Partagez | 
 

 And when the sky is starless {Steven & Lorna}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc, Kurt et Kris
362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Sam 2 Sep - 15:37



And when the sky is starless
She rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight and who will be her lover?All your life you've never seen woman taken by the sky Would you stay if she promised you heaven? Would you even try? Your dreams unwind and still it's hard to find, I know.
Accrochée au bras de Steven, Lorna riait devant les photographes qui la miltraillaient. Elle voyait déjà les gros titres du lendemain. Des commentaires sur sa tenue, sur sa posture et sur combien ce n’était pas digne de la troisième héritière de la maison Magnus. Une Lorna sobre s’en serait préoccupée. Lorna sobre faisait toujours attention à son image. Pas la Lorna qui adressait un doigt d’honneur à ce journaliste qui la harcelait de question sur l’identité des deux garçons qui l’accompagnaient. Cette Lorna là, ivre, se fichait des conséquences et des reproches qui lui seraient fait pour ce geste déplacée et indigne de son rang. Keith n’était pas dans un meilleur état qu’elle et là où c’était amusant, c’était bien qu’ils en avaient tous les deux besoin. Sortir, s’amuser et boire une bonne fois pour laisser retomber toute la pression qui pesaient sur eux.
Lorna gloussa en laissant sa tête retomber sur l’épaule de Steven. Elle ne marchait pas droit du tout. Heureusement qu’elle avait mis des bottes sans talons. Quoique se tordre la cheville et se faire une entorse aurait été une bonne excuse pour que Steven la porte, tel son chevalier servant. Cette idée la fait rire intérieurement comme une gamine. Elle avait du mal à croire que ce dernier était venu jusqu’ici en pleine nuit pour la chercher et la sortir de là.

Elle se laissa aller contre la banquette du siège passager sur lequel Steven l’avait installé, saluant Keith de la main après que ce dernier ait fait part de sa volonté de rentrer seul. Elle adorait son meilleur ami et secrètement, elle le remerciait de lui donner l’occasion d’être seule avec Steven. Elle tourna la tête vers ce dernier qui s’installa au volant, se disant encore une fois qu’il était particulièrement beau. Encore plus quand il avait cette tête inquiète. Elle se manifestait par sa mâchoire serrée et le regard rivé sur la route. « Je suis contente que tu sois venu. » dit Lorna en souriant et en laissant retomber sa tête sur le côté. Le paysage éclairé de la ville défilait à toute vitesse devant ses yeux et elle dût fermer les paupières un instant pour ne pas avoir envie de vomir. « Mon père va faire une syncope s’il apprend ça. C’est drôle. » Et elle se mit à pouffer de rire, toute seule, devant cette situation hilarante qu’elle n’assumerait pas du tout le lendemain. Elle s’en fichait, elle était seule avec Steven. Plus rien ne comptait. Steven qui lui parlait, lui faisait certains reproches mais elle n’écoutait pas, se contentant de le regarder comme s’il était un ange tombé du ciel. Une chose était certaine, l’alcool la rendait débile pour qu’elle se mette à faire des comparaisons de cet acabit.

Elle mit un moment à comprendre que la voiture de Steven s’était arrêtée et qu’ils ne se trouvaient pas devant l’immense demeure familiale. Elle redressa sa tête engourdie, plissa les yeux et se pencha pour regarder le bâtiment. Lorna sentit Steven bouger à côté d’elle et elle l’observa sortir du véhicule et faire le tour pour lui ouvrir la portière. Elle tendit le bras pour qu’il l’aide à se redresser, manquant plusieurs fois de se casser la figure de façon très glorieuse. Il la soutenait pour l’empêcher de tomber et ça, ça la fit glousser une fois encore. « T’es un héros, Steven.» A nouveau hilare, elle se laissa aller contre lui en marmonnant des choses que Steven ne pourrait pas comprendre car même elle, elle ne savait pas trop ce qu’elle disait. Mais globalement, ça impliquait les températures assez basses, pour elle. On ne pouvait pas dire que sa tenue soit particulièrement adaptée à cette fin de soirée alcoolisée. Elle pourrait rester contre Steven indéfiniment. Il était rassurant, beau, musclé, tout ce que Lorna cherchait ce soir. Steven était parfait. Elle passa ses deux bras autour de la nuque de son héros du jour - ou plutôt de la nuit. Elle garda le silence en levant les yeux vers lui. Depuis quand, il était aussi grand, lui ? Elle n’avait jamais fait attention à ce détail. « Tu sais… J’avais remarqué mais t’es plutôt beau. Du genre à tomber par terre. » Elle pouffa avant de se hisser sur la pointe des pieds et écraser ses lèvres sur celles de Steven.
code by bat'phanie

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Mer 6 Sep - 18:52

And when the sky is starless


Mon bras passé au tour de la taille de Lorna, dont le doux rire parvenait à mes oreilles, je tentais de garder la tête froide et de me souvenir comment j’en étais arrivé là. Lorna m’avait appelé. Je me souvenais d’avoir vu son numéro s’affichait sur mon écran de téléphone avec une certaine surprise. Et une surprise encore plus grande quand j’avais compris que Lorna, au bout du fil, était quelque peu, beaucoup même, alcoolisée. Et qu’elle voulait que je vienne la chercher. Cela m’avait surpris et étrangement fait plaisir. De toute les personnes qu’elle aurait pu appeler c’était moi qu’elle avait choisi. Et cela me faisait vraiment plaisir. Ce qui me faisait beaucoup moins plaisir à cet instant ? Ces foutus paparazzi qui la prenait en photo en profitant du fait qu’elle ne soit pas en état de leur répondre avec son ton habituel. Elle lève la main et leur adresse un fuck. Un sourire se glisse sur mes lèvres. Il y avait quelque chose de terriblement séduisant à voir Lorna faire ce genre de chose qui détonnait tellement avec la princesse qu’elle était, de sang et par sa dignité habituelle. Doucement, je ressers ma prise au tour de ses hanches et penche ma tête à la hauteur de son oreille. J’aime te voir aussi révoltée. Je me retiens de sourire plus ou même de profiter de la sensation de sa tête reposant sur mon épaule. Je me contente de la soutenir jusqu’à ma voiture, fronçant mes sourcils quand son meilleur ami insiste pour rentrer seul. En même temps, cela m’arrange parce que je n’aurais pas à le déposer et donc que je pourrais mettre Lorna à l’abri le plus vite possible mais en même temps… je suis pas rassuré de laisser quelqu’un partir dans cet état ci. Le laissant finalement faire, ne pouvant m’y opposer, j’installe Lorna dans la voiture. Je me penche au dessus d’elle pour bloquer sa ceinture, on est jamais trop prudent. Elle semble… de très bonne humeur ainsi qu’assez fatiguée. Je me retiens d’embrasser le haut de son front, sachant que les paparazzi nous observaient toujours. Je pensais pas avoir un jour l’occasion de te voir dans ce genre d’état. Si j’aurais bien envie de rire, la charrier un peu, je me retiens et contourne ma voiture pour aller me mettre au volant. Alors que je mets le contact, je reste le plus sérieux que je peux, me méfiant de ces crétins de paparazzi et me rappelant de ce qui va m’arriver si quelqu’un apporte la preuve à notre roi que je me suis mal occupé de sa fille quand elle était pareillement bourrée. Mais comment rester sérieux quand sa douce voix vous annonce qu’elle est contente qu’on soit venu pour elle ? C’était impossible. Du moins moi, Steven Danvers, j’en étais incapable. Je tourne le visage vers elle, sachant que j’avais fini de semer les paparazzi dans la circulation et je lui souris. Pour toi, Lorna, toujours. Sur, je me permets qu’elle soit dans cet état pour lui dire ce genre de chose, que je n’aurais osé annoncé à voix haute sinon. Non pas parce que je ne peux dire à la princesse que pour elle je serais toujours là, ce qui était un peu normale vu qu’elle était son Altesse Lorna Lehnsherr. Mais plus parce que je n’arrivais à contenir le ton de ma voix en le faisant. Je l’entends rire en songeant à la syncope que va faire son père. Le même rire que son frère dans ce genre de situation. Et moi… c’était toujours sur moi que ça tombait dans ce genre de situation. Je souriais à l’idée de la tête que ferait leur père mais… je m’inquiétais un peu aussi des répercutions. Il aurait pu t’arriver quelque chose Lorna… Cela m’échappe et je sais que ma voix tremble d’inquiétude en disant cela. Parce que je l’aurais très mal vécu qu’il lui arrive quelque chose. Je sais qu’elle ne m’écoute pas réellement mais je continue de parler pour la maintenir éveiller. Même si j’avoue que la syncope de ton père me fait également rire. J’ai assez vu ton frère lui faire cet effet pour savoir que c’est drôle. Mais Lorna… bon dieu ! Imagine quelqu’un s’en serait pris à toi ? Je te dis pas de pas sortir. Je trouverais ça injuste et stupide. Mais la prochaine fois, prends un garde du corps ou quelque chose. Un agent du SHIELD en accompagnateur, comme je faisais pour Pietro. Ou simplement un ami qui boit pas ! Je sais pas mais… je voudrais pas que tu sois blessée… J’espère que demain, elle se souviendra de ce petit conseil. Ou surement que je lui redirais quand l’occasion se présentera. Mais bon, pensant à la syncope d’Erik et n’ayant pas envie d’être une des personnes à l’origine de la mort de notre roi, je ne prends pas la direction de la maison Magnus. Non, je stoppe bientôt ma voiture dans ma rue. J’offrirais l’asile à Lorna pour la nuit, la surveillerais pour m’assurer qu’elle va bien, m’occuperais de sa gueule de bois à venir demain matin. Je la regarde observer la rue avant de sortir de la voiture. J’ouvre sa porte et attrape, souriant et un peu moqueur, le bras qu’elle me tend. On tient pas debout Princesse ? C’était le cas. Je finis par réussir à la faire sortir et tenir sur ses pieds. J’attrape sa taille quand elle vient s’appuyer contre moi en me disant que j’étais un héro. Le compliment me plait. Je sais qu’il vient d’une Lorna bourrée mais je ne peux m’empêcher de l’apprécier. Je la garde un peu dans mes bras, voyant qu’elle ne compte pas en bouger jusqu’à ce qu’elle parle de froid. Oh merde. Je me détache juste assez pour retirer ma veste et la lui passer sur les épaules. Sure qu’elle n’est pas habillée très chaudement, même si je devais avouer que j’avais apprécié la vue avec une certaine envie. Et un peu honte aussi de songer à cela. Elle était bourrée après tout. Je sens ses bras se glisser autour de ma nuque et je redresse un sourcil surpris. Elle sait pas, elle peut imaginer à quel point, à ce moment, je n’ai qu’une envie : celle de l’embrasser. Je me damnerais pour poser mes lèvres sur les siennes. Mais je ne peux pas. Elle est Lorna Lehnsherr, la princesse de Genosha, je ne peux pas. Et elle est totalement bourrée, je n’oserais pas embrasser une femme dans un tel état, l’empêchant de donner un réel consentement. Mais je ne peux m’empêcher de sourire, surpris mais terriblement flatter dans mon égo et content d’entendre cela, quand elle me dit qu’elle me trouve beau, qu’elle l’avait déjà remarqué. Je te tiens, tu tomberas pas. J’aurais voulu lui dire qu’elle était magnifique. Qu’elle était un ange sur terre, une incarnation de la beauté et de la bonté de ce monde. J’aurais voulu lui dire que je l’aimais depuis la première fois que je l’avais vu. Mais elle ne me laissa pas le temps. Elle… Lorna m’embrassa. Elle m’embrassait. Elle était venue poser ses lèvres contre les miennes comme je rêvais qu’elle fasse un jour. C’était magie. Je penchais la tête vers elle, approfondissant ce baiser, pour lequel je me serais damné, pendant quelques secondes salvatrices avant que mon cerveau refonctionne correctement. Je décollais mes lèvres des siennes avec difficulté et regret, appuyant mon front contre le sien, resserrant mes bras autour de sa taille qu’elle ne tombe pas. Si seulement tu étais sobre, bon dieu… Un murmure que je doutais qu’elle entende et comprenne. Soupirant, je me détache d’elle. Aller Princesse, tu vas prendre froid ! Me souvenant de sa difficulté à sortir de la voiture, je passais rapidement un bras dans son dos et un autre sous ses genoux pour la porter. Je me dirigeais vers l’ascenseur de l’immeuble, la sentant appuyer sa tête contre mon épaule. Monter les escaliers dans cet état allait prendre trop de temps et de bleu sur sa royale peau. L’ascenseur, lui, nous amena très vite à l’étage. Je reposais Lorna au sol avant d’ouvrir la porte de mon appartement. Je la laissais rentrer, refermant à double tour derrière nous. Bienvenue dans mon humble demeure ! La tenant toujours, qu’elle ne tombe pas, je l’emmenais vers le salon. Fais pas attention au bazar… je pensais pas avoir de la visite. Je vais aller te chercher un verre d’eau. Après soit je te mets sous la douche soit au lit directement, comme tu préfères. A vrai dire, même si je savais que la douche froide était plutôt bien pour désaouler, j’aurais préféré qu’elle choisisse l’option directement au lit qui me passerait l’épreuve de la savoir déshabillée dans ma salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc, Kurt et Kris
362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Mer 20 Sep - 23:32



And when the sky is starless
She rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight and who will be her lover?All your life you've never seen woman taken by the sky Would you stay if she promised you heaven? Would you even try? Your dreams unwind and still it's hard to find, I know.
Lorna gardait sa tête contre Steven. Les mots qu’ils avaient échangés dans la voiture tournaient dans sa tête, au même titre que l’environnement qui l’entourait. Il avait l’air inquiet pour elle et elle s’en sentait flattée. Elle se sentait bizarre, dans cette proximité qu’elle avait avec lui. Ils n’avaient jamais été aussi proches que maintenant, restant formels et cantonnés dans le statu quo. Elle, dans son rôle de princesse, lui dans son rôle d’agent du SHIELD. Mais ce soir, tout était différent. Elle sentait que ce statu quoi n’existait plus. Qu’elle pouvait être Lorna, juste Lorna sans avoir à se cacher derrière ces protocoles. Saisie d’une impulsion, elle avait posée ses lèvres sur celles de l’agent et fait durer ce baiser autant que possible. Un profond regret la saisit quand il se détacha d’elle. Elle reprit lentement sa respiration, laissant son front contre le sien et ignorant les mots qui sortaient de sa bouche. Sobre, elle n’aurait jamais osé, c’était bien le problème. Sobre, elle se serait mis des barrières idiotes à cause de son statut. Ivre, elle envoyait ces barrières en enfer et faisait ce qu’elle voulait.

Elle retint un cri de surprise quand il la souleva du sol. Elle n’avait pas l’habitude qu’on la porte ainsi. Aussi parce qu’elle se mettait rarement dans des états aussi lamentables. Elle s’accrocha à Steven comme à une bouée en laissant sa tête retomber contre son torse. L’alcool n’aidait pas sa situation. Pas du tout. Même dans les bras de Steven, le monde avait l’air de tourner. La veste qu’il lui avait prêté pour éviter qu’elle prenne froid manqua de tomber. Là, maintenant, elle regrettait d’avoir trop bu. Surtout parce qu’elle devait garder les yeux fermés pour ne pas vomir. Les lumières de l’ascenseur lui agressaient la rétine et elle se blottit un peu plus contre Steven. Elle espérait ne pas être trop lourde pour lui. Parce qu’elle resterait bien là un moment. C’était rassurant de sentir ses bras autour d’elle et de voir l’inquiétude qu’il éprouvait pour elle. La Lorna sobre frapperait la Lorna ivre sans hésitation pour penser ça. Elle aimait rarement qu’on s’inquiète pour elle et qu’on veuille la protéger à tout prix. Mais ce soir, seulement ce soir, elle appréciait ça. Parce que ça venait de lui et qu’il comptait bien plus qu’elle ne voulait l’avouer. Ne l’avait-elle appelé ? Ne l’avait-elle pas embrassé ? Elle était peut-être ivre mais même ivre elle n’embrassait pas n’importe qui sans raison.

Elle resta accrochée à lui quand ils arrivèrent devant la porte de son appartement et se surprit à rire en imaginant la tronche de son père et surtout celle de son frère s’ils savaient qu’elle était chez un garçon à l’heure actuelle. Elle se reprit quand il ouvrit enfin la porte. Elle était assez surprise de voir l’appartement de Steven. Elle ne s’était jamais demandé où il vivait et comment il vivait. C’était petit, mais quand on vivait dans une grande demeure, tout paraissait petit. Forcément. Il la tenait pendant qu’ils se dirigeaient vers le salon et elle laissa son regard s’aventurer partout avec une curiosité non feinte. Elle se rendait compte qu’elle ne le connaissait pas si bien que ça quand elle aperçut des affaires qui semblaient féminines. Il vivait avec une fille ? Sa soeur peut-être ? Ou une amie ? Peut-être une petite-amie ? Elle se mordit la lèvre pour ne pas poser la question même si la seconde option l’attristait pas mal. Peut-être que non. Peut-être que c’était autre chose. Lorna hocha la tête quand il parla de lui amener un verre d’eau et peut-être de prendre une douche. Elle était un peu moins ivre que lorsqu’elle était partie de l’after avec lui car l’idée de prendre une douche chez lui la gênait un peu. Elle venait le déranger dans son intimité, un peu. Elle sentait que les effets de l’alcool s’estompaient car elle commençait à regretter de l’avoir dérangé. Quelle idiote. « Je suis désolée, Steven. » balbutia Lorna alors qu’il l’aidait à s’asseoir sur le canapé. Elle lui attrapa le bras pour qu’il ne s’éloigne pas. « J’aurais pas dû t’appeler, tu devais être occupé et je t’ai dérangé avec mes bêtises. » Elle leva la tête vers lui et le fixa. Elle avait été égoïste. Elle devait savoir que l’univers ne tournait pas autour d’elle et d’elle seule. « Je ne suis qu’une idiote, pardonne-moi. » Elle lâcha doucement son bras en baissant la tête. Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris ? Elle l’avait sans douté dérangé alors qu’il avait plus important à faire que de s’occuper de Miss la Princesse tête en l’air. Elle commençait à ressentir une certaine honte d’avoir agi ainsi, sans réfléchir aux conséquences de ses actes. Steven était trop bien pour elle, définitivement.
code by bat'phanie

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Mar 26 Sep - 18:54

And when the sky is starless


Il fallait le dire : Lorna bourrée c’était quelque chose. Et même si je m’inquiétais pour elle de la voir dans un état pareil, une petite partie de moi était assez content d’avoir pu assister à ça. Elle avait quelque chose de plus sauvage qu’habituellement, moins de retenu et cela aurait été dommage de ne jamais la voir ainsi. Et de ne jamais l’embrasser… Parce que même si je me reprenais et la repoussais le plus doucement que je pouvais, ne voulant abuser d’elle car elle n’était pas forcément en état de choisir ce genre de chose, j’avais apprécié. Et j’avais conscience que malgré mon souhait qu’elle fusse sobre, c’était la première fois que je l’embrassais et très très probablement la dernière fois également. Je soupirais doucement avant de la soulever du sol. Je lâchais un court rire en l’entendant pousser un cri visiblement surprise. Je remarquais sa façon de s’accrocher à moi comme un noyé à sa bouée et je souris, de là où elle ne pouvait pas me voir. Je me retenais de déposer un baiser sur le sommet de son crâne. Ce ne serait pas juste. Pas juste parce que la sachant sobre, je n’oserais pas de peur de paraître déplacé. Ce ne serait pas juste parce que sobre, elle ne se serait jamais retrouvé dans une situation nécessitant que je la porte. Ce n’était pas juste parce que moi j’étais sobre et qu’elle n’avait aucune idée de l’état dans lequel son comportement me mettait. Doucement, je la posais au sol pour pouvoir ouvrir la porte de mon appartement. Avec surprise, je notais qu’elle restait accroché à moi. Mais pas seulement pour que je la soutienne. Elle n’avait pas besoin d’être blottie dans mes bras pour tenir debout, même avec mon aide. Alors pourquoi ? Pourquoi faisait-elle ça ? L’idée qu’elle le fasse simplement parce qu’elle avait envie et appréciait ne traversa l’esprit mais je la rejetais aussi loin que possible. Cela ne servait à rien de se faire des idées. Et dès que l’alcool aurait quelques peu quitté ses veines, elle se reprendrait et arrêterait cela. Elle redeviendrait la Lorna que j’admirais, que j’aimais et avec qui je ne serais jamais. Alors je parlais, me concentrant sur ce que je disais et sur l’amener sans problème au salon. Deux concentrations, ça devrait m’empêcher de penser à autre chose. Elle me confirma qu’elle était partante pour le verre d’eau et dès que je vis qu’elle était assise je me redressais pour aller lui chercher. Néanmoins sa main qui attrapa mon bras me retient. Enfin, je me stoppais parce que je doutais que dans cet état, elle est la force de physiquement me retenir. Ne t’excuse pas Lorna. Mais elle ne sembla pas m’entendre, disant qu’elle n’aurait pas dû m’appeler ou autre. Je levais les yeux au ciel, content qu’elle soit pas en état de prendre outrage de ce genre de réaction. Je m’accroupissais pour être à sa hauteur et la regardais en face tout en lui répondant. Tu ne m’as pas dérangé et tu ne me dérange jamais. Tu as très bien fait de m’appeler. Et, surtout, tu n’as pas à t’excuser. Je lui souris et retire une mèche de devant son visage quand elle relache mon bras. Je hausse des sourcils surpris. Tu es tout sauf idiote. Juste bourrée mais ne t’inquiète pas, ça va passer. Je reste quelques secondes immobile, attendant de voir si elle veut rajouter quelque chose. Comme elle reste silencieuse, je lui souris simplement en me redressant. Je vais te chercher un verre d’eau, je reviens tout de suite. Partant dans la cuisine, j’attrape une bouteille d’eau et un verre que je rapporte à la princesse. Je lui tend le verre rempli, estimant qu’elle n’est pas encore assez sobre pour boire directement à la bouteille. Surtout que je compte dormir sur ce canapé. Je reste avec toi le temps que tu ailles mieux et après tu dors d’accord ? Tout en disant cela, je m’assois à côté d’elle dans le canapé. Tu as passé une bonne soirée au moins ? Je lui souris. Je préfère m’assurer qu’elle désaoule avant de la laisser dormir, ne sachant pas trop bien tout ce qu’elle a ingéré avant que je le récupère. Du coup, je décide de lui faire la conversation pour la maintenir éveillée. Et ça me permettra d’évaluer son état également. C’était ton meilleur ami le jeune homme avec toi ? Keith c’est ça ? Je crois que Pietro m’a déjà parlé de lui… A vrai dire, je suis assez sur que Pietro m’a parlé de Keith par contre… je suis pas sur que le jeune homme que j’ai vu soit bien ce Keith. C’était… de la petite conversation, de tout et de rien. Mais je ne savais pas trop quoi dire d’autre. Surtout après ce baiser qu’elle m’avait donné, il fallait que je fasse attention à ce que je disais moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc, Kurt et Kris
362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Dim 8 Oct - 13:30



And when the sky is starless
She rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight and who will be her lover?All your life you've never seen woman taken by the sky Would you stay if she promised you heaven? Would you even try? Your dreams unwind and still it's hard to find, I know.
Elle sentait que les effets de l’alcool commençaient à se dissiper. Elle n’avait plus cette euphorie. Elle était en train de se mettre à réfléchir et à songer aux conséquences de sa petite sortie. Elle ne voulait pas. Peut-être devait-elle se remettre à boire pour conserver cet état de joie ? Non, bien sûr que non. C’était tellement stupide. Elle se trouvait idiote. Steven prenait soin d’elle alors qu’elle lui avait imposé à moitié de venir la chercher et de s’occuper d’elle, comme une gamine immature et capricieuse. A croire qu’elle avait besoin qu’on s’occupe d’elle. Peut-être était-ce ça ? Pietro lui manquait tellement. Sa relation avec Wanda allait un peu mieux mais elle n’était pas aussi proche de Wanda que de Pietro. Et Wanda avait autre chose à gérer.
Elle hocha lentement la tête, peu convaincue par les paroles de Steven. Il était si parfait. Rassurant, appliqué. Protecteur envers elle. Même alors qu’elle avait fait son caprice digne d’une enfant de quinze ans, il s’appliquait à rendre les choses confortables pour elle. Après être allé lui chercher un verre d’eau, voilà qu’il proposait de rester avec elle. « Merci. » Elle se mordit la lèvre en se recroquevillant sur elle-même, ramenant ses genoux contre sa poitrine pour poser son menton dessus. Elle se sentait bien, ici. Malgré la réalité qui reprenait le dessus. Elle se sentait bien aux côtés de Steven. Elle ne disait plus rien, hochant simplement la tête. Mais elle ne pourrait pas faire ça éternellement.

« Oui, c’était amusant. J’aime bien ce groupe. » Les détails de la soirée étaient encore un peu flou. Elle se souvenait du concert mais elle en revanche, elle ne conservait que quelques souvenirs de la fête d’après. Le nombre de verre qu’elle avait bu, les choses qu’elle avait échangé avec Keith. Elle se souvenait à peine du moment où, sur un coup de tête et encouragée par son meilleur ami, elle avait saisi son téléphone pour appeler Steven. « J’ai arrêté de compter les verres, par contre. » Elle eut un petit rire rauque.  Elle plissa les yeux à la question de Steven, concernant Keith. Elle savait que Pietro n’aimait pas beaucoup Keith pour des raisons qui lui échappaient. Pas beaucoup, c’était un euphémisme. Il ne l’aimait pas tout court. Lorna ne savait pas trop pourquoi. Keith était un ami fidèle, loyal et elle lui faisait entièrement confiance. Mais parfois, les gens n’avaient pas besoin de raison pour ne pas aimer quelqu’un. Elle hocha donc de nouveau la tête. « Keith, oui. Il est avocat. Pietro ne l’aime pas beaucoup, mais je crois que c’est parce qu’il n’aime pas que je sois proche d’un garçon. Enfin, j’imagine. Mais il s’inquiète pour rien. Keith serait davantage intéressé par Pietro et toi que par moi. » Elle marqua un silence avant d’ajouter. « Il est gay. » Histoire que ce soit bien clair. C’était un peu cliché d’avoir un meilleur ami gay. Digne d’un film pour ado. Mais elle s’en fichait. Elle était amie avec Keith pour ce qu’il était, pas pour ce qu’il aimait. « De toutes façons, je m’intéresse à quelqu’un d’autre. » Elle eut un petit sourire en repoussant une mèche de cheveux derrière son oreille et laissa sa tête reposer sur ses genoux en fuyant un peu le regard de Steven. Elle se sentait niaise.

Il était à côté d’elle et elle n’osait pas lui dire que c’était lui. Celui qui occupait ses pensées. Qu’elle l’avait appelé parce qu’elle l’appréciait. Et qu’elle espérait qu’il soit davantage qu’un ami. Elle ne voulait pas faire un remake débile de Bodyguard. Elle ne chantait pas aussi bien que Whitney Houston, de toute manière. Et Steven était loin de ressembler à Kevin Costner, même s’il était plus beau que lui à ses yeux. Elle gardait en tête qu’elle avait vu des affaires appartenant à une femme en arrivant. Peut-être que Steven avait quelqu’un dans sa vie. Et peut-être même qu’il n’était pas du tout attiré par Lorna, ce qu’elle pouvait comprendre. Elle était encore un peu sous l’influence de l’alcool et la possibilité qu’il ne partage pas les sentiments qu’elle avait pour lui l’attristait un peu. Elle décida de faire quelque chose d’impulsif. Quelque chose que son éducation princière et la bienséance lui auraient interdit. Elle redressa la tête et plongea ses yeux dans ceux de Steven avant de prendre une grande inspiration. Elle avait déjà envoyé paître la bienséance depuis longtemps, surtout depuis le début de la soirée. Ce n’était pas digne d’une princesse de partir d’une soirée aux bras de deux hommes. De porter la tenue qu’elle portait. Et d’adresser des gestes grossiers aux photographes parce que le flash l’avait agacé. Elle n’était plus à une entorse près, au final. Elle se racla la gorge en priant pour que sa voix ne lui fasse pas défaut. « Est-ce que tu me trouves jolie, Steven ? » La question à deux millions. Elle blâmerait l’alcool si la réponse était négative. Elle blâmerait totalement l’alcool en se réveillant sobre. Mais elle avait besoin de le savoir et besoin de s’en rappeler. Elle attendait la réponse, pendue aux lèvres de Steven comme si c’était une bouée de sauvetage.
code by bat'phanie

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Ven 17 Nov - 19:36

And when the sky is starless


Ayant décidé de lui parler jusqu’à ce que Lorna se sente mieux et qu’on puisse tous les deux aller se coucher, séparément bien entendu, sans que je m’inquiète pour elle, je lui demande comment s’est déroulé sa soirée. Elle me dit que c’était une bonne soirée et qu’elle aimait bien ce groupe là. Je souris. Tant mieux alors. Ca aurait été vraiment dommage qu’elle passe une mauvaise soirée et qu’elle finisse en plus dans cet état. Pas que j’ai un problème à l’idée qu’elle soit dans cet état, même si je m’inquiète. Mais je sais que elle, demain matin, elle va avoir un problème avec ça. Je la connais assez pour me douter qu’elle va s’en vouloir. Sans parler de la leçon que risque de lui passer son père. Alors il aurait été bête de passer par ça si elle n’avait pas au moins profité de sa soirée comme il se devait. Je lâche un court rire quand elle me dit qu’elle n’a pas compté les verres. Ca ne me surprend pas réellement, vu son état et tout. Et une soirée où on ne pensait pas à compter ses verres, ça faisait parti des bonnes soirée. Enfin… bref, l’idée était là. Je la questionne ensuite au sujet du jeune homme qui était avec elle. Il m’a semblé le reconnaitre mais je n’étais pas sur. Après je me demandais bien pourquoi, enfin pourquoi d’autre que discuter. Qu’est-ce que je pourrais faire si ce n’était pas la personne que je pensais ? Enfin plus exactement si c’était pas quelqu’un de fréquentable et quelqu’un qui attirerait des ennuis à la Princesse ? Je pouvais plus faire grand chose à l’heure qu’il était et c’était pas à moi de m’occuper de ce genre de détail de toute manière. Je savais pas son frère que Lorna n’aurait pas apprécié que je m’en mêle. Mais j’avais vu juste : c’était bien Keith, son meilleur ami. Une partie de moi est rassurée. Je rigolais quand elle me dit que Pietro ne l’aimait pas trop, surement parce que c’était un homme. C’est le rôle du frère de ne pas apprécier les hommes qui approchent sa soeur. Imagine un peu comme Pietro déteste ceux qui te courtisent. J’avais beau rire de cela, j’espérais me tromper. Je courtisais pas réellement Lorna, je lui faisais pas la moindre avance. Mais j’avais encore espoir de le faire un jour. Et j’avais pas envie que Pietro me déteste pour autant. Je souris à Lorna, rieur, quand elle se sentit obligée d’ajouter que Keith était gay. J’avais compris… Avec une soeur et une meilleur amie qui préféraient les femmes, j’étais assez bien renseigné sur le domaine. Attendri, je la regarde sourire, se cacher le visage avec ses genoux. Pourtant, je sens tout de même une forme de douleur s’insinuer en moi quand elle me confie qu’elle est intéressée par quelqu’un d’autre. Il a beaucoup de chance. Je le pense, sincèrement. Mais je suis peiné de l’entendre, comprenant dans sa façon de le dire que ce n’était pas moi. J’avais l’impression que le peu de chance que j’avais jamais eu avec elle venait de s’envoler. Elle semble réfléchir alors je reste silencieux. Pourquoi quoi dire de toute manière ? Je n’en aurais eu aucune idée. Soudain, elle se relève. Je suis prêt à bouger, de peur que ce mouvement brusque lui retourne l’estomac. Mais il n’en ai rien. Elle plonge ses yeux dans les miens et je prie pour qu’ils ne reflètent pas trop mes pensées. Puis la question tombe. Je reste quelques secondes immobile parce que… Lorna me demandait si je la trouvais jolie. Mon coeur s’emballa. Je déglutis, la bouche un peu sèche. Tu es beaucoup plus que jolie, Lorna. Tu es magnifique. Je crois que mon ton est un peu trop… pas contrôlé. J’ai envie de poser mes lèvres contre les siennes comme elle a fait tout à l’heure mais je ne peux pas. Je ne dois pas. Je cligne des yeux et change de position sur le canapé pour me reprendre. Si un homme le pense pas, c’est qu’il ne te mérite pas. Et qu’il est probablement stupide. Ou aveugle, aveugle ça marche aussi. Je fronce soudainement les sourcils. Quelqu’un t’a dit quelque chose à la soirée ? Ou un des paparazzis ? Tu veux qu’on y retourne pour que je leur casse la tronche ? Si les deux premières questions sont sérieuses, un sourire blagueur s’est glissé son mon visage a la dernière. Vu son étatn, je doute grandement qu’elle choisisse cette option.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Polaris
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
Magnétisme, comme pôpa
Alby, Gabriel, Jessica D, Marc, Kurt et Kris
362
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   Dim 3 Déc - 21:02



And when the sky is starless
She rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight and who will be her lover?All your life you've never seen woman taken by the sky Would you stay if she promised you heaven? Would you even try? Your dreams unwind and still it's hard to find, I know.
Elle continue de se sentir idiote, probablement car elle déteste se trouver dans cet état entre l’ivresse et la sobriété. Elle est à ce stade où elle doute de tout et surtout d’elle-même. De ses capacités, de ses responsabilités, de l’image qu’elle dégage. Elle commence déjà à regretter son attitude devant les paparrazzis et le spectacle qu’elle a du donner d’elle. Et surtout, elle commence à avoir l’impression que l’attirance qu’elle ressent pour Steven n’est pas réciproque du tout. Elle ressert ses bras autour de ses genoux, comme pour se rassurer. Elle pose sa maudite question, sans vraiment comprendre ce qui peut bien lui passer par la tête quand elle le fait. Et elle attend la réponse, avec appréhension. Que fera-t-elle si Steven est attiré par quelqu’un d’autre ? Elle ravalera sa fierté blessée et le laissera tranquille. Elle sait le faire. Elle n’insistera pas. Elle continuera d’être son amie malgré tout, parce qu’elle tient à cette amitié même si elle aimerait que ce soit davantage qu’une simple amitié. Elle veut être avec lui. Tant pis si les gens ne sont pas d’accord. Tant pis si son père hurle. Si Pietro le vit mal. Elle veut vivre pour elle et faire ses expériences seule. Elle n’a jamais eu de refus, côté coeur. Jamais. Si Steven la repousse, ce serait la première fois. C’est aussi pour cette raison qu’elle appréhende grandement sa réponse. Elle se tait en se mordant la langue. Il doit la prendre pour une folle. Ou quelqu’un de pas très sain d’esprit pour poser ce genre de question en passant du coq à l’âne. L’alcool multiplie les émotions de Lorna et par la même occasions, ses propres doutes et insécurités.

Elle donne sans cesse l’impression d’être satisfaite de sa condition et de se foutre complètement du fait qu’elle est censé avoir des responsabilités. Depuis son enfance, elle a appris à se comporter comme une princesse doit le faire. En tant que troisième héritière, elle joue le jeu d’ambassadrice. Se rend à l’Alpha House régulièrement. Soutient les familles. Prend part à des oeuvres caritatives et donne cette image de jeune femme sûre d’elle. Sûre d’elle, elle l’est, bien sûr. Elle a appris à l’être. Mais il lui suffit de boire le verre de trop et de laisser s’effacer l’euphorie causée par l’ivresse pour que tous ses doutes lui reviennent en plein visage. C’est pour cette raison qu’elle s’attend presque à une réponse négative de la part de Steven. Qu’elle protège son petit coeur stupide qui n’a rien trouvé de mieux que de craquer pour un agent du SHIELD. Ce n’est pas comme si elle peut avoir le garçon qu’elle veut. Ils seraient nombreux à se porter volontaire pour être avec elle. Mais elle n’en veut qu’un et c’est Steven. C’est lui. Steven Danvers qui répond à sa question par l’affirmative, qui surenchérit par un « magnifique ». Steven Danvers qui est allée la chercher pour l’arracher à une masse de gens ivres parce qu’elle l’a appelé. Tel un héros. Qui dit qu’un homme ne pensant pas comme lui est aveugle et stupide et qu’il ne la mérite pas. Et qui à présent, s’inquiète en lui demandant si quelqu’un lui a fait une remarque désobligeante. Le coeur de Lorna s’emballe dans sa poitrine et un sourire se dessine sur ses lèvres malgré elle.

Sans en dire davantage, elle change de position pour se rapprocher de Steven et poser une main sur son épaule. C’est maintenant ou jamais. Elle dépose à nouveau un baiser sur les lèvres de l’agent, en y mettant plus de tendresse que le précédent. Ce n’est pas sa raison qui la guide. Elle n’a pas de contrôle sur ses gestes et n’a pas non plus envie de les contrôler. Lâcher prise, de temps en temps, ça ne fait pas de mal. Au bout d’un instant qu’elle aurait aimé prolonger davantage, elle s’écarte et inspire longuement sans quitter Steven des yeux. « C’est toi, le chanceux.» dit-elle pour faire écho à une phrase que Steven a prononcé plus tôt. « Je veux être avec toi.» Elle repousse à nouveau une mèche de cheveux bruns en se repositionnant à genoux à côté de lui. Elle se mord la lèvre et baisse les yeux en souriant, comme une adolescente timide. Elle se sent en sécurité avec lui et elle donnerait n’importe quoi pour que ses bras l’entourent à nouveau. Elle veut s’y réfugier et dormir jusqu’au matin avec cet homme près d’elle.

code by bat'phanie

___


†And oh ! I know that we've got better days. And oh ! I'm sure that we will conquer the world. I regret what I don't have said I scrued up things inside your head. We'll be together.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: And when the sky is starless {Steven & Lorna}   

Revenir en haut Aller en bas
 
And when the sky is starless {Steven & Lorna}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Steven
» [Saylor, Steven] Les Mystères de Rome - Tome 1: Du sang sur Rome
» [Saylor, Steven] Les Mystères de Rome - Tome 2: L'étreinte de Némésis
» Steven Saylor - les enquêtes de Gordien
» Terra Nova par Steven Spielberg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: