pietro mais bon… Je rigole et surtout je finis par entendre le rire de Lorna. Quel doux son. J’essaye de la rassurer, après lui ayant assuré qu’elle était mon amie et que je voulais savoir comment allait cette amie et visiblement ça n’allait pas fort. J’essaye de lui dire que ce n’est que temporaire sans être sûr d’y croire moi-même. Il fallait y croire. Y croire ne changerait probablement rien au déroulement de la situation. Mais cela nous permettrait nous d’aller bien. Je la regarde rougir sous mon compliment, quand je lui fais savoir que j’aimerais l’entendre rire plus souvent et je sens mon cœur s’emballait. Mon dieu, elle est… elle est tellement belle. Juste belle. Forte et belle. Elle aurait pu être mal, beaucoup plus mal que cela. Elle le dit elle-même que ce n’est pas la forme mais elle résiste. Elle est forte. Et belle. Très belle… et Steven bordel. Reprend toi. Je me reprends bon et je fais savoir à Lorna que je serais très intéressé par le fait de visiter son jardin. D’une certaine manière je me sentais un peu comme un voyeur. Bon j’étais déjà allé dans le jardin avec Pietro mais ce n’était pas pareil que de le visiter avec Lorna. Je n’approcherais pas tes rosiers, promis ! Mais bon, je lui confie quand même à quel point je n’ai pas la main verte. Je lui confie une anecdote sur ma non-main verte. Je lui explique donc que j’ai fait crever le catcus de ma sœur. Elle reste silencieuse quelques secondes avant de me dire que je pourrais porter ses outils. Et moi, je rigole. Assez fort même. Je l’entends bougonner. Je ferais ce qui plaira à Mademoiselle ! Mais pour ma défense, elle avait laissé le cactus sur la terrasse… en plein hiver. Bon d’accord, je ne suis pas sûr non plus que cela arrange mon cas mais voilà. Et puis, Carol s’était bien vengé depuis en faisant crever le mien de cactus. De toute manière, c’était pas moi qui m’occupait de la plante mais ma meilleure amie. Anna, fan de mécanique et d’arroser en douceur ma plante verte. J’adresse un clin d’œil à Lorna qui me fait savoir qu’on a tout notre temps. Tout le temps du monde. Tout en disant cela, je lève mes bras que je croise derrière ma tête tel un vacancier. A vrai dire, j’aimerais bien avoir tout le temps du monde avec Lorna. Je resterais bien aussi longtemps qu’elle voudra bien de moi et une partie de moi ne pouvait s’empêcher d’espérer que ça serait long. Mon sourire diminue légèrement quand elle me demande comment va Carol. Je lâche un léger soupire. En bonne Danvers, elle supporte pas l’enfermement. Elle détestait ça oui. Je pensais à mes visites à l’alpha house et je souris à nouveau, plutôt moqueur. Mais bon, elle a trouvé quelqu’un pour lui remonter le moral. Madame est amoureuse. Si elle apprend que je te l’ai dit, je crains qu’elle me tue mais ca rend la chose beaucoup plus drôle !

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Mer 10 Mai - 20:08

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

Lorna n’était pas étonnée. Pietro était Dieu aux yeux de n’importe qui. Genre, vraiment n’importe qui. Quand elle invitait des amies, la plupart du temps, ces dernières rougissaient par le simple fait que Pietro leur ai accordé un regard. Le succès qu’il avait auprès de la gente féminine était certain. Lorna n’approuvait pas réellement mais c’était ainsi que son frère menait sa vie alors elle ne pouvait rien lui dire. Elle desespérait un peu de le voir s’attacher à quelqu’un. Enfin, si, il y en avait bien une, même si Pietro était trop stupide pour s’apercevoir qu’il tenait plus à cette personne qu’il ne le disait. Il s’agissait de sa grande amie Kitty. Et Lorna comptait bien faire ce qui était en son pouvoir pour les réunir tous les deux. Comment ça, Kitty était en colère contre lui ? Un détail, ça. Un simple détail. C’était d’autant plus drôle quand on savait que Pietro regardait d’un air méfiant - pour ne pas dire mauvais - tous les représentants de la gente masculine qui s’approchait de sa petite soeur. « Ouais… Pietro fait cet effet-là sur à peu près tout le monde. A part mon père. » Elle conclut en haussant les épaules et en levant les yeux vers le ciel sans nuage qui se trouvait au-dessus de leurs têtes.

Après avoir arraché à Steven la promesse de ne pas s’approcher de ses rosiers, Lorna lui proposa une place de teneur d’outil et ceci le fit rire. Il avait un très beau rire. Tout comme il avait un beau visage, avec un beau sourire et des yeux à tomber par terre. Ils avaient le temps d’aller jouer aux apprentis jardiniers. Pour l’instant, elle préférait profiter de ce répît, savourer la chaleur ambiante, bien à l’abri à l’ombre d’un parasol en sirotant une boisson fraîche.
Fidèle à la promesse qu’elle s’était faite plus tôt - celle qui impliquait de mieux connaître Steven - elle lui demanda des nouvelles de sa soeur, Carol. Elle grimaça légèrement en entendant la réponse de Steven. Elle comprenait tout à fait Carol. Elle remerciait le destin de l’avoir tenue à l’écart de cet étrange virus qui avait contaminé les habitants de l’île. Elle n’aurait pas non plus supporté d’être enfermée entre quatre murs, de recevoir des visites au compte goutte et de n’avoir le droit qu’à une zone limitée. Elle penchat la tête sur le côté en portant attention à la suite de la réponse de Steven. Carol, amoureuse ? Et qui était l’heureux élu ? Poussée par la curiosité, Lorna questionna, non sans un petit sourire : « Et qui est-ce ? Si elle doit te tuer, autant que je sache qui fait battre le coeur de ta soeur ! »  A croire que même dans une période sombre comme celle-ci, les gens arrivaient encore à tomber amoureux. C’était beau, quelque part. Ce n’était pas pour elle, mais c’était toujours amusant de voir des gens qu’on connaissait nourrir des sentiments pour une autre personne. « C’est bientôt terminé, heureusement. Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’on ne trouve enfin ce maudit remède. Ils seront bientôt tous libres.
Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Mer 17 Mai - 14:41

If you ever nee me, I'm just here


Je ne peux m’empêcher de rigoler quand Lorna me confirme, avec une pointe de lassitude ou même de désespoir dans la voix, que son frère fait effectivement cet effet là, c’est-à-dire l’impression qu’il est une sorte de Dieu vivant, à tout le monde. Sauf leur père. On sent la petite sœur lassée. Un peu comme Joe Jr en avait marre à une époque de nous entendre dire à quel point Carol était, et reste, une jeune femme merveilleuse. On sent la petite sœur dont les amies doivent un peu trop baver sur son frère aîné, pour les avoir vu en action ce qui était quelques peu malaisant. Etrangement ton frère ne m’a jamais fait cet effet là non plus. Et à ton adorable façon de lever les yeux au ciel, il ne te le fait pas ou plus. Ca avait été plus fort que moi, je n’avais pas pu m’empêcher de commenter sa mimique. Espérons qu’elle ne m’en tiendra pas rigueur mais elle est tellement… tellement Lorna. Je ne trouvais pas meilleur descriptif. Mais j’en avais beaucoup d’autres des descriptifs. Bien que quand on venait de parler de son frère aîné qui se trouvait être mon ami, ainsi qu’évoquer son père qui se trouvait être notre roi à tous… c’était un peu gênant de penser à elle avec cette dévotion qui était mienne. Parce que je savais ce que l’un et l’autre en penserait, ce qui n’avait rien de rassurant d’ailleurs. Mais Lorna m’offrit la porte de sortie dont j’avais extrêmement besoin en discutant de son jardin. Malheureusement je n’avais pas la main verte… ou je ne savais pas que je l’avais dit c’était le cas. Probablement parce qu’en dehors de l’épisode cactus mort de Carol et de l’autre cactus qui tronait au dessus de mon frigo, je n’avais jamais essayer de m’occuper d’une plante. J’avais tondu la pelouse pour ma mère, jouait avec ce râteau pour ramasser les feuilles enfant mais mes talents de jardinier étaient assez limités. Lorna devait l’avoir compris parce qu’elle me propose de plutôt être la personne qui lui tiendrait ses outils, ce qui était déjà beaucoup plus dans mes cordes. Qui sait pas porter quelque chose ? A vrai dire surement plus de monde mais là n’était pas la question. Toutefois, j’acceptais d’abord la proposition de ne pas se presser et de profiter de la belle journée qui s’offrait à nous. Entre autres parce que cette proposition sous-entendait de passer plus de temps avec Lorna et que j’accepterais en toutes conditions de passer un peu de temps avec elle. Elle me demande des nouvelles de ma sœur et je souris en les lui donnant. Sur Carol était en quarantaine et commençait à en avoir marre mais Carol était aussi… amoureuse. J’étais un peu moqueur en annonçant ça à mon amie, ne pouvant lui annoncer que moi aussi je l’étais mais d’elle. Je l’écoute en souriant. J’aurais bien voulu faire ma commère et te dire qui avant que ma sœur ne me tue mais je ne le sais pas moi-même. Juste… Carol a ce sourire qui veut tout dire. Je porte une main à mon visage, réfléchissant pendant que Lorna tente de me rassurer et de s’auto rassurer je le sais en me disant que la quarantaine devrait bientôt prendre fin. Je doute qu’elle puisse ignorer le sourire sur mes lèvres alors qu’elle me dit cela. Je ne sais pas si elle a ou pas plus d’informations que moi mais j’ai envie de croire que c’est la vérité. Mince ! Tant qu’elle est en quarantaine, elle peut pas me tuer pour avoir vendu la mèche qu’elle en pince pour quelqu’un. Moquerie bien entendu. Surtout que je le disais à Lorna qui était assez discrète bien entendu pour que cela reste entre nous. Et que je n’étais pas sure que ça gêne Carol que j’en parle à la princesse. Beaucoup moins gênée là que si j’en parlais à nos parents par exemple. Mais je suis pas fou non plus. En tout cas, ça va leur faire du bien à tous de remettre les pieds dehors. Je sais que tout est fait pour que leur vie soit le plus comme avant mais bon… C’est pas vraiment possible tout en les gardant entre quatre murs. Je réfléchis un peu. Ton frère va être insupportable une fois sorti. Je plains le pauvre gars du SHIELD qui devra s’occuper de sa sécurité. Je dis ça en me souvenant des premières fois que j’avais du coller aux fesses de Pietro toute une soirée où il voulait pas qu’on le surveille. Je ne me souvenais même pas une seule seconde que le pauvre gars chargeait de ça risquer de se retrouver être moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
336
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   Mer 17 Mai - 16:18

If you ever need me, I'm just here
Steven & Lorna
And all the people say "You can’t wake up, this is not a dream ! You're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline"

Devant le petit commentaire de Steven sur la façon dont elle levait les yeux au ciel, un petit sourire en coin se dessina sur les lèvres de Lorna. Il était normal que Steven soit immunisé du charme de son cher et tendre frère. Il suffisait de le connaître. Oh, Lorna adorait Pietro. Vraiment. Au point d’avoir ressenti une pointe de jalousie devant la relation fusionnelle qu’il avait avec Wanda. C’était des jumeaux, quoi de plus logique et normal, après tout ? Heureusement, elle avait grandi depuis. Elle n’était plus la fillette qui se sentait mise à l’écart. L’adolescence était passé par là. Elle souriait encore à Steven quand ils abordèrent le sujet Carol et la curiosité de Lorna fut piquée au vif. Elle voulait vraiment savoir qui était la personne qui faisait battre le coeur de la grande soeur de son ami. Steven ne tarissait jamais d’éloge sur elle et comme elle avait eu l’occasion de lui parler lors de sa tournée de l’Alpha House, elle comprenait que Steven n’exagérait rien la concernant. Elle l’appréciait sans vraiment la connaître. Elle avait envie de la connaître vraiment, grâce à Steven.

Manque de chance, même Steven ignorait l’identité du Roméo ou de la Juliette de Carol. Mince alors. Une moue triste s’afficha sur le visage de Lorna alors qu’elle laissait exagérément retomber ses épaules comme une enfant à qui on aurait refusé un bonbon. « Oh. Dommage.»  Steven parla du sourire de Carol et Lorna dissimula le sien, qui ne la quittait pas depuis que Steven était là. Merde. En espérant qu’il n’avait pas vu. Elle enchaîna donc très vite sur le fait que tout le monde serait bientôt libre, histoire de ne pas laisser l’occasion à son ami de s’interroger sur la façon dont elle souriait. Parce que bon, soyons honnêtes. Steven était charmant. Plus que charmant, même. Grave canon comme dirait Kitty. Lorna avait des yeux, elle savait apprécier la beauté quand elle la voyait et Steven était loin de ressembler à Quasimodo. Et puis, il travaillait au SHIELD. L’uniforme, ça faisait toujours son petit effet. Toujours. Enfin quoi. Elle était une jeune femme, après tout. Elle avait des yeux et des envies comme n’importe qui.

Steven enchaina sur le fait que Carol allait donc bientôt sortir et que ses jours étaient comptés vu qu’il avait vendu la mèche. Elle mima la fermeture éclair avec ses lèvres en secouant la tête. « Je ne dirais rien ! Et si tu as besoin d’un asile politique, j’en connais un très bon.» plaisanta Lorna. Avant de grimacer en songeant à combien son frère serait insupportable une fois qu’il aurait les pieds dehors. « Ah. Oui. Bon courage. » Il faudrait s’accrocher avec Pietro. Mais peut-être qu’une fois que cette maudite quarantaine serait levée, Lorna pourrait se débarrasser de l’espèce de sauvage qui lui servait de bodyguard. Et qu’elle pourrait se socialiser avec les autres sans craindre que l’autre andouille ne pète un plomb et égorge un passant qui marchait trop près d’elle. « Je pense que Pietro se tiendra bien. Il devrait recevoir une visite qui, je l’espère, va calmer ses ardeurs.»  conclut Lorna avec un air mystérieux.  N’était-ce pas elle qui avait averti Kitty de l’état de son frère ? N’avait-elle pas subtilement poussée Kitty à lui rendre visite ? Elle la connaissait assez pour savoir qu’elle s’y rendrait. Et que Pietro ne se douterait pas qu’elle était derrière tout ça. Enfin, elle l’espérait, le dernier point. Mais il était fort probable qu’il reconnaisse la marque de fabrique de sa soeur chérie. Elle se leva de sa chaise et posa une main sur l’épaule de Steven - nique le protocole - en lui adressant un clin d’oeil. « J’ai envie de marcher dans le jardin, tu veux venir avec moi ? J’ai toujours des roses à te montrer.»
Made by Neon Demon

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)   

Revenir en haut Aller en bas
 
If you ever need me, I'm just here (Lorna&Steven)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos dédicaces d'écrivains, de dessinateurs...
» Dangerous Man le dernier Steven
» Prenom kanji
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
» Deluxe Aggression Serie 24

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: