Partagez | 
 

  Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]

Aller en bas 
AuteurMessage

Mutant

avatar
More about you :

Pouvoirs : Contrôle des animaux : A la capacité de comprendre, de parler avec les chats principalement et de les appeler à sa guise. (exemple, si elle se sent en danger ou qu'elle cherche à les appeler, ils peuvent venir en masse vers elle)
Bestialité : A la vision accrue et aiguisé d'un chat. Elle peut voir dans le noir, percevoir plus facilement les mouvements. D'ailleurs, ses iris s'agrandissent et deviennent jaune quand elle ressent une émotion forte. (Colère, tristesse, angoisse...). Il lui arrive aussi de feuler quand la rage l'envahit et qu'elle se sent en danger.
Emergence :
2 / 52 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 329
DCs : Keith/Amélia/Malik/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Sam 12 Mai - 14:53



Just watch me now
Ft Benjamin
 Les ordres sont claires. Vous devez mettre la main sur une émergée. Un être présumé dangereux pour la société. Le patron a décidé que c'est toi, ainsi que quelques collègues, qui se chargeraient de cette affaire épineuse. Tu n'as pas rechignée. Au contraire. Tu t'es sentis flattée et tu as lu le dossier avec la plus grande attention, faisant claquer tes ongles sur le bureau. Tu as assimilé son nom, son âge, son métier. Tu t'es attardé sur ses prétendus pouvoirs et les raisons qui ont poussé cet homme à vendre toutes ces informations à la Garde. Apparemment, elle l'aurait menacé dans la rue avant de prendre la fuite pour se réfugier dans un cinéma : La Comète.

Tu connais ce nom. Tu es déjà allé là-bas. Il te semble même avoir déjà parlé au propriétaire des lieux : Ryan Helsbury qui t'as semblé plutôt sympathique. Tu n'as rien contre lui. Par ailleurs, tu l'apprécie même plutôt bien mais là. Il s'agit d'une extrême urgence. Tu dois voir ce qu'il en est. Tu dois redorer la réputation de l'élite, en raflant les plus dangereux mutants que tu peux rencontrer.

Les heures passent, défilent. Te voilà préparée et dans un mouvement ample, tu rejette tes longs cheveux en arrière avant de te fondre dans les couloirs du QG.
- Allons-y.

Ta voix est chantante, douce mais autoritaire à la fois. Tes pas sont mesuré, ta silhouette se dandine sensuellement aux mouvements amples et souples de tes pieds sur le sol. Vous prenez une voiture de service. Avant de partir, tu vérifie que ton arme est bien accroché à ta ceinture et tu attache tes cheveux en une queue de cheval impeccable pour ne pas qu'ils te gênent durant la mission.

Durant le trajet, tu relis le dossier. Un sifflement sort d'entre tes lèvres lorsque tes yeux se posent à nouveau sur son pouvoir et tes doigts se crispent, froissent légèrement le papier en relisant ces quelques lignes. "Bestialité. A les griffes d'un chien-loup". "Particularité : A les yeux vairons". Tu ne sais pas pourquoi mais pour la deuxième fois consécutive, tes poils de bras se hérissent. Tu sens comme un malaise, un pressentiment de prédateur, de danger qui te titille subtilement et tes sourcils se froncent, tu te pince la bouche, tu fais claquer ta langue contre ton palais tandis que tu fini par fermer la pochette, le corps particulièrement tendu.
- En vu de sa description physique, nous devrions avoir aucun problème à la trouver. Tâchons de l'amadouer cependant avant de foncer dans le tas sans réfléchir. Sinon, il se pourrait bien que notre mission se solde par un échec. Et ça...

Croisant une jambe sur l'autre, tu marque un temps d'arrêt. Lentement, minutieusement tes mains se rejoignent et tu croise les doigts, poursuivant d'une voix si suave, si mielleuse, si calculée que l'un de tes collègues relève la tête, focalisant toute son attention sur toi.
- On ne peut pas se le permettre.

Pas en ces temps si troublé. Pas quand des milliers de citoyens voient et perçoivent la Garde Rouge comme des ennemis. Prenant une grande inspiration, tu te redresse.Toujours plus. Doucement, ta langue vient pourlécher tes lèvres pulpeuses et tu jette un œil par la fenêtre, souriant à la vue du cinéma qui se dessine peu à peu devant vos yeux.

La mission peut enfin commencer. Une fois sorti du fourgon, chacun prend sa place, arme en main sans être levé. Tu prends la tête du groupe. Tu fais signe à tes collègues de te suivre et tu entre dans la Comète, balayant la pièce de tes iris sournois. Quelle ne fut pas ta surprise quand tu remarque ce visage familier à l'entrée. Un visage que tu n'avais pas vu depuis un bon moment déjà. Un visage qui te tend, te crispe, te rend malveillante en vu de ce qui a pu se passer entre vous.
- Benjamin Reilly. Ça pour une surprise.

Ton ton se fait claquant, ironique. Bien loin d'être comme ce scélérat, tu reste digne, droite, impeccable dans ta tenue de travail mais ton regard en dit long sur ton aversion et ta colère. Tu te serais bien passé de le revoir un jour celui là. Tu n'as pas apprécié votre dernière altercation ni ton échec cuisant quant aux affaires qui vous liait dans le passé. Et tu n'es pas prête à oublier la manière dont il t'a rejeté aussi. Car personne ne l'avait fais auparavant. Car personne ne te dis non. Tu peux te montrer gentille, compatissante, tolérante mais quand tu es en colère contre quelqu'un.... Quand tu n'as pas ce que tu désir, ta rancœur peut durer éternellement et tu peux vite te montrer comme une vrai peste.
- Hum. J'aurai préféré m'entretenir directement avec ton patron mais puis-ce que tu es là. Je crains ne pas avoir le choix.

Tout en faisant signe à tes collègues de commencer à fouiller dans les locaux, tu te rapproche de Ben. Hautaine, tu fais claquer tes pas sur le sol et tu le regarde avec dédain, t'arrêtant à quelques pas seulement de lui en poursuivant.
- Nous sommes à la recherche d'une jeune émergée. D'après nos informations, elle se trouve ici en ce moment même. Alors sois gentil et montre toi coopératif. Sinon, il se pourrait bien que je te rafle également par accident.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

avatar
More about you :
Codename : Scarlet Spider // Spider-Man
Pouvoirs : Tu vois Peter Parker ? Bah c'est pareil.

Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
3 / 53 / 5
Messages : 326
DCs : Albert, Gabriel, Jessica D, Marc, Lorna, Kurt et Lucy
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Sam 12 Mai - 19:28



just watch me now
Reckless behavior is Looking at a man like he was a savior. Blind leading blind. Everything looks darker when you close your eyes

Il y a des jours comme ça, où je me dis que j’aurais mieux fait de rester couché.  Il m’arrive d’avoir ce genre de moment où je me dis que la vie, c’est futile et qu’on s’embête vraiment pour pas grand-chose parce qu’au final, l’issue restera la même. Alors qu’est-ce que ça change que je m’attarde un peu plus dans mon lit au lieu de me lever ? Et bien… ça change tout, en fait. Au moins, mon travail au cinéma n’est pas le genre de travail où je me rends en trainant des pieds. Ryan est quelqu’un de sympa et l’atmosphère des lieux me permet de souffler quand je ne suis pas à Hydra à réparer des armes pour une bande d’excités de la gâchette qui ne savent pas les ramener en bon état. Vendre des tickets ou vérifier que personne ne fraude, c’est clairement plus sympa. En toute logique, le dernier blockbuster rameute du monde dans les salles. On a même proposé des séances 3D pour le même film, comme ça, les clients sont prêts à casquer quelques dollars de plus pour ces lunettes qui donnent l’air d’être tout droit sorti d’un film de science-fiction des années quatre-vingt. Mon boulot au cinéma, c’est mon job officiel. Ma couverture. Parce que je ne peux décemment pas expliquer que je travaille pour l’organisation terroriste qui a fait trembler toute l’île. Et que je me suis engagé volontairement dedans pour regretter amèrement ce choix depuis. Ils savent y faire au recrutement, je peux vous le garantir. Ces types auraient dû faire banquiers, ils auraient pu vendre facilement des crédits et des prêts sur cinquante ans. Qu’est-ce vous voulez ? Je suis naïf, dans le fond.  Maintenant, je cherche le moyen de me barrer de là. Si possible entier.

La journée se déroule normalement, si je peux dire ça de cette façon. Pas de problème à l’horizon, pas d’appel d’Hydra me demandant de revenir en urgence parce qu’on a un souci avec les flingues et que comme par hasard, personne n’est disponible pour venir s’en occuper. Le genre de journée absolument normale où je peux presque me faire chier derrière mon comptoir, entre deux films. Je pense bêtement que la journée va continuer de cette manière. Que je vais rentrer chez moi, envoyer des messages à Paige et Alex pour voir s’ils sont libres et passer un moment avec eux. Bêtement. Parce que là, c’est sans compter le fourgon qui s’arrête devant le cinéma. Et je connais ce véhicule, parce que je l’ai déjà vu. On dirait que la gestapo a envie de se joindre à la fête. Je doute que ce soit parce que le film que le cinéma affiche les intéresse. Je lâche un «Et merde… » dans ma barbe en me redressant. J’ai déjà dit que je déteste ces types ? Oui ? Et bien je le redis. Je le déteste encore plus quand je les vois investir les lieux. C’est ça, faites comme chez les mecs. Vous ne voulez pas qu’on vous serve un café et qu’on vous déroule le tapis rouge, aussi ? Et Ryan n’est pas là, en plus. Comment je vais gérer ça, moi ? Je déglutis en voyant cinq gardes débouler, comme ça, pépouzes.  

Ce qui m’achève purement et durement, c’est de voir cette face familière qui arrive vers moi. Pitié. N’importe qui, mais pas elle. Pas Diaz. J’aimerais dire que je suis pas surpris de la voir porter cet atroce uniforme rouge mais ce n’est pas le cas. Je suis surpris qu’elle se soit joint à eux. J’ai l’impression de voir un cauchemar ambulant marcher vers moi. Je fais le tour du comptoir en me demandant ce que j’ai bien pu faire pour l’avoir dans les pattes, celle-là. J’ai bien envie de la faire dégager d’ici fissa, de la même manière que je l’ai fait dégager de ma vie. Elle prononce mon nom d’une façon qui laisse entendre qu’elle n’a pas oublié ce qu’il s’est passé et qu’elle m’en veut. Comme si elle était innocente dans cette affaire. « Qu’est-ce que tu fous là, Kelsey ? » je lui demande d’un air ennuyé. En vrai, j’ai les mâchoires crispées. Je ne suis pas serein. Parce que je sais qu’elle va trouver tous les moyens possibles et inimaginables de me faire chier. Je croise les bras en lui faisant face et en écoutant ce qu’elle a à me dire. « Dommage, hein ? On dirait que Ryan a senti les problèmes arriver. » Je lui sers un petit sourire sarcastique. Sourire qui s’efface quand je la vois faire signe aux quatre autres gardes de fouiller les lieux. « Hey, ça va ? J’vous dérange pas trop, j’espère ? Faites comme chez vous, surtout ! » Ferme ta gueule, Reilly me hurle mon cerveau. Je vais finir dans une cellule de la garde avec mes conneries, je le sens bien. Kelsey poursuit, m’expliquant le but de leur venue.

Je secoue la tête, les mains sur les hanches. La foudroyant du regard par la même occasion devant la menace qu’elle me lance à la tête. Elle est sérieuse, là ? Je me mords la langue pour ne pas l’insulter sur le champs, car c’est clairement le moyen le plus rapide de me faire rafler. J’aurais dû le savoir qu’elle allait me faire un coup dans ce genre. C’est Kelsey. Adorable, tant qu’on est dans ses petits papiers. Mais quand on lui dit non, c’est une peste. « Et après, vous vous demandez pourquoi tout le monde vous déteste… Il n’y a qu’à te regarder, Kelsey. » Comment je fais, moi ? J’ai pas envie d’aider la garde, mais j’ai pas non plus envie de finir dans une de leur cellule. Et ce bordel va pas être très bon pour les affaires si ça s’apprend que La Comète vient de se faire investir par la Garde Rouge. « Elles sont fiables au moins, tes infos ? Parce que sans vouloir mettre en doute ta grande intelligence… C’est pas le meilleur endroit pour se cacher, ici. »  Oui, bon, là… Je cherche un peu la merde. C’est plus fort que moi. Je devrais vraiment fermer ma gueule.
Ⓒayaraven

___

Words, playing me deja vu, like a radio tune I swear I've heard before. Chill, is it something real Or the magic I'm feeding off your fingers? Can not forgive from falling apart at the seams. Can not believe you're taking my heart to pieces. Lost, in a snow filled sky  ▬ We'll make it alright to come undone now


Revenir en haut Aller en bas

Mutant

avatar
More about you :

Pouvoirs : Contrôle des animaux : A la capacité de comprendre, de parler avec les chats principalement et de les appeler à sa guise. (exemple, si elle se sent en danger ou qu'elle cherche à les appeler, ils peuvent venir en masse vers elle)
Bestialité : A la vision accrue et aiguisé d'un chat. Elle peut voir dans le noir, percevoir plus facilement les mouvements. D'ailleurs, ses iris s'agrandissent et deviennent jaune quand elle ressent une émotion forte. (Colère, tristesse, angoisse...). Il lui arrive aussi de feuler quand la rage l'envahit et qu'elle se sent en danger.
Emergence :
2 / 52 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 329
DCs : Keith/Amélia/Malik/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Lun 21 Mai - 14:30



Just watch me now
Ft Benjamin
La tension est palpable. Elle crépite dans l'air. Elle est électrique et tu regarde Ben. Tu ancre tes iris aux siens avec un air particulièrement hautain. Cette fois, tu ne te montre pas mielleuse, faussement souriante et manipulatrice. Non. Tu ne cherche pas à jouer avec les mots. La colère, la rancœur t’enivre beaucoup trop et tu le fais savoir par tes œillades noires, tes menaces à peine dissimulées, ton expression vile et sournoise. Par ailleurs, aucun rictus n'étire tes lèvres pulpeuses. Pas cette fois.Tu te contente de le prendre de haut, de le regarder avec dédain sans prendre la peine de faire des efforts. Tu n'es pas ravie de le revoir, soyons clair même après toutes ces années. Ce qui s'est passé entre vous revient te frapper en plein visage et tu peux être du genre très rancunière quand les choses ne vont pas où tu le veux. Quand on ose te défier.

Alors quand ce délinquant de bas étage te demande ce que tu fiche ici, tu réponds à peine. Tu fais claquer ta langue contre ton palais et tu hausses les sourcils, en murmurant simplement entre tes dents serrés :
- Rien que tu ne puisse comprendre visiblement.

Là, tout de suite, tu essaye de rester digne, droite face à ses remarques sarcastiques. Tes doigts se serrent entre eux et tu laisse doucement échapper un ricanement moqueur lorsque ce pauvre chéri se met à pester, à râler contre tes collègues qui ont déjà commencé à s'éparpiller.
- Oh mais on y compte bien mon chou. Qu'es-ce que tu croyais? Qu'on était gentiment venu ici pour lézarder devant un de tes films? Je ne crois pas.

Tout en ancrant tes iris aux siens, tu le perce de ton regard salé. De plus belle, tu fais claquer ta langue contre ton palais et tu le défie de tes prunelles dévastatrices. Tu t'avance légèrement, lentement, réduisant peu à peu la distance qui vous sépare. Pendant ce temps, armes en main, les autres Gardes qui t'accompagnent se fondent dans le bâtiment. Ils clôturent l'entrée, ordonnent à tous ceux présents dans le cinéma de se grouper, de ne sortir sous aucun prétexte au risque d'être arrêté.

Certains pestent. D'autres se replient sagement. Tu entends un enfant pleurer et tu te crispe, jetant un bref coup d'oeil en arrière pour t'assurer que personne ne lui fais du mal. Heureusement, ça se passe pour le moment en douceur et tu prends une grande inspiration, focalisant à nouveau toute ton attention sur Ben qui, la langue déliée, se permet de te défier un peu plus à chaque seconde.
- Oh que oui, elles sont fiables. Plus fiable que toi en l’occurrence. Garde donc tes sarcasmes pour toi Reilly et contente toi de fermer ta bouche si tu ne tiens pas à ce que je te la boucle moi-même.

Ta voix est perçante. De plus belle, ton sourire disparait de ton visage en porcelaine. Te mouvant avec une lenteur toute calculée, tu marque un silence. Tu prends une courte pause et tu t'immobilise à quelques centimètres seulement du comptoir, te permettant d'y déposer une main pour jouer consciencieusement avec tes ongles.
- Je ne me répéterais pas deux fois mon chou. Maintenant, tu vas sagement te montrer obéissant et me faire l'immense honneur de signaler toute présence suspecte que tu as pu détecter jusque là. Ce n'est pas si compliqué, si? Même pour toi.

Tout en te penchant légèrement, tu joue désormais avec tes cheveux. Tu ne le quitte du regard sous aucun prétexte. Un rictus mauvais étire même ta bouche soigneusement maquillé et tu poursuis, à voix basse, dans un ton sifflant semblable à la langue d'un serpent face à une proie.
- Voyons. Tu te montrais bien plus docile autrefois.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

avatar
More about you :
Codename : Scarlet Spider // Spider-Man
Pouvoirs : Tu vois Peter Parker ? Bah c'est pareil.

Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
3 / 53 / 5
Messages : 326
DCs : Albert, Gabriel, Jessica D, Marc, Lorna, Kurt et Lucy
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Mer 23 Mai - 19:51



just watch me now
Reckless behavior is Looking at a man like he was a savior. Blind leading blind. Everything looks darker when you close your eyes

J’ai l’impression de nager en plein délire. En une fraction de seconde, cet instant de tranquillité au cinéma a été chamboulé par l’arrivée de la Garde. Toujours planté devant Kelsey, je sens la situation m’échapper et ça commence à être la panique dans ma tête. Je ne sais pas ce que je dois faire, ni ce que je dois dire pour empêcher que ça dégénère. Et Kelsey qui prend un malin plaisir à jouer avec mes nerfs ne m’aident pas à garder mon calme. Mon chou. Bordel. Je la foudroie du regard. Je lâche un petit soupir sarcastique en tournant la tête. « T’es bien gentille mais les mon chou ça passait quand j’étais assez con pour te faire confiance. » Elle ne manque pas d’air, franchement. Et je vais devoir me la coltiner jusqu’à ce qu’elle trouve ce qu’elle cherche. Ne pas répondre à ses provocations va être plus difficile que prévu. Au fond, je me doute bien qu’elle n’attend que ça, histoire d’avoir une bonne raison de me faire la misère. C’est ça, quand on se met Diaz à dos. L’univers ne semble pas assez grand pour l’éviter. De tous les endroits de Genosha, il faut que ce soit le cinéma. Et un jour où j’y suis. J’ai carrément le destin contre moi, pour le coup.

Impuissant, je vois la Garde Rouge mettre les lieux sans dessus-dessous. Bloquant les entrées, rassemblant les clients en groupe. Mais dans quel pays on vit, hein ? Je ne peux rester là sans intervenir, si ? Surtout quand je perçois des murmures effrayés et des pleurs. Je serre une nouvelle fois les poings, crispe les mâchoires et me mord la langue. Je déteste ne pas savoir quoi faire. Mon cœur me dit d’agir, ma raison me pousse à fermer ma gueule et coopérer. Mais je déteste encore plus Kelsey, là. Je me mords la langue de plus belle devant sa deuxième menace. Et vu les regards que me lancent certains de ses collègues, j’ai tout intérêt à me taire. Je ne sais pas ce qu’ils cherchent et je reste persuadé que le cinéma est pas le bon endroit pour se planquer quand on est un émergé en fuite. Mais bon, faut croire que retenir tout un cinéma en otage, c’est bien mieux. J’entends de nouveaux des murmures derrière moi et je tourne rapidement la tête vers les clients dont j’ai la responsabilité. Putain. Il faut que je sois seul, avec tout ce beau monde à charge, du haut de mes vingt-quatre ans. Sans accorder la moindre attention à Kelsey, je me tourne vers les civils. Parce que ce sont eux qui m’importent vraiment. J’aimerais pouvoir leur dire des paroles rassurantes mais aucun son ne sort de ma gorge. Complètement dépassé, je passe une main dans mes cheveux en tentant de contenir la panique qui me ronge. Bordel, bordel, bordel. Normalement, je devrais pas être tout seul mais visiblement, la Garde a choisi le moment où mes collègues de l’accueil ont pris leur pause pour bloquer toutes les entrées et voilà que je me retrouve là, comme un con.

Une nouvelle fois, la voix de Kelsey parvient à mes oreilles et je la découvre en train de faire jouer es ongles sur le comptoir. Je grince des dents quand elle m’appelle une nouvelle fois par ce surnom que je déteste. Je ne dois pas répondre à ses provocations, je le sais. Mais elle me cherche clairement. Elle tente de me pousser à bout. En inspirant calmement et en restant le plus zen et clair possible, je lui sors la réponse la plus logique. « Je te le répète, Kelsey, je n’ai rien vu de suspect. Mes collègues aurait pu te répondre mais ils ont pris leur pause et vous avez choisi de barricader les entrées, donc… » Je hausse les épaules et me retiens de justesse de lui adresser un petit sourire triomphant. C’est con, hein ? Je jette un nouveau regard vers la foule rassemblée en plein milieu du hall. J’espère pour l’émergée en question qu’elle n’est pas ici. Et aussi pour moi. Parce que jusque-là, je dis la vérité mais connaissant Kelsey, elle va m’accuser de complicité s’il s’avère que cette émergée est ici. Et puis Kelsey sort la phrase de trop. Celle à laquelle toute personne sensée n’aurait pas répondu. Mais pour ma défense, mes nerfs sont mis à rude épreuve et entre nous deux, ça toujours été électrique. La colère que je ressens contre elle, même malgré toutes ces années de passées, reprend le dessus sur la raison et je braque instantanément la tête en direction de la rouquine. « Docile ? T’as cru que j’étais ton putain de clébard ?! » Ma voix claque et je crois que tout le monde peut m’entendre. Même ses collègues. Vu le silence qui règne et la tension qui flotte dans l’air, je viens littéralement de me mettre dans la merde jusqu’au cou. Mais c’est plus fort que moi, je ne peux plus arrêter les mots qui sortent de ma bouche. « Va te faire foutre, Diaz ! »

Ⓒayaraven

___

Words, playing me deja vu, like a radio tune I swear I've heard before. Chill, is it something real Or the magic I'm feeding off your fingers? Can not forgive from falling apart at the seams. Can not believe you're taking my heart to pieces. Lost, in a snow filled sky  ▬ We'll make it alright to come undone now


Revenir en haut Aller en bas

Mutant

avatar
More about you :

Pouvoirs : Contrôle des animaux : A la capacité de comprendre, de parler avec les chats principalement et de les appeler à sa guise. (exemple, si elle se sent en danger ou qu'elle cherche à les appeler, ils peuvent venir en masse vers elle)
Bestialité : A la vision accrue et aiguisé d'un chat. Elle peut voir dans le noir, percevoir plus facilement les mouvements. D'ailleurs, ses iris s'agrandissent et deviennent jaune quand elle ressent une émotion forte. (Colère, tristesse, angoisse...). Il lui arrive aussi de feuler quand la rage l'envahit et qu'elle se sent en danger.
Emergence :
2 / 52 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 329
DCs : Keith/Amélia/Malik/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Lun 28 Mai - 12:15



Just watch me now
Ft Benjamin
Oui. Ben te rend perfide, méchante, calculatrice et piquante à souhait. Tu ne prends pas la peine de jouer de tes charmes avec lui. Tu ne prends pas la peine de jouer avec les mots pour le séduire et avoir ce que tu désir, calmement, simplement en te montrant juste manipulatrice. Tu sais de toute façon que ça ne marchera pas. Ou plus désormais. Tu l'avais sous ta coupe avant mais c'est fini. Terminé et sa seule vue t'irrite, t'agace, te fais hérisser le poils tant sa présence t'insupporte. Te ramène à ton échec cuisant.

Tu prends alors ta voix la plus mielleuse, suave, sadique. Tu te permets même de te mouvoir jusqu'à lui pour le prendre de haut. Pour le regarder avec dédain. Lentement, tu fais claquer ta langue contre ton palais. Puis, tu tapote tes ongles sur le comptoir en un geste calculé, mesuré. Tes iris sauvages s'ancrent aux siens et tu joue avec tes mèches de cheveux. Tu penche légèrement la tête sur le côté. Tu le titille, consciemment et tu le rappel exprès à vos bons souvenirs, faisant naitre sur ta bouche pulpeuse, un rictus mauvais.

Comme tu aurais du t'y attendre, Ben réplique. Hausse les épaules. Fait mention de votre entrée houleuse en te faisant savoir que ses collègues se trouvent au dehors, n'ayant plus aucun moyen d'entrer. Tes sourcils se froncent, se plissent. A ses dires, ses insinuations, tu te redresse et tu laisse un sifflement rageur t'échapper, murmurant aussitôt entre tes dents serrés :
- Et? Les retrouver et les ramener ici ne nous posera aucun problème. Davis?

De ta voix la plus sèche, autoritaire, tu hèles une de tes collègues qui s'occupe de garder les clients du cinéma groupé. Voyant que tu es énervée, elle se rapproche de toi et tu te tourne vers elle, légèrement, en prenant une grande inspiration avant de poursuivre d'un ton beaucoup plus fluide, avenant, doux et chantant :
- Il semblerait que certaines personnes qui travaillent ici se retrouvent actuellement à l'extérieur. Pourrais-tu les chercher? Et les ramener afin qu'on puisse enfin avoir un semblant de personne intelligente capable de nous aider convenablement. Ce n'est pas avec cet idiot du village qu'on ira loin de toute façon.

Tout en disant ces mots, tu te tourne vers Ben. De nouveau, un rictus éclaire ton visage en porcelaine et tu hausse toi-même les épaules, lui faisant savoir au passage que quel que soit ses piques, ses insultes, il n'est pas en position de force dans cette affaire. Le voilà qu'il s'énerve et un ricanement sort de ta gorge. Dans un mouvement fluide de la tête, tu fais bouger ta queue de cheval. Tu te pince les lèvres et tu prends un air aguicheur, faussement séducteur avant de rajouter, focalisant toute son attention sur lui et non plus sur ta collègue qui écarquille les yeux et se contente de hocher le menton.
- Ça se pourrait. Tu serais tellement mignon avec une laisse. Quoi que, je rajouterai peut-être la muselière. Même si tu n’aboie plus que tu ne mords.

Une insulte fuse de sa bouche et tu te crispe. Tu le fusille de ton regard salé. L'envie de l'arrêter tout de suite te titille mais tu ne dois pas oublier votre mission première. A savoir : retrouver cette émergée et la capturer avant qu'elle ne parvienne à s'échapper de cet endroit. Alors tu reste silencieuse. Tu inspire longuement l'air par les narines et tu desserre les poings qui s'étaient crispé au passage, faisant entrer tes ongles dans la peau.
- Continue comme ça Reilly. Mais sache que les heures prochaines seront très longue pour toi.

Car tu ne compte pas t'arrêter là. Tu ne compte pas le laisser tranquille. Même si tu dois encore attendre un peu avant de le menacer de ton arme pour l'attacher comme un vulgaire caniche envoyé à la spa. Tu t'apprête à poursuivre quand soudain, tu entends comme un grognement derrière ton dos. C'est léger, à peine audible mais tu le sens inexplicablement tinter à tes oreilles. Tu te retourne et tu parcoure l'assemblée des yeux avant de tomber sur une jeune fille, dos courbé, le visage crispé par une terreur et une colère sans nom, prête à rugir sur toi tant elle ne te lâche pas de ses iris.
- On aura pas besoin de toi finalement. Qu'es-ce que tu disais déjà mon chou? Ah oui. Suis-je certaine de la véracité de mes informations. Hum. Vois par toi-même.

Elle est là. Cette mutante aux pouvoirs bestiale qui te rend légèrement irritable, méfiante. Entourant ton arme de tes doigts, tu te tiens prête à répliquer. Tu fais signe à tes collègues de l'encercler et ces derniers se mettent aussi sur le qui-vive en quête de lui refuser tout accès. Mais voilà que la jeune fille ne cherche, non pas à s'échapper mais à foncer sur toi. Elle gronde. Montre ses dents. Elle s'élance en ta direction et te fais basculer, te faisant perdre l'équilibre.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

avatar
More about you :
Codename : Scarlet Spider // Spider-Man
Pouvoirs : Tu vois Peter Parker ? Bah c'est pareil.

Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
3 / 53 / 5
Messages : 326
DCs : Albert, Gabriel, Jessica D, Marc, Lorna, Kurt et Lucy
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Sam 2 Juin - 1:20



just watch me now
Reckless behavior is Looking at a man like he was a savior. Blind leading blind. Everything looks darker when you close your eyes

Je la déteste. Je déteste sa façon de me titiller et de me pousser à bout. Sa manière de me parler, de me regarder et de tapoter ses ongles sur le comptoir comme si les lieux lui appartenaient. Je serre les mâchoires à m’en faire mal quand je l’entends parler à son collègue à propos des autres employés à l’extérieur. Et l’insulte dirigée contre moi au passage. C’est difficile de tenir ma langue devant les provocations qu’elle me lance à la figure car je sais très bien qu’au fond, elle n’attend que ça. Que je dérape et que je lui donne une bonne raison de me foutre en cellule. Et comme je suis quelqu’un qui réagit très mal à la pression, il n’est guère étonnant que plus je me retiens et fulmine intérieurement et plus il devient difficile de garder mon sang froid. Jusqu’à l’ultime provocation. Docile. Moi. J’ai tellement envie de lui en mettre une. Une vague de haine m’envahit pendant quelques secondes. Je serre les poings en lui lançant un regard mauvais. Je dois me taire mais ma langue est devenue indépendante de ma volonté. Je réponds, elle répond et enfin, le « Va te faire foutre » sonore résonne dans l’entrée. Il claque dans le silence et je crois que tout le monde m’a entendu. J’viens donc d’insulter une garde rouge devant témoin. Ça compte comme outrage, non ? Et… merde. Littéralement. Merde. Une fois de plus, mon grand bec m’attire des ennuis. Je ne pouvais pas juste… la fermer ? Non visiblement, même ça, je n’en suis pas capable.

Les prochaines heures vont être longues pour moi. Sans blague. Comme si je ne le savais pas, ça. Je suis coincé dans le hall d’un cinéma avec Kelsey Diaz et ça correspond totalement à ma définition de l’enfer. La seule fichue consolation que je peux avoir, c’est que je l’ai insultée. Et ça, c’est une maigre victoire quand on sait combien Kelsey est attachée à sa fierté. Il n’existe rien de plus gros au monde que l’orgueil de Kelsey Diaz. Alors les prochaines heures vont être longues pour moi, hein ? Le problème avec quelqu’un comme moi, c’est qu’une fois qu’on a commencé à creuser, on ne peut pas s’empêcher d’enfoncer la pelle un peu plus loin. Et pour le coup, je l’enfonce sacrément loin. Je sais pourtant que je ne dois pas sous-estimer Kelsey. Je la connais assez pour savoir que ce ne sont pas des menaces en l’air. Mais maintenant que j’ai commencé à ouvrir ma gueule, je ne peux pas simplement me taire et attendre que ça passe.  Je redresse le menton avec un petit sourire victorieux, croisant simplement les bras. « Oh. J’ai pas hâte de voir ça, dis donc. »  

Je m’apprête à poursuivre dans l’insulte et la provocation - nous avons si bien commencé, pourquoi nous arrêter là ? - quand j’entends ce grognement. Je détourne mon regard de Kelsey pour regarder dans la foule. Il ne me semble pas avoir aperçu un chien, puisque de toutes façons, les animaux sont interdits dans l’enceinte du batiment. Et la garde n’en a pas ramené avec eux. Alors ça veut dire que… Merde. Il y a bien une émergée ici. Et elle est…furieuse ? Apeurée ? Les deux ? J’ouvre la bouche pour articuler « Kelsey, tu devrais… » faire attention. Pourquoi je lui dis ça ? Je suis censé être du côté de l’émergée, non  ? Ouais sauf que l’émergée en question est en train de grogner au milieu d’une foule, en présence d’enfants. Des victimes collatérales si jamais elle attaque sous le coup de la peur.  Kelsey m’ignore et fait signe à ses collègues de commencer à l’encercler et je peux rien faire d’autres que de m’écarter. Là, ça craint vraiment. Mon mouvement de recul attire son attention et je croise brièvement son regard avant qu’elle le reporte sur la tête rousse de Kelsey. Pour une raison que j’ignore, c’est Diaz qui intéresse l’émergée. Et je ne vais surtout pas m’en plaindre. J’aimerais l’aider - l’émergée, pas Kelsey - mais je risque d’aggraver mon cas. Ma priorité devrait être de mettre tout le monde en lieu sûr, si seulement la Garde n’avait pas bloqué les issues. On est tous coincé avec une émergée potentiellement dangereuse, grâce à eux. Je fais un rapide signe de la tête à un couple qui me regarde pour leur faire comprendre qu’ils feraient mieux de s’écarter.

Et je fais bien car à l’instant où ils font un rapide pas en arrière, l’émergée s’élance et bondit sur Kelsey en une fraction de seconde. Tellement rapide que j’ai à peine eu le temps de la voir faire. Sous mes yeux ébahis, Kelsey bascule sur le côté avec l’autre au-dessus d’elle. Je plonge en avant, poussé par je ne sais quoi et referme ma main sur le poignet de l’émergée pour l’empêcher de frapper la rouquine. J’ai une sorte de réflexe qui vient de nulle part. J’ai du mal à croire que je suis en train de venir en aide à Diaz et j’ai même un moment de flottement où je me rends compte de ce que je suis en train de faire. Dans ce bref laps de temps, l’émergée tourne un regard furieux vers moi et je regrette instantanément ma décision en l’entendant grogner à mon intention. Et voilà que ça va me retomber dessus. C’est le genre de moment où je demande pourquoi je suis rentré à Genosha. J’étais très bien, à l’étranger. A travailler dans l’humanitaire. Je tire le poignet de l’émergée d’un geste brusque pour l’écarter de Kelsey. Je la lâche à l’instant où elle touche le sol, m’écartant au passage pour ne pas me manger un coup de griffe en pleine face. Parce que ouais, elle a des griffes. La respiration haletante, je recule d’un pas une nouvelle fois alors qu’elle me grogne dessus. Voilà qui m’apprendra à jouer les putain de héros.

Elle commence à se redresser, sans doute dans le but de me refaire le portrait après ce que je viens de faire. Fort heureusement pour moi, les agents de la Garde sont rapides. Attendez, est-ce que je viens d’avoir une pensée positive envers la Garde Rouge ? Eurk. J’y crois pas.  J’entends l’émergée hurler des insultes alors qu’elle se fait neutraliser et je détourne les yeux quand son regard croise le mien. J’aurais bien envie de m’excuser mais elle est dangereuse. Et elle représente un danger pour chaque personne présente dans cette pièce. Enfin… J’essaie de me convaincre comme je peux que j’ai pris la bonne décision en intervenant mais j’ai cette boule de culpabilité qui commence à grossir dans mon ventre alors que l’adrénaline retombe et que je me calme doucement. Je viens carrément de trahir mes convictions.  Et pour qui ? Pour Kelsey, la personne que je déteste le plus sur cette île.
Ⓒayaraven

___

Words, playing me deja vu, like a radio tune I swear I've heard before. Chill, is it something real Or the magic I'm feeding off your fingers? Can not forgive from falling apart at the seams. Can not believe you're taking my heart to pieces. Lost, in a snow filled sky  ▬ We'll make it alright to come undone now


Revenir en haut Aller en bas

Mutant

avatar
More about you :

Pouvoirs : Contrôle des animaux : A la capacité de comprendre, de parler avec les chats principalement et de les appeler à sa guise. (exemple, si elle se sent en danger ou qu'elle cherche à les appeler, ils peuvent venir en masse vers elle)
Bestialité : A la vision accrue et aiguisé d'un chat. Elle peut voir dans le noir, percevoir plus facilement les mouvements. D'ailleurs, ses iris s'agrandissent et deviennent jaune quand elle ressent une émotion forte. (Colère, tristesse, angoisse...). Il lui arrive aussi de feuler quand la rage l'envahit et qu'elle se sent en danger.
Emergence :
2 / 52 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 329
DCs : Keith/Amélia/Malik/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Dim 29 Juil - 23:40



Just watch me now
Ft Benjamin
Tu ne peux t'empêcher de jubiler. Tandis que tes yeux de chat s'ancrent sur l'émergée, un sourire hautain étire tes lèvres et tu titille une fois de plus Ben, rien que pour lui faire savoir que c'est toi qui a raison. Tes mots claquent tel un fouet dans le hall du cinéma. Lentement, suavement, tu te redresse et tu fusille du regard la jeune mutante qui grogne maintenant contre toi.

Elle est apeurée. Tu le sens, tu le sais. Tu le vois à sa manière de se recroqueviller même si ses iris perçants, agressifs sont dirigé seulement sur toi et non sur tes collègues qui, à ton invitation, l'encerclent, l'arme à la main.

Alors que vous vous regardez, l'une et l'autre, ton cœur se met à battre plus furieusement contre ta poitrine. A nouveau, tu ressens une vive colère t'envahir. Tu sens des frissons te parcourir des jambes jusqu'à la nuque. Tu reste digne, droite dans ton allure implacable et féline mais sa présence t'irrite, te perce sans que tu n'arrive vraiment à connaitre la raison. Soudain, tu entends ce cher Ben derrière toi et tu répliques, les lèvres pincées, sans cesser de défier cette insolente qui continue de cracher contre ta propre personne :
- Je sais ce que je fais.

Il n'a pas à s'en mêler. Il n'a pas à te dire quoi faire et ta langue claque contre ton palais tandis que tu te penche, légèrement, en maniant habilement ton arme entre les doigts. Mais tout ne se passe pas comme tu l'as prévu. Tout se déroule vite, si vite que tu n'as pas le temps de t'y préparer. Le temps défile, s'écoule et voilà qu'en une fraction de seconde à peine, tu te sens basculer en arrière. L'émergée bondit sur toi, grogne, peste et tu lâche un sifflement alors que ton corps bascule, te faisant lâcher l'arme au passage. Ton dos vient alors brutalement toucher le sol et tu grimace de douleur. Tu sens ta fierté en prendre un sacré coup. Tandis qu'un juron même s'échappe de ta bouche pulpeuse et raffinée, tu t'apprêtes à parer une première attaque quand soudain, sans que tu t'y attende, tu vois Ben s'interposer, te faisant hausser les sourcils. Tu le vois attraper le poignet de cette insolente, la rattrapant pour l'empêcher de déverser sa haine sur toi. Tu ne comprends pas les raisons qui l'a poussé à faire ça. Ta fierté est deux fois plus touchée, brisée et tu plisse ton front, tes yeux. Tu te redresse difficilement en repoussant ces quelques mèches rebelles qui se battent en duel devant ton visage crispé.

Maudite soit-elle. Maudit soit Ben, aussi, qui n'avait nullement besoin de jouer les héros. Car tu aurais pu te débrouiller seule, largement. Tu n'avais clairement pas besoin de son aide et tu lâche à nouveau un sifflement. Tu claque de plus belle ta langue contre ton palais avant de reprendre l'arme tombée à terre tout en te redressant dignement.
Maitrisez là.

Ta voix, d'habitude si suave, si mielleuse, est beaucoup plus dure, sèche. Dans un mouvement ample, tu remets ta coiffure en place. Tu t'approche de la jeune émergée. Tu ancre ton regard au sien et tu l’observe avec dédain, de haut tandis que tes collègues l'attrapent, l'attachent avant que cette dernière n'est eu le temps de s'en prendre à l'employé de la Comète. Elle hurle des insultes. Elle crache, peste, se débat avec véhémence mais tu t'en contrefiche. Tu n'as aucune pitié pour elle. Ta fierté est toujours autant touchée et ta colère gronde, là, tout à l'intérieure de toi, de telle sorte que ta perfidie refait surface, te rendant détestable et piquante à souhait.
- Ça, tu vas le payer ma très chère. Il aurait mieux fallu pour toi que tu te montre plus docile. Emmenez là et tâchez de lui mettre une muselière.

Une nouvelle fois, ta langue vient titiller ton palais. Un rictus étire ta bouche si finement dessinée et tu la suis des yeux tandis que les gardes l'entrainent au dehors sous le regard effrayé, écarquillé des témoin de la scène.
- Vous ne risquez plus rien. Quant à toi...

Ton ton se fait plus bas, plus mesuré. Alors que tu tourne vers Reilly, tu plisse de plus belle tes sourcils, tu le regarde de haut en bas. Tes poings se serrent et tu prends une inspiration, pestant à son attention car il est hors de question pour toi, de le remercier de t'avoir peut-être sauvé la vie.
- Je n'avais nullement besoin de ton aide. Je maitrisais parfaitement la situation. Cependant... en vu des circonstances, je dois admettre quand même que tu t'es montré intelligent pour une fois. Bravo Reilly. Tu n'es peut-être pas si stupide en fin de compte. Cela dit, ne compte pas sur moi pour te brosser plus dans le sens du poil. A l'avenir, tâche de mieux exercer ton métier. Ça serait fâcheux que tu laisse à nouveau un émergé entrer dans l'établissement sans prendre la peine de nous en informer.
Ⓒayaraven

Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

avatar
More about you :
Codename : Scarlet Spider // Spider-Man
Pouvoirs : Tu vois Peter Parker ? Bah c'est pareil.

Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
3 / 53 / 5
Messages : 326
DCs : Albert, Gabriel, Jessica D, Marc, Lorna, Kurt et Lucy
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Mar 31 Juil - 1:47



just watch me now
Reckless behavior is Looking at a man like he was a savior. Blind leading blind. Everything looks darker when you close your eyes

Le regard furieux de l’émergée sur moi trahit ce qu’elle pense. Que je suis un putain de traitre. A quoi ça sert de tenir tête à la garde si c’est pour empêcher l’un de leur membre d’être blessé ? Je détourne les yeux quand elle lance une floppée d’insulte, ne pouvait m’empêcher de serrer les dents et les poings en entendant la voix de Kelsey. Je veux qu’on m’oublie. Proche de la vitrine du cinéma, je reste en retrait quand l’émergée se fait redresser par des agents. J’ai plus rien à dire. Qu’est-ce que je pourrais ajouter ? J'en ai assez fait. J’observe la comédie qui se joue sans rien faire de plus. Kelsey a eu son émergée. Elle parle aux clients du cinéma dont les regards passent de Diaz à moi, pauvre idiot que je suis. Ils ne craignent plus rien. Ouais. C’est le cas de le dire. Je me mords la lèvre, croisant les bras en fixant le motif du sol. Oubliez-moi. C’est bon. Oubliez-moi, les gars. Et il faut croire que même ça, c’est bien trop demandé à son Altesse Kelsey Diaz. Je ferme les yeux en l’entendant s’adresser à moi.

Un rire sec s’échappe de ma gorge alors que je rouvre les yeux et les dirigent vers le mur quand elle me parle. Dire merci, c’est un truc qu’elle est pas fichue de faire. Ce n’est pas comme si je le savais pas. Je me dis que j’aurais peut-être dû laisser l’émergée lui arracher la gorge au lieu d’intervenir comme un débile. Ça m’aurait évité d’avoir à la supporter pendant qu’elle me prend encore de haut. Gna gna gna, je suis intelligent pour une fois. Gna gna gna, elle n’avait pas besoin de moi. Gna gna gna, faut que je fasse mieux mon job. Je lève les yeux au ciel en soupirant avec agacement, décroisant mes bras pour lui faire face. J’ai même pas envie d’essayer de me défendre, parce que ça servirait absolument à rien. Elle peut bien croire ce qu’elle veut, j’en ai plus rien à foutre.

Et je comptais vraiment me taire jusqu’à ce qu’ils décampent tous d’ici. Je comptais le faire, je le jure. Mais il faut qu’ils fouinent. Et quand ils fouinent, ils tombent sur des trucs incriminants. Les deux gardes au fond du hall ne m’inspirent pas confiance, surtout quand je les vois en train de regarder un peu partout. Peu à peu, ils se dirigent vers l’espèce de placard fermé à clé où Ryan garde les spots anti gardes que le cinéma diffuse. Ouvrant les portes, fouillant, refermant les battants pour passer à la pièce d’après. D’ici peu de temps, ils vont vouloir y accéder et même si je ne leur donne pas la clé, ils enfonceront la porte. Ce qui mettra Ryan et tous les autres employés dans une position fâcheuse. Comme dans un film avec une mauvaise scène au ralenti, je vois l’un d’eux refermer la dernière porte et se rapprocher. Merde. Merde, merde, merde. Agis, Reilly. Fais quelque chose. Je braque une nouvelle fois mon regard sur Kelsey. Elle ne cherche qu’un prétexte pour m’embarquer, je le sais très bien. Et je vais lui donner ce qu’elle veut. « C’est bon, t’as fini ? T’as eu ce que tu voulais, alors pourquoi tu me ferais pas de l’air en retournant dans la tanière qui vous sert de QG à toi et ta bande de fascistes à la con ? »  Je me mets à rire, mettant beaucoup trop de conviction pour que ce soit simplement histoire d’attirer l’attention. J’articule chacun des mots qui sortent de ma bouche avec soin.  « Allez vous faire foutre. » Ça me fait un bien fou de lui lancer ce que je pense à la tête, au final. Et vu la réaction des clients, ça fonctionne comme sur des roulettes. Je perçois des murmures affolés. Le garde qui s’approchait de la porte s’en éloigne en me fixant avec un regard mauvais. J’aimerais bien dire que je n’ai pas peur du tout, mais en réalité, je suis juste mort de trouille. Vraiment. Et je sens que je vais vraiment regretter d’avoir ouvert ma gueule. J’ai plus qu’à espérer qu’ils vont y aller mollo avec leur matraque et leur taser.

Ⓒayaraven

___

Words, playing me deja vu, like a radio tune I swear I've heard before. Chill, is it something real Or the magic I'm feeding off your fingers? Can not forgive from falling apart at the seams. Can not believe you're taking my heart to pieces. Lost, in a snow filled sky  ▬ We'll make it alright to come undone now


Revenir en haut Aller en bas

Mutant

avatar
More about you :

Pouvoirs : Contrôle des animaux : A la capacité de comprendre, de parler avec les chats principalement et de les appeler à sa guise. (exemple, si elle se sent en danger ou qu'elle cherche à les appeler, ils peuvent venir en masse vers elle)
Bestialité : A la vision accrue et aiguisé d'un chat. Elle peut voir dans le noir, percevoir plus facilement les mouvements. D'ailleurs, ses iris s'agrandissent et deviennent jaune quand elle ressent une émotion forte. (Colère, tristesse, angoisse...). Il lui arrive aussi de feuler quand la rage l'envahit et qu'elle se sent en danger.
Emergence :
2 / 52 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 329
DCs : Keith/Amélia/Malik/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Lun 20 Aoû - 0:48



Just watch me now
Ft Benjamin
 Oui. Ta fierté est touché. Ton égo en a pris un sacré coup. Tu t'es fais avoir par cette émergée et pire que tout, c”est Ben qui t'as sauvé. Ben qui déclenche en toi ton pire côté. Ben qui... A cette pensée, tes poings se serrent, ton visage se tend et tu fusille Reilly de ton regard glacé.

Qu'il se taise. Qu'il reste sagement à sa place, derrière ce bas comptoir. Qu'il disparaisse de ta vue, une bonne fois pour toute. Purement et simplement. Tandis que tes collègues traînent la mutante qui se débat, hurle, rage, injure de tout côté, toi tu reste là, immobile le corps tendu à toiser le malotru de haut en bas. Tu veux l'arrêter, vraiment. Tu veux te venger et ravaler cet air hautain qui t’horripile au plus haut point. Tu veux le lui faire payer mais comme il s'est montrer "utile". Dans un sens seulement. Tu compte partir sans faire d'histoire. Oui. Toi. Kelsey Diaz. Précieuse manipulatrice aux traits sauvages, à l'allure féline et calculatrice pour arriver à tes fins, tu vas lui donner une chance. Celle de le laisser tranquille pour une fois malgré le désir prenant et oppressant de le jeter dans un cachot. Alors tu lui envoie une dernière pique. Tu rejettes d'un mouvement souple tes longs cheveux en arrière et tu recule, légèrement. Tu t'apprête à te détourner, en faisant claquer ta belle chevelure dans sa figure en passant mais sa voix t'interpelle. Ses mots claquent tel un fouet dans le hall d'entrée. Tes sourcils se froncent et tu te retourne, une expression mauvaise sur ton visage tiré.
- Pardon?

Pourtant, tu as bien compris. Tu as parfaitement compris ce qu'il voulait dire. Tu en as imprimé chaque sous-entendus dans le poison qu'est sa vulgaire langue lacérée. Un sifflement rageur sort alors d'entre tes lèvres pincées et tu fais claquer ta langue contre ton palais, plus furieuse que jamais à présent :
- Tu ferais mieux de te la fermer Reilly.

Car il se jette lui-même dans la gueule du loup. Cette fois, tu ne seras pas aussi clémente. Il continue à te défier? Parfait. il en subira les conséquences. Dans un sens tant mieux, tu n'attendais que ça en fin de compte. Tandis que tes collègues se retournent, se détournent d'un espèce de vieux placards à balais, toi, tu n'attends pas plus longtemps pour sortir de ta ceinture, une sorte de matraque. Tu prends un malin à plaisir à la faire tourner dans tes doigts bien manucurés, tes mains si finement élancées, délicates. Tu murmure d'une voix faussement mielleuse, où reflète pourtant toute l'étendue de ta haine à son égard :
- Et si tu nous accompagnais mon cher. Ta compagnie sera tellement la bienvenue. De plus, nous serions ravi d'offrir à notre "invitée", une présence aussi agréable que la tienne.

Derrière toi, la dit "invitée" se met d'ailleurs à grogner tel un chien enragé. Deux gardes la tiennent fermement près de la porte mais elle se débat avec véhémence, crache, tremble sous le regard effrayés des clients qui osent à peine chuchoter. Tout le monde retient son souffle. Tu sais que cette affaire fera du bruit. Tu t'y attends. Tu aurais souhaité, aimé accomplir cette mission en douceur, avec le moins de vague possible mais une fois de plus, Reilly à tout gâché. Ce n'est pas une première. Ça ne sera pas la dernière visiblement. Sans attendre plus longtemps, tu te rapproche de lui et sans le quitter des yeux, tu fais claquer la matraque sur son genoux droit, te délectant de son cri au passage.
- Quand on joue avec le feu, on fini toujours par se brûler. La prochaine fois, souviens-toi en Reilly avant d'ouvrir ta langue.

Puis, sans te laisser atteindre par ses insultes, tu te retourne sans préavis. Tu hèles l'un de tes compagnons qui se rapproche vers toi, prêts déjà à recueillir Ben avec sa paire de menotte.
- On y va. Embarquez le rebelle ici présent et rentrons au QG. La mission est terminée, on a plus rien à faire ici.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

avatar
More about you :
Codename : Scarlet Spider // Spider-Man
Pouvoirs : Tu vois Peter Parker ? Bah c'est pareil.

Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
3 / 53 / 5
Messages : 326
DCs : Albert, Gabriel, Jessica D, Marc, Lorna, Kurt et Lucy
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   Mar 21 Aoû - 17:58



just watch me now
Reckless behavior is Looking at a man like he was a savior. Blind leading blind. Everything looks darker when you close your eyes

Des fois, je me demande ce qui peut bien me passer par la tête. A quel moment je décide de prendre des décisions stupides qui se retourneront bien entendu contre moi. La première idée qui me traverse la tête est jamais la meilleure et pourtant, c’est bien sur elle que j’arrête mon choix. Toute cette situation n’avait pas à finir ainsi. Mais je suis ce genre de crétin qui rend les choses plus difficiles. C’est vrai, après tout. J’aurais gentiment gardé ma bouche fermée, rien de tout ça ne se serait passé. Mais Ryan et les autres auraient eu des problèmes. Surtout avec une garde rouge qui se sent tellement puissante qu’elle ne se cache même plus. La preuve en est avec le festival et cette rafle qui est en train de se dérouler sous mes yeux. Le moindre prétexte est bon pour ça. Faire usage de la force de façon démesurée. Ryan est déjà dans le viseur de la garde à cause de la vidéo qu’il a faite au festival et qu’il a partagé sur Twitter. Le calcul se fait rapidement dans ma tête et avant que je n’ai vraiment le temps de comprendre ce que je suis en train de faire, je me retrouve dans la ligne de mire des gardes parce que mon sens inné du sarcasme et celui qui me confère un talent incroyable à trouver les problèmes travaillent de concert.

La réponse de Kelsey ne se fait pas attendre. Je ferais mieux de la fermer. Du coin de l’oeil, j’avise le garde qui s’éloigne de la porte. Okay, tout le monde a eu chaud. Et maintenant, je vais prendre dans la tronche. Mais méchamment. Au fond, je sais très bien que Kelsey n’attend qu’un geste de moi pour m’embarquer. Et je suis en train de m’offrir sur un plateau. Bêtement. Je l’ai cherché. Et je vois que je vais le sentir passer quand elle s’empresse de sortir une matraque. Ah bah bien sûr. Parce que c’est uniquement comme ça que la garde résout ses problèmes, pas vrai ? Par la force. Et comme je ne compte pas lui faire ce plaisir, je ne recule pas. Après tout, je suis bien en train de faire tout ce cinéma pour attirer l’attention sur moi. Je n’aurais pas fait ça si j’avais un quelconque pouvoir, il ne faut pas abuser. Mais comme je sais que je n’ai rien, je vais certainement me retrouver avec seulement quelques jours - dans le pire des cas - de garde à vue avant que Jenn ne vienne me tirer de là. Avec Aelys et Kaine qui risquent de me passer le savon du siècle à ma sortie. Je braque mon regard sur l’invitée en question et là, je fais un peu moins le malin. Parce que c’est à cause de moi qu’elle s’est fait chopper et que si on arrive à destination sans qu’elle ne m’arrache la gorge avec ses dents, j’vais pouvoir m’estimer heureux. Je sais pas contre qui elle est le plus furieuse mais je n’ai pas envie de le découvrir. Autant dire que j’ai bien le temps de regretter ma décision, là. Enfin. Ce que je ne regrette pas, c’est la tronche de Kelsey, car rien n’est en train de se passer comme elle l’a prévu. Il y a des témoins. Des témoins qui parleront de cette rafle. Et je vois sur son visage que ça ne lui plait pas. Je n’ai pas le temps de sourire. La douleur qui m’arrache un cri et m’oblige à toucher le sol m’en empêche. Sa voix à mes oreilles, je percute ce qu’elle vient de faire. Elle vient juste de m’exploser le genou, devant témoins. Ça, putain, je m’en serais bien passé.

Ça fait mal, bordel ! Je t’en foutrais du feu, espèce de…  Je me fais remettre sur pied sans la moindre pitié. Dans mon malheur, j’ai de la chance car je peux toujours me tenir debout et marcher, visiblement. Mais c’était vraiment pas obligé d’en arriver là. Okay, je l’ai insultée mais je me serais contenté d’une paire de menotte, pas le coup de matraque qui va avec ! Le rebelle. Elle me traite de rebelle ? Je fais probablement le truc le plus stupide que j’ai fait jusque là et que mes deux mères adoptives désapprouveraient au plus haut point, à grand renfort de claque derrière la tête et de «On t’a pas élevées comme ça !». Mais là, vraiment, j’en ai besoin. Je crache au visage de Kelsey, devant tout le monde, aveuglé par la douleur qui me ronge la jambe et une rage plus forte que jamais. C’est stupide, je sais. Mais ça me fait un bien fou. Je mérite clairement la droite que je me mange dans la gueule  de la part du garde qui me tient pour avoir fait ça mais putain… ça fait du bien. Juste pour voir sa tête furieuse, ça valait le coup. Je ne peux m’empêcher de sourire malgré ce que je viens de me prendre, parce que cette vision là, je veux la graver dans ma mémoire. Je veux conserver cette vision de Kelsey en train de bouillir de rage.  J’aurais le temps de regretter plus tard, puis que je suis déjà en train de me faire traîner l’extérieur par les gardes.  

Ⓒayaraven

___

Words, playing me deja vu, like a radio tune I swear I've heard before. Chill, is it something real Or the magic I'm feeding off your fingers? Can not forgive from falling apart at the seams. Can not believe you're taking my heart to pieces. Lost, in a snow filled sky  ▬ We'll make it alright to come undone now


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just watch me now [Pv Kelsey et Benjamin]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The watch street: nouveau site horloger
» La première "space watch"?
» Le Lieutenant Colonel Benjamin.H.VANDERVOORT
» [Cathrine, Arnaud] Le journal intime de Benjamin Lorca
» Kikki Benjamin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: VOL. N°I :: RPs terminés-
Sauter vers: