Partagez | 
 

 All This Time[Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

0 / 50 / 5
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Manipulation de l'énergie : Grâce a l'énergie thermodynamique, les pouvoirs de Richard sont changeants.

Lorsque les températures sont négatives, son pouvoir devient défensifs alors qu'à l'inverse, à haute température, ils deviennent offensifs.
Gavin Parson / Lorenzo Viretti / Alkis Mordoh
158
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: All This Time[Maria]   Lun 17 Avr - 19:43

Aussi étrange que cela puisse paraître, même sur une île comme Genosha, les patinoires existaient. Bon, ok, il n'y en avait qu'une, une grande et bien entretenue mais c'était déjà pas mal. Qui disait patinoire, disait activités sportives. C'est pour ça que dès mes premiers jours sur l'île, j'avais décidé d'y aller faire un tour. Là, j'ai rencontré l'équipe locale. Les Blue Shark. Franchement, je mentirai si je disais que le blase ne claquait pas à mort. A côté, j'avais l'impression que les Blackhawks faisaient triste mais ça... C'était avant de voir leur façon de jouer. Non, clairement, y avait pas photo, les types avaient un nom trop cool mais ils possédaient bien trop de lacunes. C'est pourquoi je m'étais présenté au coach en lui proposant mon aide. Pouvait-il refuser ? Oui, puisqu'il avouait ne pas apprécier plus que ça mon équipe, préférant les Flyers de Philadelphie. Soit, pourquoi pas mais il n'empêchait que pour ma pomme, j'avais un ratio correct de victoire, une capacité d'adaptation et surtout, je savais jouer. Mon dernier match remontait à la semaine précédente après tout.

J'avais supervisé les entraînements. Bills, le coach, m'avait annoncé qu'il voulait faire participer son équipe à un tournois de région. J'ignorais combien d'équipes s'affrontaient, ni même quelles contrées du monde participeraient mais en tout cas, s'il s'agissait d'un affrontement amateur alors, mes poulains seraient forcément prêts. Enfin... Prêts, non, pas au point de ressembler à des pros mais suffisamment parés à tenir la distance. Et puis, je verrai au moins le niveau des autres et donc pourrai trouver une stratégie à mettre en place pour faire en sorte qu'ils s'en sortent sans trop de difficultés.

Ce soir, l'ouverture du tournois se faisait chez nous. Chez nous... Enfin, sur cette île que je venais d'adopter. Mine de rien, les paysages paradisiaques, la plage, le soleil ou le ciel emplit d'étoiles le soir... Tout cela me changeait de Chicago, des villes bondées que j'avais pu connaître et du brouhaha incessant. Ici, même si je vivais en plein centre-ville, tout me paraissait bien tranquille. Enfin ! Qu'importait ! J'étais venu pour voir mon équipe locale démarrer un tournois important pour eux. Avec de la chance, ils gagneraient. Cela dit, cela me faisait plaisir de voir que pas mal de personnes s'étaient déplacés pour venir voir l'affrontement. Tellement que j'en souris comme un idiot. Avoir un public stressait mais rendait aussi les joueurs bien plus performants, en général et ça, je m'y connaissais.

En arrivant au niveau du banc des Blue Shark, je venais serrer les mains de mon collègue et des joueurs sous mon aile, les encourageant un milliard de fois à donner tout ce qu'ils avaient dans le ventre, de montrer qu'ils étaient des requins, des vrais. Bills me proposait alors de m'asseoir avec eux mais je déclinais. Nul doute que certains dans les gradins m'auraient reconnu au bout d'un moment et je ne voulais pas voler la vedette à la petite troupe sur la glace. Après tout, c'était eux les stars de la soirée. Je rejoignis ma place, au second rang, yeux fixés sur les maillots de l'équipe, que j'avais aidé à financer. Un sourire naquit sur mes lèvres alors que je distinguais le capitaine des Shark. Il comprenait enfin son rôle et j'en étais plutôt fier.

Le début du match commencerait sous peu et de nombreuses personnes venaient prendre place. Bizarrement, je ne pouvais m'empêcher de dévisager certains, souriant et saluant ceux qui me fixaient en retour. Je crois que c'est à ce moment là que je l'ai vu. Elle. Sa chevelure brune. Son sourire insolent et doux à la fois. Elle et son regard clair. A ce moment, j'ai cru que mon cœur venait d'exploser. Oh non, pas de mauvaises idées. Cette femme... Je la connaissais d'un autre temps. Quand je résidais encore loin de Genosha. Nous nous étions vus qu'une fois, durant une partie de la nuit et elle m'avait marqué. Quel était son nom déjà ? Maud ? Maureen ? Marzia ?... Non, non... Concentre toi Rick, tu le connais son prénom... Maria ! Oui ! C'était ça ! Maria...

Sans m'en rendre compte, je m'étais mis à marcher dans sa direction, délaissant ma place pour la rejoindre et me planter à ses côtés. Ses yeux me fixèrent et j'ignore pourquoi les miens se laissèrent envouter. Tranquillement, je relevais ma main pour la lui présenter, comme si nous étions que de simples connaissances de travail. Je ne pouvais que sourire bêtement tout en la dévisageant. Elle n'avait pas changé depuis les années. Et ça aussi, c'était étrange. Que je me souvienne d'elle alors que souvent, j'oubliais les gens. Je n'avais jamais eu la mémoire des visages alors elle... Elle était une des rares exceptions à la règle.

"Mademoiselle Hill ? Richard Harvay. Je doute que vous vous souveniez de moi. Après tout, nous nous sommes rencontrés il y a pas mal d'années de ça." disais-je alors que je refermais mes doigts autour des siens. Je serrai doucement sa main avant de la relâcher aussi lentement que possible. "Je ne m'attendais pas à vous..." commençais-je tandis que le match débutait. Mon visage se détourna pour voir l'engagement du jeu par mes poulains et déjà, tout a fait normalement, je sortais un carnet de ma poche ainsi qu'un crayon pour noter tout ce que je pouvais sur le jeu. Facilement déconcentré ? Oui, aussi. C'est pourquoi je me retournais rapidement vers la jeune femme en souriant, désolé. "Je... Euh... Les supervises alors je veille a ce que ça ne se passe pas sans accroc. Je voulais vous dire que je ne m'attendais pas à trouver un visage familier aussi vite." terminais-je, me faisant la remarque que finalement, le visage de la demoiselle n'était pas si familier. Juste qu'il m'avait hanté un temps parce qu'entre nous il y avait eu un excellent feeling.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Lun 1 Mai - 15:09

All this time
Richard et Maria


Maria adorait le hockey. Elle en mangeait. Chaque matin, elle regardait les pointages et les statistiques des parties de la ligue nationale de hockey qui s’étaient déroulées la veille. Elle regardait tous les matchs des Blackhawks de Chicago qui était son équipe favorite. Elle était tout simplement fascinée par ce sport depuis qu’elle avait fait un voyage avec son père à Chicago lorsqu’elle avait dix ans. Ils avaient assisté à un match et ça avait été le coup de foudre. Elle aimait la vitesse, les jeux de passes, les stratégies, les arrêts spectaculaires et le travail d’équipe. Il y avait tout dans ce sport : de la robustesse et de la finesse. La jeune femme pouvait en parler pendant des heures avec beaucoup d’enthousiasme. Elle n’avait l’air de rien, mais elle connaissait son sport sur le bout des ongles. Il n’était donc pas surprenant que la belle soit détentrice des billets de saison pour assister à toutes les parties de l’équipe locale. Elle était une fière partisane des Blue Sharks et elle venait les voir jouer toutes les fois qu’elle pouvait. Malheureusement, cette année avait été très occupée avec tout ce qui s’était passé sur l’île. Elle n’avait pratiquement pas eu un seul moment pour elle étant de toutes les réunions d’urgence et devant s’occuper de tous les dossiers et les enquêtes. Lorsqu’elle avait eu des moments d’accalmie, la directrice en avait plutôt profité pour passer du temps avec ses amis et son père qu’elle avait négligé en ces temps mouvementés. Ce soir-là, par contre, Maria avait décidé de prendre une pause et d’être un peu seule. Toute la semaine, elle était entourée constamment entourée de personne. Que ce soit pour des réunions, des conférences, des questions ou des visites. Elle était demandée de partout et on lui demandait toujours son avis. Elle était de tous les dossiers et faisait des suivis. Il manquait des éléments importants de son équipe. Ceux-ci étant en quarantaine et lui ajoutant de la pression sur ses épaules. Elle était épuisée et essoufflée. Elle avait besoin de se ressourcer et de se changer les idées, sinon sa tête allait exploser. Et quoi de mieux pour se reposer que de se rendre à l’aréna pour regarder une bonne partie de hockey. De toute façon, les plus gros dossiers étaient au ralenti en ce moment. Il n’y avait pas d’avancées en ce qui concernait l’attentat du centre commercial et des événements de la fête foraine depuis des lustres, elle attendait des analyses de la prise d’otages et les recherches pour trouver un sérum stagnaient depuis quelques jours. Ce n’était pas une petite soirée à l’aréna qui allait changer quoi que ce soit.

La belle brune avait mis sa tuque aux couleurs des Sharks et s’était rendue à l’aréna. Dès qu’elle avait passé les portes, elle avait senti l’air froid l’enveloppée. C’était contraste à la chaleur qui régnait à l’extérieur. Un frisson l’avait parcouru et elle avait serré ses bras contre elle. Un sourire s’était aussitôt affiché sur son visage en entendant les rondelles frapper la bande alors que les joueurs étaient en période d’échauffement avant la vraie partie. Ça lui avait bien manqué cette ambiance et elle avait bien hâte que le match commence. Elle était dû pour une bonne dose d’action et de jeux spectaculaires. Il s’agissait de l’ouverture du tournoi annuel et des équipes de plusieurs pays européens et nord-américains y étaient représentés. Le niveau des athlètes augmentaient chaque année, tout comme le spectacle. Ils n’avaient pas le talent des professionnels, mais ils avaient d’excellentes aptitudes et donnaient tout ce qu’ils avaient à chaque présence sur la glace. Maria en avait toujours pour son argent et passait toujours un bon moment. Elle se rendit à la cantine pour s’acheter un coca et un sac de croustilles, puis pénétra dans l’amphithéâtre. Elle descendit les escaliers et alla s’asseoir à sa place habituellement. soit troisième rangée tout en bas juste à côté du banc des joueurs. Elle soupira de satisfaction. Après son appartement et le Shield c’était probablement son endroit préféré sur l’île. Ça lui faisait du bien d’être là et elle ne regrettait pas d’avoir fait une pause dans ses dossiers le temps d’une soirée. Son regard céruléen observa les alentours. La patinoire était maintenant occupée par la zamboni qui surfaçait la glace. Le match allait débuter dans quelques minutes.

La jeune femme salua des gens qu’elle connaissait de vue et fût heureuse de constater que les habitants de Génosha avaient répondu à l’appel pour ce tournoi. Ça faisait du bien de voir l’aréna bien remplie. Ces jeunes méritaient d’être acclamés. Ce qu’ils furent lorsqu’ils débarquèrent sur la surface de jeu. Maria s’était jointe aux applaudissements. Puis, elle regarda vers le banc des joueurs et ses sourcils se froncèrent. C’était bien Richard Harvay qui se trouvait derrière le banc avec les entraineurs? Elle demanda à son voisin si c’était bien lui et ce dernier lui affirma. Il ajouta qu’Harvay s’était acheté une demeure sur l’île et y passait du temps pendant la saison morte de la NHL. Maria était surprise. Elle n’en avait jamais entendu parler, alors que c’était toute une nouvelle pour le monde du sport de Génosha. Ce n’était pas tous les jours qu’une vedette d’hockey achetait une maison sur leur île perdue de l’océan Indien. Il faut dire qu’elle avait été très occupée et elle n’avait pas pu lire les journaux ou regarder les nouvelles nationales des dernières semaines. Elle trouvait cela très excitant. Maria adorait ce joueur. Elle aimait sa fougue et son sens du jeu. Ses passes étaient toujours rapides et franches, sans parler de son talent pour marquer des buts quasi inné. Elle ne s’était pas rendu compte qu’elle le fixait depuis plusieurs minutes lorsque son regard rencontra le sien. Elle détourna la tête pour s’intéresser à la mise au jeu qui n’allait pas tarder. Du coin de l’oeil, elle ne le quittait toutefois pas. Elle le vit quitter son poste et se diriger vers les estrades. Plus précisément, vers elle. Son coeur se mit à battre rapidement. Lorsqu’il arriva à sa hauteur, sa seule réaction fût de le fixer en clignant des yeux comme si elle ne pouvait pas croire que LE Richard Harvay se trouvait tout juste à côté d’elle. Surtout qu’il se souvenait d’elle. Il y avait plusieurs années qu’elle l’avait rencontré alors qu’elle se trouvait en mission à Chicago. Avec ses coéquipiers, ils étaient allés voir une partie des Blackhawks et étaient sortis dans un bar situé à côté de l’amphithéâtre et le joueur étoile du match était venu l’aborder. Ils avaient discuté toute la soirée et Maria avait passé un très bon moment. Richard avait été très loin d’agir comme le joueur vedette typique qui profite de son statut pour avoir des groupies dans son lit. Un peu réchauffée, la brunette l’avait un peu mal pris lorsqu’il lui avait dit aurevoir sans l’inviter ailleurs. Comme si elle n’était pas assez belle ou assez sexy pour lui et qu’elle ne méritait pas de passer une soirée avec lui. Elle s’était sentie ridicule et elle n’avait pas cessé de se plaindre auprès de Raven qui lui avait seulement dit de laisser tomber que les sportifs étaient tous des idiots sans cervelle. "Richard Harvay? Bien sûr que je vous connais. Ailier gauche des Blackhawks de Chicago. Soixante-quinze points dont trente-neuf buts, dixième meilleur marqueur de la ligue. Quatre parties manquées pour cause de fracture du poignet. " Elle se sentait trop idiote de lui avoir balancé sa saison à voix haute alors que bah, il devait bien savoir les points qu’il avait obtenus. Pourquoi avait-il fallu qu’elle lui dise toutes ses statistiques comme un robot. Elle ne voulait pas avoir l’air d’une groupie fanatique. Elle était une fan du sport et apprenait toutes les statistiques des meilleurs joueurs de la ligue. C’était un automatisme pour elle. "C’est plutôt moi qui devrait être surprise que vous me reconnaissiez." Elle sous-entendait bien sûr qu’il avait dû voir un nombre incalculable de filles depuis qu’ils avaient discuté. Elle ressentie une petite fierté en pensant qu’il se souvenait d’elle après toutes ses années. Il sortit alors un carnet de sa poche pour prendre des notes. Maria ne put s’empêcher de sourire en le voyant prendre la chose à coeur. C’était beau à voir. "Oui bien j’habite ici. " Elle ne se souvenait pas si elle lui avait dit lors de leur première rencontre et de toute façon, elle ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas s’en rappeler si c’était le cas. "Comme ça, vous vous êtes installé ici?" Elle ne voulait pas trop le déranger. Après tout, il était en train de travailler et il devait prendre des notes pour aider ses joueurs à s’améliorer entre les périodes. Mais d’un autre côté, elle avait aussi envie de reprendre là où ils avaient laissé leur discussion. Elle avait eu un excellent feeling elle aussi.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

0 / 50 / 5
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Manipulation de l'énergie : Grâce a l'énergie thermodynamique, les pouvoirs de Richard sont changeants.

Lorsque les températures sont négatives, son pouvoir devient défensifs alors qu'à l'inverse, à haute température, ils deviennent offensifs.
Gavin Parson / Lorenzo Viretti / Alkis Mordoh
158
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Lun 1 Mai - 19:05

Je restais sans voix, carrément stupéfait par ce retour positif venant de la brune que je venais d'aborder. Maria était surprenante et je ne manquais pas de le noter alors qu'en plus de son retour, elle me balançait mes statistiques à la figure. Quand elle fit mention de mon poignet, je ne pus m'empêcher de le masser mécaniquement, comme je l'avais fait durant mon absence forcée du terrain. Je relachais mon membre ensuite pour placer mes mains dans mon dos alors que je lui souriais, amusé. Je nous revoyais quelques années avant, lors de notre rencontre dans ce bar où je lui avais prouvé mon intérêt. Elle avait déjà une bonne connaissance du jeu et m'avait même étonné lorsqu'elle me fit la liste de mes erreurs, celles que je n'avais relevé qu'en visionnant la rediffusion du match et j'avais été forcé de reconnaitre qu'elle avait entièrement raison. Évidemment, j'avais aussi longuement regretté de ne pas l'inviter à aller plus loin dans notre échange mais je ne voulais pas qu'elle croit que je ressemblais à bon nombre de sportifs qui ne cherchaient, bien souvent, qu'à profiter de leur victoire en mettant une petite fan dans leur lit. Elle, elle m'avait plu parce qu'elle était jolie, c'était vrai, mais aussi parce qu'elle avait de la discussion et de la culture. Comment ne pas craquer devant cela ?

Revenant à la réalité, je continuais de sourire tout en me souvenant qu'elle avait suivi ma précédente saison et puis je me rendais compte que je répliquais un "Toujours aussi au point, à ce que je vois." sur un ton malin en plus de m'apercevoir que... Bon sang, même sa voix n'avait pas changé et je me souvenais à présent de chacune de ses tonalités et ses intonations. Tranquillement, j'humectais mes lèvres et hochait la tête lorsqu'elle sous entendait qu'il était étonnant que je me souvienne d'elle. Je laissais même échapper un petit rire avant de répondre un "Je ne suis, en effet, pas connu pour ma mémoire des visages mais... Vous m'avez marqué, il faut croire." Est-ce que cela passait pour une phrase de dragueur ? Complètement et je ne m'en étais rendu compte qu'après l'avoir dit mais ça ne m'empêchait pas que je jette un regard de temps à autre, au match, veillant sur les joueurs et notant par moment les quelques informations qui me passaient devant les yeux. D'ailleurs, j'haussais même un sourcil en voyant la grosse faute de réactivité d'un des Shark. Venait-il vraiment d'être passif devant son adversaire ? Ce serait quelque chose a corriger dès la pause. En tous les cas, je reposais mon regard azuré sur le visage féminin qui me faisait face pour répondre à sa nouvelle question d'un "Oui, je vis ici maintenant, quand on a pas besoin de moi ailleurs." tout en me rendant compte que je serai amené à la revoir puisqu'elle m'annonçait qu'elle aussi avait posé ses valises dans ce coin de paradis.

Est-ce que nous étions sincèrement en train de partir sur une discussion de la pluie et du beau temps, du style "Vous aimez bien ? Et ça se passe bien ? Et patati et patata ? "... Mince alors... En plus, il fallait avouer que je n'appréciais pas réellement ce genre de banalités. Selon moi, elles n'avaient rien de sincères, d'intéressantes ou même de folichonnes. Elles restaient des choses que l'on disait quand on ne savait plus quoi dire à l'autre, quand il nous ennuyait profondément. Ennuyant, donc, qu'on en vienne a parler de mon installation sur l'île, d'autant plus que je ne voulais pas particulièrement couper court à nos retrouvailles aussi je renchérissais assez rapidement, laissant échapper un vague "Ce n'est pas important, finalement, que je vive ici." pour terminer par un "En tout cas, il est agréable de vous revoir. Vraiment." Tandis que je détournais ma tête pour me recentrer sur le match. Les Shark ouvraient le score et la foule hurlait de plaisir. Je me joignais à eux en scandant le nom du joueur et applaudissais fièrement, suivant le nouvel engagement.

Plusieurs questions me brûlaient les lèvres, en vérité. J'avais envie de savoir un peu plus sur ce qu'il était advenue de la jeune femme que j'avais connu et que je retrouvais ici. A dire vrai, je ne savais même pas quel était son métier à l'époque, je m'en fichais même pas mal à ce moment là. Néanmoins, j'appréciais sa présence à mes côtés et l'envie d'abandonner le match pour la traîner plus loin et discuter me titillait de façon presque obsessionnelle. Je lui lançais quelques regards comme si je n'en revenais pas de la trouver là. D'ailleurs, j'en venais même à me dire que je comprenais enfin le sens de la phrase qui définissait le monde comme étant un lieu petit. Pour le coup... Je ne pouvais que l'affirmer. Combien de chances avais-je de revoir la brune alors que durant toutes ces années elle avait fasciné certaines de mes soirées, comme si j'avais longtemps espérer la recroiser dans un bar ou à la sortie des vestiaires.

Une nouvelle fois, je revenais à la réalité et fixais la glace, fronçant parfois les sourcils en lisant les mouvements des équipes, en fixant l'affichage. Un geste au niveau du banc des joueurs attira mon regard et je vis le coach me faire signe de revenir. Sans doute qu'il voulait me faire part d'une idée ou d'un problème quelconque. Sans réellement m'en rendre compte, je posais ma main sur le bras de la femme et me penchais vers elle pour lui annoncer que je revenais vite vers elle. Son odeur me prit au coeur, le faisant battre. Tout était comme dans mes souvenirs. Le bruit autour de nous, elle a côté de moi et moi qui la laissait pour mieux revenir et parler. A nouveau je me détournais de mes souvenirs pour simplement reprendre mon rôle de superviseur. Stratégie, élément problématique, placement, nous abordions quelques points négatifs de ce début d'affrontement et revenions rapidement sur les bons côtés de l'échange. Enfin, Bills me rendait ma liberté et je rejoignis Maria, me postant de nouveau à ses côtés.

"De quoi parlions-nous, alors ?" dis-je alors que je revenais concentrer mon esprit sur la compétition tout en essayant de suivre ce que me disait la femme. Puis il y eu un éclair de lucidité dans mon cerveau, m'obligeant a la détailler un moment avant de lui dire "Mais, pourquoi diable êtes-vous seule, ici ? Les matchs sont des choses qu'on partage !" sur un ton surpris. Je ne le fis pas à l'extérieur mais intérieurement, ma main venait de claquer contre mon front, si fort qu'on pouvait l'entendre jusqu'aux frontières de la galaxie. Bravo Rick, comme à ton habitude, tu mets les pieds dans le plat sans faire preuve de tact. Tu es un bouffon fini... Me mordant la langue une demi-seconde pour ne pas aller plus loin dans mes questionnements, j'ajoutais à la demoiselle qu'elle n'était pas obligée de répondre, justifiant par la suite que je n'avais pas changé et que je restais l'éternel curieux maladroit qu'elle avait connu auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Mer 10 Mai - 21:24

All this time
Richard et Maria


Maria n’arrivait toujours pas à croire que Richard Harvay, le joueur étoile de son équipe d’Hockey favorite se trouvait à côté d’elle dans ce petit aréna de Génosha. C’était juste insensé. Jamais, elle n’aurait cru le revoir un jour. Quand il lui avait dit au revoir en l’embrassant sur la joue ce soir-là, elle avait cru que c’était une rencontre d’un soir et d’une vie. Qu’il resterait à jamais un doux souvenir sur lequel s’accrocher, rêver et divaguer. Cette rencontre l’avait hanté de nombreuses semaines. Elle n’avait cessé de se demander « Et si? » Et si, il lui avait proposé de continuer leur discussion ailleurs? Et si, elle avait insisté pour qu’il reste encore un peu? Et si, il lui avait donné son numéro de téléphone ou vice versa? À ses questions se rajoutaient celles qu’une femme se sentant rejetée se pose : N’étais-je pas assez attirante ou intéressante? Ai-je dit quelque chose de mal? Des questions qu’elles pensaient à jamais perdues. Maria n’avait pas l’habitude de se prendre la tête ainsi pour des hommes. Mais celui-là, il lui avait fait bien de l’effet. Leur rencontre n’avait pas été comme les autres. Si au départ, le hockeyeur était venu l’aborder pour flirter, ses plans avaient sans doute changé en cours de route. La jeune femme n’avait pas senti qu’il tentait de la mettre dans son lit à tout prix. Certes, il lui avait fait des compliments et elle-même s’était permise d’être mielleuse, mais ils avaient surtout parlé de tout et de rien. Ils avaient parlé de sport. Elle avait même osé lui faire part des erreurs qu’il avait commise pendant sa partie. Ils avaient bien rigolé. C’était comme s’ils se connaissaient depuis des années tellement ça avait été facile entre eux. La jeune femme ne s’était jamais sentie aussi à l’aise aussi rapidement avec un homme. Elle ne l’avait pas quitté des yeux de toute la soirée et n’avait pas fait attention à ce qui se déroulait autour d’eux. Pendant quelques heures, ils avaient été seuls dans leur bulle. Puis, Richard était parti et le charme avait été rompu. Bien sûr, la belle avait pensé à trouver les coordonnées du sportif, ce n’était pas bien difficile, mais elle n’avait rien fait. Elle ne voulait pas avoir l’air d’une psychopathe groupie et elle se disait qu’il devait avoir ses raisons.

Elle se sentit rougir lorsqu’il lui mentionna qu’elle était toujours aussi au point concernant les statistiques. Elle se sentait idiote et se traitait de tous les noms dans sa tête. Elle ne savait pas ce qu’il lui avait pris de déblatérer sur ses points de la dernière saison. Ce n’était franchement pas très judicieux comme façon de répondre à un homme qu’elle avait tant espéré revoir. Elle se sentait perdre tous ses moyens devant lui alors que, bon sang, elle était la commandante du Shield. La pression elle connaissait. Elle commandait des agents expérimentés qui l’écoutaient sans broncher. Elle menait d’une main de fer des missions dangereuses et rien ne l’ébranlait. Mais avec Richard à ses côtés, c’était autre chose. Elle était déstabilisée et ne savait pas du tout comment réagir. Encore moins quand il lui disait qu’elle l’avait marqué. Elle s’étouffa presque avec son coca. Elle avait toujours imaginé le contraire. Elle sourit bien malgré elle, ses joues prenant une teinte rouge foncé. Elle avait bien envie de lui rétorquer que si elle avait été si marquante, il aurait pu lui donner son numéro ou quelque chose pour le rejoindre. Mais, elle s’abstint. Elle ne voulait pas semblé désespérer. Elle s’était donc contentée d’hocher la tête. Elle se sentait coincée et mal à l’aise, alors que lui était tout à fait décontracté. Elle se mit à observer ses beaux cheveux bouclés et se rappela avoir voulu passer sa main dedans pendant toute la soirée. Ses yeux bleus étaient toujours aussi pétillants et une petite ride, qui n’était pas là, se formait quand il souriait. Maintenant qu’il était de nouveau devant elle, Maria se souvenait de son visage parfaitement. Elle ne l’avait jamais oublié, même après toutes ses années. Son sourire n’avait pas changé. Il était toujours aussi franc et craquant. Il l’a faisait toujours aussi fondre. La directrice devait se reprendre. Elle devait avoir l’air d’une nunuche muette et elle ne voulait surtout pas que le bouclé désenchante et croit qu’elle avait changé ou qu’il l’avait idéalisé. Elle devait reprendre le contrôle. Elle ne voulait pas qu’il lui échappe une seconde fois.  Alors, elle lui avait demandé si c’était vrai qu’il s’était installé sur l’île et il lui avait répondu par l’affirmative. Elle sentait que cette conversation banale ennuyait son interlocuteur et elle s’en voulu. Autant, lors de leur première rencontre, la conversation coulait à flots et aucune gêne n’était présente, autant, là c’était tendu. Maria n’arrivait pas à se détendre. Comme si elle avait quelque chose à lui prouver. Elle soupira subtilement lorsqu’il changea de sujet. Il n’avait pas perdu espoir de retrouver la femme qu’il avait rencontré. " Moi aussi. Je ne m’y attendais pas du tout. " Génosha était un paradis, mais très peu connu. Il était donc très surprenant que de tous les pays exotiques, c’était sur son île qu’il avait décidé de poser sa résidence secondaire. La belle brune n’était pas du genre à croire au Destin, mais son cœur commençait à s’emballer à cette pensée. Elle ne devait pas tout gâcher.

Maria dû revenir à la réalité lorsque le jeune homme lui signala qu’il revenait vite. Elle en avait presque oublié qu’il était en train de superviser les Sharks. Elle avait seulement acquiescé de la tête en le suivant du regard jusqu’au banc des joueurs. Elle bu une gorgée de coca jetant des petits regards vers l’homme qui donnait ses instructions à ses protégés. Elle le trouvait très sexy comme ça dans son élément. Tous les joueurs l’écoutaient avec grande attention. Ils savaient bien que ses conseils n’étaient pas du toc. Quand une étoile telle que lui parlait, tous l’écoutaient. Elle se rendit compte qu’elle s’était remise à respirer convenablement dès qu’il avait disparu. Elle devait se reprendre. Ce n’était pas normal qu’elle soit aussi coincée. Elle avait toujours eu la réplique facile et n’avait jamais été aussi sans voix et stoïque. Il devait être déçu. Pas assez pour revenir à la charge quelques minutes plus tard. Elle l’accueillit à nouveau avec un doux sourire. Il lui demanda de quoi ils étaient en train de discuter. Maria ouvrit la bouche pour lui répondre, mais il renchérit immédiatement en lui demandant pourquoi elle était seule alors que le hockey c’était quelque chose qu’on partageait en groupe. Elle ne pu s’empêcher d’éclater de rire. "J’avais envie d’être seule tout simplement! Et puis, mes amis détestent venir avec moi voir des matchs ici ou au bar. Ils disent que je suis trop intense. " Quand la décision de l’arbitre ou que son équipe faisait un mauvais jeu, elle ne se gênait jamais pour faire savoir son mécontentement et souvent elle faisait honte à ceux qui l’accompagnaient. Elle n’était pas du tout offusquée par cette question. Après tout, c’était vrai que c’était bizarre de voir une femme seule assister à un match de hockey.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

0 / 50 / 5
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Manipulation de l'énergie : Grâce a l'énergie thermodynamique, les pouvoirs de Richard sont changeants.

Lorsque les températures sont négatives, son pouvoir devient défensifs alors qu'à l'inverse, à haute température, ils deviennent offensifs.
Gavin Parson / Lorenzo Viretti / Alkis Mordoh
158
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Sam 20 Mai - 0:43

Maria, toute seule à un match de hockey, ce n'était pas commun. Alors oui, il était vrai que la première fois que je l'avais vu, elle était accompagnée d'une amie et puis après, je n'avais pas eu l'occasion de la recroiser. D'ailleurs, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi pour ce passage. C'est vrai quoi, je n'avais pas pensé à lui donner mon numéro, mon mail ou même quoique ce soit qui impliquait qu'elle pouvait me parler directement, sans avoir à passer pas des tonnes d'intermédiaires qui n'auraient sans doute pas transmis l'information, en y réfléchissant bien. Enfin bon, ce qui était fait ne pouvait pas être changer à moins d'avoir une nouvelle chance et là, j'avais bien l'impression que c'était le cas. Néanmoins, je me reconcentrais bien vite sur la réponse de la demoiselle, lui offrant un petit rire amusé tout en laissant échapper un " Trop intense ? On est jamais trop intense au hockey ! " d'un ton convaincu, ajoutant même " Pour le football, ouais, y en a qui sont trop intenses... Pour le curling, certains sont trop intenses !" finissant même par un "Attention, je ne dis pas que ce ne sont pas des sports, je ne les dénigre pas !.... Mais il faut avouer que... Pour ce que ça vaut, hein !" et puis je recommençais à rire légèrement. Bon, c'est vrai que je n'avais pas si tolérant que ça mais comprenez, comment pouvait-on prendre au sérieux un sport où les joueurs se roulent au sol pour une petite tape sur la main quand on voyait les hockeyeurs rebondir contre les parois de l'espace de jeu ? A côté, même le Curling était moins fatiguant ! Pourtant un jeu où il fallait balayer la glace devant soit pour que son caillou arrive au centre d'une cible... Voilà !

" En tout cas, pour le moment, vous n'avez pas l'air d'être si intense." disais-je sur un ton taquin alors que les points se succédaient dans la partie se déroulant devant nous. Mes yeux bleus voyageaient souvent du visage de la jeune femme à la mêlée puis à mon carnet de notes où j'apposais mon écriture et parfois j'avais un sourire stupide en coin qui cherchait à se faire une place malgré mes tentatives de rester sérieux. En réalité, je devais bien avouer que je ne comprenais pas pourquoi je réagissais ainsi. Elle m'avait laissé un souvenir précis d'elle et la retrouver... C'était comme rendre ses couleurs à une photo en noir et blanc, comme remettre un peu de soleil dans un ciel bien trop souvent gris. Comme... J'ignorais quel autre exemple donner mais en tout cas, ça y ressemblait fortement. Dans cette étrange bulle de retrouvailles, j'avais complètement oublié que nous avions, autour de nous, de nombreuses personnes. C'est une main à la poigne forte qui vint me sortir de mon état second alors qu'on me secouait l'épaule familièrement. Un supporter venait me hurler dans les tympans que les Sharks faisaient du bon boulot et qu'ils avaient beaucoup de chance que je sois là pour les soutenir. Si le public voyait le match comme étant une aubaine parce que notre équipe menait de quelques points, force était de constater que ce n'était techniquement pas cohérent. Les joueurs avaient encore beaucoup trop de mal à se positionner et à jouer comme une vraie équipe, sans parler de la communication... Vraiment, j'estimais que si l'équipe gagnait ce match, ce serait surtout par chance. Cependant, un coup d'oeil sur le chrono me fit soupirer, il restait beaucoup trop de temps pour croire en une victoire. La performance laissait a désirer et si je le voyais, il y avait fort à parier que l'entraîneur adverse aussi.

Grimaçant d'avoir tout ce bruit dans les oreilles, les gens qui s'excitaient et surtout d'être dérangé à tout bout de champ, je décidais de poser délicatement ma main sur le coude de la brune à mes côtés, me penchant légèrement pour pouvoir qu'elle puisse entendre " Vous ne voudriez pas m'accompagner, du côté de l'équipe ? Ce sera sans doute plus calme et je pense qu'une paire d'yeux en plus pour analyser le jeu, ne ferait pas de mal. "

Après son approbation, je laissais ma main glisser le long de son avant bras, jusqu'à effleurer sa main. Caresser sa peau m'avait laissé un fourmillement au bout des doigts et j'avais même l'impression de sentir ma peau se réchauffer tandis que mon palpitant sombrait dans une certaine folie en battant à toute allure, au point de m'en couper le souffle par moment. Sur l'instant, je me surpris à soupirer de soulagement en me disant que j'étais chanceux d'être devant, sans quoi ma... Connaissance ? ... aurait pu me voir rougir et je crois que je ne l'aurais pas forcément bien vécu même si je repensais aux quelques minutes auparavant. Maria avait rougis et je m'étais retenu de ne pas le lui faire remarqué, ne trouvant pas cela fair play de ma part, même si, en effet, je constatais qu'elle n'était pas indifférente malgré le temps passé.

Rejoignant enfin le coin dit "calme" si on ne prenait pas en compte que mes joueurs s'excitaient aussi, j'arrivais à hauteur de Bills, l'entraîneur et lui mit la main dessus pour retenir son attention avant de m'écarter pour qu'il voit la demoiselle. "Conrad, je te présente Maria, une... Amie. Maria, voici Conrad Bills, notre entraîneur." que je balançais pour les présenter avant de renchérir avec " D'ailleurs Bills, dès qu'on pourra, Cole quitte l'aile droite, on mettra Hoël à la place, il tient mieux la route et est moins perdu. " terminant ensuite par une tape amicale dans le dos de mon coéquipier sportif. Enfin, je revenais offrir mon attention à Maria et lui offrit un sourire tout en m'installant sur une chaise, l'invitant d'un geste à m'imiter. Je lui offris une nouvelle fois un sourire... Neuneu... et me grattais la nuque un instant, le temps de formuler ma phrase. Comment lui dire sans passer pour un dragueur relou ? J'avais beau chercher, je ne parvenais pas à savoir comment formuler ce que j'avais en tête alors je décidais de me lancer, qu'importait les conséquences, finalement, il fallait que je le dis. Inspirant un grand coup, je posais ma main sur le poignet de la demoiselle et humectais mes lèvres pour me donner du courage.

"Je suis content de te retrouver ici. Tu... Tu m'as manqué." que j'avais lâché sur un ton neutre. Mon regard avait croisé le sien, comme la fois où je lui avais annoncé, dans ce bar, que j'avais été heureux de la rencontrer. Une chance de remédier à ma bêtise d'antan, hein ? C'était le moment de voir si c'était faisable ou non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Mar 6 Juin - 15:32

All this time
Richard et Maria

Bon ça suffisait de jouer les coincées. Maria allait juste se mettre les pieds dans les plats si elle continuait dans cette voie. Richard allait finir par s’ennuyer, partir et être déçu. Il semblait vraiment heureux de la revoir et de la retrouver dans cet endroit incongru. Il avait un match à analyser, des joueurs à encourager et un coach à épauler, mais pourtant il restait avec elle. Et elle semblait la chose la plus importante du moment. Il jetait des regards vifs vers la patinoire et prenait des notes furtivement, mais sinon toute son attention était tournée vers elle. Comme s’il avait peur qu’elle disparaisse et qu’il ne puisse plus la retrouver. Comme s’il ne voulait pas gâcher cette deuxième chance qui lui était offerte. La jeune femme était mieux de penser de la même façon parce qu’elle risquait de le perdre et il était inutile de penser à une troisième chance, elle n’en aurait probablement pas si elle continuait de jouer les effarouchées. Elle devait cesser de se mettre de la pression. Elle l’avait déjà charmé une fois, elle était capable de le faire une seconde fois, sinon il lui filerait entre les doigts et elle pouvait mettre sa main au feu que ça, elle allait le regretter toute sa vie. Elle n’avait pas l’habitude d’être intimidée par les hommes. Elle avait toujours eu plus d’affinités avec eux qu’avec les femmes. Mais Richard était particulier.  Elle sentait quelque chose de fort entre eux. Un lien électrique l’attirait à lui. Il lui faisait autant d’effet qu’à leur première rencontre. De la façon qu’il posait son regard à la fois amusé, intéressé et malicieux sur elle l’a faisait frissonner.  C’était comme s’il était capable de lire en elle tellement elle se sentait petite quand il la fixait ainsi. Tout comme elle se sentait être la femme la plus désirable au monde. Elle s’était aussi sentie ainsi dans ce bar de Chicago et c’était un sentiment qui lui avait donné des ailes. Elle avait l’impression de le connaître depuis longtemps, alors qu’ils ne s’étaient vus que le temps d’une soirée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était ainsi, comme si elle avait peur de faire ou dire une bêtise qui le ferait fuir. Alors que c’était son silence qui risquait de tout détruire. Il était temps que Maria retrouve ses moyens. Elle prit une gorgée de son coca et se détendit. Ça ne servait à rien de forcer les choses. Elle avait une deuxième chance de montrer au beau bouclé qu’il n’aurait pas dû la quitter sans lui donner ses coordonnées. À elle de la saisir.

Maria prit un air faussement offusqué lorsqu’il rigola du sublime sport qu’était le football. Elle était aussi maniaque de ce sport que le hockey. "Je peux comprendre que tu t’en prends au curling, mais le football? Sérieusement? C’est tellement excitant! Les jeux de stratégies, les passes spectaculaires, les bloques, les courses, il y a de tout dans ce sport! Je pense que tu es un peu trop aveuglé par le tien. " Elle lui sourit malicieusement, des étoiles dans les yeux. C’était ce qui lui fallait pour qu’elle sorte de sa coquille. Quand on parlait de sport, la brunette répondait immédiatement présente. Elle pouvait débattre pendant longtemps et elle était souvent une adversaire de taille par ses connaissances en la matière. Mais elle ne poussa pas la confrontation plus loin. Elle avait un sourire béat sur le visage tandis qu’elle se perdait dans son regard bleu et rieur. Comme la première fois, une bulle s’était érigée autour d’eux. Elle ne voyait que lui et ne faisait pas du tout attention aux spectateurs à leurs côtés et à peine à la partie qui se déroulait sur la patinoire. Leur petit moment éclata lorsqu’un supporteur qui avait probablement bu un peu trop de bière apostropha le joueur étoile pour le féliciter de son équipe. Maria s’était légèrement reculée pour lui laisser la place sans pour autant quitter Richard du regard. Ce dernier avait l’air surpris de l’affirmation du spectateur qui disait pourtant vrai. Les Sharks s’étaient grandement amélioré depuis la dernière fois qu’elle était venue les encourager. Elle ne savait si l’arrivée du joueur des Blackhawks y était pour quelque chose, mais quelque chose dans leur jeu avait changé. L’équipe semblait avoir une meilleure coordination et une meilleure communication sur la patinoire. C’était tout un changement, même si la jeune femme avait aperçu aussi d’autres petites erreurs qui pourraient être inévitables.

Le monsieur disparu ensuite et la jeune femme détecta l’air passablement agacé de l’assistant entraineur. Pendant une fraction de seconde, elle crut qu’il lui dirait qu’il devait partir, même si c’était un peu normal étant donné qu’il était en plein travail. Elle le dérangeait plus qu’autre chose, mais elle n’avait pas envie qu’il parte. Elle commençait tout juste à se détendre. Il l’invita plutôt à le suivre au banc des joueurs, là où ils pourraient être plus calmes. Elle accepta d’un hochement de tête, un peu surprise de cette invitation. Elle se laissa guider par sa main qui descendait doucement le long de son bras jusqu’à effleurer sa main. Ce simple geste timide suffit à lui donner des frissons et à la faire rougir. Elle se sentait comme une adolescente qui frôlait subtilement le corps de son crush. Il ne la laissait clairement pas indifférente et jamais elle n’aurait pensé réagir autant après tant d’années. Il l’invita à entrer dans la section des joueurs et elle se sentie un peu mal à l’aise. Les entraineurs et les joueurs se tournèrent vers elle et elle pouvait supposer leurs regards interrogateurs derrière leurs visières. Elle les salua d’un sourire. Personne n’osa dire quoi que ce soit, on ne refusait rien au grand Harvay. C’était tout de même excitant pour elle de se retrouver auprès des joueurs qu’elle admirait. Elle pouvait être une grande groupie quand elle le voulait. Elle présenta sa main à l’entraineur lorsque Richard la présenta. "Enchantée coach. J’admire votre boulot de la dernière année." Depuis qu’il était en poste, avec l’acquisition  des connaissances de Richard, l’équipe s’était grandement améliorée et pouvait aspirée aux grands honneurs pour la première fois depuis longtemps. Bills lui avait serré la main fortement, mais la belle n’avait pas bronché. Elle était habituée à la poigne des hommes qui voulaient démontrés qui était le plus fort depuis qu’elle était dans l’armée. Richard donna ses instructions à Bills puis revint à elle. "J’essaierais Blake avec Morrow à la défense, à la place de Gallagher." Elle lui fit un clin d’œil, amusée. Mais, l’homme semblait ailleurs. Ses yeux étaient plus sérieux. Il semblait plus nerveux tout à coup, comme s’il voulait lui dire quelque chose sans savoir comment. Finalement, il se lança et Maria fût surprise par cette déclaration. Elle semblait sincère et la jeune femme fût touchée. Elle avait vu juste. Malgré les apparences, elle l’avait marqué. Elle ressentit une petite fierté l’envahir. Le sourire qui n’avait pas quitté ses lèvres depuis leurs retrouvailles s’était juste élargi, mais elle avait baissé la tête en pouffant légèrement. Elle ne voulait pas qu’il voit ses joues rouges. "Je ne pensais vraiment pas te revoir un jour, même si j’avoue, je l’ai espéré." Ça sonnait un peu cliché, nunuche, voire désespérée, mais c’était vrai. Dès qu’elle le voyait en entrevue à la télévision ou dans la presse, son cœur s’emballait puis se nouait. Elle avait toujours eu un sentiment d’inachevé le concernant. Jusque-là. "Tu as un truc de prévu après? " Elle avait relevé la tête vers l’homme qui la dominait de toute sa hauteur. Elle se sentait si petite à ses côtés alors que Maria n’était pas si petite à la base.  Elle voulait poursuivre leur conversation après la partie, parce qu’elle avait l’impression de déranger tout le monde et elle ne voulait surtout pas lui attirer des ennuis.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

0 / 50 / 5
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Manipulation de l'énergie : Grâce a l'énergie thermodynamique, les pouvoirs de Richard sont changeants.

Lorsque les températures sont négatives, son pouvoir devient défensifs alors qu'à l'inverse, à haute température, ils deviennent offensifs.
Gavin Parson / Lorenzo Viretti / Alkis Mordoh
158
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Sam 10 Juin - 21:29

Un peu plus au calme, un peu plus à l'aise avec moi-même et encore plus avec elle, je me sentais bien. Enfin je pourrai réfléchir et agir librement, loin de la foule en délire qui encourageait ses joueurs. Loin d'être timide, je posais ma main sur celle de la jeune femme à mes côtés bien qu'il faille reconnaître que je n'étais pas vraiment conscient de mon geste. Au lieu d'y réfléchir, je me contentais de détailler ce visage que je n'avais jamais oublié, pour graver les quelques éléments que le temps y avait placé. Que faisais-je après ? "Eh bien, j'avais prévu de boire un coup avec eux, qu'on gagne ou qu'on perde mais... Je serai heureux de passer le reste de la soirée avec toi." disais-je alors qu'à côté, Bills râlait après la défense, ce qui eut pour effet de me faire sortir du moment de flottement que j'avais eu pour Maria. Je clignais des yeux, toussotais et me levais pour me diriger vers l'entraîneur et lui posais la main sur le coude pour attirer son attention. Blake a la place de Gallagher, hein ? Je lui transmettais la suggestion de la brunette qu'il considéra avec optimisme, apparemment, lui aussi avait de faire des roulements et je lui laissais carte blanche pour la suite. Il était le coach, après tout, il devait bien prendre ses décisions comme un grand sans que j'ai à intervenir. Je retournais alors à ma place et posais le carnet à mes côtés alors que mon regard glissait sur la glace pour détailler les joueurs adverses. Ils avaient du bon, du très bon, comme beaucoup de mauvais. Finalement, peut-être qu'on pouvait réellement gagner sans compter sur la chance uniquement.

_________________________________________________

"OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIS !" que criaient les supporteurs des Shark. Hopkins avait marqué à la dernière seconde. C'était le match d'ouverture et notre équipe venait de prouver qu'elle avait le niveau, qu'elle pouvait tenir la cadence et qu'elle en voulait. J'avais crié de joie comme les autres et m'emportais en prenant Maria dans mes bras, tout fou de joie que j'étais. Je l'avais serré contre moi et embrassé son front tout en la laissant et rejoignant la jeune équipe pour les saluer leur performance. Eh vas y que ça gueulait dans tous les sens, que ça félicitait les uns et les autres. La joie de cette première victoire était une véritable charge de confiance et de bonheur. Les gars firent leur cri de ralliement et j'y participais avec énormément de joie avant de tapoter le dos de l'entraîneur. "Bien joué, Bills ! T'as géré comme le meilleur des chefs ! On se retrouvera plus tard, à l'angle de la rue. " disais-je à mon collègue, petit clin d’œil à l'appui avant de m'éloigner pour retrouver Maria que j'avais lâchement abandonné.

Je revenais à sa hauteur, approchais mon visage du sien pour aller chuchoter à son oreille un "Viens, on a le temps de se faire un repas avant qu'ils se décident à prendre un coup au bar et qu'on réclame ma présence. " et sans vraiment attendre son avis, je lui attrapais le poignet pour la diriger vers la sortie. Pour moi, c'était une triple chance, mon équipe avait gagné son premier match, j'évitais la conférence de presse et j'allais manger avec une des plus belle femme du monde. Est-ce que ça faisait pas trop dragueur, d'ailleurs ? Meh, ce n'était qu'un détail. En tout cas, je devais avouer que je me retrouvais là, planter devant la brune et lui souriait tel un abrutit. Bon sang, ce que c'était agréable d'être dans ce genre de situation. On avait tous les deux grandis, elle sans doute plus que moi puisqu'on disait que niveau maturité, les femmes surpassaient toujours les hommes, mais en tous les cas, je me sentais bien. Elle m'avait terriblement manqué, sans mentir et j'avais encore et toujours cette envie de la toucher pour être certain que je n'hallucinais pas. "Il parait qu'il y a des tonnes de bons restaurants sur Genosha. Je ne les ai pas encore visité alors je me disais que tu pourrais nous en choisir un qui déchire. " disais-je avec un sourire en coin alors que je présentais mon bras à la jeune femme, tel un gentleman que je n'étais généralement pas. Pourquoi est-ce que Maria me rendait aussi... Aussi... Pas faible mais... Pas soumis non plus... Guimauve ? Ouais, voilà. Pourquoi est-ce qu'elle me rendait guimauve au point de devenir plus calme, plus posé quand, habituellement, je me contentais d'inviter une nana au restau le plus proche pour voir ce qu'il adviendrait ensuite. Maria Hill, elle, restait un joyeux mystère que je m'efforçais de vouloir résoudre à douce allure, comme pour profiter de ce casse-tête jusqu'au dernier mécanisme. Oooouh ! Pour le coup, je me trouvais fin poète, dites donc !

Enfin, en tous les cas, le bras de Maria au mien, je l'entraînais sans m'en rendre compte dans les diverses rues du quartier jouxtant la patinoire. Enfin, à dire vrai, moi, je m'y perdais puisque je n'avais pas encore eu l'opportunité de découvrir chaque recoin de l'île, chaque quartier, magasin et rue mais peu m'importait alors même que je venais d'avoir une idée qui me fit m'arrêter en plein milieu du trottoir. "Personne ne t'attend, rassure moi ? Je veux dire... Pour ne rien te cacher, j'espérais rattraper mon erreur d'il y a quelques années et t'inviter au restaurant, puis au bar et sans doute à prendre un café, chez moi. Du coup... Si jamais tu as quelqu'un qui t'attend..." lâchais-je en grimaçant. Quoi ? C'était tout à faire légitime que je demande. Après tout, j'avais loupé le coche avant notre rencontre hasardeuse du soir alors... Qui savait ce qu'elle avait fait. Elle me l'avait bien affirmé, qu'elle avait espéré me revoir pendant un temps et je comprenais bien qu'elle avait aussi dû faire sa vie alors... Bizarrement, cette pensée faisait que mon cœur se serrait sauvagement, presque à m'en faire mal. Sans doute que j'avais été trop présomptueux de croire que nous aurions pu avoir une occasion en or de reprendre là où j'avais tout foiré.

Sans vraiment de surprise ma belle excitation s'évaporait à mesure de mes pas, alors que mon esprit se torturait de savoir si oui ou non, j'avais à nouveau tout fichu en l'air. Je n'espérais pas de longue relation amoureuse avec Maria, je ne savais même pas ce qu'elle pensait. Je ne la voyais pas non plus comme un vampire à fric comme une de mes ex ou celles de mes potes hockeyeurs, je pensais d'ailleurs même qu'elle était à des années lumières de ce genre d'idéologie mais... Je ne parvenais pas à m'enlever l'image de la jeune femme à mon bras dans une bulle différente de celle qu'on partageait. Bon sang, quelle idée de penser à ça ! C'était déprimant ! Ceci dit, cela ne m'empêchait pas de laisser échapper un "Pardon si tu me trouves indiscret. J'espère que ça ne nous empêche pas d'aller manger un morceau, tout de même. " en tout bien, tout honneur que j'aurais voulu rajouter, même si cela aurait fait trop dans ma phrase, à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
723
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Dim 2 Juil - 16:07

All this time
Richard et Maria

Maria se sentait comme la vedette féminine d’un film à l’eau de rose. Le hockeyeur-vedette de son équipe favorite pour qui elle avait eu un coup de foudre il y avait plusieurs années, débarquait sur son île perdue de l’océan Indien comme par magie et sans qu’elle ne s’y attendait. Il la reconnait et lui avoue ne l’avoir jamais oublié et qu’elle lui avait manqué. Il l’emmène au banc de l’équipe dont il est assistant-coach lors d’une partie de tournoi très importante. Il lui dit qu’il veut passer le reste de la soirée avec elle, peu importe le résultat final. Pour couronner le tout, son équipe gagne à la toute dernière seconde de la rencontre. Le synopsis était parfait et totalement typique des films d’amour, C’était le genre de film qu’elle aimait bien se regarder à l’occasion quand elle traversait un mauvais coton. Mais tout cela n’était pas un scénario écrit à l’avance. Elle n’était pas une actrice et Richard n’était pas un acteur. Ils ne se trouvaient pas sur un plateau de tournage et tous les spectateurs présents dans l’aréna n’étaient pas des figurants. Tout était bien réel et elle était en train de vivre complètement ce moment euphorique. Elle avait vécu les derniers instants du match avec nervosité et émotion. Elle avait cessé de respirer lorsque l’équipe bourdonnait autour du filet adverse et qu’un tir était arrêté. Elle avait invectivé un arbitre à la suite d’une mauvaise punition. Elle s’était d’ailleurs attirée le regard furieux de l’entraineur Bills et elle s’était calmé sur les injures par la suite. Elle était une VIP de Harvay, mais elle restait une fidèle supportrice des Sharks. Elle avait grimacé lorsqu’un joueur s’était fait ramassé par un adversaire et finalement, elle avait sauté de joie lorsqu’à la toute dernière seconde dans un dernier effort, Hopkins avait réussi à mettre la rondelle dans le filet. Dans un même mouvement de joie, tous ceux présents dans l’amphithéâtre à ce moment-là, s’étaient levés de son banc en criant. Il n’y avait pas de meilleur son qu’une sirène de but. L’ambiance était démentielle. Les Blue Sharks avaient gagné leur premier match. C’était juste trop génial! Maria avait félicité les joueurs, l’un d’eux l’avait pris dans ses bras et lui avait dit qu’elle était leur porte-bonheur et elle avait éclaté de rire. S’il savait à combien de partie elle avait assisté et surtout combien de défaites elle avait vu…il n’aurait pas dit cela. Après avoir félicité ses joueurs et ses collègues, Richard l’avait pris dans ses bras et lui avait donné un baiser sur le front. Un geste tout simple et probablement sans arrière-pensée, mais qui la fit frémir de tout son être. Elle avait fermé les yeux pour s’imprégner des lèvres de l’homme sur sa peau froide. Elle l’avait félicité en le prenant à son tour dans ses bras. Elle était très heureuse pour lui, lui qui avait semblé sceptique tout au long de la rencontre quant à son issue. La jeune équipe avait eu un début lent, mais elle s’était très bien ajustée pour finalement l’emporter et c’était fabuleux. Pour eux, pour Richard, pour l’île. Le sportif était demandé de partout et elle ne lui en voulait pas de la laisser seule. Elle comprenait que son équipe passait avant elle.

Elle ne resta pas bien seule longtemps, Richard la rejoignit bien assez vite. Elle espérait qu’il ne s’était pas dépêché juste être avec elle. Vraiment, elle ne voulait pas lui attirer des ennuis. Il avait tout de même un travail à faire auprès de ses jeunes joueurs. Elle le savait professionnel, il avait donc dû faire et dire tout ce qu’il devait avant de l’avoir rejoint. La belle brune ne pouvait s’empêcher de sourire comme une gamine. Elle n’en revenait toujours pas de ce qui lui arrivait, mais elle avait bien l’intention d’en profiter. Elle accepta avec joie le bras que lui tendait le bouclé en bon gentlemen. Elle se mordit la lèvre inférieure pour s’empêcher de sourire comme une idiote. Elle se sentait tellement chanceuse de se tenir au bras d’un si bel homme. Elle se fichait bien qu’il était une vedette. Elle était bien avec lui, point. Il aurait pu être un facteur qu’elle ressentirait le même courant électrique qu’elle ressentait toutes les fois qu’il la touchait ou la regardait. "Oh mais il y plein de restos fantastiques sur Génosha! Le Hell’s Kitchen vient de changer de proprio. J’ai hâte de gouter sa cuisine. Sinon, il y a le Utopia qui propose de la cuisine plus raffinée, il y a aussi le Boréalis et l’Hexagone dont le menu est varié et délicieux. C’est comme tu veux. Moi j’aime tout!" Comme Maria était une quiche en cuisine, elle adorait aller au restaurant et essayer de nouveaux plats. Elle n’avait pas réellement d’endroit préféré. "Peu importe celui que tu choisiras, il nous faudra bien tous les essayer!...Je veux dire, il TE faudra.." Elle sentit le rouge lui monter aux joues. "Oui bon, parce que moi je les connais déjà…" Rajouta-t-elle pour rattraper sa petite bévue. Il était un peu trop tôt pour parler au « nous ». La belle se laissa guider par Richard qui n’avait aucune idée de où aller. Elle aurait pu le diriger étant donné qu’elle connaissait cette île comme le fond de sa poche, mais elle n’avait pas envie qu’ils se pressent. La soirée était douce quoi qu’un peu froide et elle avait envie d’un peu de calme après les cris de l’aréna.

Tout d’un coup, elle sentit le corps du joueur de hockey se raidir. Elle leva la tête vers lui en fronçant les sourcils. Un moment, il était enjoué et calme puis l’autre, coincé et sérieux. Venait-il de se rappeler d’un truc et il devait couper court à leur soirée? Peut-être avait-il une petite amie qui l’attendait? Après tout, ils n’avaient pas vraiment parlé tous les deux. On pouvait être très heureux de revoir une personne avec qui on avait passé un bon moment et se montrer courtois et affectueux avec elle. Jusque-là, ça n’avait pas du tout traversé l’esprit de la directrice que Richard n’était sûrement pas célibataire. À son tour, elle se sentit mal à l’aise, mais cela ne dura pas longtemps. Sans le savoir, il avait répondu à ses questions silencieuses. Elle avait envie de rire en constatant qu’ils avaient les mêmes. Pour toutes réponses, elle se dressa sur la pointe des pieds et attira le visage de Richard vers le sien et elle déposa ses lèvres sur les siennes. Un simple baiser tout simple, tout timide, tout frais. Elle le fixa ensuite dans les yeux en souriant de plus belle. Ce n’était pas du tout son genre d’agir ainsi. Décidément, il la faisait passer par toute la gamme des émotions et la faisait réagir de façon inhabituelle. "Il n’y a que Manning qui m’attend et sa gamelle était pleine quand je suis partie. J’ai toute la soirée! " Elle lui prit ensuite la main et le tira vers l’avant pour couper court à la mièvrerie dans laquelle elles les avaient transportés.  "T’as fait ton choix? Je meurs de faim."


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

0 / 50 / 5
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
Manipulation de l'énergie : Grâce a l'énergie thermodynamique, les pouvoirs de Richard sont changeants.

Lorsque les températures sont négatives, son pouvoir devient défensifs alors qu'à l'inverse, à haute température, ils deviennent offensifs.
Gavin Parson / Lorenzo Viretti / Alkis Mordoh
158
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All This Time[Maria]   Sam 8 Juil - 22:13

Sa présence à mes côtés, sa douce voix, son sourire, la rougeur de ses joues quand elle disait des choses et se corrigeait juste après... Ses yeux pétillants, son charme... Tout dans cette femme me rendait fou. Me déplacer à la vitesse d'une tortue rendait même la vie plus douce alors que, généralement, j'étais le genre d'homme à se presser, à aller vite d'un point A à B pour enchaîner sur la suite du programme. Le programme pour l'heure était de profiter de la brune qui était ma cavalière pour la soirée et à qui, de toute façon, je ne rendrai pas sa liberté sauf si elle la réclamait. Alors oui, l'idée qu'elle m'annonce qu'elle était comme Cendrillon, avec l'obligation de rentrer avant le douzième coup de minuit, pour retrouver un prince charmant inconnu au bataillon et qui avait mené la plus grande des guerres, soit la conquête de son cœur, ne me faisait pas plaisir, loin de là. Pourtant, un revirement de situation se fit, m'obligeant à rebooter mon système nerveux. Maria s'était mise à ma hauteur, prenant mon visage entre ses mains pour simplement venir me poser un baiser sur les lèvres. Un. Putain. De. Baiser.

J'avais frissonné et je me laissais emporter alors qu'elle me prenait la main pour me faire avancer, me demandant même qui était Manning, de quel choix elle parlait et comment elle pouvait avoir faim, là maintenant. Je me laissais traîner sur une bonne cinquantaine de mètres avant de me stopper en plein sur le trottoir, lui tenant fermement la main pour l'empêcher d'avancer plus. Elle se retournait vers moi et là, sous son regard, je n'avais qu'une envie, me mettre à genou et lui dire "Maria, veux-tu m'épouser ?" alors qu'un simple baiser ne signifiait pas que j'avais trouvé l'amour de ma vie. Certes, je ne le cherchais pas non plus et s'il pouvait éviter de me tomber dessus sans prévenir, ça m'arrangeait. Finalement, je ne me demandais même plus pourquoi elle me rendait guimauve. Depuis que ses lèvres avaient touchés les miennes, je sentais mon palpitant s'emporter à vive allure, l'air quitter mes poumons sans parvenir à les réintégrer, ma gorge se nouait d'émotion tandis que dans mon estomac, c'était la Java tant les papillons et autres jolis petits insectes volants s'y complaisaient pour me faire sentir étrangement. Mon regard azuré trahissait mon incompréhension mais aussi les multiples émotions qui venaient envahir mon esprit à une vitesse folle. Coup de foudre à Prenova ? Comme un arrière gout d'un film d'amour nunuche mais choupinou à souhait. RAH MAIS RICHARD ! Il fallait se reprendre, s'empêcher de penser comme un gaga, éviter de se plonger à corps perdu dans une histoire qui... Qui pourrait tout à fait exister. Elle m'avait embrasser après tout.

Je fixais longuement la magnifique femme qui me faisait face, à présent un air inquiet sur le visage. Sans doute que j'avais trop tardé à expliquer mon comportement. Lentement, je lâchais sa main et venait poser les miennes sur ses joues. Après une longue caresse des pouces, je me penchais sur elle, venant simplement et aussi délicatement que possible poser mes lipses contre les siennes pour un échange qui se voulait tendre, doux et un peu aimant quand même. Oh non, je n'allais pas me leurrer pour le coup. Oui, je voulais presque lui dire "Je t'aime" mais j'avais la bouche occupée et tant mieux, sinon j'aurais été capable de sortir ces mots instinctivement, sans me demander si effectivement, il s'agissait bien de ce sentiment. Mais non Rick, réfléchis, c'est juste... C'était quoi au juste ? La brune que je serrai dans mes bras ne me laissait clairement pas indifférent et ceux depuis notre première rencontre et là, j'avais une chance inespérée de croire que j'avais la chance de pouvoir admirer son sourire encore de nombreuses heures, si ce n'était des jours comme je me surprenais à le désirer.

Je quittais ses lèvres à regret, bien obligé de reprendre mon souffle. Mes mains avaient libérées ses joues pour finalement trouver son dos, comme si j'empêchais qu'elle ne se dérobe à moi, comme si je craignais qu'elle ne pense qu'elle avait fait une erreur. Après réflexion, j'aurais pu en être une, une grosse, puisque je n'étais pas réputé pour être un gars qui parvenait à avoir des relations de longue durée, parfois même, j'étais vu comme un coureur de jupons, ce qui n'était pas forcément loin de la vérité, en fait, même si je ne changeais pas non plus d'amantes tous les deux soirs.... Mais non, je ne voulais pas être son erreur. Je ne voulais pas qu'elle ait la sensation de n'être qu'un trophée de plus. Elle représentait déjà tellement plus pour moi que n'importe qui d'autre, en ce monde... Pfouh, heureusement que j'étais perdu dans la contemplation de son merveilleux visage, trop pour pouvoir dire le nombre incalculable de choses qui me passaient pas la tête. "J'ai rêvé de ce moment tellement de fois et tellement souvent..." Sans m'en rendre compte, je venais de chuchoter, si bas que je n'étais même pas certain qu'elle ait entendu ce que je voulais lui dire. Durant de nombreux jours, elle s'était imposée à mon esprit, avait apposé sa marque, possédait une partie de ma réflexion et de mon affection que je n'avais pu donner à aucune des autres femmes qui avaient élu domicile dans mon cœur sans pour autant être invitée à renouveler le contrat de location.

J'avais l'air idiot, à lui sourire comme un attardé, à lui caresser la joue en laissant mon regard flotter dans le sien, laissant mon âme se faire dérober sous mon nez sans avoir aucune réaction. Elle était devant moi et je me demandais si elle était un mirage, si je dormais. Si c'était le cas, j'espérais ne jamais me réveiller parce que ça ressemblait totalement au paradis pour moi. Et j'avais envie, une nouvelle fois, de goûter à ses lèvres mais je me retiens, sans doute que ce serait trop, trop vite. Que faire ? Ce que je savais faire le mieux, finalement. Un sourire avant de glisser une de mes mains dans la sienne, croisant nos doigts avant de m'écarter d'un pas. Qu'est-ce que je faisais ? Je ne contrôlais même plus mon propre corps. Je voulais juste sourire et je me trouvait à marcher à ses côtés, mains unies...

"Je... " Ah, mince, blocage... Rendre la situation moins gênante... Putain, j'avais l'impression d'être un adolescent qui embrassait une fille pour la première fois... "Si tu as encore faim, je te propose celui qui fait le moins de chichi." J'offrais un sourire à la jeune femme et fixais par moment le chemin qu'on prenait, histoire d'éviter les mauvaises surprises comme un poteau, un passant ou que savais-je. "Je t'avoue que généralement, je préfère les endroits où on peut manger avec les mains. Je suis une célébrité mais pas une princesse..." Je laissais échapper un petit rire amusé, je venais de m'imaginer avec une robe rose à paillette, diadème et maquillé. Purée, c'que j'aurais été moche... Enfin, reportant mon attention sur la magnifique brune qui partageait ma soirée, lui glissant finalement un "Et du coup, on mange où puisque tu connais tous les coins ! Nous devons tous les faire !" Eh oui, Maria, je replaçais ce "nous" que tu avais si peu subtilement tentée de corriger !
Revenir en haut Aller en bas
 
All This Time[Maria]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Les access prime-time
» Fin de Discovery Real Time en 2010 ?
» Avec Maria Filali technique de la femme
» Doctor Who: Adventures in Time and Space

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: PROVINCE DE PRENOVA :: Centre-ville :: Patinoire de Prenova-
Sauter vers: