AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Groupe 5 : La ville abandonnée
we will stand stranger to brother
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Dim 28 Jan - 11:28

Terre 7044 -
Les zombies

La ville abandonnée


GROUPE 5



★ Théodore Altman
★ Nasiy Fisher
★ Connor Coleman
★ Marc Bowman
★ Kayleen Walcott
★ Santana Carpenter
★ April Ren
★ Dylan Miller
★ Leo Jüng
★ Angela Helswath
★ Peter Parker


La réalité s’écroule autour de vous. Tout ce que vous avez toujours connu, ou pensé connaitre, tombe en lambeau, s’effrite, devient poussière, sous vos yeux effarés. Pourtant la vie suivait son cours le plus normalement du monde. Vous étiez tranquillement chez vous, au café du coin avec un ami, au travail, au ciné, en train de faire du shopping. En train de tout et rien faire, en train de vivre. Mais à la Maison M, enfermée dans sa chambre, l’ainée de filles du Roi est, elle, en pleine crise. Les genoux à terre, elle prend sa tête entre ses mains et hurle de douleur. Elle maintient ce monde depuis trop longtemps. Certes, il lui apporte une protection nécessaire mais elle n’y tient plus. Ses pouvoirs s’égarent autant que son esprit déjà malade. Elle s’époumone, elle n’y arrive plus, son corps brûle, sa tête va exposer. Son sortilège vacille.

C’est une sensation bizarre, particulière et, surtout, indéfinissable que de comprendre que, dans ce monde, le seul point constant n’est autre que soi-même. Parce que c’est bien le cas à ce moment précis, celui où tout se reconstruit en quelque chose de tellement différent. A croire que le reste du monde est malléable à souhait, à croire qu’il n’y a rien d’autre de vrai que soi.

Vous voilà rassemblés au centre-ville de ce qui semble être une ancienne métropole abandonnée. Vous êtes entourés de hauts gratte-ciel aux vitres éclatés ou placardés, alors que d’autres sont à moitié effondrés. Les panneaux publicitaires numériques autrefois lumineux et hypnotisants sont éteints et éclatés. Vous n’avez aucune difficulté à imaginer qu’avant, cet endroit grouillait de gens, de touristes, de voitures et de vie. Des carcasses de voitures dépourvues de leurs pièces et de leurs pneus sont rouillées et abandonnées en pleine rue. Des déchets jonchent le sol, des feuilles volent dans les airs, il n’y a pas d’électricité, la nature a commencé à reprendre ses droits. On peut apercevoir des plantes un peu partout sur la chaussée qui s’effrite sous vos pas ou sur les parois extérieures des bâtiments. C’est le calme plat et aucune âme ne semble vivre ici à part vous. Une odeur bizarre d’humidité flotte dans les airs. Tout semble avoir été abandonné d’un seul coup, mais impossible d’en savoir la raison.


TOUR 1



Bienvenue sur la terre d'un Spider-cochon qui a été transformé en zombie! (earth-7044) et qui a infecté une bonne partie de la population. Groupe 5 : La ville abandonnée 3542309723

Ici les zombies sont partout et il n'y pas beaucoup d'âmes qui vivent (à part vous!). Vous avez été transporté dans une ville fantôme par
une Wanda qui perd définitivement les pédales ! Pour cette mission, on a décidé d’en revenir à l’ancienne façon de faire avec des choix multiple. Le but de vos personnages est de trouver la brèche inter-dimensionnelle qui leur permettra de rentrer à Genosha. Comment ? Bon courage pour le deviner. Groupe 5 : La ville abandonnée 3542309723

Pour ce premier tour, et vu ce qu’il se passe, on a pensé que commencer avec une simple réaction de vos personnages seraient pas mal.

À dans deux semaines pour le début des choix ! Groupe 5 : La ville abandonnée 1499035354

Indications de jeu



Comme d’habitude, il y a quelques règles de base à suivre pour l'ensemble de la mission.

  • À moins d'indication contraire, tenez-vous en à ce qui est dit par le MJ. N'essayez pas de le devancer.
  • Le nombre minimum de mots autorisés est de 200 mots.
  • Vous devez obligatoirement mettre des résumés de vos posts à la fin de ceux-ci et mettez en blanc l'option choisie.
  • Vous avez deux semaines entre deux tours pour répondre.
  • Il n'y a pas d'ordre de passage.
  • S'il vous plait, essayer d'inclure tout le monde dans le groupe, il y en a souvent qui se sentent de côté.
  • Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter Maria Hill.

Et, pour info, nous considérons la mission comme réussie si vous arrivez à trouver la brèche en moins de 6 tours. Vous ne devez aussi pas manquer plus de un tour de jeu.



house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 28 Jan - 15:46
J’étais allongé sur mon lit à fixer le plafond plongé dans mes pensées. J’étais entrain de rêver à William. C’était étrange … Ou pas ça m’arrivait très souvent. Il faisait beau aujourd’hui mais je n’avais pas envie de sortir, ça arrivait aussi ça parfois.Ma mère ne bossait pas et était en bas, aujourd’hui nous devions, enfin, aller chercher les nouveaux placards pour la cuisine. Elle m’appela. Je me redressais prudemment, histoire de ne pas m’assommer sur le plafond et alors que j’étais descendu et que nous allions partir je me rendis compte que j’avais oublié mon portable. Je tournais les talons et reviens vite vers ma chambre où mon portable était posé sur mon bureau, je l’allumais pour vérifier, mais pas de message, mais ma batterie était pleine. Je me détournais pour rejoindre m …

Je clignais des yeux. Je ne savais pas ce qu’il c’était passé … mais c’était sûr, je n’étais plus du tout dans ma chambre. J’étais debout dans la rue. Pas n’importe quelle rue. Une rue que je n’avais jamais vu, les gratte-ciel autour de moi étaient en ruine, leur grandes vitres éclatées en mille morceau, certains étaient en ruine, les panneaux publicitaire étaient éclatés, il y avait des carcasses de voitures partout, des déchets jonchaient le sol et visiblement mère nature avait décidé qu’elle allait reprendre le bail abandonné. Si cet endroit avait sans aucun doute était une grande ville vivante, aujourd’hui ce n’était plus le cas. Je n’aimais pas du tout ce calme plat ni cette étrange odeur.

Je me forçai au calme et examinai avec soin autour de moi. Bon … visiblement je n’étais pas tout seul. Nous étions une dizaine … C’était déjà ça, je n’étais pas seul. Et je n’étais pas pieds nus. La scène des pieds en sang dans Die Hard Piège de Cristal m’avait marqué. Par contre au cas où j’avais mon portable. Mon portable ! Je le consultai … Ah … D’accord … Aucun réseau ! Mais il fonctionnait. C’était déjà ça. J’avalais péniblement ma salive. À cet instant j’étais comme un petit garçon perdu dans un grand magasin et qui voulait sa maman et un gros câlin. Je pris une profonde respiration, le regrettant aussitôt à cause de l’odeur et observais mes compagnons d’infortunes. Bon, j’allais sûrement passer pour un abruti de première catégorie, mais autant demander.

« Excusez moi ? Est-ce que quelqu’un à la plus petite idée d’où est qu’on est ? Et ce qu’est ce putain de bordel ?! »

J’avais maintenu ma voix aussi calme que possible, mais l’insulte m’avait échappé. J’étais très légèrement en stress ! Qu’on m’excuse.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 28 Jan - 16:25




Mission III

La ville abandonnée


Elle était partie ramener un bouquin à la bibliothèque. Une chose pourtant simple non ? Ramener un livre à la bibliothèque c'est une activité des plus ordinaires pour tout bons lecteurs qui se respecte non ? Dylan était une lectrice. Une grande lectrice. Elle avait toujours été fascinée par les livres et leur contenus. Une liseuse. C'est pour cette raison qu'elle avait choisi des études littéraires et qu'elle avait fait des livres son métier. Dieu ce qu'elle aimait son métier d'ailleurs. Elle s'y était accroché comme à une bouée ces derniers mois, ne prenant pas un seul congé, faisant des heures sup à tout va, histoire d'avoir assez d'argent de coter pour espérer louer un appartement et le meubler décemment. La vie était difficile pour la belle à la chevelure enflammée ces derniers temps. Elle avait perdu son bébé, son café littéraire avait été ravagé, elle avait perdu ses amis en s'éloignant d'eux un maximum, s'était renfermé sur elle-même et pire que ça. Elle avait perdu l'amour de sa vie. Non la vie de Dylan Miller n'avait plus rien d'extraordinaire. Passant ses mains dans ses cheveux largement plus courts à présent, elle avait eut la folie de se les faire faire couper sur un coup de tête, elle marchait en direction de son lieu de destination quand tout à coup une étrange sensation s'empara d'elle. Indescriptible, fut le premier mot qui lui vint à l'esprit pour qualifier ce qu'elle ressentait à cet instant.

La tête lui tourna, elle porta donc sa main à son visage et tenta de se soutenir contre poteau non loin de là. Alors qu'elle se remettait de ses émotions, la belle suffoqua. Quelque chose dans l'air... Quelque chose n'allait pas. Elle releva lentement le visage pour observer son environnement. Clignant des yeux à plusieurs reprises elle secoua la tête violemment. La rue. La rue avait changé du tout au tout. Ses lèvres s'entrouvrirent de stupéfaction et la rouquine recula d'un pas ou deux. L'incompréhension s’empara d'elle. Qu'est-ce que... les mots restèrent coincés dans sa gorge alors que l'humidité ambiante pesait sur ses poumons. Ses yeux glissèrent sur ce monde post apocalyptique et finir par se poser sur les personnes autour d'elle. Son cœur loupa un battement quand elle reconnu Leo dans un coin non loin de là. Excusez moi ? Est-ce que quelqu’un à la plus petite idée d’où est qu’on est ? Et ce qu’est ce putain de bordel ?! intervint alors un jeune homme plus grand qu'elle d'une tête. Croisant ses mains devant elle pour titiller ses doigts avec timidité Dylan réfléchit. Elle n'en savait pas plus qu'eux mais de toutes évidences ils étaient dans de sales draps. Encore une de ces choses bizarres qu'il se passe à Genosha je présume... dit-elle d'une voix timide.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 29 Jan - 15:44

IT'S A MAD MAD WORLD

All around me are familiar faces worn out places, worn out faces. Bright and early for their daily races, going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression, hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.
Groupe 5 : La ville abandonnée



L'espace d'un instant, il fait beau, le soleil caresse ta peau de ses rayons dorés, et tu souris, heureuse. Tu déambules dans les rues de la ville, portable en main, relisant encore et encore le dernier message que t'a envoyé Jessica. La belle brune qui hante tes pensées, celle qui fait battre ton cœur un peu plus vite. Un sentiment t'empoigne cet organe caché au creux de ta cage thoracique et tu expires longuement, iris brillants et pétillants devant ces quelques mots qu'elle te partage. Tes lèvres s'étirent encore plus, et tu te rends compte d'à quel point tu es amoureuse de cette fille. Elle t'a agrippée dans ses filets et tu ne comptes absolument pas t'en dégager. Prise au piège dans les griffes de la belle, tu t'y laisse engouffrer encore plus. Elle n'a pas seulement marqué ta peau, mais aussi ton âme. Tu frissonnes en te rappelant ses doigts sur ta peau, ses caresses douces et son visage si lumineux dès qu'elle sourit. Tu clignes des yeux, reprenant contact avec la réalité et tapote une réponse à la belle, avant de ranger ton portable dans la poche. Après avoir marché jusqu'au skate park, tu t'arrêtes quelques instants et croises les bras en scrutant les énergumènes qui s'entraînent. Certains sont bons, d'autres moins, mais tu penses qu'avec de l'entraînement, ils réussiront à s'améliorer. Jetant un coup d’œil à ta gauche, tu peux voir la rambarde sur laquelle tu t'es entraînée à faire du parkour il y a bien quelques mois de cela. Tu t'es améliorée depuis, et heureusement. Avec un sourire narquois, tu décroises les bras et te dirige vers celle-ci, te tenant à une bonne distance tout de même. Tu as envie de recommencer, et à vrai dire tu es venue ici pour ça, alors autant y aller le plus tôt possible. Prenant appui sur tes jambes, pliant les genoux, tu finis par t'élancer, prenant ton envol. La barrière se rapproche de plus en plus, tes poings se serrent et ta respiration est contrôlée, bien que lourde. Le vent glisse entre tes cheveux tenus par ta casquette et la chemise attachée autour de ta taille vole derrière toi telle une cape. Tu prends une dernière impulsion, alors que tu arrives à hauteur de la barrière et tu clignes des yeux en bondissant, prenant déjà la pose pour franchir l'obstacle.

Lorsque tu rouvres les paupières, tout autour de toi a changé. Que...? Perdue, tu es déséquilibrée, et t'effondres à même le sol poussiéreux, tes bras rencontrant la surface, ainsi que tes flancs et tes cuisses. Le bitume rafle ta peau et tu grimaces, non sans grommeler. Ça fait un mal de chien. Tu siffles alors que tes paumes se posent par terre et tu te redresses, t'aidant de tes genoux. Une fois sur tes deux pieds, tu t'époussettes et oses lancer un regard à droite et à gauche. Ce n'est pas un paysage que tu reconnais, et tu ne comprends pas ce qui t'arrives. Comment tu as pu atterrir ici, pourquoi tu n'es plus au skate park, pourquoi il fait si gris, si sombre, pourquoi il n'y a plus de vie. L'herbe te chatouille les chevilles mais en dehors de ça, c'est désert. Quelque chose t'empoigne les entrailles et un frisson glacé te parcourt l'échine. Tu as peur, ton cœur bat rapidement contre ta poitrine et tu sens le stress grignoter tes veines. Tu paniques, tes mains à hauteur de ton visage pour agripper des mèches de cheveux. Ton regard est ahuri, tes lèvres entrouvertes et ta respiration hachurée. Tu te retournes plusieurs fois et c'est là que tu vois d'autres individus. D'abord, tu es trop choquée pour les reconnaître et tu as peur que tu sois prise dans un piège. Que ces personnes ne soient pas réelles. Tu as peur que tu sois en train de rêver et que tout ceci ne soit qu'une hallucination. Mais non. Tu les entends parler et cela te suffit pour t'approcher d'eux, à pas tremblants. Tes bras encerclent ton corps, comme pour te protéger et tu avances lentement.

Scrutant un peu plus leur silhouettes, tu peux remarquer Peter Parker, un ancien camarade de classe que tu apprécies particulièrement. Tu reconnais également un visage familier, la fille adoptive de Hank, le chef des pompiers. Tu te demandes ce qu'ils fichent ici. S'ils ne sont que des projections de ton esprit. Les autres te sont inconnus et ça te fiche vraiment bien la frousse. Une perle salée roule sur tes joues et tu l'essuies rapidement avant de foncer vers l'attroupement, t'arrêtant tout près de Peter. Tu n'oses parler, tu ne sais pas ce qu'il se passe ici, et tu es effrayée. Tu veux juste rentrer chez toi, et demander à Jessica de passer pour te faire oublier ce cauchemar. Tu te tends soudainement, soucieuse. Tu te demandes si Jessica aussi se trouve ici, ou si elle a pu échapper à cette chose, par miracle. D'ailleurs, tu ne tardes pas à sortir ton téléphone de ta poche. Et là, c'est le drame. Aucune barre de réseau, pas de wifi, ni de 4G. Que dalle. Rien pour contacter ta belle. Tu ravales ta salive difficilement, un souffle se perdant sur tes lèvres. Oh non... Tes mains tremblent alors que tu ranges ton portable, tes genoux claquant sur le sol. Tu te laisses t'effondrer, telle une poupée de chiffons. Ta respiration se bloque à même ta gorge, brûlant tes poumons. Tes yeux piquent, les larmes cascadant doucement sur ton visage rougi. Tu es complètement anéantie, laissée à la dérive. Le vent s'engouffre sous tes vêtements, mais tu ne peux même pas réagir. Laissée pour compte, comme un poids dont on veut se débarrasser. Ta voix ne cesse de se répercuter sur les barrières de ton crâne. Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Une litanie qui te bourre l'esprit, et bientôt, il n'y a plus que ça que tu peux percevoir. Ton esprit s'épanche mais ton corps est immobile, immuable, tel une statue de cire. Tu n'as juste plus qu'une seule envie. Que tout cela s'arrête.




Resumeh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mutant
April Ren


http://houseofm.forumactif.org/t1103-april-ren-relationships http://houseofm.forumactif.org/t1083-april-ren-let-me-hit-him-wi
More about you :
Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_nz0enyfsVz1u2p0mzo1_250
Codename : Memoria
Pouvoirs : En plus d'une mémoire eidétique, April s'est découvert à l'adolescence un pouvoir lui donnant une mémoire décuplée. Il lui est impossible d'oublier quoi que ce soit.
Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_nka6i1w3eo1qe3m04o1_400
Emergence : Maitrise : Messages : 445
DCs : Ann . Harry . Gemma . Samira . Noah

Lun 29 Jan - 21:38
EARTH-7044
La ville abandonnée
••••

Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle lisait un nouveau message d'Alexia. Se rendre au travail le matin devenait de plus en plus difficile pour April qui aurait accepté avec grande joie de rester dans son lit, dans les bras de sa belle. Cette dernière essayait constamment de la garder auprès d'elle, rendant la tâche de se rendre à Stark Industries plus difficile. L'ingénieure n'avait que peu de fois rechigné à l'idée de travailler, passionnée par ce qu'elle faisait. Et jusqu'ici, on ne pouvait pas dire que ses relations amoureuses avaient influencé quoi que ce soit puisqu'elle avait passé la majeure partie de sa vie en tant que célibataire. S'engager dans une relation n'était pas facile pour April qui était bien trop peu douée avec les interactions sociales. Mais avec Alexia, tout était différent. Cette relation était différente. Elle voulait qu'elle perdure car il y avait longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien.

Ainsi, Alexia rendait le quotidien d'April plus heureux. Quand tout la ville semblait perdre la tête avec ces histoires d'émergés, April, elle, se sentait comme sur un petit nuage. Bien sûr, elle ne l'admettrait pas oralement. Ce n'était pas son genre. Cependant, on pouvait lire sur son visage un certain apaisement. Apaisement qui était parfois perturbé par de grosses migraines. Ces dernières étaient apparues depuis quelque temps sans qu'April en sache réellement la cause. Peut-être travaillait-elle trop. En effet, cela arrivait souvent quand elle ingérait trop d'informations. Peut-être que son cerveau n'arrivait plus à encaisser. Mais elle essayait de ne pas y penser. Elle ne voulait pas s'inquiéter.

April reposa son portable sur la table et reprit son tableau de calcul en gardant un œil sur les schémas qu'elle avait dessiné. Plus que quelques petites choses à régler et elle pourrait passer à la partie amusante : la mécanique. Mais alors qu'elle observait avec attention ses différents calculs, le décors autour d'elle changea subitement, laissait apparaître une ville en apparence abandonnée. L'odeur de pourriture frappa de plein fouet l'ingénieure qui grimaça.

Qu'est-ce qui était arrivé? Elle n'en avait aucune idée. Il était impossible de se téléporter, du moins, elle le croyait jusqu'à ce qu'elle avait appris l'existence des émergés, remettant en question énormément de choses. Comment étaient-ils donc arrivés ici? Car oui, April n'était pas seule. Un petit groupe de personnes se trouvait avec elle et elle fut soulagée de reconnaître un visage familier, Santana. Aussitôt, elle la rejoignit, rassurée par sa présence. Elle toucha le bras de l'agent, quand bien même elle n'était pas tactile.

- Ok, t'es vraiment là. Je ne suis pas folle...

Puis, comme pour continuer sa recherche, April toucha le sol mais également tout ce qui était matériel. Elle arrêta et continua d'observer autour d'elle, sentant la brise sur sa peau.

- Tout semble trop réel pour être une hallucination mais, si c'est le cas, ça va être difficile de retrouver la réalité.

Comment étions-nous censé retrouver le présent quand on était coincé dans une hallucination? S'ils se trouvaient dans une simulation, comme un genre de jeux vidéo, il faudrait trouver une brèche, un code. Mais April doutait pouvoir pirater quoi que ce soit pour qu'ils puissent sortir de ce décors.

••••

by Wiise


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 29 Jan - 23:44

   
   
   

   

   
Mission III - It's a mad mad world

   
ft. tout plein de gens

   
Avec le plus grand des calme et une posture qui démontrait des années de pratique en la matière, Angela pressa la détente une, deux, trois, quatre fois. Elle répéta le geste jusqu'à vider totalement son chargeur, et lorsque l'arme qu'elle tenait dans les mains fut vide, elle enclencha la sécurité, retira le chargeur avant de poser le tout sur la table. Puis elle appuya sur le bouton qui commandait le rail du stand de tir, regardant la cible se rapprocher rapidement. Même maintenant, alors qu'elle n'avait pourtant pas vraiment de raisons de venir s'entrainer au tir, elle continuait à venir ici. La rousse avait toujours aimé passer du temps ici, à tirer sur de bonnes vieilles cibles en papier. S'entrainer au tir avait toujours réussi à la calmer, à l'aider à mettre en ordre ses idées et ses pensées, à lui faire oublier tous les tracas de la vie. Déjà avant d'occuper le poste qui était à présent le sien, elle passait une bonne partie de son temps libre ici, ou dans le gymnase juste à côté. Elle aimait se maintenir en forme, et elle était de toute façon bien trop accro à tout ça pour oser ne serait-ce qu'envisager d'arrêter. Elle avait passé toute sa vie à se battre, elle n'allait clairement pas arrêter simplement parce qu'elle bossait derrière un bureau et s'habillait plus souvent en tailleur qu'en treillis. Même le simple fait de mettre des vêtements aussi « banals » qu'un bon vieux pantalon de treillis avec un simple t-shirt avait le don de lui faire décrocher un petit sourire empreint de nostalgie.
Affichant un sourire satisfait en voyant qu'elle n'avait rien perdu de son talent pour le tir, elle prit le temps de reremplir son chargeur, remit son arme dans le holster qui pendait sous son aisselle, avant d'attraper le sac qui contenait le reste de ses affaires de sport, avant de se diriger vers la sortie de la pièce. Elle attrapa à la volée son blouson qu'elle enfila, avant de se diriger d'un pas vif vers l'ascenseur, saluant d'un bref signe de la tête les quelques employés qu'elle pouvait croiser. Appuyant sur le bouton de l'étage ou se trouvait son bureau, elle profita de l'attente pour vérifier rapidement si elle avait des messages, avant de ranger son téléphone dans sa poche. Mais au moment de sortir de la cabine d'ascenseur, elle fut prise d'une sorte de vertige, comme si elle s'était levée trop vite de son lit et que le sol se mettait soudain à tanguer sous ses pieds. Et avant d'avoir pu comprendre ce qu'il se passait, elle se retrouvait en plein milieu d'une ville totalement abandonnée, entourée d'un groupe de personnes pour le moins hétéroclite. Bordel, il s'était passé quoi là? Elle était en train de rêver, ça ne pouvait être que la seule explication logique au fait qu'elle se retrouvait tout d'un coup dans un endroit qui lui était totalement inconnu. Elle avait du retourner à son bureau et s'assoupir dans son canapé, comme il lui arrivait parfois de faire. Sauf que tout ça avait l'air bien trop réel. Elle le sentait au fond de ses tripes. Il y avait un truc qui clochait dans cet endroit, trop de silence... oui, il n'y avait visiblement pas âme qui vive dans le coin. Pas le moindre signe de vie, pas de bruits de circulation ou quoi que ce soit d'autre. Cette ville avait l'air de sortir tout droit de ce genre de films post-apocalyptiques ou il n'y avait plus grand monde pour habiter les villes et faire en sorte qu'elles restent propres et pleines de vie. Autrement dit tout l'inverse d'ici en somme. Non, franchement cet endroit n'avait rien d'un paradis tropical. Et elle sentait déjà ses vieilles habitudes de soldat reprendre le dessus.
Par réflexe, la trentenaire sortit son téléphone de sa poche, mais constata bien vite qu'elle ne captait absolument rien. Autour d'elle, les gens essayaient eux aussi de comprendre ce qui pouvait bien se passer et ce qui leur arrivait. Regardant autour d'elle, Angela reconnut quelques visages, comme des anciens collègues qu'elle avait pu croiser dans les locaux du SHIELD, et elle traversa le petit groupe pour rejoindre le seul qu'elle connaissait vraiment. Connor Coleman, un de ses anciens collègues de la Garde. Elle n'avait pas eu beaucoup de contacts avec lui, mais au moins assez pour se souvenir de lui « Hey Coleman. Une idée de ce que c'est que tout ce foutoir? » La rousse continuait de regarder dans les alentours, occupée à dresser rapidement la liste de ce qu'elle avait sur elle et qui pouvait être utile. Son arme, trois chargeurs de plus plus une bouteille d'eau, deux barres protéinées et des vêtements sales dans son sac à dos. Franchement pas de quoi aller très loin. Se tournant vers le reste du groupe, elle lança à voix haute, de façon à être entendue par tous « Bon écoutez, je sais pas plus que vous ce que c'est que ce bordel, mais je pense qu'on ferait mieux de bouger d'ici. On est clairement pas à l'abri, et j'ai pas très envie de savoir si quelqu'un habite encore cet endroit. » Toujours les vieux réflexes de l'armée. Oh, elle ne cherchait pas à s'imposer à la tête du groupe, mais à ses yeux, elle était de retour en zone de guerre. Et elle était clairement l'une de celles qui avait le plus d'expérience dans le domaine. Et ses vieux instincts lui disaient que rester dans un endroit aussi exposé était loin d'être une bonne stratégie. Non, ils fallait qu'ils restent en mouvement, et surtout qu'ils trouvent un moyen de comprendre ce qu'il se passait et comment se sortir de cet enfer.

   ☾ anesidora


Résumage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Marc Bowman


http://houseofm.forumactif.org/t3442-marc-i-m-not-scared-of-the-dark http://houseofm.forumactif.org/t1365-i-like-my-tea-how-i-like-wo
More about you : Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_prjo3kWR2n1qbeouto3_r1_540
Codename : Pride
Pouvoirs : Manipulation des ténèbres ► Marc possède la capacité de manipuler à sa guise les ombres. Il faut cependant que ces dernières soient présentes. Dans une pièce intégralement noire, son pouvoir ne lui servira à rien.
En plus de les manipuler, il peut également s'en servir pour guérir certaines blessures et recharger son énergie. C'est une capacité passive et elle ne sera jamais aussi efficace qu'un vrai repos.

Magie ► Marc est un sorcier, ce qui le rend donc logiquement capable de maîtriser la magie. Il est capable de lancer certains sorts après les avoir appris - et non naturellement comme avec sa maîtrise des ombres. Il peut également détecter les autres sorciers et reconnaître une empreinte magique s'il y a déjà été confrontée.

Emergence : Maitrise : Messages : 615
DCs : Gabriel, Sean, Lorna, Lucy, Jess Jones & Ben

Mar 30 Jan - 20:09

Groupe 5

It's a mad mad world


Il aurait dû se douter que ça allait arriver. Se retrouver comme un idiot à se recoudre l’arcade sourcillière tout seul dans la salle de bains. Forcément. Ce n’est pas la première fois que ça arrive, ni la dernière. Marc n’étant pas d’une patience infinie, c’est une tâche ardue qui se présente à lui. Il l’avait cherché un peu, aussi. A force d’ouvrir sa grande bouche sans réfléchir, ça ne peut que finir de cette façon. Le voilà, la clope au bec, en train de s’attaquer au dernier point de suture en jurant entre ses dents. Sa chemise préférée est couverte de sang - pas que le sien - mais il a réussi à nettoyer celui qu’il avait sur la tronche en rentrant - le sien à quatre vingt-dix pour cent. La cendre tombe quand il lance une nouvelle injure suivi d’une grimace en terminant, cherchant les ciseaux de sa main libre pour finir enfin. Après ça, il fêtera sa réussite avec un bon verre de whisky et ce sera une soirée parfaite. Il coupe le fil, garde l’aiguille entre ses deux doigts et pose la paire de ciseaux sur le rebord de l’évier. Ça, c’est fait. Il sent son téléphone vibrer dans la poche de son jean, juste à côté de son paquet de clope et il baisse les yeux quelques secondes parce que ça l’a surpris et que c’est à ce moment là qu’un vilain vertige s’empare de lui. Il grimace et décide de l’ignorer parce qu’il a autre chose à faire. Quand il relève la tête, histoire de vérifier s’il a encore quelque chose à recoudre, le miroir de la salle de bain a disparu.

Marc reste figé un instant, ses yeux partant de droite à gauche et de gauche à droite. Mmh. Tout a l’air normal, à priori. Si on ne prend pas en compte qu’il n’est plus dans la salle de bains mais quelque part dans une espèce de ville qui ressemble à une zone de guerre. Il pivote sur lui-même et découvre avec nonchalance qu’il n’est pas tout seul. Et qu’il y a des gens qui regardent si leur téléphone capte. Vu leur mine déconfite, Marc comprend qu’il n’y a pas de réseau et s’épargne le gaspillage d’énergie que ce serait de sortir le sien pour vérifier. Il entend un blondinet parler, une rouquine lui répondre, puis il voit une autre rouquine qui a l’air complètement figée sous le choc de se retrouver là et encore une autre rouquine qui parle à un autre blondinet. (trop de rousses et de blonds) Puis deux brunes parler se parler. Bon. Il est comme un con avec son aiguille dans la main et sa chemise préférée couverte de sang mais au moins, il a ses clopes sur lui. Comme il ne sait pas quoi foutre de cette fichue aiguille et qu’il ne veut pas la balancer, il la plante dans un pan de sa manche pour la garder tant qu’il ne sait pas où il est, ni pourquoi il est là et avec qui.

Il croise les bras en entendant celle qui parlait avec le blondinet baraqué dire qu’ils doivent bouger. Ouais, en effet, ce serait pas une mauvaise idée. Le mieux, ce serait de rentrer chez soi pour savourer ce verre qu’il n’a pas encore eu le temps de boire. Et ça, ça le fait vraiment, mais vraiment chier. Il s’adresse à la fille la plus proche (Dydy) en désignant d’un signe de tête la fille qui a totalement bloqué et qui a vraiment pas l’air bien du tout. (Kayleen) « C’est normal qu’elle soit comme ça ou elle joue à la statue de cire ? » Il ne faut pas attendre de Marc qu’il se montre compatissant pour deux sous. Cependant, s’ils doivent bouger, il craint que la fille les ralentisse à force de rester immobile. En soupirant, il décroise les bras et s’approche d’elle en se penchant à sa hauteur. Il pose une main sur son épaule pour s’assurer qu’elle réagit un minimum. « Hey, gamine. Faut bouger de là. » Il contrôle sa voix pour ne pas paraitre trop sec, ignorant pour quelle foutue raison il se montre avenant envers quelqu’un qu’il ne connaît pas. Il jette un nouveau regard à la rouquine a qui il a parlé plus tôt. (toujours Dylan) « Je crois qu’elle a besoin d’un coup de main.» Et Marc est la dernière personne à qui il faut demander ça. Il ne sait pas pourquoi il demande à la fille qui a l’air timide mais sur le coup, ça lui parait être une bonne idée.
AVENGEDINCHAINS



Spoiler:
 

___

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 3 Fév - 19:56
It's a mad mad world
Mission 3

Aujourd’hui, c’est son jour de repos, il fait genre mégaaaa beau et, vu qu’ils vivent à côté de la plage, Leo aurait trop voulu aller piquer une tête dans l’océan. Mais non, c’est l’heure de la sieeeeste. Lui aussi l’aurait bien faite si il était en mesure de s’endormir en moins d’une heure. Son cerveau tourne toujours très vite, et il pense à mille et une choses à la fois, si bien qu’il a de ces insomnies qui n’aident vraiment pas quand on a trois enfants en bas âge. En somme, il s’ennuie un peu et le mieux qu’il puisse faire c’est d’aller profiter du soleil dans leur petit jardin, muni du baby phone. Sa chère et tendre, elle, est partie s’allonger un petit moment si bien qu’il est tout seul, et ça Leo n’aime pas ça. Avant, dans ce genre de cas, il serait parti rejoindre des potes. Il était tout le temps occupé à tout et rien faire et c’est dans ce genre de moment que sa vie d’avant lui manque terriblement. Une chance pour lui, au bout de deux heures passés à s’occuper avec tout et rien (des magazines, un jeu stupide sur son téléphone, sa guitare et aussi manger plein de petits gâteaux qu’a fait Lydia pour le gouter des enfants), Ryder se réveille enfin. Leo, la bouche pleine de gâteaux, attrape alors le baby phone et part chercher le petit bébé. Quelques minutes plus tard il se retrouve en train de… changer une couche. Ouais, sa vie d’avant lui manque. « Tu sais qu’on aurait pu genre, aller à la plage, ou aller se balader, ou aller boire de bonnes bières bien fraiches. » Il retire la couche sale de Ryder après avoir eu la joie de constater qu’il n’y avait, béni soit Dieu, pas de caca dedans. « Mais non, faut faire la sieste pendant des heures hein. » Il plie la couche et pointe Ryder du doigt en faisant les gros yeux ce qui fait éclater de rire le bambin. « C’est pas cool ca ptit gars. » Il dit ca mais rigole en même temps, preuve que, mine de rien, la vie n’est pas si mal.

Il a pas tout compris après tout ça. Genre il était avec son fils et après il était là, dans cette ville abandonnée, y’a juste des trucs chelou qui se sont passés avec le décor. Pas de bol, il avait entamé son geste pour jeter la couche dans la poubelle et celle-ci se retrouve par terre. Oui heureusement que y’avait pas de caca dedans… Mais c’est pas le pire ca… S’il est là aloooors… Ryder est tout seul, possiblement encore sur la table à langer. Leo porte ses deux mains devant sa bouche, les yeux écarquillés quand il réalise... « Lydia va me tuer. Je suis mort. » Oh oui, elle va le trucider même quand elle trouvera le bébé tout seul. Leo, plus effrayé par la pensée que le petit garçon roule sur sa table à langer et finisse par terre que par le fait de se retrouver d’un coup dans une ville visiblement abandonnée, regarde tout autour de lui. Heureusement qu’il a le sang-froid et sait se reprendre rapidement. Il analyse rapidement la situation. Dylan est là, wtf, et Santana aussi, wtf again, y’a un gamin de deux mètres de haut et une jeune fille tétanisée, Coleman, un ancien garde rouge, un blond qui a une expression qui le fait rire intérieurement, une asiatique qu’il trouvera avoir de bons réflexes, et une rousse qu’il trouvera pas bête de vouloir partir de là. Mais d’ici là, il se retrouve en quelques pas aux côtés de Santana et lui dit à voix basse. « Hé on se croirait dans le film là. Celui avec Will Smith, où le mec est seul avec son chien dans une ville infestée de zombies. » Et il rigole légèrement. Mais qu’il est con ce Leo, enfin il a au moins eu l’intelligence de pas le dire à tout le monde, ca finirait de les flipper et c’est clairement pas le but. Après avoir dit ça, il fronce légèrement des sourcils, se demandant ce qu’est cette odeur d’humidité alors qu’ils sont en plein extérieur. Mais, ain’t got time for this shit, il passe à la suite.

Le commandant par intérim du SHIELD se tourne alors vers le petit comité et parle plus haut pour que tout le monde l’entende. Réflexe de commandement, il ne peut pas s’en empêcher. « Tout le monde garde son calme. Que chacun fasse attention à son voisin, on doit s’assurer de ne perdre personne. » Il se tourne alors vers Connor et lui montre Teddy et Kayleen d’un signe de tête. « Coleman, reste avec les plus jeunes. » Dylan et le blond sont déjà en train de prendre soin de la jeune femme mais, par là, Leo veut plus dire à Connor de s’occuper de leur sécurité. Après tout ils ne savent pas où ils ont atterri et il doit bien y avoir une raison pour que cette ville soit abandonnée. Il se tourne alors vers Santana et lui demande. « Tu fermeras la marche ? » On n’est jamais trop prudent. Il reste plus qu'à savoir où aller maintenant quoi.


Made by Neon Demon



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 4 Fév - 17:23
 

Terre 7044 - Les zombies

Groupe 5
 

 
Plus les semaines passaient, plus Connor allait mieux. Ses séances de Kiné portait ses fruits et la douleur s'estompait peu à peu. Cela lui faisait du bien d'ailleurs. De pouvoir marcher sans boiter. De ne plus avoir les muscles ankylosés. Il avait l'impression de reprendre une vie normale. Il avait même retrouvé du travail. Il s'était beaucoup posé de question à ce sujet mais il avait fini par trouver sa voie, se mettant garde du corps indépendant.

Sauver les gens sans les détruire. Apporter à ses clients une protection. C'était parfait pour lui. Il se sentait confiant même si... même si de drôles d'impressions avaient fait irruption dans sa vie. C'était très bizarre. Plus les jours passaient, plus des images insignifiantes s'inscrivaient dans son esprit. Il voyait parfois une femme qu'il ne reconnaissait pas. Il entendait les pleurs d'un petit garçon sans les comprendre.

Un jour, il s'était même vu dans un parc d'enfant, à les regarder courir, jouer, rire, le cœur serré. Il avait senti une vilaine morsure lui tirailler les entrailles. Il avait senti une pression énorme dans sa poitrine, comme si une main s'était amusé à l'écraser de sa paume. Finalement, il avait fini par partir, en se disant que son esprit essayait simplement de lui jouer des tours. Car après tout, il avait toujours ses cauchemars. Il voyait toujours des scènes sanglantes dans sa tête. Il arrivait petit à petit à les canaliser, à se rendormir derrière mais... le traumatisme était belle et bien là. Il allait lui falloir encore beaucoup de temps avant qu'il ne disparaisse complètement. Il s'y faisait. Grâce à Poppy et Clary notamment qui mettaient un point d'honneur à s'occuper de lui dorénavant. Puis Xander aussi, son meilleur pote qui le sortait à chaque fois qu'il le pouvait, histoire de lui changer les idées.

Il n'était pas tout seul. Un léger sourire étira ses lèvres et il se redressa. Oui. Il allait mieux désormais. C'était certain. Tout n'était pas rose mais il avait l'impression que le pire était passé. Enfin... il essayait de s'en convaincre. Tout les jours. Tout en prenant une grande inspiration, il regarda sa montre et se dépêcha, pour rejoindre Clary au restaurant.

Il s'était donné rendez-vous par téléphone, faisant de cette journée : leur journée. Pas de soucis externe pour gâcher ce moment. Ils voulaient simplement profiter de l'instant présent. Connor avait même acheté des fleurs pour l'occasion, en se promettant pour la première fois de sa vie de ne penser à rien d'autre qu'à sa bien aimé. Il voulait vraiment que tout soit parfait. Ils le méritaient, tout deux, après tout ce qui venait de se passer.

Mais voilà que le destin en avait décidé autrement. Alors que le jeune militaire s'était rapproché de sa belle pour l'embrasser, une sensation étrange l'envahit. C'était très... soudain. Si soudain qu'il n'y prêta pas attention au premier abord. Il avait les yeux fermés, la bouche en avant sauf qu'il ne sentait plus les lèvres de Clary sur les siennes. Il ne sentait plus sa taille dans ses mains. Il fronça les sourcils et rouvrit les yeux, surpris, sursautant presque quand il remarqua que sa bien aimé n'était plus là.

Ok.... un regard autour de lui l'informa bien vite qu'il n'était plus devant le restaurant mais ailleurs. Dans un endroit disons. Bien moins sympathique. C'était une ancienne métropole abandonnée. Tout était dévasté. De ces hauts grattes-ciel aux panneaux publicitaires. Serrant la mâchoire, les poings, Connor poussa un grognement et fronça d'autant plus les sourcils quand une femme qu'il connaissait bien s'approcha de lui pour le saluer.
- Helswath? Qu'es-ce que tu fais là? quémanda-t-il d'une voix rauque avant de secouer la tête lorsqu'elle lui demanda à son tour s'il avait une idée de qui se passait. Non mais j'aimerai bien aussi qu'on m'explique.

Il gardait son calme. Il gardait son allure droite et implacable mais bordel, oui. Il aimerait bien comprendre là. Son regard cribla alors les alentours. Il y avait des inconnus. Des jeunes personnes. Des... ses yeux se posèrent soudain sur son kiné et il haussa les sourcils.

D'accord... Il le salua d'un bref signe de tête avant de se masser la nuque. Mais que ce passait-il ici à la fin? Il reconnu même la voix de Leo et acquiesça automatiquement lorsque ce dernier lui ordonna de s'occuper des plus jeunes.

Un vieux réflexe de militaire sans doute. C'est pourquoi, il se rapprocha en premier lieu de Teddy et, tout en posant un regard sur l'autre demoiselle un peu plus loin, accompagné d'un homme avec un fil qui dépassait du sourcil et d'une jeune rousse. Il murmura à son attention :
- Reste derrière moi.
(c) ANAPHORE


Résumé :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Aidan Bowman


http://houseofm.forumactif.org/t3548-aidan-the-duty-is-always-calling http://houseofm.forumactif.org/t3454-aidan-the-older-brother-is-
More about you :
Codename : Alkemya
Pouvoirs : Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_p60ib7QhWP1qm7ow9o3_400

SORCELLERIE : lancement de sorts et de rituels - création de portails envers des lieux donnés, qui se connectent spirituellement à Aidan lors d'appel à l'aide. (uiui c'possible).
PIERRE PHILOSOPHALE : immortalité - dons de guérison - changement argent en or.
Emergence : Maitrise : Messages : 388
DCs : Skye & Aelys & Kaine & Avery & Nikki & Gwen & Klaus & Matthew & Heather & Isaac & Luke & Haiden

Jeu 8 Fév - 22:45



Let's kill some zombies

Groupe 5

Madness is somewhere inbetween chaos and having a dream.

Soupir, long, à tel point qu'il en paraissait presque démesuré. Santana se laissa tomber comme au ralenti, la tête en avant. Son front alla cogner le bois du bureau qu'on lui avait administré pour sa fonction temporaire, dans un 'blam' assez conséquent. La douleur lui arracha une petite grimace alors qu'elle se mit à gémir : « J'en ai marrre de la paperasseuh. » La trentenaire lâcha un nouveau soupir, presque désespéré. Merde, comment est-ce que Leo et Maria faisaient pour supporter cette foutue administration au quotidien ? Dieu que sa section lui manquait, avec la possibilité de casser des tronches à chaque sortie. Depuis qu'elle avait accepté le poste de commandant en second, Santana avait l'impression de devenir aveugle, tellement elle était cloîtrée dans son bureau à s'occuper des affaires pressantes, des dossiers urgents à n'en plus finir pour le compte du SHIELD. Et la lumière du soleil alors, personne avait envie qu'elle la revoit un jour? L'hispanique ferma les yeux quelques instants, s'autorisant une micro-sieste. A défaut de botter des culs, elle pouvait au moins s'étendre sur son bureau en priant de ne pas renverser son ordi ou ses papiers tout partout et de rêver à un kickage d'ass en beauté.

Carpenter commençait déjà à saliver d'avance du rêve qu'elle allait dessiner dans son esprit endormi, quand son menton quitta la matière du bureau pour finir par rencontrer un vide assez perturbant Elle partit littéralement en avant alors que ses genoux heurtèrent un sol inconnu, et que ses paumes de mains durent amortir une chute totalement imprévue. La brune ouvrit les yeux et les écarquilla alors que son entrée en matière, des plus ridicules, lui chauffèrent les joues. Se relevant prestement en s'époussièrant les vêtements, elle passa une main dans ses cheveux et tendit son autre main devant elle, un doigt en avant : « Personne n'a rien vu, ehe. » Ce ne fut qu'à cet instant qu'elle se rendit compte qu'elle n'était véritablement pas seule, et qu'elle ne se trouvait absolument pas au SHIELD. « Bordel, qui m'a volé mon bureau ? » Surtout que ce n'était pas le sien. Si elle ne le rendait pas lorsqu'on lui redonnerait sa fonction originale, elle allait devoir le payer de sa poche. Et se faire massacrer par les big boss. Elle sursauta quand quelqu'un lui toucha le bras, et sorti son plus beau sourire à l'intention d'April. « Je suis toujours là quand il faut voyons. » Elle lui fit un clin d'oeil, incapable de s'arrêter de plaisanter plus de deux minutes d'affilée, avant de remarquer Kayleen, une des protégés d'Hank, mal en point. Elle voulu s'approcher d'elle, mais un homme  et une rousse semblaient déjà l'entourer. Ce qui tombait bien alors que son commandant se manifestait à ses côtés. Haussant les sourcils, elle se retint de ricaner alors qu'elle rétorquait sur le même ton : « La question est : qui joue le chien pour qu'on sache qui va y passer ? Attends, je confonds pas, c'est bien l'animal qui crève, non ? »  La répartie pouvait paraître assez cruelle, mais Santa' préférait se laisser aller à son humour parfois assez discutable plutôt que de céder à la panique. Et puis, elle doutait vraiment. Le chien il mourrait ou pas, déjà ?

De toute manière, Jung était là pour recadrer tout le monde, et elle en profita pour se décaler et se rapprocher de Kayleen alors que l'homme et la gamine qui étaient près d'elle semblaient se questionner sur son état. « Hey, Kay ? Regarde moi, ça va aller d'accord ? » Santa' n'était pas aussi proche d'elle que son père adoptif, mais elles se connaissaient légèrement, et elle se sentit soudainement redevable envers Hank. Carpenter ne pouvait décemment pas laisser sa petite protégée dans un état comme ça. « Pense à ce que te dirais Hank en situation périlleuse. Imagine toi sur le terrain, avec un objectif à finir. Ici ce n'est pas un feu à éteindre, mais c'est comme la réalité. On doit trouver un exit pour sauver tout le monde. Tu me suis ? » La trentenaire essayait de rassurer Kayleen, de lui faire retrouver ses sens en mentionnant le jargon des pompiers. Malheureusement, ça ne pouvait pas durer indéfiniment, alors que les choses s'enclenchaient naturellement. Hochant la tête aux ordres donnés par son patron, Santana réagit aussitôt, vérifiant également qu'elle avait bien son arme de service sur elle : « Compte sur moi chef. »   Elle patienta que tout le monde s'organise, se tournant vers April une nouvelle fois : « Hallucination ou pas, on ne va pas s'éterniser là. C'est Alexia qui ne serait pas contente en plus. » Nouvelle pique, cette fois-ci elle se retrouvait avec son arme en main, et son habituel Moorhaus caché sous ses vêtements. Bien, ils étaient parés. Du moins pour les agents, pour les civils, il allait falloir veiller sur eux. Finalement, peut-être bien qu'elle allait botter des culs aujourd'hui, Santana.

(c) DΛNDELION

Résume, résumons, résumez bruh:
 

___

that's the price you pay
† Lookin' through the glass find the wrong within the past knowin' | Cut until it bleeds, digging deeper | Leave behind your heartache, cast away †

Groupe 5 : La ville abandonnée LE-PLUS-GROS-FAIL
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Dim 11 Fév - 19:09

Terre 7044 -
Les zombies

La ville abandonnée


Vous ne comprenez toujours pas ce qui vous arrive, mais vous êtes à peu près tous d'accord pour ne pas restez là et pour tenter de sortir de ce qui vous semble être une hallucination très réelle. Une sensation de renfermé crispe tous vos muscles et est insupportable. Vous devez bouger! Les plus leaders de votre petit groupe décident de prendre les devants lorsqu'ils s'arrêtent d'un coup, faisant signe aux autres de se taire et il tendent l'oreille.

Vous entendez des bruits étranges qui ressemblent à des murmures. Des sons qui donnent froid dans le dos. Doucement, ces drôles de voix se rapprochent et semblent venir de partout. Votre présence semble avoir alerté des créatures. Vous pouvez à présent clairement entendre leurs pas traînants et frottants sur le bitume abîmé. Puis, vous les apercevez. Ils sont plusieurs dizaines. D’abord, au loin, incrédules et suspicieux, vous plissez les yeux pour mieux les distinguer. L’un de vous lance un « HEY » pour attirer leur attention pensant qu'il s'agit d'un autre groupe de personne aussi perdu que vous. Vous ne vouliez pas mal faire, pensant qu’ils pourraient peut-être vous aidez à comprendre où vous vous trouvez. Mais cette exclamation les a réveillés et à présent, leurs pas se font plus rapides vers votre petit groupe et ce ne sont plus des murmures, mais des grognements qui sortent de la bouche de ces gens en lambeaux. Vous comprenez à présent ce qu’ils sont : Des zombies! Et ils foncent droit sur vous. Vous n'avez pas le temps de réagir que vous êtes déjà encerclés et vous êtes attaqués!



NB DU MJ: J'ai changé le plan de la mission et il aurait techniquement fallu que vous lanciez un dé "Mystère" au premier tour What a Face Mais je l'ai fait pour vous pour ce tour-ci. (Voir le message suivant.) Vous pourrez me jetez des cailloux, si le résultat est naze Groupe 5 : La ville abandonnée 3542309723 (Mais au fond, je sais que vous voulez en prendre plein la gueule, alors remerciez-moi plutôt Groupe 5 : La ville abandonnée 3603413558)

Les zombies ont l'initiative, ils vous ont donc tous attaqués Groupe 5 : La ville abandonnée 3542309723

Les résultats donnent l'endroit de la blessure de votre personnage, sachant que 1=Morsure au bras, 2=Rien, 3=Morsure à la jambe, 4=Morsure sur les côtes, 5=Morsure au cou et 6=Rien.

À noter qu'il s'agit de blessures légères et que votre vie n'est pas encore en danger. (ajouté le 12/02)

Le résultat du dé #1 est attribué à Théodore Altman.
Le résultat du dé #2 est attribué à Nasiy Fisher.
Le résultat du dé #3 est attribué à Connor Coleman.
Le résultat du dé #4 est attribué à Marc Bowman.
Le résultat du dé #5 est attribué à Kayleen Walcott.
Le résultat du dé #6 est attribué à Santana Carpenter.
Le résultat du dé #7 est attribué à April Ren.
Le résultat du dé #8 est attribué à Dylan Miller.
Le résultat du dé #9 est attribué à Leo Jüng.
Le résultat du dé #10 est attribué à Angela Helswath.
Le résultat du dé #11 est attribué à Peter Parker.



TOUR 2



CHOIX



Vous décidez de:

2.1 : Continuer d'attaquer les zombies

Vous pouvez tenté d'activer vos pouvoirs pour ce tour-ci. Lancer un dé "Mystère" ET un dé « maîtrise ».

Sinon, prendre tout ce qui peut se trouver autour de vous. Lancer un dé "Mystère".

2.2: Battre en retraite et trouver un endroit où vous cachez.




À dans deux semaines pour le troisième tour!

house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Dim 11 Fév - 19:09
Le membre 'Marvel' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 3

--------------------------------

#2 'Dé Mystère' : 1

--------------------------------

#3 'Dé Mystère' : 1

--------------------------------

#4 'Dé Mystère' : 5

--------------------------------

#5 'Dé Mystère' : 6

--------------------------------

#6 'Dé Mystère' : 6

--------------------------------

#7 'Dé Mystère' : 5

--------------------------------

#8 'Dé Mystère' : 1

--------------------------------

#9 'Dé Mystère' : 3

--------------------------------

#10 'Dé Mystère' : 4

--------------------------------

#11 'Dé Mystère' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 15 Fév - 11:35

Terre 7044 - Les zombies

Groupe 5

Les traits tirés, le visage potentiellement fermé, Connor se rapprocha toujours plus du plus jeune. Comme toutes les personnes présentes ici, il n'avait aucune idée de ce qui se passait. Il n'avait aucune idée de l'endroit où ils étaient mais une chose était sûr et certaine, ils devaient partir, au plus vite. Car cet endroit ne présageait rien de bon.

Le jeune militaire sentait tout ses muscles se crisper. Il sentait une sensation désagréable l'envahir. Il gardait son calme cependant mais il n'aimait pas du tout la tournure que prenait cet étrange évènement. Il s’inquiétait pour Clary aussi. Il se demandait si elle aussi avait été aspiré dans un autre endroit, ce qui suffisait à raviver ses angoisses.

Clary. Poppy. Bordel. Faites qu'elles étaient en sécurité. En tout cas, la femme là-bas avait raison, ils ne devaient pas s'éterniser. Tout en prenant les ordres de Leo au sérieux, il fit signe au jeune de rester près de lui alors que chacun commençaient à marcher.
- C'est quoi ce bruit? demanda-t-il soudain d'une voix rauque tandis que d'étranges sons se firent entendre.

Tendant l'oreille, se crispant toujours plus, Connor fronça alors les sourcils et plissa les yeux, portant son regard au loin. Son cœur tambourinait avec force sa poitrine. Il le sentait s'accélérer. Ses traits se tirèrent, ses poings se serrèrent et sa mâchoire se crispa tandis qu'ils restèrent tous en haleine, à se demander ce qui leur pendait au bout du nez.

Quelle ne fut pas la surprise quand il remarqua ces silhouettes. Ces dizaines d'individus qui semblaient se rapprocher. Peu à peu. Suspicieux mais pensant avoir à faire à des personnes aussi perdu et désorienté qu'eux, le jeune militaire se tourna vers ses compagnons d'infortune et lança un :
- Hey !

D'une voix rauque et alerte, afin d'attirer leur attention. Sauf qu'il y avait quelque chose de particulièrement bizarre dans leur comportement. Il le sentait de plus en plus. Par instinct de protection, Connor se mit alors devant le jeune homme à côté de lui et se dressa, sur ses gardes tandis que les étrangers semblaient presser le pas et se fondre sur eux, en des glapissements effrayants.
- Attendez, il y a un truc qui cloche, susurra-il entre ses dents serrés avant de réaliser soudain qu'ils les attaquaient. Littéralement.

La scène se déroula assez rapidement. Bientôt, ils furent tous encerclé par des hommes, des femmes qui, oh bordel, ressemblaient à des zombies. Comme ceux qu'on pouvait voir dans les films d'horreur. Lâchant un juron, Connor fléchit les jambes par réflexe en une position défensive mais avant même qu'il ne puisse répliquer, l'un d'eux se rua sur lui et le mordit au bras, lui arrachant un cri rauque.

Soumis face à la douleur, l'homme se crispa d'autant plus et donna un vif coup de pied à son assaillant pour le forcer à lâcher prise.
- Il faut qu'on batte en retraite ! Tout de suite ! lança-t-il à ses compagnons d'infortune alors qu'il se tournait à présent vers le jeune homme pour lui prêter main forte.

Ce dernier avait été attaqué à la jambe et il se prit presque instinctivement à l'aider, l'empoignant par la manche pour qu'il s'accroche à lui.
(c) ANAPHORE


Résumé:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 16 Fév - 8:21
Le point positif de cet affaire c‘est que je n’étais pas seul. Et que je ne voyais pas William, donc lui il était peut-être encore dans un endroit calme et paisible. Putain William je te jure que si t’es aussi dans la merde je t’en colle une ! Bon, visiblement, il y en avait qui savait quoi faire. Tant mieux. Parce que je ne savais pas quoi faire. Malgré mes deux mètres j’étais encore qu’un gamin. J’observais avec attention les gens autour de moi, on avait l’air d’une fine équipe, et visiblement certains se connaissaient. Solitude ! Quand tu nous tient. Un homme blond s’approcha. Reste derrière moi … Bah si je me tiens devant toi je te cache la vue, donc autant que je reste derrière.

Je n’aimais pas du tout cet endroit. Et ce n’était pas en me déplaçant dedans que j’étais plus à l’aise : ça non. Bruit ! Bruit que je n’aimais pas du tout. J’observais les alentours et vis un groupe de gens venir vers nous. Le gars devant moi, faudrait que je connaisse son nom un jour ! Alors … Visiblement, ce n’était pas une bonne idée. Je restais interdit quelques secondes en examinant les gens venir vers nous. Des … FUCKING ZOMBIES ?! On était dans The walking Dead ou quoi ? Et on les avait attiré. Je sentis un calme étrange m’envahir, mon cerveau se mit en route automatiquement : dans les séries les zombies sont plutôt lents et ils sont attirés par le bruit, leur point fort est en réalité leur nombre et leur vivacité quand ils sont stimulés. Si on pouvait les attirer  ailleurs ça serait bien. Mais comment ? Les portables. On avait bien nos portables, mettre le volume à fond et l’envoyer au loin, en priant pour ne pas le casser, pourrait fonctionner … Si seulement on pouvait voler … Ça serait beaucoup plus simple !

J’avais été absent une demie seconde, mais en situation de crise on a pas le temps d’être absent une demie seconde ! Les zombies nous avaient entouré. Merde ! Et visiblement ils avaient les crocs ! J’étais particulièrement entrain de justement les tester vu qu’un avait plongé en avant pour me mordre la jambe. Bordel ça fait mal ! Et visiblement je n’étais pas le seul. Je frappais le mort d’un coup de poing pour lui faire lâcher prise. Viser le cerveau. C’était la base, personne avait un Katana ? Ou un truc pour le planter ?

« Lâche moi saloperie ! »


Je finis par lui faire lâcher prise par un coup de talon, avec l’aide du petit blond, qui lui éclata la cervelle qui se rependit sur le sol … Charmant. J’étais pas le seul à mettre fait attaquer. Battre en retraite ? D’accord, mais il fallait trouver un truc pour les distraire . Qu’est ce que je donnerais pas pour avoir des ailes ! Je me rapprochais du petit blond qui me tira par la manche. La morsure faisait mal, mais rien de méchant. Si je pouvais couvrir la fuite des autres ça serait pas mal. Je me tournais vers le gars près de moi :

« Une idée pour s'enfuir sans se faire bouffer vivant ? Je m'appelle Théodore au besoin. »

C'était peut-être pas le meilleur moment de se présenter, mais bon … S'il devait donner des ordres autant qu'il sache mon nom !


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Ven 16 Fév - 8:21
Le membre 'Théodore Altman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 2

--------------------------------

#2 'Dé 10 - maîtrise ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 16 Fév - 18:09

IT'S A MAD MAD WORLD

All around me are familiar faces worn out places, worn out faces. Bright and early for their daily races, going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression, hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.
Groupe 5 : La ville abandonnée



Tu les entends, ces voix autour de toi, qui te parlent. Qui te mentionnent. Tu peux sentir les regards qu'on te jette, alors que tu trembles. Encore en proie à cette sensation insidieuse qui coule en tes veines. Une main se pose sur ton épaule et tu sursautes, ton regard apeuré glissant sur le visage d'un homme ayant la trentaine passée. Il te dit qu'il faut bouger, ne pas rester en place. Tu ne sais que faire, que dire, seulement perdue devant sa mine tout aussi déconfite que toi. Et en plus il avait un fil qui pendait de son sourcil, ce qui aurait pu te faire rire si tu n'étais pas aussi tétanisée. Une autre personne s'approche de toi, et tu remarques que ses cheveux sont aussi flamboyants que les tiens. Cela te rassure un peu, sans que tu ne puisses l'expliquer. Personne ne sait comment vous avez atterri ici, et toi qui pensais d'abord à une hallucination, tu te retrouves bien trop brutalement confrontée à la réalité. Tout ceci est bien réel, la main sur ton épaule est un ancrage auquel tu te tiens, comme une ancre en pleine mer déchaînée. Tu essayes de parler, sans succès, tes lèvres s'ouvrant et se fermant sans que tu ne puisses les contrôler. Tu trembles encore, et tu détestes ça. Bon sang, tu es pompier Kayleen, reprends-toi ! Tu es passée par pire que ça, tu as confronté de plus grands démons que cette situation. Tu as foncé dans de plus grands feux que celui-ci, alors bouge toi. Baissant la tête, en ravalant ta salive, tu mords l'intérieur de tes joues, alors que les voix reprennent d'assaut tes tympans. Tes oreilles bourdonnent mais tu perçois quand même quelqu'un demander à un dénommé Coleman de rester avec les plus jeunes, t'incluant toi-même dans le lot. Il demande à ce que tout le monde fasse attention à son voisin, afin de ne perdre personne, et il a raison. Tu le sais au fond de toi. C'est une mauvaise idée de se séparer dans un endroit aussi vaste, et inconnu. Alors que tu serres les dents, tu entends une autre personne t'approcher, et tu as juste envie qu'on te laisse tranquille. Tu ne veux pas être un boulet et ralentir le groupe, tu veux juste respirer un peu et te reprendre comme il faut une fois que tu seras prête. La voix t'interpelle et tu relèves la tête, reconnaissant Santana. La fille adoptive de Hank. Ancrant son regard au sien, tu te laisses bercer par ses  paroles qui se veulent réconfortantes. Elle te parle de Hank, d'imaginer ce qu'il dirait dans cette situation, et pour une raison inconnu, cela fait éclater quelque chose sous ta poitrine. Ton regard se durci, et les larmes se tarissent. Tu t'épanches sur les paroles de Santana, comprenant son but et ce qu'elle souhaite de toi en cet instant précis. Que tu reprennes du poil de la bête, et beaucoup d'aplomb. Alors tu hoches la tête, ravalant ta salive, le corps tendu comme jamais. Elle a totalement raison, ce n'est pas un feu à éteindre, mais c'est comme la réalité. Tu dois trouver une sortie pour que tout le monde soit sain et sauf.

Tu arrives à te relever, et essuies tes yeux avec le revers de ta main, reniflant très élégamment. Tu n'es pas encore au meilleur de ta forme, mais tu vas déjà bien mieux. Grâce à ces inconnus, cet homme et cette femme, mais aussi grâce à Santana. Tu la remercies silencieusement tandis qu'elle s'éloigne vers les autres, et toi, tu continues à rester là. Ton regard passe du trentenaire à la femme rousse, et tu hoches timidement la tête, ton souffle glissant sur tes lèvres. Merci... Tu ne sais pas vraiment quoi leur dire d'autres, mais tu es ravie de voir que ces parfaits inconnus se soient arrêtés pour s'occuper de toi. Croisant tes bras contre ta poitrine pour te réchauffer, tu fais glisser tes paumes sur ta peau en une friction salvatrice. Tes cheveux volent derrière toi alors que tu regardes les plus âgés discuter entre eux sur la tactique à emprunter. Ils semblent tous d'accord pour se tirer d'ici et tu hoches la tête, même si tu sais que personne ne peut te voir ou t'entendre. Vous commencez à avancer, et d'un coup, tu sens tes muscles se crisper en une douleur incommensurable. C'est désagréable et tu grimaces, retenant une exclamation étouffée. Les leaders s'arrêtent et tu tends l'oreille, écoutant attentivement les bruits étranges qui commencent à s'élever dans les airs. Des genres de murmures, qui crissent à tes tympans. Un frisson glacé te parcours l'échine, et tu te retournes juste à temps pour voir l'horreur prendre vie sous tes yeux. Quelqu'un vient de héler ces individus dans le fond et ils courent à présent vers vous, grognant telles des bêtes affamées. Que... Quoi ? Tu n'oses plus parler, seulement scruter ces formes ignobles qui raclent le sol de leurs pas tantôt traînants, tantôt désarticulés. Leur peau en décomposition t'arrache un hoquet de surprise et tu couvres tes lèvres de tes mains, les yeux écarquillés. Tu comprends que ce n'est pas normal et que ces personnes ne doivent pas vous atteindre, mais il est déjà trop tard. Tu entends les cris et tu les vois sauter sur vous. L'homme qui t'a interpellée auparavant te cache prestement de sa carrure imposante, et tu te mets à reculer en marche arrière. Le visage enfoui sous tes paumes, tu essayes de ne pas hurler en entendant tous ces bruits dégueulasses, gutturaux, et visqueux. Tu as presque envie de vomir, mais l'adrénaline pulse en tes veines et te maintient éveillée et en alerte.

Tu n'es pas touchée par cette vague de corps en décomposition, mais certains autres sont bien amochés. T'approchant de quelques personnes, tu scrutes leurs blessures, vérifiant bien qu'elles ne sont pas trop grave. Elles sont superficielles et ne nécessitent pas de soins immédiats, mais tu te doutes qu'il faudra s'en occuper rapidement une fois que tu auras trouvé ce qu'il faut. De toute façon, tu n'as rien sous la main pour rafistoler quelqu'un en vitesse, du coup tu te sens bien inutile sur l'instant. Jusqu'à ce que tu remarques un individu dont le bras a été touché. Tu perçois que quelque chose de plus grave est en train de lui arriver et tu cours alors en sa direction, l'attrapant doucement par les épaules, l’interpellant. Ce n'est qu'à cet instant que tu remarques qu'il est aveugle. Eh, monsieur. Tu enserres plus fermement son épaule, caressant doucement. Ça va aller, ne vous en faites pas. Tu inspectes rapidement sa blessure et sourit. Même s'il ne peut pas te voir, tu sais qu'il peut sentir ta franchise et ta bienveillance. Ce n'est pas bien grave ce que vous avez là. Mais il va falloir bouger. Tu inspires un bon coup. Vous pouvez vous lever ? Je vais vous soutenir. Ainsi, tu te mis à l'aider, passant son bras par dessus tes épaules, le maintenant debout comme tu le pouvais malgré la différence de taille et de poids. Tu as repris de l'aplomb, et à présent, tu te sens à nouveau utile, comme sur le terrain. Comme lorsque tu es face aux flammes et au danger. Lançant un regard derrière toi, tu peux voir l'homme d'avant se battre contre les individus en question, et le groupe se former doucement. Tu as compris ce qu'ils comptent faire. Se regrouper, et filer. Les plus forts derrière pour protéger le reste de leur petite formation. On y va, allez. Prenant une longue inspiration, tu maintiens fermement l'homme contre toi, le faisant avancer le plus rapidement possible pour suivre le groupe qui file déjà dans l'inconnu, dans les dédales de cette grande ville. Ancienne métropole abandonnée jonchée de ruines et de poussière qui t'irrite la gorge. Il faut absolument que vous trouvez un abris, une cachette pour échapper à ces monstres.



résumade:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Marc Bowman


http://houseofm.forumactif.org/t3442-marc-i-m-not-scared-of-the-dark http://houseofm.forumactif.org/t1365-i-like-my-tea-how-i-like-wo
More about you : Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_prjo3kWR2n1qbeouto3_r1_540
Codename : Pride
Pouvoirs : Manipulation des ténèbres ► Marc possède la capacité de manipuler à sa guise les ombres. Il faut cependant que ces dernières soient présentes. Dans une pièce intégralement noire, son pouvoir ne lui servira à rien.
En plus de les manipuler, il peut également s'en servir pour guérir certaines blessures et recharger son énergie. C'est une capacité passive et elle ne sera jamais aussi efficace qu'un vrai repos.

Magie ► Marc est un sorcier, ce qui le rend donc logiquement capable de maîtriser la magie. Il est capable de lancer certains sorts après les avoir appris - et non naturellement comme avec sa maîtrise des ombres. Il peut également détecter les autres sorciers et reconnaître une empreinte magique s'il y a déjà été confrontée.

Emergence : Maitrise : Messages : 615
DCs : Gabriel, Sean, Lorna, Lucy, Jess Jones & Ben

Sam 17 Fév - 0:47

Groupe 5

It's a mad mad world


Il est en train de se demander s’il ne devrait pas laisser tout le monde et se barrer. Pas qu’il n’aime pas être en groupe, c’est juste qu’il n’a pas trop l’habitude de se retrouver avec autant de gens et de devoir veiller sur les autres. Il n’a pas réfléchi quand il est allé aider la rouquine. Il a agi sans se poser de question, comme d’habitude. Il prête une oreille attentive à ceux qui l’entourent, gardant le silence pour analyser la situation. Il remarque une brune qui s’est penché également sur la jeune femme en pls sur le sol et se dit que c’est bon, il peut se barrer tranquille, maintenant. Quelqu’un prend le relais donc ce n’est plus de son ressort. Et pourtant, il reste là, au cas où. Échangeant des regards avec l’autre rouquine à qui il s’est adressé plus tôt. Il pourrait pourtant tellement se lever et se casser pour trouver un moyen de rentrer chez lui, le plus calmement du monde. En tout cas, la brune qui lui parle et qui a le mérite d’être sacrément bien foutue a l’air de la remotiver et c’est plutôt rassurant de voir la jeune femme réagir.  Il suit également les échanges qui ont lieu près de lui. Il tique au mot «Chef» mais garde les yeux rivés sur la rousse. Il entend des noms de familles aussi et vu le ton avec lequel c’est employé, il comprend très vite qu’il est en présence de gens qui ont une notion de hiérarchie. Donc potentiellement des militaires. Ou des agents du SHIELD. Et merde.  Si ce sont des agents du SHIELD, il n’est pas dans la mouise, là. Comment il a atterri là, bordel ?

S’il ne fait rien d’étrange, il y a moyen que ça passe crème. Faut juste qu’il apprenne à se taire. Ouais, voilà. Garder sa bouche fermée. Tout ce qu’il ne sait pas faire. Il s’aperçoit que la rouquine s’est redressée pendant qu’il était en train de percuter la situation dans laquelle il est. A son remerciement, il se contente hocher la tête et de s’écarter légèrement sur le côté. C’est pas tout ça, mais il peut maintenant partir sans demander son reste. Il sent qu’il faut vraiment qu’il se barre. Loin des potentiels agents du SHIELD.  Il a pas trop envie de se faire chopper. Après tout, la gamine, qui est loin d’être gamine, va mieux et c’est tout ce qui compte. Il n’a pas de raison de s’attarder ici. Il ne sait pas par où commencer pour rentrer mais il ne se fait pas de soucis. Se débrouiller, il sait faire. Enfin, normalement. Il regarde autour de lui pour se décider de la direction qu’il va emprunter, comme si c’était tout à fait normal de se retrouver dans une ville délabrée qu’il ne connait pas, avec des gens qu’il ne connaît pas et tout ça en un claquement de doigt. Il sursaute presque en entendant le dénommé Coleman lancer un « Hey » à la volée. Il tourne la tête pour voir des formes au loin. Des silhouettes humanoïdes pour être exact.  Marc penche la tête sur le côté et fronce les sourcils.  Il y a d’autres péglands paumés comme eux ? Ou alors des habitants ? Il s’avance d’un pas en se disant que ça pourrait lui permettre d’y voir mieux. « C’est quoi ce délire ? »

Un truc qui cloche ? C’est carrément la plus grosse cloche de la plus grosse cathédrale du monde à ce stade, en fait. Il sent un frisson désagréable lui parcourir l’échine alors qu’il recule, les yeux écarquillés en découvrant les silhouettes. Ils sont tombé dans le film dont les autres parlaient tout à l’heure. Manquait plus que ça. Il recule à nouveau et se retrouve au niveau de la rouquine qui s’est reprise. Il échange un regard avec elle, regarde les zombies qui s’approchent puis elle à nouveau. Oh, fais chier. Il se traite mentalement de débile et la pousse derrière lui. Un jour, faudrait qu’il s’interroge sur les raisons qui le poussent à agir ainsi avec les filles qui ont l’air d’avoir la vingtaine. Et comme il n’a rien trouvé de mieux à faire que de jouer les boucliers, et bien voilà qu’il se paye un cadavre ambulant qui l’a confondu avec un morceau de kebab plutôt alléchant. Il retient son envie de vomir devant l’odeur du zombie et doit lutter avec pour ne pas tomber en arrière. Il est en train de jurer quand il entend les mâchoires de ce… truc claquer près de son oreille. Marc a beau tenter de le tenir à distance, l’autre finit quand même par refermer ses dents sur la peau de son cou. Il sent la vive douleur et redouble de force pour pousser le zombie loin de lui. Il finit par lui éclater la mâchoire avec un coup de poing bien placé. Ça y est, ils l’ont énervé. Il entend le blond dire qu’il faut battre en retraite. Tu parles, ce serait méga cool, ouais. Sauf que certains restent pour se battre afin de faciliter la fuite des autres. C’est bien parce qu’il est vénère et qu’il a envie de se venger pour la morsure qu’il reste en arrière pour couvrir la fuite du reste du groupe. Saloperie de bestioles. C’est vraiment une journée de merde.
AVENGEDINCHAINS



Résumé:
 

___

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Sam 17 Fév - 0:47
Le membre 'Marc Bowman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 2

--------------------------------

#2 'Dé 10 - maîtrise ' : 8
Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Aidan Bowman


http://houseofm.forumactif.org/t3548-aidan-the-duty-is-always-calling http://houseofm.forumactif.org/t3454-aidan-the-older-brother-is-
More about you :
Codename : Alkemya
Pouvoirs : Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_p60ib7QhWP1qm7ow9o3_400

SORCELLERIE : lancement de sorts et de rituels - création de portails envers des lieux donnés, qui se connectent spirituellement à Aidan lors d'appel à l'aide. (uiui c'possible).
PIERRE PHILOSOPHALE : immortalité - dons de guérison - changement argent en or.
Emergence : Maitrise : Messages : 388
DCs : Skye & Aelys & Kaine & Avery & Nikki & Gwen & Klaus & Matthew & Heather & Isaac & Luke & Haiden

Dim 18 Fév - 1:12



Let's kill some zombies

Groupe 5

Madness is somewhere inbetween chaos and having a dream.

Il n'y avait pas de temps à perdre, Santana en était bien consciente. Les choses s'emboitèrent donc naturellement, sitôt que l'organisation énoncée par Leo fit son effet. L'hispanique était heureuse de voir Kay reprendre du poil de la bête, et elle lui adressa un petit signe de tête avant que tout le monde ne commence à se mettre en marche. Comme prévu avec le commandant, elle était celle qui fermait la file et s'assurait que rien ne comptait passer par derrière. Pour autant, si Santana ne laissait rien démontrer sur son visage et si elle passait le plus clair de son temps à plaisanter, elle était aux aguets. En alerte maximum, même, alors que le silence accompagnait leur lente progression. L'aventure ne semblait pas si mal partie, au bout du compte, puisque tout le monde avançait sans émettre la moindre objection aux ordres précédemment donnés. Au contraire, tout semblait naturel, et cela faisait toujours une potentielle complication en moins pour les agents experts dans leurs domaines.

Malheureusement pour la brune, la facilité ne comptait pas durer éternellement. Elle ne réagit pas tout de suite lorsque Coleman interpella un autre groupe, bien trop concernée pour la couverture de leurs arrières. Mais lorsque des râles firent écho à l'arrivée du groupe en question, lorsque la file si murement construite vira totalement, en terme de cris et de mouvements dans tous les sens, Santana ne pouvait plus rien faire qu'improviser à son tour. Sous ses yeux, April se fit mordre par ce qui s'apparentait à un zombie, et la trentenaire laissa échapper un cri étranglé. « April ! » Sans se poser plus de questions, elle sortit son couteau, son fidèle Moorhaus offert par son père biologique, qu'elle balança d'un mouvement de bras à son amie. « Attrape ! » Elle pouvait difficilement tuer son assaillant pour elle, alors qu'un mort-vivant se précipitait sur Santa' à toute vitesse. Son arme à la main, elle ne réfléchit par et tira dans la tête du zombie, qui s'étala sans grâce sur le sol. Si elle en croyait les nombreux films qu'elle avait vu, le bruit attirait les rôdeurs, mais ce n'était pas une détonation parmi moults sons et hurlements du genre qui allaient changer la donne.

Tournant sur elle-même alors qu'elle cherchait une sortie, Santa' tira une seconde fois, la balle venant se loger dans le cerveau d'un mort-vivant qui finit à son tour sur le sol. La trentenaire se retrouva bientôt dos-à-dos avec April, alors que tout leur petit groupe finissaient encerclé par leurs agresseurs affamés. « C'est plus le film avec Will Smith, là. C'est un remake de The Walking Dead qu'on fait ! » Elle balança à la dérobée, en direction de son commandant qui devait aussi être aux mêmes prises qu'elle, bien qu'elle ne pouvait le voir. Le combat s'éternisa, sur quelques secondes ou sur quelques minutes, elle ne saurait le dire. Mais à force de tirer dans le tas, d'avancer sans vraiment regarder, collée à la Ren, la lieutenant ouvrait une brèche, presque inconsciemment. Et quand elle s'en rendit compte, un sourire un peu fou déchira ses lèvres : « April, tu vois ce que je vois ? » Une ouverture. Une fuite possible où aucun zombie ne bloquait le chemin. Du moins pas tant qu'ils étaient attirés par son équipe et donc maintenus à distance de leur ticket de sortie. « Là-bas, y a l'air d'avoir des bâtiments. Faut les emmener en sécurité ! » Santana s'adressait à l'asiatique, sa partenaire de combat sur le moment. Elle ne pouvait pas vraiment interpeller d'autres gens précisément, trop occupée à se débarrasser des corps ambulants. « Ouvre la marche, on vous couvre ! » Et en effet, heureusement, elle n'était pas la seule à vouloir couvrir ceux qui commençaient à s'enfuir au loin. Se rapprochant des combattants du moment, Santana pressait une nouvelle fois la détente. « Faut tenir encore un peu. Le temps que tout le monde puisse s'échapper. » Quand y avait pas le choix, y avait pas le choix. Continuant à protéger tout le monde, elle poussait, Santa', suivant son instinct et ses camarades, avançant alors qu'April entamait la marche vers la libération.
(c) DΛNDELION

Résume, résumons, résumez bruh:
 

___

that's the price you pay
† Lookin' through the glass find the wrong within the past knowin' | Cut until it bleeds, digging deeper | Leave behind your heartache, cast away †

Groupe 5 : La ville abandonnée LE-PLUS-GROS-FAIL
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Dim 18 Fév - 1:12
Le membre 'Santana J. Carpenter' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 4

--------------------------------

#2 'Dé 10 - maîtrise ' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Mutant
April Ren


http://houseofm.forumactif.org/t1103-april-ren-relationships http://houseofm.forumactif.org/t1083-april-ren-let-me-hit-him-wi
More about you :
Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_nz0enyfsVz1u2p0mzo1_250
Codename : Memoria
Pouvoirs : En plus d'une mémoire eidétique, April s'est découvert à l'adolescence un pouvoir lui donnant une mémoire décuplée. Il lui est impossible d'oublier quoi que ce soit.
Groupe 5 : La ville abandonnée Tumblr_nka6i1w3eo1qe3m04o1_400
Emergence : Maitrise : Messages : 445
DCs : Ann . Harry . Gemma . Samira . Noah

Dim 18 Fév - 2:00
EARTH-7044
La ville abandonnée
••••

Le groupe s'organisa petit à petit alors qu'April continuait à observer le paysage autour d'elle, gardant chaque détail en mémoire. A défaut de savoir où ils se trouvaient, l'ingénieure pouvait utiliser sa mémoire photogénique pour éviter de se perdre d'avantage par la suite. Santana fermant la marche, April suivit le groupe non loin de son amie. Celle-ci lui lança que s'ils s'éternisaient ici, c'était Alexia qui n'allait pas être contente. April ne pouvait que confirmer. Sa petite amie finirait probablement par se rendre à Stark Industries pour la réclamer. A moins, bien sûr, qu'elle soit elle aussi coincée dans un autre monde. Ce qu'elle ne lui souhaitait pas.

Le groupe s'agita subitement et le cœur d'April stoppa alors que son regard se posait sur ce qui semblait être des morts. Des morts qui avançaient dans leur direction, affamés. Peut-être parce qu'elle avait l'impression de se trouver subitement dans The Walking Dead, l'ingénieure mit du temps à réagir, trop choquée pour comprendre que ce qui lui semblait irrationnel se produisait bien sous ses yeux et n'avait aucune explication, quand bien même elle pouvait en chercher une. Son choc lui valut de se faire attaquer. Elle sentit une pression contre son cou, forte et douloureuse. Heureusement pour elle, elle reprit ses esprits rapidement et s'échappa de la morsure du cadavre ambulant, avant que celle-ci ne puisse pénétrer sa peau. Elle attrapa sans difficulté le poignard que lui lança Santana et enfonça la lame dans le crâne de son attaquant avec une facilité déconcertante. Le mort se figea un instant avant de retomber à terre.

Elle venait de tuer. Venait-elle de tuer un vivant ou un mort? Elle n'en savait rien, mais elle était secouée. Elle aurait aimé ne pas avoir eu affaire à ce recours, mais la situation l'exigeait. D'autres arrivaient, elle devait mettre sa morale de côté. Il fallait survivre. Comme d'un commun accord, Santana et April se collèrent dos à dos, surveillant les arrières de chacune et attaquant les zombies les plus proches, enfonçant lame et balles dans les crânes.

La scène n'était pas belle à voir mais April put voir que personne encore n'était mort, exceptés les rodeurs à terre. Cependant, plusieurs questions s'imposaient à son esprit : quelles seraient les conséquences de ces morsures? Allaient-ils en mourir? Les dents du zombie n'avaient pas réussis à pénétrer sa peau mais cela suffisait-il à la garder en vie? April ignorait tout cela, elle n'avait pas le temps d'étudier le problème comme elle en avait l'habitude. Mais elle savait une chose : ils devaient fuir. Et c'est à ce moment que, comme Santana, April vit un chemin dégagé. L'asiatique prit une grande inspiration et s'éloigna de Santana avant de crier aux autres :

- Par ici! Il faut qu'on aille dans cette direction!

Prenant la voie libre, April entraîna avec elle ceux qui ne se battaient pas, espérant que les autres tiendraient le combat assez longtemps pour les couvrir suffisamment.


••••

by Wiise


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Dim 18 Fév - 2:00
Le membre 'April Ren' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 1

--------------------------------

#2 'Dé 10 - maîtrise ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 24 Fév - 17:54
It's a mad mad world
Mission 3

Ils sont dehors, genre ils ne peuvent pas être plus à l’extérieur que ça. Et pourtant il a cette sensation bizarre d’être coincé, enfermé, dans une pièce surement trop petite. Ca n’a aucun sens et pourtant… C’est bien vrai. C’est à ne rien y comprendre. Heureusement qu’il n’est pas réellement claustrophobe sinon il serait tétanisé… de rien en plus. Ils sont en plein extérieur. D’ailleurs ils ne devraient pas rester là.

Bon… bah ils ne sont pas allés loin. Ils sont même allés nulle part en fait. Faut dire que sur le coup, ils ont vu des gens et tout naturellement, Coleman les a hélé. « Hey ! » Leo grimace. Il n’est pas sûr que ce soit une initiative de génie à vrai dire. Si la ville est abandonnée, ce n’est surement pas pour rien après tout. Connor est le premier à dire à voix haute ce qu’ils se disent ensuite tous. « Attendez, il y a un truc qui cloche » Oui, parce que ces types, ils se mettent à grogner puis à foncer droit sur eux… Ils n’étaient pas si loin que ça et les rejoindront en un rien de temps. Ni une ni deux, Leo s’écrie : « Courrez ! » mais c’est déjà trop tard. Ce qui semble être des… morts vivants (whaaaaaaaaaaaat) les rattrapent et s’en prennent à eux dans le but de… les manger il semblerait. C’est à ce moment-là que Leo regrette d’être en tong et sans une seule arme sur lui. Il n’aime pas être sans défense et doute de pouvoir faire grand-chose contre ces…, oui, ces morts vivants, c’est bien ça hein, à mains nus.

Les zombies s’en prennent à eux tous et la pauvre Dylan se retrouve vite dans de sales draps. « Dylan ! » Le grand blond doit l’aider si il ne veut pas que l’une des meilleurs amis de sa copine finisse en nourriture pour zombie. Déjà que Lydia lui en voudra à mort pour avoir laissé Ryder en plan, faudrait pas qu’il lui donne encore plus de quoi lui en vouloir. Et puis il connait bien Dylan alors il ne risque pas de la laisser dans la merde. Il regarde tout autour de lui mais n’a rien à porter qui pourrait servir d’arme face aux zombies. Plus loin, il entraperçoit un panneau arraché. Ca fera bien l’affaire.

Pour attendre l’objet, il doit passer entre quelques zombies ce qui n’est pas pour le rassurer mais il n’a pas vraiment le choix. Il s’élance sans attendre mais malgré le fait qu’il soit rapide, il y en a un, à terre, qui lui choppe la jambe et le happe tout ca pour le croquer, le faisant tomber par terre par la même occasion. Il y arrive même avant que Leo ne lui colle un violent coup de pied dans sa tête qui… part en arrière mais genre avec un angle pas normal. Il reste là, interloqué, quelques très courtes secondes. Ok, c’est clairement pas humain ces machins et… « Putain ça… mord !? » Mais c’est des vrais putain de zombies !

Leo se reprend rapidement, et finit de franchir les quelques mètres qui le sépare de son arme d’infortune. Une fois celle-ci en mains, il se dépêche d’aller aider Dylan. Bon, autant dire qu’un vieux panneau c’est pas l’idéal contre les zombies mais après en avoir assomé/empalé quelques-uns, il gagne un peu de temps pour que la rouquine puisse fuir avec les autres. « Suis les vers la ville, j’arrive ! » Il la pousse presque vers la voie de sortie qu’emprunte l’asiatique. Puis se retourne pour analyser rapidement la situation.

Mais qu’est ce qu’ils font tous làààà ? Faut partir. Y’a notamment le gamin qui reste là, à se battre. Leo, qui n’est pas loin, l’attrape par le col de son tee-shirt et le tire en arrière puis le pousse à son tour vers la voie de sortie. « Bouge de là gamin ! » Il n’a pas le temps de faire dans la délicatesse et il hurle à l’attention des autres. « Battez en retraite bordel ! » Il n’aime pas laisser des hommes derrière, c’est peut être con, totalement même vu qu’ils luttent contre des PUTAIN DE MORTS VIVANTS qu’on peut par définition PAS TUER. Fais chier, juste fais chier. Il reste là et se bat parce que, non, il ne laissera personne derrière.



Made by Neon Demon



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Force de l'Univers
Eternity


http://houseofm.forumactif.org http://houseofm.forumactif.org
More about you : « Before you stands the embodiment of actuality. We may exist in myriad fashions and over the millennia have. So do not pester us with matters of little import, for unlike ourselves, our patience is not without limits. »
Codename : Eternity.
Emergence : Maitrise : Messages : 2444

Sam 24 Fév - 17:54
Le membre 'Leo Jüng' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Mystère' : 2

--------------------------------

#2 'Dé 10 - maîtrise ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 3 Mar - 13:43

   
   
   

   

   
Mission III - It's a mad mad world

   
ft. tout plein de gens

   
Autour d'elle, tout le monde essayait de comprendre ce qu'il se passait, ce qu'ils foutaient ici et comment ils allaient faire pour revenir d'où ils venaient. Parce que bordel, cet endroit n'était franchement pas le genre de coin ou tu avais envie de t'installer pour passer une petite semaine de vacances tranquille. Tout le monde essaye de se remettre plus ou moins de ses émotions, même si visiblement, certaines personnes n'ont pas vraiment l'air dans leur assiette. Il fallait toujours que les civils arrivent à casser les pieds d'une façon ou d'une autre de toute façon. Elle se tourna lorsqu'un type essaya de s'imposer comme le chef, et Angela tiqua en voyant de qui il s'agissait. Oh, elle ne le connaissait par personnellement, mais elle avait entendu des histoires sur ce type. C'était le gars qui avait remplacé Maria après que la pauvre se soit faite torpillée par sa propre agence. Déjà que non seulement, la femme d'affaires avait toujours eu du mal avec les types qui se prenaient pour les patrons sous prétexte que leurs organes reproducteurs se trouvaient à l'extérieur, le fait que Hill se soit faite remplacer par ce gars ne jouait pas vraiment en sa faveur « Cause toujours Brad Pitt, tu m'intéresse. » Grommela-t-elle à voix basse. Elle n'avait pas non plus l'intention de faire de vagues, mais elle n'allait clairement pas faire comme les autres à écouter le moindre de ses mots comme si c'était la parole divine. Elle était la vice-présidente d'une des plus grosses boites de l'île, et elle ne recevait d'ordres que d'une seule personne. Qui n'était clairement pas en face d'elle.
C'est alors qu'Angela finit par entendre des bruits, qui semblaient venir de dans son dos. Elle ne fut pas la seule à les entendre, et ils virent qu'il y avait un groupe de personnes, un peu plus loin. Enfin un groupe, ça avait plus l'air de ressembler à une petite foule qu'à un groupe comme le vôtre. Peut-être qu'ils allaient enfin savoir dans quel pétrin ils étaient. Alors que Connor gueulait pour attirer leur attention, la rousse porta la main vers son arme, sans pour autant s'en saisir. Inutile de se montrer trop agressif. Peu à peu, la foule se rapprocha d'eux, et la jeune femme avait l'impression de plus en plus nette qu'il y avait un truc qui ne collait pas avec ces gens. Mais alors pas du tout. Ce n'est que lorsqu'elle remarqua leurs vêtements en lambeaux, les bouts de chair qui manquaient à certains endroit et leur aspect tout à fait cadavérique qu'elle comprit de quoi il s'agissait. Des zombies. Des foutus zombies. La jeune femme resta figée un instant, et l'une des bestioles se jeta sur elle, la faisant tomber au sol. Elle ressentit une vive douleur au niveau de ses côtes, là ou le zombie venait de lui mettre un coup de griffes. Alors qu'il tentait de la bouffer, l'asphyxiant à moitié avec son haleine de vieux chacal crevé qui aurait bouffé des œufs pourris avant de clamser, Angela parvint à se saisir du premier objet à portée de main, et lui colla un grand coup dans le crâne avec la brique qu'elle venait de saisir. Le zombie s'effondra à côté d'elle, le crâne à moitié défoncé, mais Angela ne lui laissa pas de répit et abattit à nouveau la brique, le faisant passer pour de bon de vis à trépas « Espèce de tas de viande décomposée. » Se relevant, elle vit qu'ils étaient entourés par des zombies, qui avaient visiblement tous la même idée, à savoir les bouffer. Sa brique toujours en main, Angela vit une ouverture se créer dans la masse de bestioles, mais elle ne s'y précipita pas pour autant. Non, il fallait bien que quelqu'un reste pour que les autres puissent s'enfuir. Et elle fut soulagée de voir qu'elle n'était pas la seule à avoir cette idée « Allez bande de bouffeurs de cervelles, venez voir ce qu'il en coûte de s'en prendre à une Helswath. » Un zombie s'approcha d'elle, mais cette fois-ci, la rousse savait à quoi s'attendre. Elle le repoussa d'un coup de pied bien placé, et sourit le voyant s'effondrer alors que sa jambe émettait un craquement sinistre. Il fallait juste qu'ils tiennent encore un peu, le temps que les plus faibles puissent s'éloigner de là.

   ☾ anesidora


Résumage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Groupe 5 : La ville abandonnée
we will stand stranger to brother
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ville Valo
» La ville de thiers (63) le creux de l'enfer
» 30 eme GC à Lunéville
» Les fantomatiques mines de la ville de Matsuo au Japon
» vfa express 1 groupe

House of M :: VOL. N°I :: Events & Intrigues :: Mission III-
Sauter vers: