Partagez | 
 

 Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
18
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Lun 3 Juil - 19:33






Chapitre I.2
Premier Post
feat James & cie





Toujours la même rengaine du week-end. Je termine mes papiers à la con, je décide de me coucher tard alors qu'il est déjà l'heure d'être tôt et je vais traîner dans un bar pour décompresser. Finalement, dans tout ce foutu paradis que nous avait "offert" Wanda, je pouvais y sentir l'effet secondaire à chier pour ma part... Ici, personne ne vit réellement sa propre vie. À New-York, à Los Angeles, en Europe ou même en Asie, les gens d'ici avait un vrai rôle. Soit en tant que super-héros, soit en tant que super-enfoiré, au choix. Je marchais dans la rue, mon vieux blouson en cuir brun sur le dos. J'avais pas réellement envie de jouer les flics ce soir. En vérité, j'avais besoin d'une bonne bière et d'une bonne sortie, mais ceux qui étaient là pour moi, ne sont plus disponibles à présent.


J'entre dans le Jarvis, un petit bar sympa d'Hammer Bay, j'y vais jamais, mais pourquoi pas ce soir ? Je soupirais déjà à l'ambiance que la musique mettait. Il y avait aussi les bruits de verres, de discussion, d'éclats de rire un peu partout. Je cherchais alors mon habitat pour le reste de la nuit, mon regard se porta alors sur le comptoir, une jolie fille était serveuse ce soir avec un grand black baraqué. Je posais mon cul sur le tabouret, la jolie blonde se dirigeant naturellement vers moi après quelques minutes, j'avais déjà le cigare au bec. Un cigare que la jeune donzelle retira avec un petit rictus.

"Nope, pas de cancer pour toi ce soir mon beau ou alors tu bois pas ici !"

"Sérieux, parce que l'alcool, c'est mieux...?"

"Tu marques un point, mais nope, pas de cancer... "fumale". Ok ?"


Je laissais alors ce plaisir pour cet inconnu qui était le "cancer" me quitter, commandant une blonde, m'inspirant de la jolie miss aux courbes prononcées. Elle m'apporta une chope, je portais directement la boisson à mes lèvres, la demoiselle restant alors commencer la discussion avec moi... Malheureusement, les choses ont dérapés, comme à chaque fois où je vais. On discutait de tout et de rien, lui disant que j'étais simplement de passage, inventant un job de conducteur de limousine. Son regard se porta alors sur deux ou trois personnes qui venaient de rentrer... Ils avaient des gueules de con. C'est exactement ce que j'ai dit.

"Ils ont des gueules de cons."

"Merde, non, déconnez pas..."


Je soulevais alors un sourcil, buvant le reste de ma bière d'un seul coup, comprenant que j'allais avoir encore des ennuis... Je soupirais, entendant les pas venir vers moi, l'odeur de l'alcool mêlé à celle des joints qu'ils avaient surement encore sur eux. C'était pas des types recommandables.

"T'as un souci le vieux...? Aller Amanda, on se tire."

Elle semblait plus que pas rassurée... C'était des pourris ? Pas mon problème.

"Amanda, magne ton cul."

Elle me fixait à présent, je soupirais...

"Amanda, tu me fais une autre bière ?"

Elle posa la chope devant moi et le mec dans mon dos qui faisait clairement pitié à son allure de crâneur. J'allais pour prendre la bière, mais il l'arracha de mes mains, me l'écrasant sur la tête... Je tombais, la tête la première sur le comptoir, légèrement sonné.

"C'est mon coin de la ville, ok ?!"

La musique s'arrêtait, alors je grognais d'un coup, relevant ma tête du comptoir, des petits éclats de verre sur le visage. Je serrais les dents bondissant presque de mon tabouret pour lui mettre une droite en pleine tronche... Je sentais en moi un sentiment que je n'avais pas ressenti depuis un bout de temps... Celui d'être un héros quand il le faut.

"L'enculé ! Butez-le !"

"Non, c'est moi qui vais vous buter."


Mon regard noir réussi à faire peur à ses deux potes, mais bien entendu, ce petit con était trop fier pour tourner les talons. Il sortit alors un couteau et tenta de me planter le bide avec. Je bloquais alors son poignet, le brisant au passage, le foutant un genou à terre, le sonnant avec un coup de genou dans la face. Je trébuchais alors avec lui au sol, encore sonné de ce coup à la tête. Je soupirais, me relevant, m'accrochant au comptoir, Amanda, la serveuse légèrement effrayée ou choquée plutôt.

"Je reviens, tu me prépares une autre mousse ? Tu serais mignonne."

Je traînais alors ce petit enfoiré par le pied jusqu'à la porte, le jetant dehors. Je revenais, reposant le tabouret sur ses pieds, prenant la nouvelle chope que m'avait préparé Amanda... Justice était faite, non ?

"Alors, on en était où...?"

La musique reprenait petit à petit comme si de rien n'était... J'adore cette ville.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
191
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Ven 14 Juil - 21:35

       
Une bière ou deux... ou trois ?

   
- Libre

   


   La journée avait été plutôt sympa, une journée bien comme les autres. Je m’étais amusé dans mon armurerie à faire mes petites balles toutes belles, tester les armes de la garde pour voir si elles étaient bien calibrées. Car une arme mal calibrée et j’ai un mort sur la conscience, et je plains le pauvre gars qui attend la mort, pour avoir expérimenté le truc c’est assez chiant. On ne peut faire que des blagues à deux balles aux potes qui lui chialent parce qu’il ne peut rien faire. Alors autant évité ce genre e chose, puis je ne serais pas un bon armurier sir je laissais des soldats partir avec une arme défectueuse et ce n’est pas vraiment mon genre. Non, moi je suis quelqu’un qui soigne le travail, et qui met une barre au-dessus de tout, c’est un art ce que je fais. Un art assez meurtrier, mais un art.

Mais la journée était finie, une bonne journée de fait, comme on dit. Alors il était temps d’aller boire un verre dans un bar bien sympa Le Jarvis. Il y avait toujours une bonne ambiance dans ces lieux, de la musique qui venait vous chatouiller les oreilles – parce que c’est important- un bon verre de whisky ou scotch en main quelque blague entre potes, rien de tel que ce genre de soirée. Je l’aurais bien passé avec Connor, mais pour ce soir j’allais lui infliger une sortir, il avait de temps en temps le droit d’un peu de repos et de ne pas me supporter 24 heures sur 24. Après tout ça doit être chiant au bout d’un moment entendre son bro lui faire « Mais allez mec, ne fait pas cette gueule de déterrer. Respire la joie mon vieux. » Ou du moins à peu de chose près. Au bout d’un moment je dois avouer que cela doit être gonflant d’avoir un pote toujours sur votre dos, pour éviter que vous déprimez. Mais que voulez-vous j’adore Connor, j’ai fait mes débuts au chez les militaires avec lui, j’ai servis avec lui, fait la plupart de mes missions avec lui et il ne m’a jamais lâcher. Même quand j’étais en train de crever dans ses bras il ne m’a pas lâché, pourtant ça canardait dans tous les coins. Alors quand vous avez un pote comme ça on ne le laisse pas tomber, bien sûr que non. Puis j’adorais sa petite sœur, je crois même qu’elle pourrait me demander n’importe quoi je lui ne dirait pas non. Sauf si c’est pour l’aider à voir de mec….quand elle aura 40 ans d’accord, mais pas avant.

Mais je m’éloigne du sujet, car là je parlais du Jarvis, des potes de la garde qui lâches des blagues parfois pas très ragoûtantes, même que parfois je les reprends, car je veux bien que notre boulot soit de capturer des êtres avec des pouvoirs dignes d’un comics, mais quand même un peu de respect pour ces personnes. « Ouais tu rigoleras moins si un jour tu es à leur place, Mec. Alors un peu de respect. » Je suis encore gentil là, je lui ne dis pas que c’est quand même un gros connard et que j’ai juste envie de lui balancer mon poing dans la gueule. Après tout même s’ils sont dangereux ils n’ont pas demandé que ça leur tombe sur la gueule, mais bon tant qu’on n’a pas d’autre solution, faut bien faire quelques choses.

Ben voilà que des crétins foutent le boxon.. Oh ben c’est le boss, ouais le boss, le seul et l’unique James Howlett. Il a l’air de donner une correction à un petit fouteur de merde. Bon on va le laisser faire, après tout il a l’air de bien se débrouiller… puis faut avouer il ne serait pas chef de la garde s’il ne se débrouillait pas … Oh ça avait dû faire mal et le voilà maintenant qu’il traîne ce pauvre gars dehors par le pied. Je l’aime bien ce boss, il ne fait pas dans la niaiserie, non tu l’emmerdes un bon coup et puis voilà et si tu continues la bonne racler pour qu’on comprenne que c’est lui le boss. Bref il ne chipote pas. Bon allez on va lui dire bonjour quand même et puis ça me fera des vacances dans les blagues plus que chiantes des autres gars. Et j’ai plus de Whisky me faut du whisky.

Allez hop, on va au bar près du chef, on fait signe à la serveuse qui vient vers toi «Un whisky sec, Mdam » puis je me retourne vers le boss. « Alors, on vient traîner ici pour donner une leçon à des idiots boss ? » La serveuse me donne mon verre je la remercie et lui donne un la somme convenue avec un bon pourboire, lui faisant un petit signe de la tête «  Mise à part foutre une racler à des petits cons, vous êtes venu pour l’ambiance ? »
   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dead Ringer
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Clonage : elle peut se multiplier à volonté, du moins en principe. Au moins elle peut faire apparaître jusqu'à 5 doublons, sur une certaine distance. Elle contrôle chacun de ses clones et les usent dans les situations les plus périlleuses.
Skye & Aelys & Erica & Alice & Nikki
104
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Ven 14 Juil - 23:51


Santa' & Xander & Logan

Une bière ou deux... ou trois ?


Soirée morne pour Santana. Un de ces soirs de week-end comme elle n’en avait plus souffert depuis longtemps, un de ceux où elle ne s’envoyait pas en l’air. Et pour cause, puisque ces pensées restaient tournées uniquement vers Charlie. Bien que les deux femmes étaient loin d’avoir entamé quoi que ce soit de sérieux, quoi que ce soit tout court même, la lieutenant du SHIELD se retenait de découcher à tout va. Un acquis de conscience qu’elle n’avait plus vécu depuis longtemps, qu’elle avait largement oublié après sa rupture avec Alexia. C’était quelque peu difficile, pour elle, de reprendre un rythme de vie un tantinet normal. Un tantinet, fallait pas trop en demander. Quand on bossait pour le SHIELD et quand il se passait plein d’emmerdes sur Genosha, la normalité prenait vite une signification moindre aux yeux de l’hispanique qui tournait en rond dans sa chambre. Jetant un œil à sa montre, Santana soupira. Bordel, à cette heure-ci, elle serait déjà dans une chambre inconnue à tâter de la literie étrangère. Au lieu de ça, elle faisait les cent pas dans sa chambre, se demandant bien quelle approche elle devrait adopter la prochaine fois qu’elle verrait Charlie. Elle l’avait dans la peau cette gamine. Pour autant, la trentenaire se lassa vite de ce petit jeu. Il lui fallut moins de 15 minutes supplémentaires pour se décider à revêtir sa veste en cuir et à claquer la porte de chez elle. Ni une ni deux, la voilà en route pour profiter de son temps libre plus agréablement, dans un coin qu’elle connaissait plus que bien.

Le Jarvis. Bar toujours superbement tenu par la sublime Mai, qui avait plus d’une fois fait frissonner l’hispanique. Malheureusement, elle n’était pas là ce soir et la serveuse qui s’occupa d’elle était loin d’égaler la brune en matière de charisme. Dommage, et en même temps, ça fera une tentation en moins pour la lieutenant. Même si, de ce fait, elle n’avait personne à qui causer ce soir. Une brune posée devant sa table, Santa’ se sentait terriblement seule. Elle pouvait caler quelques regards par-ci par-là, mais elle n’était pas certaine que ces derniers soient sympathiques. L’hispanique se perdit si longtemps dans ses pensées, à réfléchir aussi bien à Charlie qu’à ce qu’il se passait sur Genosha qu’elle n’en sortit que lorsque des grognements et des exclamations de toutes sortes résonnèrent dans ses oreilles. Santana se retrouva immensément surprise d’assister à une bagarre. Une baston au Jarvis ? C’était clairement peu commun. Enfin, bagarre c’était vite dit. Plutôt une humiliation sympathique. On voyait que Mai n’était pas là pour remettre les pendules à l’heure. La lieutenant se leva de sa table, hésitant à quitter carrément l’endroit. Elle n’avait pas la tête à ça, bien qu’une part d’elle n’était jamais contre un peu de violence. Finalement, elle se stoppa d’elle-même lorsque le casse-cou du soir retourna s’asseoir au bar et qu’une voix familière s’adressa à lui. Xander ? Xander Harrison, en personne. Un garde qui ne manquait pas d’humour et que Santa’ ne connaissait que trop bien. Et qui, comme elle, n’était pas contre un peu de dynamisme quand cela s’imposait.

Sans gêne, comme toujours avec la brune, Santana s’incrusta bientôt entre les deux hommes de la Garde Rouge, pas impressionnée par leurs muscles saillants, bien que son regard capta aussitôt la bonne fermeté de ces derniers. Un sourire aux lèvres, elle se mit dos au bar, s’accoudant tranquillement alors qu’elle se permettait de faire face, de cette manière, aux deux hommes ténébreux du soir. Santana connaissait Howlett principalement de nom, grâce à sa position, mais ça n’allait pas plus loin. Ou peut-être que si, après tout, elle ne se souvenait pas de tous ceux qu’elle cotoyait. Peu importait, dans le fond, puisque bientôt elle porta sa boisson à sa lèvre tandis qu’elle glissa dans un soupir : « Heureusement que y a pas eu de casse, pas sûre que la proprio aurait apprécié un tel dérangement. » Santa’ reposa sa bière et adressa un clin d’œil à Xander tandis qu’elle salua de la main le lieutenant Howlett. « Carpenter, pas de service ce soir, mais toujours opé pour traîner dans le coin. Vous en avez d’autres des comme ça pour pimenter la soirée ? A vos gueules de déterrés, je dirais que vous êtes dans le même cas que moi, à s’ennuyer à mourir. » Elle se tut, le silence suivant son petit dialogue alors que son regard se balada  l’horizon, constatant que le calme semblait revenu au Jarvis. Soirée, morne soirée qu’elle se doit d’occuper.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
18
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Sam 15 Juil - 23:36






Chapitre I.2
Second Post
feat James & cie





Je sentais l'adamantium sur mes os encore résonné aux coups que j'avais pu mettre à ce type avant de l'avoir traîné sur le trottoir. J'aimais bien les bastons. Ça me manquait parfois de mettre des torgnoles dans la tronche de deux ou trois personnes qui le méritaient. Amanda, la serveuse posa alors une bière, presque effrayée par mon comportement... Et voilà. Que ce soit à Génosha ou sur la "vraie Terre", les gens me regardaient de travers alors que je venais sans doute d'éviter une soirée bien pourrie à cette gamine. Je soupirais, portant le breuvage à ma bouche, profitant d'un petit moment de calme pour récupérer le courage de bouger mon cul jusqu'à mon appartement. À ce même moment, je sentis une présence près de moi, je tournais mes yeux, remarquant un jeune bleu de ma garde.

« Alors, on vient traîner ici pour donner une leçon à des idiots boss ? »

"Si tu veux du lait de croissance, je pense que tu peux en trouver dans l'épicerie d'à côté."


Xander Harrison. C'était l'armurier de mon équipe. Le pic que je venais de balancer était là uniquement pour plaisanter. J'aimais plutôt bien ce type, il faisait du bon boulot et je devais avouer qu'il m'avait largement facilité la tâche avec les armes quand j'ai dû apprendre à m'en servir malgré moi... Je venais de me réveiller de l'éclair de Wanda et je n'avais plus réellement le droit de me servir de mes griffes, donc forcément... Je ne dirais pas qu'il m'a appris a tirer, il m'a juste donné deux ou trois conseils qui m'ont pas mal servi au final. Je n'avais pas tiré depuis la seconde guerre... Foutus Nazis.

«  Mise à part foutre une racler à des petits cons, vous êtes venu pour l’ambiance ? »

"C'est eux qui ont commencé, je tiens à le préciser. Je suis venu pour une petite bière ou deux, j'ai encore deux ou trois rapports des précédentes missions. D'ailleurs, j'ai eu des plaintes pour les armes, l'équipe disaient qu'ils sentaient mauvais. ET justement, je ne veux pas savoir."


Encore une fois, je prenais un ton plus détente que ce que j'avais l'habitude de montrer au QG. Je dois bien l'avouer, c'était sans doute le manque de famille qui me faisait ça. Avant Génosha, au manoir du Professeur, nous étions réellement ensemble... Aujourd'hui, je n'avais que mes petits soldats pour compenser et il n'y a pas si longtemps, l'affection de Raven. À propos des femmes, l'un d'elle vint alors s'installer entre moi et mon armurier. Visiblement, Xander connaissait déjà celle-ci et bizarrement, ça ne m'étonnait pas réellement.

« Heureusement que y a pas eu de casse, pas sûre que la proprio aurait apprécié un tel dérangement. »

"On me dérange, je dérange, c'est ma règle."


Je disais bonjour à cette inconnue, jamais vraiment croisé. Je me sentais déjà comme une sorte de chandelle, la solitude revenait de plus belle. Je serrais les dents, continuant ma pinte, l'alcool piquant mes gencives légèrement touchées par l'attaque de la chope sur ma tête.

« Carpenter, pas de service ce soir, mais toujours opé pour traîner dans le coin. Vous en avez d’autres des comme ça pour pimenter la soirée ? A vos gueules de déterrés, je dirais que vous êtes dans le même cas que moi, à s’ennuyer à mourir. »  

"Touché. Je dois me remettre au boulot, mais j'avais besoin de sortir boire un peu avant de me replonger dans l'Enfer administratif. Je devrais m'inscrire à des combats de MMA, juste pour rigoler. Je suis sûr que je me ferrais plus de frics."

Je jetais un petit coup d'œil vers les gens dans le bar. Tout redevenait normal et la soirée était "sauvée". Il n'y avait pas eu d'éclaboussures de sang, pas de lessive à faire ce soir. Je me tournais vers la jeune femme.

"Alors, pour apprécier Xander, je suppose qu'il faut avoir un grain, d'où vous le connaissez ? Soirée trop agitée ?"

Je lançais un petit sourire à mon collègue, attendant la réponse de la jeune femme.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dead Ringer
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
4 / 54 / 5
Clonage : elle peut se multiplier à volonté, du moins en principe. Au moins elle peut faire apparaître jusqu'à 5 doublons, sur une certaine distance. Elle contrôle chacun de ses clones et les usent dans les situations les plus périlleuses.
Skye & Aelys & Erica & Alice & Nikki
104
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Jeu 27 Juil - 15:13


Santa' & Xander & Logan

Une bière ou deux... ou trois ?


Santana sourit devant le ton employé par le dénommé Howlett. Le lieutenant de la Garde Rouge ne l’impressionnait pas vraiment, et on pouvait même dire qu’elle se reconnaissait en lui à son humeur massacrante du moment. Massacrante, le terme pouvait sembler un peu trop exagéré, mais ce n’était certainement pas les jeunes qui avaient souffert la présence de Logan qui iraient la contredire. Elle ne réagit pas face à son ton blasé, se contentant d’hausser les sourcils en s’offrant une gorgée. Pas sûre que Mai adhère à cette règle, mais ce n’était pas ses oignons après tout. Elle n’allait pas chercher elle-même les emmerdes pour si peu, et encore moins avec des supposés collègues de travail, plus ou moins. La trentenaire préféra rebondir sur la suite des propos, s’imaginant sans peine l’homme combattre sur un ring… ou dans une cage aussi, vu son allure sauvage, ça lui irait sans mal. Pour autant, Santa’ n’était pas vraiment convaincue de la bonne réputation que cela pouvait engendrer pour une figure comme lui de la Garde Rouge. A ce stade de la conversation, Santana ne savait pas vraiment quoi penser d’Howlett. On lui avait tellement mentionné ce type et au final il n’était que comme le commun des mortels. Ah les newbies qui idôlatraient la garde se prendrait une sacrée claque dans la gueule s’ils voyaient ça. « Ce qui est sûr, c’est que vous n’auriez plus à vous plonger dans la paperasse. Mais ce serait moins drôle pour s’offrir des bières entre collègues également. » L’hispanique préféra sortir cette phrase sur le ton de l’humour plutôt que de chercher l’homme sur cette exclamation qui s’était certainement voulue taquine. Mais pour Santa’, ce job, on le faisait certainement pas pour le fric.

La conversation prit une autre tournure, qui faillit faire s’étouffer la trentenaire avec sa bière. Merde, si elle avait pu penser que ça tournerait autour de sa relation avec Xander alors. Faudrait peut-être que le lieutenant Carpenter sache se tenir un peu mieux lorsqu’elle saluait ses proches, ça pourrait moins porter à confusion. Même si elle ne niait pas vraiment ce qui avait pu se passer entre elle et l’armurier. Donnant un coup de poing appréciateur et affectueux sur l’épaule du cowboy, Santana rigola doucement avant de s’expliquer en haussant les épaules. « Xander ? Nah, ça reste un collègue et un agent compétent avant toute chose ! Avant d’être à la Garde il était chez nous, et on a vite noué un bon contact lui et moi. Pas vrai Harrison ? » En tout cas, l’homme avait l’air de toujours faire flancher des coeurs. Un peu comme elle, les deux n’avaient pas vraiment changé. Se tournant vers lui, elle le questionna soudainement : « D’ailleurs, ça se passe comment à la Garde ? Tu sais qu’au SHIELD je pourrais toujours trouver le moyen de te faire revenir ... » Techniquement, la Garde faisait partie du SHIELD, mais en pratique, les choses se passaient bien différemment. Santana elle-même voyait les gens être ses collègues à la Garde d’un point de vue assez radicalement opposé. « Pas que je veux vous le piquer Lieutenant, je dis ça juste comme ça. » Elle sourit, l’alcool commençant doucement à la détendre. Au moins, en la présence de ces braves gars, elle ne pensait plus à Charlie de manière obsessionnelle.

Santana appela la serveuse du soir et fit un signe de la main pour les désigner tous les trois. « Je paie ma tournée ce soir, aussi bien pour fêter les retrouvailles que pour les nouvelles rencontres explosives ! » La lieutenant avait cruellement besoin de profiter de la soirée après avoir passé des heures à tourner en rond, et elle remerciait le hasard de l’avoir fait croiser la route de ses collègues. Soufflant doucement alors que la serveuse ramenait des bières devant eux, l’hispanique soupira. « Ah je sais pas vous, mais je donnerai n’importe quoi pour avoir une mission là ce soir. J’ai besoin d’action sinon je sens que je vais m’étouffer sous le poids de mes pensées, vous voyez ce que je veux dire ? »


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar

1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Ororo Munroe/Cameron E. Fox/Rachel Grey
191
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)   Mar 15 Aoû - 23:33


Une bière ou deux... ou trois ?

- Libre



Un petit rire, oui mec un petit rire, car ta blague elle est comique, même si j’aurais pu le prendre mal. Parce que bon faut être honnête un grand gaillard comme moi à plus besoin de lait depuis belle lurette. Une petite rasette de mon whisky, alors que j’entends le boss me dire que certain se son plain auprès de lui. Rha bordel les gars, vous n’êtes vraiment que des petits cons qui ne savent pas utilise leur flingue. Ça veut jouer au soldat de la mort qui tue et quand ils n’arrivent pas à visé correctement ça de la faute de l’armurier. « Faudrait peut-être qu’ils apprennent à tirer. Ou d’arrêter de confondre fusil et matraque. Et elles pueront peut être moins » encore une gorger avant de rajouter, avec un petit sourire quand même pour pas que ça fasse une peu trop va te faire foutre « Sans vouloir les vexer, boss. »

Je bois encore à mon verre… Ba faut bien le finir ce verre… Mais c’est à ce moment que Santa débarque. Ah Santana, une fille des plus cool, avec qui je me fends bien la poire, pas pour rien que je la considère comme ma meilleur pote. Puis quand j’étais au shield, on a eu de très bons moments tous les deux. Une belle amitié, c’est moi qui vous le dis. Pas dans cette niaiserie, non c’est un peu tu vas en enfer t’amuser n’oublie pas de m’inviter à la partie. Alors il n’y a rien d’étonnant que je l’appelé par des petits noms avec un large sourire. De toute manière elle a l’habitude « Salut, Mdame. » Le boss ne manque pas de faire une réflexion sur moi. Oh ça ne me dérange pas, c’est vrai qu’on peut penser que j’ai un petit grain… Mais ce n’est pas le cas, je suis un mec tout ce qu’il y a de plus normal… Bon ok je parle comme un mec qui a trop vu de film de western de temps en temps, mais moi je suis texan et un Texan à l’âme d’un cowboy. Je laisse ma charmante Hispanique répondre à ma place, profitant des dernières goûte de mon breuvage, car quand on arrive à la fin faut savoir apprécier la chose. J’eu même un petit rire en l’entendant explique notre relation et lui répondait tout en regardant le bar et m’adossant au comptoir, cette fois sans verre faut pas non plus trop en abuser. « Tout à fait, ma ptit dame. » Je lui répondais avec un sourire au visage et continuait à l’écouter. Je rigolais encore avec sa proposition, et je dois dire qu’elle était intéressante à une condition « Braddock est toujours dans ton équipe ? » Je dis ça de manière innocente un peu détacher ou du moi j’essaye, car je ne peux pas nier que cette femme me plaît beaucoup.Ce n’est pas tous les jours qu’une donzelle me met un raclé… Mis à part Santana. Enfin bref, ouais la belle Elisabeth Braddock ne me laissait pas indifférent … Et je crois que pas mal de mecs ne pourraient pas lui résister. Mais si la miss ici présente le remarque je suis partis pour une petite séance de plaisanterie.

JE me retourne vers le bar, car bon c’est bien joli de regarder tout ce petit monde, mais au bout d’un moment ça devient un peu casse-couilles. Au lieu de ça je réplique sur ce que le boss avait dit sur moi qu’il fallait un grain pour m’apprécier. « Et c’est plutôt à force de la fréquenter qu’on a un grain. On se n’ennuient jamais avec miss Carpenter. Toujours prêtes à foutre une dérouillée à quelqu’un. Dans la joie et la bonne humeur.»Je fais un petit clin d’œil à Santa. Et j’accepte aussi la bière hein, on ne va pas dire non à une pinte offerte, ça serait mal poli. «Elle sait donner les coups, ça, on ne peut pas le nier. Je lui ai déjà dit qu’elle devrait venir à la garde. » Je prends la bière, trempe mes lèvres pour en boire une gorgé, je répondis à mon amie « J’en connais une qui ne serait pas ravie de me voir partir en mission. Mais je ne dirai pas non à un bon petit divertissement. » Je parlais de la charmante petite blonde qui était médecin à la garde, elle prenait soin de moi et de mon petit dos. Je partais quelques fois sur le terrain, mais elle n’aimait pas vraiment me voir prendre des coups. Que voulez-vous quand vous avez eu une balle pas loin de la colonne vertébrale et que vous ayez failli y passer, votre dos garde des séquelles. Même si vous voulez toujours jouer un bonhomme, il ne peut plus vraiment supporter autant qu’avant. Je bois encore à ma pinte tout en rajoute. «Mais j’avoue que ça me manque.» Par contre ça m’empeche pas de me faire quelque petit bagarre avec joie.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre I.2 : Une bière ou deux... ou trois ? (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes avions pour Canvas Eagles : jamais deux sans trois
» comment mettre deux ou trois photos ensembles
» Chili à la bière pour deux
» Un bisou, deux bisous, trois bisous dans le cou !
» Pas un poème ? Pas une nouvelle ? Une, deux ou trois pages en prose... C'est ici.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: HAMMER BAY :: Centre-ville :: Le JARVIS-
Sauter vers: