Partagez | 
 

 I should have told you [Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Tattoos
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
Ororo/ Rachel Grey/Peter Quill
321
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I should have told you [Raven]   Dim 2 Juil - 15:31

       
I should have told you

   
- Rave-Cameron

   


   Les choses avaient changé, et ce, depuis quelque temps, j’avais cédé à cette attirance que j’avais pour Betsy. J’avais failli la laisser, partir, retomber dans cette vieille manie de fuir une fois que les choses devenait un peu plus compliqué avec d’autres femmes. Si je l’avais laissé partir, j’aurais fait ce que j’aurais fait comme toujours, je l’aurai tenu à l’écart, serait devenue plus froide, et même demander ma mutation pour mettre le plus de distance entre nous. Maintenant que j’avais cédé à cette envie, je ne savais pas pourquoi je m’étais évertuée à nier cet aspect de moi, pourquoi j’avais éloigné toutes les femmes qui m’avaient un jour attiré. Cela avait été stupide, et immature.

En réalité, je ne savais pas vraiment pourquoi j’avais fui, pourquoi j’avais nié cet état de fait. La peur sûrement, mais maintenant, cela me paraissait si futile après ces quelques nuits avec Betsy. Je m’étais enfin laissé aller à mes envies secrètes, avait lâcher prise, pousser par cette attirance que j’avais ressentie pour elle. Je n’avais pas eu envie de la repousser, même si j’avais eu mon moment d’hésitation. Mais j’avais affronté ma peur, l’avais enfermé dans un placard à double tour et sauté enfin le pas. Cependant j’aurai pu le sauté bien avant, aurait pu pour celle que j’allais voir aujourd’hui faire la même chose, et affronter cette appréhension qui était en moi. Mais à cette époque, elle était beaucoup trop forte, ou simplement avec Betsy, je n’avais pas eu envie de commettre la même erreur qu’avec Raven.

Je m’étais rapprochée de la blonde, avais partager des moments rien qu’avec elle des rires, des regardes et des sourires et puis quand le moment était venu… J’avais reculé brusquement, sans prendre la peine de lui dire quoi que ce soit. J’avais pris mes distances, ne l’avais plus appelé quand j’en avais envie, je lui avais parlé froidement par monosyllabe repoussant toute les offert de sortie avec la belle Raven. J’avais tout fait pour qu’elle ne m’adresse plus la parole, pour que je ne puisse pas céder à mes pulsions pour elle. J’avais toujours regretté cet acte, peut-être que si je lui avais parlé ouvertement cela ne se serait pas passé de cette manière.

Maintenant, il était sûrement trop tard pour arranger les choses ou même lui donner une explication. Mais j’avais ce besoin de lui dire pourquoi je l’avais fui, pourquoi j’avais laissé les choses se passer entre nous de cette manière. Alors, j’avais pris ma moto décide à essayer de lui parler. Car parler avec la blonde une fois que vous l’aviez déçu, ou même l’avoir fait souffrir n’était pas chose facile. J’avais appris qu’elle avait réussi à monter jusqu’à la garde, alors j’avais pris la direction de leur QG espérant pouvoir la croiser.

J’arrêtais la moto en face du bâtiment m’appuyais contre en attendant qu’elle montre le bout de son nez. Je me sentais quelque part nerveuse, appréhendais ces retrouvailles… Du moins est-ce qu’on pouvait appeler cela des retrouvailles quand une seule personne était au courant et que l’autre n’avait sûrement pas envie de me voir. Je chipotais nerveusement à mes clés sans vraiment prêter attention à ce qui m’entourait. Je relevais la tête de temps en temps et pendant que je m’amusais, je vis des cheveux blonds passés devant moi. Ma tête se releva, je regardais dans leur direction, pas de doute, c’était elle. Je me redressais, l’interpellais une première fois « Raven ! » puis une seconde fois « Raven. Je suis désolée. » Après tant d’années, cela était quand même gonflé de ma part de venir lui dire ces mots. Après tout, c’était bien avant que j’aurais dû lui expliquer bien avant que j’aurais du tout arranger entre nous. Je n’attendais pas une réaction de sa part, je continuais à lui simplement « Je n’aurai pas dû te repousser de cette manière à cette époque… » un temps d’arrêt, un soupir « Je suis vraiment désolée. » Pour le moment, c’était tout ce que je pouvais lui dire, le reste si elle voulait l’entendre, c’était à elle de décider.

Mais j’espérais qu’au fond elle, elle avait envie de savoir pourquoi j’avais été si odieuse avec elle, pourquoi je l’avais fait souffrir comme ça. Car on aura beau dire tout ce qu’on veut sur cette femme, elle était loin d’être aussi froide qu’on le pensait.

   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Mystique
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Métamorphe capable de prendre les traits de n'importe quelle personne, facteur guérisseur, immunisée contre toutes formes de poisons, et vieillissement naturel ralenti.
Isaak; Spencer; Dylan; Jessica & Romy
1362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I should have told you [Raven]   Dim 23 Juil - 16:38





I should have told you

Raven & Cameron

Un sentiment d'ennuie te submergeais depuis le début de la journée, venant chatouiller ta douce mélancolie. Le temps en était peut-être la cause ? Dehors le soleil était dissimulé derrière les stratus grisâtres qui s'étendaient à perte vue. Le bleu, la lumière tout semblait absent aujourd'hui comme ton esprit habituellement rieur, rien n’avait de goût en cette journée. Il fallait croire que le temps reflétait vraiment ton humeur et ainsi ton ennui grandissante. Pourtant, c'était bien plus complexe, mais toi-même tu ne faisais aucun effort pour y remédier. Durant la totalité de la réunion d’information hebdomadaire tu t’étais contentée de contempler l’immense terrain d’entrainement qui s’étendait sur des kilométres devant toi, d'un air hagard, griffonnant parfois sur un de tes nombreux dossiers. La fin de la sentence annoncé par ton supérieur sonna comme une douce mélodie pour à tes oreilles. Cependant, ta satisfaction ne fut que d'une courte durée. Qu'allais-tu bien faire désormais ? Quel bordel. Tu passais tes deux mains sur le sommet de ton crâne à travers tes cheveux d’un blond doré comme les blés. Les membres de la garde rouge dont toi, parcouraient les couloirs à présent pour retourner dans leur quartier pour un repos des plus mérités. Sauf que toi, tu n’avais pas l’attention de rentrer. A vrai dire tu n’avais envie de rien aujourd’hui. Tu trainais des pieds, le regard figé sur le sol. Rien n’allait. Tu soupirais profondément en observant tes collègues fuser à travers ton chemin. Un café n’était pas de refus. Ou une bière. Ou même un bon whisky. N’importe quoi pourvu que tu sortes de cet état léthargique pourri. Tu relevas doucement la tête vers Jake qui se trouvait dans la salle commune à rire avec Elijah d’une chose futile. Lui, il avait la pêche au moins. Tu te cala quelques secondes dans l’encadrement de la porte et les observa avec un léger sourire aux lèvres. Ta tête vint prendre place contre le bois de l’embrasure et tu ferma les yeux durant un moment. Tu en avais assez. Assez de tout ça. Tu étais blasée. Blasée par Genosha. Blasée par la vie éprouvante que tu menais. Les seuls moments où tu te sentais ne serait-ce qu’un peu heureuse c’était en la présence de Maria et Jake. Ou quand le soir tu rentrais et que tu serrais tes deux enfants dans tes bras. Ou… Quand tu la voyais elle. Celle qui te faisait tourner la tête depuis un moment déjà. Whoberi. Gamora. L’emmerdeuse. Tu ne savais plus très bien comment l’appeler. A vrai dire en sa présence tu n’étais plus capable de rien. Non. Elle te rendait folle. T’arrachais la moindre note de lucidité et faisais de toi son esclave voilà tout. Tu ne te souvenais pas avoir éprouvée autant pour une autre femme ou peut-être bien que si… Tes poings se serrèrent doucement faisant blanchirent tes articulations sous la pression. Bien sûre que si, tu avais déjà ressenti ça avec une autre et la chute avait été vertigineuse.  Etait-ce pour cela que tu t’évertuée à repousser la métisse qui te faisais tant envie ? C’était fort probable. Elle t’avait fait trop de mal. Elle. Elle dont tu n’arrivais même pas à prononcer le nom. Tu ouvris doucement les yeux et reprit ta marche avec cette fois beaucoup plus d’entrain. Beaucoup plus de franchise.

Poussant la porte avec force tu respiras l’air à plein poumons. Tes cheveux virevoltant sous la légère brise marine qui faisait la réputation de Hammer Bay. Cette fois un sourire prit place sur tes lèvres et tu arpentas la cours de la garde rouge, la même que tu avais observée avec envie tout au long de l’après-midi, d’un pas meurtrier. Tu ajustas ton Tshirt et entreprit de quitter les lieux. Pourtant lorsque tu passas les grilles du quartier général de la garde rouge ton sourire disparut tout net. Tes yeux s’écarquillèrent sous le choc et tu reculas d’un pas. « Raven ! » tu ne répondis pas. Aucun mot ne sortit de ta bouche, bien trop choquée par ce fantome resurgissant du passé « Raven. Je suis désolée. » Comment osait-elle se pointer ici ? Comment osait-elle lui dire qu’elle était désolée ? Parce que tu savais. Oui, tu savais pertinemment POURQUOI elle était désolée. Et tu ne voulais pas de ses excuses à la con. Tu ne voulais même pas lui parler. Ni même la voir. Ni même accepter sa simple existence. « Je n’aurai pas dû te repousser de cette manière à cette époque… » elle marqua un temps d’arrêt. Une courte pause. Le temps de reprendre son souffle, coupant le tiens par la même occasion. « Je suis vraiment désolée. » Tu serres de nouveau les poings. Te retenant fortement de lui en coller un dans la gueule. Franchement ? Elle se pointe ici pour ça ? Maintenant ? Tu secoues la tête. Espérant retrouver tes esprits. « Casse-toi Cameron. Casse-toi… » Souffle-tu doucement. Tu marches à un rythme effréné espérant qu’elle ne te suive pas. Que cela suffise à la faire changer d’avis. Mauvaise pioche Raven évidemment qu’elle va te suivre. Tu tournes à une intersection, sachant pertinemment que c’est un cul de sac. Là vous serez tranquilles et si tu dois lui claquer un poing dans la tronche pas de témoin. Tu fais volteface. D’un coup d’un seul te retrouvant à quelques centimètres de son visage. De ses lèvres qui t’ont faites envies autre fois. « Ça t’amuses ? Qu’est-ce que t’as ? Tu veux encore m’embrasser et me laisser en plan ? Me faire miroiter de belles choses pour me laisser tomber comme une merde ? Vas y Cam ! Amuse toi ! » la colère circule au creux de tes veines et tu te rapproches un peu plus près d’elle, empiétant dangereusement sur son espace vital. « Vas y ! » souffles-tu.


by tris

___

and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tattoos
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
Ororo/ Rachel Grey/Peter Quill
321
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I should have told you [Raven]   Sam 29 Juil - 12:26

       
I should have told you

   
- Rave-Cameron

   


  Elle savait que cela n’allait nullement être facile, la blonde avait la rancune tenace, trahissait la une fois, mais vous n’aurez nullement l’occasion de le faire deux fois. Cameron le savait et envoyant l’attitude de Raven, elle se dit qu’en fin de compte elle n’aurait jamais dû venir. Qui sait peut-être que cela n’allait qu’aggraver les choses, qu’elle lui en voudrait encore plus. Car elle aurait dû lui en parler, elle dire directement qu’à ce moment-là elle avait été comme paralysée par ce qu’elle éprouvait par elle, perturber, et ne savait pas quoi faire de tous ses sentiments.

Cameron aurait pu donc laisser la blonde partir dans son coin, ne pas la suivre et laisser juste cette histoire derrière elle, comme elle l’avait fait toutes ses années. Après tout, elle aurait pu vivre avec une personne qui ne l’appréciait pas, alors. Cameron pouvait la voir serrer les poings, soupirait se rendant compte du mal qu’elle avait pu causer à cette jeune femme sans vraiment le vouloir. Puis elle l’a vis partir, normalement elle aurait laissé la blonde partir, se résignant et se disant que ce n’était pas le bon moment. Mais cela ne sera jamais le bon moment. Alors la brune suivit la blonde là suivant dans un cul-de-sac, l’interpellant encore essayant sans même lui laisser le choix d’écouter ce que la brune avait à lui dire. « Raven, ce n’était pas toi que je fuyais ! » Mais ce n’était pas vraiment ce que toute cette histoire montrait. Comment pouvait-on en vouloir à Raven d’avoir pris tout ceci pour elle. Cameron avait fui ses désirs envers la blonde.

La brune lui attrapa le poignet de la blonde pour qu’elle se retourne commença à redire son nom, mais fut couper dans son élan par Raven. On pouvait entendre la colère dans chacun des mots, la douleur que cette histoire avait provoquée en elle, alors qu’elle se rapprochait petit à petit de Cameron, même dangereusement d’elle. Cameron se souvenait encore ce se baiser, à la fois doux électrifiant, lui avait faire ressentir tant de frissons tant d’émotions fait naître en elle tout ce désir pour celle qui était en face d’elle maintenant. Il n’était nullement question de s’amuser à ses dépens, ce n’était pas son intention. Elle voulait juste lui donner les raisons de sa fuite, de ce rejet de ce désir pour la blonde. Elle pouvait presque sentir maintenant son souffle sur venir se percuter sa peau avec la même colère que ses paroles et que son regard. Alors, la brune prit une légère inspiration, comme pour trouver le courage d’avouer à celle qui était devant elle sa couardise, lui dire que sa colère était plus que justifier et que si elle pouvait refaire les choses, cela ne se passerait pas de la même manière. Mais il n’était nullement question de jouer avec elle, non ce n’était pas ce que Cameron voulait. Peut-être avec une autre, mais elle, non.Elle avait été la personne de qui elle avait été la plus proche durant son internat, la personne avec qui elle avait ri sans restriction avec qui elle s’était sentie à sa place, du moins jusqu’à ce fameux baiser.  La brune souffla lentement à la blonde, se mordant légèrement les lèvres, la regardant dans les yeux , sans les quitter un seul instant, sans même bouger vers elle-même si au fond d’elle il y avait cette envie « Je ne suis pas là pour jouer avec toi. Et je n’ai jamais voulu jouer avec toi. » Ce qui était vrai. Jamais elle n’avait voulu jouer avec elle, si ça avait été le cas elle aurait été jusqu’au bout de se baiser et l’aurait rejeté avec comme elle l’avait fait, mais cette fois en ayant obtenue ce qu’elle avait voulu.

Elle laissait son regard ancré dans les yeux bleus de Raven, continuant à lui souffler doucement avec un certain regret dans la voix « Tu as été la toute première… pour qui j’ai ressenti autant d’attirance.» Non pas qu’elle regrettait qu’elle fût attirée par elle, mais que les choses se soient passées ainsi. Elle s’éloigna un peu de la blonde, tête baisser un peu de honte à avouer cette peur qui avait été en elle depuis tout ce temps et qu’elle avait balayée que très récemment. « J’ai toujours regardé le corps des femmes, mais j’ai toujours pensé que c’était juste à cause de ma passion du dessin, du fait que j’ai eu pour modèle plusieurs femmes au conservatoire. » Elle regardait le sol, se disant en s’écoutant que cela donnait une impression d’une excuse bidon, mais elle continuait à parler lui dire ces mots « C’était juste pour moi une simple attirance due à ces moments, qui ne signifiait pas grand-chose… »

Puis elle relève les yeux, regardant à nouveau Raven, plongeant son regard dans les siens, comme pour lui faire comprendre que se baiser, ce fameux baiser, avait tous changer qu’il avait provoqué en elle tant de choses qu’elle a pris peur. Alors, qu’elle n’était nullement comme cela. « Puis tu es arrivée. J’ai eu cette attirance pour toi, et c’était la première fois que je ressentais autant d’attirance pour une femme. Et j’ai pris peur, alors j’ai fui. C’était une erreur. J’en suis désolée. » Elle ne lâchait pas la blonde du regard qui pouvait lire facilement le regret et une certaine honte dans les yeux de la brune. Celle-ci fit un pas vers la blonde « J’aurais dû t’en parler au lieu de mettre cette distance entre nous. »

   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Mystique
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Métamorphe capable de prendre les traits de n'importe quelle personne, facteur guérisseur, immunisée contre toutes formes de poisons, et vieillissement naturel ralenti.
Isaak; Spencer; Dylan; Jessica & Romy
1362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I should have told you [Raven]   Ven 8 Sep - 21:55





I should have told you

Raven & Cameron

Sa voix est neutre, dénuée de colère. Paroles anodines et pourtant, elles se fracassent sans vergogne contre toi, balle argentée perforant ta poitrine pour te faire saigner. Comme ça, sans préliminaire. Sans plus de cérémonie. Tu pourrais la briser entre tes doigts. Pour le plaisir de la voir ramper, ravaler cette fierté mal placée qu’elle te crache au visage. Te venger des souvenirs vers lesquelles elle te fait revivre en l’écorchant vive ; libérer Son essence, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien d’Elle, elle qui rêve justement de liberté. Volonté de purger cette colère sourde qui gronde en toi comme le tonnerre. Tu te retiens pourtant, restes stoïque, impassible au magma informe de sentiments contradictoires qui bouillonne en toi, te déchirant de part en part avec un sadisme démesuré. La brune qui te fais à présent face est ton Enfer perpétuel. Tu t’es enchainé malgré toi à un char dont la conductrice tire de sombres chevaux. Le reflet que te renvoient les prunelles claires de celle qui fû plus qu’une amie pour toi t’apparaît comme la damnation éternelle. Ce que la brune croit voir en toi est la pire des tortures, et pourtant elle est la créatrice de ce monstre de froideur que tu es devenu. Quoi Cameron, l’œuvre de tes lubies n’est pas à ton goût ? L’éducation et les valeurs de votre famille, l’armée, s’étaient chargées de faire le reste. Démons se repaissant de l’amas de chairs à vifs de ton myocarde sanglant, les réduisant à l’état de cendres fumantes. Elle cherche des traces résiduelles de bonté en toi, scrute indéfiniment tes traits inébranlables à la poursuite d’un espoir, même infime soit-il, que tu ne sois pas devenu le simple reflet de votre amour perdu. Ses prunelles te sondent sans relâche, cherchant certainement à se raccrocher aux parois lisses de ton âme alors que l’abîme du doute est sur le point de l’engloutir. Cette femme  te pousse à des sentiments contradictoires, t’écartèle entre une envie irascible de la prendre dans tes bras pour la protéger et à la fois l’envie de lui faire mal, de la blesser sans aucune compassion. C’est pourtant bien souvent ces derniers sentiments qui prennent l’avantage.

Cameron est cet amour qui a détruit ta vie des années plus tôt. Lorsque tu regardes ses lippes rouges, tu penses aux larmes qui a coulé cette nuit là. Ses yeux sont miroir des tiens. Entre vous, une danse s’est installée. Tu domines tandis qu’elle cherche de temps à autre un contre temps pour te faire perdre l’équilibre. Et si un instant tu lui as laissé prendre le dessus, c’était pour mieux la faire chavirer. Pour que la chute soit d’autant plus rude que l’espoir qui l’animait de te survivre. Tu ne voulais pas qu’elle vive sans toi, tu étais folle d’elle à cette époque. Tu serais toujours dans sa chair. Dans son être. Dans son esprit. Elle t’appartiendrait toujours, qu’importe où elle aurait pu fuir. Qu’importe la route qu’elle prendrait. Tu étais folle d’elle, de ces mots, de ses lèvres de son être. Vous étiez l’une pour l’autre l’attirance même. Pourtant elle avait piétinée tout ça. Avait détruit ce château de carte que vous aviez montée pas à pas. Pour ne laissez qu’un vide immense au creux de ton être et pour ça… Pour ça tu la detestait. « Raven, ce n’était pas toi que je fuyais ! » Tu serres les poings en faisant blanchir tes phalanges. D’ailleurs tu aimerais lui balancer à la tête. Ton sang boue à l’intérieur de tes veines et le seul moyens que tu trouves pour te calmer c’est de te mordre violemment la lèvre inférieure sous ses élugubrations. « Je ne suis pas là pour jouer avec toi. Et je n’ai jamais voulu jouer avec toi. » Un rire moqueur franchit la barrière de tes lèvres pleines et tu réalises un mouvement de recul. Elle se fout de toi. Complétement même. Tu secoues la tête, espèrant lui faire comprendre qu’il faut qu’elle cesse, qu’elle arrête de parler, qu’elle n’a pas envie d’avoir cette conversation qui lui créve le cœur à petit feu. « Tais toi… Je t’en prit tais toi… » souffle-tu à demi mot. Tes yeux s’ancrent aux siens avec une détresse infinie mais elle ne veut pas comprendre non. Elle se fout de ton cœur qui saigne en la voyant aujourd’hui face à toi. Elle est la dernière personne que tu voudrais revoir sur cette terre. Elle et peut être cette vermine d’agent d’hydra qui a volé ton poignard… Mais lui. Lui tu lui collerait ton poing en pleine figure. Elle. Elle te crèves à petit feu. « Tu as été la toute première… pour qui j’ai ressenti autant d’attirance.» Ta langue claque violemment contre ton palais. Le voilà le moment que tu redoutes au fond de toi. Tu soupires alors qu’elle s’éloigne de toi honteuse. Tu la sondes lentement, pourtant tu n’as pas pitié d’elle un seul instant. La colère qui rugit au fond de tes entrailles est lus forte que la compassion.. « J’ai toujours regardé le corps des femmes, mais j’ai toujours pensé que c’était juste à cause de ma passion du dessin, du fait que j’ai eu pour modèle plusieurs femmes au conservatoire. » Un rire nerveux s’échappe du fond de ta gorge. Alors elle refoulait son attirance pour toi ? C’était ça son excuse ? Tu secoues la tête faisant se mouvoir ta chevelure dorée avec fluiditée. « C’était juste pour moi une simple attirance due à ces moments, qui ne signifiait pas grand-chose… »

La brune relève la tête la perçant à nouveau du regard. Ton cœur loupe un battement à ce moment-là. Un peu comme la première fois où tu as croisé celui de l’agent du shield quelques années plus tôt. « Puis tu es arrivée. J’ai eu cette attirance pour toi, et c’était la première fois que je ressentais autant d’attirance pour une femme. Et j’ai pris peur, alors j’ai fui. C’était une erreur. J’en suis désolée. » La belle se rapproche de toi. Et c'est comme si un choc électrique te parcours le corps, et te fait te redresser vers elle. Tu écarquilles les yeux, tes paupières relevées jusqu'au maximum alors que tes sourcils se haussent, subjuguée par l'écho de sa voix brisée. Ses excuses tu n’en veux pas, tu refuses de les entendre même s’il est clair qu’elles sont sincères. Elle s’approche à nouveau de toi le regard suppliant. « J’aurais dû t’en parler au lieu de mettre cette distance entre nous. » Elle aurait du oui, mais elle ne l’a pas fait et pour cela tu la déteste. Tu encaisses ses mots avec difficulté alors qu’à présent elle est face à toi. Tu relèves la main avec une rapidité déconcertante et sans résistance la laisse s’échouer sur la joue de Cameron dans un lourd claquement sonore. Tu restes stoïque un moment, observant ta main toujours posée sur sa joue. Les yeux embuées comme jamais. « Tu m’as brisé le cœur… Tu es partie sans rien dire et tu … Tu m’as brisée le cœur… » Ta voix est rauque. Cassée et à présent c’est ton corps qui est prit de légers tremblements. La rage ? La tristesse ? Tout est trop mélangé pour toi.  Tes jambes flanchent, tu as beau faire la forte il y a des moments où tu redeviens une femme à fleur de peau, fragile et ce moment est venu. Tu inspires profondément contractant tes doigts sur sa peau à présent rougies. La colère est là, tu lui en veux de te faire te sentir si misérable et c’est à présent avec une force mesurée que tu la plaques au mur de briques qui lui fait dos. Le regard incendiaire que tu lui lance veut en dire long sur ta pensée. « Je te déteste Cameron. Tu m’entends ? Je te déteste toi et tes excuses à la con. Toi et ton visage si parfait qui me détruit à chaque regard. Je te hais autant que je t’ai aimé ! »


by tris
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tattoos
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
Ororo/ Rachel Grey/Peter Quill
321
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I should have told you [Raven]   Lun 11 Sep - 21:17


I should have told you

- Rave-Cameron



Elle est un passé que tu regrettes un tourment qui t’a hanté depuis le jour où tu l’avais laisse. Pas un seul jour, tu n’avais regretté de t’être détournée d’elle, pas un jour, tu avais regretté de ne pas avoir osé affronter tes peurs. Tu voyais dans ses yeux ce moment échapper, ces moments que tu aurais pu vivre avec elle dans ses bras dans son souffle. Tu laisses tes paroles s’écouler, tu laisses ton regret s’exprimer, il est bien trop tard, tu en es consciente, bien trop tard pour qu’elle puisse te pardonner ton acte. Pourtant, si tu pouvais revenir en arrière, tu le ferais, tu dirais à celle que tu étais à l’époque de ne pas avoir peur, de te laisser bercer par cette douceur dont la blonde était capable, de te noyer dans ce sentiments qu’alors tu éprouvais pour la belle blonde, de lui rendre son souffle à chaque instant sans complexe. Tu continues avoir dans ses yeux tout ce que tu avais manqué, ce mal que tu lui avais fait à toutes les deux. Tu peux voir cette souffrance, la sentir alors que ta joue te pique et chauffe légèrement dans un bruit d’une paume venant heurter ta joue, elle la laisse sur ta joue, tu ne réagis pas. Si elle voulait, elle pourrait t’en redonner une que tu la laisserais faire. Tu continues à la regarder, tu accuses ses paroles, fronces légèrement les sourcils dû à cette peine que tu ressens en l’entendant te dire que tu lui as brisée le cœur. Tu as envie soudainement de la prendre dans tes bras, lui dire à quel point tu regrettes se passer. Mais au lieu de ça, tu lui réponds d’une voix et d’un regard douloureux « Je sais… » Tu sens ses doigts se refermer sur ta peau, tu la laisses faire, la laisses te dire que tu es un être détestable, car c’est ce que tu es.

Tu l’avais aimé, peut-être était-ce la première que tu avais même aimé, un premier amour que tu avais laissé échapper trop peureuse pour t’y plonger corps et âme, pour t’y perdre et t’oublier. Tu la laisses faire de toi ce qu’elle veut, même quand elle te plaque contre ce mur qui est derrière toi, tu ne fais rien, tu la laisses te dire ce mal que tu lui as fait, alors qu’elle avoue t’avoir aimé autant qu’elle te hais maintenant. Tu poses ta main sur la sienne qui n’avait pas quitter ta joue. D’une voix brisée tu lui avoue qu’elle est -on plus grand regret qu’elle te hanté à chaque instant « Et toi… Tu es mon plus grand regret. »

Tu ne veux pas qu’elle te pardonne, ce n’est pas ce que tu cherches et à dire vrai, tu ne sais pas vraiment ce que tu cherchais en venant à elle de cette manière. Maintenant que tu avais succombé à ce désir profond, que tu avais trouvé cette paix avec Betsy, tu avais sans doute estimé que tu devais la voir, lui laisser l’occasion de ta maudire en personne de te haïr de toutes ses forces. « Si je pouvais, je reviendrais en arrière… » Et tu lui donnerais cet amour qu’à l’époque, tu n’avais pas su lui offrir, ces moments de douceur et d’affection qu’elle méritait tant et dont ta peur l’en avait privé. La plupart des gens ne se fiaient qu’à son regard dur pourtant toi, tu sais qu’elle donne bien plus qu’on ne peut le croire. Cette glace apparente n’est qu’une illusion, tu sais qu’au fond d’elle règne une douceur qu’elle ne fait qu’entrevoir, une passion dévorante. Tu voudrais lui dire que si tu pouvais, tu l’aimerais comme elle le méritait, tu l’embrasserais à chaque instant comme si c’était la première fois que tu découvrais ses lèvres, lui donner tout cette attention. Tu hésites à lui dire ces mots, lui dire que tu aurais dû l’aimer comme il se doit. Te noyer dans ce qu’elle était prête à t’offrir jusqu’à en perdre la raison. Jusqu’à t’oublier dans ses caresses, dans son souffle et dans son regard. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, à cette peur qui t'a étriquer. Tu n’avais pas su l’aimer et tu le regrettais. Tu lances un autre coup de poignard à la blonde « …je te donnerai ce que je n’ai pas su te donner à cette époque. » Les mots son douloureux pour toi, bien plus que tu ne l’aurais imaginé. Si tu avais cette jeune femme que tu étais en face de toi, tu lui dirais de ne pas avoir peur, de laisser la garde t’emmener dans cet endroit que toi, tu n’as pas osé franchir avec elle et de profiter de chaque moment avec elle. Les mots se perdent dans ton esprit lui demandant pardon pour ne pas avoir su l’aimer comme tu l’aurais voulu. Tu ne lui dis pas, tu ne veux pas l’accabler encore plus, alors tu les gardes au fond de toi. Car l’aimer, tu l’avais fait bien plus qu’elle ne pourrait l’imaginer.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I should have told you [Raven]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I should have told you [Raven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Raven Guard arrive !
» Raven's Flight par gav thorpe (3,5/5)
» WOMEN OF THE DC UNIVERSE: RAVEN (série 3)
» Barclay James - Les Chroniques des Raven tome 1 : AubeMort
» [1500pts] Tyranides contre Raven Guard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: THE OTHER SIDE :: Days of future past-
Sauter vers: