Partagez | 
 

 Poisonous venom running on tongues | Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Wizzky
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Dédoublement/Clonage.
-> A partir de son ombre, il peut créer un clone à son image, son jumeau en quelque sortes. Il vit tant qu'une source de lumière l'éclaire mais s'efface aussitôt que les ténèbres reprennent possession des lieux.
Carol, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan, Lena & Val
230
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Poisonous venom running on tongues | Jay   Ven 26 Mai - 15:06



Poisonous venom running on tongues

We were spitting venom at most everyone we know


Les tintements des coupes de champagnes résonnaient bruyamment en un écho étouffé par les voix criardes des invités. Les convives se regroupaient et riaient à gorge déployée, jugeant la population et prétextant que les civils ne comprendraient jamais ce qu'ils faisaient ici. Les gens de la haute se rassemblant pour parler du peuple, arroser les espoirs qu'ils entretenaient avec des paroles auxquelles ils ne croyaient pas. Tout cela était arrogant et déplacé, et très peu pouvaient se vanter de se trouver en haut de la chaîne. Les seuls qui osaient ne prenaient même pas la peine de regarder les dégâts causés par leurs propos condescendants. Trop obnubilés par leur petite personne, ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez. C'était comme cela à chaque fois, et le brun soupira longuement. Il ferma les yeux, passant ses doigts sur ses paupières puis sur ses tempes, comme pour se relaxer. Mais jamais il n'y arrivait. Pas alors que tout ce monde grouillait en jugeant le reste de la population. Stark rouvrit les yeux, son regard onyx parcourant le buffet juste à ses côtés. Il soupira et se pencha pour attraper un amuse-bouche. C'était bien là les seuls aspects réussis lors de ces soirées mondaines. Le buffet, la nourriture et les boissons. Le reste, c'était toujours la même chose. Tout le monde qui se crachait dessus, pour finir par s'empoisonner soi-même. C'était désespérant, et même si le PDG connaissait énormément de monde à cet événement, dont certains même qu'il appréciait, il ne pouvait s'empêcher de les trouver agaçant. Dans leurs beaux habits tout juste sortis du meilleur pressing du coin, parés de bijoux et de broches, coiffés strictement, trop même. Alimentant les estomacs déjà bien remplis et négligeant les foies déjà bien amochés. C'était beaucoup trop ce soir, et même lui pouvait le sentir. La pression pesait sur ses épaules alors qu'il terminait sa coupe de champagne, tout seul dans son coin. Stark stagnait autour du buffet, et ne cessait d'attraper divers amuse-bouches pour se sustenter. Il n'avait plus manger depuis la veille, et avait travaillé toute la mâtinée dans son atelier, sans compter sa journée chargée au boulot, entre les rendez-vous et les rapports. Il n'avait pas eu le temps de manger depuis, et c'était un vrai régal de se rassasier avec ces délices qui picotaient ses papilles. A force de rester ainsi près des tables, il allait finir par tout dévorer avant que les autres n'aient pu sortir de leur discussion ô combien intéressante.  A vrai dire, il s'en fichait. Il voulait les faire payer pour se comporter ainsi. Même si c'était en mangeant tout ce qu'il y avait sur le buffet, quitte à finir par avoir le ventre explosé. Ce serait une bonne vengeance.

Le brun attrapa une nouvelle coupe de champagne pour faire passer son dernier amuse-bouche, alors que la tension montait en lui, oppressant ses poumons et ses épaules. Il n'en pouvait plus. Il faisait extrêmement chaud, et des gouttes de sueurs perlaient sur ses temps, certaines dévalant sur son dos. Stark posa sa coupe quelques instants, le temps de dénouer un peu plus sa cravate, ouvrant ainsi un ou deux boutons de sa chemise blanche immaculée. Sa veste de costard noire collait à sa chemise, mais il s'en fichait. Il soupira avant de relever les manches, tant pis s'il passait pour un malpropre. Les plus à plaindre étaient sans doute ceux engoncés dans leur habits moulants et compressant, ce qui pourrait expliquer pourquoi ils avaient le cerveau qui déraillait. Pinçant les lèvres, le brun s'appliqua à bien remonter le tissu sur ses bras, le travaillant assez pour que cela ne fasse pas trop n'importe quoi. Attrapant du bout des doigt sa coupe de champagne, il l'apporta à ses lèvres pour y tremper sa langue, goûtant l'amertume et le pétillant qui glissait jusque dans sa gorge. Son foie d'alcoolique n'apprécierait certainement pas, mais il s'en tirait bien pour l'instant et savait résister à la tentation. Au cours d'une soirée mondaine, ce n'était pas grand chose, et si quelque chose tournait mal, il pourrait toujours s'en sortir. A sa manière.

Après un dernier soupir, le brun se détourna en passant sa main sur son front, afin d'enlever les quelques gouttes de sueur. Il secoua distraitement ses doigts et se dirigea vers la porte menant à l'extérieur. Un peu d'air frais lui ferait le plus grand bien et calmerait son tempérament à vif. Stark navigua à travers la foule et alors qu'il allait passer la porte, sa main posée sur le bois orné, il sentit un corps le bousculer. Stark faillit trébucher mais se rattrapa à la porte. Il tangua un court instant, et le verre lui échappa, la poigne de ses doigts glissant contre le verre. En un ultime réflexe, le brun tenta d'enserrer sa paume autour du verre pour le rattraper, mais l'impact fit éclater la coupe sous sa force. Les éclats de verre rencontraient sa paume, lui tirant une grimace alors que le liquide coulait sur sa main, tâchant son costard. Stark railla en constatant les dégâts. C'était pas trop moche mais c'était pas propre non plus. Tony ragea et sous l'élan de la colère, couplé à son bouillonnement intérieur, il se retourna pour attraper le gars qui venait de le bousculer. Les connards qui parlaient des autres devant lui, ça l'emmerdait mais il ne pouvait rien y faire. Par contre, les enfoirés qui passaient juste à côté de lui pour le bousculer sans s'excuser, ça il n'allait pas laisser faire. Ses doigts agrippaient le costard d'un homme bien plus jeune que lui, et il le retourna sauvagement. L'inconnu sembla surpris, mais Stark n'en démordait pas, le venin qui coulait sur sa langue était prêt jaillir pour empoisonner son adversaire. Sa voix claqua dans les airs, sifflante, comme la langue d'un serpent.

« Ça va pas de bousculer sans s'excuser ? Vous vous croyez où jeune homme ? La politesse, vous connaissez ? Ou bien c'est un mot qui ne fait pas partie de votre vocabulaire ? »

___

I'd climb the highest mountain.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Jay HelsburyExtraterrestre
avatar

0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Tout comme ses frères, Jay n'est ni un mutant, ni un humain modifié. Il possède juste les capacités d'un extraterrestre. C'est à dire qu'il a développé une plus grande résistance au force de l'espace.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Lauren/Jin/Junno
357
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Poisonous venom running on tongues | Jay   Mar 30 Mai - 12:54

Poisonous venom running on tongues
Tony & Jay
••••

Très clairement, tu te fais chier. Tu en a marres de tout ces trouduc coincés de la belle école, qui boivent et trinquent avec un sourire forcé. Tu ne sais même pas vraiment ce que tu fous là. Tu ne leur ressembles même pas. Non. Toi, tu es plutôt du genre libre. Tu n'aimes pas te prendre la tête et tu goûtes à tout les bons moments de la vie. Au pieu comme au quotidien. Tu n'es pas du genre bien cadré. Le fric, tu t'en fous royalement et les soirées mondaines, tout ça, ça te sors un peu par les cheveux.

Mais tu as été quand même invité. Tu as reçu une carte toute dorée, soignée, il y a cela quelques semaines déjà. Au début, tu n'as pas voulu y aller. Tu t'es dis merde en jetant l'invitation à la poubelle or, après coup, tu t'es décidé à venir. Parce que tu as été affilié pour prendre des photos. Et que bon, c'est un peu ton taf et que tu en as besoin. Surtout que tu as une exposition d'ici peu.

Alors oui, ce soir, tu te retrouves au milieu de tout ce merdier. A faire semblant de sourire, à courber l'échine devant les personnalités aisées. A les prendre à rebrousse poil en pointant ton objectif sur eux. Tu te fais même draguer par une vieille peau toute ridée qui te colles presque toute la soirée. Tu essayes à plusieurs reprises de lui faire faux-bonds mais elle arrive toujours à te retrouver et cela te mets un peu les nerfs à vif.

T'es libertin mais pas gigolo. Une belle femme, un beau mec, ouai, t'es plutôt partant deux fois qu'une mais une vieille... non merci. Tu entends déjà Lena se foutre de toi quand tu le lui raconteras demain. Elle va te charrier, bordel. Tu le sens d'ici. A cette pensée, un léger sourire étire tes lèvres car tu aimes malgré tout qu'elle t'emmerde. Ça fais tellement parti de votre relation. Tu aimerais d'ailleurs la retrouver toutefois, cette maudite soirée se prolonge et tu te retrouves coincé avec tout ces cons, qui commence vraiment à te souler.

Au bout de plusieurs heures, t’arrive enfin à esquiver la vieille, après lui avoir fait croire que tu allais chercher deux coupes de champagne. Elle te cherche partout mais tu te faufiles entre les gens, décidant d'aller te fumer une petite cigarette. Ou un petit joint, parce que tu en as emmené un en douce, histoire de faire passer le temps et d'être un peu plus détendu.

D'ailleurs, ça te fais du bien putain. De te retrouver dehors, seul, à la belle étoile, loin de ces pecnauds qui se goinfrent de petits fours en riant comme des hyènes. Tu pousses un soupir d'aise alors que tu sors de la poche de ta veste super classe, ton joint et ton briquet. Heureusement, personne ne te remarques. Puis, tu t'en branles enfaite. Tu vas te poser un peu plus loin, près d'un bosquet en le portant à tes lèvres.

Qu'es-ce qu'il est bon. Sérieusement, tu kiffes son goût tandis que tu pompes dessus pendant plusieurs minutes. Ça te fait redescendre la pression. Peu à peu, tu sens l'énervement s'évanouir et tu laisses même échapper un rire euphorique, quoi que légèrement déformé par les effets de la beuh. Puis, tout en continuant à fumer, tu te mets à écrire des textos à Lena. Tes doigts ripent sur ton portable alors que tu lâches un :
"Putain ma greluche, ici c'est la loose. Je m'emmerde grave. Bisous sur ton cul et sur tes seins. Tu me manque ma grognasse."

Avant de remettre ton téléphone dans la poche gauche de ton pantalon. Une dernière taffe, un dernier regard vers le ciel et tu te décides enfin à y retourner. Malheureusement, tu passes la porte un peu brusquement. Tu pousses carrément un mec qui fait tomber son verre mais t'es pas décidé à t'excuser. T'en a rien à foutre. Tu continues ton chemin mais tu te sens soudain agrippé en arrière, ce qui te fais lâcher un :
- Putain mais ça va pas !

Avant de te retrouver nez à nez avec un mec qui se met à vociférer comme un timbré. Il est sérieux lui? Tu fronces les sourcils alors que tu le pousses assez violemment pour qu'il te lâche.
- Taré ! Vas te faire soigner. Tu veux quoi? Que je te baise les pieds pour te demander pardon? T'avais qu'à regarder devant toi aussi. J'y crois pas...

Dans un geste particulièrement vénère, tu remets bien en place le col de ta veste. Tu fusilles le gars du regard, non sans lui adresser au passage un splendide bras d'honneur. Histoire qu'il comprenne que tu ne courberais pas l'échine devant lui et que très franchement, tu n'en avais rien à battre. Tu n'as pas besoin qu'on refasse ton éducation. Tu t'en occupes bien toi même.
- Vieux con.




••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wizzky
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Dédoublement/Clonage.
-> A partir de son ombre, il peut créer un clone à son image, son jumeau en quelque sortes. Il vit tant qu'une source de lumière l'éclaire mais s'efface aussitôt que les ténèbres reprennent possession des lieux.
Carol, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan, Lena & Val
230
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Poisonous venom running on tongues | Jay   Dim 4 Juin - 23:18



Poisonous venom running on tongues

If the damned gave us a road map then we'd know just were to go


La réplique plutôt cinglante du jeune homme ne frappait aucunement Stark. A vrai dire, il s'en contrefichait. Ce mec l'avait bousculé et même pas une excuse n'avait frôlé la barrière de ses lèvres en un souffle hachuré. Même pas un regard désolé ou un geste de la main. Que dalle. Le gars avait tout simplement passé son chemin, comme si de rien n'était. Comme si bousculer Stark était un aléa de la vie sur lequel il ne fallait pas s'attarder. Comme s'il n'était qu'un tas de merde que personne ne pouvait sentir. Cela n'était aucunement plaisant pour le brun, et il bouillonna de rage devant cet état de fait. Personne pour le sortir du pétrin, tous occupés à lorgner sur leur coupe de champagne débordante, avalant des petits fours pour engrosser leur bedaine déjà bien apparente. Il fallait qu'il le fasse lui-même. Qu'il se débrouille tout seul, comme un grand. Comme d'habitude. Déjà que cette soirée ne lui plaisait pas de base, avec autant d'esprits égocentriques sur le point de l'étouffer, voilà maintenant qu'un petit prétentieux lui brisait sévèrement les pieds. Ça ne pouvait pas être pire, franchement. Ainsi, sa poigne fermement ancrée sur la veste de l'autre, il le retourna et lui cracha son venin en pleine figure. Le trop plein de pression faisant expulser l'air hors de ses poumons à mesure qu'il rageait. Tant pis pour les conséquences.

A peine avait-il terminé de parler, que l'autre fronçait les sourcils. Son regard posé sur lui, comme s'il avait la peste. Stark ravala un grognement, et sa gorge le brûla un court instant. Ses mains tremblaient sous la colère, et ses yeux lançaient des éclairs en direction du plus jeune. Il n'allait pas baisser la tête devant lui. Ça jamais. Perdre de sa superbe et de son honneur pour un crétin tel que lui ? C'était absurde et totalement ridicule, sans compter inutile. Mais Stark pouvait être extrêmement têtu, et sa fâcheuse tendance à toujours vouloir avoir le dernier mot pouvait lui être fatale. Elle laissait un goût amer dans sa bouche, son palais piquant et sa gorge brûlant tant le poison était destructeur. Vile sensation doucereuse qui rongeait sa poitrine et échauffait ses joues, faisant cogner son organe vitale contre sa cage thoracique. Qui pulsait ce liquide vermeil jusqu'à ce qu'il gonfle ses veines. L'adrénaline qui coulait en lui, ce frisson ravageur qui lui vrillait les entrailles. Le poison lui faisait plus de bien que de mal. Et dans son tourment, il écarquilla les yeux alors que le gamin le repoussait violemment. Pour qui se prenait-il, franchement ? Déjà bousculer mais en plus le pousser après-coup ? C'était fait exprès là, il n'y avait pas d'autre possibilité. Stark rabaissa sa main rageusement vers lui, la laissant glisser contre ses flancs. Connard...

« Taré ! Vas te faire soigner. Tu veux quoi ? Que je te baise les pieds pour te demander pardon ? T'avais qu'à regarder devant toi aussi. J'y crois pas...Vieux con. »

Le gamin remis son col en place, comme pour reprendre contenance. Et Stark serra les poings devant tant de nonchalance. Il allait lui envoyer une réplique bien placée et piquante, mais fut soufflé par le geste violent de l'autre. Un bras d'honneur prenait forme sous son regard noir, et il écarquilla les yeux, la bouche entrouverte. Non mais je rêve ? Il bomba le torse et leva une main vers lui. Pliant les doigts, la pulpe de son index vint pointer sa personne, tournant vers le jeune toute l'attention dont il n'avait visiblement pas besoin. Violent physiquement et verbalement. Le combo parfait pour enflammer le cocktail molotov qui fermentait en lui depuis le début de la soirée. Rien de mieux pour le faire exploser. Stark prit une grande inspiration, clignant rapidement des yeux. Ne se départissant pas de son regard, il souffla bruyamment son agacement avant de reporter son attention sur le plus jeune. Sa main bougea d'elle-même alors qu'elle venait se rapprocher de l'autre con, prête à le percuter pour le piquer avec toute la condescendance dont il était capable. Sa voix fusa dans les airs, et aurait pu briser le verre qu'il tenait juste avant, s'il n'était pas déjà éparpillé en un millier de tessons sur le carrelage blanc du hall. L'écho de son ton caressant les oreilles alentours sans la moindre trace de douceur, telle une lame acérée qui griffait la peau à vif pour que le poison puisse mieux glisser dans la plaie.

« Surveillez votre langage jeune homme, certain mots ne sont pas de votre âge, vociféra le brun avant de rabaisser sa main contre son flanc avant de ricaner narquoisement. Oh, mais c'est vrai que vous êtes un parfait exemple en terme de prévention. Vous ne deviez juste pas avoir les yeux en face des trous lorsque vous m'avez percuté sans vous excuser. Ça arrive souvent lorsqu'on oublie de descendre de son piédestal et qu'on regarde le monde depuis son égo trop haut placé. Stark susurrait ses mots, avec une condescendance teintée de mépris. Sa langue claquant contre son palais comme pour amplifier l'effet du venin. Pas étonnant que vous ne sachiez pas vous excuser si vous vous croyez au dessus de tout. »


___

I'd climb the highest mountain.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Jay HelsburyExtraterrestre
avatar

0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
2 / 52 / 5
Tout comme ses frères, Jay n'est ni un mutant, ni un humain modifié. Il possède juste les capacités d'un extraterrestre. C'est à dire qu'il a développé une plus grande résistance au force de l'espace.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Lauren/Jin/Junno
357
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Poisonous venom running on tongues | Jay   Lun 7 Aoû - 12:31

Poisonous venom running on tongues
Tony & Jay
••••

Voilà que maintenant, tu es bien énervé. Tu es même carrément vénère. Tes muscles se crispent et tes traits sont tirés. Ce mec t'as sacrément bien gonflé et continue de le faire en ne te lâchant pas d'une semelle. D'ailleurs, suite à ce petit incident, les gens autour de vous ont arrêté de parler. Ils vous regardent, chuchotent, murmurent et tu vois à leur façon de vous observer qu'aucun n'essayera  d'arranger les choses. Même si tu ne tiens absolument pas à ce qu'ils le fassent de toute façon. Dans ce genre de situation, tu aimes bien rentrer dans le lard. Tu kiffes te battre et ça te donneras une bonne raison de passer tes nerfs. En tout cas, ces bourgeois sont curieux, avides.  Limite, ils attendent que ça. Que vous vous battez. Parce que ça donnera une bonne raison de jouer les mauvaises langues.

Putain. Comme tu détestes ce genre de personne. Ils te dégoutent, attisent encore plus la colère qui rugit en toi. Le joint que tu as fumé un peu plus tôt ne fait même plus l'effet escompté. Après avoir remis le col de ta veste, tu te redresses, fier et tu fusilles du regard l'enculé qui te prend de haut, en t'engueulant comme un sagouin.

Il est sérieux lui? Ce connard compte vraiment te faire chier pour une histoire de verre cassée? Il a craqué son slip ou bien, il est juste fêlé? Tu optes pour la deuxième solution. Tout en lui disant plus ou moins d'aller se faire mettre, tu lui adresses un splendide bras d'honneur. Tu ne tiens absolument pas à t'excuser. Surtout quand tu vois sa réaction.

Ce con doit avoir un sérieux problème car il bombe le torse, prenant cet air supérieur qui te donne juste envie de lui en foutre une. Il te pointe du doigt et ça te suffit largement à te titiller un peu plus.

Pour qui il se prend? ton père?  Il commence à vociférer et rien que le son de sa voix te donnes des envies de meurtre. Tu ne sais pas vraiment si c'est le fait d'avoir passé la majorité de ta soirée ici, auprès de personne que tu n'apprécies pas. Ou bien, d'avoir esquiver la vieille qui visiblement, t'as retrouvé car tu vois sa tête toute ridée un peu plus loin. Mais en tout cas, tu ne comptes pas courber l'échine. T'es chaud là et tu serres les poings comme jamais quand ce dernier te traite finalement de prétentieux.
- Whaou non mais t'es pas bien dans ta tête toi. Regardes-toi déjà dans un miroir avant de juger les autres vieux débris.

Bon. Il a pas tord sur ce point. Tu es prétentieux mais tu ne vas pas laisser un vieux crouton t'insulter sans rien faire. Poings serrés, tu te rapproches de lui, jusqu'à ce que ton nez soit presque collé au sien. Tu ne baisses pas les yeux. Tu ancres bien ton regard au sien et tu serres les dents, fronçant toujours plus les sourcils.
- T'as vu ta gueule? T'as vu comment tu me parles? Et tu te crois mieux que moi c'est ça?

Tes mots sont piquants. Ta voix, rauque. Ton cœur se met à battre méchamment contre ta poitrine. La colère t’enivre au point que tes joues rougissent. Tu laisses passer un silence, serrant la mâchoire puis tu rajoutes, en reculant légèrement.
- Mais vas-y vieux con. Viens me botter le cul si tu t'en crois capable. Je t'attends.

Tout en disant ces mots, tu écartes les bras. Tu le défies des yeux et franchement, t’espère qu'il va y répondre. Un rictus provocateur étire même tes lèvres et tu murmures, dans un sifflement rageur.
- A moins que tu as juste ta grande bouche pour l'ouvrir inutilement.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
Poisonous venom running on tongues | Jay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Free running
» presentation de Fordyan et son Venom Creeper
» [NEW] Lipo 50C pour 1/8 & 1/16 par Venom
» Chargeur Venom Pro
» VENOM VS SPIDERMAN ( Diamond select )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: