Partagez | 
 

 Secrets and lies storm in the quiet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maggie AndrewsHumain modifié
avatar

Pandore
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
0
Maîtrise la douleur chez les autres. Physique ou Mentale. Par psychique ou toucher
- Peut l'appliquer à plus d'une personne
- Insensible aux pouvoirs de ses frères
359
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Secrets and lies storm in the quiet   Jeu 5 Avr - 23:18



Secrets and lies
storm in the quiet

Jay & Maggie


Maggie avait les mains moites. Encore une fois, elle n’avait pas compté combien de fois mais ça faisait beaucoup, elle s’essuya les mains sur une serviette qui traînait dans la réserve. C'était la partie privée de sa galerie. Celle où elle entreposait les oeuvres pas affichées, le coffre fort pour celles plus rares et précieuses qu'elle espérait un jour avoir et ses affaires personnelles. Elle avait un petit bureau dans un coin qui croulait déjà sous une montagne de document et de photographie. La jeune femme n’avait jamais été très ordonnée. Il n’y avait que l’acte de propriété et les factures qui étaient soigneusement rangées dans un classeur spécial, bien caché en plus. Avec les oeuvres, c’était l’une des choses dont elle prenait le plus grand soin. Cette galerie c’était sa fierté. La preuve qu’elle avait surmonté tout ce qui lui était arrivé l’an passé et qu’elle avait réussi à se reconstruire. Elle était passé par une descente aux enfers et une longue convalescence qui avait fait place à l’incertitude et la peur. Le chaos avait pris place ainsi que la fuite. Puis c’était le tour du deuil. Maggie s’était relevée plus forte et ce qu’elle présentait aujourd’hui était sa revanche sur la vie.

Les mains toujours tremblantes, elle sursauta lorsqu'on apposa des lèvres contre son cou. Elle se tourna avec un sourire aux lèvres vers son petit ami avant de le prendre dans ses bras. Elle le serra fort, comme pour se donner du courage. Après tout, cela était un peu grâce à lui. D’une certaine manière, elle était reconnaissante de sa mésaventure dans l’Alpha House. Bien que l’expérience fût traumatisante, surtout à la fin concernant la vision étrange qu’elle avait partagée avec lui. Mais sans cela, jamais elle n’aurait croisé sa route. C’était donc un bien pour un mal. L’homme d’affaires l’avait immédiatement encouragé quand elle lui avait suggéré l’idée d’avoir sa propre galerie. Son projet photo, lui était bien plus ancien. Elle l’avait démarré entre les murs de la prison dorée du Shield. Ça lui avait permis de tenir le coup tous ces mois. Ne relâchant toujours pas sa moitié, la brune essayait de se calmer mais même ça ne semblait pas fonctionner. Résignée, elle lâcha sa prise sur Alkis et vint lui sourire tendrement.

- Tu stresses ?
- Paaas du touuuut, répondit-elle de façon peu convaincante. En faite si ! Et tu vas rien arranger, alors file, oust !

Après avoir donné un baiser sur les lèvres de l’homme elle le vit s’éloigner en rigolant. Elle leva les yeux au ciel, au moins elle avait un peu oublié son exposition qui allait commencer… très prochainement. Tour de suite même ! Le moment attendu était enfin arrivé. Gênée mais heureuse, Maggie rejoignit enfin la galerie. Les lumières étaient déjà allumées laissant accès à certaines oeuvres de l’extérieur. La jeune femme savait qu’il y avait du monde. Ses proches, ses amis et même d’anciens camarades de promo avaient été conviés. Cependant quand elle aperçut la queue au-dehors elle se figea un instant. Tous ces gens étaient venu pour l’exposition ? Tout ce monde pour son hommage, son projet ? C'était un travail de long mois. Un travail difficile mais à part ceux qui l’entouraient vraiment, très peu connaissait l’importance du projet et la difficulté qu’elle avait eue à le mettre en place. Le sujet n'était pas simple. Les images n'étaient pas plus faciles à regarder. Certaines étaient vives et glaçantes au point même que Gabriel, ayant vécu la prise d’otages en était bouleversé à nouveau. Mais elle ne voulait pas embellir les choses, arrondir les coins comme on dit. Là était toute la vérité, aussi dure soit-elle.

L’heure était arrivée et sans plus tarder elle ouvrit les portes de la galerie avec un grand sourire. Les gens s’engouffrèrent dans l’espace et commencèrent à s’emparer des oeuvres en les consultants et les interprétants à leur manière. C'était là le but. Reculé dans un coin de la pièce, en direction des différentes coupes et du buffet dressé spécialement pour l’occasion, Maggie observait une coupe à la main. Le stress ne l’avait pas quitté et dès qu’elle reconnaissait quelqu'un son coeur s’arrêtait de battre le temps d’une micro seconde. Elle prit une nouvelle gorgée de son verre alcoolisé pour se donner du courage et arrêter de trembler. Elle croisa le regard d’Alkis qui lui adressa un sourire qui la détendit un peu. Rien qu’un peu. Mais alors que la visite et les bavardages allaient bon train dans la pièce, la photographe reconnue les traits d'un ami proche. Contente et en même temps inquiète de l’opinion que Jay pourrait porter sur son travail étant lui-même un artiste, elle lui fit un signe de la main avant de le rejoindre.

- Merci d’être venue, dit-elle sincèrement la voix tremblante en étreignant son ami. Tu as pu faire le tour déjà ? Qu’est-ce que tu en penses ?, demanda-t-elle nerveusement.

Car au fond, c'était ça la question qui brûlait les levées de la jeune femme. Est-ce que son exposition était un succès ou un échec.





Maggie: #6D397A

Revenir en haut Aller en bas
Jay HelsburyExtraterrestre
avatar


4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
0
Tout comme ses frères, Jay n'est ni un mutant, ni un humain modifié. Il possède juste les capacités d'un extraterrestre. C'est à dire qu'il a développé une plus grande résistance au force de l'espace.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey/Russel
551
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Secrets and lies storm in the quiet   Ven 22 Juin - 14:59



 Secrets and lies storm in the quiet
Ft Maggie
"Là, tout de suite, tout te semble irréel. Irréel et réel à la fois. C'est étrange. Tu regarde autour de toi. Tu t'imprègne des lieux. Tu ne semble pas être sur Genosha mais ailleurs. Sur une autre planète, dans un autre monde qui, bizarrement, te semble bien familier. Ta gorge se noue et tes yeux se plissent. Immobile, ton cœur se met à battre plus vite contre ta poitrine. Tu reste figé, témoin des images qui se chevauchent, s'accélèrent, se bousculent et se brouillent dans ton esprit endormi.

Oui. Tu n'es pas sur Genosha. Tu n'es pas sur l'île et cela te perturbe. Tu sais que tu es en train de dormir. Tu sais que ce n'est qu'un rêve mais tu ne peux t'empêcher de te sentir étrangement oppressé. Comme si... comme si une part de toi réalise, sait, appréhende une chose qui t'échappe complètement.

Autour de toi, tu vois des visages. Celui de ta mère qui semble effrayée. Celui de ton père qui sert la mâchoire et jure à tout va. Celui de Wylan qui semble tout aussi sur le qui-vive mais surtout. Surtout celui de Ryan, ton grand con de frangin qui semble plus présent que les autres. Il pâlit sur tout le reste. Son sourire et son regard est franc, pertinent mais... tu ne sais pas. Ton cœur se serre de plus en plus contre ta poitrine. Tu l'observe. Tu veux gueuler son nom, attirer son attention or, rien ne sort de ta bouche résolument fermé et tu sers les poings. Tu lâche un "merde !" intérieur. Tes jambes refusent de bouger et bordel, tu sens comme un mauvais présage t'imprégner de part et d'autre.

Tes lèvres sont sèches. De la sueur glisse sur ton visage crispé. Tu es vénère. Tu es en colère et tu as peur. Oui. Tu as peur pour ce grand con qui veux encore une fois jouer les héros. Tu ne sais pas pourquoi cela dit. Tu veux lui gueuler dessus. Vraiment. Tu veux qu'il te regarde, t'écoute mais encore une fois. Rien ne sort de ta gorge et tu te contente de rester là, debout, à demi-conscient de tout ce qui t'entoure désormais.

Soudain. C'est le trou noir. Un flash t’éblouit. Un hurlement déchire le silence et tu te crispe, tu ouvre grand les lèvres et tu tombe à genoux, si fort que la terre ou le ciel craque sous toi. Des larmes te viennent. Tu tremble d'effroi mais tu ne comprend toujours pas pourquoi. Tu as mal. Tu es en rage. Tes muscles se crispent et tu sers toujours plus les poings, sentant tes ongles entrer dans ta paume. Quand tout à coup..."


Tu te réveille, en sueur, déconcerté. Tes draps flottent sur ton corps nu, si bien sculpté. Ton souffle est hachuré et tu regarde autour de toi d'un œil si vaseux, mal réveillé que tout te semble flou au premier abord. Tu grogne, grommelle d'une voix rauque. Ton amante du jour gémis à tes côtés et tu te retourne, tu observe sa silhouette parfaite, ses fesses bien rebondies qui dépasse du drap léger. Un sourire étire alors tes lèvres et tu te pince la bouche, revient peu à peu à la réalité en passant tes doigts dans tes cheveux châtains, dépareillés par la nuit que tu viens de passer. Ce n'était qu'un mauvais rêve. Un cauchemars, rien de plus. Tu as dû trop forcer sur le joint que tu as fumé. Tu as sûrement un peu trop bu aussi et tu te décide donc à passer outre, en te penchant en avant pour réveiller la belle princesse rousse qui émerge doucement à tes côtés.
- Salut beauté. Bien dormi?

Tu cherche ses lèvres pulpeuses. Tu les titille un peu puis tu lui offre un baiser sur le cou, dans le creux des seins, te délectant de son goût légèrement sucré avant de t'extirper du lit. Tu t'étire, craque ta nuque de droite à gauche. Tu repense à ton rêve et ton front se plisse, tu sens à nouveau ton cœur se serrer et tu secoue la tête, bien décidé à ne plus vouloir y repenser tant cela te perturbe encore un peu quand même. Ouai, tu as vraiment trop fais la teuf hier soir. C'est la seule réponse logique que tu as trouvé. Tu tourne le menton vers ton réveil. Tu regarde l'heure avant d'échapper un :
- Merde ! Je suis à la bourre.

Qui te fais lever en moins de deux. Non parce que tu as quelque chose de prévu aujourd'hui. Tu n'as pas le temps de trainer et c'est pour cette raison que tu files à la douche vite fait, sans te préoccuper plus que ça de ta partenaire qui se dresse elle aussi, pour retrouver ses vêtements lancés au quatre coin de la pièce.

Les minutes, les heures défilent à une vitesse alarmante. Après t'être douché, habillé, coiffé aussi, tu embrasse une dernière fois la jolie serveuse qui a partagé ta couche et tu lui promet de la rappeler, griffonnant son numéro à la va-vite sur un petit calepin avant de la laisser partir.

Enfin, te voilà sur le chemin, prêt à assister à l'inauguration de Maggie à Andrews's art gallery. Car tu lui as promis de venir. Tu es aussi curieux, impatient de voir ses œuvres, son travail acharné et tout en marchant, tu souris, tu fume une clope ou deux. Tu essaye de ne plus penser à ton rêve qui, sournoisement, inexplicablement, reste, tourne en boucle comme un disque rayé dans ton esprit.

Tandis que tu te rapproche de l'exposition de ton amie, tu fini par sortir ton téléphone portable. Même si c'est con pour le coup. Même si tu sais que ce n'était pas réel, que ton connard de frangin va probablement très bien, tu ressens un besoin immédiat de t'en assurer. Tu textote alors vite fait un :
"Alors grand con? Ça roule? Ça te dis qu'on bouffe ensemble demain? Sushi et c'est moi qui racle. Profite connard, c'est pas tout les jours."

Avant de prendre une grande bouffée d'air frais parce que bon. Tu te sens vraiment très con là. Heureusement, tu arrive enfin à destination et tu décide de ne plus y songer, profitant simplement de l'instant présent comme tu l'as toujours fais jusqu'ici. C'est donc avec un sourire aux lèvres que tu arpente la salle, que tu regarde les images qui se dressent devant toi. Un verre de champagne à la main, tu apprécie chaque projets, histoires qui dégagent vraiment quelque chose de particulier et de beau selon toi. Maggie a du talent, à n'en point douter. Tu aimes son style, sa façon de jouer avec les images, les plans et tu te sens très vite absorber, au point d'en oublier enfin ton cauchemars qui ne devient plus qu'un mauvais souvenir, un rêve passé.  

Soudain, une voix familière te hèle au loin et tu tourne la tête. Un large sourire éclaire ton visage lorsque tu reconnais ton amie et tes bras viennent l'enlacer, doucement, lentement à leurs tour quand elle te rejoins, t'étreint, en te demandant ce que tu en pense d'une voix si tremblante, si peu assurée que ta main vient frotter son dos pour tout de suite la rassurer.
- Pas de quoi. Tu n'as pas à me remercier, j'avais vraiment envie de venir.

Te reculant quelque peu, brisant votre étreinte, votre échange, tu ancres tes iris aux siens. Tu marque un léger temps d'arrêt et tu poursuis aussitôt, levant ton verre vers elle comme pour trinquer.
- Je n'ai pas encore eu le temps de tout voir mais chapeau ! C'est sombre mais tes images dégagent vraiment quelque chose de magnifique, de prenant. Ils arrivent à percer directement l’œil qui les regarde. Mes félicitations l'artiste, tu sais que tu as beaucoup de talent?

Tout en disant ça, tu lui adresse un clin d'oeil complice. Portant ton verre à tes lèvres, un rire sincère t'échappe et tu rajoute, offrant ton bras à Maggie pour qu'elle puisse y glisser son bras.
- Ça te dis de me montrer la suite?
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Maggie AndrewsHumain modifié
avatar

Pandore
1 / 51 / 5
2 / 52 / 5
0
Maîtrise la douleur chez les autres. Physique ou Mentale. Par psychique ou toucher
- Peut l'appliquer à plus d'une personne
- Insensible aux pouvoirs de ses frères
359
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Secrets and lies storm in the quiet   Mer 1 Aoû - 21:27



Secrets and lies
storm in the quiet

Jay & Maggie


Nerveuse, oui elle l’était. L’arrivée du monde n’arrangeait rien. Malgré le brouhaha et le nombre de convives parmi lesquels elle pouvait se confondre, cela n’aidait pas Maggie à se détendre. La jeune femme préfère se contenter de ce qu’elle avait sous la main : un verre de champagne. Elle avait déjà vidé la moitié du contenu mais cela n’était pas assez rapide. L’alcool qui coulait le long de sa gorge n’était pas assez fort pour calmer les battements erratiques de son coeur. Elle prit une profonde inspiration. Puis une seconde sans que cela ne puisse changer quoi que ce soit à son état. Quelle idée ! Pourquoi avait-elle tenu à exposer ? Sur ça en plus. Qui aimerait voir ses pires faiblesses exposées à la vue de tous ? La photo de ses cicatrices est la pire de toute pour elle. C’était une marque ancrée directement à vif dans sa chair qui ne disparaîtrait certainement jamais. Sur son corps mais aussi dans son esprit. Ce n’était vraiment pas la peine de vouloir partager ces horreurs avec tout le monde. Elle prenait une nouvelle gorgée du liquide dorée qui lui piqua la langue quand elle aperçut Jay. Ravie de voir un visage familier, qui n’avait pas déjà vu son oeuvre, elle s’avance vers lui en l’appelant pour qu’il la remarque. Vous échangez une accolade amicale avant que des mots tremblants ne franchissent ses lèvres.

Le jeune homme passe une main dans son dos pour venir le frotter doucement. Ce geste apaise la jeune femme qui sent tout de même un poids peser dans sa poitrine. Elle ne sera pas soulagé avant la fin de cette soirée, c’est certain. Ou non, plutôt une fois que la presse aurait fait couler de l’encre sur l’ensemble de son travail, dans le bon ou le mauvais sens. Maggie était au moins sûre de ça : on parlerait de ses travaux. Il fallait maintenant patienter encore quelques petites heures avant d’en connaître l’avis général. Même si cela reviendrait à un échec, la jeune femme ne s’arrêterait pas là. C’était une artiste, oui, mais exposer son propre travail était une montagne de boulot, de paperasse et de stress qu’elle ne voudrait pas revivre dans les mois à venir. A la fin de son exposition, elle se concentrera sur les travaux d’autres personnes et ça lui conviendra très bien.

Comme à son habitude, son ami s’écarte légèrement d’elle pour mieux ancrer son regard au sien. Le souffle court, la brune attend une réponse de l’intéressé. Qu’en a-t-il pensé ? Lui aussi connaissant la sphère artistique même si ce n’est pas dans le même domaine qu’elle, la jeune femme espère que ses retours seront bons. Puis, finalement, la délivrance quand il lève son verre,  Les mots du blond ont pour effet immédiatement de faire rougir la benjamine. Soudainement elle sent la chaleur monter à ses joues et elle se pince les lèvres pour retenir un sourire, tiraillée entre la gêne d’aussi beaux compliments et le bonheur du soulagement.  Même si Maggie est ravie, elle ne s’emballe pas pour autant. Il a mis le doigt sur un détail : c’est sombre. Et le mot est faible. Elle espère simplement que les gens sauront voir au-delà de l’esthétique parfois lugubre de ses photos.

- Merci, bafouille-t-elle touchée. J’attend toujours notre collaboration d’ailleurs ! Avec grand intérêt en plus de ça, qu’elle répond aussi avec un clin d’oeil

En gentleman, il lui offre alors son bras en lui demandant de lui montrer la suite. L’imitant, elle entremêle gracieusement son bras au sien avec un petit signe de tête approbateur.

- Une visite guidée personnalisée, vous en avez de la chance très cher, répondit-elle avec un ton impérieux.

En disant cela, Maggie se retenait déjà de rire et finit par le laissé s’échapper d’entre ses lèvres. Elle vérifie d’un rapide coup d’oeil d’où venait son ami venait et ce qu’il avait déjà contemplé. Une fois la chose faite, elle l’entraîna à la suite des ses pas. Elle contourna lentement un couple de quarantenaire qui semblait assez marqué par la photo qu’ils avaient devant eux. En levant les yeux, elle comprit pourquoi. C’était une photo d’elle, en pied, quelques semaines après son réveil à l’Alpha House. Elle portait un simple débardeur blanc relevé jusqu’au nombril, et un simple boxer de la même couleur. Ses cheveux étaient décolorés : massacre qu’elle s’était infligé ne supportant plus la vue de ses anciennes mèches rouges. Sa peau était pâle, son corps amaigri. Mais devant ce spectacle désolant, ce qui marquait le plus c’était les deux plaies encore à vif. L’une juste au-dessus de sa hanche, et l’autre marquait brutalement sa cuisse. Maggie détestait ce cliché, mais le trouvait vif de vérité. D'où sa présence dans le lot. Cela n’empêchait pas la jeune femme de frémir au souvenir du jour où elle s’était révélé sous l’appareil, avec l’aide d’Albert.

- Je suis magnifique, n’est-ce pas ? demanda-t-elle pour alléger la réalité de la photographie qui se dressait devant eux.


Maggie: #6D397A

Revenir en haut Aller en bas
Jay HelsburyExtraterrestre
avatar


4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
0
Tout comme ses frères, Jay n'est ni un mutant, ni un humain modifié. Il possède juste les capacités d'un extraterrestre. C'est à dire qu'il a développé une plus grande résistance au force de l'espace.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey/Russel
551
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Secrets and lies storm in the quiet   Sam 10 Nov - 12:38



Secrets and lies storm in the quiet
Ft Maggie
A cet instant, tu ne penses plus à ton rêve. Tu ne veux plus y penser et tu focalises toute ton attention sur Maggie et sa superbe exposition. Oui, tu ne tiens vraiment pas à laisser ce maudit cauchemar bousiller ta journée. Tu ne tiens pas à ce que ces images t'interpellent, te rendent fébrile et inquiet. Et merde. Cela ne te ressemble pas quoi. Même si ces derniers te semblaient si réel. Si... Bref. Ryan est vivant bordel. Il va sûrement répondre à ton message en te balançant une punchline au passage et tout ira bien dans le meilleur des mondes. Tu n'as pas à t'inquiéter. D'ailleurs, d'habitude, tu ne t’inquiètes jamais et ce nouveau sentiment a de quoi te perturber au final. Tu n'aimes pas ça. Tu n'aimes pas ça du tout même alors oui, tu décides clairement de profiter. A fond. Comme tu l'as toujours fait jusque-là.

Tu accueilles ton amie dans tes bras. Tu vois qu'elle est stressée donc tu décides de la rassurer, à ta manière. Charmeur, séducteur, tu lui balances un clin d’œil dont tu es le seul à avoir le secret et tu lèves ton verre, lui offrant ton bras pour qu'elle l'accroche et te fasses découvrir la suite. Tu es sincère quand tu dis que ses images en valent le coup. Tu es impressionné par son travail, par la beauté brute, violente de ses photos. Certes, c'est sombre, lugubre. Certains travaux t'ont même interpellé par la noirceur dégagée mais oui. Tu en as apprécié chaque aspect. Car ils reflètent la profondeur de son âme, de sa souffrance et ça. C'est la perle même de tout artiste. Tu as hâte de voir le reste. Un rire t'échappe lorsqu'elle te dit attendre votre collaboration. Un sourire enjôleur esquisse tes lèvres et tu réponds, en haussant les sourcils d'un air suggestif :
- Oh mais quand tu veux ma belle. Un mot de ta part et tu sais que je suis tout à toi. Je suis sûr qu'à nous deux, on ferait un sacré succès.

Un nouveau clin d'oeil. Un nouveau rire qui s'échappe de ta gorge déployée. Vous voilà bras dessus, bras dessous et ton cauchemar s'efface peu à peu peu de ton esprit. Tu te délectes de l'instant présent. Tu penses à sa proposition. C'est vrai. Vous ferez de sacrés ravages si votre collaboration aboutit. Maggie a du talent. La preuve ici. Et tu ne doutes nullement du tien. Combo gagnant. Ne reste plus qu'à trouver une date parfaite. Tu penses déjà à en informer ta besta pour qu'elle organise tout ça et tu souris. Les dires de ton amie te soutire un ricanement et tu te prends au jeu, bombant le torse en murmurant :
- Oh que oui. Autant en profiter hein. Ce n'est pas tous les jours qu'une aussi belle et talentueuse artiste est accrochée à mon bras. Tu me combles de bonheur très chère et fais de moi un homme heureux.

Alléger toujours plus le stress de Maggie. Lui montrer que tu es là, derrière ton expression allusive, tombeur et galante. Lentement, elle t’entraîne et tes yeux accrochent cette fois cette photo. Cette image glaçante de ton amie souillée par la brûlure de ses blessures. Tout en ancrant tes iris dessus, tes sourcils se plissent, légèrement. Tu en as le souffle coupé et tu sens ton coeur battre plus rapidement contre ta poitrine. A côté de toi, Maggie essaye d'en plaisanter mais tu sens qu'elle est encore touchée par la profondeur de son propre reflet. Tu peux la comprendre. Toutefois, tu ne fais pas preuve de pitié envers elle. Tu sais que ce n'est pas de ça dont elle a besoin alors tu continues de sourire. Tout en caressant cette image du regard, tu t'en imprègnes. Tu en apprécies chaque aspect, violente et combustible. Ta langue vient claquer contre ton palais et tu portes doucement ton verre à ta bouche, savourant le goût âcre du champagne.
- Et comment ! Je dirai même que tu es toujours autant une bonasse. Même si j'admets que tu es encore plus bonne aujourd'hui. Vous ne trouvez pas vous?

Sans aucune gêne, tu t'adresses à ce couple qui semblent bouleversé. Surpris, ils te regardent en haussant les sourcils, bafouillent un :

"euh...oui. Oui bien sûr." avant de rougir, parce qu'ils ne s'attendaient clairement pas à ce genre de remarque. Cela ne te dérange pas. Au contraire. Tu n'as jamais éprouvé aucune gêne pour quoi que ce soit et ça ne changera pas aujourd'hui. Tu veux avant tout que Maggie se sente à l'aise en ta compagnie. Cette exposition doit être déjà assez dure pour elle et tu passes un bras autour de ses épaules. Tu l'embrasses sur sa tempe avant de poursuivre, d'un ton un peu plus sérieux tout de même :
- J'aime beaucoup l'expression qui se dégage de ton regard. Je crois qu'elle reflète toute la poésie et l'esthétique de cette photo. Elle est authentique et je crois même que jusque-là, cette œuvre est de loin ma préférée. Alors ouai. Je confirme. Tu es magnifique.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Secrets and lies storm in the quiet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Secrets and lies storm in the quiet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les secrets du catch - le livre
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» SOTR (Secrets of the Third Reich)
» [Morton, Kate] Le jardin des secrets
» Secrets de Ghawazee - Tarifs & Horaires 2008/2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: HAMMER BAY :: Centre-ville :: Andrews's art gallery-
Sauter vers: