Partagez | 
 

 Scold like a child (Claire&Steven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Scold like a child (Claire&Steven)   Sam 15 Avr - 18:48

Scold like a child


Bordel, ça faisait mal quand même cette connerie. Ouais ça faisait tellement mal que je sentais de l’eau perler au coin de mes yeux et que c’était pas spécialement mon style à la base ce genre de réaction. Quelle connerie ? La connerie du genre j’ai mal à la main. Oui je sais, c’est pas malin de s’être blessé à la main droite quand on a dû, il y a quelques années, quitter l’armée pour un problème à cet même main. C’est même totalement con. J’aurais pas déjà mal à la main, surement que j’utiliserais cette même main pour me foutre un coup de poing dans la tronche. Mais j’ai mal… Vous croyez que je peux demander à Kurt ? L’idée me fait sourire malgré la douleur mais je doute que Kurt apprécie beaucoup la blague. Ca ferait surement beaucoup plus rire Anna Marie que Kurt d’ailleurs mais je comptais pas appeler ma meilleure amie pour lui faire savoir que j’ai besoin qu’elle me cogne un coup de poing pour m’être abimé le mien. Parce qu’elle allait me passer le savon du siècle oui. Pareil, je ne comptais pas spécialement aller prévenir Carol de ce genre de chose. Elle a beau être en quarantaine ma grande sœur, elle continuait de me faire peur quand elle s’énervait. Elle était d’ailleurs beaucoup plus flippante que genre ma mère ou n’importe qui d’autre… Quoique non, Raven était pas mal flippante aussi. Mais bref, je savais qu’aucune d’entre eux ne me voudrait du mal hein. Mais elles voudraient m’engueuler et j’étais déjà assez énervé comme cela pour pas qu’elles en rajoutent une couche supplémentaire. Surtout que cela risquait de remonter aux oreilles de Maria Hill ou de Leo Jüng et je risquais de me faire passer un savon par mes supérieurs du coup. Parce qu’en fait… je m’étais peut être vaguement blesser en faisant de la merde. Non pas vaguement totalement. Disons que j’avais pas fait comme Kurt est tenté de frapper quelqu’un dans les vestiaires. J’avais trouvé mieux de le faire dans la salle d’entrainement histoire d’avoir une excuse de frapper. Sauf que je n’avais pas armé mon coup correctement et que je m’étais fait mal. Sans parler de l’autre m’avait tordu la main dans le seul de but de me faire mal. Je pestais tout en me rendant jusqu’à Hammer Bay à pied du coup. J’aurais pu aller à l’infirmerie du SHIELD, mais ça voulait dire que je risquais d’être suspendu un certain temps. Ils aimaient bien ça. Surtout avec mon dossier. Pareil, j’évitais d’aller me plaindre de douleur dans cette même main tant que je pouvais pratiquer. Et mes résultats au stand de tir étaient toujours excellent du coup… Je soupirais. Avec un peu de chance, ils n’essayeront pas de me filer un arrêt et je serais tranquille. Avec un peu de chance, je pouvais pas encore savoir que je n’allais pas en avoir. Une petite demi-heure plus tard à peine, j’étais assis sur un lit des urgences, ayant trouvé que ça servait définitivement à rien de m’y allonger. J’avais posé ma main à plat sur le matelas et de l’autre je regardais mon téléphone. J’envoyais un message à Kurt pour lui dire que je le verrais pas ce soir comme prévu. Depuis l’épisode dans les vestiaires j’essayais de voir plus souvent mon ami mais là ça n’allait pas être possible. Je soupirais. J’étais pas spécialement de nature très patiente et je commençais à en avoir marre d’attendre. J’avais déjà vu une infirmière, enfin je crois que ça en était une. J’étais allé passer des radios qu’ils n’avaient même pas voulu me montrer. Et là j’attendais encore. Je prenais mon mal en patience, sachant qu’ils étaient probablement un peu débordés. J’avais bien vu la salle d’attente. Mais la patience n’était pas spécialement ma principale qualité. Un peu con pour quelqu’un dont la majeur partie du taff consistait à attendre et être opérationnel dès que l’on aurait besoin de lui peu importe l’heure du jour ou de la nuit. J’étais à peu près à la limite de ce que j’allais être capable d’attendre quand la porte s’ouvrit. Pitié me dites pas que je vais devoir attendre et que le médecin passera me voir quand il aura plus de temps. Je tourne la tête vers la belle jeune femme qui vient de rentrer dans la pièce et je me sens tout de suite coupable de lui dire cela alors qu’elle ne fait que son travail. Désolé. Je suis pas très patient je crains.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Dim 16 Avr - 12:11

C'était à nouveau le chaos aux urgences. Une journée comme une autre à priori, surtout dans la vie de Claire. Elle était plus ou moins habituée à ce désordre constant, elle avait aussi vu pire. Là, les gros rhumes côtoyaient les idiots s'étant blessés bêtement avec n'importe quoi leur passant sous la main. Et en parlant de main, l'afro-américaine se baladait avec trois doigts coupés lors d'une bataille à la cisaille entre deux adolescents sous drogues. Un soupir lui échappa, elle avait la charge des dits doigts pour l'instant, avant qu'on ne l'appelle pour lui certifier que le patient était prêt à se les faire recoudre.

Le pire dans tout ça, c'était que le jeune homme n'avait pas senti la douleur, il rigolait trop avec son ami pour s'en rendre compte. Sa mère avait du hurler tout ce qu'elle pouvait pour que son fils réagisse enfin... Pas tout à fait de la manière qu'il fallait. Les ambulanciers avaient eu du mal à le fourrer dans le véhicule, avec l'arrivée de la police pour prendre les dépositions et tout ça... Autant dire que le garçon était chanceux de pouvoir se faire recoudre ses trois doigts coupés bien droits. C'était parfaitement ridicule comme histoire, et c'était la raison pour laquelle Claire était aussi blasée aujourd'hui.

Elle se rendit jusqu'à une autre salle d'examen pour faire son travail pour être reçu par un drôle d'accueil. Se figeant un temps en fronçant les sourcils, elle hésita à refermer la porte et à s'occuper de lui. Heureusement qu'il venait de s'excuser, sinon elle aurait prétexté une urgence ailleurs juste pour lui apprendre justement la patience. Un fin sourire vint se glisser sur ses lèvres, alors qu'elle se tournait vers les équipements pour attraper des gants stériles, du désinfectant et toutes ces choses utiles pour un examen de routine.

« Je m'occupe de vous. » Assura-t-elle au jeune homme. Claire était parfaitement détendue, attrapa même le dossier à portée du patient pour le relire : « Vous n'avez rien eu et rien passé pour l'instant... »

Il devait attendre depuis un moment en effet. Elle lut rapidement ce qui l'amenait ici, des douleurs à la main, déjà blessée lors d'un déploiement et qui lui avait valu un arrêt longue durée. Bien. Soit il s'agissait de douleurs fantômes, et dans ce cas elle devrait plutôt l'envoyer vers un psychiatre, soit c'était dans son domaine de compétence et elle n'allait pas tarder à le traiter. Ses yeux firent le tour du papier, et elle le posa une fois au bout pour relever le nez vers le patient.

« Bien, Steven. » Commença-t-elle. « Je suis le docteur Claire Temple. » Se présenta la brune avec un sourire aimable. « Et je m'occupe de vous de ce pas. » Se raclant la gorge, elle se pencha vers la main meurtrie, et demanda poliment à son patient : « Expliquez-moi comment vous vous êtes fait ça, ce qu'il se passe, et on va régler au mieux le problème. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Mer 19 Avr - 10:29

Scold like a child


Malheureusement c’est quand je suis pris d’une réaction d’humeur qu’il faut que quelqu’un rentre dans la pièce et que je lui dise donc que j’allais assez mal prendre qu’on me dise d’encore attendre. Je savais que ce n’était pas la faute de la pauvre jeune femme qui venait de passer la porte. A la rigueur c’était la faute à tous les autres patients présent aux urgences mais on pouvait difficilement leur reproche d’avoir besoin de soins médicaux, étant présent pour la même raison. Mais on pouvait surtout pas le reprocher aux personnels soignants qui faisaient tout leur possible. Alors avant qu’elle puisse me dire d’aller me faire foutre, et elle aurait pas spécialement tort de me le dire d’ailleurs, je m’excuse en lui disant simplement que je ne suis pas très patient. Pas du tout oui. Enfin depuis le temps que j’attendais ici, je devais l’être un minimum. Ou alors, c’était la peur de ce que dirait Maria Hill si elle apprenait l’affaire qui faisait que j’avais pas bougé mon cul de ce lit d’hôpital confortable comme un lit d’hôpital. Elle me dit qu’elle s’occupe de moi et je lui souris. Merci. Et encore désolé, c’était parfaitement incorrecte de ma part. Et tellement impoli. Elle avait l’air bien plus fatigué que moi et contrairement à moi, elle ne rentrerait probablement pas chez elle quand elle en aurait fini avec le patient suivant. Je me souvenais très bien maintenant pourquoi j’avais choisi l’armée et non une profession médicale. Parce que ça réussissait à craindre encore plus ce qui était un peu un exploit. Elle attrape mon dossier en me disant que je n’avais rien eu pour le moment. Euh si, on m’a fait passé une radio. Je sais pas si les résultats sont là. Parce que la pauvre secrétaire à l’entrée avait l’air tellement débordée par le flux incessant de patient que je ne serais pas étonné qu’elle ait oublié. Pas qu’elle fasse mal son travail ou ce genre de chose. Mais vient un moment où on ne peut pas tout faire et je préfère qu’elle oublie mes radios que de faire passer en premier quelqu’un qui arrive avec une plaie ouverte ou ce genre de chose voyez vous. Simple priorisation. Enchanté Docteur Temple. Steven Danvers. Par réflexe, je commence à effectuer un salut militaire avant de me reprendre, de me souvenir où j’étais et de rebaisser les bras. La voyant se pencher vers ma main je la soulève pour qu’elle puisse plus facilement voir ce qu’elle avait envie de voir. Merde je dois vraiment raconter comment je me suis fait ça ? Mais bon si elle peut régler le problème, je peux bien raconter ça non. Je préfère être ridicule qu’avoir mal. Hum… pas de façon intelligente je crains. C’était à l'entraînement, combat à mains nues et… disons que j’apprécie assez peu les remarques graveleuses que certains de mes collègues peuvent faire sur ma meilleure amie ou ma soeur. Je lâchais ça avec une certaine humaine. Excusez-moi. Je détestais ça oui. J’étais le premier à dire à Kurt de les ignorer mais c’était du foutage de gueule vu que je n’arrivais pas à suivre mon propre conseil. Oui, je sais : c’était assez stupide. Mais du coup, un mauvais choc à la main plus un collègue qui s’amuse à la tordre, ce qui pour un professionnel du combat est à peu près aussi glorieux que de tirer les cheveux dans le cours de récrée. Je sens ma propre voix monter un peu plus. J’inspire un grand coup. En soi, rien de bien grave mais c’est assez douloureux et au vu de mon dossier médical, j’ai préféré venir faire vérifier. Surtout que mes supérieurs rigolent pas avec ça. Je hausse simplement les épaules. Après tout c’était à elle de me dire si c’était réellement pas bien grave et si j’étais pas simplement entrain de nous faire perdre notre temps à tous les deux.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Ven 21 Avr - 14:45

« Au moins, vous avez tous vos doigts. » Souffla Claire en jetant un coup d'oeil à sa boite médicale contenant encore les doigts de son précédent patient. Ses yeux remontèrent à Steven, à qui elle adressa un sourire désolé : « Pardon, c'était de mauvais goûts. »

L'humour de médecin était rarement tout public. Elle évitait d'ordinaire d'en faire en présence d'autres personnes, mais parfois, elle ne parvenait pas à se retenir. Avec sa mine toujours trop sérieuse, sa voix blasée, Claire semblait être le genre dépourvu d'humour alors que c'était loin d'être le cas. Elle magnait l'ironie épuisée avec brio, et le sarcasme avec une pincée d'agressivité. Ce qui faisait qu'elle ne s'autorisait à l'être que pour les grandes occasions : les disputes par exemple !

« Mais aujourd'hui, ça n'est la journée de personnes à ce sujet, il semblerait. » Fit-elle en se tournant vers les fiches d'examens.

Elle écouta les explications de tout ça du jeune homme. Des réflexions à propos de sa sœur et de sa meilleure amie, un coup qui aurait mal tourné. Claire fronça les sourcils, gardant néanmoins son sérieux. Elle avait surtout envie de féliciter le garçon d'avoir osé parler quand des personnes s'en étaient pris verbalement à ses proches. La plupart du temps, les gens avaient peur de s'interposer. Ça faisait de Steven Danvers quelqu'un de courageux :

« Hm... J'espère au moins que vous leur avez fait mal aussi. » Lui répondit-elle avec flegme : « Ca serait dommage sinon... »

Elle s'éclipsa brièvement. La porte s'ouvrit quand elle sortit pour aller chercher les radios. Elle mit bien dix minutes à revenir vers Steven avec le St Graal en main, esquissant un grand sourire ravi en agitant la feuille épaisse et foncée devant le regard de l'homme. Plaçant les planches près de la lumière adéquate, elle regarda un moment les photocopies en essayant de trouver quelque chose qui génerait. Le compte rendu du radiologue ne disait rien de concret, elle ne voyait rien non plus, ça allait :

« Les radios ne montrent pas de fractures, vous avez de la chance. » Rétorqua-t-elle. Néanmoins, son regard se fixa sur une forme transparente. Les radios passaient à travers les chaires la plupart du temps et les muscles aussi, pour faire apparaître seulement l'os. Mais parfois, les contours traversées pouvaient faire des formes étranges : « Mais il y a probablement une légère entorse, ça expliquerait la douleur. » Fit-elle en tapotant la lampe.

Revenant se placer devant Steven, elle attrapa soigneusement sa main et en recouvrit le dos pour le forcer à fermer le poing :

« Dites moi si vous avez mal. » Demanda-t-elle fermement en faisant faire d'autres mouvements à ses doigts, ses poings, et même son poignet. Selon les mots de Steven, elle déterminerait plus facilement la source du problème : « Vous avez des problèmes de mouvement ? Gêne pour attraper quelque chose parfois ? Tremblement dans les doigts ? Si vous pratiquez un sport de combat par exemple, il y a des douleurs résiduelles ? Douleur fantome sinon? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Lun 1 Mai - 0:13

Scold like a child


J’ouvre les yeux un peu surpris quand le docteur Temple me dit qu’au moins j’ai tous mes doigts. Sur le moment on s’y attend pas franchement à ce qu’un médecin nous dise ça. Mais très vite je comprends que le docteur a du avoir une journée assez fatigante, j’en suis même certain. Et quelque chose me dit qu’elle a encore du voir un patient qui n’a pas tous ces doigts. Il faut dire qu’avec l’armée j’en avais vu plus d’une fois des doigts manquants alors ça me faisait surement pas le même effet qu’à d’autres patients. Elle s’excuse et je rigole gentiment. Mais j’ai trouvé ça de très bon goût moi. Probablement que les militaires et les médicaux ça a à peu près le même humour de merde. Faudrait que je teste un jour mon humour sur quelqu’un d’autre. Genre… non pas Pietro parce qu’il a le même humour pourri que moi et Leigh aussi. Et Anna Maria et Carol j’en parle même pas. Mais bref, je devrais tester sur quelqu’un de normal du coup. Et ce normal n’est surement pas mes amis. Ou peut-être Lorna mais évitons de me griller auprès de la princesse comme ça. Du coup, je me concentre sur ce que je raconte au médecin. C’est-à-dire comment j’ai été un parfaitement con au point de me peut-être me blesser à la main qui a déjà pris assez cher avec l’armée. Je la vois froncer les sourcils et je me doute qu’elle doit se dire que je suis un imbécile fini. Mais bon, elle connait pas les gros relous du SHIELD. Je ne peux pas m’empêcher de sourire quand elle me dit qu’elle espère que je leur ai fait mal. Je rigole. Oh que oui. Rien de cassé mais croyez-moi, demain ils vont pas venir travailler. J’avoue que y avait une certaine fierté là dedans. J’allais vraiment me faire tuer par le commandant Hill quand elle allait apprendre ce qui c’était passé. Mais c’était pas grave, ça me faisait quand même plaisir de lui avoir cassé la tronche à l’autre espèce de saleté là. Je détestais qu’on s’en prenne à mes proches, c’était pas nouveau. Je laisse le docteur Temple quitter la pièce et d’une main je consulte mon téléphone. Kurt m’a répondu et je lui dis que ce n’est rien, juste que je suis fatigué. Ca devrait le faire. Puis bon, au pire je comptais réellement pioncer comme un gros bébé. Je commence d’ailleurs à bailler et comme un crétin que je dois être je mets ma main devant ma bouche. Faux mouvement, douleur. T’es con Steven. Je soupire un coup et décide de reprendre mon mal en patience. Je relève la tête pour voir le docteur Temple revenir avec ce qui ressemble à… mes radios. Ah victoire ! Je la regarde examiner les radio tout en me demandant comment bordel de merde elle pouvait comprendre quelque chose à cette image. Ok elle se dirait peut être la même chose si elle me voyait étudier le plan d’un bâtiment. Elle dit que… victoire ! C’est pas cassé. Je pourrais faire une danse de la joie, je ferais une danse de la joie. Mais surement une entorse. Ouais, ça m’étonnerait pas. Elle revient vers moi et attrape ma main. Comprenant ce qu’elle veut que je fasse j’en ferme le poing. Sans vouloir être offensant… je viendrais pas si ça faisait pas un minimum mal. Sauf qu’elle se met à me poser pleins de questions. Je soupire. Problème de mouvement, pas spécialement. J’ai jamais retrouvé la dextérité que j’avais avant mais le médecin de l’armée m’avait prévenu. Pas de gêne pour attraper. Tremblements au dessus d’un certain stade de fatigue. Et oui douleurs fantômes à l’occasion. J’ai même le droit d’aller voir la très sympathique psychiatre du SHIELD pour ça. Je grimace en pensant à l’autre espèce de vieille chouette. C’était mon moment joyeux du mois d’aller la voir sérieusement. A vrai dire… si j’allais voir un médecin au SHIELD, je prenais une mise à pied directement. Et je cache pas que j’aimerais y échapper.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Sam 6 Mai - 12:03

« Hm, je vois... » Souffla-t-elle doucement en pinçant les lèvres.

Evidemment qu'il avait mal. Continuant à manipuler ses doigts, elle lui demanda d'effectuer quelques mouvements avec son index et son majeur, les plier, les déplier, les croiser. Sa main semblait légèrement grippé par la douleur, ce qui confirma son diagnostique. Mais les mots du jeune homme terminèrent de lui arracher une petite moue. Il ne voulait pas que ses supérieurs en aient vent, pour ne pas être mis à pied pour rien. Encore un bourreau de travail qui ne voulait pas s'arrêter.

Elle n'irait cependant pas contre sa volonté, sachant que ça pourrait le mettre plus mal qu'autre chose, et le plonger dans une période sombre. La plupart des soldats aimait être en activité, utile à une cause. Les mettre sur la touche était la pire chose qui pourrait arriver à leurs yeux.

« En tant que médecin, ça serait mal venu de ma part de vous renvoyez au travail avec une main abimée. » Déclara-t-elle en regardant le jeune homme droit dans les yeux : « Si la blessure n'est pas durable, elle sera handicapante. »

Jetant un biais à son dossier, Claire demanda distraitement :

« Vous êtes au SHIELD, sur le terrain ? »

La brune cherchait à avoir confirmation de ce qu'elle craignait, pour savoir comment aviser ensuite. Elle avait peut-être une solution qui pourrait être acceptable aux yeux de son patient. Bien sûr, une solution qui avait des conditions très précises, ne laissant aucun doute sur son sérieux :

« Ecoutez... » Commença-t-elle en captant l'attention de Steven. « Je vais vous prescrire quelque chose pour la douleur, mais on va faire un deal vous et moi... »

Claire roula sur son tabouret pour s'éloigner doucement de lui, se saisissant d'un stylo posé sur une surface éloignée alors qu'elle griffonnait quelques mots sur le dossier de l'agent :

« Je ne le mentionne pas dans votre dossier si vous revenez la semaine prochaine pour une réeducation rapide et un bilan sur votre blessure. » Fit-elle. Elle s'en voulait déjà de lui dire ça, elle devait se montrer plus ferme. « Ensuite, nous nous reverrons pour des séances de kiné, et vous pourrez reprendre le travail. »

La suite n'allait pas lui plaire, elle le savait très bien :

« En attendant... Vous ne devrez pas aller sur le terrain et vous contentez des tâches de gratte papier. » Penchant la tête sur son épaule, elle rajouta d'une voix qui ne souffrait d'aucun refus : « Si vous ne respectez pas ce deal, je prendrais contact avec vos supérieurs pour parler de votre état et vous serez mis à pied. Croyez moi que je connais quelques personnes là-bas, j'ai travaillé avec le SHIELD en m'installant ici. »

Au moins, il était prévenu et avisé qu'elle n'hésiterait pas à user du téléphone pour le faire :

« Si la blessure ne se remet pas bien, je me réserverais le droit de prolonger les séances. Tant que vous êtes en convalescence avec moi, vous ne devrez sous aucun prétexte retourner sur le terrain. Alors ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
255
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Dim 7 Mai - 21:58

Scold like a child


Quand je confirme au docteur Temple que effectivement la blessure est douloureuse, je la vois se pincer les lèvres. Un pré-sentiement me disait que tout cela n’avait rien de bon. En même temps, je me doutais qu’elle se doutait que j’avais mal. Alors je me disais que ça devait être les mouvements qu’elle me faisait faire qui ne lui convenait pas. Par exemple quelque chose comme ça ne pliait pas correctement et ça n’annonçait rien de bon pour moi. Je lui explique que j’aimerais vraiment éviter la mise à pied et je guette sa réaction. Sauf qu’elle me dit directement qu’elle ne peut pas me conseiller en tant que médecin de retourner travailler avec la main dans cet état. Je soupire. J’étais à peu près sur qu’elle me dirait quelque chose comme cela. J’avais pris assez de baignes dans mon travail pour savoir quand on peut travailler et quand on ne peut pas. Je m’en doutais mais bon, si on n’essaye pas. Elle note que la blessure risquait d’être handicapante. Je vous fais confiance Docteur. Si vous me dites que je peux pas aller travailler dans cet état, je resterais chez moi. Et oui, agent du SHIELD et sur le terrain. Je récupérais ma main tout en la voyant réfléchir. Humm… je le sentais pas. Je le sentais pas. Je voyais déjà Maria Hill m’annonçait que c’était bon, j’étais mis à pied. Elle commence par me dire qu’elle va me prescrire quelque chose pour la douleur et je me sens tout de suite soulagé. Parce que j’avais quand même franchement mal pour le moment et je savais pas combien de temps j’allais tenir avant d’ouvrir une bouteille à défaut d’avoir mieux. Donc pas de bouteille pour moi et quelque chose pour la douleur, ça me paraissait un bon deal. Mais ce n’était que le début du deal qu’elle me proposait alors je me méfiais encore de la suite. Pas de mention dans mon dossier ? Nouveau soulagement. Rééducation ? Je hochais rapidement la tête. Parce que bon… je savais ce que c’était, j’étais déjà passé par là et tout ce genre de chose. Je savais que je devrais rééduquer ma main. Alors bon, venir la faire avec elle et avoir un bilan de l’avancement de la cicatrisation ? Oui ça me convenait. Elle était censé cette docteur dis donc ! Par contre… séance de kiné avant de reprendre le boulot ? J’aurais préféré pendant. Quant à la suite ? Pas de terrain ? Grrr, je détestais ça mais je savais bien qu’elle avait raison. Et gratte papier… bon bah, faudra bien que je trouve à m’occuper de toute manière pendant tout ce temps sans terrain même si ça me rendait pas super jouasse comme idée. Mais sans prévenir mes superviseurs, je n’avais pas vraiment d’autres choix que cela. La suite ? Mais c’était qu’elle était presque aussi flippante que le commandant Hill, le docteur Temple ! Je vous crois sur parole Mme. J’aurais presque fait le salut militaire en disant cela. J’accepte votre deal. J’ai vraiment pas envie de me prendre une mise à pied mais je sais trop bien à quel point je peux pas me permettre de faire n’importe quoi. Pas après mon passé au sein de l’armée et pas avec mon métier. Quant à retourner sur le terrain… je vous cache pas que si un évènement comme le Pegasus se reproduit, je ne tiendrais pas compte de la promesse que je vous fais de ne pas y retourner. Je hausse les épaules en disant cela. Autant être honnête parce que je doutais qu’elle soit stupide. Et si en dehors de cas exceptionnels comme cela, je respecte pas ma promesse, je vous donne l’autorisation de me balancer au Commandant Jüng. Mais je vous en prie, me balancer pas à ma mère. Non mais ça je ne vais pas le dire. Merci le ridicule sinon. Je tente de faire fonctionner ma main très rapidement mais j’ai beaucoup trop mal pour faire plus qu’un seul geste. Sinon, Docteur, vous pouvez me donner un diagnostique ? Je suppose que j’ai réussi à me faire une entorse mais bon, je suis pas médecin.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   Dim 7 Mai - 23:08

Claire s'était attendue à plus de renoncement que ça de la part de son patient. Ce fut avec une pointe d'étonnement et surtout beaucoup de soulagement qu'elle aborda la réponse de l'homme. Si elle s'était montrée ferme, elle avait aussi été le plus juste possible pour permettre à Steven de reprendre le boulot sans être mis trop longtemps sur la touche. Il était conscient des risques d'une telle blessure, surtout avec son passif médical déjà conséquent. Un sourire se dessina sur les lèvres de la chirurgienne, alors qu'elle se redressait.

S'éloignant d'un pas, elle poussa un long soupir. Le pegasus, effectivement. Si elle avait été derrière les tranchées, à attendre les victimes pour les remettre sur pied, à travailler à ne plus savoir quand dormir et quand manger, lui avait du faire face à d'autres obligations probablement, et pas des sympathiques. Il ne restait à espérer qu'aucun autre attentat du genre du Pegasus ne se reproduise sur l'île de Genosha, qui ne devait pas se transformer en zone de guerre.

« Bien, admettons ça. » Fit-elle. Notant le nom du Commandant Jüng, qu'elle avait déjà rencontré, de loin, sans lui adresser la parole et en ne se souvenant que vaguement de son visage, elle revint sur le sujet qui les avait amené ici tous les deux : « Une entorse, de la première phalange du majeur. »

Elle lui donna son diagnostique en lui montrant sa propre main, agitant son index et son majeur.

« Avec un bel hématome à venir sur le dos de votre main. Les chaires sont gonflées autour des jointures, et deviendront violettes d'ici quelques heures. » Ajouta-t-elle avec un sourire en coin.

Tout en faisant ça, elle attrapa un petit papier sur lequel elle annota quelques mots d'une écriture qu'elle voulait la plus lisible possible.

« Passez à la pharmacie de l'hopital après avoir signé votre décharge. » Ordonna-t-elle fermement. Signe qu'il n'avait absolument pas le choix de négocier : « Vous prendrez une atèle à votre taille, que vous garderez pendant deux semaines ainsi qu'un flacon de codéine. » Relevant le nez. « Deux comprimés, un le matin, un le soir, en mangeant. Si la douleur est trop forte, vous pouvez en prendre deux de plus dans la journée, à des intervales de trois heures minimum. »

Elle regarda Steven pour voir s'il avait bien compris. De toute façon, elle notait tout minutieusement sur sa feuille de soin, qu'elle signa et déchira de son calepin, pour venir la tendre au jeune homme.

« Votre main va rester gonfler pendant un ou deux jours. » Précisa-t-elle. « Laissez la au repos le plus possible, utilisez votre autre main en attendant. » Elle lui fit un sourire : « C'est très bon pour le cerveau d'apprendre à user de la main non-dominante. Vous verrez, vous gagnerez en concentration et en réflexes à force. »

Il fallait dire que Claire avait toujours quelques anecdotes amusantes sur le corps humain pour essayer de plus facilement faire passer la pilule. C'était son domaine d'expertise, et elle éprouvait une vraie fascination pour la capacité biologique du corps à se guérir.

« On se dit à dans deux semaines... Ou plus tôt si la situation ne s'améliore pas. » Souffla-t-elle en avisant l'homme d'un regard sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Scold like a child (Claire&Steven)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scold like a child (Claire&Steven)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dangerous Man le dernier Steven
» Pourquoi les hommes noirs préfèrent t'ils les femmes a la peau claire ?........
» [McNab, Claire] Antipodes
» [Ubac, Claire] Les chemins de Sarasvati
» La Chambre Claire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: