Partagez | 
 

 Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
0
Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Aldébaran/Simon/Kelsey/Russel
712
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   Jeu 1 Mar - 17:53

 

Cause I am a monster.

FT. Erica
 

 
La peur. Tu la sens au fond de toi. Tu ne comprends décidément pas ce qui t'arrive en ce moment. Des phénomènes étranges t'accaparent. Elles sont de plus en plus régulières. Légères mais quotidiennes. Il t'arrive parfois que le sol tremble sous tes pieds. Pire encore, quand tu es un peu stressé, nerveux, énervé même, des petits cailloux se mettent à virevolter autour de toi sans que tu ne puisse rien contrôler. Ça te panique, te perturbe. Tes mains tremblent et tu n'arrive plus à te concentrer correctement.

Au début, tu as mis ça sur le compte d'une folie passagère. D'une hallucination ou tu ne sais quoi d'autre encore. Tu as toujours refusé de croire que c'était autre chose. Tu as toujours refusé de croire que ça venait de toi et pourtant...

Tu ne peux plus mettre ta tête dans le sable. C'est impossible. Car tu sais, tu réalise que ces phénomènes ne sont pas anodine. Oh non. Tu es comme eux. Même si tu es officiellement entré dans la Garde il y a seulement quelques mois, tu en as déjà vu assez pour connaitre les signes. Un grognement s'échappe d'entre tes lèvres et tu crispes les poings, si fort que tes ongles entrent dans tes paumes. Tu n'en as pas envie. Tu ne veux pas voir la réalité en face. Tout plein d'émotion bouillonnent à l'intérieur de toi et tu ne sais plus quoi faire, quoi dire, quoi penser pour affronter ce qui est en train de te dévorer de l'intérieur.

Alors tu te renferme. A ta façon. Tu deviens plus exécrable, plus moqueur, plus piquant avec ceux que tu ne porte pas dans ton cœur. Pour éviter de trop réfléchir à tout ça, tu commence à faire des conneries. Tu parle mal à tes parents. Tu ne les préviens pas quand tu rentre tard et tu t'es même mis à fumer plus régulièrement. D'une simple cigarette à des substances plus fortes, plus illégales.

Inexplicablement, tu ressens un besoin soudain de te faire du mal. De faire du mal aux autres pour palier à cette trop grande souffrance qui t’enivre parfois sans que tu ne comprenne la raison. Tu es perdu. Tout simplement. La nuit, tu fais même des cauchemars et tu te réveille en sursaut. Tu as envie de pleurer mais tu te retiens, allant juste à hurler dans ton oreiller pour que personne ne t'entende.

Et si c'est vrai? Tout ça. Et si toi aussi tu es un mutant? Qu'es-ce que tu vas devenir? Qu'es-ce qui se passera quand ces phonèmes deviendront encore plus fréquent? Es-ce que tes collègues vont aussi t'enfermer, comme cette émergée, cette Laura te l'as dis après l'avoir tasé et raflé? Pourquoi? Pourquoi es-ce que ça t'arrive? À toi? Toi qui pourtant, as toujours vu ces êtres, ces choses comme des monstres abominables, dangereux et instables. Toi qui pourtant, as toujours mis un point d'honneur à les attraper. Non. Tu ne veux pas être comme eux. Ça te rebute, te stress, te dégoute.

Tout en te dirigeant vers le terrain d'entrainement, tu grognes et tu shoote un caillou qui traine par là sans lever ton nez pour regarder droit devant toi. Tu tremble. Tu ne réagis même pas quand quelqu'un t'appelle et tu continue ta route, toujours, jusqu'à ce que tu sois assez loin pour te poser là, dans l'herbe, à l'abri des regards indiscrets.

Tu ne sais même pas pourquoi tu as choisi cet endroit. Peut-être parce que tu veux te rattacher encore plus à ce lieu. A ce terrain qui est pour toi, ta maison. Un soupir s'échappe de tes lèvres et tu replis tes genoux contre ta poitrine, en reniflant à plusieurs reprises.

Tu as besoin d'être seul et en même temps, tu aimerais tellement pouvoir en parler à quelqu'un. Mais à part Harry, ton plus proche ami, Lorna avec qui tu t'entends plutôt bien, Théodore que tu aimerais plutôt mettre dans ton lit et Shaw, ton mentor, faut dire que tu n'es pas vraiment apprécié. Par ta faute d'ailleurs. Tu ne te sens pas responsable pour autant. Tu ne culpabilise pas car tu es comme ça. Aussi gentil et fourbe à la fois. Aussi petit con et joyeux quand ça t'arrange. Aussi perfide et loyal en fonction de tes affinités mais bref. Là, tout de suite, tu te sens mal et ton cœur brule intensément.

Tes yeux brillent, néanmoins tu retiens tes larmes. Tu te mords la lèvre. Tu entends encore une fois la voix de Laura résonner dans ta tête et tes poings se serrent, ta gorge te pique alors que tu murmure, en blottissant ta tête entre tes genoux pliés.
- Je ne suis pas comme eux...Non, jamais. Je refuse.
(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Kaine ReillyHumain modifié
avatar

Scarlet Spider. Clone n°1.
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
- Endurance, agilité renforcées, régénération rapide.
- Production de sa propre toile.
- Sens de l'araignée à la limite du sens de précognition.
- Habilité à se rendre invisible.
- Adhésion aux matières, si puissamment qu'il peut en arracher des surfaces. Egalement, marque de Kaine, aka brûlure infligée sur le visage de ses ennemis.
- Transformation en araignée si perte de contrôle, grosses épines sortant de ses poignets.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Aelys Cantela / Damian Burrows / Santana J. Carpenter / Gwen Stacy / James L. Howlett / Matthew Denvers
211
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   Ven 16 Mar - 4:46

cause you're (not) a monster

Tant de choses qui se passaient, qui se déroulaient en ce monde. L'île de Genosha n'était plus vraiment le paradis qu'elle avait toujours prétendu être. A chaque fois qu'elle marchait dans la rue, elle pouvait sentir les regards lourds des habitants posés sur elle. Remplis de haine, remplis d'une violence à peine contenue. Les murmures qui se répendaient dans son dos, elle les entendait aussi, Shaw. Dirigés contre elle, dirigés contre ce qu'elle représentait. Cette force en laquelle elle avait toujours cru, dévouée comme jamais. Mais on entrait dans sa tête. Elle croisait les yeux animés d'une lueur animalière, écoutait les chuchotements tremblants des gens. Elle préfèrerait pouvoir les ignorer, comme elle avait toujours su faire la part des choses jusqu'alors. Mais Erica Shaw était désormais en pleine... phase d'évolution. Cela avait commencé avec Samantha. La flic qui la harcelait à tel point que Shaw rêvait de lui faire manger son poing en pleine face. Mais leur relation avait changé, était devenue quelque chose de plus intense, d'un genre beaucoup plus sérieux. Du genre à laisser les sentiments entrer dans la caparace si finement érigée par la brunette, même. Cela avait ébranlé la Garde, qui avait décidé de fermer les yeux. De prétendre à être toujours la même, que les déclarations de la brune glissaient sur elle sans l'atteindre. Sauf que c'était un mensonge. Un mensonge qui lui laissait un arrière goût amer. Parce que plus Shaw ouvrait les yeux sur ce qui l'entourait, plus elle réalisait ce qu'elle avait manqué. Elle s'était exilée, derrière son indifférence, son absence de sentiments. Et maintenant que ses collègues désertaient la Garde Rouge, après qu'Hardy ait défié la mort à plus d'une reprise, elle commençait à tout remettre en question, la petite brune.  Concernée par l'état de cette île qui recouvrait sa vie, inquiétée par son état d'esprit changeant, également.

Il était rare que la brune ne sache pas quoi faire. Qu'elle prenne seulement la peine de s'interroger. Mais c'était pourtant en train d'arriver. Sa récente confrontation avec Ann Pembroke y étant pour quelque chose, également. Elle connaissait cette femme, elle en était persuadée. Elles se ressemblaient bien trop physiquement pour que ce ne soit qu'une simple coïncidence. Mais c'était une émergée, une qu'elle avait laissé lui échapper, malgré tout. En dépit de ses croyances, de sa volonté à bien faire les choses pour la Garde, Shaw avait regardé Ann la fuir, sans rien faire de plus. Comme si une part d'elle lui avait soufflé que c'était la chose à faire, et qu'elle devrait arrêter de s'acharner sur cette femme qu'elle haïssait avec tant de forces. Ou qu'elle prétendait haïr, à vrai dire, elle ne savait plus, Shaw. Perdue dans cet univers qui semblait se désagréger sous ses yeux.

Pourtant, la Garde Rouge était concrète. Cette armée pour laquelle elle avait tant accompli, elle était réelle. Elle donnait un sens à sa vie, la guidait quand il le fallait. C'était la raison pour laquelle, aujourd'hui, malgré ses questionnements intérieurs, elle était encore sur place. Décidée à oublier ses doutes, à noyer ses suspicions dans sa routine habilement formée. Marchant à grandes enjambées pour se rendre au terrain d'entraînement. Il n'y avait que comme ça qu'elle cessait de se torturer. Elle n'avait qu'à se focaliser sur la cible droit devant elle, sur des objectifs à atteindre. Cela faisait des années qu'elle était à la Garde Rouge, ce n'était pas maintenant qu'elle comptait faire démonstration d'une mutinerie. Certainement pas. Elle ne laisserait pas son évolution brutale lui retourner le cerveau. Elle devait redevenir l'ancienne Shaw. Celle qui ne se laissait jamais atteindre par quoi que ce soit. La vie était bien plus aisée ainsi, pour elle.

Les poings sur les hanches, elle retrouvait une certaine contenance, la Garde. Un rictus se dessinait même sur ses lèvres, quand son regard se porta sur une silhouette familière. « Park ! » Sa langue claqua alors qu'elle interpellait celui qu'elle considérait personnellement comme son petit protégé. C'était étrange, cette façon qu'elle avait de se fermer aux être humains, mais en même temps de se sentir entourée par sa famille, dès lors qu'elle mettait un pied dans le QG de la Garde. Inexplicable, incohérent même. Mais ça avait toujours été ainsi, avec Shaw, qui s'était toujours fiée à son cerveau qu'elle pensait être tordu. Qui devait l'être, d'une certaine manière. Elle ne pouvait justifier tous ses actes, mais la brune était à l'aise avec les siens, les gens qui croyaient à la même idéologie qu'elle. Et peut-être que le jeune âge de Park y était pour quelque chose, mais c'était naturellement qu'elle l'avait pris sous son aile. Pour le former, pour qu'il soit comme elle. Non. Pour qu'il soit meilleur qu'elle.

Mais aujourd'hui, son poulain ne la regardait pas. Ne l'écoutait même pas. Filant droit, sans sembler ne serait-ce qu'intéressé par la voix de sa mentor. « Park ! » Shaw répéta son appel en fronçant les sourcils. Constatant que le dénommé Park ne se tournait toujours pas vers elle, elle se contenta de grommeler quelques jurons coutumiers chez elle, et s'en alla à la poursuite de son protégé. Le trouvant quelques centaines de mètres plus loin, posé dans l'herbe. Ce qui l'étonna de prime abord, avant de lui serrer la gorge tandis qu'elle se rapprochait de lui. Le dévisageant en tendant l'oreille. « Pa..Junno ? » Reprise maladroite de la Garde renfrognée qui apparue indécise face à la détresse que manifestait son poulain. C'était bien la première fois, ou dirons-nous, une des rares fois qu'elle l'apostrophait par son prénom, au lieu de son nom de famille, comme elle en avait toujours eu l'habitude avec ses collègues. Sans demander l'avis de son interlocuteur forcé, Shaw pris place à ses côtés. Imitant sa position alors qu'elle se calait sur l'herbe à son tour. Le murmure de Park résonnant quelques secondes dans ses oreilles, bien qu'incomplet. « Qu'est-ce que tu refuses ? » Son visage se tourna vers celui de son protégé. Ses yeux sombres dardés sur les traits si fins et si purs de Park. « Parle-moi, Park. Tu sais que j'ai tes arrières. » Sa voix était dure, sonnait autoritaire. Mais plus que quiconque, Park savait pouvoir s'y fier. Leur relation étant étonnamment soudée, malgré leurs caractères respectifs. Oui, Shaw n'était pas toujours cohérente dans sa manière de gérer ses sentiments. Mais c'était ce qui la rendait si spéciale, si ... Shaw.


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
avatar


5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
0
Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Aldébaran/Simon/Kelsey/Russel
712
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   Mar 20 Mar - 11:19


Cause I am a monster.

FT. Erica

Tu es tellement dans tes pensées, dans ta détresse que tu n'entends pas Shaw arriver. Tu gardes tes genoux pliés. Tes bras les enserrent plus encore et tu laisses toujours plus ta tête s'y enfoncer.

Les larmes te piquent, te brûlent, te démangent mais tu ne les laisses par passer. Oh non. Tu ne laisse pas ton chagrin, ta peur, ta colère, ton désespoir éclater. Tu les retient au plus profond de ton être. Tu refuse de les laisser sortir et tu te mords les lèvres. Si fortement que tes dents les transpercent, te laissant un goût amer dans la bouche. D'ailleurs, une sensation désagréable, étrange, t'envahis. Tu as mal mais tu apprécie cette douleur, ce sang qui enivre doucement ton palais. Ton corps tremble mais il accueille cette blessure avec enthousiasme. Tes poings se serrent, ton corps se crispe et tu étouffe un cri quand soudain, enfin, tu entends une voix familière à tes côtés.

« Pa..Junno ? » Surpris, tu sursaute, légèrement et tu relèves brièvement la tête. Shaw est là. Elle t'observe. Elle finit même par s’asseoir près de toi et tu sens alors toujours plus les battements de ton cœur pulser avec force dans ta poitrine serrée. C'est bien la première fois qu'elle t'appelle par ton prénom. Ta gorge se noue et tu poses ton menton sur tes genoux sans pour autant la regarder.

Tu es stressé, nerveux, désespéré. Pourtant, sa présence te rassure même si tu ne tiens pas à le montrer. Tu reste silencieux, immobile, le regard fixé au loin sans parvenir à émettre le moindre mot. Sa voix continue à percer le silence, le mutisme que tu as instauré. Elle te demande alors qu'es-ce que tu refuses et tes traits se crispent, te faisant replier un peu plus.

Car tu ne pensais pas. Tu ne pensais pas qu'elle t'avait entendu. Cela ne fait que renforcer ta détresse, ta terreur, ton dégout depuis que ces phénomènes sont arrivé. Tu renifle, essuie même ton nez d'un revers de manche avant de te fermer comme une coquille. Parce que tu ne sais pas si tu dois lui en parler. Tu ne sais pas comment le formuler ni si tu dois vraiment le dire à quelqu'un. Tu es perdu. Tu es désorienté par tout ce qui te traverse et non. Non. Tu refuse toujours autant d'admettre la vérité.

Pourtant, oui. Tu sais. Tu sais que Shaw, ton mentor, ton amie, ta protectrice, a toujours été là pour toi depuis que tu es arrivé. Tu sais qu'elle a toujours surveillé tes arrières et qu'elle continue à le faire, quoi qu'il arrive. Ici, à la Garde, elle est pour toi la personne en qui tu peux avoir pleinement confiance. Vous êtes soudés. Tu l'aimes bien. Tu la respecte et tu l'apprécie énormément mais... cette peur, ce désespoir est si grand que tu ne sais plus quoi faire pour t'en dépêtrer.

"Monstre. Toi aussi, tu dois être enfermé." Oui. Si c'est vraiment réel. Si ces phénomènes qui t'entourent viennent vraiment de toi. Alors toi aussi, tu es un monstre. Toi aussi, on devra t'arrêter, t'enfermer. Tu ne pourras plus exercer ton métier. Tu seras vu comme un mutant, un émergé qui faudra canaliser et non. Tu n'es pas prés à ça. Tu ne le veux pas. Tu ne veux pas faire partie de ces monstres que tu hais tant. Que tu t'emploie si perfidement à rafler quotidiennement.

Et Shaw. Comment réagira-t-elle face à tout ça? Hein? Comment te verras-t-elle si tu lui dis ce qui te ronge intérieurement? Si tu lui dis la vérité? Un gémissement sort d'entre tes lèvres et tu te mords les lèvres, à nouveau, avant d'enfouir de plus belle ton visage entre tes genoux.

Ta respiration se fait saccadée. Ta poitrine se soulève plus rapidement à chaque souffle poussé. « Parle-moi, Park. Tu sais que j'ai tes arrières. » Ses dires résonnent à plusieurs reprises dans ta tête, se mêlant avec ceux plus accusateurs de Laura quand cet arbre lui est tombé dessus sans prévenir. Quand la terre a tremblé sous vos pieds. Quand... Quand c'est toi qui a fait tout ça.
- Je...

Pour une fois, tu n'es pas confiant. Non. Tu n'es pas le petit diablotin qui n'hésite pas à dire ce qu'il pense. Tu n'es pas le petit monstre qui envoie paitre ton interlocuteur tout ça parce que tu ne tiens pas à répondre aux questions qui te dérangent. Là, tout de suite. Tu es un jeune garçon, replié sur lui-même, attristé, recroquevillé à terre et apeuré. Tes membres tremblent, toujours plus. Tu déglutis et tu marques un temps d'arrêt, poursuivant d'un ton beaucoup plus bas, plus hésitant.
- Je refuse d'être un jour assimilé aux émergés... Je refuse un jour de faire partie des leurs.

Vérité sans en être une. Confession dite à demi-mots. Tu n'arrive pas à dire texto que oui. Toi aussi tu pourrais en être un. Toi aussi, tu pourrais avoir des pouvoirs. Que toi aussi... Secouant la tête pour chasser toutes ces pensées qui t'accaparent, tu relève enfin le menton, ancrant ton regard assombri au sien.
- Dis Shaw. Qu'es-ce que cela te ferait si un jour tu sais qu'un proche en soit un toi aussi?
(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Kaine ReillyHumain modifié
avatar

Scarlet Spider. Clone n°1.
2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
- Endurance, agilité renforcées, régénération rapide.
- Production de sa propre toile.
- Sens de l'araignée à la limite du sens de précognition.
- Habilité à se rendre invisible.
- Adhésion aux matières, si puissamment qu'il peut en arracher des surfaces. Egalement, marque de Kaine, aka brûlure infligée sur le visage de ses ennemis.
- Transformation en araignée si perte de contrôle, grosses épines sortant de ses poignets.

Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Aelys Cantela / Damian Burrows / Santana J. Carpenter / Gwen Stacy / James L. Howlett / Matthew Denvers
211
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   Lun 9 Avr - 14:07

cause you're (not) a monster

Le silence. Le silence était apaisant, mais aussi angoissant. Shaw était de ceux qui le maîtrisaient le plus, qui en usaient le plus. Les grands mots, les belles phrases, les beaux discours, cela avait toujours été quelque chose qui la dépassait. Qu'elle détestait même. Faire craquer ses phalanges contre un os faisait bien plus sens dans sa tête qu'une langue censée claquer dans son palais pour prononcer des termes détournés par de quelconques émotions. Oui, décidément, le silence, c'était ce qu'elle préférait. Ce qu'elle avait toujours aimé. Mais en ce jour, cette absence de paroles de la part de son poulain, elle la honnissait. Elle-même, elle se maudissait. Incapable d'avoir les mots justes pour que Park se sente suffisamment à l'aise pour se confier à elle. Elle n'avait jamais été de ce bord-là, et peut-être que si elle avait plus prêté attention aux manières de communiquer, peut-être alors qu'elle n'en serait pas là. A imposer sa présence à son petit protégé, à le couvrir du regard à défaut de lui parler.

Shaw demeurait là, donc, à l'observer. Rendue confuse par la détresse apparente de son ami. Sa jeunesse lui explosant en pleine face alors que son visage aux traits innocents revêtait désormais une tristesse sans nom. Quelque chose, aussi incroyable que cela pouvait paraître, se tordit en elle. Peut-être bien que son coeur de glace se fissurait légèrement à la vue de son poulain qui la fuyait, qui était bien trop éperdu dans ses pensées pour pleinement saisir la transformation qui s'opérait en l'instant sur Shaw. Elle-même détourna alors le regard, ses yeux dévisageant l'horizon. Quelque chose dans ses iris indiquait qu'elle subissait. Peut-être bien un changement, peut-être bien une révélation supplémentaire. Ce n'était pas pour rien, après tout, qu'elle considérait la Garde comme sa famille. Alors pourquoi fallait-il que cela l'étonne, de se retrouver autant touchée par le sort de son protégé ? Elle avait toujours fait en sorte d'avoir ses arrières. De s'assurer de son bien-être. Et maintenant que quelque chose clochait, la brune se sentait douloureuse. Partageant une sorte de lien intangible avec Park, sans pouvoir le décrire d'une définition bien précise. A son tour, imitant son poulain, elle baissa la tête. Ramenant ses genoux de ses mains rendues tremblantes, sans qu'elle ne puisse justifier une telle nervosité. Park avait un effet sur elle. Il lui tenait à coeur, c'était évident. Elle avait beau réfuter toutes les preuves de sentiments qui clignotaient, moqueuses, sous ses yeux, elle ne pouvait que faire avec. Supporter ce fardeau qui s'imposait à elle, qu'elle avait toujours renié jusque alors.

La Garde se mordilla la lèvre. Désireuse aussi bien de murmurer quelque chose, n'importe quoi, qui puisse faire réagir Junno. Mais envieuse, également, de conserver ce silence. Pour éviter tout risque potentiel que leur relation, quel qu'elle soit précisément, s'en retrouve modulée. Elle ne pouvait expliquer pourquoi elle envisageait ces deux choix, mais elle savait que ce qu'il se passait avec Park était grave. Très grave, s'il était à ce point recroquevillé sur lui-même. Et si ça devait éclater entre eux, alors elle supputait que cela risquait d'avoir un impact. Immédiat comme futur. Elle n'en savait rien, à vrai dire, mais elle n'avait pas vraiment tort. Les premières paroles de Park confirmant ses craintes, la faisant se tendre encore plus. Shaw demeura muette à sa remarque, presque agressive. Partageant ce refus vindicateur, qui avait plus d'une fois constitué sa force. Qui avait, même, construit ce protectorat entre Park et Shaw. Mais un soupir franchit ses lèvres alors que son favori posa une question. L'ultime interrogation. Qui lui arracha une moue chagrinée, souffrante. Parce qu'elle ne pouvait échapper à cette demande, bien trop légitime à ses yeux.

Il lui fallu quelques secondes, à la Garde, avant d'hausser les épaules. De se dérider pour mettre des mots sur la chose. Tabou qui ne pouvait l'être perpetuellement. « Je... » Hésitation, bien trop raréfiée chez Erica. Qui secoua la tête, de plus belle. « Honnêtement, je ne sais pas. » Elle tourna son regard vers lui, ancrant ses iris sombres aux siennes. « Mais j'y ai pensé, tu sais. De nombreuses fois. » Bien plus qu'elle ne l'aurait voulu. « Ces émergences arrivent à tellement de gens... certains de nos anciens collègues sont même recherchés. J'ai beau prétendre que ça ne me touche pas... » Des mots. Sur des émotions qu'elle ne voulait pas accepter. Mais elle était forcée. « ... en vérité, ça m'inquiète. Je ne montre pas souvent ce qui peut me perturber mais... » Et si Sam l'était ? Et si Park en était un ? Et si elle-même était un de ces monstres qu'elle poursuivait ? « Comment peut-on savoir qui en est un, et qui n'en est pas ? » acheva t-elle, d'une tonalité assombrie.

Finalement, elle osa. Poser la question qui tournoyait dans son esprit torturé. « Pourquoi tu me demandes ça, Park ? Un de tes proches est un émergé ? En... » Es-tu un toi-même ? Mais elle n'osa continuer la phrase. De peur de la réponse. De peur de se retrouver à ne pas savoir quoi faire. Le contrôle, l'assurance qu'elle était humaine, c'était tout ce qu'elle avait. Une garantie qui s'effritait chaque jour, et qu'elle craignait, ironiquement, de lui être enlevée. D'une seconde à l'autre.


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
avatar


5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
0
Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Aldébaran/Simon/Kelsey/Russel
712
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   Mer 18 Avr - 14:08


Cause I am a monster.

FT. Erica

Tandis que tes iris glissent sur ta mentor, ton amie, ton pilier, ta protectrice, ton cœur se met à battre de plus belle. Tu l'entends qui cogne contre ta poitrine serrée. Tu l'entends même pulser à tes oreilles et tes mains se crispent, ton corps se tend d'avantage alors que la peur, violemment, t’enivre sans que tu ne parvienne à la maitriser.

Sa réponse te terrifie. Oui. Tu aimerais tant lui en parler, lui dire la vérité, lui dire ce qui te traverse vraiment, partager ton fardeau avec elle ne serais-ce que pour te sentir plus léger, libéré peut-être mais tu n'y arrive pas. Non. Tu es bloqué. Tes membres tremblent, ta gorge se serre et tu déglutis, en te mordant une fois de plus ta lèvre jusqu'au sang.

Tu l'observe, avec appréhension. Un soupir. Une expression nouvelle, chagrinée qui se dessine, se forme sur le visage de celle qui t'as tout appris. Tes poings se ferment. Tu sens tes ongles pénétrer ta peau mais tu ne t'arrête pas pour autant. Tu continue de les serrer, si fortement que tes doigts finissent même par craquer sans que tu ne t'en rende compte. Tu te refuse toujours à pleurer. Tu garde tes larmes au plus profond de toi et tu continue de l'observer, avec ce regard perdu et empli d'une détresse profonde et dévastatrice. Oui, tu attends, une boule au ventre.

Alors qu'un silence léger vous englobe, tu replis tes genoux contre ta poitrine. Tu les entoure de tes mains, de tes doigts. Shaw hésite, ce qui est plutôt rare chez elle. Elle hésite, pèse peut-être ses mots et tu déglutis, à nouveau, de peur cette fois qu'elle te rejette.

Les secondes passent mais tu as l'impression que le temps s'est arrêté. Tandis que sa voix perce le silence instauré, tu détourne les yeux, pose de plus belle ton menton sur tes genoux repliés. Tu l'écoute parler et tes émotions bouillonnent à l'intérieur de toi alors que tu te sens ravagé, perdu dans ce tumulte de question qui t'emportent, te déchirent, te brisent en milles morceaux.

Ta protectrice te dit qu'elle y a déjà pensé, de nombreuses fois. Elle fait mention aux nombres de personnes à qui s'est arrivé. Elle reparle de certains de vos collègues, qui sont actuellement recherché. Ton corps tremble à nouveau et tu repense à eux, avec ce même dégout, cette même appréhension et cette même peur, cette même terreur de devoir fuir toi aussi. D'être comme eux. De devoir te cacher également et non. Non. Tu ne veux pas que ça arrive. Tu te refuse à quitter la Garde et devoir vivre avec ce fardeaux, ce poison en pensant que toi aussi, tu seras considéré comme un ennemi. Comme un mutant à rafler.

C'est alors que ton pilier, t'avoue que cela l'inquiète. Que cela la touche et tu glisse à nouveau tes prunelles sur elle, avec cette même lueur terrifiée qui te passerait presque pour un enfant. Oui. Comment savoir qui en est un et qui ne l'est pas. Ça arrive tellement brusquement. Ça foudroie un être par surprise et toute la réalité, toute la vérité, toute la confiance et les convictions s'effondrent comme un château de carte.

Ta vie, ta perception du monde s'écroule à tes pieds, littéralement. Tu as beau, toi, n'être qu'au début de ton émergence, tu sais que cela ne s'arrêtera pas là. Tu sais que tu ne pourras pas l'enlever. Tu sais même qu'un jour ou l'autre, tu ne pourras plus le cacher et ton cœur se brise, s'effrite, te serre , tellement que tu lâche même un hoquet. Par manque de souffle.

Tu laisse ton mentor s'exprimer. Une atmosphère sombre mais unique vous enveloppe et elle finit par te poser la question. Cette question fatale qui t'empoisonne petit à petit. Tu te recroqueville. Tu serre les dents, la mâchoire, les muscles et tu te replie sur toi-même. A nouveau. Ta poitrine se soulève à chaque respiration mais cette dernière est saccadée, irrégulière. Un gémissement s'échappe d'entre tes lèvres et tu brise le contact oculaire que vous avez instauré. Ton regard se perd dans le lointain. Tu te fond dans un mutisme profond et tu tremble. Oui, tu tremble, tellement que tu sens une froideur sans nom t'envahir.

Tu pourrais mentir. Là, tout de suite. Tu pourrais te reprendre et lui dire que non, non ce n'est pas toi. Que c'est l'un de tes proches et faire comme si de rien n'était. Mais.... Mais il s'agit de Shaw et Shaw est importante pour toi. Plus importante que tes propres parents. Alors, tu ne peux pas lui mentir. Tu ne peux pas nier la vérité et lui faire croire que non, tu n'es pas touché par le phénomène.

En règle générale, tu ne montre pas tes faiblesses. Tu te contente d'envoyer chier, d'emmerder ton monde et jouer au petit caïd mal élevé avec ta langue bien aiguisé mais pas cette fois. Cette fois, c'est la peur, le désarroi, le dégout, la colère qui t’enivrent et tu ne sais pas comment les maitriser. Tu as besoin d'aide. Clairement. Mais faut-il que tu l'accepte et ça... c'est loin d'être gagné.
- Je...

A ton tour d'être hésitant, de ne pas savoir quoi répondre aux premiers abord. Tu te pinces les lèvres, tu serre tes genoux et tu regarde ces mains, ces mains qui tremblent encore malgré elles.
- Ça à commencer doucement. Sans que je m'y attende. La terre s'est mise à trembler mais je ne pensais pas... enfin... je ne voulais pas y croire. Puis il y eu cette émergée. Laura.

Ta voix glisse sur le terrain d'entrainement. Ton ton est faible, bas, si bas que cela en devient même un murmure. Tu te refuse, là, tout de suite, de regarder ton pilier. Tu refuse de la regarder droit dans les yeux pendant que tu lâche enfin ce qui bouillonne à l'intérieur de toi. Non pas, parce que tu ne lui fais pas confiance. Bien au contraire. Sinon, tu lui aurais mentis, tu aurais caché ce qui te tiraille vraiment. Mais parce que tu as honte. Tu as honte de ce que tu es, de ce que tu es en train de devenir et tu veux même te faire du mal, briser cette chair, ce corps qui te dégoute au plus haut point.
- Pendant je la raflais, la terre s'est de nouveau mise à trembler. Shaw.... aide-moi. Aide moi je t'en pris. Elle a raison. Je suis un monstre. Je suis un monstre moi aussi.

Tandis que tes mots deviennent plus suppliant, plus aiguë, plus dévoré par une terreur sans nom, tu tourne la tête vers ta protectrice. Tu la supplie du regard. Ton visage se tire, se tend, se déforme sous les à coups d'une nervosité, d'une rage dévastatrice et tu tremble, à nouveau, en hoquetant à plusieurs reprises tant tu n'arrive plus très bien à respirer.
(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cause I am a monster [Pv Junno et Erica]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ou trouver ce support ? RCM RC Monster Support Moteur BRevo
» [New]Filtre/protection Outerwears - Contro MMM Mamba Monster
» prog mamba monster e revo
» Problème mamba monster
» >> New Cloche K-Factory buggy / Truggy / Monster Truck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: