Partagez | 
 

 All that matters is family (Danvers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
242
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: All that matters is family (Danvers)   Sam 22 Avr - 22:55

All that matters is family


Une serviette dans les cheveux, pourtant bien long, je retourne dans ma chambre. Je souris en voyant Anna la tête sous l’oreiller qui dort paisiblement. J’ai soudainement envie d’aller la chatouiller pour l’embêter et la réveiller mais je sais vu qu’on a parlé une bonne partie de la nuit qu’elle a besoin de dormir. Puis sa situation actuelle réclamait aussi qu’elle ait besoin d’un peu de sommeil non ? Du coup, je me retenais de la réveiller même si c’était parfaitement beaucoup moins drôle que ça. Parce que quand même j’adorais embêter Anna. Mais en même temps, je n’étais pas spécialement à l’heure non plus. J’avais dit à Carol que je viendrais la voir en début d’après-midi et il était clairement l’heure de manger le midi alors c’était mal barré toute cette histoire. J’attrapais des vêtements dans mon armoire sans vraiment faire attention et les passait rapidement. Pas que je sois gêné parce que Anna Marie est dans la pièce, voilà bien longtemps que ça ne me faisait ni chaud ni froid qu’elle soit là quand je me changeais. Ca lui arrivait de débarquer alors que j’étais sous la douche donc bon. Mais il faisait pas si chaud alors s’habiller vite c’est pas une mauvaise idée. Je me dirigeais ensuite vers ma cuisine pour prendre rapidement un dej. J’aurais bien blagué à dire comme ma mère qu’un jeune homme comme moi ça doit se nourrir ou encore rigolé en pensant à la façon dont Lorna m’avait charrier en disant qu’elle comprenait pourquoi sa gouvernant faisait plus de nourriture quand j’étais là. Mais non, j’avais pas spécialement envie de rigoler là. Parce quand dans ma tête je repassais au crible toutes les choses qu’avait pu me dire Anna hier, voulant évaluer un peu plus avec l’esprit plus claire à quel point sa situation était actuellement dangereuse. Et l’autre partie de mon cerveau était déjà concentré sur le fait que j’allais voir Carol cet après-midi. Que j’allais voir ma grande sœur en quarantaine. Qu’être agent du SHIELD ne me permettait même pas de savoir à quel point ce qu’elle avait été grave. Que j’étais vaguement inquiet par tout cela. Je soupirais en vidant d’un trait un verre de jus d’orange. Bon j’avais peut être un vague début de gueule de bois également. Je retourne dans ma chambre et vais déposer un baiser sur le crâne de Anna. Tu peux rester aussi longtemps que tu veux. Je vais voir Carol, je reviens plus tard. Je l’entend grogner et je rigole doucement avant de partir. Je remarque que la lumière de la cage d’escalier est éteinte encore une fois, preuve que Anna est passée par là. Je souris avant de me rendre à l’Alpha House. Mon cerveau fait une connexion que je n’avais pas encore fait jusqu’à lors : et si j’y croisais Lorna ? Je déglutis difficilement. Moins je voyais Lorna en présence de mon frère, mieux c’était pour ma survie je crois. Je soupire un coup et regarde ce que j’ai passé comme fringues. Oui bon ça va, y a pire. Je finis par pousser la porte de l’Alpha House et me diriger vers la salle des visites. Je viens voir Carol Danvers. Je me signale au personnel et vais m’asseoir dans un coin en attendant que ma grande sœur daigne venir me voir. Ouais, j’aime bien râler. A vrai dire je ne l’attends pas très longtemps. Juste suffisamment longtemps pour remarquer Daisy, enfin Skye comme elle préfère qu’on l’appelle, dans un coin de la pièce. Skye ici… Et parmi les infectés parce que je voyais mal ce qu’elle ferait dans la pièce sinon. Est-ce que je le disais à Anna ? Erf, je penserais à ça une autre fois. Pour le moment je voyais la chevelure blonde de ma sœur. Je me relève rapidement et rejoins Carol. Directement, je la prend dans ma bras et la sert contre moi avant de déposer un baiser sur sa joue. Hey. Comment tu vas ? Tu tiens le coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Carol DanversHumain modifié
avatar

-


Mrs Marvel.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Force, vitesse, agilité, durabilité surhumaines.
Absorbe et projette de l'énergie.
Vol.
Tony, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan, Lena & Val
231
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Mar 25 Avr - 15:09



All that matters is family

I don't know about days gone


Encore une journée coincée entre quatre murs, à regarder le blanc laiteux changer de couleur à mesure que son cerveau lui jouait des tours. Ressassant sans cesses ses souvenirs, inlassablement, l'épuisant. La blonde soupirait sur son lit, ne sachant que faire, à part succomber à l'ennui. Comme depuis beaucoup trop longtemps. Trois mois qu'elle se traînait ici. Trois mois qu'elle se rongeait jusqu'au sang à cause de la quarantaine. Pff, tu parles, c'est plutôt un enfermement qu'une quarantaine. Dans l'unique but de l'éloigner de ses proches, mais surtout, de les protéger d'elle. Une perle salée embruma sa vision un court instant alors qu'une scène défilait dans son esprit. Jessica... La blonde pinça les lèvres et ferma les yeux, la perle salée roulant sur sa joue pâle. Carol ne pouvait pas se pardonner d'avoir pointé sa collègue, sa plus proche amie, sa meilleure amie, avec son arme de service. Au Pegasus, tout était allé si vite, beaucoup trop vite. Les balles fusaient, et la blonde en avait écopée d'une dans la jambe. A ce souvenir, elle grinça des dents, rouvrant les yeux pour les poser sur sa plaie. Son pouce caressant doucement la croûte bien formée et rougie. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres, s'envola dans la pièce avant de s'écraser contre les murs. Voilà déjà bien longtemps qu'elle était sortie de l'hôpital, pour être traînée jusqu'ici, sous les cris et la colère. Et pourtant, tout au fond, une part d'elle voyait dans cette quarantaine une sorte de rédemption. Elle allait pouvoir se racheter, pouvoir prouver qu'elle n'y était pour rien et que rien de tout cela n'était de sa faute. Et surtout, elle pourrait enfin oser regarder Jessica dans les yeux. Elle ne se détournerait plus, même si le mystère planait toujours. Son sang pulsait doucement dans ses veines, alors que la curiosité la piquait. Carol voulait vraiment comprendre ce qu'il s'était passé, on ne lui avait rien dévoilé, aucun médecin n'avait pipé mot, et aucun scientifique qu'elle avait croisé n'avait osé soutenir son regard détruit par le temps.

Serrant le poing, la blonde se redressa subitement, alors qu'un claquement retentissait contre sa porte. L'écho de ces pressions chatouillant ses oreilles. Essuyant sa larme du revers de la main, la blonde s'avança vers la porte et l'ouvrit à la volée, dévoilant ainsi sa visiteuse. Sa vision s'adoucissait alors que son corps se détendait. La blonde se sentait apaisée lorsqu'elle sentait ce regard tendre parcourir son visage. Ces yeux chocolats qui la couvaient du regard. Un petit sourire étira ses lèvres, et elle salua sa visiteuse par un petit geste de main, avant de la voir s'approcher. Le cœur de la belle tambourina contre sa cage thoracique alors que Skye l'enlaçait tendrement, encerclant ses épaules par un câlin réconfortant. Carol soupira d'aise en fermant les yeux, avant de se laisser aller, son corps frôlant celui de la brune, lentement, doucement, comme pour ne pas briser cette coquille fêlée plus encore. Inutile d'enserrer ses doigts autour du sable, le château s'écroulerait malgré tout, et Carol n'était pas loin du point de non-retour.

A contrecœur, la belle se détacha de Skye avant de souffler un baiser sur sa joue rosée, laissant l'instant durer quelques secondes de plus. Savourant sa peau si douce et délicieuse contre ses lèvres craquées. Doucement, la pulpe de ses doigts vinrent trouver la peau frissonnante de son bras, glissant vers sa main avant d'enlacer sa paume, amoureusement. Skye l'entraîna avec elle dans les couloirs, et Carol se sentait bien. Là, tout contre elle, et elle savait que ça allait lui changer un peu les idées. C'était difficile pour tout le monde ici, même pour ceux qui souriaient et riaient à toute heure de la journée. Son regard un peu plus assuré, la belle jeta un coup d’œil à Skye à ses côtés, lui offrant un sourire plus franc avant de continuer leur chemin. En cours de route, la blonde se fit héler par un des agents du S.H.I.E.L.D., qui lui signifiait que quelqu'un voulait la voir. Intrigué, Carol haussa les sourcils avant de faire demi-tour, suivant l'individu. Skye ne la quittant pour rien au monde, enserrait toujours sa main alors qu'elles se rendaient au niveau de la salle des visites. Non loin du couloir menant à cette fameuse pièce, Carol se détacha de la brune, souriant avant de lui promettre de revenir au plus vite. Skye hocha la tête et lui souhaita bonne chance avant de passer en première. Sûrement pour voir s'il n'y avait pas une connaissance à elle dans le coin. Laissant un dernier soupir s'échapper de sa gorge, la blonde se donna du courage et passa finalement le sas menant à son visiteur. Un sourire surpris mais émerveillé étira les coins de ses lèvres alors qu'elle s'approchait du nouvel arrivant. Steven... La blonde se jeta presque dans ses bras alors que son frangin enserrait son corps dans une étreinte fraternelle poignante. Le baiser qu'il déposa sur sa joue lui faisait énormément de bien, et elle en profita pour lui en faire un sur le front, fermant les yeux. Se reculant quelque peu, elle passa sa main agile dans les cheveux courts et un peu désordonnés de son frère, son sourire ne s'agrandissant que plus. Carol adorait Steven, c'était indéniable. Et c'était certainement le seul de la famille sur qui la blonde pouvait encore compter. Celui à qui elle pouvait confier sa vie, les yeux fermés, sans qu'il ne la juge ou ne lui fiche un couteau dans le dos. La belle était heureuse de se trouver là, avec lui, et le voir après tout ce temps lui faisait un bien fou. La pression dans ses épaules se dissipant alors que le poids au sein de sa poitrine s'effilochait lentement. Steven était son sauveur, sa bouée dans l'océan déchaîné, son phare dans la nuit, son rocher. Son frère.

« Hey. Comment tu vas ? Tu tiens le coup ?
_ Hey, Steven, souffla-t-elle doucement avant de se mordre les lèvres. Eh ben, c'est difficile. Mais je tiens le coup. »

Elle gesticula rapidement vers des chaises, et le guida au travers des autres individus avant de s'asseoir, s'accoudant à la table. Elle observa tranquillement Steven s'installer, déposant son sac à ses côtés. La belle sautillait presque sur place. Elle avait tant de questions pour lui. Tant de choses à lui dire, et là, au sein de cette salle de visite, elle ne pouvait pas se laisser complètement aller. Elle ne pouvait pas lui sauter dessus, encore et encore, pour lui dire à quel point il lui avait manqué... Elle ne pouvait pas rester elle-même, sinon les agents la renverraient dans sa chambre sans sommation. Avec un petit sourire contrit, la belle tortillait ses doigts sur la table avant de se lancer, tentant de calmer sa curiosité.

« Tu vas bien toi ? Tu as vu les parents ? Ou Joe Jr récemment ? Humpf... Désolée de te harceler avec ça, je sais qu'en ce moment c'est pas trop la joie à la maison, ricana-t-elle, malgré son air coupable. Tu m'as manqué frangin. Je suis contente de te revoir... »

___

This antigravity taking over me.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
242
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Sam 29 Avr - 23:44

All that matters is family


Je tiens Carol dans mes bras. A vrai dire, elle s’est jetée dans mes bras en arrivant dans la pièce et moi, j’ai simplement eu à la rattraper et à la serrer contre moi. J’aimerais la tenir dans mes bras encore plus longtemps, la tenir éternellement comme ça contre moi. Elle m’a tellement manqué. Je me suis tellement inquiéter. C’est bête, surtout pour un jeune homme de vingt-sept ans, mais je crois que la présence de ma sœur continue de me rassurer, de m’aider dans la vie. On ne se voit pas forcément tout le temps ou ce genre de chose mais elle est toujours un peu là depuis que j’ai quitté l’armée. Avant elle était au SHIELD dans les mêmes bâtiments, maintenant elle est à la garde mais elle est toujours là. Et cette putain de quarantaine me prive de ma sœur pour la première fois depuis des années. Et je le vis mal je l’avoue. Je viens la voir quand je peux et c’est pas facile depuis trois mois de venir souvent. Et il reste cette distance. Le fait de pas savoir si elle allait s’en sortir. On avait aucune putain d’idée avec les infectés de ce qui allait se passer. Je me recule légèrement pour embrasser ma sœur quand je la sens enfin sa détendre dans mes bras. Se laisser aller et ça me fait sourire. Je l’embrasse doucement, lentement sur la joue. Elle m’a tellement manqué. Une partie de moi se souvient du petit Steven qui aurait fondu en larmes après ne pas avoir vu sa grande sœur, pour qui il avait beaucoup d’admiration et d’affection, qu’il n’aurait pas vu pendant quelques jours. J’avais grandi et je n’allais donc pas me mettre à pleurer comme un petit garçon. Mais je supportais toujours aussi mal l’absence de ma sœur aînée. Je lui demande très vite comment elle va. Elle me répond d’une petite voix en mordant sa lèvre. Trop habitué à voir ma mère en faire de même, je lui attrape le menton du bout des doigts pour la forcer à lâcher cette lèvre. Elle dit que c’est difficile et je vois bien à sa réaction qu’elle veut dire autre chose. Qu’elle veut dire qu’elle n’en peut plus. Qu’elle rêve de sortir d’ici. Qu’elle s’en veut encore d’avoir perdu la tête et frapper Jessica. Qu’elle doit culpabiliser comme on est capable de le faire chez les Danvers. Je fais la moue mais je ne dis rien, pas tout de suite. Je la suit plutôt jusqu’à une chaise, cherchant Skye du regard tout en me demandant si j’allais aller la voir après avoir su ce qui n’allait pas pour Carol exactement et de sa propre bouche. Je m’assis sur la chaise la plus près de ma sœur en la regardant se tortiller la main sur la table. Ok, quelque chose va pas. Je souris quand elle me pose pleins de questions d’un coup. J’aime bien quand tu me harcèles. Tu m’as manqué aussi, plus que tu le crois. Je lui souris. Enfin, elle doit bien savoir. Après tout elle est Carol et je suis Steven quoi. J’y suis allé l’autre jour. Joe Jr va un peu trop bien, Maman le lâche pas d’une semelle. Et les parents vont… biens, en dehors de l’inquiétude. Mais tu les connais. Alors… je fais comme si tu étais là et je ronge mon frein. Je lui fais un clin d’œil. Parce qu’elle sait que pour moi c’est moins facile que pour elle avec nos parents. Mais je fais un effort quand elle est pas là, parce que je le fais pour elle aussi. Je vais bien. Beaucoup de travail mais ça va plutôt bien. Je pense à Anna qui a dormi à l’appartement ou à Lorna que j’ai vu y a quelques jours et un sourire se pose sur mes lèvres. Par contre toi… tu as l’air d’aller beaucoup moins bien que tu le dis. Tu as parlé à Jessica ? Ou il s’est passé un truc ici ? En plus de rester enfermée.
Revenir en haut Aller en bas
Carol DanversHumain modifié
avatar

-


Mrs Marvel.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Force, vitesse, agilité, durabilité surhumaines.
Absorbe et projette de l'énergie.
Vol.
Tony, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan, Lena & Val
231
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Lun 1 Mai - 14:13



All that matters is family

I just want you to take a second


Le simple contact de ses mains autour d'elle suffisait a l'apaiser. La chaleur réconfortante émanant du corps de son frère l'empoignait et elle ferma alors les yeux, savourant l'étreinte depuis trop longtemps oubliée. Steven venait la voir autant de fois qu'il le pouvait mais ce n'était plus comme avant. Ce n'était jamais réellement comme avant. Ces petits instants rien qu'à eux devenaient déjà rares avant la quarantaine, mais depuis son enfermement au sein de l'Alpha House, ces moments figés dans le temps s'espaçaient de plus en plus. Tels des points fixes dans sa vie que la blonde pourrait compter sur les doigts d'une seule main. Jamais elle n'aurait cru pouvoir s'éloigner autant de sa famille, et pourtant la force avec laquelle son frère l'enlaçait voulait tout dire. Cela faisait depuis déjà beaucoup trop longtemps. Et Carol aurait souhaité que cet instant ne s'arrête jamais, qu'elle continue à prendre son petit frère dans ses bras. Qu'elle s'accroche à lui, à son rocher, qu'il l'emmène avec lui, loin de ses cauchemars, ses craintes et ses doutes. Mais elle ne pouvait pas partir, pas maintenant, alors qu'il y avait encore des personnes qui importaient pour elle ici, en quarantaine. Dire qu'elle voulait s'enfuir d'ici et retourner à l'extérieur était un simple euphémisme, mais la situation l'en empêchait complètement. Elle était pieds et poings liés, mais surtout, l'unique barrière qui la retenait encore ici était son propre esprit. Sa propre conscience qui la tirait de plus en plus vers le fond du gouffre d'où elle ne sortirait peut-être pas indemne. Se sacrifier pour en sauver le plus était donc bien sa raison d'être. Avec un soupir, elle se décolla de son frangin avant de l'embrasser sur le front. Ce dernier l'embrassa sur la joue également, et elle sourit alors tendrement, le contact réconfortant contre sa peau l'apaisant doucement.

Elle pouvait sentir la paume de Steven attraper son menton, alors qu'elle se mordait la lèvre inférieure, par réflexe, mais surtout à cause de ses ressentis. Elle ne voulait pas lui mentir mais elle ne voulait pas non plus l'inquiéter. Elle savait très bien qu'il pouvait lire en elle comme en un livre ouvert, mais Carol sentait toujours au fond qu'elle devait rester forte devant lui. Elle était la grande sœur, la plus âgée des Danvers, et c'était elle qui avait plus d'une fois montré le chemin à Steven et Joe Jr, malgré leurs réticences. Elle avait toujours été là pour eux, elle avait tenu tête à leurs parents lorsqu'elle était partie à l'armée, et elle avait recommencé quand Steven s'était engagé. C'était à elle de tenir le bon rôle, d'être le roc de la famille, et de guider ses petits frères. Même lorsqu'elle se trouvait au plus bas, elle devait rester droite, ne pas plier et faire comme si de rien n'était. Malheureusement pour elle, Steven la connaissait déjà trop pour son propre bien, et pouvait voir à travers son masque fissuré. Sa main qui agrippait son menton pour la forcer a lâcher la lèvre qu'elle triturait lui faisait un bien fou et lui redonnait un semblant d'espoir. Un petit soupir amusé quitta ses lèvres craquelées, mais ses démons n'en avaient pas finis avec elle, ternissant son esprit et son humeur déjà bien obscurs. Secouant la tête, la blonde finit par guider son frère d'une autre manière ; vers une table un peu plus loin, le temps de remettre ses pensées en place. Son cœur cognait fort dans sa poitrine et elle pouvait sentir le sang pulser à ses tempes alors qu'une vague de stress s'emparait d'elle. Ses mains liées sur la table alors qu'elle triturait à présent ses doigts, la blonde osa questionner son frangin sur leurs parents et le dernier de la fratrie, reprenant contenance au lieu de laisser le stress l'empoigner comme auparavant. Pas question de flancher devant Steven, surtout en plein milieu de la salle de visites, alors que Skye était sûrement encore dans les parages.

« J'aime bien quand tu me harcèles. Tu m'as manqué aussi, plus que tu ne le crois. »

Carol souriait doucement, un petit rire s'échappant de sa gorge. Ces quelques mots venaient de l'apaiser sensiblement, la franchise de Steven pouvait vraiment la calmer dans les situations difficiles. Lorsqu'elle se sentait dépassée, elle pouvait toujours compter sur lui, même si elle n'osait pas vraiment se l'avouer. Ah, la fierté des Danvers, toujours mal placée. Son regard azuré plongea dans celui de son frère alors qu'elle portait l'une de ses mains à ses lèvres, mordillant ses ongles tout en écoutant Steven. Elle hocha la tête lorsqu'il lui parla de leurs parents. Elle était tout de même heureuse de savoir qu'ils faisaient tous un effort dans l'histoire. Déjà que la seule fille de la famille avait fini à l'armée et ensuite en quarantaine, dire que les parents avaient étés excédés par l'engagement du cadet était très loin de la vérité. Surtout que depuis l'incident où il avait reçu une balle dans la main, Steven avait un peu perdu de sa joie et de son enthousiasme habituel, de part les parents sur le dos à tenter de le maintenir en place. Carol l'avait aidé, bien sûr, elle avait été là pour lui, elle l'avait entraîné avec lui, elle l'avait embarqué au S.H.I.E.L.D. où elle travaillait à l'époque. Depuis ce jour, les tensions au sein de la famille n'avaient fait qu'augmenter, et se perpétuaient encore à présent. Malgré cela, la blonde savait pertinemment que Steven n'aurait jamais été heureux s'il était resté à la maison. Le choix avait été difficile, mais elle n'avait jamais regretté d'avoir soutenu son frère plutôt que ses parents. Bien évidemment, elle s'était réconciliée avec eux depuis un moment déjà, mais la savoir enfermée avait dû les bouleverser et elle ne pouvait que comprendre leurs réactions, bien que parfois trop excessives. Et savoir que ses parents ainsi que Steven faisaient des efforts chacun de leur côté pour remettre la dynamique familiale en route, cela enflammait le cœur de la belle de fierté et de soulagement. Elle ricana lorsque Steven lui fit comprendre que leurs parents n'avaient pas vraiment changé, et ses lèvres s'étiraient ensuite en une moue alors qu'il lui confiait ses ressentis. La main de la blonde vint se poser doucement sur celle de son frère, attrapant sa paume pour l'enserrer dans une poigne réconfortante, témoignant de son soutien infaillible. Même avec son clin d’œil, elle pouvait voir au fond de lui qu'il était mal de la savoir ici, et qu'il aurait préféré qu'elle soit en dehors de tout ce bordel. A vrai dire, elle aussi aurait préféré voir son frère en d'autres circonstances. Mais le destin en avait décidé autrement et elle était trop insignifiante pour y changer quoique ce soit.

« Je vais bien. Beaucoup de travail mais ça va plutôt bien.
_ Certaines choses ne changent pas alors, ricana-t-elle légèrement.
_ Par contre toi... tu as l'air d'aller beaucoup moins bien que tu le dis. Tu as parlé à Jessica ? Ou il s'est passé un truc ici ? En plus de rester enfermée. »

La voix de son frère la fit se figer sur place, sa main se crispant sur celle de Steven. Elle déglutissait difficilement alors que son regard se troublait, perdu dans le vide. Carol se sentait démunie face à ces questions, et elle ne voulait pas s'étendre sur toutes les choses qu'elle voyait ici. Ce n'était rien comparé à ce que subissait les Émergés, mais la blonde ne pouvait s'empêcher de comparer les situations, se sentant désolée pour tous ces humains capturés par la Garde Rouge. L'injustice frappait à tous les niveaux, toujours. Carol secoua la tête avant de soupirer de dépit, retirant sa main pour la poser sur ses jambes. Cachant ses bras sous la table, elle rapprocha son buste jusqu'à ce qu'il bute contre la surface. Son visage se redressa légèrement et elle dévia son regard de son frère, préférant ne pas le regarder en face pour sa propre sécurité.

« Il ne se passe rien de particulier ici, y a pas vraiment grand chose à faire à part traîner avec certaines personnes. C'est pas facile d'être là. D'être enfermée, je veux dire. Je ne peux rien faire de vraiment concret, j'ai pas de boulot, je m'ennuie et malgré les distractions, je ne fais rien de mes journées. J'ai perdu le rythme Steven. J'ai l'impression que je perds le contrôle sur ma vie... murmura-t-elle, la lèvre tremblante. Déjà que j'ai perdu la boule et menacé Jessica... Je m'en veux pour ça et même si elle est venue me voir quelque fois, je peux pas la regarder en face... Je peux pas... J'ai trop peur que ça recommence... »

La blonde ferma les yeux lorsque sa vision commença à se brouiller. Elle pouvait sentir les perles salées commencer à la submerger, en même temps que ses sentiments empreints d'émotions étouffantes qui lui déchiraient le cœur. C'était vraiment difficile de garder la tête haute en ces circonstances, et là, à même la salle de visite, la blonde n'arrivait plus à tenir. Elle pouvait sentir tout son corps trembler, tressautant sous les assauts de ses ressentis. Le stress, l'amertume, l'anxiété et toutes ces choses commençaient à lui vriller le cerveau, alors qu'elle se mordillait les lèvres pour ne pas laisser ses plaintes s'échapper. Elle en avait déjà trop dit à son frère, même si elle n'avait pas voulu l'embarqué dans ses histoires. Il était trop tard pour faire machine arrière, trop tard pour faire comme si de rien n'était. Mais malgré tout, au travers des nuages noirs qui planaient sur sa tête, il y avait toujours au fond d'elle cette petite étincelle. Cette lueur de joie et d'espoir qui brillait au travers telle une éclaircie et qui la tirait vers le haut dès qu'elle sombrait. Il y avait toujours quelqu'un pour lui tendre la main et la faire avancer. La plupart du temps, son propre sauveur était elle-même, mais depuis peu, une nouvelle personne venait lui tendre la main pour enserrer sa paume dans une étreinte douce et tendre, liant leurs doigts ensemble comme une promesse silencieuse. Un petit rire s'échappa d'entre ses lèvres alors qu'elle relevait la tête, essuyant ses larmes d'un revers de main. Son regard brillant faisant ressortir l'éclat de son espoir, alors que sa voix tremblante sembla se raffermir peu à peu.

« Désolée, je veux pas t'embêter avec ça, renifla-t-elle avant de sourire. Fallait que ça sorte de toute façon. Ça va mieux maintenant. Elle inspira un long moment avant de continuer. Disons juste que malgré les moments de déprime, il y a bien quelques petits trucs sympas qui arrivent, parfois. Je me suis pas mal rapprochée de certaines personnes, et ça fait beaucoup de bien, confessa-t-elle. »



___

This antigravity taking over me.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
242
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Mar 9 Mai - 21:45

All that matters is family


J’entends Carol rire quand je lui fais savoir que j’ai bien qu’elle me harcèle et je ne peux m’empêcher de sourire. A moins qu’elle rigole parce que je lui ai dit qu’elle m’avait manqué ? Non elle ne rigolerait quand même pas de cela alors j’étais à peu près sur que c’était mon petit trait d’humour sur le harcèlement. Mais du coup je réponds au harcèlement de ma sœur en répondant à ses nombreuses questions. J’arrange un peu la situation familiale. Ou plutôt je ne lui fais pas part de comment cette situation me pèse alors qu’elle n’a pourtant rien de bien grave. Mais quelque chose n’est plus pareil avec mes parents depuis mon accident à l’armée et cette façon qu’à ma mère de me reprocher les choix que je fais. Dire qu’elle ne fait jamais de remarque à Carol sur son travail alors qu’elle n’est vraiment mais vraiment pas mieux que moi la Carol. Mais bon, je ne vais pas plomber ma sœur avec ça alors qu’elle se trouve déjà en quarantaine. Je préfère la rassurer comme je peux. Quant à sa question sur mon travail je conclue que comme toujours j’en ai mais que ça va. J’aime mon travail et Carol le sait. Je souris alors qu’elle me dit que certaines choses ne changeront jamais. Une partie de moi se dit que le SHILED changera jamais sans réussir à savoir si c’est une bonne ou une mauvaise chose. A vrai dire ce n’était pas mon travail de me poser ce genre de question et je préférais donc ne pas le faire pour ne pas me retrouver dans une position délicate. Du coup, je changeais de sujet pour quelque chose de mieux : m’inquiéter de comment aller ma sœur. Surtout que j’avais bien vu son air un peu… défait quand j’étais arrivé. Je sens qu’elle se crispe et je caresse doucement le dos de sa main de mon pouce. Tout va bien Carol, je suis là. Je serais toujours là, je compte pas te laisser, jamais. Pas grand-chose à faire ? Je souris doucement. Je m’en doute bien. Je suis au courant que le SHIELD a tout organisé pour que leur vie ressemble le plus possible à ce qu’ils pouvaient vivre en dehors. Sauf pour la garde d’une certaine manière. Ils ne pouvait pas faire leur métier habituel, ni même les agents du SHIELD et pour des raisons de sécurité et confidentialité ils ne pouvaient même pas travailler la paperasse. Je sers ses mains plus fort quand elle me fait part de ses peurs. Stop Carol ! Ma voix claque plus fort que je ne l’aurais voulu. Tu n’étais pas responsable de ce que tu as fait à Jessica qui t’en mettrait une si elle t’entendait dire ça. Je connaissais assez bien la meilleure amie de ma sœur avec le temps. Et si l’émotion ne semblait pas être son fort, ce que je pouvais facilement comprendre, je n’avais même pas besoin de réfléchir pour être certain de ce que je venais de dire. Surtout que j’avais croisé Jessica depuis le Pegasus alors j’avais confirmation qu’elle était dans cet état d’esprit. Et tant que tu es ici, tu n’as pas à t’inquiéter. Et ils vous laisseront pas sortir sans être sur que vous n’avez pas à vous inquiéter. Donc, tu vas me dégagez ces humeurs noirs. Je lui souris doucement en résistant à l’envie de me lever pour aller prendre ma sœur dans mes bras. Parce qu’on était en public et tout et que je n’étais pas sur que ça l’aide plus finalement. Je lui souriais simplement pour la rassurer, taisant mes propres inquiétudes. Tu ne m’embête pas Carol. Arrête de dire des conneries. Surtout que j’ai capté son petit rire qui me réchauffe le cœur et qui me prouve qu’il y a du bon aussi. Après tout elle avait dit qu’au moins elle avait de la compagnie ici. Je souris. Si fallais que ça sorte. Elle me confirme qu’il y a aussi des bons moments et je hoche la tête. La suite ? Je lève un sourcil inquisiteur. Carol Danvers… qu’est-ce que vous ne dites pas là ? Un sourire moqueur se dessine sur mes lèvres. Raconte moi tout, tu n’as pas vraiment le choix. Qui est la chanceuse ? Je connaissais ma sœur. Je connaissais ce sourire. Je savais bien qu’il y avait une jeune femme derrière ce sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Carol DanversHumain modifié
avatar

-


Mrs Marvel.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Force, vitesse, agilité, durabilité surhumaines.
Absorbe et projette de l'énergie.
Vol.
Tony, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan, Lena & Val
231
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Mer 17 Mai - 16:02



All that matters is family

Let me go see my family


Embrumée par le voile opaque de ses émotions, Carol se laissait entraîner vers le fond du gouffre, son âme flottant au cœur de l'océan de ses sentiments. La blonde ne peut s'empêcher de se sentir mal, désolée pour ces gestes qui ne venaient pas d'elle. De son arme levée juste sous ses yeux, alors qu'elle ne contrôlait plus rien. Elle se souvenait encore du visage de Jessica, de son air quelque peu destabilisé en la voyant ainsi. Ces regards échangés et ce coup magistral qu'elle avait dû lui infliger. Son cœur l'empoigna un court instant et elle se retint de lâcher une plainte. Ses paupières papillonnaient contre ses yeux, et la belle sursauta lorsque la voix de Steven résonna à ses oreilles, brutalisant ses tympans. Elle claqua tel un fouet et son écho faisait encore trembler la blonde alors qu'elle rafermissait sa poigne. Son frère la regardait mais elle ne pouvait pas soutenir son regard. Pas maintenant. Pas alors qu'elle venait de se confesser à lui sur ses craintes, qu'elle tentait pourtant de garder refoulées. Pas maintenant. La belle se mordillait la lèvre en écoutant les paroles un tant soit peu réconfortantes de son frère. Au fond de son être, elle savait qu'il avait raison. Elle savait que Jessica ne lui en tiendrait pas rigueur, mais surtout qu'elle lui botterait bien le cul si elle l'entendait maintenant. Elle déglutissait rapidement avant de laisser un petit ricanement s'échapper d'entre ses lèvres. Vallait mieux pour sa pomme que Jess ne l'apprenne pas. Quitte à emporter ses doutes dans sa tombe. La blonde soupira doucement, se redressant légèrement sur sa chaise. Passant une main dans ses cheveux, elle tenta de relever les yeux vers Steven. Son regard brillant illumina instantanément son visage, et un sourire prit alors place sur ses lèvres en le voyant si avenant, prévoyant. Sa voix caressa les tympans de la blonde et elle se sentit bien plus rassuré qu'auparavant. Sa paume vint empoigner un peu plus fermement la main de son frère et la pulpe de son pouce glissa sur sa peau, en une douce caresse.

« Et tant que tu es ici, tu n’as pas à t’inquiéter. Et ils vous laisseront pas sortir sans être sur que vous n’avez pas à vous inquiéter. Donc, tu vas me dégagez ces humeurs noirs.
_ C'est vrai, souffla-t-elle avec un fin sourire. Tu as raison. Je m'excuse. »

Carol gigota sur sa chaise, son regard toujours ancré dans celui de son frère. Elle s'épancha encore un peu, mais le rassura que tout allait mieux maintenant. Après tout, c'était vrai. Elle allait mieux. Grâce à lui. Mais aussi grâce à sa force intérieure. Elle n'était pas sa grande sœur pour rien, et la blonde savait pertinemment à quel point elle comptait pour lui. Elle se devait de lui montrer l'exemple, de continuer à être son modèle et de ne pas le décevoir. De toute manière, c'était comme ça chez les Danvers. Elle serait toujours la grande sœur. Toujours là pour ses petits frères. Toujours là pour eux. Elle souriait tendrement, ricanant alors que Steven la rassurait qu'elle ne l'embêtait pas. Il avait toujours su l'écouter et la comprendre, bien que ces moments étaient rares entre eux. C'était surtout elle qui l'écoutait et qui lui donnait des conseils sur la vie, le boulot et un peu tout. Les rôles s'inversaient et parfois, ce n'était pas plus mal. Elle souriait encore, et haussa un sourcil taquin en même temps que son frère alors qu'il lui demandait ce qu'elle cachait. Sa voix claquait dans les airs et lui faisait ouvrir la bouche en un O parfait. Un air mystérieux imprégna ses traits et son regard pétillant rendait son visage encore plus malicieux. La belle plissa les paupières et ria franchement, pour la première fois depuis longtemps. Steven pouvait parfois bien la percer à jour, et aux vues de son sourire moqueur, il semblait avoir très bien compris. Carol secoua la tête mine de rien et détourna le regard, levant les yeux au ciel. Elle n'avait pas à s'épancher sur ce côté là de sa vie, même si Steven avait tout à fait le droit de savoir. De toute manière, ce n'était pas comme si la blonde se cachait de ses sentiments pour la belle brune qui faisait battre son cœur. Steven finirait bien par l'apprendre un jour ou l'autre. Autant que ce soit grâce à elle plutôt qu'à cause de quelqu'un d'autre. Le seul aspect qui la tiraillait restait tout de même le fait que la blonde était tombée amoureuse de l'ex à la meilleure amie de son frère. Comment pouvait-elle aborder ce point sans paraître creepy, ou pire ? Surtout qu'aborder la thématique Anna Marie ne semblait pas judicieux aux vues des derniers événements. La blonde déglutissait en repensant à Raven qui devait se trouver totalement démunie à l'entente de cette nouvelle. Passant délicatement sa langue sur ses lèvres, la blonde embrasa la salle du regard, cherchant sa belle dans la foule. Ses iris azurés brillaient alors qu'elle la remarqua enfin, un peu plus loin en train de parler avec une autre personne. Laissant un sourire tendre étirer ses lèvres, la belle se tourna vers son frère, claquant sa langue contre son palais.

« Carol Danvers... Qu'est-ce que vous ne dites pas là ? Raconte moi tout, tu n'as pas vraiment le choix. Qui est la chanceuse ?
_ Disons juste que... Tu la connais déjà, sourit doucement la belle. Elle était très proche de quelqu'un avec qui tu travaillais que tu affectionnes beaucoup. Je peux pas t'en dire trop, vu la galère au SHIELD en ce moment, mais j'imagine que tu as compris de qui je parle... »


___

This antigravity taking over me.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Carter
242
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All that matters is family (Danvers)   Ven 28 Juil - 19:02

All that matters is family


J’aurais préféré venir et trouvé une Carol qui soit de très bonne humeur, toute contente de ce qui se passait, avec un énorme sourire aux lèvres et pleins de potins à me raconter. J’aurais réellement préféré cela mais je n’y avais pas cru une seule seconde en venant ici. C’était le genre de chose que l’on se disait pour se remonter le morale mais on savait que ça n’arriverait pas. Un peu comme le « je serais à l’heure » quand on était bloqué dans les bouchons ou le « maman ne me fera pas de remarque » quand on allait manger chez les parents le dimanche. Le genre de truc aux quels on ne croit plus depuis longtemps. Du coup… je n’étais pas réellement surpris de trouver une Carol qui avait besoin de réconfort. Et même si c’était elle l’aîné de la fratrie, c’était moi le frère protecteur qui serait toujours disponible pour lui apporter ce réconfort. J’avais pris ses mains dans les miennes alors que je la coupais dans son discours de culpabilité. Je la stoppe pour lui dire que ce n’est pas sa faute ! Comment cela pourrait être sa faute alors qu’on savait pertinemment qu’elle n’était pas au contrôle de ses actions à ce moment là et que la responsabilité de ce fait là était totalement celle d’HYDRA. Quant à croire que Jessica lui en voudrait… C’était étonnant à quel point Carol semblait ne plus se souvenir de qui était sa meilleure amie en sous entendant une chose pareille. Si Jessica en aurait après quelque chose c’était de ne pas avoir été assez réactive pour empêcher Carol de la blesser, sans la blesser pour autant. Ou alors elle en voudrait à Carol de se morfondre et de s’en vouloir pour cela. Jessica était une fille assez pragmatique, de mon point de vue, et surtout pas le genre à en vouloir à quelqu’un qui n’avait pas le contrôle de la situation. Enfin… quand elle parlait mais le fait d’être le petit frère de Carol semblait me conférer le statut de personne à qui on peut adresser la parole. Mais ca c’était sortir une mauvaise idée de la tête de ma sœur. C’était presque la partie facile de l’histoire. L’autre partie était de la convaincre qu’elle était à l’abri mais surtout que toute personne qui l’approchait l’était. L’autre partie c’était que Carol, ma parfaite grande sœur qui s’inquiétait un peu facilement, avait peur que ça recommence. Et cette partie-ci… je devais avouer que finalement, je m’inquiétais aussi un peu beaucoup trop rapidement pour elle. Je voulais pas qu’elle ne soit plus au contrôle d’elle-même. Je ne voulais pas qu’elle retraverse cela. Je ne voulais pas que HYDRA puisse encore toucher une seule fois à sa chevelure blonde. J’avais pas non plus envie qu’elle vive avec la culpabilité d’avoir pas été assez forte pour leur résister alors que je savais très bien que sa force, physique ou mentale, n’y était pour rien dans l’affaire. N’ayant pas de réels faits pour la rassurer, ne l’étant pas moi-même, je ne me contentais de lui faire remarquer qu’elle était pas en position de faire du mal à quiconque tant qu’elle était enfermée à l’alpha house, peut être le seul bon point de cette baraque maudite. Tout en lui expliquant cela, je lui fais la morale gentiment. Et je rigole quand elle s’excuse. T’inquiète Sis ! Je lui adresse un clin d’œil alors que la conversation glisse vers des mondanités plus légères. Je remarque l’air un peu plus rassuré et paisible de ma sœur et je sais que le mien doit être pareil. Elle va bien… Enfin relativement mais je sais qu’elle ira bien. Je sais que les choses finiront pas rentrer dans l’ordre, et cette fois ci ce n’est pas le genre de chose que l’on se dit pour se rassurer en sachant que cela n’arrivera pas. Cette fois ci c’est une certitude, une vraie, une de celle qu’on a d’ancré dans les tripes. Un peu comme la certitude que Pietro me casser le tronche s’il savait comment je regardais sa petite sœur. La certitude auto réalisatrice, du moins je l’espérais pour la situation de Carol, un peu moins pour le point sur Pietro. Et aller mieux pour ma sœur passait visiblement par quelque chose, ou plutôt quelqu’un, de particulier en ce moment. Je souris avant de commencer à lui faire passer un interrogatoire digne des Danvers. Qui était la fille qui faisait naitre cet air sur le visage de ma sœur ? J’écoute son explication et… Oh je la connais en plus ? Mon sourire s’agrandit avant que la perplexité prenne place sur mon visage. Quelqu’un que je connais déjà et qui a été proche de quelqu’un que j’affectionne ? La situation particulière ? Je cligne des yeux en comprenant tout de suite l’allusion à Anna Maria. Comment ne reconnaitrais-je pas ma meilleure amie quand on la cite ? Carol connaissait du coup une amie ? une ex de Anna ? Je plissais les yeux avec un air scrutateur quand soudain… Oh bordel ! Je tourne la tête dans la pièce pour poser mon regard sur Daisy, ou Skye selon l’humeur, qui était un peu plus loin. Oh… oh… Toi et Skye ? Non sérieusement ? On aurait pu croire que l’histoire avec ma meilleure amie, et leur séparation particulière, auraient eu un autre effet que l’énorme sourire moqueur sur mon visage mais non. Depuis quand ? C’est… sérieux entre vous ?... Tu me la présente ? Vous avez déjà vu un enfant de cinq ans le soir de noël ? C’était à peu près l’expression que j’avais à cet instant précis tout en posant pleins de questions à ma sœur.

Revenir en haut Aller en bas
 
All that matters is family (Danvers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre TGV Family Spécial Noël
» enduro family pont de salars
» No Ordinary Family
» No Ordinary Family (2010)
» Amy Acker dans No Ordinary Family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK :: Alpha House :: La salle de visite-
Sauter vers: