Partagez | 
 

 La discrétion est un art qui s'apprend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Théodore AltmanExtraterrestre
avatar

2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
Force surhumaine : une force incroyable et il peut soulever plusieurs tonnes sans en souffrir.
Endurance incroyable : Il se blesse très difficilement
Métamorphose : Changer de formes et en plus prendre la force d'un Hulk
Adaptation biologique : son corps s'adapte pour éviter les blessures mortelles
54
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: La discrétion est un art qui s'apprend   Mer 20 Déc - 17:05

PUTAIN ! J’avais loupé le bus ! À rien ! À rien j’avais loupé ce putain de bus de … Je respirais à fond en regardant autour de moi. Personne, ou presque. Deux trois qui se baladaient tranquillement. Fais chier ! À une minute je l’avais ! À une minute ! Je poussais un profond soupire. À cause d’un feu rouge et de mon éducation qui attend le feu vert … J’avais loupé mon bus. Et peut-être que je n’avais pas match aujourd’hui, mais il y avait un match d’entraînement entre les deux équipes de mon club, et je ne voulais pas rater ça ! Et forcément j’avais loupé le dernier bus qui m’aurait permit d’arriver à l’heure !  Et ma mère travaillait, je ne pouvais pas me permettre de la déranger pour ça.

Je poussai un cris de rage et donnai un coup de pied dans un des poteau qui bordait la route. Le conducteur avait dû me voir faire de grands signes ! Mais non il était partit quand même ! J’espérais qu’il crève un pneu sur la route ! Dans mon coup de pied je mis toute ma colère et ma frustration et … le poteau qui aurait dû ne pas bouger se brisa net et tomba au sol dans un claquement de métal. Et … Merde. Qu’est ce que c’était que cette force ? Elle m’était venue deux trois fois, mais là c’était autre chose ! D’habitude c’était en privé pas un public ! Et encore heureux nous n’étions pas dans une rue passante. Je devais faire quoi ? Je devais faire quoi ? Je devais faire quoi ?! Parce qu’il était par terre le morceau. Et je n’avais même pas mal à la jambe. S’éloigner discrètement peut-être ? En laissant l’objet du crime par terre ? Je m’accroupis, comme pour refaire mes lacets et saisis le poteau en serrant mes doigts de toute mes forces. Mais la force avait déjà disparu. Discrètement je poussai le poteau dans le caniveau, ça serait déjà plus discret que sur le trottoirs. Bon … prochaine étape : la fuite !  

Je me redressai, aussi naturellement que possible, pour me diriger d’un pas des plus normaux. Vers l’endroit où William aimait bien se rendre pour dessiner. Je ne comprenais pas trop son amour pour ce lieux, mais pourquoi pas ! En me faufilant dans les ruelles j’entendis brusquement un bruit de pas derrière moi. Je n’accélérais pas le pas pour ne pas paraître suspect. Lâche moi ! Je restais de marbre, mais je sursautais en sentant une main se poser sur mon épaule. Je me retournai brusquement.

« Quoi ? »

J’avais l’air d’assez mauvaise humeur, et tant mieux je ne voulais pas pas qu’on m’énerve.
Revenir en haut Aller en bas
Jessica DrewHumain modifié
avatar


Spider-Woman
3 / 53 / 5
1 / 51 / 5
Superpouvoirs :
Force, agilité, vitesse et réflexes surhumains
Projection de décharges de bio-électricité
Adhérence à tous types de surfaces
Résistance à tout type de poisons
Sécrétion de phéromones.

Compétences :
Parle plusieurs langues
Excellente combattante au corps à corps
Bonne acrobate

Gabriel, Albert, Marc, Kurt & Lorna
435
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La discrétion est un art qui s'apprend   Mar 2 Jan - 16:23



La discrétion est un art qui s'apprend

Le manque d’action, faut faire avec. Jessica qui n’a jamais été très patiente, découvre avec amertume que dans son nouveau métier, faut apprendre à attendre. Et les planques, elle déteste ça. Elle détestait déjà ça quand elle était à la garde, de toute façon. Heureusement qu’elle avait vu large avec son thermos de café. Tout ça pour photographier Jean-Baptiste Infidèle au bras de sa secrétaire, parce que sa femme le soupçonnait d’aller s’éclater ailleurs qu’avec elle. Ça, c’est la partie chiante du boulot. Mais ça paye. Et ça paye pas trop mal. Elle a l’appareil photo qui trône sur la banquette arrière pendant qu’elle joue de la batterie avec impatience sur le volant. Elle a juste envie que ce brave monsieur sorte avec la jolie rouquine qui l’accompagne, qu’elle prenne sa fichue photo et qu’elle puisse passer à autre chose. Elle n’a pas quitté la Garde pour photographier l’adultère en trente-cinq figures.

Elle regarde sa montre et soupire à nouveau en laissant retomber sa tête en arrière. Elle est un peu déstabilisée au premier abord de ne pas sentir sa familière queue de cheval à l’arrière de son crâne. Elle laisse ses cheveux bruns lâchés depuis peu. La coupe stricte, ça allait bien quand elle était à la Garde. Maintenant, elle doit passer partout. Et il lui faut vraiment cette photo, ne serait que pour que la femme du gus qu’elle prend en filature depuis plusieurs jours ne cesse de harceler tout le monde au bureau. La pauvre Paige doit avoir affaire à elle toutes les demi-heures. Et quand c’est Jessica qui décroche le téléphone, elle se montre si désagréable que Jess espère que son mari est vraiment en train de la tromper, ne serait-ce que pour qu’elle allonge le blé et leur fiche la paix. C’est horrible de penser ça, mais si c’est le prix à payer pour qu’elle arrête de les harceler, honnêtement…

Enfin, la cible sort de son lieu de travail. Seule, comme d’habitude. S’il y a vraiment adultère, il est un minimum intelligent, déjà. Ça parait logique mais Jess sait d’expérience que ce n’est toujours très clair dans la tête de certaines personnes. Il va prendre le bus, comme d’habitude. Jessica n’a jamais vu quelqu’un avoir une routine aussi chiante que celle-ci. Metro, boulot, dodo. Elle commence vraiment à penser qu’il n’y a pas d’adultère. Il grimpe dans un bus, ce que Jessica ne manque pas de photographier. Mais la journée n’est pas finie. Si elle s’en réfère à ses habitudes, il va maintenant se rendre dans une salle de gym. Comme tous les jours. La routine, tout ça. Elle soupire, dépose son appareil et commence à démarrer. Du coin de l’oeil, elle aperçoit un garçon arriver en courant alors que le bus s’éloigne. Ah, ça, c’est dommage. Il n’y a rien de plus frustrant que de rater son bus de peu. Elle ne peut s’empêcher de ressentir un brin de compassion pour le garçon alors qu’elle commence à enclencher les vitesses. Et s’arrête net en voyant un poteau tomber après avoir reçu un coup de pied de la part du jeune homme.

Qu’est-ce que… quoi ? Elle se tasse dans sa voiture quand le jeune homme regarde autour de lui s’il y a d’éventuel témoin. Son cerveau se met à fonctionner à toute allure. Pour avoir déjà donné un coup dans un poteau de ce genre dans un accès de rage, Jess sait que ça fait mal. Et qu’il n’est pas censé se briser net et tomber avec grand fracas. Ce n’est pas la chose la plus bizarre qu’elle a vu dans sa carrière mais elle est familière avec ce genre de chose. Dans son malheur, le garçon a de la chance qu’elle ne soit plus à la Garde. Et devrait apprendre à faire preuve de davantage de discrétion. Il s’éloigne après avoir poussé la preuve de son crime dans le caniveau et Jessica attend un peu avant de reprendre le volant. Elle le suit doucement jusqu’à une ruelle, cherchant bien ce qu’elle va pouvoir lui dire. Elle a complètement oublié Jean-Charles, ou Jean-Machintruc. Elle se rappelle jamais du nom des gens chiants. Super la détective privée. Là, c’est le garçon qui l’intéresse. Elle arrête la voiture et s’en extirpe rapidement. D’un pas rapide, elle s’engage derrière lui dans la ruelle, s’assurant qu’ils sont seuls. Comment elle va pouvoir lui dire ça ? « Hey, je t’ai vu faire preuve d’une force incroyable !» Non. « Hey, fais gaffe, tu commences à émerger et tu seras bientôt traqué par le gouvernement !» Non plus. « J’étais à la garde et…» Certainement pas ! Il va s’enfuir en courant. Tant pis, ce sera au feeling.

Elle arrive derrière lui et lui pose la main sur l’épaule. Elle ne se laisse pas démonter, car elle a affronté plus féroce qu’un adolescent. « Pas très malin de t’en prendre à un poteau innocent en public, tu sais ? Heureusement qu’il n’y avait personne. » C’est Jess, hein. La subtilité, tout ça… Elle affiche clairement qu’elle n’a aucune intention hostile envers le garçon en se reculant et en écartant les bras. « Je ne te veux aucun mal, ne t’en fais pas. Je ne fais pas partie de la garde. J’ai vu que tu avais des soucis avec ton bus, tu veux que je te dépose quelque part ? Ce serait peut-être plus sûr pour toi. » Elle lui adresse un sourire qu’elle veut rassurant. Il doit la prendre pour une folle qui débarque de nulle part. Surtout qu’il n’a aucune raison de lui faire confiance après tout. Et qu’il ne connait pas son nom. « Je m’appelle Jessica, au passage. Je pense que tes parents t’ont dit de ne pas monter dans les voitures des inconnus, donc autant que tu connaisses mon prénom. »

AVENGEDINCHAINS

___


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Théodore AltmanExtraterrestre
avatar

2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
Force surhumaine : une force incroyable et il peut soulever plusieurs tonnes sans en souffrir.
Endurance incroyable : Il se blesse très difficilement
Métamorphose : Changer de formes et en plus prendre la force d'un Hulk
Adaptation biologique : son corps s'adapte pour éviter les blessures mortelles
54
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La discrétion est un art qui s'apprend   Mar 2 Jan - 17:40

Une fille … Non, une femme, la trentaine, brune, les cheveux lâchés, des yeux verts, elle fait bien une tête et demie de moins que moi, comme le commun des mortels, elle est plutôt jolie. Bordel ! J’ai envie de la frapper. Mais non, en réalité, je suis plus terrorisé parce que je viens de faire. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ! C’est impossible de casser ces poteaux … Et là d’un coup de pied, que j’aurais dû sentir passer, j’ai cassé un énorme morceau de métal, et je n’avais même pat mal à la jambe. J’avais le droit de demander à la vie un mode d’emplois ? Ou c’était trop demander ? Parce que je n’avais pas la force de faire ça. Clairement pas. J’avais beau faire mon poids, coucou le presque deux mètres, je ne brisais pas encore les poteau de métal aussi facilement. Le mordant de la femme aurait put me faire sourire si je n’étais pas aussi tendu. Autant attendre qu’elle ait finit de bavasser pour répondre. Elle m’a l’air bien trop énergique pour ma santé. Mais … Elle me flique ou quoi ? Parce que … Roh et puis merde, je ne cherchai plus à comprendre. Pour l’instant j’aurais voulu courir me réfugier dans les bras de ma mère, comme tout petit, mais je ne pouvais pas. Mes parents ? Je n’avais que ma mère, mais elle réussit à me tirer un petit sourire. Je répondis lentement.

« J’ai rien voulu casser madame, je sais même pas ce qu’il s’est passé … c’est la toute première fois que ça m’arrive … Ouais je veux bien que vous me déposiez s’il vous plaît … Il y a un match de basket amical que je veux voir … Je m’appelle Théodore … »

Je n’avais pas très envie de lui donner mon surnom. « Teddy » c’était bon pour mes proches amis, et William. Si elle voulait elle pouvait m’appeler Théo, c’était pas plus mal. Je ne lui tendis pas la main pour lui serrer la sienne, ne sachant pas si je pouvais lui réduire en tas de chair sanguinolent. Je préférais autant que possible éviter ça. C’était … mieux pour ma santé et la sienne. J’enfonçais mes mains dans mes poches pour éviter de faire trop de geste brusque. Je ne savais pas ce que mon corps faisait, mais on allait limiter les dégâts. Au maximum. Je rajustai mon sac sur mon épaule et sortis de la petite ruelle en essayant d’éviter de regarder vers le poteau manquant. Je me tournais vers Jessica.

« Quelle est votre voiture madame ? »

Je ne savais pas trop quoi faire d’autre … Au pire … même si je n’aimais pas ça … J’imaginais que je pouvais toujours sauter en marche ou lui donner un coup de poing dans la mâchoire. Même si je n’avais pas la force de tout à l’heure, je devais bien pouvoir l’étourdir assez pour sauter de la voiture non ? J’espérais quand même ne pas avoir en arriver là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La discrétion est un art qui s'apprend   

Revenir en haut Aller en bas
 
La discrétion est un art qui s'apprend
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La photo de rue
» Bonjour la discrétion ...
» détecter en toute discrétion
» [Vidéo Humour] Comment rentrer gratuitement à Disneyland Paris
» Andy : La douceur, la couleur, la discrétion, la rondeur ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK-
Sauter vers: