Partagez | 
 

 The House of the Rising Sun [Lauren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Suzaku
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
- Manipulation du feu
-Création de feu
152
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: The House of the Rising Sun [Lauren]   Sam 17 Juin - 21:42

The House of the Rising Sun

 
Katsu et Lauren
 

 

Tight like a rope, try to not reach for memories. Lover, lover, what have we done ? We made our heart leap, then it gave up. Lover, lover, let me in. You came in the door like thunder, then hit the floor like thunder. Laying me down you wonder. You came towards like thunder.
Un casque sur les oreilles, la tête se balançant légèrement au rythme de la musique, un sourire sur les lèvres de la Japonaise. Katsu était dans son monde celui fait blanc et de noir, ce monde qui l’aimait tant et pour lequel, elle avait abandonné cet héritage dans lequel on l’avait baigné depuis son enfance. Elle avait fait sa vie dans ce temple entouré de sa mère et de son père. Ils lui avaient conté les légendes da leur pays, lui avait appris les arts traditionnels, mais la musique l’avait toujours attiré, depuis qu’elle avait entendu la première note sur le shamisen de sa mère.

Ce n’avait donc pas été étonnant pour ses parents, qu’elle suive cette voix. Ils l’avaient vue, se consacrer corps et âme à son art. Ils l’avaient vu choisir avec soin chaque son qu’elle faisait interagir, chaque rythme qu’elle avait voulu mettre. Ils avaient senti que dans chaque mélodie, dans chaque parole, elle m’était une part d’elle. Alors quand elle leur avait annoncé qu’elle n’irait pas à l’université, qu’elle vivrait de cette passion avec ses amis, ils n’avaient pu lui refuser. Ils avaient donc laissé partir leur héritière, l’avaient vu gravir les échelons petit à petit. Il l’avait vu revenir quelque temps chez eux après le désastre de son couple, l’avait vu se morfondre dans sa peine, vit cette colère qui l’avait animé à l’encontre de leur ancien gendre. Son père n’avait même pas hésité à aller mettre son poing dans la figure de l’ex-époux de sa fille, lui qui avait toujours été si calme.

Puis elle était partie, changée d’air, changer de ses habitudes, essayant de penser à elle, voulant s’éloigner de cette vie qu’elle avait eue avec Kaito. Elle voulait tourner la page, pouvoir passer à autre chose et avancer. Et elle avait réussi, elle était passée à autre chose, mais il était certain qu’une personne n’était pas étrangère à tout ceci. Une rencontre inattendue qui lui avait redonné petit à petite confiance en l’amour avec un grand A. pourtant, Kat ne s’était pas attendu à retrouver ce qu’elle avait perdu, surtout pas dans cet endroit. C’est pour cela qu’elle restait sur l’île, un peu pour Rick et Taïs, ainsi que Dylan. Mais Lauren était la seule capable de la retenir à jamais.

Et d’ailleurs, alors qu’elle était en train de s’amuser avec le tempo, elle entendit à cet instant précis son téléphone vibre ainsi que la lampe de l’appareil photo. Elle mettait les deux pour être sûre de faire attention quand on essayait de la contacter, car une fois lancé dans tous ces mixages ou ses compositions, rien ne pouvait interférer. C’était pour cela qu’elle avait opté pour cette solution. Elle regardait le message, son sourire s’illumina envoyant le qu’il venait de celle qu’elle aimait. Elle était en grade et rentrait tard, cela ne gênait nullement la Japonaise et elle lui répondit ‘Je te garde ta part du dîner. Je t’aime ‘ Elle se rappelait parfaitement la première fois qu’elle lui avait dit ses mots, des mots qu’elle n’aurait jamais pensé à dire à nouveau pourtant tomber amoureuse de l’internet avait été si simple. La dernière de Bloodstone avait su conquérir le cœur de la Japonaise, alors que celui-ci était encore meurtri. Elle lui avait fait redécouvrir cette joie d’être avec une autre personne de retrouver un être à aimer. Alors elle lui avait chanté, cet amour qu’elle ressentait pour et uniquement pour elle, l’avait dévoiler au monde entier pour qu’il sache à quel point elle aimait la jeune femme.

Katsu se plaça sous son Kotatsu, continuant son œuvre. Elle ne voyait pas les heures défiler, ne prenait pas conscience de sa faim. Puis elle prit sa guitare, quelques feuilles de partition et la voilà repartie dans son monde. Elle pinçait les cordes, poussant la chansonnette, notant chaque note. Elle resta encore des heures ainsi jusqu’à s’endormir, sous ce kotatsu, laissant la fatigue lui apporter le repos dont elle avait besoin.


   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Objet magique: Lauren s'est vu remettre un collier. Sa mère l'avait gardé jusqu'à ce qu'elle atteigne sa majorité. C'est un tour de cou avec une pierre rouge au milieu. Semblable à celle sa soeur : Elsa. Sauf qu'elle lui confère un pouvoir de guérison. Autant sur elle que sur les autres. Le collier sert également à la prévenir en cas de danger : comme l'approche d'une créature obscure par exemple. Elle scintille et émet un son quand c'est le cas.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Jay
201
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Lun 19 Juin - 14:14

: The House of the Rising Sun
Katsu & Lauren
••••

Une longue nuit l'attendait. Ce n'était jamais simple de bosser dans un hôpital. On courrait partout. On passait son temps à faire des allées-retours. On allait voir certains patients. On apprenait aux côtés des meilleurs chirurgiens. On prenait aussi du temps pour les externe, histoire de les aider eux aussi à se perfectionner.

Bref, c'était un travail à temps plein mais Lauren ne s'en plaignait pas. Bien au contraire. Elle aimait son boulot. De nature patiente, elle prenait même un moment pour discuter avec ses malades, trouvant la communication très importante. Car pour elle, il ne fallait pas oublier que ce n'était jamais agréable de se retrouver ici. La peur prenait souvent le dessus. Surtout, quand ils apprenaient une mauvaise nouvelle. Comme l'annonce d'une maladie par exemple. Ou pire.

Ce matin encore, elle avait dû annoncer à une patiente qu'elle avait un cancer. La pauvre s'était effondrée dans ses bras. Elle lui avait alors demandé si elle voulait qu'on prévienne sa famille mais cette dernière lui avait répondu qu'elle n'en avait plus. Sa fille avait rompu tout contact avec elle et son mari était mort quelques années auparavant. Sa voix sonnait tellement triste que Lauren sentis sa gorge se nouer. Or, elle se reprit bien vite, posant une main dans son dos avant de murmurer :
- Je reviendrais plus tard dans la journée. Reposez-vous et surtout, n'hésitez pas à appeler le personnel médical en cas de besoin. On es là pour ça.

Puis, dans un sourire, elle était partit, se promettant quand même de prévenir la fille en question, pour le peu que ça la pousse à renouer avec sa mère.

Le temps passa à une vitesse incroyable. Consciente qu'elle en avait encore pour des heures, la jeune interne se permit une petite pause, histoire de prévenir sa belle pour son retard. Café dans une main, portable de l'autre, elle pianota sur son clavier, non sans tremper de temps à autre ses lèvres dans son breuvage, afin de ne surtout pas laisser ses paupières se fermer :
"Je suis désolé mon amour mais je dois faire quelques heures sup. Promis, je te rejoins dès que possible. A tout à l'heure ma belle. Je t'aime et je t’envoie milles bisous."

Tandis qu'elle attendit patiemment sa réponse, Lauren se laissa choir sur l'un de ces fauteuils, disposés dans la salle de repos. Elle se sentait tellement épuisée. Pendant un bref instant, elle crut même s'endormir mais elle se redressa aussitôt, se donnant une petite claque intérieure.
- Ah non ! Ce n'est pas le moment de pioncer. Allez, courage. D'ici une heure ou deux, je vais pouvoir rentrer.

Et se fondre dans les bras de sa Katsu qui ne tarda pas d'ailleurs, à lui répondre. Un sourire étira ses lèvres en lisant son message. Elle était vraiment adorable. Elle espérait quand même ne pas trop la faire attendre et hésita même à lui renvoyer un sms, pour lui dire de manger. Car elle ne tenait pas spécialement à ce que sa douce mange froid par sa faute. Mais alors qu'elle s'apprêtait de nouveau à pianoter sur son téléphone, une de ses collègues entra, passant sa tête dans le battant de la porte :
"Lauren, on a besoin de toi dans la salle une."

- Ok, j'arrive.

La jeune interne se leva, poussant un soupir. Ça, ça voulait dire qu'elle en avait encore pour trois bonnes heures, sinon plus.

Comme elle s'y attendait, elle sortit de l'hopitâl quatre heure plus tard, ce qui lui soutira une grimace. Elle marcha d'un pas précipité jusqu'à sa voiture, s'engoufrant à l'intérieur pour partir aussitôt.

Quand elle parvint enfin chez sa belle, seul un long silence l'accueillit. Lauren ferma la porte derrière elle, le plus doucement possible, murmurant à voix basse :
- Katsu?

Pas de réponse. Cette dernière avait du s'endormir. Quittant ses chaussures, la jeune femme marcha alors sur la pointe des pieds jusqu'à la pièce où elle avait l'habitude de la retrouver. Un léger sourire étira ses lèvres tandis que ses yeux se posèrent sur une silhouette, endormie sous le Kotatsu. C'était devenu presque habituel. Dès qu'elle finissait tard, sa douce s’engouffrait à l'intérieur, se laissant aller dans les bras de Morphée.

Lauren resta quelques instants immobile, à l'observer. Puis, elle s'avança, le plus doucement possible, se hissant enfin sur le Kotatsu afin de poser sur sa joue, un doux baiser. De telle sorte de l'extirper de son sommeil avec tendresse, sans brusquerie.
- Coucou toi. Je suis rentré.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzaku
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
- Manipulation du feu
-Création de feu
152
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Mar 27 Juin - 15:48

The House of the Rising Sun

Katsu et Lauren


Tight like a rope, try to not reach for memories. Lover, lover, what have we done ? We made our heart leap, then it gave up. Lover, lover, let me in. You came in the door like thunder, then hit the floor like thunder. Laying me down you wonder. You came towards like thunder.
Elle s’était laissé porter par sa passion, oubliant ce monde qui l’entourait, plongeant petit à petit dans les méandres du sommeil. Une chose qui lui arrivait souvent, et qui n’étonnait guère son entourage. Katsu avait toujours une passionnée que ce soit dans son art, ou en amour, elle plongeai corps et âmes sans prendre le soin de se protéger. Pourtant après son histoire avec Kaito, elle s’était jurée qu’elle prendrait soin de ne pas se laisser submerger par une autre histoire, s’était juré d’êtres sur ses gardes avec la prochaine personne qui aurait droit de prendre une parcelle de son cœur. Puis il eut ce jour, ou elle avait atterri dans ses urgences, ou elle l’avait revue. Et dès les premières paroles échanger, la Nippone avait senti que celle qui était en face d’elle ne serait pas n’importe qui pour elle. Cela avait été plus qu’une intuition, une certitude qu’elle avait continué à ressentir à chaque instant, chaque parole échanger avec elle la jeune internet qui n’était pourtant qu’un an plus vieille qu’elle.

Rick, son meilleur ami l’avait même surprise en train de sourire, alors qu’elle lui sonnait pour un premier rendez-vous. Un sourire qui longtemps avait disparu avec son histoire précédente. Katsu avait appris à nouveau à aimer être avec une autre personne, de nouveau à partager son lit avec quelqu’un, faire une place dans sa vie à ces sensations qu’elle avait oubliée. Elle s’était retrouvée nerveuse le premier soir, ne sachant pas que faire, toujours avec les habitudes de son pays ancré en elle. Elle avait été surprise, euphorique, comblé et gêner à ce premier baiser furtif qu’elle avait échangé. Elle avait lutté contre son envie d’aller plus, restant dans le précepte de son peuple. Mais quand elle y plongea, cela avait été comme une explosion, une foule de sentiment s’était libérée, une sensation de chaleur agréable s’était rependue en elle, cette envie de ne pas la laisser partir s’installa.

La Japonaise n’avait plus voulu laisser partir la jeune bloodstone, n’avait qu’une envie de l’aimer jusqu’à la fin, d’un amour inconditionnel. Elle était prête à lui dire à chaque seconde, ce profond sentiment qui à chaque fois se faisait ressentir quand elle posait les yeux sur elle ou encore à chaque pensée pour elle. Parfois, il y avait quelques petites gênes, mais qui était vite dissipé. Alors quand elle sentit ce contact, elle sentit à cette chaleur se rependre en elle, ce frisson lui parcourir le corps un léger son s’échappait de l’asiatique. « Hmm » Les yeux s’ouvrant doucement, un sourire s’étirant sur son visage, venant l’illuminé. Elle resta quelques instants admirant celle qui faisait battre son cœur à la chamade, celle qui lui coupait le souffle à chaque instant « Hé ! Salut toi. » la salua avec se même sourire. Elle se pencha vers la jeune interne, disait contre ses lèvres « Tu m’as manqué.» Elle glissait sa main sur long de sa joue, venant l’enfuir dans la chevelure de la brune, prenant possession de ses lèvres. Son cœur se souleva comme à chaque fois qu’elle goûtait aux lèvres de l’Occidental, prenant tout son temps.

Elle rompit le contact, pour laisser ses lèvres se poser sur la tempe de la jeune médecin, pour lui demander d’une voix douce. « T’as journée, c’est bien passé ? Pas trop de blesser ?» Elle l’aimait l’entendre parler de ces journées, l’entendre lui raconter la frénésie qui y régnait quand c’était le rush ou encore les histoires saugrenues auxquelles sa belle était confrontée tous les jours. La Japonaise pourrait l’écouter sans dire un mot, se laissant transporter dans le monde de sa compagne. Elle l’embrassa encore une fois, comme si cette séparation avec Lauren avait été bien trop longue. Puis elle se leva rangeant quelques magazines qui traînais sur le kotatsu avec une photo d’elle et Kaito, un éclair entre en les deux et un titre en japonais.

Katsu n’était pas gêné de parler de sa vie passée, Lauren savait déjà qu’elle s’était une fois mariée et qu’elle avait divorcé. Elle savait aussi que depuis, l’ex-mari de la Japonaise faisait tout pour descendre la réputation de la chanteuse, car quand elle était partie, elle avait signé la chute de leur ancien groupe. Katsu mit les magazines sur un coin de la table, se pencha une nouvelle fois vers Lauren déposant ses lèvres sur son front lui disant « J’ai fait du bœuf au curry. »


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Objet magique: Lauren s'est vu remettre un collier. Sa mère l'avait gardé jusqu'à ce qu'elle atteigne sa majorité. C'est un tour de cou avec une pierre rouge au milieu. Semblable à celle sa soeur : Elsa. Sauf qu'elle lui confère un pouvoir de guérison. Autant sur elle que sur les autres. Le collier sert également à la prévenir en cas de danger : comme l'approche d'une créature obscure par exemple. Elle scintille et émet un son quand c'est le cas.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Jay
201
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Hier à 9:42

: The House of the Rising Sun
Katsu & Lauren
••••

Un large sourire étira ses lèvres lorque Katsu se réveilla. Penchée sur elle, Lauren la regarda doucement émerger. Elle posa une main sur sa joue puis, lentement, la caressa du bout des doigts tandis que cette dernière se redressait, lui murmurant dans un souffle qu'elle lui avait manqué.
- Toi aussi ma belle. Bien dormi?

La jeune interne adorait ces moments. Ces instants de pure tendresse où elles se retrouvaient là, sur le Kotatsu, à s'observer dans le blanc des yeux. Ça avait un petit côté romantique. Elle resta quelques minutes à la contempler, la trouvant magnifique. Et ferma les yeux quand elle sentit la main de sa belle, se poser à son tour sur son visage. Lauren poussa alors un léger soupir. Elle se laissa embrasser, goûtant de  nouveau au baiser de sa bien aimée qui avait toujours le chic de la faire frissonner, en plus d'accélérer son cœur.

Oui, c'était de loin la plus belle histoire qu'elle avait vécu jusque là. La jeune femme ne saurait vraiment l'expliquer. Il y avait eu ce regard, ce déclic. Quand elle l'avait rencontré pour la première fois, déjà, un petit quelque chose s'était formé en elle. A cette époque, Katsu était encore avec son mari mais elle avait senti que cette femme, talentueuse et belle, ne la laissait pas indifférente. Oh non. Bien au contraire. Cependant, n'étant pas de celles qui séduisait une personne quand cette dernière était prise, elle avait gardé ses sentiments, ses sensations pour elle. Elle s'était répété plusieurs fois que c'était impossible, se maudissant un peu de jeter son dévolu sur une femme mariée. Mais le destin s'en était finalement chargé. Elles s'étaient retrouvé et là, leur histoire avait débuté, les entrainant toutes deux dans un amour à la fois passionné et basé sur la confiance.

Lauren poussa de plus belle un soupir, posant une main sur sa nuque qu'elle fit ensuite glisser le long de son bras. Ses joues s'empourprèrent légèrement alors qu'elle répondait à son baiser, se laissant envahir par la beauté de l'instant.

Au bout d'un moment, Katsu rompit doucement le contact. Toujours avec un même sourire au coin des lèvres, l'interne la prit délicatement dans ses bras et répondit, fermant de nouveau les paupières quand sa belle l'embrassa sur la tempe :
- Un peu difficile, j'avoue. J'ai du annoncer à une femme ce matin qu'elle avait un cancer. Son histoire m'a un peu bouleversé. Oui, je sais. Je ne devrais pas mais bon. Tu me connais. Parfois, je peux pas m'en empêcher. Toujours est-il qu'elle m'a avoué ne pas avoir de famille. A part sa fille et celle-ci a rompu tout contact avec elle. C'est dommage quand même. T'imagines ! T'apprends que tu vas mourir et tu sais que personne ne saura là pour t'épauler. C'est triste.

Lauren marqua un temps d'arrêt, ses yeux se perdant une demi-seconde dans ses pensées. Puis, elle retrouva le sourire quand sa compagne déposa de nouveau un baiser sur ses lèvres, avant de se lever cette fois pour ranger quelques affaires. Dont cette photo, d'elle et de son mari que la jeune femme avait vu déjà plusieurs fois. Elle n'était pas jalouse, loin de là. Mais il fallait avouer qu'elle ne portait pas Kaito dans son cœur. Ce dernier était un véritable salopard qui lui avait fait du mal et continuait encore à le faire. L'interne était sûr que si elle le voyait un jour, elle lui en foutrait une dans le pif en lui disant les quatre vérités en face.

Or, elle avait eu de la chance de ne pas encore le croiser jusque là. Sa belle revint vers elle et elle n'eut pu s'empêcher de sourire quand elle lui murmura avoir fait du bœuf au curry. C'était un de ses plats préférés.
- Hum. Ça va être encore délicieux.

Elle se leva, se postant face à Katsu tandis qu'elle posa lentement ses mains sur sa taille avant de l'embrasser sur le bout du nez.
- Et toi alors? Raconte moi ta journée. L'inspiration était avec toi?


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzaku
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
- Manipulation du feu
-Création de feu
152
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Hier à 17:57

The House of the Rising Sun

Katsu et Lauren


Tight like a rope, try to not reach for memories. Lover, lover, what have we done ? We made our heart leap, then it gave up. Lover, lover, let me in. You came in the door like thunder, then hit the floor like thunder. Laying me down you wonder. You came towards like thunder.
Elle profitait de chaque second, de chaque contact, de ce souffle qu’elles partagèrent ensemble, laissant échapper, un soupir, de plaisir. Le laissant devenir un plus intense, alors qu’elle se disait qu’elle aimait ses lèvres. Un frisson la parcourut quand elle sentit la caresse de ça bien-aimée sur son cou, descendre sur ses bras, laissant encore un soupir s’échapper. Lui répondit sur lèvres « Oui, même si je dors mieux quand tu es là. » Le cœur de la Japonaise tambourinait dans sa cage thoracique, elle ne voulait pas quitter les lèvres de sa dulcinée continuant à prolonger ce moment de douceur, le premier de cette journée. Tous deux n’avaient pas des horaires classiques, alors à chaque moment où elle la retrouvait, elle en profitait un maximum se laissant aller dans ce moment tendre qu’elle affectionnait temps.

Elle força délicatement Laurent à se coucher sur le sol de tatamis, mettant légèrement au-dessus d’elle. Frissonna aux caresses de l’occidental qui glissait ses mains, le long de ses bras. D’ailleurs, ce frisson se fit même ressentir son baiser. Il n’y avait que la brune pour lui provoquer de telles sensations, qu’elle qui était capable faire retrouver son calme à la japonaise. Elle avait retrouvé un équilibre avec la jeune femme, un équilibre qu’elle aurait avait cru ne jamais retrouver. La Japonaise avait rompu le contact, admirait celle qui partageait sa vie, d’un regarde pétillant, qui ne cachait nullement son désir pour elle et ses sentiments à son égard. Elle caressait les cheveux de sa belle l’écoutant lui parler de sa journée, plongeant son regard dans les siens, buvant chaque parole de la chirurgienne en herbe.

Katsu lui souriant, un sourire plein d’amour, lui disant d’une voix douce, « C’est une des raisons pour laquelle je t’aime. Alors ne change surtout pas ce côté. » La Nippone avait toujours trouvé admirable cette compassion dont Lauren faisait preuve à chaque instant cette empathie qu’elle avait vis-à-vis des autres. C’était une des choses qui l’avait séduite en premier chez la jeune femme. Elle voyait la jeune femme partir dans ses pensées. Alors Katsu posa une main sur ça jouer, la caressant d’un geste tendre l’interpellant avec un léger « Hé », pour l’embrasser à nouveau « Je suis désolée pour ta patiente. Tu n’as pas moyen de contacter sa fille ? Peut-être que le fait que ta patiente a un cancer va peut-être changer un peu les choses avec elle. » C’était une situation triste, qu’elle n’osait pas imaginer avec ses parents. Elle qui avait toujours été en très bons termes avec eux, eux qui l’avaient laissé poursuivre son rêve depuis qu’elle était enfant. Alors même si les circonstances n’étaient pas envieuses si elle pouvait rapprocher cette femme et sa fille, peut être que cela apporterait un peu de douceur dans la fin de vie de cette patiente et arranger un peu leur relation avant que la mort ne vienne la prendre.


Katsu embrassa une dernière fois Lauren, avant de se redresser, avait commencer à ranger les affaires qui trainait sur le kotatsu, lui avait annoncé l’intituler du repas. Elle sourit en entendant Lauren dire que cela allait être délicieux. Et la jeune femme se leva à son tour, venant prends dans un frisson la Nippone par les hanches, souriant au baiser donné sur le bout de son nez. Katsu, passa ses bras autour son cou, laissant ce main caresser son dos lui répondant tout en se plongeant dans les yeux verts « Je me suis amusé avec mes instruments. Me suis aussi pris la tête avec un producteur et mon agent sur des broutilles. Le producteur veut que changent des paroles à une chanson, il la trouve un peu trop niaise, mais je ne tiens pas à la changer. » Katsu n’aimait pas céder sur ses compositions, elle voulait que sa parole soit respecter, s’évertuait à rester intègre sur chaque mot, chaque émotion qu’elle décidait de mettre dans ses musiques. Alors, elle ne faisait aucune concession, et ne laissait personne dire la manière dont elle devait transmettre une part d’elle à ses fans. « Ma mère m’a aussi sonnée, pour prendre des nouvelles de moi et de toi aussi. Et en a profité pour râler contre l’autre crétin.» Le sujet qui avait le don d’exaspérer Kat, elle avait tout fait pour l’oublier, elle y était parvenue. Mais il s’amusait toujours à ses dépens. Ici, il avait eu vent de sa relation avec Lauren et n’avait pas hésité à essayer d’en tirer parti en disant aux journaux japonais que c’était elle qui l’avait trompé avec la belle interne. D’ailleurs, son visage s’était un peu terni à la pensée de son ex-mari, mais le sourire revenait assez alors qu’elle concluait en disant « Et puis me suis langui de toi. » Déposant ses lèvres sur celle de sa compagne, faisant glisser ses mains dans le dos de l’Occidental, venant poser ses lèvres sur sa joue « Tu veux que j’aille réchauffer le diner ?» Posant ensuite ses lèvres dans le coup du jeune médecin.



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Objet magique: Lauren s'est vu remettre un collier. Sa mère l'avait gardé jusqu'à ce qu'elle atteigne sa majorité. C'est un tour de cou avec une pierre rouge au milieu. Semblable à celle sa soeur : Elsa. Sauf qu'elle lui confère un pouvoir de guérison. Autant sur elle que sur les autres. Le collier sert également à la prévenir en cas de danger : comme l'approche d'une créature obscure par exemple. Elle scintille et émet un son quand c'est le cas.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Jay
201
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Aujourd'hui à 10:39

: The House of the Rising Sun
Katsu & Lauren
••••

Lauren se laissait volontiers transporter par ses caresses, ses baisers. Comme la toute première fois où leurs lèvres s'étaient croisé, où leurs corps s'étaient touché. Elle frissonna quand Katsu la força délicatement à s'allonger, un fin sourire illuminant son visage tandis que sa bien aimé se retrouvait ainsi au dessus d'elle.

Ses dires lui allèrent droit au cœur. Elle pouvait sentir des papillons dans son bas-ventre. Il était vrai que c'était toujours plus agréable de dormir à deux que seul. Collées à sa compagne, en se laissant simplement bercer par le souffle de l'une et de l'autre. Même si malheureusement, leur emploi du temps respectif les obligeait souvent à dormir à des heures différentes, elles trouvaient toujours un moyen de se retrouver. Comme maintenant.

Les mains posées sur son dos, la jeune interne goûta tout d'abord à ce baiser, frémissant à chacun de ses contacts. Puis, elle lui raconta sa journée, ce à quoi sa belle lui répondit de ne surtout pas changer. Un nouveau sourire étira ses lèvres. Katsu avait toujours des paroles rassurantes. Elle plongea son regard dans le sien, se laissant de plus belle embrasser avant de poser à son tour ses doigts sur son visage. Sur sa joue qu'elle entreprit de caresser, doucement, tendrement, appréciant toujours plus sa présence à ses côtés.
- Justement, j'y ai pensé. Je pense l'appeler dès demain en espérant qu'elle accepte de m'écouter. Ça serait bien qu'elles puissent discuter et mettre les choses à plat. Qui sait, ça pourrait même aider ma patiente à se rétablir. J'ai entendu dire durant une formation que les émotions et la maladie étaient étroitement lié. Enfin, je verrais. Croisons les doigts !

Katsu finit par se redresser. Après l'avoir embrassé une dernière fois, elle se leva et alla ranger quelques affaires. Lauren la suivit des yeux, se redressant à son tour en posant une main sur le kotatsu histoire de prendre appui. Les jambes légèrement repliées, elle laissa ensuite couler un silence. Et alla finalement la rejoindre, posant ses deux mains sur ses hanches avant de l'embrasser sur le bout du nez, comme elle le faisait souvent dans un signe d'affection.

Sa belle lui raconta alors sa propre journée. La jeune interne l'écouta avec attention, sans briser le contact de ses doigts sur son corps. Quand cette dernière lui avoua finalement s'être pris un peu la tête avec son producteur et son agent, elle leva les yeux au ciel et se colla un peu plus à elle, murmurant d'une voix douce :
- Alors ne la change surtout pas ! C'est un ordre. Ce sont tes chansons, pas les leurs. Si elles te plaisent, c'est l'essentiel. Ils n'ont aucun mot à dire là-dessus.

Ah ces agents. Elle ne connaissait pas très bien ce milieu mais elle avait toujours entendu dire qu'ils préféraient bousiller le travail d'un artiste pour se faire plus de fric. C'était d'un triste et d'une bêtise. De plus, les chansons de Katsu étaient tellement magnifique qu'elles n'avaient pas à être changer. Les personnes qui l'écoutaient, l'aimaient et allaient la voir pour elle. Pour ses chansons. Pas pour ces idiots qui pensaient profil. Et uniquement profit.

Elle poussa un soupir, posant son front contre le sien. Un sourire amusé illumina ses traits lorsqu'elle lui dit ensuite que sa mère l'avait appelé pour râler contre ce crétin des montagnes qui continuaient à emmerder sa fille. Comme elle l'a comprenait. Elle haussa légèrement les sourcils, ne pouvant s'empêcher de rajouter :
- Faut dire qu'il en tient une de ces couches ce type. En tout cas, la prochaine que tu l'auras au téléphone, tu lui feras un bisous de ma part.

Elle aimait plutôt bien ses beaux parents. Il l'avait accueillit dans la famille comme l'une des leurs et lui montraient toujours le plus grand respect. C'était important. De bien s'entendre avec ses beaux-parents. C'était toujours mieux que de ne pas les voir en peinture, comme la plupart des couples qui s'engueulaient pour ça d'ailleurs.
Le front posé contre le sien, Lauren marqua un silence. Puis laissa échapper un rire quand sa bien aimé conclut qu'elle s'était aussi langui d'elle. Elle l'embrassa de plus belle, rejetant légèrement la tête en arrière quand sa Katsu, entreprit de poser ses lèvres sur son cou.
- Si tu commences comme ça, je ne suis pas sûr de vouloir dîner maintenant. Ou alors, c'est d'un tout autre dîner auquel je pense.

Tout en disant ces mots, la jeune Bloodstone chercha de plus belle le regard de la japonaise. Elle se mordit légèrement les lèvres, capturant sa bouche dans un baiser à la fois tendre et passionné. Lentement, ses doigts vinrent se poser sur sa nuque. Puis, dans ses cheveux, collant un peu plus son corps contre le sien tandis qu'elle se laissait emporter par la beauté de l'instant.
- Mais sinon, oui. Je peux mettre la table si tu veux.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Suzaku
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
- Manipulation du feu
-Création de feu
152
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Aujourd'hui à 15:04

The House of the Rising Sun

Katsu et Lauren


Tight like a rope, try to not reach for memories. Lover, lover, what have we done ? We made our heart leap, then it gave up. Lover, lover, let me in. You came in the door like thunder, then hit the floor like thunder. Laying me down you wonder. You came towards like thunder.
Ses lèvres continuant à couvrir la peau de ça belle, profitant de cet espace dégagé, elle répondit par un simple « hum » aux paroles du médecin, faisant glisser ses mains, le long, son corps les posant sur ses hanches. Elle revenait aux lèvres de sa compagne, l’embrassant avec passion, alors que sa main gauche glissant sur les fesses de la jeune femme, puis sur sa cuisse. Elle ne répondit pas tout de suite aux dernières paroles prononcer, elle profita de ce moment, de ce contact qui lui avait manqué depuis le début de cette journée, caressant doucement sa cuisse.

Il ne faisait aucun doute pour Katsu, Lauren était la femme qu’elle aimait, celle avec qui elle voulait rester pour le reste de sa vie. Son cœur battait à tout rompre à ses côtés, les frissons étaient des plus intenses, comme une drogue dont elle ne pouvait se passer. Alors la Japonaise n’était pas prête à laisser l’Anglaise partir. Pas maintenant qu’elle sentait au plus profond de son être d’avoir trouvé la personne qui ferait à jamais battre son cœur de cette façon. Et tout ce qu’elle pouvait ressentir, toute cette fougue qu’elle éprouvait envers Lauren, cette passion, cet amour, elle s’évertuait à le faire sentir à l’internet ans chacun de ses baisers, chacune de ses paroles de ses gestes. Elle trouvait toujours un nouveau moyen pour faire comprendre à la brune que depuis qu’elle était rentrée dans la vie de l’Asiatique, elle ne pouvait plus se passer d’elle. Alors qu’elle prolongeait ce baiser et qu’elle resserrait leur entrain encore une fois, comblant tout vide qu’il y avait entre elles, passant sa main droite dans son dos. Elle ne pouvait s’empêcher de se dire à elle-même qu’elle l’aimait par-dessus tout.


Kaito, avait beau dire tout ce qu’il voulait dans cet article sur elles deux, elle s’en fichait bien. Son agent avait beau lui dire que vivre cette relation pouvait être dangereuse pour sa carrière, elle n’en avait que faire. D’ailleurs, c’est ce qu’il avait fait au début, il lui avait conseillé de laisser Lauren, elle l’avait regardé avec des yeux noirs lui avait fait comprendre qu’elle n’avait pas à suivre la ligne de vie qu’il voulait qu’elle prenne et qu’il n’avait surtout pas le droit de dire avec qui elle pouvait passer ses nuits et ce moment de liberté. La musicienne avait toujours voulu être honnête avec elle même et nier ce qu’elle éprouvait pour la jeune médecin n’était pas une chose envisageable pour elle. Comme pour ses compositions, Kat, ne faisait aucun compris, sa vie était telle qu’elle était et on la critiquait pour oser une femme si merveilleuse, elle n’en avait que faire.

Elle rompit doucement le baiser, posa encore fois ses lèvres sur celle de Lauren dans un sourire espiègle, glissa sur joue tout en lui disant sur un ton taquin. « Allons mettre la table.» Les mains de la Japonaise revenaient sur le visage de sa bien-aimé, les posèrent délicatement avant de l’embrasser à nouveau et défis par la suite leur étreinte, prenant Lauren par la main l’entrainant avec elle dans ce couloir de parquet. Elle l’emmenait vers la cuisine, sourire aux lèvres, ressentant encore ses frissons que les baisers de l’Anglaise lui avaient provoqués, sentant ses papillons dans son ventre. Se mordant la lèvre, car elle vouait retourner dans ses caressé, se noyer dans ses baisers et son souffle.

Il ne faisait aucun doute que la Japonaise était heureuse avec cette femme, même si leur début avait été compliqué, même si parfois quand elle était de sortie, elle ne pouvait jamais vraiment être seule, sentant le focus des photographes braque sur elle. Katsu avait eu envie dès leur première sortie d’affronter tout ça avec elle.

Elle poussa la porte de la cuisine, lâcha la main de Lauren pour commencer à réchauffer leur dîner. Elle regardait l’internet, se rapprocha d’elle en lui souriant, passant une main sur son visage pour l’attirer à elle lui disant dans sa langue natale « Ai shiteru» Je t’aime posa encore une fois ses lèves sur les siennes, prenant une grande inspiration. « Je vais faire chauffer l’eau pour le riz. »




code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Objet magique: Lauren s'est vu remettre un collier. Sa mère l'avait gardé jusqu'à ce qu'elle atteigne sa majorité. C'est un tour de cou avec une pierre rouge au milieu. Semblable à celle sa soeur : Elsa. Sauf qu'elle lui confère un pouvoir de guérison. Autant sur elle que sur les autres. Le collier sert également à la prévenir en cas de danger : comme l'approche d'une créature obscure par exemple. Elle scintille et émet un son quand c'est le cas.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Taïs/Jay
201
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

MessageSujet: Re: The House of the Rising Sun [Lauren]   Aujourd'hui à 16:13

: The House of the Rising Sun
Katsu & Lauren
••••

L'ambiance devint plus intime, plus invitante. Lauren pouvait sentir les doigts de sa bien aimé parcourir son corps. Elle ferma les yeux, quelque peu déconcentrée par ces caresses à la fois habiles et douces. Ses joues s'empourprèrent légèrement. Elle laissa échapper un soupir, laissant ses deux mains se glisser de chaque côté de sa nuque. Comme pour approfondir le baiser échangé.

C'était tellement agréable. De sentir son souffle sur le visage. De la sentir contre elle, même si elles ne s'étaient quitté que depuis ce matin. Elle avait l'impression qu'une vague d'énergie lui revenait. Que Katsu, lui insufflait à elle seule tout ce dont elle avait besoin.

Oui, elle l'aimait. Elle l'aimait tellement. Ça faisait combien de temps qu'elle était ensemble? Plus d'un an. En un an et demi, ses sentiments pour elle était toujours aussi fort. C'était indéniable. Tout en se rapprochant un peu plus, la jeune interne l'enserra de ses bras. Ses doigts vinrent quitter doucement sa nuque pour se glisser sur ses épaules et attraper ses mains dans les siennes. Délicatement, les liant entre elles.

Elle ne savait plus très bien si elle voulait dîner ou non. Il fallait avouer que sur l'instant, elle n'avait qu'un seul désir : profiter de sa Katsu. L'embrasser, encore et encore jusqu'à ce consumer dans ses bras. Mais... il fallait croire que le bœuf au curry ne pouvait pas attendre. La japonaise rompit leur échange, lui murmurant d'un ton taquin d'aller mettre la table, ce à quoi la jeune Bloodstone répondit en riant :
- Tu sais que tu peux être sadique parfois?

Un large sourire aux lèvres, elle la suivit ensuite jusqu'à la cuisine, son regard ne pouvant se détacher de sa belle tandis qu'elle marchait au devant d'elle. D'un pas assuré et tellement sexy.
- Tant pis pour les câlins alors ! Qui sait, ce sera peut-être pour le dessert.

Tandis que la japonaise s'activait à faire réchauffer leurs plats, Lauren s'appuya contre la porte, les bras croisés, la contemplant sans se lasser. Puis, elle entreprit de s’avancer, poussant un soupir d'aise pour s'atteler à la tâche. N'empêche, Katsu l'avait mise en garde dès le début. Concernant son mari. Concernant le fait qu'il utiliserait leur histoire naissante pour entacher sa réputation.

Bon nombre de personne se serait senti un peu prisonnier en entendant ça. Ils auraient prit peur et auraient, comme pour se protéger, mit un terme à tout ça. Or, la jeune femme n'avait pas eu l'intention de le faire. Bien au contraire. Elle s'en fichait de voir des photographes braqués sur elles. Elle s'en fichait du regard des autres. Du regard de ce connard qui avait fait tant de mal à sa belle. Pour elle, c'était un gros trou du cul qui se sentait homme, uniquement en rabaissant les autres.

Quittant le court de ses pensées, Lauren décroisa les bras et les laissa de nouveau tomber le long de son corps. Tant pis pour lui. S'il n'avait su préserver sa chance. Katsu était un bijou. Un bijou qu'il fallait choyer, aimer. Et il devait sûrement s'en mordre les doigts maintenant qu'elle avait refait sa vie ailleurs.

Se rapprochant de sa belle, l'interne sourit quand cette dernière revint poser une main sur sa joue, lui susurrant "je t'aime" en japonais. De nouveau, elle colla son front contre le sien, murmurant à son tour dans sa propre langue:
- Je t'aime moi aussi. Du plus profond de mon cœur.

Leurs lèvres se touchèrent de plus belle. Lauren frémit, ne pouvant s'empêcher de faire une petite moue lorsque cette dernière s'apprêtait déjà à repartir.
- Humm.... d'accord, va donc retrouver le riz mon amour. Je retourne de mon côté à mes assiettes. Mère torture quand tu nous tiens.

Elle leva les yeux au ciel, un rire cristallin s'échappant de sa bouche tandis qu'elle se détacha, non sans poser au passage une main sur ses fesses.
- Et sinon. Tes parents, ils vont bien? Tu crois qu'un jour, ils viendront nous rendre visite? Ça me ferait plaisir de les voir.

Façon comme une autre de détourner la conversation. Histoire de ne pas céder à la tentation et de remettre définitivement le dîner à plus tard. Tout en parlant, la jeune interne se mit sur la poitrine des pieds, essayant d'attraper assiettes et couverts qui se trouvaient dans cette grande armoire.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
The House of the Rising Sun [Lauren]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» House Of The Rising Sun (The Animals)
» House vs. God: House wins!
» Rising Con Spain 11 & 12 June 2011
» Célia and flowers [Ange Ai Uri Custom House]Bas p.n°2
» Mes dessins (Dr House, Michael Jackson)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK :: Habitations-
Sauter vers: