The devil you know


Humain modifié

Matthew M. Murdock
More about you :

Avocat pénaliste redouté et redoutable. Fervent défenseur de la veuve et l'orphelin. A une dent contre la garde rouge. Drôle, rassurant, juste. Têtu, sec, adore avoir raison. Fait tout son possible pour aider son prochain. Ami avec Foggy depuis le début de ses études de droit. Son père, Jack Murdock, est un boxeur connu. Boxeur lui aussi. Raffole des pêches. Se rend souvent chez Josie, un bar où il a ses accès depuis le début de sa carrière pour avoir aidé la propriétaire.
Pouvoirs : Matthew n'est pas un mutant en tant que tel, ni vraiment un humain modifié. Il n'a pas de super pouvoirs, mais un « super » handicap. On peut appeler ça comme ça, quand on vient à ces extrémités, non ? Enfin, tout ça pour dire que l'homme est devenu aveugle quand il n'était encore qu'un adolescent, à cause d'un produit chimique qui lui a fait perdre ses yeux. Il peut voir certaines formes, mais rarement plus. Quoiqu'il en soit, ses autres sens se sont énormément développés pour compenser intégralement sa cécité. Il semblerait que le produit projeté dans ses yeux soient radioactif, et ait entraîné cette surcompensation.
Par exemple : Il peut sentir une personne à plus d'un mètre de lui, rien que par la chaleur qu'il dégage, tout comme percevoir son parfum ou son odeur de manière très précise. Son ouïe est capable de détecter un changement de pression acoustique d'un décibel, là où l'oreille humaine normale n'en a pas la possibilité. Ou encore, percevoir des saveurs même si celles-ci sont en quantité infime. Entendre des chuchotements derrière un mur insonorisé. Ses yeux endommagées fonctionnent toujours néanmoins, mais comme une sorte de sonar, à l'instar des chauve-souris.
Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 52
DCs : Neena & Kara
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: The devil you know   Mar 5 Mar - 12:37

Tu peux peut-être prendre quelques jours, tu ne crois pas ? Lui lança Foggy dans l’antichambre de son appartement, les mains plongées dans ses poches et tentant bon gré mal gré de suivre les déplacements de son ami.
Pourquoi ? Souffla Matt, rangeant dans son sac quelques dossiers qu’il ne voulait pas oublier. Ses yeux n’eurent même pas besoin de se poser sur son acolyte, dont il connaissait les expressions par cœur.
Te reposer, te remettre du voyage. Tu n’es là que depuis deux jours, et tu as l’air de ne pas avoir dormi… S’enquit le blond.
J’ai bossé une grosse partie de la nuit, pour… Peu importe… Il soupira. Jenn, elle…
Elle est partie, Matt. Il y a un moment. Elle a eu une grosse opportunité ailleurs. Le coupa Foggy.

Ce fut à cet instant qu’il se figea pour de bon. Venant se pincer l’arête du nez, un soupir lui échappa. Il allait demander ce qu’elle avait de son côté, comme s’il n’était pas parti une année entière. Comme si, d’une certaine manière, il se trouvait exactement où il était avant son escapade sur le continent. Jenn était partie vers de plus vertes contrées, et elle aurait eu tort de s’en priver. Et Matt, de son côté, se sentait juste idiot.

Je sais. se rattrapa-t-il rapidement en reprenant ses mouvements.

Il boucla son sac, enfila sa veste et se ramena jusqu’à son meilleur ami :

Mais c’est une trop bonne journée pour ne pas la passer au bureau, n’est-ce pas ? Fit-il avec un grand sourire dont il avait le secret.

Ils ne tardèrent pas à se retrouver dans la voiture de Foggy, direction le cabinet. Il était tôt, mais pas assez pour passer à travers les embouteillages. Un point que Matt avait oublié concernant Genosha, qui ne lui avait pas manqué. Ouvrant la fenêtre passagère, il laissa son regard se perdre dans les hauteurs des immeubles les entourant. L’habitacle resta silencieux jusqu’à l’intervention de son ami, à côté :

Au fait, en arrivant… Ne crise pas. Demanda-t-il d’une voix suppliante. Le regard de Matt se tourna lentement vers Foggy, un sourire surpris sur les lèvres. Comment ça ? Il n’eut pas l’occasion de lui poser la question qu’il comprit de lui-même : Il y a eu quelques… Bouleversements au cabinet après ton départ et nous n’avons pas eu le temps de tout… Bien ranger correctement.
Oh, si ce n’est que ça, ce n’est pas grave, rassura Matthew d’un regard en coin.

Sa remarque avait eu de quoi l’inquiéter brièvement, avant de le calmer tout aussi vite. A quoi pouvait-il s’attendre ? Du désordre ? Des dossiers qui traînent à droite à gauche ? C’était un moindre mal étant donné que le cabinet marchait suffisamment bien pour ça. Et en passant la porte d’entrée, un peu en retard sur l’heure qu’il s’était fixé, Matt était sans doute bien en deçà de la réalité. Ce ne fut cependant pas son premier réflexe :

Gabriel, Keith, les salua-t-il avec un air avenant, en s’approchant déjà des bureaux qu’ils habitaient depuis le temps : Content de vous revoir…
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Keith Ferell
More about you :

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
5 / 55 / 5
Maitrise :
0 / 50 / 5
Messages : 1230
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The devil you know   Ven 15 Mar - 14:21


The devil you know
Sourcils froncés, Keith regarda aux alentours. Pièce noirci par l’intensité des flammes passées. Endroit saccagé par endroit tout ça parce que. Une semaine plus tôt. Gabriel n’avait pas su contrôler son pouvoir, le répandant au sein même de son propre bureau. Rideau dévoré par un trou béant. Dossiers calcinés, laissant une absence sur son étagère à demi renversée. Non. Cet enculé n’y était pas allé de main morte cette fois. Non pas par désir de vengeance, ou d’une colère quelconque mais bien par étonnement quand le brun, dévoré par une culpabilité saillante, lui avait simplement demandé de l’aider. De lui prêter main forte pour ne pas sombrer davantage, tant sa colère, sa souffrance était si dense à présent.
- Bordel…

Un juron s’échappant de ses lèvres pincées. Un soupir, suivi de près par un grognement sourd, rageur quand le souvenir de ce jour lui revint en mémoire. Oui. Pour le coup, ils avaient eu chaud. Dans tous les sens du terme. Le corps tendu, crispé, le jeune avocat passa une main fébrile sur sa nuque puis dans ses cheveux, les repoussant nerveusement en arrière.
- Je te retiens Gabriel. Merci d’avoir cramé mon bureau, vraiment. On est censé dire quoi à Matt hein? Quand il reviendra? Putain.

Parler tout seul pour mieux contrôler sa colère. Sa rage et sa panique intérieure. Par ailleurs, comment cela avait-il pu déraper autant? Tout ça parce que Keith, propulsé par ses nerfs à vif, avait décidé sur un coup de tête de poser sa démission. Tout ça parce que tout les deux. Lui et Lighter. S’étaient rendu compte que chacun avait retrouvé ses souvenirs et que leur passé, leur revenait alors perfidement en pleine figure. Tout ça…Tout ça parce qu’ils étaient deux crétins finis, incapable de rester dans une même pièce l’un et l’autre sans qu’un drame ne leur tombe dessus. Pour une fois qu’ils ne se battaient pas en plus. A croire que le destin s’acharnaient sur ces deux êtres, blessés, tiraillés, foudroyés par un passé commun. Un lien indestructible.
- Raf. Quand je pense qu’il revient aujourd’hui en plus. On est clairement dans la merde là.

Non désireux d’y repenser maintenant, le brun lâcha un unième grognement avant de laisser tomber ses bras le long de son corps. Heureusement, ils avaient réussi à inventer une histoire à dormir debout quand Foggy était venu voir l’ampleur des dégâts. Ils n’avaient pas le choix de toute façon. Ils n’allaient pas lui dire clairement ce qui s’était passé alors que Gabriel serait immédiatement considéré comme émergé, le mettant en danger dans cette société, où ce mot attisait suffisamment la haine d’autrui. Il n’avait pas besoin de ça. Et même s’il tenait à garder ça pour lui, à ne pas se l’avouer surtout, Keith voulait protéger Gabriel rien que pour leur amitié passé, ou leur rancœur dévastatrice. Au choix.

Ainsi les secondes passèrent. Les minutes défilèrent sur la grande horloge tout à côté. Ce fut seulement quand la porte s’ouvrit dans les couloirs que le grand brun releva la tête, sur le qui-vive. Une voix. Celle qu’il reconnaissait entre milles. Déglutissant toujours plus, le jeune avocat se hâta de ranger tout ce qu’il pouvait à sa portée avant de sortir enfin de son bureau, légèrement haletant, se trouvant face à un Gabriel, tout aussi stressé que lui apparemment.
- Matthew ! Ca fais plaisir de te revoir aussi.

Sourire crispé. Main qui se ferme, agrippe la poignée pour refermer la porte discrètement. Ne surtout rien laisser paraître. Le saluer, faire mine que tout va bien dans le meilleur des mondes et leur patron ne verra rien. Tel était le plan désormais. Non sans accorder un regard pénétrant à son collègue pour l’inviter silencieusement à prendre sa place devant la porte, Keith prit une légère inspiration et toussota, reprenant de plus belle :
- On ne t’attendais pas si tôt. Ton voyage s’est bien passé?

L’éloigner de son bureau. L'entraîner vers la machine à café pour permettre à Gabriel de défendre le dit lieu légèrement cramé. Priant intérieurement de ne pas aussi se retrouver confronter à un arc des plus volage, apparaissant et disparaissant à sa guise derrière son dos, le jeune avocat essaya de contenir son stress en tapotant légèrement l’épaule de son supérieur.
- Un café peut-être?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Mutant

Gabriel J. Hobbs
More about you :
a récupéré toute sa mémoire et ses souvenirs - était un junkie dans son ancienne vie, doublé d'un criminel qui faisait payer ses services - a une mère violente et estime que c'est de sa faute s'il a mal tourné - travaille au cabinet Nelson & Murdock et commence à se faire une réputation - a réussi à échapper au radar de la garde rouge malgré la réapparition de ses pouvoirs - ne prend aucun parti sur l'île car il n'est pas concerné pour le moment.

Codename : Lighter
Pouvoirs : Pyrokinésie ► Gabriel a la faculté de créer du feu, par la pensée. Il doit cependant garder un contrôle constant sur sa "création" s'il ne veut perdre le contrôle.
Et parce que l'inverse serait sacrément ironique, il est insensible au feu et à la chaleur.
Emergence :
5 / 55 / 5
Maitrise :
5 / 55 / 5
Messages : 1303
DCs : Marc, Sean, Lorna, Lucy & Ben
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The devil you know   Sam 16 Mar - 14:46

The Devil You Know
There are things, I have done. There's a place, I have gone. There's a beast, And I let it run. Now it's runnin' my way. There are things, I regret.
Loué soit Amadeus. Si Gabriel avait des réserves à l’idée d’avoir le jeune homme en assistant - avoir un assistant déjà, dans quel monde ça aurait pu arriver ? - ces dernières se sont envolées à la vue de l’aide qu’il lui apporte. On sous-estime énormément l’importance d’avoir un hacker dans son entourage et Amadeus est utilise sur bien des plans. Il faut parfois le freiner pour l’empêcher de trop fouiner mais il fait le travail qu’on lui demande sans broncher. Et il est un colocataire agréable, malgré sa fâcheuse tendance à prendre toute la connexion internet. Si on demande à Gabriel pour quelle fichue raison il a proposé à Amadeus de vivre chez lui quelques temps, il serait incapable de répondre. La détresse du jeune homme, la sienne ? Le besoin d’avoir quelqu’un pour être certain de se tenir à carreaux ? Ou simplement par bonté d’âme ? Même Gabriel l’ignore. Même si, encore une fois, il avait des réserves, il est allé de bonne surprise en bonne surprise avec Amadeus, alors qu’il n’aime pas énormément qu’on bouscule son quotidien déjà assez bousculé comme ça. Tel un chat, Gabriel a des habitudes qu’il est difficile de changer. Cette cohabitation a demandé de l’adaptation. Mais ça marche pour lui mieux. Il est plongé dans ses dossiers, fuyant Keith comme la peste depuis quelques jours. Ce n’est pas de la faute de son collègue, cette fois-ci, loin de là. C’est de la sienne. Ils ont frôlés la catastrophe dans le bureau, l’autre jour. L’incendie qu’il a lui-même allumé a été maitrisé mais les dégâts sont visibles et il a été très difficile de le cacher à Foggy. Déjà parce que l’odeur de brûlé parvenait jusque dans le couloir, mais également parce que les traces noires sur un  mur blanc, ça tranche énormément. Sans compter les dossiers qui sont parti en fumée.

Il en est à un point où ça va devenir de plus en plus difficile pour lui de cacher sa vraie nature. Garder un contrôle permanent sur ses émotions est épuisant. Mais c’est le prix à payer pour maîtriser ses flammes et garder tout le monde sain et sauf. Il a même songé à démissionner mais ce serait l’hôpital qui se fout de la charité vu le discours qu’il a servi à Keith. La seule solution qu’il a trouvé pour ne pas se remettre à boire et ne pas paniquer à l’idée qu’on découvre ce qu’il est et que la Garde Rouge vienne le cueillir, c’est de se plonger plus intensément dans le travail. Allant jusqu’à dormir au bureau, comme le faisait Jennifer. En quelques jours, Gabriel a pris plus d’avance sur tous les dossiers qu’il doit traiter qu’il n’en a a jamais eu depuis qu’il travaille dans ce cabinet. Comme quoi, ça paye de pas rentrer chez soi. Mais il ne pourra pas fuir Keith indéfiniment. Ils ont toujours cette conversation de l’autre fois en suspens. C’est pour ça qu’il se trouve devant la porte, sur le point de frapper quelques coups et d’essuyer une remarque sanglante mais mérité de la part de son collègue. Il fige son geste en reconnaissant la voix de Foggy et celle de… Matthew. Matthew, qui rentre aujourd’hui. Gabriel a complètement oublié, avec tout ça. La joie qui l’habitait à l’idée de le revoir est remplacée par de la panique à l’idée que leur patron voit l’état du bureau de Keith. Au même instant, ce dernier ouvre la porte de la pièce. Dans le même état que lui. Ils sont dans la merde. Enfin, il est dans la merde. Keith lui a déjà couvert les fesses la dernière fois et il ne peut décemment pas lui demander de réitérer l’exploit.

« Hey, Matthew ! C’est bien, New York ? Tu dois avoir des tas de choses à raconter ! » lance Gabriel en même temps que Keith le dépasse en fermant la porte et salue l’avocat de retour à la maison. Leur regard se croise et pas besoin de plus pour qu’ils se comprennent. Rien n’oblige Keith a couvrir ses fesses une fois encore et pourtant, il le fait, sans demander davantage. Peut-être que même s’ils se détruisent mutuellement, ils sont quand même capable de s’entraider. S’entraider sans que quelqu’un ne meurt, bien sûr. Gabriel se place devant la porte du bureau de son collègue avec un grand sourire, prenant une posture assurée. Le regard inquisiteur de Foggy se pose sur lui et si le brun tente de ne rien laisser paraître, il n’en mène pas large. Il rebondit sur la perche lancée par Keith d’une voix faussement enjouée. « Amadeus a remplacé la vieille cafetière par une autre plus performante, aha. Le café est bien meilleur depuis ! »

___

Heat rises and blood falls. Eyes blinded, hope seems gone but we'll make it out alive. We're caught in the fire and it burns right through the bones. We're down to the wire. No it won't leave us alone. Oh it haunts our days, and the fear won't fade. Feeling swallowed by the smoke.  ▬ We're caught in the fire but we'll make it out alive.
Revenir en haut Aller en bas

Humain modifié

Matthew M. Murdock
More about you :

Avocat pénaliste redouté et redoutable. Fervent défenseur de la veuve et l'orphelin. A une dent contre la garde rouge. Drôle, rassurant, juste. Têtu, sec, adore avoir raison. Fait tout son possible pour aider son prochain. Ami avec Foggy depuis le début de ses études de droit. Son père, Jack Murdock, est un boxeur connu. Boxeur lui aussi. Raffole des pêches. Se rend souvent chez Josie, un bar où il a ses accès depuis le début de sa carrière pour avoir aidé la propriétaire.
Pouvoirs : Matthew n'est pas un mutant en tant que tel, ni vraiment un humain modifié. Il n'a pas de super pouvoirs, mais un « super » handicap. On peut appeler ça comme ça, quand on vient à ces extrémités, non ? Enfin, tout ça pour dire que l'homme est devenu aveugle quand il n'était encore qu'un adolescent, à cause d'un produit chimique qui lui a fait perdre ses yeux. Il peut voir certaines formes, mais rarement plus. Quoiqu'il en soit, ses autres sens se sont énormément développés pour compenser intégralement sa cécité. Il semblerait que le produit projeté dans ses yeux soient radioactif, et ait entraîné cette surcompensation.
Par exemple : Il peut sentir une personne à plus d'un mètre de lui, rien que par la chaleur qu'il dégage, tout comme percevoir son parfum ou son odeur de manière très précise. Son ouïe est capable de détecter un changement de pression acoustique d'un décibel, là où l'oreille humaine normale n'en a pas la possibilité. Ou encore, percevoir des saveurs même si celles-ci sont en quantité infime. Entendre des chuchotements derrière un mur insonorisé. Ses yeux endommagées fonctionnent toujours néanmoins, mais comme une sorte de sonar, à l'instar des chauve-souris.
Emergence :
1 / 51 / 5
Maitrise :
1 / 51 / 5
Messages : 52
DCs : Neena & Kara
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The devil you know   Hier à 18:24

Est-ce que c’était toujours aussi étrange de revenir à un endroit qu’on avait laissé, ni par envie ni par obligation, quelques années après ? En pensant y retrouver tout à la même place, tout ça pour se rendre compte qu’en fait, tout était définitivement différent. La sensation qui habitait Matthew actuellement était indéfinissable à vrai dire, et malgré la bonne humeur affichée de Keith et Gabriel, l’homme ne put s’empêcher d’échanger un regard avec Foggy, comme s’il l’appelait au secours, comme s’il cherchait à trouver un peu de courage qui lui manquait.

Il fut cependant contraint de se plier à ce que l’usage impliquait, à savoir se montrer aimable, répondre aux questions, être volontaire et avenant envers les siens, surtout ceux qui faisaient l’effort de l’accueillir chez lui. Dans sa maison, visiblement encore en bon état. Bien sûr, Matt n’avait pas fait le tour de tout ça, mais il s’était imaginé un lieu bien plus désordonné après les confessions de son meilleur ami dans la voiture. La surprise s’avéra donc bonne à ce sujet, comme si au bout du compte, ça n’était peut-être pas aussi terrible que son esprit l’avait envisagé.

Il a été agréable, ouais, répondit-il à Keith avec un grand sourire. Foggy voulait que je prenne quelques jours pour me remettre du décalage horaire, mais ça allait alors c’était pas nécessaire.
Vous voyez, il n’a pas changé à New York, toujours aussi bourru de boulot, commenta Foggy avec humour en se délestant de ses affaires et en avançant d’un pas conquérant vers son propre bureau.

Et puis, il avait hâte aussi de revenir. De retrouver l’odeur de ses vieux dossiers, de se dire qu’il pouvait reprendre un quotidien enviable. D’affuter ses armes, ses arguments, et de repartir à l’assaut judiciaire de la garde rouge au passage pourquoi pas. Ça n’était qu’une question de jours de toute façon avant qu’il se replonge sur ce dossier précisément, et qu’il rattrape au passage tout ce qu’il avait manqué ici.

Ils furent donc rapidement tous trois, et Matt eut l’occasion de poser un œil fatigué sur Keith et Gabriel. Ils avaient changé, oui. Mais il ne sut dire en quoi, comme si ses souvenirs à leurs sujets étaient lointains. Finalement, son instinct le fit tilter sur autre chose. Il n’avait pas souvent qu’ils aient un jour été… Aussi joyeux au sujet du café.

Une nouvelle cafetière ? S’enquit-il soudainement en fronçant les sourcils. Ça changerait probablement des allers-retours de Gabriel pour nourrir sa supérieure en café chez le starbucks du coin. Une bonne initiative. Oui, oui pourquoi pas, répondit-il, troublé par l’enthousiasme de ses deux collaborateurs à ce sujet.

Troublé oui. Par le manège qui se préparait doucement, par l’orchestre qu’ils sortaient tous deux. La demi-mesure n’était pas de rigueur, et c’était étrange. Mais Matthew ne se voyait pas attaquer de front à peine la porte passée.

On a le temps de discuter de New York plus tard, j’ai beaucoup plus de choses à rattraper sur l’ambiance d’ici, vous pensez pas ? Fit-il avec une pointe d’humour, en laissant à Gabriel l’occasion d’user le fonctionnement de la fameuse machine à café. Comment ça se passe ? Le cabinet n’est pas réduit en cendre, j’imagine que vous avez su survivre sans moi, plaisanta-t-il avec un grand sourire.

Une petite boutade au passage, donc.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The devil you know   

Revenir en haut Aller en bas
The devil you know
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Devil's food Cake
» Release de Devil Beside You - 18/20
» Release de Devil Beside You - 19/20
» Devil Story - Il était une fois le Diable
» Release de Devil Beside You - 16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: HAMMER BAY :: Centre-ville :: Nelson & Murdock-
Sauter vers: