Partagez | 
 

 ❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jean GreyMutant
avatar

Phoenix // Marvel Girl
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Télépathie & Télékinésie
Amara A. - Maggie A.
2302
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey   Mar 10 Mai - 12:39




I’ll tell you how to fight

Remy & Jean

Elle avait été trop loin, elle le savait. Elle le sentait dans la façon que sa collègue avait de la regarder, un sourcil relevé. Suspendue. Tout le service était au courant ou quoi ? D’un mouvement de recul elle ajouta : “ Tu pues l'alcool, en plus. ” Bon, c’est vrai qu’elle puait un peu l’alcool après les verres qu’elle venait de s’enfiler. Néanmoins c’était pas une raison pour qu'elle reste à l’écart. Elle s’apprêtait à répliquer quand elle poussa un cri de douleur. Immédiatement en alerte, Jean balaya le corps de sa collègue et constata rapidement la raison de sa peine. Le garçon avait transpercé son bras à l’aide d’une épine longue de 20 cm qui lui sortait de la peau. Si elle n’avait pas l’habitude de ce genre de problème, Jean aurait certainement mis ça sur le compte de l’alcool, mais ce n’était pas le cas. Tout s’accéléra rapidement et Jean fut violemment poussé en arrière par l’approche des autres gardes. Elle recula de plusieurs pas et s’écroula au sol en percutant le mur. Un mélange de cris, ceux du môme mais aussi ceux des gardes se mit à résonner dans la cage d’escalier. Tout sembla se dérouler dans un brouillard où la jeune femme n’arrivait pas à distinguer clairement.

Elle était immobile, par terre, face au spectacle qui se déroulait sous ses yeux. L’enfant se faisait battre, représailles pour son agression sur la garde. Il hurla de plus belle et les cris de sa génitrice reprirent en force. Ça se précipitait dans tous les sens et s’ils n’arrivaient pas à maîtriser le garçon il y aurait bientôt une émeute : personne ne laisse un adolescent se faire tabasser, même par la garde. Un garde valsa alors en arrière. Qu’est-ce qui se passait ? Ça ne pouvait pas être leur prisonnier, il était recroquevillé par terre sous les coups de matraque. Entre deux mouvements elle comprit rapidement la cause de cet autre remue ménage. Remy. Évidemment, sous les cris il n’avait certainement pas pu rester chez lui, c’était pas dans son tempérament. Jean s’inquiéta immédiatement du sort de son voisin. C’était un acte de rébellion. Il n’allait pas s’en sortir comme ça… Elle se redressa péniblement et se pencha vers un de ses collègues, occupé à maîtriser le gamin : « Dépêchez-vous de l’embarquer ! ». Elle se redressa dans l’intention de rejoindre son voisin mais elle aperçut sa collègue, matraque à la main, prête à lui décocher un vilain coup. « Non ! » cria-t-elle sans que cela ne change quoi que ce soit : Il fut touché au bras. Elle s’apprêta à le rejoindre quand un autre cri retentit juste à côté d’elle. Elle se tourna pour voir que l’un de ses collègues venait d’être à son tour touché par le môme. Sacré bougre celui-là !

Dans un réflexe elle le recula de plusieurs pas, loin de l’agitation et de la raison de sa blessure.  Elle appuya ses proches mains sur la plaie : ça saignait beaucoup. Les autres continuaient tant bien que mal à contenir l’enfant. La situation commençait vraiment à mal tournée, et malgré la tête qui lui tournait et les échos des bruits qui retentissaient dans sa tête, la jeune femme savait qu’elle devait agir. Se tournant vers l’homme blessé elle lui dit : « Il faut que tu comprimes la plaie. » Elle le fixa droit dans les yeux et posa les mains du garde sur sa proche épaule. Elle appuya fort avec les mains de l’homme sur sa plaie. « Maintenant va au 4x4 et appel du renfort ! ». Elle le lâcha et le laissa partir. Elle se dirigea ensuite vers sa collègue qui était toujours plus préoccupée par Remy que le danger que représentait l’enfant. Elle avait les mains pleines de sang mais ça lui était égal. Elle se plaça devant son voisin, entre lui et les autres gardes. « Je m’occupe de celui-là. Vous feriez mieux de vous occuper du môme avant qu’il ne se mette à blesser des civils ! ». Le ton était froid, exprimant la contrariété de la jeune femme. Quand ce genre de rafle tournait à un affrontement pareil, ce n’était jamais bon. Logan allait leur faire comprendre qu’ils avaient merdé sévère. Elle se tourna ensuite vers Davis, l’air mauvais. « Je ferais un rapport à Logan sur lui si c’est ça qui t’emmerde ! Maintenant bouge ! » L’alcool l’empêchait de contrôler les mots qu’elle employait et à ce stade elle s’en foutait un peu « J’croyais que vous assuriez sans moi, visiblement ce n’est pas le cas... » Elle s’était mis sa collègue à dos, elle le voyait bien dans le regard que l’autre lui renvoyait. Elle assumera les conséquences plus tard.

Elle n’était pas en mesure de se battre correctement et ne voulait certainement pas être blessée alors qu’elle ne devrait même pas être ici. Elle jeta un bref coup d’oeil vers Remy et lui adressa une phrase pleine de reproche : « Je sais que ça te démangeait, mais t’aurait vraiment dû rester chez toi…  » Elle soupira bruyamment, fixant ses mains pleines de sang. « Je sais pas si je serais en mesure de te protéger de la garde… ». Elle plongea des yeux pleins de compassions dans ceux du détective. C’était une personne bien, qui se battait pour leur autres, mais il venait de se confronter à un ennemi qu’il ne pourrait pas vaincre. Du moins pas tout seul.


Jean : #F19E34


___





I wanna hide the truth, I wanna shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide. When you feel my heat look into my eyes : It's where my demons hide. Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide




Pouet:
 

Revenir en haut Aller en bas
MarvelAdmin
avatar


E S C A P E M A D N E S S

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
1622
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey   Mer 11 Mai - 10:12




rafle 1

Hammer Bay - centre-ville & habitations
Les cris s'intensifiaient sur le palier et l'agitation qui régnait entre les gardes et les civils se fit de plus en plus confuse. Certains des agents, blessés, se tenaient à l'écart en tentant de comprimer leurs plaies ; ils venaient d'appeler des renforts et une équipe médicale était en chemin. D'autres s'étaient dressé entre l'émergent et Lebeau, ce dernier se montrant une fois de plus irrespectueux envers la garde. Son insuffisance et son refus d'obtempérer avait dépassé les bornes, cette fois-ci, et même la protection de l'une des leurs ne suffirait pas à leur faire oublier sa rébellion. "Ne me dis pas ce que je dois faire Grey," siffla la garde. "Au cas où tu aies oublié, t'es suspendue. T'as pas de décision à prendre dans cette affaire, alors range-toi. Quant à toi..." Son regard acéré se tourna vers Remy, la haine se lisant dans ses yeux. "J'en ai assez de ton petit jeu. Tu mets en jeu la sécurité de tes concitoyens et tu ne t'en rends même pas compte. T'es encore plus dangereux que lui..." siffla-t-elle de colère. "J'crois que t'as pas très bien compris comment ça marchait, ici. On ordonne et tu exécutes. Tu te prends pour un héros ? Crois-moi, ça n'existe pas. Un petit séjour au sein de la garde devrait te rafraichir la mémoire. Jonson !" L'un de ses collègues se retourna. "Embarque-le." L'homme sortit des menottes et plaqua Remy contre le mur pour les lui passer au poignet, appuyant sa matraque dans ses reins pour le forcer à obéir. "T'aurais pas du faire le malin, mon gars," susurra-t-il à son oreille. En contrebas, l'émergent venait enfin d'être maitrisé et il pendait, évanoui, dans les bras de deux de leurs confrères. La garde jeta un dernier regard à Jean. "T'avises pas de nous suivre ou c'est moi qui ferai un rapport à Logan."

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: ❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey   Mer 11 Mai - 22:12


❝I’ll tell you how to fight❞
Jean Grey & Remy LeBeau
Voilà que Jean prenait tout en charge, à présent. Elle distribuait ses ordres, prenait soin des blessés parmi la Garde Rouge, se dressait comme une montagne face à la femme qui était entrée dans l’appartement de Remy. Ce dernier la regardait faire, mi-surpris mi-résigné, prenant enfin conscience qu’elle faisait réellement partie de l’organisation. Son bras le lançait ; il aurait un magnifique hématome le lendemain.
Il y avait manifestement quelque chose qui clochait avec le jeune que Remy voulait défendre, mais le détective ne parvenait pas à savoir quoi. Comment avait-il pu blesser deux agents de la Garde Rouge en quelques secondes, sans même paraître les toucher ? Pouvait-il réellement être aussi dangereux que ces types le prétendaient ?

« Je sais que ça te démangeait, mais t’aurais vraiment dû rester chez toi… lui reprocha Jean en se rapprochant. Je sais pas si je serais en mesure de te protéger de la garde…
J’suis comme ça, ma belle. C’est plus fort que moi, j’peux pas m’en empêcher. »

Il vit bien le regard qu’elle lui lança, mais tout était trop embrouillé dans son esprit. Tout ce qu’il comprenait, c’est que la garde, au final, savait bien plus de choses que lui sur ce qui était en train d’arriver, et qu’elle tentait plus ou moins de cacher ça. Mais quoi ? Ce gamin n’était quand même pas un extra-terrestre ! Un terroriste ? Non, ridicule ! Et pourtant... ça aurait pu expliquer bien des choses, et notamment comment il avait pu blesser deux gardes en quelques secondes – sans doute avait-il caché une arme sur lui. Remy secoua la tête. Non, ça aussi, c’était vraiment ridicule.
La garde revint tout à coup se planter devant lui. Elle n’en avait visiblement pas fini avec le détective. Son tonfa dans les mains, elle semblait prête à lui en coller un bon coup quelque part – et sans doute pas où Remy l’aurait préféré.

« J'en ai assez de ton petit jeu, cracha-t-elle, à bout de patience. Tu mets en jeu la sécurité de tes concitoyens et tu ne t'en rends même pas compte. T'es encore plus dangereux que lui...
Alors fichez-lui la paix, rétorqua Remy. Et embarquez-moi à sa place !
J'crois que t'as pas très bien compris comment ça marchait, ici. On ordonne et tu exécutes. Tu te prends pour un héros ? Crois-moi, ça n'existe pas. Un petit séjour au sein de la garde devrait te rafraichir la mémoire. Jonson ! »

Remy s’y attendait, bien sûr. À force de s’opposer à ceux auxquels on ne devait pas s’opposer, il fallait bien en payer le prix. Il ne chercha pas à se défendre quand l’homme le plaqua contre le mur, appuyant dans son dos pour lui arracher une grimace. Le détective tenta de rester aussi stoïque que possible. Il n’avait pas du tout peur de ce qui pouvait lui arriver : aucune loi ne leur donnait la permission de le garder, surtout qu’il n’avait violenté personne – bon, sauf peut-être pour les deux qui avaient fini sur les fesses. Au pire, il s’en sortirait avec une amende. Au mieux, ils ne trouveraient rien à retenir contre lui, et ils seraient bien obligés de le relâcher.

« T'aurais pas dû faire le malin, mon gars, railla le dénommé Jonson.
J’y peux rien, c’est dans ma nature », rétorqua le détective.

Il n’avait jamais pu supporter l’autorité, c’était plus fort que lui. Se plier à des règles que d’autres fixaient pour lui, et pour quoi ? Voir une bande de gros bras surarmés assommer un gosse pour le traîner derrière eux comme un vulgaire sac de marchandises ? Il serra les poings quand le corps inanimé du garçon fut emporté dans l’un des hummers. Et maintenant, qu’allaient-ils faire de lui ? Le détective leva les yeux et croisa le regard de la mère du gamin. Elle gardait les mains plaquées sur sa bouche tandis que de grosses larmes roulaient sur ses joues ; derrière elle, la voisine continuait de frotter ses bras pour la rassurer. Remy étouffa un juron derrière ses lèvres closes. Personne ne faisait rien. Tout le monde acceptait l’ordre établi, même si celui-ci était inepte et injuste, juste parce qu’agir apportait le risque de recevoir quelques coups. Il ne pouvait même pas leur en vouloir.

« Occupe-toi de la mère du petit ! lança-t-il à l’adresse de Jean. Rassure-la, trouve quelque chose ! Tu peux rien pour moi, mais essaie au moins de... »

Il s’interrompit quand Jonson resserra les menottes au maximum, ravi d’avoir prise sur le trouble-fête. Les poignets comprimés par le métal glacé, Remy grimaça, plus encore quand son geôlier tordit son bras pour l’entraîner vers une deuxième voiture. On le poussa à l’intérieur plus qu’on ne l’aida à y monter. Les menottes trop serrées sciaient ses poignets, mais il ne demanda rien, le regard rivé sur le pare-brise devant lui. Bientôt, deux gardes l’encadrèrent, tandis qu’un troisième se glissait derrière le volant.

« Je te garantis que tu vas moins rigoler tout à l’heure, lui assura Jonson.
T’es le seul à croire que j’rigole, mon ami.
Qu’est-ce que t’as dit ? »

Remy poussa un long soupir. Sa journée de repos risquait d’être bien moins agréable qu’elle n’avait semblé l’être de prime abord. Et il n’avait même pas mangé.


© Pando
Ma couleur RP : #666699
Revenir en haut Aller en bas
Jean GreyMutant
avatar

Phoenix // Marvel Girl
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Télépathie & Télékinésie
Amara A. - Maggie A.
2302
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey   Jeu 12 Mai - 17:44




I’ll tell you how to fight

Remy & Jean

La situation ne pouvait pas s’améliorer, même si elle intervenait en la faveur de son voisin. Elle n’avait aucun contrôle à ce moment, elle ne pouvait absolument rien faire. Elle baissa la tête face au propos de sa collègue. Elle avait raison, elle n’était certainement pas en état de distribuer des ordres et encore moins de pouvoir les appliquer. Remy allait devoir assumer tout seul les conséquences de ses actes. Même s’il n’avait pas levé la main directement sur l’un des gardes, il s’y était mêlé là où il aurait dû rester chez lui. C’était dans sa nature, mais pour une fois, pourquoi ne l’avait-il pas écouté ? Après tout, en tant que garde elle savait très bien ce que la moindre opposition allait lui coûter… La contournant finalement, la garde se planta devant son voisin, prête à en découdre avec lui. Jean s’écarta tête baissé, résigné par ce qui était en train de se passer. «Tu mets en jeu la sécurité de tes concitoyens et tu ne t'en rends même pas compte.  ». D’un mouvement inconscient Jean secoua brièvement la tête. Elle n’avait pas tord, il avait mis tous les gardes en danger. Qui sait ce que ce gosse était réellement capable de faire ? Et si son problème majeur n’était pas ses immenses épines, ils auraient pu tous finir blessés ou bien pire. « Et embarquez-moi à sa place » Elle releva brutalement la tête, un peu trop vite d’ailleurs et celle-ci tourna quelques seconde. Même à cet instant il était capable de se proposer à la place d’un adolescent. Ça aurait pu être admirable si ce n’était pas stupide. Ça ne changerait rien. Le môme était vraiment dangereux, il n’avait toujours pas comprit ça. Peut-être ne voudrait-il jamais se rendre compte de la réalité. Ces gens sont vraiment dangereux pour les autres, mais peut-être préfère-t-il mettre tous les maux sur le dos de la garde rouge. Après tout, il n’avait qu’à penser ce qui l’arrangeait...

Jonson apparut rapidement à côté de Remy et commença à le plaquer au mur avant de le menotter. Quand son voisin grimaça elle détourna les yeux. Elle devrait se ranger de l’avis de ses collègues mais cette fois elle n’y arrivait pas. Même s’il avait fait preuve de rébellion elle savait qu’il n’avait pas coupable de quoi que ce soit. Son arrestation était juste une façon de le mater, de lui montrer qu’il n’était rien, rien du tout face à eux. Elle s’appuya au mur sentant la tête lui tourner une fois de plus. Était-ce à cause de l’alcool ? « T'aurais pas du faire le malin, mon gars ». Les propos du garde poussa Jean à se retourner. Remy avait les bras dans le dos et Jonson semblait en tirer un certain plaisir. Son voisin ne semblait pas vraiment effrayé ce qui rassura Jean. « Occupe-toi de la mère du petit ! Rassure-la, trouve quelque chose ! Tu peux rien pour moi, mais essaie au moins de... » grimaçant il laissa sa phrase en suspens. Elle savait très bien les raisons qui l’avait coupé. Le garde tirait sur les menottes, s’amusant bien de sa supériorité, y prenant même du plaisir. Tu verras, à l’entraînement Jonson, j’te raterais pas la prochaine fois

Le reste du groupe avait déjà ramassé le môme, à présent inconscient, et l’amenait déjà vers les derniers escaliers. Remy fut poussé dans la même direction. Passant devant elle Davis lui lança une dernière menace. « T'avises pas de nous suivre ou c'est moi qui ferai un rapport à Logan. » Jean la toisa. Son envie de désobéir était forte mais elle savait qu’elle n’avait pas intérêt à le faire. À la place elle s’avança vers la mère en pleure, tenu par l’une de ses voisines. Elle s’apprêtait à lui parler, mais ne savait même pas quoi dire. Elle n’avait jamais fait ça. Elle n’avait jamais dû consoler un membre de la famille d’un émergent qu’ils embarquaient. La garde ne se préoccupait jamais d’eux. On embarquait les émergent sans un mot ou sans une seule explication. C’était comme ça. Reniflant bruyamment la mère n’arrêtait pas de répéter “pourquoi”. Elle ne s’adressait à personne, elle se contentait de fixer les escaliers par lesquels les garde et son fils avaient disparu.  « Je suis désolé. » N’attendant même pas la réaction de la génitrice en pleure, elle grimpa les escaliers pour retrouver son pallier familier. Celui-ci était vide et calme. Trop calme.

Elle glissa son regard vers la porte de son voisin, à présent en direction du QG de la garde, menotté comme un criminel. Elle remarqua immédiatement que celle-ci n’était pas fermée. Elle entra et observa l’appartement vide, les deux verres et le whisky toujours sur le comptoir. L’endroit semblait figé dans le temps. Un soupir s’échappa de ses lèvres. Comment ça avait pu dégénérer de la sorte. Elle frotta du bout des doigts sa tête, sentant une migraine pointer le bout de son nez. Elle récupéra son sac par terre et tourna les talons. D’ici 24h il sera sûrement de retour. Mais dans quel état ? Voudrait-il seulement lui reparler un jour ? La jeune femme ferait mieux de contacter Gamora pour être sûre que le reste des gardes ne passent pas leurs nerfs sur lui… Elle s’inquiétait beaucoup, sachant très bien la dureté des méthodes de ses compères. Elle calqua rapidement la porte de l’appartement du détective avant de retourner vers le sien. Elle farfouilla dans son sac pour y trouver les clés. Elle franchit l’encadrement de la porte de chez elle soucieuse du sort de son voisin.



Jean : #F19E34


___





I wanna hide the truth, I wanna shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide. When you feel my heat look into my eyes : It's where my demons hide. Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide




Pouet:
 

Revenir en haut Aller en bas
 
❝I’ll tell you how to fight❞ • starring Jean Grey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Atelier Marc Fisher
» Liste des faux éditeurs à risque
» 1er Bataillon de Chasseurs Portés
» Louis Noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: