Partagez | 
 

 Tortellini Tuesday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ezra AndrewsHumain modifié
avatar

Ezra
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
Il peut contrôler le sentiment de peur. Une simple peur peut alors devenir une réelle phobie qu'il peut déclencher avec des hallucinations visuelles ou sensorielles.
Max, Kitty, Teddy, Leo, Arthur, Jake, Poppy et Altaïr
573
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Tortellini Tuesday   Dim 4 Fév - 14:53

Tortellini tuesday
She's been up all night 'cause she's been feeling kinda lonely and she's been trying to find someone to go out with. Well it's her birthday on a tortellini tuesday.

 
▼▲▼

 
Il marche sans même savoir où ses pas le mènent. Ça dure depuis des heures. Il passe par des ruelles en tout genre, des plus tranquilles au plus agitées. Les mains dans les poches, il se contente de regarder les autres vivre au fur et à mesure que les pas s'enchaînent par pur automatisme. Parfois, quand il croise un magasin qui le tente, il y rentre, fais un tour, n'achète rien et repart. Il regarde les CDs, navigue entre les bouquins, mate des appareils photo dernier cri. Il se prend un café, puis, une heure après, un autre. Il allume cigarette sur cigarette, rachète un paquet et reprend son manège. Se perdre dans la masse de cette manière, ça l'aide à passer le temps. Si il ne fait pas ça, il se contente de s'ennuyer à mourir, de ressasser, d'attendre, de se perdre dans des hallucinations qui semblent si réelles qu'il en a la chair de poule. Il n'a plus le goût de peindre, plus l'envie de lire, plus rien à photographier. Ça fait des semaines qu'il n'a pas mis le pied à Unknow. Il n'a même plus envie de savoir comment se porte ce petit rêve qu'il a construit des images vaporeuses de son imagination. Il est comme vide à l'intérieur, dépourvu d'âme, une coquille vide. Sauf que, le jour, il peut se perdre dans cette effervescence de vie, peut-être par substitution. Ça contraste avec ses nuits sans sommeil où il ne peut que sombrer dans l'obscurité qu'il est devenu. Se perdre, encore et toujours, sans qu'il ne sache comme se sortir de là.

Pourtant il s'émerveille encore de milles petits détails qui attirent son attention. Le sourire d'une mamie qu'il aurait aimé capturer en argentique. L'odeur de café qui vient lui titiller les narines. Une bande annonce alléchante qui passe sur grand écran. Un graphe coloré sur un mur. Ça fait un moment qu'il se plaît à découvrir ses petites pépites à chaque recoin de la ville. Il ne sait pas qui est cet X23, mais Ezra adore son boulot. Il s'arrête devant l’une de ses œuvres, la détaille du regard tout en sirotant son café. Oui, il connaît bien le travail de cet inconnu et il y a définitivement un truc qui cloche depuis quelques temps. Ces tags sont d'une autre teneur avec un je sais quoi de bizarre. Mais la magie de cet art est qu'il ne sera jamais ce qu'il en est exactement. Il faut faire avec le mystère. Il finit son café sur cette image, puis reprend sa route. Ezra ne sait toujours pas pour aller mais peu importe si final. Se laisser dériver comme ça a quelque chose de reposant.

Les heures passent les unes après les autres et il continue cette comédie sans s'en laser. Ses pensées vagabondent malgré lui. Il n'aime pas être tout seul et a furieusement besoin de compagnie. Il devrait peut être prendre un chien. Un chien, c'est le meilleur ami de l'homme. Ou plutôt second meilleur ami, parce qu'il ne trouvera sûrement jamais mieux que Gabriel dans le genre. Après tout, il a bravé les flammes pour le sauver. Ezra ne le dit pas, sinon il se ferait tuer, mais il n'est toujours pas sûr que le blond ait bien fait d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, depuis, il l'a accueilli chez lui et se la joue baby sitter. Oui, il n'y a pas meilleur ami que lui. Sauf que Gabriel, lui, il est pas tout le temps heureux comme un chien, c'est même tout le contraire. Puis il pourrait l'amener courir, pas Gabriel, le chien bien sûr. Oui, c'est peut être la meilleure idée qu'il ait eu de l'année. Il va adopter un chien. D'ici là, il va encore déambuler dans ces rues quelques temps, histoire de ne pas être dans les pattes de son meilleur ami ou de sa sœur. Le premier a tout de même une copine à plein temps et tenir la chandelle n’est pas la chose la plus enthousiasmante du monde. La seconde vient d'ouvrir sa galerie et a bien mieux à faire que de se soucier de lui, surtout que dernièrement, il lui a bien assez donné de fil à retordre dans le domaine. Maggie file le grand amour avec son grecque, elle le mérite alors autant s'effacer.

Il est déjà tard, très, mais il n'a pas vu le temps passer. Il a décidé que son chien s'appellerait Marty, comme Marty McFly, en hommage à son film préféré de tous les temps, Retour vers le futur. La dernière fois qu'il l'a vu, c'était avec elle. Ce soir-là, elle lui avait appris la plus grande nouvelle qu'on pouvait faire à quelqu'un. Ça lui rappelle ce jour heureux, fait de simplicité et d'amour. C'était un temps doux dont le souvenir lui donne le sourire. Triste certes, mais sourire du tout même et ça, ce n'est pas non plus négligeable vu sa mélancolie dévorante. Il pense à tout cela mais est tiré hors de ses pensées par un bruit d'aérosol. Il pensait être seul dans la ruelle mais a la surprise de voir quelqu'un avec un hoodie en train de tagger à la suite d'une série de tag de X23 justement. Logiquement, il se dit que c'est lui et ça a quand même un petit quelque chose d'excitant de mettre un visage sur un artiste anonyme. C'est peut-être à cause de cette curiosité qu'il prend la parole après une courte hésitation. « Hé. » Il s'arrête de marcher et le regarde un peu mieux. Ou plutôt la regarde, elle. Oui, non, il se sent un peu naze d'avoir cru que c'était un homme qui faisait ces tags. Pourtant, il ne donne pas dans le sexisme en général. « C'est toi X23 ? » Il se rend compte que la question, sortie comme ça, est pas forcément ultra engageante, alors il ajoute rapidement. « J'adore ce que tu fais. » Il esquisse un sourire rassurant. Il n'est pas là pour l'engueuler ni pour la menacer de tout dire à la police. Il est juste un féru d'art de toute sorte, même quand il se fait de rue.


 
CODAGE PAR AMATIS

 

___



   
Si le bateau coule, si le bateau sombre, je te suivrais, je serais comme ton ombre. Tu me trouveras toujours dans ton sillon, dans les sales moments comme dans les bons. Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrais même jusque dans tes songes. — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

X-23
3 / 53 / 5
4 / 54 / 5
-Deux griffes en adamentium rétractables dans chaque main et une griffe à chaque pied.
-Régénération moléculaire très puissant.
-Immunisée contre les maladies et les infections et insensible aux drogues et autres toxines.
-Vieillissement ralenti.
Maria, Casey, Pietro, Lydia, Elijah, Maddie, Clary, Paige, Laserian
1060
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tortellini Tuesday   Jeu 17 Mai - 14:21

Comme ça lui avait manqué de tagguer, de laisser son imagination prendre forme avec des couleurs en aérosol. Cette dernière année, Laura avait laissé sa passion de côté quand tout s’était mis à s’effondrer autour d’elle. Elle avait perdu goût à tout ce qui avait pu l’animer auparavant. Les sciences, l’équitation et les graffitis. Elle s’était repliée sur elle-même et s’était mutilée. Elle s’était volontairement éloignée de tout ce qui pouvait la rendre heureuse. Ses conneries avaient failli lui faire perdre l’une des personnes qu’elle aimait le plus. Après un mois d’accalmie pendant lesquelles les choses avaient semblé se résoudre, tout avait été de nouveau chamboulé. Cette fois-ci, par contre, pas question de se laisser abattre. Elle avait fait trop de progrès sur elle-même pour tout balancer. Ce n’était pas tous les jours facile sans Albert qui était recherché et qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs mois et toute cette tension qui régnait sur l’île, mais elle faisait tout pour ne pas rechuter, pour ne pas ressentir ce besoin de se faire mal pour oublier. Elle sortait beaucoup avec ses colocataires, elle voyait souvent Maggie, l’amie d’Albert, qui était revenue de Grèce et avec qui elle avait gardé contact. Elle passait aussi beaucoup de temps à s’entrainer à contrôler les griffes qui sortaient de ses mains. Elle avait enfin accepté le fait qu’elle était une émergée. Elle avait compris que ça ne servait à rien de les refouler, ses lames faisaient parties d’elle et valait mieux apprendre à bien les utiliser, au cas où. Avec toutes les merdes qui tombaient sur leurs têtes depuis plus d’un an, ce n’était pas futile de se préparer à toutes éventualités, avec les pouvoirs qu’on avait en main. Surtout, elle avait renoué avec ses premiers amours. Sans le monter, elle allait voir pratiquement tous les jours son cheval Wolfsbane qu’elle avait énormément négligé. Tellement qu’elle avait bien du mal à l’approcher. Dès qu’il l’apercevait, il devenait fou. Il soufflait, donnait des coups de sabots et hennissait sauvagement. Ça brisait le cœur de la jeune fille de le voir réagir ainsi. Elle l’avait depuis huit ans et il avait toujours été très affectueux avec elle. C’était comme s’il ressentait les effets de sa mutation et qu’il n’appréciait pas du tout cet aura animal qui se dégageait d’elle. La brune ne voulait pas abandonner et à force de le visiter et de tenter de l’amadouer, le cheval s’était calmé. Et finalement, après plusieurs mois à ne rien dessiner, X-23 avait repris du service.

Laura se demandait pourquoi elle avait arrêté, alors que c’était la meilleure des thérapies. Quand elle graphait, elle oubliait tout autour. Il n’y avait qu’elle et son art. Et puis, mettre un peu de couleur dans ce pays devenu sombre, lui faisait du bien. Elle était certaine que les habitants appréciaient de revoir ses œuvres. Ça remettait un peu de vie sur les vieux bâtiments, dans les rues et les ruelles. Malgré la colère, la tristesse ou même la révolte qui la tenaillaient, Laura n’essayait pas de dénoncer quoi que ce soit dans ses tableaux. Elle n’essayait pas de créer de polémiques ou d’envoyer un message haineux à leurs dirigeants comme c’était le cas de certains artistes. La tentation était grande, mais ironiquement, elle voulait rendre les gens de bonne humeur, alors qu’elle était plus maussade qu’à son tour. Elle souhaitait juste se détendre, s’amuser et oublier, se retrouver dans sa bulle et ne penser à rien d’autre qu’aux lignes et aux traits qui donnaient vie à ses personnages et ses paysages.

Comme à son habitude, la petite brune tagguait tard dans la nuit pour ne pas attirer les autorités et pour ne pas être dérangée par les curieux. Un capuchon toujours sur sa tête et habillée de vêtements noires, elle choisissait la plupart du temps, des ruelles cachées pour ne pas se faire surprendre. Cette nuit-là, elle tagguait dans un coin qu’elle appréciait particulièrement. Plusieurs de ses œuvres, anciennes et récentes s’entassaient au même endroit formant une fresque hétéroclite de personnages tous différents. Elle avait décidé de faire un petit hommage à son meilleur ami et petit copain caché. Elle avait tout simplement décidé de faire un portrait de son chien Ghost. Sur le mur de briques, on y voyait un gros samoyède à l’air heureux dont le pelage touffu était peint de différentes couleurs éclatantes. Elle espérait qu’Albert allait passer par là et aperçoive la bête. Elle voulait qu’il sache qu’elle pensait à lui. C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour communiquer avec lui, mais elle se doutait que les chances qu’il tombe dessus étaient nulles. Elle soupira en fixant le gros toutou souriant. Le cœur gros, elle continua de faire aller ses canettes d’aérosol lorsqu’elle fût interrompue par une voix masculine. Son cœur manqua un battement, tandis qu’elle avait cessé de bouger. Elle avait fermé les yeux, priant pour que ce ne soit pas un policier, un type furieux ou pire, la garde-rouge. La voix n’avait pas semblé autoritaire, même plutôt calme. Elle déglutit et se retourna. Elle le jaugea du regard ne sachant pas si elle devait lui répondre gentiment ou l’envoyer paitre. Il semblait inoffensif mais la jeune fille avait appris à se méfier avec le temps. Ça dépend. Je vais avoir des ennuis? Elle plissa les yeux de méfiance, même si elle ressentait une sorte de fierté en apprenant qu’il aimait bien ce qu’elle faisait. Laura n’aimait pas les compliments en général, mais quand il était question de ses taggues, elle ne pouvait s’empêcher de rougir. Elle avait tout appris par elle-même, la façon de manier l’aérosol, d’utiliser les bons tons et couleurs et son style. Elle était partie de rien et à présent, à cause de sa détermination et de son audace, on connaissait son pseudonyme et ses œuvres. Elle en était très fière.

___



- And what are you gonna do If the person that you thought you were is not the person you knew?-

Revenir en haut Aller en bas
 
Tortellini Tuesday
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: