Partagez | 
 

 Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Amadeus ChoHumain modifié
avatar


Présentation - Liens - RPsPhoneInstagram


Mastermind Excello ; The Hulk
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
* Intelligence d'un super-ordinateur

*Hulk : force absolue ; endurance illimitée ; quasi-invulnérabilité ; facteur d’auto-régénération ; immunité aux maladies ; résistance accrue aux poisons ; vitesse sur-humaine ; vieillissement ralenti ; des sauts sur-humains ( ~ manipuler et émettre de l’énergie/radiation gamma ~)
Nando Blink
401
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Dim 7 Mai - 23:03


Home Sweet Home
Ft. Jennifer & Amadeus

Le soleil disparaissait peu à peu derrière les hauts bâtiments faits de béton et de verre, créant un jeu de lumières, mélange d’orange et de rose donnant l’étrange impression d’une chaleur pourtant inexistante. Les fins de journées restaient en effet fraîches en cette période de l’année et les ombres grandissantes – œuvrant avec le vent venu du Nord – n’aidaient pas à apporter les quelques degrés tant espérés par les habitants de Genosha.

Les mains dans les poches de sa veste à capuche noire, Amadeus marchait d’un pas peu motivé, frissonnant à chaque coup de vent. Si seulement il avait eu une voiture pour s’y installer et squatter un peu le chauffage au lieu de faire tout ce chemin à pied. Même son éternel Vespa avait décidé de faire grève, préférant rester chez le mécano plutôt que de le ramener vite fait bien fait chez lui. Un véritable petit complot automobile. Amadeus se contentait donc de se persuader qu’il faisait ça pour la planète, émettant ainsi peu de CO2 et évitant par la même occasion les embouteillages de fin de journée. Cela ne l’empêcha cependant pas de se morigéner, râlant entre ses dents pour que les autres passants ne l’entendent pas :

« Ça t’apprendra à pas prendre un bon gros pull. Jennifer se fouttra bien de toi quand elle te verra revenir bleu jusqu’aux orteils… » Une pensée qui disparut bien vite alors qu’il se disait qu’un jeune homme intelligent comme lui n’avait pas à penser à ce genre de futilités. Monsieur était bien trop fier pour admettre qu’il pouvait se montrer tête en l’air et négligeant, « … puis ce matin il faisait beau. » continua-t-il en relevant la capuche sur sa tête pour ne plus sentir le vent sur sa nuque. « Il devait faire chaud aujourd’hui. Météo de m--… » Nul besoin de finir sa phrase, il se contenta de sortir des écouteurs de ses larges poches et les enfonça dans ses oreilles pour ne plus s’entendre penser. A quoi bon râler de toute façon ?

Gkrrrrr Un bruit parvint cependant à attirer son attention malgré la musique qui battait dans ses oreilles, le coupant entièrement de ce qu’il pouvait bien se passer autour de lui. Kkkkgggggrrrr. De mieux en mieux. Son estomac lui rappelait qu’il avait également faim. Il commençait déjà à rêver des magnifiques nouilles instantanées qu’il allait manger comme un morfal en arrivant. Il n’en fallut pas plus pour qu’Amadeus accélère le pas, le sourire jusqu’aux oreilles à l’idée du plat déshydraté et bon marché qu’il se préparait depuis plusieurs semaines déjà, puisque Jennifer avait visiblement décidé de ne plus faire les courses.

Arrivant enfin chez lui, la musique pulsant toujours autant dans ses oreilles bleuies par le vent glacial, il pénétra dans l’appartement sans prendre la peine d’allumer la lumière. Se déplaçant dans la pénombre jusqu’à la cuisine, il commença à attraper son fameux pot de nouilles instantanées tout en suivant le rythme de la chanson qu’il écoutait. Après avoir allumé la bouilloire, il enleva enfin ses écouteurs afin d’ôter plus facilement sa veste qu’il envoya valser sur une chaise et se rendit soudain compte du bruit qui venait de la pièce située un peu plus loin.

Se faisant soudain aussi silencieux qu’un chat – malgré le boucan qu’il avait dû faire en rentrant dans l’appartement –, il suivit le bruit et la faible lumière sortant de la chambre de Jennifer. Tentant de son mieux de ne pas faire de bruit – ses chevilles craquant méchamment à chaque pas tel un robot mal huilé – son pot de nouilles déshydratées toujours en main, il ouvrit soudain la porte. Hurlant comme un viking, autant pour effrayer l’inconnu que pour se rassurer lui-même, il leva le pot de nouilles comme s’il s’agissait d’une matraque et l’abattit sur le dos de son « assaillant »… avant de se rendre compte qu’il s’agissait en réalité de celle qui l’avait pris sous son aile et lui avait permis cette collocation.

Ignorant les nouilles et épices répandues sur le sol, il se contenta de demander : « Jenn ?… ben, qu’est-ce que tu fais là ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Jennifer WaltersHumain modifié
avatar

She Hulk
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
She Hulk. Grande. Verte. Super costaud. Incassable.
Kate & Cindy & Mai
260
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Sam 13 Mai - 22:02

Home sweet home


Y a une chose que j’aime dans mon appartement. Enfin non, y a beaucoup de choses que j’aime dans mon appartement, mon petit cocooning que j’avais depuis plusieurs années maintenant et que j’ai donc adapté à ce que je veux quoi. Donc j’aime mon appartement. Mais à cet instant présent, j’aime vraiment beaucoup ma salle de bain. J’adore mes murs blancs avec ce gris orage pour soutenir la couleur. J’adore l’odeur qu’il y règne dans la pièce depuis que j’ai fait bruler de l’encens. J’adorais le froid du carrelage quand je m’y promenais pieds nues. J’adorais la douceur des serviettes en coton sur ma peau. Et tout de suite, j’adore me prélasser dans mon bain. Je soupirais en me laissais glisser sous l’eau. J’aime ma douche, franchement le matin un bon coup d’eau chaude pour se réveiller. Je me maudissais parfois de passer la nuit au bureau et de ne pas pouvoir me doucher le matin. J’adore me doucher. Mais après plusieurs mois à l’alpha house avec seulement une petite douche ridicule, ce plaisir n’était pas exactement le même. Et je prenais un malin plaisir à être allongée dans mon bain à cet instant présent. Je finis par ressortir la tête de l’eau, ayant nettement besoin de respirer. Je cale ma tête sur le rebord et fais bouger l’eau de mes mains. Hum, c’était tellement bon. Je crois que je pourrais rester des heures dans mon bain là. Le problème étant simplement qu’il était si agréable parce que l’eau en était bien chaude et que dans mon d’une heure, elle serait devenue totalement froide alors y rester des heures n’allaient pas être possible. Et après j’aurais la peau toute frippée aussi, c’était pas top. Mais j’étais décidée à me pouponner un peu. Parce que j’avais pas eu l’occasion de le faire tant que cela à l’alpha house et que ça m’avait manqué. Alors quand je finis par sortir de mon bain et m’enrouler dans une serviette toute douce, je m’assois sur le sol de la salle de bain et profite un petit peu de la sensation. J’ai pas envie de bouger. Je n’ai pas encore repris le travail, cédant à mes collègues et amis qui voulaient que je prenne un peu de temps dans la vie normal avant de remettre les pieds au boulot. Je soupçonnais Matthew d’en profiter parce que ça lui permettait de me voir plus en dehors du bureau mais cela ne me gênait pas vraiment, qu’il en profite. Je soupire et finis de me sécher avant de mettre des vêtements pour trainer, short et débardeur en coton. Puis j’entreprends de m’occuper de mes cheveux. Il faudrait que j’aille chez les coiffeurs un peu, les pointes comment à avoir souffert. En même temps, l’explosion au Pegasus n’avait pas spécialement du aider à qu’ils aillent super bien. J’étale de la crème réparatrice sur mes cheveux avant d’étaler de la crème sur mes jambes. J’étais entrain de faire cela quand j’entends du bruit dans l’appartement. Mais, surement encore un peu high après un bon bain brulant, je ne relève pas. Jusqu’à ce que la porte de ma chambre s’ouvre brusquement et que quelqu’un rentre en hurlant. Je pousse moi-même un cri de surprise et me retourne vers l’intrus. Intrus qui s’avère être pas un intrus puisqu’il vit ici au même titre que moi. Amadeus ! Et il a l’air aussi surpris que moi. Je regarde les nouilles tombé ridiculement de leur pot. Je porte une main à ma poitrine, sentent mon cœur qui s’est emballé et mon souffle un peu court. Qu’est-ce que… T’es sérieux Ama ? Je vis ici. Je lève les yeux au ciel avant laisser tomber. La surprise a du lui faire ça. Je franchis tout de même le mètre qui me sépare du jeune homme, évitant de marcher dans ses nouilles avant de le prendre rapidement dans mes bras. Il m’avait manqué. Je m’étais inquiétée pour lui. J’étais peut être beaucoup plus attachée au jeune homme que je ne le disais. Peut être… Surement. Je… Tout va bien toi ? J’étais inquiète que tu m’aies pas rendu visite. J’ai eu peur qu’il te soit arrivée quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus ChoHumain modifié
avatar


Présentation - Liens - RPsPhoneInstagram


Mastermind Excello ; The Hulk
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
* Intelligence d'un super-ordinateur

*Hulk : force absolue ; endurance illimitée ; quasi-invulnérabilité ; facteur d’auto-régénération ; immunité aux maladies ; résistance accrue aux poisons ; vitesse sur-humaine ; vieillissement ralenti ; des sauts sur-humains ( ~ manipuler et émettre de l’énergie/radiation gamma ~)
Nando Blink
401
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Lun 15 Mai - 17:04


Home Sweet Home
Ft. Jennifer & Amadeus

Aussi surpris l’un que l’autre, les deux comparses avaient sûrement dû surprendre quelques voisins avec leurs cris de guerriers spartiates. A y regarder de plus près, Amadeus n’avait rien de guerrier ou d’un soldat. Du haut de ses dix-neuf ans, il était grand, mince et son éternel visage d’enfant malicieux demeurait aussi doux que les fesses d’un bébé Mixa. Rien de bien viril… Cependant, le jeune Cho n’était pas non plus une personne faible. Il prenait soin de se muscler et jouait également de son agilité pour se sortir de situations délicates qu’il avait lui-même créées.

« Qu’est-ce que… T’es sérieux Ama ? Je vis ici. » avait-elle aussitôt rétorqué. Ah oui, c’est vrai... A force de vivre seul dans cet appartement, Amadeus avait presque fini par oublier qu’il était censé le partager avec son ange gardien. Il n’était d’ailleurs même pas le propriétaire principal puisque Jennifer était belle et bien celle qui l’hébergeait. Mais que voulez-vous… on s’habitue vite au confort. Cependant, la solitude avait ses limites et Amadeus avait commencé à tourner en rond dans cet appartement, se plaçant à la fenêtre tel un chien attendant le retour de son maître. Heureusement pour lui, la ville avait l’avantage d’être une source intarissable d’expériences et d’aventures. Il y avait assez de monde dans ces rues pour qu’il ne se sente pas réellement seul. Il y avait assez de ruelles pour qu’il s’amuse à s’y perdre afin de découvrir de nouveaux petits magasins cachés du regard de tous. Mais il y avait aussi ce manque. Un manque de communication avec sa famille, ses proches.

Une famille. Amadeus n’en avait plus depuis ses quinze ans – du moins aux yeux de la loi puisqu’il considérait en réalité certaines personnes comme sa famille de substitution. Plus qu’une amie et qu’une avocate, Jennifer était comme une grande sœur qui savait le sermonner et le remettre à sa place quand il allait trop loin. Elle savait également comment le rassurer dans ses moments de doute ou quand son cerveau faisait des siennes, l’empêchant de trouver le sommeil. On ne choisit pas sa famille mais on peut choisir ses amis, disaient certains. Petit à petit, il avait réussi à s’entourer de gens de confiance et essayait à son tour d’être là pour ceux qui se retrouvaient seuls. Une histoire de karma pour équilibrer les forces du bien, pour autant qu’il ait réellement cru à ce genre de force universelle.

Jennifer l’avait rapidement pris dans ses bras. Une étreinte semblable à un ‘bonjour’ mais également pleine de tendresse démontrant une affection certaine de la part de la jeune femme, même si Amadeus persistait à se voiler la face lui aussi pour ne pas avouer à quel point il lui était attaché. Il lui rendit son geste affectueux et lui tapota la tête comme une enfant, profitant des quelques centimètres de plus qu’il avait sur elle. « Je… Tout va bien toi ? J’étais inquiète que tu m’aies pas rendu visite. J’ai eu peur qu’il te soit arrivée quelque chose. » Hein ? De quoi ?

« Bah… » commença-t-il à dire, hésitant à cause de ce que venait de lui dire la belle jeune femme. « … mais euh, tu m’avais dit qu’il fallait pas que je vienne à l’improviste à ton travail, non ? » Il pencha la tête sur le côté, les sourcils arqués tandis qu’il réfléchissait un instant, « Tu t’inquiétais parce que je suis pas venu t’embêter au boulot ? C’est une première. » ajouta-t-il avant de s’éloigner en riant gaiement pour chercher de quoi ramasser les pauvres nouilles lyophilisées éparpillées au sol. Du fond du couloir, il continua – parlant fort pour être certain qu’elle l’entende depuis sa chambre, « Franchement, tu m’avais prévenu que le boulot c’était ta vie, mais j’aurais JAMAIS imaginé que ça allait te prendre des mois comme ça. C’est fou. » Oh, pauvre petit, si seulement tu savais…

Revenant vers elle avec une balayette et une pelle en plastique, il commenta : « T’aurais pas un peu maigri ? Tu veux que je te fasse des pâtes ? Oh ouais des pâtes avec de la sauce tomate et du basilic ! Et après on pourrait aller manger une glace !! ET BOIRE UN CAFE !! »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Jennifer WaltersHumain modifié
avatar

She Hulk
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
She Hulk. Grande. Verte. Super costaud. Incassable.
Kate & Cindy & Mai
260
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Mer 7 Juin - 23:11

Home sweet home


Je vois bien la surprise sur le visage d’Amadeus quand il rentre dans ma chambre. Ca et le tas de nouilles déshydraté par terre qui prouve qu’il ne s’attendait pas à me trouver. Il pensait trouver qui ou quoi ? Hein ? Un voleur ? Non mais Jennifer pense pas à des trucs comme cela parce qu’après tu risques de flipper c’est vraiment pas la bonne idée. Je note bien une certaine moue de réflexion quand je lui fais savoir que je vis ici. A croire qu’après cinq mois d’absence, il avait oublié qu’il venait squatter chez moi et non l’inverse. Enfin est-ce qu’on pouvait vraiment dire qu’il squattait alors que c’était moi qui lui avait proposé de venir la première fois ? Et moi qui déplorait de le voir aussi peu souvent à l’appartement ? Oui, on pouvait difficilement dire que Amadeus squattait. Il s’était installé ici. Mais c’était toujours mon appartement quoi… Et je vis toujours ici même si je sors de l’alpha house. Faisant fi de la stupeur de mon colocataire, j’allais le prendre tout simplement dans mes bras. Geste d’affection que je n’avais pas souvent envers lui, sentant toujours bien que c’était pas spécialement notre relation. Mais là… là j’en avais besoin. J’avais besoin de prendre ce qui ressemblait à un petit frère si ce n’est encore autre chose dans mes bras. Il me rendit mon câlin, me tapota la tête… comme si j’étais le chien. Enfin non, je savais que c’était affectueux. Je lui demande pourquoi il m’a pas rendu visite et surtout s’il s’est passé quelque chose. Il me dit qu’en même temps je lui ai demandé de pas venir à mon travail à l’improviste. Oh merde. Je pose mes poings sur mes hanches et le regarde se retourner en pestant que c’est bien une première que je lui demande de venir me faire suer au taff. Amadeus Charles Cho ! Mais il ne m’écoute pas en retournant dans la cuisine. Il continue de râler en plus. Il avait réellement pas réalisé que je n’étais pas simplement à mon travail. J’étais estomaqué. Genre vraiment. Tu parles qu’il ne m’ait pas donné de nouvelle l’autre saleté. Je le regarde revenir pour nettoyer le sol de ma chambre sur lequel était éparpiller des morceaux de pâtes. Tu… Tu trouves rien de mieux que de me demander si j’ai maigri ? Bon ok et aussi me propose de me faire à manger. J’approuve pour la nouriture mais… BORDEL CINQ MOIS ! J’avais haussé la voix sans le vouloir. Je regardais Amadeus vaguement choquée. Cinq mois sans nouvelles, sans que je vienne à l’appartement et tu as pas pensé que j’étais peut être pas seulement au travail ? Je lève les yeux au ciel en quittant la pièce. J’entends bientôt Amadeus me suivre mais je dis rien avant d’avoir avaler un jus de fruit parce que je commence à me sentir faiblarde. Sache pour ton information que je viens de passer cinq mois en quarantaine à l’alpha house suite à ce qui s’est passé au Pegasus. Tout en disant cela, j’ouvrais les placards pour chercher de quoi faire à manger. J’avais carrément la dalle en fait. Je sortis une casserole et me retournais vers Amadeus. T’es silencieux ! Et oui j’ai maigri, j’ai passé trois mois dans le coma et mes dernières côtes sont à peine ressoudées. Je plante mes mains sur mes hanches. La prochaine fois que tu me vois pas pendant plus d’une semaine, tu vas au cabinet d’accord ? Au moins, ça m’aurait été de flipper qu’il te soit arrivé quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus ChoHumain modifié
avatar


Présentation - Liens - RPsPhoneInstagram


Mastermind Excello ; The Hulk
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
* Intelligence d'un super-ordinateur

*Hulk : force absolue ; endurance illimitée ; quasi-invulnérabilité ; facteur d’auto-régénération ; immunité aux maladies ; résistance accrue aux poisons ; vitesse sur-humaine ; vieillissement ralenti ; des sauts sur-humains ( ~ manipuler et émettre de l’énergie/radiation gamma ~)
Nando Blink
401
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Jeu 15 Juin - 15:29


Home Sweet Home
Ft. Jennifer & Amadeus

Un, deux, trois, nous avons Ama
Quatre, cinq, six, qu’y a fait une bê-tise
Sept, huit, neuf, Ama discret comme un bœuf
Dix, onze, douze, il a oublié Jennifer et ça c’est la loose,
chantonna son esprit lorsqu’il comprit enfin à quel point il avait pu se tromper.

Celle-ci avait usé de son nom complet, preuve concrète qu’elle venait réellement de sortir de ses gonds et que la situation n’était clairement pas en la faveur du jeune homme. Occupé à aller cherche de quoi nettoyer, il ne manqua pas de se faire sermonner lorsqu’il revint dans la chambre. Olala, Ama t’as tellement merdé, songea-t-il sans être capable de lui répondre, les bras tremblant face à la réalisation soudaine de ce qui était arrivé à sa tutrice. Cinq mois. Cela faisait cinq mois qu’elle était en quarantaine et que lui se la coulait douce. Abruti, égoïste, se morigéna-t-il mentalement sans pouvoir émettre de son alors qu’il cherchait les mots pour s’excuser. Son cerveau de superordinateur ne lui servait à rien en cet instant. C’était bien la première fois qu’il ne savait pas quoi dire ou quoi faire. Il se contenta de la suivre en silence, chose qu’elle ne manqua pas de remarquer. Les épaules basses, la tête fixant le sol, il l’écouta alors qu’elle précisait qu’elle avait passé trois mois dans le coma et avait visiblement subi des blessures plus que bénignes.

Toujours armé de sa pelle et de sa balayette, il l’observa poser ses mains sur ses hanches, chose qu’elle faisait à chaque fois qu’elle lui demandait une explication – une chose qui arrivait bien trop souvent à cause des erreurs permanentes d’Amadeus. Elle s’était inquiétée pour lui. Elle qui avait été enfermée et blessée, avait eu la clarté d’esprit de se demander s’il allait bien. Alors que lui… idiot qu’il était, avait tout simplement pensé qu’elle était overbookée. Pendant cinq mois. Les ustensiles de ménage tombèrent de sa main, heurtant doucement le sol, alors qu’il lâchait prise, les mains tremblant bien trop pour qu’il puisse conserver une poigne réelle sur ces objets qui lui semblaient alors bien inutiles. « Je… » tenta-t-il de prononcer, « Je suis… » persista-t-il malgré la colère qu’il ressentait soudain envers sa propre personne. A quoi bon avoir un cerveau hyper performant si l’on n’était même pas capable de s’en servir et d’avoir assez d’empathie pour savoir que quelque chose clochait. Il prit une profonde inspiration, le regard toujours perdu et enlaça Jennifer sans prévenir, ignorant la casserole qu’elle tenait dans sa main. L’entourant de ses bras, posant son visage dans ses cheveux, il semblait sangloter sans vouloir l’assumer. « J’suis tellement désolé. »  Son étreinte se resserra alors qu’il pleurait désormais à chaudes larmes. « Je me suis dit… que je m’inquiétais trop, comme… comme souvent et que… du coup je devais te laisser de l’espace. »  Sa main droite caressait doucement les cheveux de celle qu’il considérait autant comme sa sauveuse que comme sa sœur, « J’sais pas comment j’ai pu être aussi idiot. Si je mets la main sur ceux qui t’ont fait du mal je vais… »

Se sentant inutile, Amadeus réfléchissait déjà à comment régler la situation qu’il avait créé en étant absent. Le cerveau bouillonnant il ne pouvait s’empêcher d’imaginer ce qu’elle avait pu vivre pendant une période si longue. La libérant de son étreinte qui se voulait fraternelle, il la fixa et prit un air décidé : « Frappe-moi, je le mérite. Vas-y ». Il ferma les yeux, prêt à recevoir la baffe de sa vie… ou même le tabassage en règle qu’il méritait selon lui. Elle pouvait bien lui briser les côtes qu’il aurait pensé le mériter. Pauvre abruti, se morigéna-t-il à nouveau.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Jennifer WaltersHumain modifié
avatar

She Hulk
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
She Hulk. Grande. Verte. Super costaud. Incassable.
Kate & Cindy & Mai
260
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Mar 25 Juil - 13:36

Home sweet home


Généralement, je précise bien généralement, je suis quelqu’un de calme. Quelqu’un de très calme même, qui contrôle super bien ses nerfs, qui n’a pas un mot plus haut que l’autre et qui maitrise l’art de dire les choses sans s’emporter. J’ai bien précisé généralement. Parce qu’à peine ai-je dit le nom complet de Amadeus, je commence à m’en vouloir de m’emporter contre lui. J’étais injuste de le faire, de le faire de cette manière, je le savais bien. Mais je ne réussis pas à me retenir de lui expliquer qu’au bout de cinq mois sans se voir, je m’attendais à autre chose qu’à des remarques sur mon poids. Mon poids qui regardait que moi au passage. Mais j’étais… énervée. Après trois mois de coma, après cinq mois d’enfermement, après des semaines sans rien entendre de ce que l’on me disait, j’étais plus qu’énervée. J’étais furieuse. Après le monde entier. Et ma nature me faisait retenir cet envie de tout envoyer valser. Et là, ça tombait sur Amadeus à qui je faisais la morale tout en ouvrant les placards pour qu’on se fasse à manger. Il avait même pas remarqué que je n’avais pas fait les courses ! Je venais pas souvent à l’appartement mais je faisais toujours les courses pour être sure qu’il ne manque de rien, jamais ! Je me tourne vers lui en lui disant que la prochaine fois que j’étais absente, il devait quand même me donner des nouvelles quand je vois ce qu’il a dans les mains tomber au sol. Et ça suffit à faire partir ma colère. Ca et son visage qui se décompose. Plus de colère, seulement la culpabilité de m’être énervée contre Amadeus. Ce jeune que je considère comme ma famille et sur qui je viens de crier sans raison valable. Mais je n’ai pas le temps de m’excuser, bien que j’eusse celui d’ouvrir ma bouche pour le faire, que je sens ses bras se refermer autour de moi. Instinctivement, je sers Amadeus contre moi. Je frotte son dos de ma main quand je sens ses épaules tressaillir comme s’il sanglotait. Il s’excuse et je ne peux m’empêcher de sourire alors que je dépose un baiser dans ses cheveux. C’est rien Amadeus. T’es là et tu vas bien, le reste je m’en moque un peu. Je sens ses larmes mouiller mon tee-shirt et ça finit de me faire craquer. Bientôt des larmes perlent aux coins de mes yeux avant de se transformer en un torrent de sanglots. J’avais peut être besoin des quelques jours de repos que le cabinet voulait que je prenne finalement. Je frotte mon nez contre le tee-shirt de Amadeus, me disant que tant pis si je le mouille de mes larmes. Je lache un petit rire quand il parle de mettre la main sur ceux qui m’ont fait ça. C’est pas grave. Et c’est surtout une très très mauvaise idée que tu ne fasses que penser à leur mettre la main dessus. Je me recule enfin, le regardant droit dans les yeux. Je veux surtout pas que tu fasses quelque chose de dangereux. Promets le moi, s’il te plait ! Je peux pas lui dire. Je peux pas lui dire que c’est un pauvre garçon innocent dont la copine venait d’être tuée qui m’a fait le plus mal en déclenchant une explosion. Je peux pas lui dire ça. Ni lui dire que c’est HYDRA qui a créé cette situation où j’ai bien failli y passer. Pas plus que je n’ai pu le dire à mon père qui m’a harceler de questions à ce propos. Je reste stupéfaite de la suite. Amadeus me demande de le frapper. Je bug quelques secondes, secondes de silence total dans l’appartement. Il veut que je le frappe ? Il est pas sérieux ? Si, il est sérieux. Non mais ça va pas la tête ! J’ai presque hurler, ma voix partant dans des aigues. A peine ai-je dit cela, que je porte mes mains à mes oreilles, entendant ces putains d’acouphènes revenir en force. Jamais, tu m’entends, jamais je te frappe. Je suis… choquée qu’il ait proposé ça. J’étais pas spécialement pacifique ou autre. Je frappais souvent mais dans le cadre des cours de boxe. Pas mon colocataire, pas mon petit frère, pas mon Amadeus ! Arrête de dire des bêtises et aide moi à faire à manger plutôt. M’accroupissant pour ramasser les ustensiles de cuisine tombés au sol avant notre câlin, j’en profite pour grimacer de douleur sans qu’il ne me voit faire. J’inspire un grand coup avant de me redresser et de m’empresser de mettre de l’eau à chauffer pour faire cuire des nouilles. Par contre, faudra maintenir le volume sonore de l’appartement assez… bas ? Genre surtout la télé ou autre. J’avais perdu l’audition suite à l’accident et c’est pas encore totalement bien revenu. Je lâche ça l’air de rien, sachant bien que Amadeus relèverait mais en me disant que si je le disais comme j’aurais parlé de la pluie et du beau temps, il s’inquiéterait moins. Oh je savais bien que c’était surement faux mais je devais lui dire pour le volume sonore avant qu’il ne mette de la musique à fond. On mange quoi avec les nouilles ?
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus ChoHumain modifié
avatar


Présentation - Liens - RPsPhoneInstagram


Mastermind Excello ; The Hulk
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
* Intelligence d'un super-ordinateur

*Hulk : force absolue ; endurance illimitée ; quasi-invulnérabilité ; facteur d’auto-régénération ; immunité aux maladies ; résistance accrue aux poisons ; vitesse sur-humaine ; vieillissement ralenti ; des sauts sur-humains ( ~ manipuler et émettre de l’énergie/radiation gamma ~)
Nando Blink
401
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]   Jeu 3 Aoû - 16:05


Home Sweet Home
Ft. Jennifer & Amadeus

Se sentir inutile et stupide faisait réellement partie des sentiments que l’on ne voulait pas ressentir. Habitué à prendre la vie un peu à la légère, vivant au jour le jour, Amadeus se trouvait soudain puéril et arrogant. Se jugeant lui-même mentalement, tous ces mois sans se douter de ce qu’il s’était réellement passé lui semblaient impossibles. Impossibles puisqu’il n’avait jamais eu la présence d’esprit de mettre bout à bout l’ensemble d’indices sous son nez, preuves accablantes que quelque chose clochait. Il n’avait pas remarqué que personne ne faisait les courses alors qu’il était bien souvent le premier à râler dès que ses céréales manquaient. Il n’avait pas non plus noté le fait que la chambre de Jennifer n’avait pas bougé d’un pouce, pas même les plis du drap même si son cerveau l’avait remarqué et enregistré dans un coin de sa tête. Il avait également fait abstraction de tous ces détails de la vie courante qui faisaient que cet appartement était généralement plein de vie. L’odeur du parfum de sa colocataire, le bruit des placards dans la cuisine lorsqu’elle prenait de quoi manger alors qu’il demeurait au lit ou qu’il travaillait dans sa chambre. Mais aussi des choses qui lui paraissaient évidentes, comme le courrier qui s’entassait jour après jour sur la table du salon puisqu’il avait l’habitude de bien séparer ce qui concernait Jennifer et ce qui lui était adressé. Comment avait-il pu être aussi négligeant ? Elle avait été en quarantaine et pourtant il avait l’impression d’avoir été le plus absent. Ne prenant pas de ses nouvelles, ne vérifiant pas si elle allait bien, il avait dépassé les bornes et ne se reconnaissait pas dans ce comportement autocentré. Certes, l’étudiant aurait pu se dire qu’il avait tout bonnement suivi à la lettre les directives de sa colocataire en arrêtant de l’espionner, mais son manque d’intérêt avait atteint un niveau inadmissible. Il s’était clairement voilé la face et avait été égoïste. Tout ce qu’il détestait et critiquait chez les autres. Un bel hypocrite.

Enlacer la jeune femme était un moyen de chercher à montrer qu’il était réellement présent cette fois-ci et qu’il cherchait à la rassurer, à la protéger même si tout était déjà passé. Pourtant, ce fut finalement elle qui finit par le consoler, frottant son dos et papouillant ses cheveux comme elle aurait pu le faire avec un enfant. Ses mots doux, bien loin du ton énervé utilisé quelques minutes plus tôt, lui rappelaient à quel point sa voix lui avait manqué. Pleurant de concert, les deux colocataires conservaient cette étreinte quasi-fraternel, cherchant à mutuellement se rassurer, à calmer l’autre tout en laissant aller tout le stress accumulé. Pleurer face à Jennifer n’était pas quelque chose qu’il avait l’habitude de faire mais en cet instant peu lui importait l’état dans lequel il se mettait. Ses larmes coulaient malgré lui sans qu’il ne puisse les contrôler ou ne cherche à les refreiner de quelque manière que ce fut.

L’étudiant n’avait pas tardé à calmer ses pleurs en songeant à une vendetta envers ceux qui avaient osé touché à sa grande sœur de cœur, celle pour qui il aurait donné sa vie sans hésitation. Ses propos chevaleresques n’avaient pas manqué de faire rire la concernée mais Amadeus persistait dans son envie de faire justice lui-même, se contenant de rester silencieux lorsqu’elle lui sommait de ne pas faire de bêtise. Pas grave, pas grave. Elle a fini à l’hosto tout de même. avait-il pensé, trop en colère pour rester calme. Pour ne pas améliorer la situation, Amadeus avait demandé à l’avocate de le frapper, pensant sincèrement qu’il le méritait amplement… libérant la furie en elle, et ravivant les propos – proches d’un hurlement – autoritaires qu’il appréciait malgré lui. Jennifer avait toujours eu ce côté maternel envers lui et n’hésitait pas quand il s’agissait de lui faire comprendre qu’il disait ou faisait une connerie. Et visiblement, frapper l’étudiant n’était pas vraiment dans ses plans pour la journée. Ça fera des bleus en moins sur la tronche au moins. songea-t-il, presque déçu de ne pas avoir permis à la jeune femme de se défouler sur lui.

Tandis qu’elle s’accroupissait pour ramasser le bazar qu’il avait créé en laissant tout tomber plus tôt, il lui répondit en essuyant les larmes aux coins de ses yeux, « J’aurais pas à appeler SOS Coloc’ Battus au moins. » avant de rire de sa propre bêtise. Occupé à la regarder tandis qu’elle rassemblait rapidement les ustensiles, il continuait de renifler en tentant de se calmer, soufflant doucement pour reprendre une respiration normale malgré les tremblements encore présents dans sa poitrine agitée de soubresauts. Arrête de dire des bêtises et aide moi à faire à manger plutôt, cette phrase l’avait fait sourire doucement, repensant aux maintes fois où ils avaient partagé des moments complices dans cet appartement. Amadeus n’était pas vraiment le plus grand cuisinier du monde, à part pour certains plats très précis dont il était le roi incontesté – du moins selon ses dires – mais il savait se montrer un très bon assistant quand il le voulait. La suivant machinalement tandis qu’elle mettait l’eau à chauffer, il écouta ce qu’elle lui expliquait et arqua un sourcil, un brin surpris par ce qu’elle lui annonçait. « T’as… perdu l’audition ? » Croisant les bras contre son torse, il continua, « Carrément quoi. » Elle tentait de revenir sur le sujet du repas mais Amadeus était déjà parti bien loin et s’était adossé contre le meuble pour mieux lui faire face alors qu’il enchaînait, « Doit y’avoir des traitements pour t’aider, surtout si tu dis que ça revient peu à peu. Ça veut dire que c’est pas définitif. Du coup--- OH JE SAIS ! » s’était-il acclamé avant de se rappeler qu’il devait garder le volume au plus bas et il répéta, en murmurant presque, « Je sais. Je vais aller voir Mr Banner et lui en parler. J’ai lu des articles sur la surdité chez les soldats revenus des zones de combats, bombes tout ça, et… » Une fois lancé, il semblait incapable de s’arrêter de lui-même et semblait désormais marmonner, pensant à haute voix pour trouver des moyens efficaces afin d’aider au mieux l’avocate.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
 
Home Sweet Home [Jennifer & Amadeus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Home Sweet Home de Miss Vivi
» Home sweet home
» Chi's Sweet Home
» Chi's sweet home
» HOME SWEET HOME - L'abri du Pinou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: HAMMER BAY :: Habitations-
Sauter vers: