Partagez | 
 

 Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 7:30

Dwayne Walker

I'm getting better at becoming a ghost
33Gargoyle
Propriétaire d'un magasin de musiqueTHE LEADERS
Hétérosexuel et CélibataireMutante

Pouvoirs -

Dwayne a la capacité de se transformer en gargouille. Les premières transformations sont survenues dû à un changement sévère d’émotions. Ses muscles durcissent formant une couche de granit sur tout son corps. Son visage devient une tête d’animal diabolique aux dents acérées. Son corps prend une masse musculaire imposant arborant les traits d'une bête tel un loup aux mains et pattes griffés. Il est doté des propriétés physiques de la pierre comme la force et la dureté, ce qui lui donne une résistance surhumaine aux impacts ainsi qu’aux températures et aux pressions extrêmes. Le seul élément qui pose problème à sa condition est l’eau. Le granite est reconnu pour être robuste, mais lors d’une forte pression excessive, tel qu’un jet pouvant aller à une centaine de kilomètre/heure, elle aura tendance à s’effriter et à se décomposer. Ce genre de situation sur Dwayne le conduira à un retour à sa condition humaine gardant les séquelles sur son corps (éraflures, entailles, perforations). Un dérangement psychique intense ou un coup déterminant le ramène sous sa forme humaine.

Formés pour protéger et surveiller son territoire, les sens de la gargouille sont très aiguisés. Comme les murs, elles entendent tout et comme des oiseaux, elles voient tout. De la position de Dwayne, son champ d’observation et de captation sonore peut s’étendre jusqu’à 5 kilomètres. Ces hypersens sont actifs sans nécessairement avoir les attraits de la gargouille. Ce sont deux éléments à part. Tous ces capacités l’entraînent à surveiller ces aller et venues. C’est pour cette raison qu’il a un côté hermite. Malgré sa concentration et son calme, cela peut lui causé un mal de crâne intense l'obligeant à se retirer du monde.



Souhait

Ne plus rester entre ces quatre murs. La prison est en train de le tuer. Il désir en sortir à tout prix et tenter de se construire une nouvelle vie en lien avec sa passion de la musique.

Emergence

Oui, il a eu plusieurs manifestations de ce genre C'est ce qui le rend aussi craintif et distant envers les gens. Il se doute de quelque chose, que tout ce qui se passe autour de lui doit avoir une raison. C'est surtout la nuit, dans son sommeil. Malheureusement, peu d'entre-eux sont bénéfiques. Des cries, des hurlements, des menottes autour de ses poignets, la douleur des chaînes sur sa peau blanche. Non, c'est toujours les mêmes images, les mêmes sons. Et que dire de certains visages qu'il croise à la boutique. Non, tout cela n'est pas normale.



Avez-vous entendu parler de ces rumeurs sur l'émergence de certains pouvoirs ? Si oui, qu'en pensez-vous ? Vous trouvez ça excitant ? Malsain ? Improbable ?
"C'est très inquiétant. Nous sommes pas tous des gens saint d'esprit, ici. Imaginez si un de ces timbrés possèdent des soi-disant dons ?! Les possibilités sont infinies. Il va de la sécurité des gens. Je ne vois pas ce qu'il y aurait d'excitant de voir une personne saccager un immeuble à coup de laser."

Avez-vous déjà été témoin d'une rafle de la garde rouge ? Pensez-vous réellement qu'ils recherchent des personnes à pouvoirs ou ce ne sont que des bruits de couloir ? Le contrôle de la population serait-il un mal nécessaire ?
" Je...Enfin, non. Non, je n'ai pas été témoin de cette troupe en tenue rouge vive et je n'ai pas l'intention de rester près si jamais j'en croise une. Je peux comprendre une patrouille pour tenir le calme et l'ordre, mais ce que j'entend parler, ce n'est pas la même chose. Ils ne sont pas juste présent pour semer la tranquillité."

Dans une autre vie, qui auriez-vous aimé être ? Pour quelles raisons ?
"Un gars normal, tout simplement. Ne plus voir ce teint si pâle dans la glace. Ces traits cadavériques trait qui font encore sursauter tant de gens. Pouvoir jouer de ma musique la tête haute et sans crainte. Avoir ce sentiment de confiance en moi qui me permettrait d'entretenir des relations fortes et même, qui sait, sentimentaux. Rien de plus."

pseudo

Doudou

sexe/age

F/Immortelle

pays

Canada

DC

Non

personnage marvel, scénario ou inventé

Inventé

niveau d'émergence

2

niveau de maitrise

1

Désirez-vous un parrain/marraine

Oui

vous nous avez connu...

Top RPG

un dernier aveu

Très heureuse de voir un magnifique site sur Marvel. J'ignore encore si je laisse Doudou en tant que civile ou l'attribuer dans un institut en tant que professeur de musique.
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 7:33

Before Genosha

we all have to start somewhere
L’école….Un calvaire.

Mon père désirait que j’aille à cet institut afin d’apprendre à me maîtriser et me défendre par l’intelligence. Ne pas devenir comme lui avec sa colère incontrôlable. J'ai encore du mal à comprendre ce changement drastique de perception de sa part. Si cela n'avait pas été de cette colère, je ne serais plus de ce monde. Je serais avec ma mère. Enfin, le voir en prison de l'autre coté de la glace me rends toujours aussi dégoûté par le système juridique.

Je comprenais son désir de me voir réussi. Je voulais juste reprendre la boutique, c'est tout. Les notes, je m'en foutais. À vrai dire, je ne voulais pas aller dans un espace aussi peuplé par des ringards. Avec mon histoire, j’avais du mal avec les répercussions que cela me donnait. Non, je n’avais pas de difficulté à être calme et attentif aux cours. C’était en sortant des classes que cela devenait plus difficile. Les regards, les murmures, les gens qui me pointaient lorsque je leur faisais dos. Je savais fort bien ce qui se passait. Je n’avais même pas fait un pas dans cette école et déjà j’avais une réputation. Une mauvaise réputation :

« C’est Dwayne Walker. Il paraît qu’il aurait tué sa mère de plusieurs coups de couteau. » - un étudiant de sa classe -

« J’ai entendu dire que son père était en prison. Il aurait incendié une maison tuant une famille au complet. » - Professeur de Math-

« Il paraît qu’un gars de sa classe lui a adressé la parole. Il a passé 2 jours à l’infirmerie. » - un étudiant -

« Tu as vu sa peau à ce clébard ? Toutes les filles le trouvent laid, d’ailleurs. Je comprend pourquoi il se cache. » - une jeunesse de son cour de musique –


Comment un gamin pouvait se sentir ? J’étais mort d’avance, dans ces murs. J’avais le rôle du ténébreux, du bizarroïde ou du tueur en série. De toute façon, je n’avais pas cette envie de connaître qui que ce soit. C’était peut-être un peu prétentieux, mais j’avais une longueur d’avance sur eux en maturité. Je m’empressais de terminer les cours pour la boutique. C'est le meilleur ami de mon père qui en a prit la charge. Je sortais rarement de là. Je ne voulais pas participer à aucune activité. Aucun jeu. J’étais toujours l’intrus au fond de la classe ou l’idiot au bout de la table. Si cela m’était impossible d’avoir la paix, je me créais une bulle en jouant une composition ou je passais mon temps à la bibliothèque à la découverte de nouveaux auteurs.

Comment les gens peuvent ignorer tous ces êtres qui ont écrit sur le monde ? Des histoires magnifiques ce cachent derrières ces couvertures et qui n’attendent qu’être lu. La bibliothécaire me reconnaissait et était toujours étonné de me voir sortir des œuvres littéraires. Jamais de bandes dessinés. Mes notes s’en ressentaient, mais ce n’était pas ma priorité. Je voulais comprendre le monde. Connaître les différentes pensées des écrivains d’ici, d’ailleurs au travers des époques. Des inspirations pour mes futures compositions…

« Excuses-moi, tu pourrais m’aider ? »

Je ne bougeais plus. On m’avait parlé, après 3 ans de silence ? Était-ce vraiment le cas ? Je ne pouvais pas croire qu’une personne assez folle m’adressait la parole. Je gardais mon regard sur mon livre de Shakespeare et je tournais la page.

« Youhouuu ! C’est à toi que je parle. Tu pourrais me donner le livre en haut ? Tu es assez grand pour me le donner. »

Je baissais les yeux, aussitôt. C’était une fille. Une fille qui me regardait dans les yeux et qui me souriait. Elle devait être sans doute nouvelle. Elle ne connaissait pas les ragots sur moi.

« Alors, tu me le donnes, s’il-te-plaît ? »

J’avais la gorge tellement sèche. Je n’avais pas parlé depuis 3 ans et elle me prenait par surprise. Je ne savais pas quoi faire. J’étais complètement déstabilisé par son audace, sa gentillesse et…sa beauté.

Oui, c’était une belle fille. Une belle femme. J’en avais croisé plusieurs, mais aucune qui a eu le cran de venir à ma rencontre.

Je pris le livre et je lui tendais faisant attention de ne pas la toucher. Elle était surprise de mon attitude distant. Dès qu’elle le prit, je m’effaçais en prenant le chemin inverse.

« Hey ! Attend ! Pourquoi tu cours comme cela ? Je te fais peur ? »

J’étais piégé. Elle était devant moi. Elle me bloquait comme un mur. J’essayais de la contourner. Elle me bloquait de nouveau.

« Tu ne veux pas me connaître. »

« Pourquoi ? »

« Parce que…c’est une erreur de m’adresser la parole. »

« Tu te fous de moi ? »

« NON ! JE SUIS SÉRIEUX ! »

Je l’avais effrayée. J’étais devenu colérique d’un coup. Je n’avais pas le don de la discussion. Je n’avais pas de don pour une relation, tout simplement.

« Tu comprends, maintenant. Laisses-moi… »

Elle m’avait saisie. Elle m’avait marqué. Je songeais à elle, durant des nuits. La seule dans tout l’école qui m’avait parlé et j’avais fait en sorte que ce soit la dernière. Je l’avais aperçu quelques fois, au loin. Une fois, elle semblait vouloir me voir, mais une main forte la retenue. Et voilà. Elle venait d’être au courant de ce vécu que les autres m’adressent. C’était fini…

Enfin, je l’avais cru…

Durant première journée d’été, j’avais osé m’afficher avec ma guitare dans la cour. Je m’étais installé avec mes compositions et je jouais. Je devenais musicien à leurs yeux. Je devenais quelqu’un et elle m’avait vu.

Alors que je terminais mon dernier accord :

« Wow ! C’est très jolie ! Tu es doué !»

Elle était là, assise à côté de moi. Bien des regards se sont braqués sur nous. Comment cette fille pouvait être si près du Clébard ? Clébard, c’était mon surnom. Un animal vorace mangeur de chair...
Je sursautais presque sur place. Je me demandais ce que je devais faire. Fuir, comme je l’ai toujours fait ou…tenté ma chance et entretenir une conversation ?

Ma bouche tournait dans tous les sens ne sachant pas quoi dire.

« Euh…Je…Euh…Bien…Merci ! »

Je me levais aussitôt prenant mes affaires.

« Qu’est-ce que tu fais ? Tu fuis encore ? Tu comptes faire cela à chaque fois qu’une fille te parles ? »

J’étais sous le choc. Me parler sur ce ton par une inconnue. Le Clébard lui aurait sauté au visage, mais…je n’étais pas cet homme. Pas aujourd’hui. Je décidais de m’asseoir.

C’était un bon début. Un très bon début…

Je venais d’entreprendre ma première conversation consentante avec une fille. J’avais du mal dans les premiers temps. C’était elle qui menait le bal parlant de tout et de rien. Je ne faisais que l’écouter. Je la regardais attentivement découvrant chacun de ses traits sur son visage. C’était fascinant de voir une femme de près. Comme toujours, j’enregistrais. J’apprenais à la connaître. Je ne voulais pas perdre un moment de cette conversation.

« Assez parler de moi, Dwayne. J’aimerais savoir un truc. Est-ce que c’est vrai que tu as déjà tué un gars d’une main en lui défonçant le crâne sur un mur ? »

Je ne savais pas pourquoi, j’ignorais comment, mais j’ai éclaté de rire. C’était toute une sensation étrange. Mon ventre qui se contractait. Ma voix qui était totalement différente. Ma gorge qui se tordait. J’ignorais un tel effet. Cela faisait longtemps…

« Tu sais rire ? Bon sang ! C’est la première fois que je vois tes dents, Dwayne ! »

Ce n’était pas la dernière fois, non plus. Notre conversation s’est étalée pendant les dernières semaines de cours avant les vacances. Notre relation s’améliorait de plus en plus Elle m’aidait avec mes cours et moi je lui donnais des cours de littérature et de guitare. On passait nos journées ensemble à la bibliothèque, dans la cour, même qu’elle venait à la boutique.J’avais enfin quelqu’un. J’avais une amie.

Bien sûr, cela ne plaisait pas à tous. Ces amis se sont vite aperçus de notre réciprocité. Je les voyais la confronter dans son choix de me fréquenter. Je craignais qu’elle cède. Il m’est arrivé plusieurs de la voir partir dans le sens contraire avec ses amis, mais dès que je songeais au pire, je sentais son bras autour du mien. Je ne cessais pas de la regarder :

« Dwayne, le cour est de l’autre côté. »

« Ohhh, je…Désolé. »

Je souriais. Je souriais dans les corridors devant tous ces élèves ahuries de mon état. Je pensais constamment à elle : dans ma tête, dans mes chansons, dans ma poésie et mes dessins. Je la voyais partout. Je crois que c’est ce qui se passe quand on est amoureux. Tant de livres m’ont appris les symptômes et je les ressentais de plus en plus. Je ne pouvais plus garder cela pour moi.

Je la reconduisais à sa classe, lorsque je m’arrêtais, un moment.

« Dwayne, ça ne va pas ? »

« Euh…Oui,…enfin…Je…Tu sais…Bientôt…C’est la fin de l’année..et…tu sais…On s’entend bien et…le bal..Alors… »

« Oui, je veux bien aller au bal avec toi, Dwayne. »

J’étais instable. Je ne tenais plus en place. J’aurais pu m’évanouir. Sur le coup, sans avertissement. Mes jambes ont fléchis. Elle ne cessait pas de rire en me voyant faire le pitre sans le vouloir.

Le temps que je me suis préparé à cette soirée ? Je l’ignore. J’avais vérifié des dizaines de fois mon habit, le parfum, ma coiffure et mon sourire. Je lui avais acheté une belle broche. J’étais impatient de la voir dans sa robe.

Une beauté sortie d’une toile. Un oiseau aurait pu faire un nid dans ma bouche tellement j’étais subjugué. Je souriais comme un enfant. Elle souriait comme une déesse. Ma nervosité m’empêchait de bien faire mon rôle de cavalier.

J’étais encore devant la porte d’entrer du Bal tenant ma broche avec une telle force qu’elle pouvait se faner d’un moment à l’autre.

Alors que je m’approchais d’elle, une silhouette me coupait la route. C’était lui. Cet ami tant méfiant à mon égard. Il était en habit. Un habit plus propre que le mien avec un bouquet plus volumineux que le mien. Il se dirigeait tout droit vers elle.

Par contre, la réaction de ma cavalière n’était pas des plus joyeuse.

« Qu’est-ce que tu fais ici ?! »

« Salut, ma chérie ! »

J’étais écœuré. Je ne voulais pas regarder cela. C’était drôle ce que les symptômes de l’amour peuvent faire quand on observe celle que l’on aime embrasser un autre. Je regardais mon bouquet qui devenait de plus en plus inutile. Tout comme moi…

Elle n’avait pas apprécié. Sa main le gifla d’un coup :

« Qu’est-ce qui te prend ? C’est fini et tu le sais ! »

Durant tout ce temps, elle était avec lui… ? Je n’avais jamais ressenti cela auparavant, mais les auteurs n’ont décrient qu’une infime partie de la douleur qu’on peut ressentir. J’étais fou de rage et tellement triste à la fois. Elle s’était foutue de moi, comme tous les autres. Pourtant, mon cœur continuait de croire. J’observais la scène. Ce gars commençait à jouer sur ma tension. Il l’a brassait sans gêne.

« Non ! Tu ne vas pas me laisser et aller au bal avec le Clébard ! »

« Lâches-moi ! J’ai le droit de faire ce que je veux ! »

« Non ! Pas sans moi ! »

« Arrêtes ! Tu me fais mal ! »

C’était la même chose. Les mêmes sentiments. La même scène. Je voyais ma mère au travers de cette fille. Je voyais cet homme au travers de ce naze. Je pompais. Je pompais littéralement. Mes narines grossissaient par ma respiration accélérée. Ma poitrine augmentait. Mes poings se formaient. Ils étaient lourds, plus lourds qu'à la normal. Je m'en moquais.Je n’avais pas pu répliqué étant enfant, mais cette fois-ci, je pouvais empêcher un homme faire du mal à une femme.

Cela n’avait pris que quelques secondes et j’avais cet homme entre les mains. Et j’ai frappé ! J’ai frappé de toutes mes forces. Toute ma rage. Toute ma colère s’est vidée sur le corps de ce type. Je criais ! Je frappais ! Une foule se formait autour de nous, mais je continuais de la venger. De me venger !

Jusqu’à ce qu’on me pousse. J’étais ailleurs durant ces quelques minutes et je revenais à moi. J’étais à genoux, essoufflé. Je m’essuyais la bouche et je remarquais mes mains recouvertes de sang. Mon veston propre était ensanglanté. Et là, devant j’avais un corps inerte entouré d’une équipe médicale. Je remarquais ensuite tous ces visages qui me fixaient avec une telle frayeur. J’avais massacré un garçon à main nue par une forte colère.

Elle était là, en larme, enlacé dans les bras d’une amie. Je me levais aussitôt et je voulais m’approcher d’elle…

« Il voulait te… »

« Ne t’approches pas de moi !!! Tu...tu...tes mains étaient en pierre ! Regardes ce que tu as fais !!! Tu l’as défiguré !!! Tu l’as tué !!! Tu n’es qu’un monstre, Dwayne ! Je ne veux plus jamais te voir !!! Jamais ! »

Je ne pouvais plus faire un pas. Mes mains étaient nouées dans mon dos. C’était des autorités. Ils ont osés appelés les autorités, alors que je venais de lui sauver la vie. Je la regardais avec tant de tristesse. Je pleurais..Je m’époumonais en hurlant son nom. Je me débattais. Elle ne s’est jamais retournée. Jamais…
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 7:34

After Genosha

Life goes on
Que je pouvais détester cette endroit.

Toutes ces lumières inutiles, cet argent dépensé pour des attraits superficielles dans les boutiques et restaurant. Des panneaux publicitaires aveuglantes nous frappant au visage telle une lumière de circulation. Pourquoi autant de visuel ? Pourquoi autant de détail ? Est-ce difficile de ce concentrer sur le minimum ? Exposer simplement le message désiré au lieu d'exagérer avec de la nudité ou tout autre suggestion plus ou moins douteuse. Je ne pouvais pas croire que les gens se sont rendu aussi bas dans l'échelle de l'idiotie. De laisser tous ces messages subliminaux tachés l'innocence des plus jeunes qui ne connaissent encore rien de la vie concrète. Dès leur jeune âge, ils connaissent la violence gratuite et la sexualité. Tout cela sans avoir appris le respect et les valeurs moraux pour vivre en harmonie dans une société.

Je pouvais me consoler me disant que je ne vivais pas dans ce secteur, que je ne faisais qu'une livraison rapide pour un client. En effet, malgré leur tardive, je tenais à rendre à ce monsieur, sa précieuse guitare qu'il m'avait confié. D'ailleurs, il en avait besoin, très tôt, le lendemain matin. Il quittait la ville pour jouer plus au sud. J'aurais pu demander à Hanson de le livrer, mais je voulais le faire moi-même.Non, pas que je ne fais pas confiance à Hanson, mais que cette livraison était fort importante. C'était la première fois que j'avais un client de renom . Une personnalité qui faisait son chemin dans l'industrie de la musique. Il avait entendu parler de ma boutique et de mon talent de réparateur.J'étais très touché de savoir que mon nom se rendait dans ce monde du show-business. Donc, je tenais à faire mon travail jusqu'à la fin me rendant, moi-même à l'hôtel du client.

Et j'en sortie avec le sourire aux lèvres ayant pu discuter avec lui, quelques instants. Je désirais comprendre ce monde. Savoir comment débuter et tenter d'avoir une place. Je caresse ce désir de présenter ma musique au grand public. Oui, je le fais déjà dans quelques bars, mais j'aimerais étendre ma visibilité un peu plus loin qu'entre des bruits de verres cassés et de rires indiscrets. Je suis chanceux, la plupart m'écoute, me connaissant et ayant entendu mon talent musical. Seulement, il est plus facile de convaincre ses proches que des inconnus.Je voulais savoir si j'avais une chance ou s'il fallait que je range ce rêve n'y songeant plus.

Il y a des risques, mais tout dépend de la façon dont s'est présenté.Il fallait que je me démarque et que je cogne aux portes sans avoir peur des répliques. Bref, il m'a fait comprendre que j'avais un énorme travail sur moi avant de me lancer dans cette grande aventure.

J'étais content qu'il me dise la vérité. Qu'il me fait voir les choses en face que de me dire une phrase préparée digne des conclusions prévisibles de films de série B.  Le talent compte, mais il faut aussi beaucoup de persévérance. Rencontrer les bonnes personnes et ne pas laisser passer un chance.

Ces dernières paroles retentissaient dans mon crâne. Le fait que  je devais prendre confiance en moi et foncer sans me poser sans cesse des questions. Douter...

Oui,je doute sans cesse. Sur moi, sur les autres...Je crois rarement à la sincérité envers ma personne. Les moments où j'ai laissé les gens s'approcher de moi, c'était pour me poignardé dans le dos...

Alors, c'est difficile pour moi de baisser ma garde...et laisser les gens entrer dans mon monde....Je le fais uniquement dans mes chansons...évacuant toute cette pression sur mes épaules.

Ma tête dans mes songes, je visualisais mon trajet fixant droit devant moi. J'avais toujours ce discours dans ma tête ne me préoccupant pas du reste.

Il a fallu que mon nez s'en mêle me ramenant au monde réel.

Le café.

Il n'y a pas une odeur plus chaleureuse, plus intense que l'odeur du café pour moi. J'adore cette sensation d'être enveloppé et réchauffé. Elle ne m'apporte plus l'aspect énergisant, malheureusement. Par contre, elle me donne le confort et la tranquillité que j'ai besoin. Je suis souvent, même constamment accompagné par une tasse de café. J'en bois facilement 4-5 tasses par jour...en fumant une cigarette.

Donc, difficile pour moi de passer à côté de cette odeur sans m'arrêter devant ce café. Je voulais quitter Manhattan le plus vite, certes, mais l'idée de goût à un bon café renflouait mon empressement.

Un café huppé...loin de tout ceux que j'ai vu. Comment peut-on transformer un endroit qui devrait fort simple et épuré, à un endroit chargé et recouvert de fioritures exagérées ? Cela m'a prit un moment pour prendre ma place dans la file ne voyant que les visuels beaucoup trop luxueux pour moi. Que dire des gens qui l'occupent ayant un attitude hautaine et extravertie. Je me sentais comme un chien sans un jeux de quille...mais mon désir de caféine m'obligeait garder ma place plutôt que de fuir ce café sans commander.

Je prenais place derrière la file. Je prenais le peu de monnaie qui me restait afin de calculer mes possibilités de grandeur de tasse à café quand mes oreilles m'ont cillés. J'entendais des mots que je n'appréciais pas...et que je n'apprécierais jamais.

«  J’espère pour toi que tu es pas aussi glaciale au pieu , parce que baiser un glaçon c’est pas folichon ! »

J'avais à peine levé la tête que je voyais la scène...trop bien pour l'éviter:

« Sérieusement, ne m’obligez pas, à devenir désagréable et à employer les grands moyens ! Payer et passer votre chemin ! »

Un ringard...comme j'en voyais régulièrement, mais avec une énergie désagréable. Le genre d'attitude austère et repoussante qui n'encourage personne à lui porter secours. Comme si sa vie était maudite que que son plaisir se retrouve a gâcher l'existence des autres. Ce soir là, il avait décidé de s'en prendre à la serveuse...et d'une mauvaise manière.  Des mots vulgaire et insultant. Nul en serait indifférent, alors pourquoi personne s'en préoccupait ?  Pourquoi personne s'opposait à son attitude en s'interposant entre eux ? Je n'arrivais pas à rester indifférence à la non-chalance des gens dans ce café. J'étais le seul à les regarder avec inquiétude...

« Lâchez-moi tout de suite ! »

Je sentais que la jeune femme perdait ses moyens. Elle avait un bon caractère pour le contrer, mais lorsqu'il lui pris la main avec force, j'ai réagis. Instinctivement. Je ne pouvais pas passer cela sous silence. Je l'ai vu, sous mes yeux...cette violence gratuite...

Une femme m'est apparue aussitôt, comme un flash. Je revoyais une scène dans ma tête. La scène qui ne fait que repasser dans ma tête, presque tous les soir. Je me réveille avec une extrême culpabilité. Comme si j'étais coupable de quelque chose envers elle.

Je quittais ma ligne m'avançant d'un pas ferme vers la table de ce connard. Je rangeais mon argent dans ma poche tout en arrivant près d'eux.

" Vous devriez la lâcher, monsieur..." dis-je tout bas en m'introduisant dans l'altercation.

J'essayais de rester calme, surtout pour la jeune femme. Je ne voulais pas m'emporter et lui faire croire que j'étais un être violent et sans merci. Je restais respectueux afin de réduire les chances de confrontation.

Je ne regardais pas la demoiselle, pour le moment. Toute mon attention se tournait vers cet homme, prêt à toute éventualité.

C'est son regard vers moi qui a tout changé. Un regard effrayé...

Il a sursauté, comme s'il venait de voir un fantôme.

Enfin, je peux facilement être comparer à un fantôme. J'ai toujours eu ce teint clair. Accompagné de ma chevelure et mes yeux noirs ébènes, je suis digne d'un personnage de vieux film d'horreur.

Pourtant, je suis réel. Assez réel pour les effrayer, tous.
Assez réel pour être terriblement affecté par ces insultes.

J'ai pas pu resté. Je n'ai pas pris de café. Je suis partie sans rien attendre ne voulant pas encore sentir cette mauvaise vibrations autour de moi.

***

J'avais à peine renversé la pancarte devant la porte indiquant que nous venions ouvert. Encore une matinée de merde. C'est ce qui arrive quand on tente d'aider son prochain. On se fait souvent pointer du doigt...

" Ahhh génial, Dwayne, Christopher va être content..." disait Willy derrière moi.

J'étais en train de nettoyer le corps de cette petite guitare avec une lingette. Le pauvre petit Christopher était tombé avec sa guitare hors de mon cours, hier soir et le manche avait craqué avec la pression. Le gamin craignait de perdre son instrument n'ayant que celui-ci pour jouer. Déjà que j'offrais ces cours gratuitement aux enfants de mon quartier, je pouvais douter que les parents n'auraient pas les moyens de payer les réparations...Il me la confié afin que je la répare pour le prochain cour...

Je frottais de plus en plus sur le coin de l'instrument...laissant jaillir la fumée de ma cigarette entre mes lèvres:

" Peut-être, mais je ne veux pas que son père sache qu'il l'a cassé...Je ne sais pas ce qui se passe dans sa maison, mais je ne sens pas que c'est saint...Juste à regarder le petit quand le cour est terminé..."

Mes doigts serrèrent la guenille tout d'un coup...Le fait de songer aux possibilités me rendaient tendu. J'ai une intolérance à la violence faites au femmes,mais ma hargne est autant sévère quand on s'en prend aux enfants...

Mon regard dans le vide...

" Tu devrais aller diner, maintenant...Je vais préparer le repas..."

Oui, j'étais fatigué et anxieux, mais ...

" Non, je vais rester . Il y a encore un peu de stock que je dois remplir dans les vinyles...et....Enfin, tu me connais..."

La porte avait deux types de fermeture, en fait. Une qui fermait complètement la porte et une autre que je réservais à mes employés après la fermeture...

Ce que je veux dire est que seul mes proches savaient comment ouvrir la porte de l'extérieur après la fermeture. Outre la porte du backstore, certains d'entre-eux connaissaient le dispositif de la porte d'entrée leur permettant de venir faire un tour après les heures officiels. Souvent, je recevais des musiciens et proches jouant jusqu'au petite heure du matin dans ma petite salle d'essayage/ salle de classe...Des séances d'échanges de rythme, de connaissances musicales et même de composition. J'ai se plaisir d'échanger avec les plus vieux apprenant d'avantage sur la culture du blues et tous autres types de musique rattachés.

Alors, tant que je suis dans ces murs, je laissais la porte d'entrée à ce niveau de sécurité...

Je laissais Willy partir tranquillement de la boutique me laissant terminer les tâches que je tenais à faire...

Je déposais la caisse de vinyle d'over dans le backstore tout en fixant mon étui à guitare au loin...Un petit sourire sur mes lèvres avant de m'approcher d'elle...

Doucement, je la sortie de son lit m'armant tranquillement en la branchant dans le speaker...Mes doigts touchaient les cordes soigneusement hésitant encore à m'en servir...

Je devais me changer les idées, c'est clair. Je pensais à tellement de chose à la fois et tous ces sons, ces voix qui me frappaient le crâne ne m'aidaient pas du tout...

Je sortis une vieille composition de mes songes commençant légèrement à grouiller ma vieille guitare...une 1950′s Kay Hollowbody Archtop. Je continuais de mettre du papier brun dessous pour garder la résonance unique. Elle a quelque chose que j'entend rarement des autres guitare...Quand je la porte, je suis déjà ailleurs ne ressentant plus l'effet lourd du quotidien...Elle m'amenait ailleurs...étrange...

Je marchais dans la pièce et j'allumais aussitôt un vieux micro dont la résonance a aussi été trafiqué comme si on m'entendait dans une radio des années 50...L'effet est renversant...

Mes yeux fermés...le temps s'arrête...Je joue...

house of memories
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flash (avant geno)
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Lauren/Jin/Junno
822
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 9:19

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 11:35

Bienvenue ici !
Hate d'en lire plus sur ce personnage Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Agent 13 mais Peggy ou Agent Carter suffiront
3 / 53 / 5
0 / 50 / 5
Peggy n'a pas de pouvoir à proprement parlé mais elle maîtrise les arts martiaux, sait tirer avec une arme, parle français et anglais, sait manipuler les mots à son avantage et est une experte en stratégie.
658
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 12:51

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! :cute:
Revenir en haut Aller en bas
Lydia WalshHumain modifié
avatar

Kopia
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
Mimétisme
Maria, Casey, Pietro, Laura, Elijah, Madelyn et Clary
392
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 14:21

Jack White oo Quel choix d'avatar! J'adore

Bienvenuuuuue! Bon courage pour ta fiche!

N'oublies pas d'aller réserver ton personnage et n'hésites pas si tu as des questions!

___

A better place, A better time
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 16:46

Wow! Merci de votre accueil ! Je crois que ma fiche est terminé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Darkmind
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Contrôler les émotions d'autrui. Fait gaffe 8)
Seth Kroeger (Finalement, j'ai une autre personnalité...)
175
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 17:13

Bienvenueeee ! :cute: Il nous faudra un lien
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc & Kurt
313
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 21:48

Bienvenue officiellement C'est bien de le dire ici

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Lun 17 Avr - 21:59

Lorna: Merci, c'est très gentil à toi.
Savannah: Oui, bien sur . Si tu as une idée, préviens moi en mp.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

3 / 53 / 5
0 / 50 / 5
Aucune, elle y va au talent comme on dit. Et ses guns font bien l'affaire il paraît.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Aelys Cantela / Alice Warren / Santana J. Carpenter
162
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Mar 18 Avr - 17:38

Bienvenue parmi nous

Revenir en haut Aller en bas
avatar
-
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
87
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]   Mar 18 Avr - 18:03

FÉLICITATIONS

you are one of us now

Tu as officiellement perdu tes souvenirs et tu es maintenant un habitant de l’île paradisiaque de Genosha!


En voilà un personnage intéressant Les miens iront faire un tour du côté de ta boutique, un de ces jours Amuse-toi bien avec ce personnage


Maintenant que tu es validé, que tu as ton groupe et ta couleur, il est maintenant le temps de t’amuser avec nous! Mais avant tout pense à passer dans ce sujet pour recenser ton pouvoir et/ou ton métier et/ou ta ville de résidence. Ensuite, va poster ta fiche de liens et de rps pour qu’on puisse venir t’harceler! Essaie de faire un petit résumé de ton personnage dans la partie prévue à cet effet pour faciliter l'échange d'idées. Si tu es un peu perdu n'hésite pas à faire un tour dans la partie I need a hero. Si tu souhaites t'inscrire au loto du RP, tu n'as qu'à t'inscrire! Un partenaire et un sujet te seront donnés! Tu peux aussi créer un scénario. Surtout, n’hésites pas à passer sur la CB, dans les jeux et le flood pour du fun fou!

J’espère de tout mon cœur que tu te plairas sur House of M!

Il ne me reste qu’à te dire : BON JEU!
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
 
Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dwayne Walker - I'm getting better at becoming a ghost [TERMINÉ]
» Greek [Tegan Walker]
» space walker
» Lindsay Walker
» Pipe Ian Walker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: Fiches de présentations-
Sauter vers: