Partagez | 
 

  Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Taïs WheelerHumain modifié
avatar


2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taïs arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Jin/Junno/Aldébaran/Simon
448
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]   Jeu 10 Mai - 11:44



Imminent Risk
Ft Samuel
Cela fait maintenant un mois environ que je suis revenu à Genosha. Les débuts étaient, je dois dire, assez difficile. Entre le décalage horaire, la perte de mes marques et le retour à la vie active, j'ai dû mettre plusieurs jours, voir des semaines entières à me réhabituer. Heureusement, Lexia et Lucy m'ont beaucoup aidé. Malgré les tensions omniprésente qui subsiste sur l'île, je suis parvenu à me sentir enfin chez moi et je dois avouer que dans le fond, ça fait énormément de bien.

Je ne ressens plus, ou presque, cette colère qui m’enivrait depuis le festival. Je me sens beaucoup plus calme, plus posé et j'ai cette sensation agréable d'avoir enfin retrouvé mon équilibre. Celle que j'avais perdu après cette rafle de grande envergure qui m'avait juste mis hors de moi.

Il y a certaine chose cependant qui ne reviendront pas comme avant. Par exemple. Je ne serais plus aussi pacifique. Je ne verrai plus la violence comme un affront, un danger mais plutôt comme quelque chose de nécessaire quand il n' y pas d'autre solution possible. Dans un sens, j'ai bien fais de repartir en Inde pendant un temps. Ça m'a permis d'ouvrir les yeux. Ça m'a permis de reposer mes marques, mes envies, mes désirs et je me sens prête à affronter la vie sous un autre angle, une autre façon de penser. D'avoir une autre manière, plus dans ma personnalité, d'accueillir les obstacles et les surmonter correctement.

Toujours est-il que pour cette nouvelle journée, j'ai décidé de prendre du temps pour moi. Après une bonne séance de yoga, je me suis préparée pour prendre ma voiture et sortir au centre ville histoire de flâner un peu dans les magasins alentours. J'ai pris mon temps. J'ai savourer l'instant présent. J'ai même discuté avec un sans-abris pendant plusieurs heures, à philosopher sur la vie et sur sa condition précaire. On a parlé de rien et de tout à la fois. Je lui ai même offert un petit déjeuner décent avec un bon café avant de lui donner mon numéro de portable au cas où il aurait besoin d'un toit pour la nuit. Le sourire qu'il m'a envoyé ensuite m'a fait chaud au cœur. Après l'avoir quitté, je suis allé médité dans un parc sous le chant des oiseaux et me voilà, sur le chemin du retour, à regarder ma montre en me mordant les lèvres car avec tout ça, j'ai complètement oublié mon cours de bâton particulier qui, normalement, devrait commencer dans un peu moins de dix minutes.
- Kay?

Tout en collant le téléphone à mon oreille, je me dirige alors d'un pas décidé vers la voiture. Je me décide bien évidemment à prévenir mon élève de mon retard. Par manque de bras, je finis même par coller le portable contre mon épaule et je poursuis, en fouillant mon sac pour  trouver mes clefs :
- Excuse-moi, j'aurai un peu de retard. D'ici une vingtaine de minute, je suis là ! N'hésite pas à frapper à la maison. Normalement, il y aura quelqu'un pour t'accueillir. A tout à l'heure et encore désolé. Vraiment. Je n'ai pas vu l'heure passer.

Puis, une fois cela fait, je raccroche. Je continue de marcher tout en essayant de trouver ces fichus clefs qui reste introuvable. Un soupir s'échappe doucement de mes lèvres. Je me promets de ranger ça dès ce soir après mon cours et je continue, toujours, en levant mon nez de temps à autre histoire de ne pas finir par percuter quelqu'un par manque d’inattention.

Plus j'avance, plus le soleil se couche au dessus de moi. J'entends mes pas raisonner dans les ruelles. Je parviens enfin à mettre la main sur mes clefs et je souris, soulagée tout en tournant à une intersection. Je ne remarque pas tout de suite les bruits qui deviennent de plus en plus régulier derrière moi. Mes yeux restent rivé sur le chemin à suivre mais mes sourcils se froncent néanmoins lorsqu'un chuchotement inaudible me parvient, me faisant sursauter.
- Il y a quelqu'un?

Silence. Oppressant et chaotique. Je n'aime pas ça. Je n'aime pas ça du tout. En parcourant la ruelle du regard, je ne vois personne mais je sens, je réalise, j'ai la désagréable impression d'être soudain épiée sans que je n'arrive vraiment à percer d'où vient cette sensation. Je me sens mal à l'aise. J'ai beau savoir me défendre, là, je ne me sens pas à mon aise. C'est comme si... Je sentais un danger imminent arriver. Un peu comme lorsque je m'étais retrouvé seule lors d'une soirée en Inde, avec un tout un groupe d'homme alcoolisé et collants à mes trousses. Mon cœur palpite contre ma poitrine. Je me mets à marcher plus vite mais la sensation ne diminue pas, au contraire. Elle s'accentue. Cette fois, j'entends des pas se rapprocher et instinctivement, ma main vient à nouveau fouiller mon sac pour sortir ma bombe lacrymogène.

Je ne ralentis pas la marche. J'avance. Toujours plus, en espérant pouvoir arriver plus vite à ma voiture. J'essaye de rester calme, de ne pas succomber à la panique et j'inspire, j'expire. Je me tend de plus en plus. Mes pensées s'emmêlent un peu mais je reste concentré. A nouveau, mes doigts vinrent agripper mon téléphone portable et je compose tout à coup un numéro, parce que c'est le premier qui me vient à l'esprit en ce moment même. Je sais que lui pourra m'aider. Je ne sais pas du tout à quoi je m'expose mais je veux rester vigilante, surtout en remarquant que les pas derrière moi ne s’estompe pas et deviennent même plus proche. Dangereusement plus proche.
- Sam? C'est Taïs. Es-ce que... Pardon de te déranger mais... hum.

Ma voix calme au naturel est plus hésitante, moins douce et limpide. Ma respiration est légèrement hachurée. Tout en marquant une courte pause, j'inspire de plus belle et je poursuis, en tournant cette fois dans une autre ruelle comme pour tenter d’esquiver cette ombre, cette présence invisible qui me suit depuis plusieurs minutes maintenant.
- J'ai l'impression d'être suivi. Tu peux venir me chercher s'il te plait? Je me sens pas en sécurité et le pire, c'est que je ne sais pas vraiment pourquoi. Je suis à niveau du parking ouest au centre-ville de Krölik.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]   Ven 11 Mai - 14:39

imminent risk
Taïs & Sam
••••

« Sam ? C'est Taïs. Es-ce que... Pardon de te déranger mais... hum. J'ai l'impression d'être suivi. Tu peux venir me chercher s'il te plait? Je me sens pas en sécurité et le pire, c'est que je ne sais pas vraiment pourquoi. Je suis à niveau du parking ouest au centre-ville de Krölik. »

2 Heures Plus Tôt

Le calme règne dans les bureaux du SHIELD. Passé une certaine heure, les administratifs rentrent chez eux et seuls les agents restent dans les locaux. C’est logique. Nous devons être disponibles à toute heure de la journée. Ce n’est pas le cas de tout le monde. C’est ainsi qu’à mon étage, à mon bureau, il ne semblait y avoir personne si ce n’est moi. Cela me permettait de rédiger tranquillement mon rapport sur la dernière mission effectuée par l’équipe. Une bonne mission. Parfaitement exécutée. La difficulté du travail de notre équipe c’est que les missions ne sont pas si fréquentes ainsi, il faut toujours être prêt et avoir la meilleure préparation possible. Ce n’est pas tous les jours qu’une situation impossible à démêler se présente. Je faisais de mon mieux pour préparer du mieux possible mes hommes (et femmes, évidemment). Le rapport touchant à sa fin, je prenais le temps d’aller me chercher un café. Je n’avais pas prévu de rentrer tôt. Contrairement à beaucoup, je n’avais pas réellement de vie en dehors du SHIELD, pas de famille vers laquelle rentrer, rien. Je me retrouvais donc souvent seul chez moi et tant qu’à faire, je pouvais mettre mon temps libre à meilleure contribution en restant dans mon bureau à travailler. Ce qu’on ne m’avait pas dit, c’était toute la paperasse qui allait avec le poste de lieutenant. Pas facile de s’y faire même si je n’ai pas vraiment le choix. Il faut savoir rendre compte de ce que l’on fait. C’est pour la bonne cause, comme ils disent.

Ce n’est qu’en revenant, avec ma tasse, que je me rendais compte que mon téléphone sonnait. Je l’avais laissé idiotement sur mon bureau pendant que j’allais chercher mon café. Je constatais qu’il s’agissait de Taïs. Une amie que je voyais rarement mais que j’appréciais. Le coup de fil était effrayant. Je sentais sa peur et sa crainte. « Ne t’inquiète pas, j’arrive au plus vite. Ferme ta voiture et ne bouge pas. Je suis là bientôt. » Je raccrochais rapidement et courrait vers le garage du SHIELD. Au passage, je récupérais mon arme de poing ainsi que deux pistolets mitrailleurs. Mes armes de prédilection. J’espérais ne pas avoir à m’en servir mais on ne sait jamais. Arrivé au garage, je me demandais quel véhicule utiliser pour arriver au plus vite. Si la voiture d’un agent du SHIELD pouvait suffire à effrayer, ce n’était pas le moyen le plus rapide. Du coup, je me retournais rapidement pour attraper deux casques et je filais sur une des motos les plus rapides de l’agence. Un prototype que nous n’utilisions que rarement mais c’était pour la bonne cause. Je roulais vite. Très vite. Probablement trop vite. J’esquivais chaque voiture avec précision et je n’échappais pas à de multiples coups de klaxon. Mais ça ne me dérangeait pas. Pour être parfaitement honnête, je n’en avais même rien à foutre. Le plus important était de rejoindre Taïs au plus vite. Il me fallu une quinzaine e minutes pour arriver là où elle m’avait dit. Au loin, je reconnaissais sa voiture et je m’en approchais. Je descendais lentement, arme à la main, observant les alentours pour voir si quelqu’un nous observait. Il semblerait que nous soyons seuls, ou en tous cas, personne n’était visible.

Je donnais un petit coup sur la vitre de la voiture en adressant un sourire chaleureux à la jeune femme. Je devais la rassurer et ne pas l’effrayer, je faisais de mon mieux. Alors qu’elle sortait de la voiture, je la prenais dans mes bras en signe de réconfort. Je n’étais pas vraiment doué pour cela mais je sentais qu’elle en avait besoin. Une fois l’étreinte terminée, je lui tendais un casque. « Je suis désolé, j’ai fait au plus vite. Tiens, grimpe, je t’emmène chez moi. Tu y seras en sécurité pour le moment. » Sans réellement attendre de réponse, je grimpais sur la moto, attendant qu’elle fasse de même. J’étais toujours concentré pour voir si quelqu’un allait arriver. Une fois sur la moto, je me retournais avec un sourire. J’attrapais ses deux mains et les enroulaient autours de moi. « Accroche toi bien ». Je démarrais le moteur et traversait la ville aussi vite que possible, sentant le casque de la jeune femme appuyé contre mon dos. En quelques minutes, nous arrivions chez moi. Je doutais que quelqu’un ai pu nous suivre à une telle vitesse mais on n’est jamais trop prudent. Je rentrais la moto dans le garage – il faudra que j’explique au SHIELD cela, encore – et descendait de cette dernière en la regardant. J’enlevais mon casque. « Ça va ma belle, ne t’inquiète pas, tu es en sécurité ici. Personne ne viendra te faire quoique ce soit. Ou alors il devrait passer sur mon corps et on sait tous les deux que ce n’est pas si simple » Je m’esclaffais d’un rire joueur. Pas facile de rassurer quelqu’un dans ce genre de situations.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Taïs WheelerHumain modifié
avatar


2 / 52 / 5
2 / 52 / 5
0
Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taïs arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Keith/Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Jin/Junno/Aldébaran/Simon
448
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]   Mar 10 Juil - 10:19



Imminent Risk
Ft Samuel
Oui. La sensation de peur est omniprésente. Je la ressens dans chacun de mes muscles. Je la perçois à l'intérieur de moi et je n'arrive pas très bien à la contrôler. Elle est beaucoup trop présente comme si... comme si je pressentais un trop grand danger, là, derrière moi, sans que je n'arrive vraiment à le percer.

Quelqu'un me suit et je n'aime pas ça. Je n'aime pas ça du tout. Je me sens traquer. Pire, je me sens observer. Car plus j'accélère mes pas, plus je sens qu'il ou elle fait la même chose de son côté. Je ne comprend pas ce que la personne me veut mais je ne tiens pas spécialement à le savoir. Ça ne présente rien de bon dans tout les cas. Alors, je continue à avancer, à courir presque pour la semer et je regarde droit devant moi, toujours, avec l'objectif premier de retrouver ma voiture au plus vite pour m'y réfugier.

Durant ma course effrénée, j’agrippe mon téléphone portable. Je compose le numéro de Samuel et je lui demande de venir me chercher. J'ai confiance en lui. Je sais qu'il pourra m'aider, même si je ne sais pas vraiment qui me poursuis et ce à quoi je m'expose au juste. C'est ce qui me terrifie justement. Ne pas savoir et juste sentir, discerner, soupçonner une menace imminente. Bref. J'ai besoin de me sentir rassurer, là, maintenant et je gonfle mon ventre. J'inspire, j'expire en essayant de calmer mon cœur qui bat de plus en plus vite contre ma poitrine serrée.

« Ne t’inquiète pas, j’arrive au plus vite. Ferme ta voiture et ne bouge pas. Je suis là bientôt. »

- D'accord... A tout de suite.

Sa voix, ses dires me rassurent. Ce n'est pas que je suis trouillarde mais là, vraiment. Je ne me sens absolument pas en sécurité. Le pire c'est que mes sensations ne partent pas. Elles persistent. Tandis que je tourne à un angle de rue, ancrant mes iris sur mon véhicule garé au loin, j'entends toujours ces pas derrière moi. Ils se rapprochent et j'accélère à nouveau. Dans un geste vif, je prends alors mes clefs et je coure jusqu'à ma voiture, m’engouffrant dedans presque aussitôt en me barricadant à l'intérieur.

Au moins ici, je ne risque rien. Du moins je l'espère. Mon cœur continue de battre avec force contre ma poitrine. J'ai le souffle court et c'est au prix d'un grand effort que je puise de l'air par les narines, pour retrouver un semblant de calme intérieur. Par moment, je jette des coups d'oeil de droite à gauche. Je ne vois toujours aucune silhouette mais bizarrement, je ne me sens pas en sécurité pour autant. C'est vraiment une sensation étrange, surréaliste. Alors quand j'entends quelqu'un frapper contre la vitre, je sursaute. Un cri même s'échappe de ma gorge bientôt suivi par un soupir de soulagement quand je reconnais Samuel, un sourire chaleureux au coin des lèvres.
- Tu m'as fais peur.

Un peu tremblante, un rire nerveux m'échappe mais je me reprends. Je ne suis plus seule désormais et ça. Ça m'enlève quand même une sacré épine dans le pied. Je me sens plus à l'aise, moins sur la défensif. Il m'invite à monter sur sa moto et je hoche la tête. Je n'attends pas une seconde de plus pour sortir de ma voiture et le rejoindre, montant sur son bolide. Ce n'est pas la première fois d'ailleurs que je grimpe sur ce genre d’engin. Certes, cela fait longtemps. J'ai quelques petites appréhensions mais je ne marque cependant aucune hésitation. Je me contente de m'accrocher à lui et nous voilà, propulsés sur la route à une vitesse supérieure à la moyenne.

Les doigts bien accrochés à la taille de Samuel, je sens l'air glisser sur chaque partie de mon corps. Je sens également une vive sensation d'adrénaline m'envahir et je ne peux que savourer ce moment, cet instant présent sans trop penser à ma frayeur passée même si je la ressens encore dans mes membres crispés.

Enfin, nous arrivons chez lui et j'enlève le casque de ma tête. Je prends une grande inspiration et j'essaye à nouveau de calmer les battements de mon cœur qui s'emmêlent, se déchainent dans ma poitrine. A ses dires, un sourire néanmoins étire mes lèvres suivi d'un léger rire. Tout en posant mon regard sur lui, je pousse un soupir et je réponds enfin, d'une voix légèrement basse car j'espère quand même ne pas l'avoir trop dérangé à son travail.
- Encore merci Sam. Vraiment. Je ne savais pas qui d'autre appeler à part toi. C'était vraiment...

Tandis que je repense aux pas derrière moi, à la sensation d'un danger imminent, un frisson désagréable me parcourt l'échine. Je marque une courte pause et je prends de plus belle une respiration profonde avant de glisser brièvement mes doigts dans ma chevelure, les repoussant en arrière.
- Je sais pas comment l'expliquer. Étrange. J'ai vraiment cru que quelque chose de grave allait arriver. Ça faisait longtemps que je n'avais pas ressentis ça. Enfin. Merci en tout cas, je te dois une fière chandelle. Sympathique la petite ballade d'ailleurs.

Achevant ma phrase par un sourire amusé, histoire d'alléger un peu cette peur qui me tiraille encore le ventre, je le remercie et je lui tends le casque, me fondant en mutisme quelques instants de plus.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Imminent Risk [Pv Taïs et Samuel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FIN DE PARTIE de Samuel Beckett
» ARRET WAGRAM de Samuel Delage
» [Douhaire, Samuel] 100 photos pour comprendre Clint Eastwood
» Maximum Risk 12/08/08 Blu-ray
» Edgar Samuel Andrew

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: