Partagez | 
 

 Oh fuck [Pv Alkis et Malik]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Malik CaglarHumain modifié
avatar

Malikou
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0
Contrôle de la folie. Il éveille des pensées meurtrière ou des envie de suicide chez les plus faibles d'esprit.
Keith/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Kelsey/Russel/Simon
539
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Lun 24 Avr - 11:57

Oh, fuck
Alkis & Malik
••••

Une belle matinée se profilait. Enfin, normalement. Aujourd'hui, Malik était plutôt de bonne humeur. Son dernier contrat s'était plutôt bien passé. Une meuf, cette fois, qui avait eu le malheur de mettre son ex à dos. En plus, c'était une bonasse. Une belle connasse qui avait autant un gros cul que de gros nichons. Le jeune assassin s'était fait un plaisir de la draguer, en mode gentleman alors que d'habitude ce n'était pas trop son trip. Voir pas du tout. Il se l'était joué James Bond, avec costard cravate pour l'attirer ensuite dans ses filets. Puis, une fois l'avoir conquise, il l'avait invité au restaurant, payant même la note en fin de soirée.

Alors oui, ça le faisait profondément chier, de devoir taxer pour une gonzesse qui ne verrait même pas le soleil se levé, mais il l'avait fait. Il avait joué le jeu jusqu'au bout, profitant même de la situation pour l'inviter chez lui et l'attirer jusque dans son lit.

Autant joindre l'utile à l'agréable. Il s'était fait un plaisir de la monter, sans pour autant oublier son objectif. Car avant toute chose, on l'avait gracieusement payé pour la tuer, pas vraiment pour la baiser. S'il voulait récupérer sa thune en fin de contrat, il avait tout intérêt à terminer le boulot. Et bien. Pas comme ce type là, qu'il avait manqué de louper à cause de cette blondasse qui lui collait au derrière comme la dernière des merdes.

Bref. Après cette petite partie de jambe en l'air, tout avait été si facile. Voir trop facile. Alors qu'elle l'avait rejoint en bas, dans son salon chic aux allures du gros richou de base, Malik avait attendu qu'elle soit de dos, devant la cheminée, pour prendre ce câble qu'il avait sortit exprès pour l'occasion. Puis, il avait maté une dernière fois ce jolie cul enroulé dans ce drap bleu avant d'approcher lentement, subtilement, la prenant au dépourvu.

Cette fois, pas de sang tout dégueulasse sur le parquet. Le câble s'était enroulé autour de sa gorge comme s'il avait été façonné exprès. Il avait maintenu la prise une minute, deux minutes puis trois, cinq, six avant qu'elle ne devienne dans ses bras qu'un chiffon en papier. La suite cependant, fut beaucoup plus difficile, plus chiant aussi. Il avait dû la sortir tout seul de chez lui, la trainant comme un boulet pour la cramer à des kilomètres de là, en prenant soin de n'y laisser aucune trace.

Une fois son travail fini et emballé, Malik était ensuite rentré chez lui pour pioncer. Et le voilà ce matin tout pimpant, sur le dos de sa bécane filant en direction du QG. D'ailleurs, il devait s'y rendre pour une nouvelle mission. Pas tout seul cette fois. On lui avait ordonné de ramener son cul, chose qu'il avait fait d'emblée sans savoir avec qui, il allait bosser ce jour là.

Après avoir garé sa Harley à son emplacement habituel, le jeune assassin fila en sifflant dans la salle de repos, où était planté, là, tout seul comme un con, Alkis Mordoh. Ou le connard de service que Malik ne pouvait pas blairer. Qu'il était con celui là. Non seulement, il pétait plus haut que son cul mais sa gueule lui rappelait celui d'un rat, qui fourrait son nez partout.

Sa seule vision suffit d'ailleurs à lui enlever sa bonne humeur. Tout en croisant son regard, le jeune hydra perdit son sourire, lançant presque aussitôt :
- Qu'es-ce que tu fous là toi? Je me serais bien passé de voir ta sale tronche ce matin au réveil. Tu peux pas te casser? Pour voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

Il lui lança un majeur levé, sortit de la poche de sa veste, une cigarette. Puis se dirigea ensuite vers la machine à café, mettant sa clope sur le lobe de l'oreille en attendant de l'allumer plus tard. Tout ce qu'il espérait maintenant c'était qu'on ne l'avait pas mis avec ce trou de balle sur l'affaire. Autant, il était capable de faire équipe avec d'autres, autant lui c'était hors de question. Plutôt crever. Malik porta son café à ses lèvres, jurant sur son goût dégueulasse et bien trop concentré à son goût.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tempus
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
Alkis possède un pouvoir de temporalité sur le vivant.

Si l'envie lui prend, il peut se permettre de bloquer humains, animaux ou végétaux à une heure précise alors que le reste du monde continue d'évoluer. De même, il peut se permettre d'accélérer le temps de sa cible, pouvant ainsi la rapprocher de l'heure de sa mort. Enfin, il peut utiliser ses compétences pour dépêcher une guérison en cas de blessures ou de maladie.

Cependant, il y a une contrepartie à ses dons. A chaque fois qu'il se joue de la temporalité, son espérance de vie est réduite.
Gavin L. Parson / Lorenzo Viretti/ Richard Harvay
166
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Mar 25 Avr - 14:24

Alkis avait passé de longues semaines à faire de nombreux allés et retours entre sa boîte, les labos de l'Alpha House, le QG d'Hydra. Il avait changé de casquettes beaucoup trop de fois entre patron, chercheur et inspecteur. Ce rythme de vie était bien plus épuisant que tout au monde. Néanmoins, ça ne l'avait pas empêché d'avoir quelques séances d'activités sportives avec une demoiselle. Une de plus à son long tableau de chasse. Le playboy avait laissé la gueuse partir au petit jour et s'était étalé satisfait dans son grand lit deux places, fixant chaque recoin de sa somptueuse chambre. Que cela faisait du bien de vivre dans toute cette luxure pour laquelle on travaillait. Le grec s'endormit rapidement et fut réveillé quelques heures plus tard par les vibrations de son téléphone, sur la table de nuit en verre. C'est en grognant que le brun posa la main sur l'objet électronique, l'apportant au niveau de son visage. Il ouvrit un oeil et tenta de décrypter les mots assemblés sur sa page pour comprendre le sms. Au bout de longues minutes, il répondit un "Ok" et soupira un grand coup avant de se redresser, se frottant le visage. Mission en duo, hein. Il n'allait pas toujours sur le terrain, préférant s'occuper de son domaine de prédilection, la science mais dans certains moment, il adorait mener des missions à bien, surtout quand il s'agissait de tuer, torturer ou faire le mal, plus concrètement.

Le jeune homme s'était habillé comme à l'accoutumée d'un complet trois pièces. Sale habitude d'aimer se mettre en avant physiquement, besoin concret de se montrer. Il avait réussis sa vie et se devait de le faire voir au monde entier. Enfin, quand ça l'arrangeait parce qu'il fallait avouer que par moment, il était du genre à juste être... Normal, banal, même si c'était bien plus rare. Dans tous les cas, l'homme se fit conduire au QG d'Hydra et, comme à son habitude, fit le tour des lieux pour aller saluer la majorité de ses connaissances et alliés mais aussi de ses quelques amis. Il était resté un petit moment avec Keagan et Alice pour discuter avec elles, s'amuser à faire des propositions indécentes, leur promettant un instant particulier à trois à son retour de mission, finissant par les embrasser fougueusement comme une sorte de signature en bas du contrat. Enfin, il les quitta pour rejoindre la salle de repos où il devait retrouvé son partenaire.

Qui cela pouvait bien être ? Myron aurait été le top du top. Les deux hommes étaient un peu des meilleurs amis. Dakota aussi, puisqu'ils s'entendaient ultra bien. Morgan, à la limite. Après, s'il y en avait d'autres, pas trop nazes... A voir. Main dans les poches, le grec rejoignit paisiblement le lieu de rendez-vous et vint se prendre un café à la machine. Avant d'en prendre une gorgée, il se contenta de noyer la chose sous pas mal de sucre avant d'enfin daigner boire le liquide. Ouais, d'habitude il n'en buvait pas d'aussi dosé mais le café du repaire était vraiment immonde... Un jour il devrait noter de fournir à cette salle une vraie machine ou alors parce que là, ça devenait urgent... Dans tous les cas, il terminait sa mixture en regardant des rapports sur son téléphone, assis dans un fauteuil, jambes croisées, jusqu'à ce que la porte s'ouvre pour laisser voir la sale gueule d'un imbécile.

"Et voilà que le chihuahua essaye de manifester sa présence. J'ose vraiment espérer qu'on est pas censé faire équipe ensemble parce que dans ce cas là, je m'en vais maintenant, sans toi et on se recroisera quand j'aurais fini le boulot."

Alkis avait parlé sur un ton calme et dédaigneux comme à chaque fois qu'il s'adressait à une personne qu'il n'aimait pas et pour le coup... Ce trou du cul de Malik ne faisait pas exception à la règle. De toutes les personnes du groupe, il fallait forcément que ce soit lui qu'il se coltine... Le roi des bouffons en personne... L'horreur. A bien y penser, le grec se voyait bien assommer l'autre mongole a l'aide d'une trottinette et le ferait se pencher et tousser pour pouvoir se prendre une quenouille dans le nez pour finalement bien l'humilier.
Ah la la.. doux fantasme...
Revenir en haut Aller en bas
Malik CaglarHumain modifié
avatar

Malikou
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0
Contrôle de la folie. Il éveille des pensées meurtrière ou des envie de suicide chez les plus faibles d'esprit.
Keith/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Kelsey/Russel/Simon
539
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Sam 20 Mai - 13:04

Oh, fuck
Alkis & Malik
••••

Aux dires de l'autre trouduc, Malik leva la tête, non sans rétorquer avec sarcasme :
- Vas te faire foutre sac à merde. Tu crois quoi? Que j'ai envie aussi de me coltiner ta tête de chiotte toute la journée? Sans façon. Autant crever.

Tout en posant son gobelet sur le sorte de comptoir où était posé la cafetière, le jeune assassin porta sa clope à ses lèvres. Puis, dans un geste particulièrement vénère, il sortit de la poche de sa veste, un briquet qu'il entreprit ensuite d'allumer pour l'approcher de son poison bienfaiteur.
- Barres-toi tout de suite. Ça sera plus simple. Oh ! Et si tu pouvais te faire flinguer au passage, ça m'arrangerait.

Comme ça, il n'aurait plus à supporter sa sale tronche de cake. Non vraiment, de tout les membres d'Hydra, ce connard fini était de loin celui qu'il n'arrivait tout bonnement pas à encadrer. Faire équipe avec lui? Hors de question. Si c'était le cas, il prendrait ses cliques et ses claques, en lui adressant au passage un putain de bras d'honneur.
- Troufion va...

Il lui tourna le dos, tira une longue bouffée de sa cigarette et prit de nouveau le gobelet pour le porter à sa bouche. Son gout amer lui piqua la gorge. Il grimaça de plus belle, tirant la langue en jurant comme un chartier :
- Putain, c'est qui la pédale qui s'occupe du café sérieux? Il est aussi dégueulasse que ton haleine de phoque.

Puis merde. Cette crevure l'avait vraiment foutu de mauvais poil. Pourtant, la journée commençait si bien. Malik se fit la promesse intérieure d'aller retrouver Keagan une fois que cette putain de grosse journée de merde finisse. Afin de détresser et de prendre son pied au lit, ou ailleurs, avec elle.

Tout en pompant sur sa clope, le jeune assassin regarda sa montre. L'heure défilait et ils étaient encore que tout les deux, sans que personne ne vienne passer cette connasse de porte. Ça sentait mauvais. Ça sentait même le coup fourré à plein nez. Poussant un unième soupir, l'homme frappa du pied, impatient, terminant sa boisson d'une traite.
- Ils foutent quoi les autres? Ils attendent la Saint-glinglin?

A peine avait-il murmuré ces derniers mots que la porte grinça, lui soutirant un rictus. Il allait enfin pouvoir desserrer son anus. C'était surement un autre membre d'hydra, son coéquipier peut-être qui venait seulement de se réveiller. Malheureusement, quand il tourna la tête sur le côté, son regard croisa l'un de leurs supérieurs ce qui eut le chic de le raidir un peu.

Avec eux, t'avais tout intérêt à filer droit. Ce dernier observa Alkis puis lui, marquant un silence tandis qu'il se contenta de rester immobile sur le palier.
" Vous attendez quoi exactement? Si on vous as demandé de venir, ce n'est pas pour des prunes. Voilà la fiche de mission. Il y a intérêt que le boulot soit fait avant ce soir. Vous viendrez me faire un compte rendu dès que vous reviendrez. Es-ce clair?"

Sa voix claqua tel un ordre dans la salle de repos. Après avoir remis la fiche à Alkis, l'homme tourna les talons et partit, laissant les deux ennemis, seuls, devant ce putain de papier.
- Et merde... Qu'es-ce que j'ai fais à l'autre glandu sur sa croix pour mériter ça sérieux. C'est marqué quoi?



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tempus
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
Alkis possède un pouvoir de temporalité sur le vivant.

Si l'envie lui prend, il peut se permettre de bloquer humains, animaux ou végétaux à une heure précise alors que le reste du monde continue d'évoluer. De même, il peut se permettre d'accélérer le temps de sa cible, pouvant ainsi la rapprocher de l'heure de sa mort. Enfin, il peut utiliser ses compétences pour dépêcher une guérison en cas de blessures ou de maladie.

Cependant, il y a une contrepartie à ses dons. A chaque fois qu'il se joue de la temporalité, son espérance de vie est réduite.
Gavin L. Parson / Lorenzo Viretti/ Richard Harvay
166
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Ven 23 Juin - 2:05

Toujours installé dans son fauteuil, le grec lisait tranquillement en écoutant à moitié les pauvres insultes de l'autre crétin qui lui pourrissait l'air. Il laissait l'autre imbécile râler avant de soupirer d'agacement. Ses doigts vinrent masser les tympans pour finir par recoiffer tranquillement sa tignasse avant de légèrement se tourner vers l'erreur congénitale en lui offrant la magnifique vue d'un majeur levé.

"Malik, ferme ta gueule. Papa travaille, va jouer plus loin, si t'es pas content."

C'est vrai quoi. Ce trisomique l'ouvrait uniquement pour se plaindre comme un enfant de 8 ans qui réclamait tous les jouets au même endroit. Un caprice enfantin que le patron trouvait usant. Et dire que cette pauvre tâche était plus vieux que lui. Mentalement, ça devait être le désastre et il ne comprenait pas que certains lui trouvent un intérêt quelconque. Comment pouvait-on s'abaisser à apprécier cet dégénéré ? Même un animal de compagnie avait plus d'intérêt que ce tas de bêtises en mouvement. Alkis retournait à ses messages, faisait défiler les différents mails de sa boîte professionnelle en pianotant des doigts sur son genou couvert d'un tissu hors de prix. A peine eut-il répondu à un message que derrière lui, l'immondice recommençait à faire chier en se plaignant à nouveau.

"Putain ! Mais sérieux, tu sais pas juste fermer ta gueule d'orang-outan ? Ferme. Ta. Gueule."

Le grec s'était levé pour faire face à l'assassin en carton et le poussa à l'épaule en passant devant lui pour rejoindre la porte. On l'avait convoqué pour une mission et il en avait assez d'attendre. Il irait dans le bureau des tacticiens en réclamant qu'on lui dise qui était son coéquipier et se tirerait sans demander son reste. Hors de question d'être dans la même pièce que l'autre connard, pas question de respirer une seconde de plus le même air que cette larve visqueuse. Si seulement il pouvait l'écraser tout aussi facilement, ça arrangerait bien des choses ! Proche de la porte, le patron se figea en voyant un des supérieurs débarquer. Ah ! Enfin ! Potentiellement une bonne nouvelle ! Il dirait que Malik n'avait rien à foutre là et même qu'il devait se flinguer parce qu'il avait vraiment une face de cul, qu'en fait c'était juste une grosse blague, sa présence dans le groupe et qu'il était temps de s'en aller. Pouf, Monsieur tronche-de-bonobo Caglar, vous êtes priés d'aller vous faire voir ailleurs et même de crever la gueule ouverte sans que personne ne vous pleure. Oh le rêve...

Mais non. Au lieu de ça, le donneur de quête engueulait les deux hommes et Alkis se surpris a être totalement crispé, grinçant des dents alors qu'on venait de confirmer sa pire crainte... Il devait faire équipe avec la lopette derrière lui. Eh merde ! Putain, pourquoi ? Depuis toutes ses années de loyaux services, depuis le temps qu'il bossait pour hydra... D'abord à faire les missions de terrain avant d'être un gros mécène... Pourquoi est-ce qu'on le punissait aussi violemment ? Alors okay, ces derniers temps il n'en faisait qu'à sa tête mais quand même ! Sa soeur au responsable de l'hydre ! Cependant, au moment de récupérer le bon de mission, Kiki retint un soupir, tout du moins jusqu'à ce que le supérieur se casse.

"Fils de pute."

Le brun avait persiflé pour ensuite diriger son regard sur le papelard pour lire l'ordre. A nouveau, l'autre glandu rappela sa présence en voulant savoir de quoi il s'agissait et un sourire s'étira au coin des lèvres de l'européen à mesure que ses pupilles détaillaient le mot. D'un geste simple, enfin, il déchira la notice en de multiples morceaux, rendant la chose illisible et haussa les épaules. Alkis réajusta sa veste et ouvrit la porte de la salle de repos, décidé à rejoindre l'armurerie.

"D'aller te faire enculer par ton ex-femme."

Petite pique provocatrice dit sur le ton hautain dont il aimait faire preuve face au décérébré. Il avait ajouté un "Suis moi, débile mental." puis s'était éclipsé pour rejoindre un de ses lieux préférés. Là, il serra la main du responsable du jour et lui passa sa commande. Un flingue, glock de préférence, deux chargeurs, un couteau de chasse et surtout, une lacrymogène qu'il adorait utiliser quand il fallait mener une embuscade. Son matériel prêt, le riche brun se détourna et prit le chemin jusqu'à l'extérieur où il posa les mains sur ses hanches, inspirant profondément l'air iodé. Y avait pas à dire, il adorait ce type de missions, c'était exactement ce qu'il fallait pour se défouler. Lorsque Malik débarqua derrière lui, Al se tourna et l'observa de ses pupilles vertes.

"Prêt à utiliser ton cerveau pour la première fois de ta vie ?"

A nouveau, il ne put s'empêcher de lâcher un sous entendu et se contenta d'ignorer la réponse de son vis à vis pour lui expliquer le but de la sortie. Ils devaient retrouver un petit trafiquant d'armes moisi. Apparemment, ce naze était aussi un voleur puisqu'il était parvenu à intercepter une livraison pour Hydra. Il avait déjà revendu quelques modèles et il était compliqué de le trouver, plus encore de savoir où se trouvait la cache des biens des serviteurs de la bête mythologique. Le but était ainsi de mettre la main sur un certain Jefferson probablement de mèche avec le trafiquant. Jeff se trouvait assez fréquemment au centre ville d'Emmann, à faire la manche pour pouvoir ensuite se piquer. A la drogue... De son point de vue, Jeffy leur mâchait grandement le boulot, il n'y avait qu'à extirper les informations.

"T'as compris, boulet ? J'espère parce que je compte pas perdre de temps à te redire ce qu'il fait faire."

Il avait dit cela en fixant intensément l'autre con et se tourna à nouveau pour faire face à une voiture d'occasion, louée sous une fausse identité par un autre agent, exprès pour la mission. Récupérant les clés, le patron vint s'installer derrière le volant et leva les yeux au ciel en constatant que l'autre ne faisait pas d'effort. Nouveau soupir et piano des ongles sur le cuir du volant.

"Bouge toi l'fion, Malkon. Rien a foutre que tu sois malade en voiture, que tu ais le trou d'balle en chou-fleur parce que tu t'es fait élargir ou même que le siège soit pas moelleux. Pose ton putain d'cul dans c'te caisse, qu'on puisse enfin y aller !"

A peine la portière fermée, Alkis appuya sur le champignon et l'auto fila comme une voiture sur les routes, laissant dans son sillage une épaisse fumée. On en avait rien à foutre des nounours polaires, ils pouvaient bien crevé à cause de la pollution de la voiture, le jeune homme n'en avait rien à branler. Tout ce qu'il voulait c'était retrouver la cible et la torturer, lui couper un ou deux doigts pour lui faire comprendre qu'Hydra ne plaisantait pas avec les visiteurs indésirables. Au moins, conduire lui faisait du bien, ça c'était certain. Il fallait au minimum ça pour oublier l'espère de demeuré à ses côtés. Putain, ça risquait pas d'être joyeux de bosser avec un retardé comme lui...
Revenir en haut Aller en bas
Malik CaglarHumain modifié
avatar

Malikou
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0
Contrôle de la folie. Il éveille des pensées meurtrière ou des envie de suicide chez les plus faibles d'esprit.
Keith/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Kelsey/Russel/Simon
539
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Lun 9 Oct - 14:11

Oh, fuck
Alkis & Malik
••••

Une bien belle matinée qu'il disait. Mon cul ! Maintenant, il était obligé de se coltiner face de chiotte et il était d'une humeur de merde. Oui, de merde. Vraiment. Il aurait largement préféré boire au goulot de l'acide sulfurique plutôt que de bosser avec ce trou du cul.

Non. là. Ça y est. Il était de mauvais poil. Tout sourire avait disparu de son visage et il jurait, pestait, insultait à tout va. En se contrefichant royalement de ce que l'autre pourrait dire.

D'ailleurs, quand il lui demanda, quand même, ce qui était écrit sur l'ordre de mission. Parce que ouai, ça le concernait. Tête de rat joua un peu plus avec ses nerfs en déchirant le morceau de papier. Il était sérieux lui? Il croyait quoi? Qu'il était un putain de devin? Manquant de peu de lui sauter à la gorge et de faire de sa tronche, des tomates farcies, Malik serra les poings, s'écriant aussitôt :
- Anus pourri.

Avant de rétorquer de plus belle. Lorsque ce dernier fit mention de son ex-femme et de la possibilité d'aller se faire enculer.
- Pas de bol diplodocus, elle est crevée depuis un moment déjà. Enculé va. Révise ta sainte bible.

"Et va ta jeter sous un camion au passage. Que je puisse me fendre la poire en voyant ta tronche collée sur le bitume." Tout en lui adressant un doigt d'honneur, le jeune assassin pesta de plus belle avant de le suivre jusqu'à l'armurerie. Non sans trainer des pieds. Bien sûr. Ce n'est pas comme s'il avait le choix.

Dommage que dans son contrat, tuer ses collègues était déconseillé. Il se serait fait un malin plaisir de l'égorger. Lui et son air hautain de merde. Kiki du kiri lui balança une nouvelle remarque cinglante et il serra les dents, fronçant les sourcils en jouant bien volontiers avec son majeur droit.
- Va te le carrer profondément dans le fion.

Lui. Lui et ses sous-entendus de chiotte qui titillaient un peu plus son égo. Et sa patience aussi. Déjà, qu'il n'en avait pas. Il cracha même à ses pieds mais l'écouta néanmoins parler quand enfin, loué la connasse qui s'était faite engrosser par monsieur j'ai fumé de l'herbe, Alkis lui exposa la mission.

Ils devaient retrouver un trafiquant d'arme. Or ce kéké avait intercepté une livraison pour Hydra. Bravo captain obvious. Et ils devaient donc soutirer des infos à un certain Jefferson. Drogué de première et gueux dans toute sa splendeur. Pour lui soutirer des infos. Ok. Pigé. C'était pas bien compliqué à comprendre. L'autre bouffon de sa mère en profita pour le faire chier à nouveau et Malik sauta les deux pieds dans le plat en rétorquant de plus belle.

Ça promettait une mission des plus "fendard". Youpi. Cette fois-ci, il leva les deux majeurs au ciel et traina des pattes jusqu'à la voiture, en espérant que cette dernière explose avant qu'il n'y cale son cul. Manque de bol, quand il arriva à son niveau, Alkis était toujours en vie et lui gueulait dessus, comme du poisson bien pourri.
- Tu peux pas fermer ta grande gueule deux secondes face de pet? Ferme là et roule. Tient, tu me donnes une putain d'idée. Je vais peut-être gerber dans ta caisse en fait. Après tout, la couleur moisi, l'odeur qui pue, ça te va plutôt bien. Non?

Tafiole. Roupette. Raclo. Pustule et lécheur de slip. Bwah. Putain de sa mère la pute. Pourquoi le sort s'acharnait sur lui. Une fois entré dans la caisse, Malik se cala dans son siège et donna un violent coup de pied dans la boite à gants.

Rien à glaner qu'il la pète. Il voulait juste expulser sa colère, à défaut de ne pas pouvoir le faire sur sa tronche. A l'autre là. Qui roulait maintenant comme un débile sur la route. Enfin, là dessus, il pouvait bien fermer sa gueule étant donné qu'il était aussi taré que lui niveau conduite. En tout cas, ça le faisait royalement chier de se taper vingt-minutes de caisse avec lui à ses côtés.

Sans rien lui demander. Parce que shit. Il pouvait bien aller se faire voir. Il sortit de la poche de sa veste, son paquet de cigarette et en porta une à ses lèvres tout en calant ses pieds sur le tableau de bord.
- Et tu sais à quoi il ressemble notre trou du cul au moins?

Cela dit. Un clodo qui fait la manche, ce n'était pas très difficile à trouver. Il suffisait de croiser le seul type avec des vêtements de merde et des cheveux aussi rêche que du crottin de cheval pour capter que s'en était un. Tout en prenant une taffe puis deux, le jeune assassin poussa un long et profond soupir avant d'ajouter, non sans sarcasme.
- T'as un plan? Ou je dois encore me taper tout le travail et le trouver moi-même?


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tempus
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
Alkis possède un pouvoir de temporalité sur le vivant.

Si l'envie lui prend, il peut se permettre de bloquer humains, animaux ou végétaux à une heure précise alors que le reste du monde continue d'évoluer. De même, il peut se permettre d'accélérer le temps de sa cible, pouvant ainsi la rapprocher de l'heure de sa mort. Enfin, il peut utiliser ses compétences pour dépêcher une guérison en cas de blessures ou de maladie.

Cependant, il y a une contrepartie à ses dons. A chaque fois qu'il se joue de la temporalité, son espérance de vie est réduite.
Gavin L. Parson / Lorenzo Viretti/ Richard Harvay
166
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Dim 14 Jan - 3:34

Malik et sa complaisance à deux sous. Ce gorille ne comprenait pas le simple mot "intelligence" et sans doute qu'il ignorait même comment l'écrire. Il parlait et parlait et parlait... Il essayait d'avoir une répartie sans que cela ne parvienne à en toucher une à Alkis. Il aimait ça, provoquer ce débile parce que l'autre crétin répliquait du tac au tac comme l'attardé qu'il était. Même le traité de congénitale serait une insulte aux personnes qui l'étaient vraiment. Ils ne méritaient pas d'avoir le même statut que l'agent d'Hydra. Pourquoi il était dans le groupe déjà ? Parce que tout ce qu'il savait faire de ces dix doigts étaient de tuer ? Tsseh. A croire que l'organisation ne savait plus trop où recruter les gens. Mais bon, au moins, si l'autre crétin servait à quelque chose, fallait bien l'utiliser de temps en temps. Le pire dans tout ça ? Les deux hommes possédaient plus où moins le même statut. De richissimes playboys. Cependant la ressemblance s'arrêtait là. Heureusement d'ailleurs car le grec aurait mal prit le fait de partager plus que cela avec lui. Enfin, en dehors des femmes. L'idée des quelques demoiselles avec qui il avait couché fit sourire le PDG. Oh oui, il en avait de très bons souvenirs, même s'il était dommage qu'elle ait perdu du temps avec lui. M'enfin. Personne n'était parfait après tout.

Tranquillement, le plus jeune continuait de conduire pendant que l'autre faisait l'intéressant, dégueulassait le tableau de bord, enfumait la baraque et râlait comme d'habitude. Un soupir s'échappa d'entre les lèvres de l'européen qui se passa ensuite la main dans les cheveux pour ranger ses mèches rebelles avant de lever au ciel tandis qu'un feu rouge les retenaient à mesure qu'ils approchaient de leur point de destination. Heureusement que la location n'était pas à son nom, heureusement aussi qu'il avait toutes les informations et donc que l'autre mongolien devait compter sur lui. Eh oui, pas de bol, il serait le cerveau des opérations. De toute façon, il ne pouvait que l'être puisqu'il restait le seul du duo à avoir des neurones fonctionnels. Forcément, Alkis se doutait de la frustration de son ennemi, l'entendant presque grincer à mesure que les mètres de bitume se faisaient avaler par la voiture. Et si... Une idée venait à l'esprit du jeune homme qui fit tous les efforts du monde pour ne pas sourire, se contentant de faire preuve de son habituelle provocation.

"T'inquiète pas, décérébré, t'auras l'occasion de taper. On y arrive."

Le regard dans le rétroviseur pour s'assurer qu'aucune patrouille de la garde n'était à portée, vitesse normale pour éviter les contrôles intempestifs. Le truc était d'être naturel, pas de stress, la zen attitude. Il avait fait ça tellement de fois qu'il connaissait les ficelles du métier par-cœur, même s'il fallait qu'il se cache derrière un costard, des sourires faux-cul, des poignées de mains chaleureuses et amicales. Il approchait de la trentaine et bientôt cela ferait dix ans qu'il se opérait pour l'hydre. Dix longues années à risquer sa vie mais à bouffer de l'adrénaline à chaque mission. Oh évidemment, il avait pensé à arrêter sans jamais s'y tenir. Il ne pouvait pas se mentir à lui-même. La seule personne qu'il tentait de préserver, c'était son frère aîné et la femme de ce dernier tandis que lui... Il était perdu. Pas une seule parcelle de vraie bonté lui restait, on lui avait tout enlevé et maintenant, la criminalité lui collait à la peau comme une âme-sœur dont on ne pouvait s'éloigner. Probablement était-ce la voix de Malik qui le faisait se plonger dans ses pensées et devenir ainsi philosophe. Ironiquement, penser à ce qu'il était le faisait aussi penser à son meilleur ennemi. Ce n'était pas un secret qu'il avait abattu sa femme, qu'il était vraiment un gros con mais qu'il possédait de bons états de service avec le groupuscule. Pourquoi il était là, lui ? C'était quoi sa raison ? Juste le plaisir de buter des mecs lambda ? Possible mais dans ce cas, ça prouverait certainement que l'animal restait un animal sans une once de réflexion, ce qui n'étonnerait pas le conducteur.

"C'est ici. Descend, j'vais me garer sur un parking public et j'te rejoins. Il semblerait que notre gars squatte la rue, plus bas."

Les paroles d'Alkis s'étaient enfuies naturellement, sur le ton monocorde qu'il prenait généralement en présence de l'autre assassin, à chaque fois pour lui montrer à quel point il le trouvait ennuyant à mourir. Lorsque le grand brun quitta l'habitacle, le grec le suivit de ses yeux verts avant de verrouiller les portes du véhicule, de lui offrir un grand sourire satisfait ainsi qu'un doigt fièrement levé pour reprendre le chemin en ligne droite vers la bonne direction. Cette plaisanterie le fit rire aux éclats tandis qu'il poursuivait son voyage un kilomètre de plus avant de se garer sur le bas côté. Tranquillement, il tira de sa poche le téléphone qu'il utilisait généralement que pour ses contacts à Hydra et vit les multiples venant de Malkon. Attendant la fin de son fou rire, essuyant le coin de ses yeux, le jeune homme rappela finalement son coéquipier et lui offrit d'autres éclats avant de pouvoir parler.

"C'était... T'es vraiment un abruti fini ! Pfffffouh ! C'était ultra drôle ! On recommence quand tu veux ! "

A nouveau, le jeune patron s'essuya les yeux et reprit son sérieux difficilement.

"Bon, je t'attend à un kilomètre de la ville, du con. On a quand même des infos à récupérer ! Je t'expliquerai vraiment tout en chemin. Surtout qu'on y est presque."

L'homme raccrocha sans plus de manière, observa sa montre et imaginait déjà la gueule de son partenaire lorsqu'il verrait qu'Alkis n'avait pas l'intention de rendre les choses plus facile. Oh que oui. Le grec avait déjà prévu d'avancer à mesure que le gogole approcherait du véhicule, histoire de faire durer les choses un peu plus longtemps. Un kilomètre, ça ne tuait personne après tout alors pourquoi se priver ? En attendant, le jeune prit la peine de se débarrasser de ses habits chics pour mettre juste un t-shirt rouge et un sweat à capuche noir. Tranquillement, il troqua son pantalon en toile pour un jeans délavé et des converses tout ce qu'il y avait de plus normal. L'avantage dans ce petit boulot, c'est que ressembler à tout le monde aidait pas mal pour les identifications. Enfin, dernière touche finale à ce petit déguisement, l'effet coiffure négligée dans les cheveux, des lentilles marrons et le tour était joué. Il connaissait suffisamment bien la société pour savoir comment être discret. Dans son rétroviseur, Malik apparu enfin.

Après cinq minutes de jeu prévu, il s'arrêta en fin et offrit un sourire narquois à l'assassin tandis qu'il se recevait une pluie de jurons que même les mioches de trois ans pouvaient sortir, tant l'imagination était peu présente. Vraiment, chaque fois, c'était décevant. Accoudé au rebord de la fenêtre, Kiki avait la joue appuyée contre son poing tandis qu'une seule de ses mains tenait le volant. Malik continuait de grommeler et ce n'était plus drôle. De toute façon, l'esprit du grec tournait déjà à mille à l'heure. Un camé, des infos, une livraison et un simple d'esprit qui souhaitait mourir. Tranquillement, l'homme se redressa pour sortir son téléphone et l'observa simplement en le tendant à son partenaire avec un soupir.

"Regarde la photo. Ce truc dégueulasse, c'est notre source d'information. Et j'ai une idée simple pour éviter qu'on soit vu en public et pour le faire parler. C'est un clodo et drogué, suffit de se faire passer pour des membres de la famille, on l'emmène en voiture à l'extérieur, de la ville. Tu sais, il y a des bâtiments en construction pas loin. On devrait avoir le temps de le faire causer."

Lentement, l'homme se frotta la barbe. Il raserait ça ce soir, en rentrant, tiens. Cela faisait mal entretenu et en plus, s'ils devaient en venir aux mains, ce qui arriverait forcément, le sang sur les poils, c'était vraiment bof. Remarque, il verrait bien s'il est blessé ou non. En tout cas, il se passa la langue sur les lèvres et se mit à tourner dans une rue puis une autre avant d'aller se garer sagement non loin du lieu où résidait généralement leur proie.

"J'te propose qu'on tente la méthode douce pour se barrer. Comme dit, on l'emporte avec nous et une fois sur le chantier, on lui propose de la drogue pour qu'il parle ou alors on le tabasse. Qu'importe, tant qu'il parle. Perso, je serai d'avis à ce qu'on l'assomme à la fin et qu'on le noie dans le béton. Pas de corps, pas de preuve, pas de plainte. Si t'as une meilleure idée, c'est quand tu veux mais il faut qu'avant ce soir on ait mis la main sur notre chargement, sinon on est remplacés. Et ça, c'est pas faisable, autant pour moi que pour toi, question d'égo."

Le petit discours sur la stratégie, c'était chiant mais il fallait le faire, s'échanger les idées, avoir une façon d'agir coordonnée. Même s'il détestait Malik, Alkis restait prêt à écouter ses propositions car ils formaient une équipe, qu'ils le veuillent ou non et, comme dit, pour leur égo, il valait mieux qu'ils finissent rapidement. Qu'une autre équipe prennent leur place, c'était le summum de l'humiliation, surtout sur ce genre de mission... Tranquillement, le PDG écoutait ce que lui disait son camarade en hochant parfois la tête en disant qu'il comprenait et tapant un sms en même temps pour remercier son indic' et lui dire qu'il pouvait aller chercher sa récompense. De la came, un peu de liquide et le droit à une chambre dans un petit motel, tout frais payés, pour une journée. Certains inspiraient la peur chez leurs larbins pour s'assurer une loyauté sans faille, lui préférait le principe de sévérité et récompense. Les coups pour la désobéissance et le bonbon pour une obéissance aveugle. Même s'il préférait largement frapper.

"Quand t'es prêt, on y va."

Alkis offrit un regard sérieux à Malik, ce regard qu'ils s'échangeaient les rares fois où ils devaient bosser ensemble, celui qui disait que pour une fois, ils étaient liés. ils devaient se faire confiance, cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Malik CaglarHumain modifié
avatar

Malikou
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
0
Contrôle de la folie. Il éveille des pensées meurtrière ou des envie de suicide chez les plus faibles d'esprit.
Keith/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Kelsey/Russel/Simon
539
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   Jeu 19 Avr - 11:42

Oh, fuck
Alkis & Malik
••••

Tel un pompier en manque de nicotine, Malik tira sur sa cigarette, encore et encore. La fumée enivra son palais, sa gorge et putain de bordel de merde, qu'es-ce que ça faisais du bien. Il en avait rien à carrer que l'autre à côté soit déranger par l'odeur. Il en avait rien à branler que ses pieds cradossaient son tableau de bord. Il se foutait à l'aise, pestait, râlait, en le maudissant maintenant de tout les noms.

Car ouai. Ouai, autant en se levant il était de bonne humeur. Il était prêt à passer une putain de belle journée, autant là, non. Non, il l'avait mauvaise et aurait largement préféré se taper une truie plutôt qu'on lui inflige la présence de ratatouille pour cette mission. Une mission, en plus, que l'autre trou du cul avait déchiré pour ne pas qu'il la lise.
Enfant de putain.

Tournant la tête vers la vitre, le jeune assassin continua de pester, se laissant malgré lui entrainer vers leur destination sans savoir vraiment où ils devaient aller. Ce fut seulement quand l’empaffé du boule lui parla qu'il posa ses iris sur lui, lui adressant au passage un fuck bien levé (parce que là, il avait encore ses doigts ) avant de répliquer de plus belle, un rictus aux coins des lèvres :
- Il y intérêt géant vert. Que je ne supporte pas ton odeur de merde pour rien.

Les secondes passèrent. Les minutes aussi. De longues minutes auxquelles, il se serait bien passé tellement il avait l'impression que le temps tournait au ralentis. Durant les quelques mètres qu'ils leur restaient encore à parcourir, un long silence s'écrasa dans l'habitacle. Un long silence pendant lequel Malik, maudit encore ses supérieurs de l'avoir foutu en équipe avec lui.

C'est vrai ça. Pourquoi ils avaient choisi Alkis? Pourquoi ils avaient choisi ce chien de crétin plutôt que Marc ou Morgan? Il aurait tellement préféré aller au bout de cette mission avec l'un de ses potos plutôt qu'avec ce mec qui lui trouait le fion jusqu'aux narines. Bon. Ok. Il n'était pas genre à bien s'entendre avec la majorité de ses collègues. Il avait un caractère tellement merdique qu'on ne le qualifiait pas vraiment d'homme sympathique mais bordel. Alkis? Sérieusement? De tout les membres d'Hydra, c'était bien le dernier des burnes qu'il voulait se le coltiner.

Quand l'autre trou du flanc lui ordonna de descendre, le jeune assassin râla de plus belle. Pompant une dernière fois sur sa cigarette, il en inhala sa fumée avant de l'écraser par terre, sur le tapis sans prendre la peine de le jeter ailleurs. Qu'il foute le feu avec tient. Comme ça, Kiki du Kiri flambera par la même occasion et il sera enfin pénard. Sauf que ! Une fois qu'il sortit du véhicule, portant une nouvelle clope à son bec, l'autre saleté verrouilla les portes, lui adressa un fuck et le laissa là, comme le dernier des cons pendant que lui se barrait joyeusement à perpette.
- ESPECE DE CONNARD ! hurla-t-il en plein milieu de la rue, sous l’œil surpris et écarquillés des quelques personnes qui passaient par là. Putain de bordel de tête à cul, espèce de chèvre sauteuse. Bouffon va. Emmanché du pénis. Saleté enfoiré de merde.

Insultant à tout va, Malik prit une bouffée de son poison, jura de plus belle et chercha dans la poche de sa veste, son téléphone portable. Qu'il lui fasse le coup de le laissa là tient. Il allait prendre sa clope dans le cul ce connard quand il reverra sa tronche à deux balles. Serrant la mâchoire, le brun colla l'appareil à son oreille mais bien évidemment, ce dernier sonna dans le vide, ce qui lui valu de pestiférer une nouvelle flopée d'insulte en tout genre.
- Enculé de sa race. Lavette. Lopette. Mange merde et anus pourri. Qu'es-t'as à me regarder toi? lança-t-il a un gamin de cinq ans qui jouait tranquillement avec son vélo quatre roues.Tu veux ma photo peut-être? Casse toi le nain et va retrouver ta pute. Putain. Je vais le niquer l'autre.

Sa mère à côté, lui jeta un regard noir mais il s'en contrera le fion bien profond et sauta cette fois sur son portable lorsque ce dernier sonna à plein poumon.
- Ma main dans ta gueule, ça te parle? Trou de chiotte, je te jure, je vais te fumer ta tronche.

Pendant que l'autre pouffait comme le dernier des connards, Malik serra les poings et tapa du pied, lâchant un :
- Ouai, c'est ça.

Avant de raccrocher et de manquer de jeter son téléphone à l'autre bout de la rue tellement il était énervé. Il retrouva Alkis quelques minutes après. Non sans lui adresser une nouvelle volée d'insulte, il ouvrir la portière et se cala de nouveau sur le siège passager, le foudroyant du regard tandis que l'autre, bien content de sa connerie, lui adressait un sourire narquois.

Qu'il rigole tient. S'ils n'étaient pas en mission, il lui aurait bien envoyé son poings dans la tronche rien que pour le voir se prendre la vitre. Tapant joyeusement sur le tableau de bord comme un gosse de riche, Malik grommela avant d'arracher le portable que l'autre lui tendait. Il montrait la photo du type. Du gars en question qu'ils devaient apparemment alpaguer pour lui soutirer des informations. Le jeune brun observa attentivement la photo et ne put s'empêcher de rajouter :
- Il a une bien belle gueule de con à la jésus celui là. Ça ne devrait pas poser de problème.

Avant d'écouter attentivement, ou presque, le rat à ses côtés pour la première fois depuis leurs départs du QG. Maintenant que la mission était lancé de toute façon, ils devaient un minimum se montrer pro. C'est à dire, faire semblant de bien s'entendre ne serais-ce qu'une mini seconde s'ils voulaient mener à bien leur mission et ne pas se foirer lamentablement pour des conneries.

C'est pourquoi, passant une main brève dans ses cheveux, le jeune assassin hocha la tête aux dires d'Alkis concernant le plan. C'était plutôt une bonne idée pour le coup. Le prendre à l'écart, le tabasser. Car oui, c'était nettement plus fun que de lui proposer bêtement de la drogue. Le noyer dans le béton, tout ça. Ça le bottait. Carrément même. Comme ça, oui: pas de corps, pas de preuve et ils pourront revenir pénard, le chargement en main avec les honneurs des supérieurs en prime.
- Non, c'est niquel. Je suis d'avis qu'on le prenne à l'écart, qu'on le tabasse et qu'on le bute avant de faire disparaitre le corps. Pas la peine de s'emmerder avec d'autres possibilités complètement connes et inutiles. Comme ça, on rentre rapidement, chacun se barre de son côtés et tout le monde sera content. Ok?

Un regard. Celui qu'ils pouvaient s'adresser parfois lorsqu'ils se montraient un peu plus civilisé. Un soupir suivi d'un rictus aux coins des lèvres. Se redressant sur son siège, Malik craqua sa nuque puis ses doigts et balança, calant à nouveau son pied sur le tableau de bord :
- Super alors bouge toi le fion, accélère toi le cul qu'on s'y mette au plus vite.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oh fuck [Pv Alkis et Malik]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh fuck [Pv Alkis et Malik]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attention talent : Abd Al Malik
» Zayn MALIK
» [Abd Al Malik] La guerre des banlieues n'aura pas lieu
» Yvelines : voici le visage de Malik Abadia, suspecté de meurtre et de tentatives de meurtre, au fusil d'assaut, activement recherché depuis samedi.
» Cupidon - Tome 2: Philtre d’amour [Malik & Cauvin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: FENYICK :: Les cavernes :: QG de Hydra-
Sauter vers: