Partagez | 
 

 Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Dim 10 Juil - 19:32



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Lorna était sortie aujourd’hui. Elle n’avait d’ailleurs prévenue personne de son escapade même si elle savait que bon nombre de personnes savaient où elle se trouvait. Mais bon, s’était l’intention qui comptait. Elle n’aimait pas être suivie par un agent et encore moins protégée. Enfin, il fallait parfois qu’elle soit protégé mais pas maintenant et pas aujourd’hui. Parce qu’une sortie au parc ne devait pas provoquer la levée des bouclier. Même si une bombe avait récemment explosé au centre commerciale et beaucoup de truc c’était passé depuis quelques semaines. Même si une partie de son esprit savait que c’était quand même plus prudent, mais l’autre partie voulait aussi ne pas être suivie et protégée. Une personne normale quoi. Même si elle était la dernière des filles Lehnsherr. C’est d’ailleurs principalement pour cela qu’elle était allé à l’Université. Papa Erik n’avait pas vraiment été d’accord de la branche qu’elle avait choisie mais elle ne lui avait pas vraiment laisser le choix. La  géophysique était quand même quelque chose qui la passionnait. Et elle n’avait besoin de personne pour aller à la fac et suivre les cours.

Comme elle n’avait besoin de personne pour sortir au parc pour faire ses devoirs au soleil. Alors certes, elle aurait pu le faire dans les jardins de la maison de Magnus mais c’était bien plus amusant de les faires dehors. Et puis bon, cela lui permettait aussi d’acheter une glace sur le chemin pour éviter de mourir de chaud. Parce l’été commençait clairement à pointer le bout de son nez. Alors certes, le temps était toujours un peu pluvieux par moment mais il y avait aussi les jours où il faisait chaud. Et nous étions dans un jour comme celui là. C’est pour cela que Lorna avait enfiler un short, une T-shirt, une veste en flanelle et des sandalettes. Pas vraiment la tenue protocolaire d’une princesse de Génocha. Mais bon, c’est comme ça qu’elle était et elle ne comptait pas vraiment changer. Du moins pas tout de suite. Peut-être un jour mais pas maintenant.

Elle s’était d’ailleurs installée un peu à l’écart, avait étaler la couverture qu’elle avait prise avec elle et avait également étaler ses livres un peu partout autour d’elle.  Elle aurait pu prendre son ordinateur pour travailler aussi mais elle préférait largement le papier pour faire ses devoirs. Bien plus de liberté et elle pouvait carrément dessiné dans les marges quand ses pensées partaient plus loin que ses cours.

Elle était d’ailleurs dans ses révisions quand quelques choses lui tomba dessus pour venir s’accrocher dans ses cheveux. Elle se débattit pendant quelques secondes avant que le petit animal qui venait de l’attaquer ne la laisse tranquille pour tomber sur la couverture. Et c’est à ce moment qu’elle découvrit que l’animal qui l’avait attaqué était un écureuil. Sa bouche s’ouvrit sous la surprise parce que c’était quand même rare avant de sourire. Le petit animal était resté devant elle.

- Salut toi…, souffla-t-elle doucement pour ne pas l’effrayer.

Elle n’était pas quelqu’un qui faisait mal aux animaux, elle était même d’ailleurs amoureuse de nombreuses espèces et c’était assez rare qu’elle soit en face d’un écureuil.  


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Mer 13 Juil - 23:11



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Il y avait de ces belles journées où le destin semblait être de votre côté. Il y avait de ses journées où le destin semblait vous être suffisamment favorable pour vous permettre de belles rencontres. De magnifiques rencontres mêmes qui, parfois, en arrivent à changer votre vie. Et par changement, j'entends radical et complet. Le genre de rencontre qui vous transformerait et ce, de manière irréversible. Le destin, pour ne rien vous cacher, notre cher Abel n'y croyait pas vraiment, tout comme l'existence d'un quelconque dieu, quel qu'il soit, jugeant de son piédestal céleste les pauvres mortels que nous sommes. Non, la seule divinité, si on peut la nommer ainsi, qu'il voulait bien reconnaître était bien évidement Dame Nature et tous ses bienfaits. Que cela soit la faune, la flore ou tout ce qui fait de la création terrestre une chose magnifique et inimitable. Il n'y avait certes pas de présence céleste derrière tout ça – de son point de vue toujours – mais, la nature elle-même semblait disposer d'une certaine âme et volonté de son avis, qui rendait le tout absolument subjuguant.

Pour en revenir aux rencontres, il fallait bien admettre que notre cher vétérinaire n'était guère doué pour le relationnel. Hormis quelques amis d'enfance et sa famille, rares étaient les gens avec qui il pouvait discuter sans le moindre problème, sans la moindre gène, sans la moindre hésitation, sans se demander encore et encore s'il faisait la bonne chose. Oui, notre homme avait quelques problèmes sociaux avec les Hommes. Pour ne rien vous cacher, il avait toujours préféré la présence animale, qui lui avait toujours semblé plus simple à comprendre, à appréhender et avec laquelle communiquer. C'est pour cela qu'il finit vétérinaire, tout simplement, pour aider et rencontrer de nombreux nouveaux animaux, chaque jours qui passaient. Leur parler était si simple, tout comme comprendre ce qu'ils avaient derrière la tête. C'est d'ailleurs ce qui créa un lien indéfectible entre lui et Buggles, son petit écureuil volant qu'il avait soigné, un beau jour, avant qu'il ne veuille jamais se séparer de son nouveau maître. Bien entendu, notre cher Abel ne pouvait guère imaginer posséder de quelconques pouvoirs druidiques, ou du moins ce qu'il en restait. Comment le pouvait-il après tout ? Dans ce monde où les mutants n'existaient que peu et dont seules quelques folles rumeurs avaient éclatés ça et là, rapidement endiguées par la Garde Rouge. Il se pensait juste être naturellement doué pour la chose, tout simplement.

Ainsi, en compagnie de son partenaire qui tenait sans problème dans une de ses poches, l'inhumain se plaisait à visiter divers parcs afin de le laisser gambader dans tous les sens, rencontrer quelques uns de ses confrères qui, comprenaient bien rapidement que dans les poches d'Abel se cachaient bien des trésors pour eux, ou encore pour planer librement dans de grands espaces. Il aimait bien ça, planer. Certes, il ne faisait pas toujours attention où il allait, ni où il se dirigeait mais, il aimait ça. D'autant plus que, peureux comme il était, lorsqu'il rentrait dans une personne, il courrait à toute vitesse se réfugier dans les cheveux où la poche d'Abel, le laissant s'expliquer avec sa victime qui, la plupart du temps était simplement attendrie par le petit rongeur. Fait étrange à constater, notre petit Buggles appréciait grandement, pour une raison inconnue, s'amuser dans les cheveux de diverses demoiselles, ce qui, mettait encore plus dans l’embarras notre ami. Cela créa d'ailleurs quelques rencontres sympathiques, mais, nous y reviendront plus tard. Il avait d'ailleurs une certaine attirance pour les rouquines, sans doutes cela lui rappellait-il le pelage de ses congénères, Abel n'a jamais vraiment su.

Donc, pour en revenir à ces fameuses rencontres, une fois de plus, ce fut grâce à Buggles que l'une d'entre elle arriva, dans un de ses fameux parcs. Le petit rongeur s'était éloigné joyeusement de son maître pour grimper dans un arbre et planer tout aussi heureux, jusqu'à tomber dans les cheveux d'une jeune femme. Plus jeune qu'Abel d'une poignée d'années semblait-il, en pleine révisions ou travail ou je ne sais quoi encore. Étrangement, cette jeune femme disposait de cheveux tirant sur le bruns, ce qui n'attirait, en général, pas l'attention du mammifère. L'inconnue sembla vouloir se débattre, avant de se montrer des plus chaleureuses avec l'intrus, ce qui rassura étrangement Abel. Ce qui le perturba, cependant, ce fut que son ami ne tente pas de s'enfuir après avoir été pris en flagrant délit. Pourquoi donc ? Abel ne réussit jamais vraiment à l'expliquer.

Lorsqu'il arriva enfin sur les lieux du crime, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que l'inconnue, qui était en fait une belle inconnue, n'était en réalité pas une inconnue, bien que toujours belle. C'est bon, vous arrivez à suivre ? La jeune femme donc, était une princesse. La princesse Lorna, ce qui le mit dans un état assez peu enviable et, ne sachant quoi faire, s'inclina simplement respectueusement devant elle en prenant maladroitement la parole. « Je m'excuse de l'intrusion de mon compagnon, je … Ça ne … Ne se re … Recommencera … Ne se reproduira plus. Princesse ? Heu … Altesse ? V … Votre majesté ? Je … Je suis désolé je … N'ai jamais vraiment pensé … Espéré … Pouvoir rencontrer une personne de … Votre famille je … Je … Je ne connais pas le protocole de … Désolé. » A moitié paniqué par tout cela, il eut la porte de sortie la plus facile possible, en parlant tout simplement au petit écureuil qui continuait à fixer la jeune femme avec attention. « Buggles, allez, excuses toi. ». Timidement, l'animal baissa la tête, à moitié honteux de ce qu'il faisait de faire, avant de se faire reprendre par son maître. « Mieux que ça Buggles, c'est une princesse. Comme je t'ai appris, la bonne façon. » Se retournant vers son maître, le petit rongeur pencha la tête sur le côté, tandis que son maître insistait pour qu'il le fasse. Résigné, la petite boule de poil se retourna de nouveau vers la princesse pour effectuer une sorte de révérence, de la meilleure façon que son corps lui permettait de faire, sous le sourire bienveillant de son propriétaire. Suite à quoi, ses petits yeux noirs finirent par se fixer vers Abel, comme pour lui demander quelque chose. Comme si un lien étrange les unissait, notre ami sembla comprendre directement de quoi il s'agissait et, toujours avec une certaine nervosité, il reprit la parole pour s'adresser à la princesse. « Je … Je suis désolé mais … Il est très … Têtu, peureux et … Presque paranoïaque. Il … Aimerait vous … Enfin se … Se frotter le museau contre votre joue pour … afin de … D'être certain que vous ne lui en vouliez pas. Mais je … Je doute fort que c'est le genre de choses que l'on peut demander à une personne de … De votre rang. En plus vous étiez occupée. Je … Je suis vraiment désolé pour cette interruption, votre altesse. Je suis vraiment peu doué pour le protocole, je m'en excuse, terriblement. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Jeu 14 Juil - 22:45



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Lorna aimait beaucoup les animaux. Comme elle aimait d’ailleurs beaucoup la planète. Elle était d’ailleurs actrice dans la préservation de la planète. Ces études l’ayant d’ailleurs beaucoup aider même si cela n’était pas vraiment un domaine pour la sauvegarde de la planète. Lorna était d’ailleurs quelqu’un d’assez douce avec les animaux et ses derniers lui apportaient beaucoup de réconfort par moment. Même si elle n’en avait pas à la maison, Lorna trouvait toujours un moyen d’en rencontrer. Et c’était toujours un moment assez agréable. Cependant, elle n’avait jamais vraiment côtoyer d’écureuil auparavant et elle s’était encore moins fait attaquer par l’un deux. C’était donc une grande première pour elle qui voyait un écureil de prêt pour la première fois. Elle arrivait toujours à en voir dans les arbres quand elle se concentrait sur ces derniers mais jamais l’un deux n’étaient venus aussi prêt d’elle. C’est d’ailleurs pour cela qu’un sourire était accroché assez fortement à ses lèvres alors que le petit animal se trouvait toujours devant elle.

Puis une voix se fit entendre au dessus d’elle et elle leva les yeux pour en connaître la source. Un jeune homme se trouvait donc là, devant elle et ne faisait que bagayait sans savoir comment s’adresser à elle. C’était assez courant de voir ce genre de chose parce que tout le monde reconnaissait son visage mais aussi parce qu’on ne l’attendait pas vraiment dans les endroits où elle se trouvait. Elle n’était pas comme Pietro où Wanda qui avaient tous les deux beaucoup plus de responsabilités et elle prenait un peu plus de liberté que ses aines. Même si cela ne plaisait pas forcément à son père ou à son frère. Elle n’était que dernière dans la ligne de succession et n’avait aucune chance de monter sur le trône un jour. Elle avait beau être princesse, en porter le titre et habiter dans la maison de Magnus, elle n’était pas faire pour gouverner quoi que se soit. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle s’était inscrite à l’université. Si elle n’était pas faire pour le trône, elle était faite pour les études et la géophysique. C’était d’ailleurs ce qu’elle était en train de faire avant que la petite bête de lui saute dessus et que son maître -apparemment- ne s’excuse en parlant beaucoup trop pour cela.

Elle connaissait la réaction pour l’avoir déjà entendu des centaines de fois. Ils ne savaient pas comment l’appeler, s’il devait la saluer ou non, lui adresser la parole. Parfois, quand elle s’adressait à eux, Lorna voyait littéralement les gens d’arrêter de penser comme s’ils ne comprenaient pas comment elle pouvait s’adresser à eux. Et cela la faisait doucement sourire. Parce oui, c’était une princesse mais c’était également un être humain qui n’était pas régit seulement par son titre. Sa vie ne se résumait pas vraiment à des contacts professionnels avec les gens. Et c’était une bonne chose parce qu’avec son tempérament, Lorna deviendrait vite folle. Mais ces réactions était toujours une source d’amusement pour elle.  Elle ne se moquait pas véritablement des personnes qu’elle avait devant elle mais c’était plus la situation récurrente qui la faisait sourire. Elle se demandait parfois si cela allait un jour s’arrêter ou non. Elle en connaissait d’ailleurs la réponse parce que bon, fallait pas pousser mémé dans les orties, elle garderait son titre toute sa vie. Mais quand même, elle espérait qu’un jour les gens comprennent qu’elle était la princesse gentille. Elle laissait le rôle du méchant à Papa Erik et à Pietro, cela leur allait très bien. Enfin, elle pouvait l’être d’ailleurs. Comme tout le monde mais ses colères étaient assez impressionnantes puisque rares. Elle savait d’ailleurs que son père la surveillait de près par rapport à ça et elle préférait faire profil bas et magouiller ses trucs dans son coin pour que tout se passe pour le mieux.

- S’il faut choisir entre l’un des termes que vous avez cités, je choisirais “Princesse” Monsieur, déclara-t-elle alors calmement alors que le jeune homme semblait mal à l’aise devant elle. Et le protocole voudrait que vous vous mettiez à ma hauteur pour me parler, continua-t-elle en virant le sourire qu’elle avait sur les lèvres pour devenir un peu plus sérieuse pendant quelques secondes avant de reprendre. Je rigole. Respirez.  Restez comme vous êtes, vous vous tenez très bien.

Oui, Lorna se moquait un peu de lui. Mais c’était gentil et le sourire qu’elle avait fait réapparaître sur ses lèvres prouvait qu’elle ne voulait pas de mal au jeune homme qui se trouvait devant elle. Elle se redressa d’ailleurs un peu, pour se mettre sur les genoux alors que l’inconnu commençait à parler à son petit animal.  Surprise, la jeune femme haussa un sourcil sous les mots du jeune homme avant de baisser les yeux vers le dénommé Buggles. Ce dernier inclina la tête comme s’il s’excusait véritablement et Lorna ouvrit la bouche sous la surprise. Elle n’avait jamais vu ça sur un si petit animal et était carrément impressionnée. Elle avait vraiment l’impression que le jeune homme communiquait vraiment avec l’animal et Lorna savait que ses yeux s’étaient écarquillées sous la surprise. Elle passait son regard du jeune homme au petit animal avant que la voix du jeune homme ne s’adresse de nouveau à lui.

La demande était vraiment bizarre mais ce qu’elle venait de voir aussi alors vraiment, la surprise était déjà là. Mais l’homme n’avait pas l’air méchant, il avait juste l’air embêté de ce qui s’était passé et l’animal avait l’air tellement mignon…

- C’est… impressionnant ce que vous faites avec cet animal, commença-t-elle alors avec un sourire doux sur les lèvres. Je n’ai jamais rien vu de tel. Surtout avec un animal aussi mignon. Franchement, si vous avez un secret, je veux le connaître, plaisanta-t-il ensuite avant de reposer ses yeux sur le petit animal. Je t’en veux pas tu sais, c’est pas grave, c’est juste des cheveux, dit-elle en s’adressant au petit animal qui se trouvait toujours devant elle même si elle trouvait ça bizarre.

Cela sembla déclencher quelque chose chez le petit animal qui sauta sur ses genoux et monta jusqu’à sa joue avant de se frotter contre cette dernière avant de redescendre. La princesse rigola un peu avant de s’adresser de nouveau au maître qui se trouvait toujours devant lui.

- Ne vous inquiétez pas pour mon rang Monsieur. Ni pour ce que j’étais en train de faire. Rencontrer un animal comme le votre est bien plus intéressant que des cours de physique, sourit-elle doucement avant de reprendre. Et laissez donc le protocole dans les livres, il ne vous servira à rien ici, termina Lorna en agrandissant son sourire.  


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Sam 16 Juil - 2:34



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Si un jour on avait dit à Abel qu'il côtoierait une princesse, qu'il pouvait lui parler, seul à seul, se tenir devant elle sans le moindre problème et que Buggles pourrait jouer dans ses cheveux sans la moindre crainte, il vous aurait pris pour un fou. Du moins, après Genosha. Bien évidement, avant cela, notre cher Savage avait côtoyé de très près des membres de la famille royale d'Atillan. En effet, il fut formé pour devenir membre de la garde royale, afin de les protéger d'éventuels dangers. Cela ne le passionna jamais vraiment mais, ce métier était une sorte de tradition familiale alors, le garçon suivit tout simplement le chemin qu'avait tracé son père pour lui. Suite à cela, vous le savez certainement, il a fuit durant quelques années en compagnie de la princesse inhumaine, Crystalia, dont il veilla sur elle à chaque instant pour lui éviter que quoi que ce soit n'arrive. Bien entendu, tout deux finirent par se lier suffisamment pour les qualifier de proches, voire même d'inséparables. Leur liens demeurèrent assez semblable suite au sortilège de Wanda, proches et inséparables, tout en étant égaux, cette fois-ci. Alors oui, traiter avec des personnages d'une quelconque lignée royale, notre cher Abel en avait l'habitude, tout comme son petit Buggles qui, avait appris à bien se comporter en leur présence, tout comme à les saluer comme il se le devait par une belle révérence, mise au point après de nombreuses heures de pratiques. Malheureusement pour notre ami druide, il ne disposait pas du moindre souvenir de sa vie antérieure, ce qui ne pourrait le laisser que l’embarras lorsqu'il en viendrait à rencontrer une princesse ou une quelconque reine.

Malheureusement pour lui, une fois de plus, le destin – bien qu'il n'y croyait que trop peu – savait se montrait taquin et, décida bien contre son gré, de mettre une princesse sur son chemin un beau jour. Princesse qu'il n'avait jamais vraiment pensé rencontrer un jour, ni même espérer croiser. Pour ne rien vous cacher, ce qui se passait sur l'île ne le préoccupait pas plus que ça, pour ne pas dire absolument pas. Tout ce qui l'intéressait était la vie animale et végétale de l'endroit, ni plus, ni moins. Malgré tout, sans en avoir conscience, notre homme s'était bien entendu forgé une opinion sur la dite famille royale. Il se les imaginait comme n'importe quel gosse de riches un peu trop chouchouté et couvé, à savoir casse-bonbon, hautain, capricieux, blasé et surtout, détestable. Son histoire lui avait déjà prouvé le contraire. Ayant rencontré le prince Pietro, grâce, à Kitty, il apprit que tous n'étaient pas comme ça. Même si, la raison de leur rencontre ne lui avait fait guère plaisir, il s'était avéré que, l'homme était bien loin de ce qu'il avait pu s'imaginer. Il s'avéra que, la princesse Lorna lui laissa une première bonne impression. Avant même qu'ils se mirent à parler, ou même à croiser leur regards, il avait pu se dire qu'elle n'était pas comme ça. Il n'y avait qu'à voir son sourire, si doux, si chaleureux, si vrai, suite à la présence de Buggles. Comment quelqu'un aimant les animaux et ayant un tel sourire pourrait être méchant ?

Cela dit, malgré la bonté et la grandeur d'âme qui semblait habiter la jeune princesse, celle-ci semblait aussi disposer d'une certaine malice qui n'attendait qu'une ouverture pour se dévoiler aux yeux du monde. En effet, face au manque d'assurance de son interlocuteur mais surtout face à son hésitation sur l'utilisation du protocole, la charmante demoiselle vit là une opportunité de rire légèrement, tout en, très certainement, brisant délicatement la glace. Sans doutes aussi son but était de détendre le nouvel arrivant mais, en premier lieu, elle lui expliqua calmement que s'il devait la nommer d'une façon particulière, princesse serait suffisant, avant de lui rappeler que, selon le protocole, il devait se tenir à sa hauteur pour lui parler. Ne connaissant guère les us et coutumes de la cours et, pour ne pas se faire arrêter ou punir pour une violation d'un quelconque code, notre ami s'apprêta à s'agenouiller pour être à sa hauteur, avant qu'une pouffé de rire presque camouflé ne le ramène à la raison. Oui, elle se moquait doucement de lui, mais comment pouvait-on lui en vouloir ? Lui qui n'était en aucun cas doué pour le relationnel, se dévoiler ainsi à une princesse, comment ne pouvait-elle pas en rire ? Souriant cependant, chaleureusement, à ce qu'il venait de se passer, notre ami ne put cependant pas s'empêcher une petite remarque. « Ce n'est guère aimable de se moquer de l'un de vos sujets, princesse. Je ne suis déjà guère doué avec les gens alors, croiser quelqu'un de votre rang, je ne vous dis pas … Mais, je vous remercie de me permettre une telle … Familiarité ? Enfin, ce n'est pas le meilleur mot mais … C'est tout ce que j'ai, là, tout de suite. Le … Stress, sûrement. » Un sourire gêné, poursuivi de très près par un petit rire presque forcé vinrent ponctuer sa phrase, toujours loin d'être à l'aise dans ce genre de situation. C'était plus facile avec Pietro. Certes, il lui avait pris Kitty mais, ce n'était pas sa faute au final, c'était celle d'Abel, entièrement. De ça, il ne lui en avait jamais tenu rigueur et ne lui avait jamais fait un quelconque coup bas, ou voulu lui faire non. La facilité surtout, avec le prince, c'est que lui, au moins, n'était pas une charmante demoiselle avec un sourire éblouissant ce qui, en soit, facilitait grandement les choses.

Une chose était certaine, la princesse aimait les animaux, voire même les adorait. Le petit Buggles semblait lui avoir fait forte impression et, le voir baisser la tête puis, faire une esquisse de révérence sembla la surprendre au plus haut point. Après tout, qui donc aurait pu s'attendre à ce genre de choses ? Et … Qui d'autre en ce bas-monde était capable de faire faire ce genre de choses à un écureuil ? Squirell-Girl peut-être. Enfin, sûrement même, mais là n'est pas la question. Rares devaient être les dresseurs d'écureuils dans tous les cas. Rapidement, la belle complimenta son interlocuteur, qualifiant d'impressionnant ce dont il était capable, en tant qu'éleveur, avec un doux rire, ce qui le fit quelques peu rougir, ne le mettant que plus mal à l'aise. Rapidement, elle avoua n'avoir jamais rien vu de tel avec un petit animal si mignon avant de demander s'il avait un quelconque secret. Cependant, avant qu'il ne puisse répondre quoi que ce soit, le doux regard princier se tourna vers le petit rongeur pour lui expliquer que cela n'était pas grave et qu'il était tout pardonné. Heureux, L'écureuil se faufila jusqu'à la joue de la jeune femme pour se frotter le museau gaiement avant de redescendre en toute hâte sous le regard aimant de son maître. Cela sembla la faire rire, un bon point pour lui. « Allez Buggles, tu y as droit maintenant. » Sur ces mots, la petite boule de poils regarda l'inhumain quelques instants, comme s'il voulait être certain de ce qu'il venait d'entendre et, après un petit mouvement du menton de son protecteur, l'animal grimpa le long de sa jambe pour venir plonger dans une de ses poches et y ressortir, vainqueur et héroïque, avec une noisette, avant de venir se nicher entre deux mèches de cheveux de son ami, afin d'assister à la scène tout en grignotant son dû. « A dire vrai, je n'ai pas vraiment de secret je … J'ai un espèce de don avec les animaux je … Je les comprends et je … J'arrive comme à … Communiquer avec eux, sans … Le moindre mal depuis … Tout petit. Ça a toujours été instinctif. C'est un peu la même chose avec les plantes. Enfin vous … Vous allez me trouver bizarre hein mais … Je sais des choses sur les plantes que … Je n'ai jamais apprises, comme leur propriétés, leur façon de survivre et ce genre de choses. Je ne saurais l'expliquer mais c'est comme s'il y avait une … Une connexion entre la nature et moi. Je … Mes profs à l'université ont tous dit ne jamais avoir vu ça et … Il y en a même un qui a dit, en rigolant, que j'étais un élu de Dame Nature. Ou quelque chose comme ça. » Riant légèrement et, bien plus détendu que lors de son arrivée, son index vint caresser le crâne de son compagnon qui sembla apprécier le geste. « En plus de cela, Buggles est très intelligent, j'ai pu lui apprendre de nombreuses choses et, il est … Heureux d'apprendre des tours. Je crois qu'il aime bien aller narguer ses semblables après, ou je ne sais quoi. Et puis … Il aime bien attirer l'attention des femmes. La première chose qu'il a appris avec moi, il est allé le montrer directement à ma sœur. Je ne sais pas, l'instinct peut-être. » Comprenant sans mal que l'on parlait de lui, Buggles sortit un peu plus la tête des cheveux pour piailler joyeusement avant de continuer de grignoter.

Rapidement, la conversation revint au protocole mais aussi à la gêne occasionnée. Une fois de plus, la demoiselle tenta de rassurer son interlocuteur en lui proposant de ne pas se préoccuper de son rang ni de ce qu'elle faisait. Elle avoua se sentir plus intéressée par Buggles que par ses cours de physique, enfin, avec un doux sourire, elle termina sur le fait qu'il devait laisser le protocole de côté et que cela ne lui servira à rien en ce lieu, la chose sembla rassurer l'homme qui sourit délicatement, avant de revenir à la raison. « Je … C'est très agréable de votre part que de savoir cela mais … Ne risquez-vous pas de vous faire réprimander, ou encore d'avoir une mauvaise publicité si l'on apprend qu'un simple inconnu vous parlait d'égal à égal ? Je ne veux en aucun cas vous apporter de quelconques problèmes. » Souriant délicatement, une chose lui revint à l'esprit, ce qui finit par le faire s'accroupir non loin de la jeune femme pour lui faire tendre une main chaleureuse « Et, s'il vous plaît, ne m'appelez plus monsieur, j'ai l'impression d'être quarantenaire. Je m'appelle Abel, Abel Zahid. Comme cela, nous serons sur un pied d'égalité, quant aux présentations. D'ailleurs je … J'ignore comment l'on doit faire. Peut-on simplement se serrer la main ? Enfin je … Je suis désolé. J'essaie de passer outre et tout mais … Vous comprendrez que c'est … Compliqué. » Son regard chercha alors quelque chose pour détourner la conversation et, par magie, les livres entrouverts semblèrent être un bon moyen d'échapper aux tracas de cette étrange situation. « Ainsi donc, vous faites des études je … Je ne pensais pas qu'un membre de la famille royale pouvait avoir le choix sur celle-ci, je … Je me suis toujours dit qu'il y avait … Je ne sais pas, une éducation réglementaire à suivre ou quelque chose comme ça. Qu'est-ce que c'est ? Géo … Physique ? Géologie ? C'est un domaine intéressant je pense. Il y a tant de … De choses inconnues dans cette science. Je … J'ai toujours été attiré par ce qui était inconnu. Pouvoir imaginer ce que l'on ne connaît pas. Une des raisons pour laquelle la zoologie me passionne autant. Tout ce que l'on ne sait pas et qui n'attend que d'être découvert comme … Les animaux des profondeurs, nous ne sommes guère capable de savoir, comprendre ou même imaginer ce qui habite là-bas dedans et … Pardon, je … Je m'égare et … Je parle un peu trop » Un sourire gêné finit par affubler son visage, ne sachant quoi faire ni où se mettre. Décidément, il n'était pas fait pour le relationnel, soit il en faisait trop, soit pas assez, jamais de juste milieu.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Sam 16 Juil - 18:39



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Lorna avait été élevée comme une princesse. C’est à dire que Papa Erik avait mis un point d’honneur à lui inculquer toutes les choses à savoir sur l’île, sur les us et coutumes et sa manière de se comporter en public. Elle avait apprit tout cela avec une application sans nom. Parce que c’était quelque chose que son père faisait et que c’était des moments qu’il partageait tout les deux. Parce qu’il ne fallait toujours se fier à ce que l’on pouvait entendre sur la famille Lehnsherr et l’image qu’elle pouvait donner devant les caméras. Parce que c’était une famille comme les autres. Il y avait des conflits comme dans toutes les familles. Si ce n’est plus à cause des responsabilités qui reposaient sur les épaules de tout le monde. Et franchement, ce n’était pas la fête tout les jours. Il y avait des fois où Lorna évitait tout le monde pour éviter de se prendre la tête où pour éviter de crier pour tout et sur tout le monde. Surtout sur son paternel. Enfin, beaucoup moins maintenant parce qu’elle avait passé la phrase “Crise d’adolescence” difficile et parce qu’Erik n’était pas forcément le père aimant que tout le monde s’imaginait. Il était même plutôt froid avec sa progéniture et cela avait pesé sur Lorna pendant un temps. Les jumeaux étaient toujours fourrés ensemble, se comprenaient et Lorna était la petite dernière. Elle comprenait, il n’y avait pas de problème avec ça mais cela avait été un peu plus compliqué. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle s’était un peu révoltée lors de son adolescence.  Et elle avait l’impression que cela avait marché. Pas de beaucoup mais elle arrivait maintenant à passer un peu plus de temps avec son père sans qu’elle ne pense à faire un parricide. Cela se passait mieux maintenant.

Mais le fait qu’elle se soit révolté ne s’était pas arrêté à l’adolescence. Non, elle avait fait savoir qu’elle ne voulait pas passer son temps à la maison à se tourner les pouces et à suivre tout un tas de trucs qui ne l’intéressaient pas. C’est pour cela qu’un jour, Lorna avait prit son père entre quatre yeux un peu avant la fin du lycée. Elle lui avait dit qu’elle voulait faire des études. Et que cela ne serait pas des études de droit, de management où d’autres trucs dans le même genre. Il l’avait regardée, avait dit qu’il avait réfléchir. Mais Lorna lui avait dit qu’elle le ferait même sans son autorisation. Elle ne voulait pas que sa vie tourne uniquement autour de la Maison Magnus. Elle ne voulait pas de ça même si une grande partie de sa vie tournait évidement autour de cela. Alors le fait de se moquer gentiment des gens qu’elle rencontrait en dehors de ses fonctions de princesse était pour elle un moyen de montrer que le titre ne faisait pas tout. Elle ne voulait pas être seulement étiqueter “Princesse de Génosha intouchable et pas aimable”. C’est d’ailleurs ce qu’elle essayait de faire comprendre aux personnes qu’elle côtoyait à la Fac. C’était compliqué mais cela commençait à rentrer dans la tête de ses amis là bas. Elle n’en avait pas beaucoup, mais elle en avait et c’était cela qui comptait. Le fait de se moquer des personnes qu’elle pouvait avoir devant elle n’était pas méchant, il ne fallait pas que cela soit comprit ainsi.

- Ce n’est pas méchant, rassurez-vous. Vous n’êtes pas le seul qui ne sait pas comment s’adresser à moi et j’en rencontre tout les jours. C’est juste une manière pour moi de vous faire comprendre qu’il ne faut pas être à cheval sur les protocoles. Je suis une princesse, c’est mon titre, je suis née dans une bonne famille, dit-elle en faisait des gestes avec ses mains alors qu’elle parlait. Mais je ne suis pas seulement une princesse. Je suis aussi une étudiante. Et apparemment plus jeune que vous aussi. Alors laissez tomber le stress, je ne fais pas vous manger ou vous envoyez en prison parce que vous n’utilisez pas le bon terme en ma présence.

Le sourire qui s’était installé sur ses lèvres pendant sa tirade s’était agrandi avec la fin de sa phrase. Elle espérait sincèrement que le jeune homme se détende un peu. Elle ne voulait pas du tout le même mal à l’aise et elle allait même arrêter de se moquer de lui. Parce que les blagues les plus courtes étaient les meilleures. Elle posa ensuite son regard sur le petit animal qui venait de recevoir l’autorisation de faire quelque chose. Elle comprit seulement quand la petite tête de l’écureuil ressorti de la poche de son maître avec une noisette. Un rire sortit de ses lèvres alors que ses yeux passaient du petit animal au maître. Franchement, elle n’avait jamais vu ça. C’est énorme et franchement génial.

- C’est énorme, lança-t-elle alors en miroir avec ses pensées. Surtout avec un si petit animal. Vous avez un don, sourit-elle doucement. Je n’ai jamais eu d’animal de compagnie, même si on en avait à la maison. Alors que j’adore les animaux. Et vous voir faire ça, franchement c’est génial. Et puis Buggles a vraiment l’air très intelligent. Il est trop mignon.

Oui, Lorna pouvait carrément ressembler à une fille normale. Et c’est ce à quoi elle ressemblait maintenant en regardant la petit animal et son maître. Un sourire s’installa ensuite de nouveau sur ses lèvres alors qu’Abel reprenait la parole pour s’inquiéter du fait qu’elle aurait des problèmes ou non. Elle secoua la tête alors qu’elle reposait ses fesses sur la couverture pour répondre.

- Non, parce que c’est moi qui décide, expliqua-t-elle avec un sourire. Et puis je fais assez peur quand je le veux pour faire entendre ce que j’ai à dire, le sourire qui s’installa sur ses lèvres devint plus rictus que sourire alors qu’elle continuait à parler. Et puis, je préfère ça. Ne vous inquiétez pas pour moi.

Un rire s’échappa ensuite de ses lèvres, faisant disparaître le rictus alors qu’Abel se présentait à elle. Effectivement, “Monsieur” pouvait faire un peu vieux et Lorna comprenait tout à fait. Elle avait l’impression quand quelqu’un l’appelait “Altesse”.  Ce n’était pas quelque chose d’agréable.

- Je comprends tout à fait, ne vous inquiétez pas Abel, sourit-elle doucement avant de tendre sa main. Et serrons- nous la main, c’est tout à fait approprié.

Elle posa ensuite son regard sur les livres qui l’entouraient toujours et un sourire s’installa sur ses lèvres. Elle adorait ce qu’elle étudiait et pouvait passer des heures dans des bouquins. Elle en attrapa un qu’elle posa sur ses genoux pour s’occuper les mains avant de reprendre la parole.

- Il y a quelques règles à respecter, expliqua-t-elle doucement. Une éducation à avoir parce qu’on a pas le choix. Je connais tout ce qu’il faut savoir pour être une bonne membre de la famille royal mais j’avais envie de faire autre chose. Et la géophysique m’a toujours intéressé alors je me suis dis que j’allais faire ça. Cela n’a pas été facile de faire accepter mais bon, j’y suis maintenant. Et y a tellement de chose à découvrir. Comme avec les animaux des profondeurs par exemple. La géophysique est tellement large que je ne sais même pas où me placer. J’ai plein de chose qui m’intéresses mais j’ai pas encore décidé là où j’allais me poser, sourit-elle avant de montrer la place devant elle. Mais ne restez pas debout, j’vais me sentir mal après.  Asseyez-vous s’il vous plait, termina-t-elle en virant un nouveau livre pour lui faire de la place.

Elle ne voulait qu’il reste debout pendant tout la conversation parce que cela ne se faisait pas et qu’elle ne voulait pas marquer le fait qu’elle soit Princesse. Comme elle l’avait dit plus tôt, elle n’était pas que cela.  


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Dim 17 Juil - 21:24



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Lors de cette rencontre princière, Abel put se considérer comme chanceux d'être tombé sur la plus jeune de la famille. En effet, l'on racontait que sa grande sœur, la belle Wanda, était bien loin d'être aussi agréable et chaleureuse que celle-ci, bien que, en toute honnêteté, il n'avait entendu que peu de choses sur la petite dernière, ce qui expliquait sans mal la peur qui l'avait saisie dans les premiers instants. L'on racontait aussi que, le prince Pietro était du même acabit mais, pour l'avoir rencontré, notre homme savait très bien que cela était faux. S'il y avait cependant une personne que le vétérinaire redoutait un jour de rencontrer, il s'agissait bien évidement de leur paternel qui, rien qu'à son allure faisait froid dans le dos. Il fallait savoir que, contrairement à Buggles, l'inhumain n'était en rien peureux, mais, cet homme réussissait malgré tout à lui inspirer la crainte et, espérait donc ne jamais le croiser. Mieux encore, que ce dernier ne vienne jamais dans son établissement pour venir faire ausculter un quelconque animal. Quelle situation désastreuse cela pourrait être … Non, vraiment, Abel préférait ne pas y penser, jamais. Fort heureusement, la princesse Lorna semblait être humble, simple, gracieuse, chaleureuse et des plus agréable. Dès le départ, celle-ci sembla vouloir mettre notre ami à l'aise, bien qu'il ne le comprit guère sur le champ, ce qui finit, petit à petit par fonctionner. En effet, se moquant amicalement de lui, cela sembla rapidement donner le ton et, finit même par lui décrocher un petit sourire amusé. A dire vrai, la maison Magnus gardait en elle bien des surprises. « Je plaisantais, princesse. Enfin, je veux dire, il me semblait avoir deviné que vous plaisantiez. Du moins je … La suspectait. Cela dit même si je … Comment dire ? Même si je comprends votre point de vue il … Il vous faut vous mettre à notre place, simples habitants de cette île. Votre famille a fait beaucoup ici et, je pense que peu d'entre nous imaginent rencontrer l'un de vous, un jour. La gène ne peut qu'être présente et … Bien entendu, personne n'est préparé à cela et, je pense que rares sont ceux à savoir comment se comporter mais je … Ahem … Je vais essayer de me .. D'améliorer ma … Tenue, dirons-nous. »

Il essaierait, certes mais, notre homme avait beau dire tout ce qu'il voulait, la chose était bien plus facile à dire qu'à faire. Si la jeune princesse avait été une biche – bien que, sous certains points et, dans un certain langage, elle pouvait en être une – Abel aurait très certainement moins été ennuyé dans le choix de ces mots. Certains vous diront que c'était normal, car ça aurait été à un animal qu'il parlait mais, non. Après tout, si la jeune demoiselle fut surprise du talent de l'inconnu avec les animaux, ce n'était pas pour rien, plus qu'un véritable don, notre homme disposait d'un pouvoir particulier. Intimement lié à la nature et à tout ce qui y résidait. Même s'il ne comprenait pas cette particularité, notre homme était capable de communiquer, avec ses mots, avec n'importe quel animal et de se faire comprendre. C'est peut-être cette facilité d'ailleurs, qui le fit un peu trop se rapprocher de la faune, au détriment de l'être humain, ce qui finit par lui causer certains problèmes de sociabilité, comme il le prouvait si bien sur le moment.

Cela dit, l'ouverture d'esprit de son interlocutrice, sa douceur, sa bonté ainsi que ses nombreux sourires finirent par aider notre jeune ami à se calmer légèrement, respirer et trouver petit à petit ses mots, de façon plus ordonnés. En plus de cela, il fallait aussi compter sur l'aide de son compagnon animal qui semblait avoir un effet bienfaiteur sur la demoiselle qui, semblait charmée par la petite boule de poils. Après tout, qui ne le serait pas ? Une fois de plus, la princesse se montra impressionnée par ce dont l'homme était capable, le pensant posséder un quelconque don, ce qui n'était pas tout à fait faux donc, avant de préciser qu'elle avait toujours voulu posséder un animal de compagnie. Enfin, elle complimenta Buggles qui, heureux que l'on parle de lui avec de tels mots, se mit à piailler joyeusement vers sa nouvelle amie. Oui, il n'en fallait que peu à la petite boule de poils qui, soit dit en passant, pouvait lire bien plus facilement à travers les gens que son maître qui, de son côté, se contenta de sourire à tout cela. « Je … Merci. Cela dit je … Je ne vous cacherais pas que j'ai toujours eu plus de facilité à communiquer avec les animaux que … Que les gens. C'est sans doutes pour ça que j'arrive si facilement à me faire comprendre. Et … Vous auriez aimé avoir un animal en particulier ? Une espèce peut-être ? Enfin, je … Je ne sais pas, peut-être vous a-t-on interdit de disposer de votre propre animal ? Mais oui, vous avez raison, Buggles est un petit être exceptionnel. Je vous avouerai ne jamais avoir pensé un jour avoir un écureuil comme compagnon mais bon, il s'est un jour attaché à moi et n'a jamais voulu retourner dans son habitat naturel. Enfin, je pense qu'il est heureux avec moi. Hein ? T'en dis quoi toi ? » Tendant son index vers l'animal, ce dernier vint se frotter le museau contre celui-ci, montrant son affection, tout en piaillant, comme il en avait l'habitude, répondant positivement à la question qu'on venait de lui poser.

Rapidement, les présentations eurent lieu et, une simple poignée de main, tout ce qu'il y avait de plus banale eut lieu pour sceller cette rencontre. Oui, la princesse était pleine de surprise et à des lieux de ce qu'il avait pu imaginer. Si simple, si douce, si chaleureuse, avec tant de doux rires et de simples sourire qui égayaient sa journée. Oh, la princesse devait certainement avoir de nombreuses demande en mariage. Du moins, il le pensa sur le moment, s'imaginant que la famille royale devait fonctionner comme au Moyen-Âge, avec les mariages d'intérêts et tout le tralala. A vrai dire, il ne s'était jamais guère intéressé à la chose, ne s'était jamais vraiment pris de passion pour cela. Laissant cela de côté, notre ami écouta la princesse parler, au sujet de son éducation et de son choix de situation et surtout de branche d'études, le tout, avant de lui proposer de s'installer à ses côtés. Sa gène revint à son apogée tandis que la princesse s’affairait à débarrasser un coin de la couverture pour permettre à son interlocuteur de s'asseoir. Ne sachant guère où se mettre, il se contenta de s'asseoir timidement à l'autre bout de la couverture, priant – qui que ce soit - pour que personne ne les voit ainsi, afin que rien ne lui retombe dessus. Malgré tout, il tenta de répondre, calmement à tout cela. « Je … C'est … Ça a l'air compliqué comme vie. Je … Je veux dire princesse. Votre frère n'avait pas l'air de porter tout ce poids je … Oui, je ne l'ai peut-être pas précisé plus tôt mais … Je connais le prince Pietro. Je pense pas que l'on puisse se considérer comme amis mais … Nous nous entendons plutôt bien je dirais, on a même été à l'institut ensemble … Et … » Bien entendu, il préféra taire l'histoire avec Kitty qui, n'avait pas lieu d'être dans ce genre de conversation. « Et … Il n'avait pas l'air de supporter tout ce poids. En tout cas vous … Vous êtes courageuse pour avoir essayé d'imposer vos choix à votre père. Il a l'air … Enfin, excusez-moi, mais … Votre père a l'air quelques peu … Terrifiant. De … Dans tous les cas, c'est … Une bonne nouvelle, pour vous, que vous ayez pu imposer vos choix. Cela dit je … Je vous avouerai que, même si … J’apprécie ce genre de domaine, je … Vois assez mal les métiers qui en débouchent … Chercheur et … Et je ne sais pas trop à vrai dire. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Lun 25 Juil - 15:20



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Lorna ne pouvait qu'entrevoir ce que voulait dire Abel. Elle savait très bien que les habitants de la ville n'étaient pas habitués à voir un membre de la famille royale comme cela. Et c'était tout à leur honneur mais Lorna n'entrait pas réellement dans le moule. Du moins pas tout le temps. Elle avait conscience de ce que représentait la Maison Magnus sur Génosha. Elle avait conscience de tout cela mais parfois, quand elle en avait marre de se faire suivre à la trace par Thor, surprotégé par son frangin, elle avait juste envie d'être l'étudiante normale qui allait à la fac pour obtenir son diplôme. Mais bon, elle savait pertinemment que cela était illusoire. Elle était et resterait une des filles Lehnsheer et elle ne pourrait pas y couper. Pas qu'elle le veuille entièrement d'ailleurs parce qu'elle savait très bien en jouer quand cela allait dans son intérêt.

- Je comprends, répondit-elle alors. Je dois aussi avouer que j’ai un peu de mal à savoir ce que les gens peuvent ressentir. C’est difficile à appréhender pour moi, avoua-t-elle avec un haussement d’épaule. Mais j’essaye parfois. Vraiment, j’vous jure, rigola la brune en secouant la tête.

Le « parfois » de la phrase était important. Lorna n’essayait pas de comprendre avec tout le monde. Parfois, elle se montrait juste sous le jour de la princesse de Genosha. Parce que les gens ne lui paraissaient pas sincère, parce qu’elle avait besoin de quelques choses ou bien parce qu’elle n’était pas véritablement bien réveillée. Mais aujourd’hui, ce n’était pas le cas. Elle ne s’était pas levée du pied gauche et l’attitude du jeune homme n’était pas offensante où quoi que ce soit d’autre d’ailleurs. Et puis il était en bonne compagnie alors cela allégeait tout.

- Et votre tenue est bien, rajouta la princesse. Ne vous inquiétez pas, vous n’avez rien fait de mal.

La phrase était accompagnée d’un sourire assez large. Pour l’instant, Lorna n’avait rien à redire et même si cela avait le cas, elle n’était pas certaine qu’elle aurait ouvert sa bouche. Pas pour si peu de chose. Comme elle l’avait dit plus tôt, elle essayait et elle essayait aussi de ne pas être à cheval sur les protocoles. Parce que si elle l’était, se faire des amis allaient devenir assez compliqué. Son frère et sa sœur en avait mais cela avait mis un peu plus de temps pour Lorna pour sortir de la maison Magnus. Mais maintenant qu’elle avait un pied dehors, elle comptait en profiter. Même si cela était parfois un peu compliqué pour elle.

Le sourire qu’elle avait sur les lèvres resta sur son visage alors qu’Abel continuait de parler de son petit compagnon et elle posa ensuite son regard sur l’animal. De ce qu’elle se souvenait, Lorna n’avait jamais vu une connexion aussi forte entre un homme et un animal. C’était d’ailleurs assez beau et rigolo à voir. Elle aimait beaucoup les animaux. Elle n’avait pas une facilité comme celle d’Abel mais elle s’en sortait pas trop mal quand même. Enfin, de son point de vue de en tout cas. Après, à savoir ce que penserait Abel en la voyant jouer avec les chats qu’elle rencontrait parfois dans les jardins de la maison Magnus.

- Je ne pense pas qu’on interdit ce genre de chose à la maison, juste qu’on en a jamais vraiment eut, répondit-elle. Enfin, je crois. Et pour ce qui est de l’espèce, je ne suis pas difficile, rigola la princesse en passant une main dans ses cheveux. Mais je dois avouer que j’ai un faible pour les canidés. Les gros j’entends, parce que les petits… Oui mais non.

Elle secoua de nouveau la tête avec un sourire alors qu’elle regardait Buggles qui piaillait depuis la poche d’Abel. Les mots suivant firent lever un sourcil sur son front. Cette n’était pas compliquée. C’est ce qu’elle avait toujours connu alors elle n’était pas très objective pour répondre. Mais bon, la Famille Lehnsheer se devait d’être irréprochable et il était normal que l’éducation suive un peu. Après, il était clair que l’éducation ne faisait pas tout mais bon, c’était une grosse partie de la chose.

- Ce n’est pas compliqué. Enfin, peut-être de votre point de vue mais pas de la mienne. J’ai toujours vécue comme ça et c’est juste devenu un automatisme, répondit-elle en haussant les épaules assez rapidement. J’ai été élevée comme ça, c’est plus facile.

Comme ça, il connaissait Pietro ? Il ne connaissait pas la vie de son frangin par cœur, il faisait ce qu’il voulait de sa vie et ce n’était pas elle qui allait le flicer toute la journée. Son père était là pour ça. Elle se contentait seulement de l’aider quand il en avait besoin. Mais le fait d’apprendre qu’Abel connaissait Pietro surprenait un peu la jeune femme. Surtout s’ils avaient été à l’institut. Ils auraient peut-être pu se croiser mais franchement, elle n’avait aucuns souvenirs de ça. Et puis d’après l’attitude d’Abel, il n’avait pas dû la croiser non plus. Ce qui la rassurait un peu parce que cela voulait dire qu’elle n’avait pas oublier quelque chose.

- Vous connaissez Pietro depuis un moment alors ? demanda-t-elle pour plus de précision même si elle se doutait un peu de la réponse. Mais il a cette attitude qui le fait passer pour un mec cool alors que ce n’est pas le cas…

Quoi ? Elle n’avait pas le droit de lancer quelques pics à son frangin ? Ils étaient frères et sœur et cela arrivaient couramment. Surtout quand il jouait les relous surprotecteurs. Mais bon, le sourire en coin qu’elle avait affiché sur ses lèvres contredisait un peu ce qu’elle venait de dire.

- Et Papa fait peur, je suis d’accord avec vous, sourit-elle doucement en pensant à Erik.

Elle posa ensuite son regard sur les livres qu’elle avait déplacer pour que le jeune puisse s’asseoir et réfléchit quelques secondes avant de répondre à Abel. Ce qu’elle étudiait était tellement large qu’elle ne savait pas véritablement où s’orienter. Alors que cela faisait déjà un moment qu’elle étudiait cette matière.  

- Il est vrai que les métiers qui en débouchent ne sont pas nombreux mais franchement, c’est pas ça qui me fait peur, sourit-elle. Et puis si je finis chercheuse, j’en serais contente parce que cela me convient tout à fait
, continua-t-elle doucement alors qu’elle passait de nouveau sa main dans ses cheveux. Et vous ? Vous parliez de professeur tout à l’heure… Vous faites quoi comme métier ? Enfin, si cela n’est pas trop indiscret, rajouta-t-elle ensuite un peu rapidement en se rendant compte que la question était peut-être trop personnelle.


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Mer 3 Aoû - 3:15



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Sûrement par grande bonté, mais aussi peut-être par gêne de voir cet homme si maladroit en face d'elle, la jeune princesse multipliait les sourires, les doux gestes et les tentatives pour rassurer ce jeune homme. Cependant, force était de constater que, petit à petit , la chose semblait fonctionner. Notre homme se sentait moins … Stressé, moins enchaîné par toutes ces formulations, bien plus libre et plus habile. Sans doutes était-ce aussi en grande partie grâce à Buggles que la conversation devint plus légère, plus aisée et tournée vers des choses qui semblaient intéresser les deux bords. Oui, le petit écureuil avait toujours eu ce don étrange pour rassembler les gens autour d'Abel. C'était grâce à lui qu'il faisait des rencontres la plupart du temps et, en parlant d'animaux, lui qui était si souvent bloqué avec le social, se retrouvait libéré de ses entraves et parlait avec joie et plaisir. Malgré tout, avoir Buggles auprès de soi constamment avait aussi ses inconvénients. Tout du moins, son inconvénient, qui, selon Abel était malheureusement conséquent. En effet, même si le petit rongeur permettait de faire certaines rencontres, il fallait bien avouer que l'attention de ses interlocuteurs se tournaient bien plus souvent sur lui que sur son maître. Il en allait de même pour les souvenirs de ces derniers. L'on se rappelait bien plus aisément de lui que d'Abel, tout comme son prénom. Nombreux furent ceux à les nommer Buggles et son maître, plutôt que l'inverse. Cela avait fini par le déprimer durant un moment, mais il finit bien vite par s'y habituer. Ne restait qu'à espérer qu'à cette chère princesse se souvienne de lui, cela serait sûrement une bonne chose.

La conversation tourna donc rapidement au sujet des animaux. La charmante demoiselle semblait en effet les apprécier, ce qui rendit le vétérinaire relativement curieux. Elle finit par avouer, à sa grande surprise, ne pas être certaine quant à l'interdiction des animaux chez elle. Puis, avec un léger rire, elle finit par avouer ne pas être très difficile, bien qu'elle avait une certaine préférence pour les gros chiens. La chose le fit doucement sourire. « Il me semble que nous avons là un point commun. Je n'ai jamais vraiment compris l'intérêt de posséder un petit chien. Si l'on aime ce qui est petit, pourquoi ne pas prendre un chat, directement ? De mon côté, j'ai toujours eu une préférence pour les Saint-bernard. Des animaux exceptionnels selon moi. D'ailleurs, si un jour vous vous décider à prendre un animal, je pourrai peut-être vous conseiller. Je penses être plutôt doué pour savoir quel animal pourrait bien s'entendre avec quelle personne, les gens sont rarement déçus de mes conseils. » Abel ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire gêné. Il n'appréciait guère parler de lui mais, son don avait réellement aidé de nombreuses personnes et, cela l'avait rendu heureux. C'est d’ailleurs ce qu'il avait toujours voulu, même avant Genosha. Vivre en paix avec ses pouvoirs et aider les siens.

Quelques instants plus tard, le sujet en vint au fait de la relation de l'inhumain et de Pietro, ce qui sembla d'ailleurs quelques peu surprendre la jeune femme. Demandant curieusement si elle le connaissait depuis longtemps déjà, elle en profita pour lancer une petite pique envers son grand frère, ce qui tira un petit sourire à son interlocuteur. « Oui, nous étions ensemble, cela doit faire quelques années que nous nous connaissons, peut-être un peu plus de dix ans. Oh, nous ne nous voyons pas souvent mais, c'est toujours agréable de le croiser. Il est très simple, chaleureux, lui aussi ne supportait pas vraiment les protocoles d'ailleurs. Cela a été une grande surprise d'ailleurs. Je … Je pense qu'il fera un bon dirigeant par la suite. » Il sourit de nouveau, rêveur. Une chose était sûre, il ferait bien moins flipper que son paternel. « Et … Nous nous sommes battus pour une fille. Enfin, battus... Nous la voulions tous les deux, nous l'avons eu à tour de rôle, avant de la perdre chacun notre tour. Je pense que, dans un sens, ça peut rapprocher des hommes. » S'il lui en avait voulu d'avoir fini par obtenir Kitty après lui ? Certainement pas. Ce n'était en aucun cas sa faute à lui. Si Kitty était partie, c'est tout simplement qu'il n'avait pas su la garder. Il n'avait pas su la faire rêver, vibrer, ni même garder son amour, voilà tout. Et puis, cela faisait deux ans désormais qu'elle était partie, même si son cœur en restait encore amoché, il avait fini par tourner la page.

La charmante princesse en vint alors à parler de ses études, des débouchées, mais aussi le fait que simplement chercheuse lui plairait vraiment, le tout avec un agréable sourire plein de chaleur. Oui, elle était passionnée par ce qu'elle faisait, cela se voyait et s'en était presque touchant. Puis, comme si elle avait peur que l'on en vienne un peu trop à parler d'elle, elle finit par demander à son interlocuteur ce qu'il pouvait bien faire lui, curieuse à propos de ce qu'il avait dit au sujet des professeurs, pour enfin s'excuser de sa curiosité, ce qui le fit rire sans gêne, ce qui surpris même le petit animal. « Ne vous inquiétez pas, il n'y a pas de mal, bien au contraire. Je vous assaille de questions depuis tout à l'heure, alors que je ne devrais sûrement pas d’ailleurs, alors, pourquoi ne pourrais-je pas vous parler un peu de moi ? En fait, c'est très simple, j'ai fini par devenir vétérinaire, tout simplement. Par chance, durant ma scolarité et même … Mon enfance, j'ai eu quelques … Comment dire ? Fans, si on peut dire comme ça, de ce que j'étais capable de faire. J'ai eu l'aide de quelques riches donateurs qui m'ont permis de m'établir à mon compte. Mieux que ça, j'ai pu faire de mon établissement un refuge pour les animaux abandonnés. Je les soigne, les nourris, je leur redonne de bonnes habitudes et je m'occupe surtout de leur mental. Malheureusement, certains ont été battus ou maltraités de bien des façons. Il faut qu'ils apprennent à refaire confiance aux autres personnes et c'est compliqué. Je ne cherche pas à m'enrichir ou autre, je … Je reçois des potentiels parents, je discute avec, je m'assure de voir s'ils sont capables de s'en occuper et de les aimer. J'essaie de savoir s'ils sont franc, bien entendu et, enfin, je regarde si l'animal a une bonne première impression de ces gens. Si tout concorde, je leur donne, avec la promesse de venir me voir régulièrement pour m'assurer de l'état de santé. Vous savez, j'ai quelques gros chiens actuellement, si jamais vous êtes curieuse ou autre, je suis certain qu'une princesse ferait une excellente maîtresse. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Ven 19 Aoû - 9:57



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Le fait que Lorna soit une princesse était quelque chose qu’elle avait rapidement assimilé quand elle était petite. Elle avait assez rapidement comprit qu’elle n’était pas comme les autres petites filles de son âge et que la famille dans laquelle elle évoluait n’était pas normale non plus. Pas qu’elle en ait honte d’ailleurs, c’était même tout le contraire. Malgré certaines apparences, Lorna adorait sa famille, ses frères et sœurs et son père. Même si celui-ci était plus intéressé par les problèmes de l’île que les problèmes de ses enfants. Enfin, c’est en tout cas l’impression qu’il donnait et c’était celle qu’il voulait distribuer au reste du monde. Lorna n’était pas totalement certaine que cette image soit celle de son père. Elle essayait d’ailleurs de lui faire comprendre mais parler à un mur était clairement plus facile que de parler à son paternel. Mais le fait que Lorna sache que sa famille n’était pas comme toutes les autres avait changer sa façon de voir les choses. Alors bien sûr, la jeune jouait parfois avec son nom pour obtenir ce qu’elle voulait mais ce n’était pas toujours. Surtout quand il s’agissait de faire des rencontres. Parce que les personnes qu’elle avait en face s’attardait bien plus sur son nom de famille sur ce qu’elle pouvait bien leur dire. Parfois elle avait l’impression de n’être que la porteuse du nom royale et pas la jeune femme qu’il y avait derrière. Mais quand elle faisit comprendre aux gens avec qui elle discutait qu’il y avait un cerveau derrière, cela se passait un peu mieux. C’est en partie pour cela que la princesse essayait de mettre Abel à l’aise.

Quand la conversation ce porta sur les animaux, un sourire doux s’installa sur ses lèvres. Si un jour elle arrivait à déménager de la maison Magnus sans que son père n’ait quelque chose à redire, peut-être qu’elle prendrait un animal. Parce que c’était quand même une sacrée présence quand on se sentait seul et c’était tout ce qu’il fallait à Lorna.  Et comme venait de le dire à Abel, son choix se porterait sûrement sur un chien. Et pas du genre petit parce que cela ne lui disait clairement rien.

- C’est exactement ce que je pense, rigola la jeune femme en entendant les paroles du jeune homme sur le fait d’avoir un chat. Les Saint-Bernard ? On parle bien de ceux qui porte une espèce de croix dans le cou et qui se balade en montagne ? demanda-t-elle alors ensuite pour être certaine qu’ils parlaient bien de la même espèce. Mes choix ne m’auraient pas portés sur aussi gros mais je pense que si je prenais un chien, ce serait un labrador où un bouvier bernois, annonça-t-elle avec un autre sourire. Et si je dois prendre un animal, je penserais à vous, sourit-elle ensuite avec un sourire plus grand.

Même si les choses n’étaient pas pour tout de suite, Lorna tacherait de penser à Abel quand il serait temps pour elle de prendre un animal de compagnie. La conversation dévia ensuite sur le fait que le jeune vétérinaire connaissait son frère et elle ne put que hausser un sourcil en entendant les mots qui sortaient de la bouche d’Abel. Elle était aussi certaine que  Pietro ferait sûrement un bon dirigeant. De toute façon, il n’avait pas vraiment le choix puisque que ce soit lui où Wanda, ils avaient tous les deux bien plus de responsabilités qu’elle pourrait en avoir. Elle en avait, parce qu’elle n’était pas princesse dans le vent mais il était clair qu’Erik demandait aux jumeaux étaient peut-être plus exigeant. Enfin, il était exigeant avec tous ces enfants et Lorna n’échappait pas à la règle. Un sourire un peu triste suivit les paroles du brun parce qu’elle était presque certaine de savoir de quelle fille voulait parler Abel. Et cette histoire avait bouleversé un peu tout le monde dans la maison. Kitty était son amie depuis des années et savoir que son père l’avait envoyé baladé à cause de ce qu’il se passait entre elle et Pietro l’avait mise en colère. Comme le fait qu’elle était en colère contre Pietro pour ce qui était arrivé à Wanda et Victor. Ces deux histoires étaient des gâchis monumentaux et Lorna en voulait à Erik comme à Pietro pour leur imbécilité sur la question.

- Les histoires de cœur sont souvent sources de conflit, dit-elle alors simplement avec un petit sourire sans se pencher vraiment sur la question. Mais je suis d’accord avec vous sur le fait que Pietro fera certainement un bon souverain.

Elle n’ajouta rien de plus et se contenta de sourire en pensant que le fait qu’elle n’ait pas de prétendant était clairement mieux ainsi. Parce qu’il ne plairait certainement pas à Pietro et encore moins à Erik et que cela terminerait en drame. Et elle ne voulait pas ça ni pour elle, ni pour l’homme sur lequel elle aurait jeté son dévolu. Elle ne voulait pas vivre ce que Wanda avait vécu avec Victor. Elle se l’était promis quand elle avait vu sa sœur si mal après le « départ » de celui-ci. Elle ne voulait pas non plus se battre contre son frère pour des choses comme ça même si cela terminerait surement ainsi. Parce qu’il jouait au grand frère protecteur bien trop fort et que cela n’était pas pour lui plaire. Mais bon, pour l’instant, elle n’en était pas là et c’était bien mieux.

Un petit sourire gêné répondit au rire du jeune homme et elle fut contente de le voir se mettre à parler sur ce qu’il faisait dans la vie. Et l’entendre discuter de ce qui l’intéressait était quelque chose à voir. On pouvait réellement voir que le métier qu’il pratiquait était quelque chose qui le passionnait réellement et elle espérait pouvoir en faire autant quand elle terminerait ses études. C’était quelques choses de faire des études mais faire un métier qui plaisait était quelque chose de bien mieux.  

- Je trouve ça génial ce que vous faites, lâcha alors la princesse avec le même petit sourire qu’auparavant. En dehors du fait que vous sauviez des animaux abandonnés, je trouve ça bien de vérifier que les maîtres auxquels vous confier les animaux ne sont pas incapables. On en voit tellement que cela en ait effrayant, ajouta Lorna avec une petite grimace qui voulait dire qu’elle ne comprenait pas ce genre de comportement. Oh mon dieu ne me dîtes pas ça, rigola ensuite la dite princesse en secouant la tête. Si je viens voir ces chiens, je vais craquer et surement repartir avec l’un de vos animaux. Je suis très faible dans ce genre de situation, se moqua-t-elle d’elle-même.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Mar 23 Aoû - 22:05



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Une chose était certaine, la jeune princesse semblait avoir quelques bonnes bases sur tout ce qui touchait aux chiens. Elle semblait reconnaître les races, elle fut capable d'en citer deux et, cela sembla plaire au vétérinaire. Nombreux étaient ceux à être incapable de relier une race à un chien. Oh, certes, tout le monde pouvait reconnaître les plus rependues et les plus connues comme les bergers allemands, les bulldogs ou encore les labradors mais, de nombreuses races étaient particulièrement délaissées. A vrai dire, le fait qu'elle parle de bouvier bernois aurait presque pu le surprendre. Cela démontrait un certain amour pour les animaux, des recherches particulières sur ce sujet ou peut-être une envie démesurée d'en posséder un. Après tout, nombreux étaient ceux à débarquer chez lui sans vraiment savoir ce qu'ils pouvaient bien vouloir, pour eux, un chien était un chien. Au fond, ils n'avaient pas tort et puis, sans doutes ne voulaient-ils qu'un peu de compagnie pour partager un pan de leur vie ? Peut-être ne recherchaient-ils que l'amour indéfectible que pouvait leur apporter les chiens, qu'importe la race. Abel comprenait cela, mais, il appréciait toujours de voir des gens arriver en sachant plus ou moins ce qu'ils voulaient, comme si … Comme s'ils avaient fait leur devoir avant, sans doutes. « Oh, c'est pas vraiment une croix. Enfin … Il y a bien une croix, mais elle est sur un petit baril rempli de whisky. C'est la croix suisse, vous savez, celle des secouristes en montagne et tout. Ces chiens retrouvent ceux perdus en montagne et, l'alcool leur permet de se réchauffer et de leur donner la force de continuer. J'ai toujours apprécié ces histoire de sauvetage en montagne. D'ailleurs, j'en ai un à la clinique, très sage il s'entend bien avec Buggles, ils sont inséparables là-bas même. Hein ? Tu en penses quoi de Jazz ? » Entendant ce nom, le petit rongeur se leva d'un bond, tournant en rond tel un fou en piailla joyeusement avant de taper dans ses mains tout aussi joyeusement, ce qui fit rire son maître. « J'aime beaucoup les bouviers bernois aussi, je les ais toujours trouvé très beaux et … Ce sera avec très grand plaisir que je vous accueillera dans mon humble clinique. Cela surprendra sûrement du monde, à compter par mon assistante je suppose et, la stagiaire, si elle est toujours là, mais … Je vous avouerai que l'imaginer me fait déjà rire. » Ce qu'il montra doucement grâce à léger sourire tout en s'occupant de câliner son petit compagnon animal.

La conversation se détourna peu à peu des animaux pour parler de cette connaissance commune qu'était le prince, mais aussi de leur amour pour la même femme, qui finit par les laisser tous les deux. Il ne prit pas la peine de préciser cependant que la jeune Kitty était partie en brisant son cœur, mais, cela ne regardait pas la jeune femme et surtout, ne pouvait guère intéresser une princesse. « Vous savez, il n'y a jamais vraiment eu de conflits. Il n'y a jamais eu d'animosité entre nous deux je … Votre frère ne me l'a pas volé, elle s'est détournée de moi, pourquoi lui en aurais-je voulu à lui ? Non, j'ai toujours eu un grand respect et une grande sympathie pour le prince et, je pense qu'il m'a toujours relativement bien apprécié alors, nul besoin de tout gâcher pour des bêtises d’ego ou autre. » Abel se contenta de sourire, sans la moindre tristesse, sans la moindre rancœur. Oh, son cœur avait pu être bousillé, peut-être ne s'en était-il jamais vraiment remis, mais, on l'avait aidé à se relever, c'est tout ce qui importait. Il avait même fini par ne plus la voir comme la seule et unique, préférant tout simplement tourner la page. « Ce sont des belles choses que vous dites-là sur votre frère. J'ignore si je peux me permettre ce genre de question avec une personne de votre rang mais … Ahem » Nerveusement l'homme se gratta la mâchoire, ne sachant s'il pouvait demander ce genre de chose sou non, tandis que le petit Buggles l'observait, presque taquin, après s'être installé sur ses genoux. « Enfin, les relations entre frères et sœurs ne sont pas toujours très facile, mais lui avez-vous dit ces mots ? Je suis certain que cela pourrait lui donner des ailes »

Lorsqu'il en vint enfin à parler de son métier, la jolie princesse eut un petit sourire gêné, mais pourtant si doux et chaud que cela fit quelques peu rougir son interlocuteur qui n'arriva rapidement plus à la regarder réellement en face et, c'était une bonne chose, vu ce qui arrivait par la suite. Des compliments sur son travail, la façon dont il s'y prenait et l'étude de cas qu'il menait avant d'offrir les animaux abandonnés à de nouvelles personnes. Cela le gêna profondément. « Oh … Je … Merci, cela me va … Droit au cœur. Ces animaux ont pour la plupart eu une vie terrible, certains sont changés à jamais, malgré l'aide que je peux leur apporter et … Je ne peux pas ouvrir la porte à un nouvel enfer pour eux, je me dois de leur trouver des gens qui s'occuperont d'eux comme il se doit, sinon, je … Je pense qu'il n'y a aucun intérêt à les sauver si ce n'est pas pour leur permettre d'avoir la vie qu'ils méritent d'avoir et je … Pardon je … Je parle beaucoup, encore. » La suite, la princesse se montra rieuse à l'idée de venir visiter son centre pour voir les animaux et, pourquoi pas en adopter un. Elle riait surtout de sa faiblesse face à de si jolies frimousses. Cela laissa rêveur quelques instants le médecin, affichant un sourire béat. « Est-ce une si mauvaise chose ? Peut-on espérer meilleure maîtresse qu'une gentille princesse qui sera sûrement attentionnée ? Une qui pourrait lui offrir tout ce qu'il voudra, tout en lui offrant un immense jardin pour s'amuser et pourquoi pas s'amuser avec d'autres compagnons à quatre pattes ? » Cet air taquin qui finit par s'afficher sur son visage finit par se transformer en petit rire. « Non, je vous taquine, je ne veux pas vous forcer ou quoi que ce soit mais … Si un jour vous vous sentez curieuse, je pense que c'est quelque chose de beau à voir c'est … Mon petit paradis personnel et, on ne me dit que du bien de ce petit parc intérieur où tous les animaux vivent. C'est … Ah … Si je pouvais je passerais ma vie là-bas dedans. Vous qui semblez tant les apprécier, je pense que vous pourrez aimer ce lieu.»

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Jeu 1 Sep - 10:05



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Écouter le jeune homme parler des animaux était un vrai plaisir et Lorna écouta Abel avec une attention particulière. Même si elle appréciait les animaux, elle n’en savait que peu. Elle savait reconnaître certaines espèces mais il ne fallait pas trop pousser non plus parce que sinon, la princesse ne saurait pas répondre. Mais ce n’est pas sa formation non plus alors c’était un peu moins grave que si les deux jeunes gens parlaient de son domaine. Un rire s’échappa de ses lèvres en entendant Abel s’adresser à son petit compagnon et elle porta son regard sur la bête qui piaillait doucement à côté de son maître. En effet, Buggle devait bien aimer ce dénommé Jazz. Lorna était étonnée de voir le petit animal dans cet état. Il n’avait jamais vu un si petit animal montrer autant d’intérêt pour ce qu’il se passait autour de lui. Mais c’était peut-être de sa faute parce qu’elle ne faisait pas toujours attention à ce qu’il se passait autours d’elle. Et c’était tout à fait de son plein grès d’ailleurs. C’était parfois même mieux d’ailleurs pour la princesse. Un rire s’échappa de nouveau de ses lèvres quand la brune écouta l’homme face à lui discuté de la réaction de son assistante et de sa stagiaire. La princesse ne put s’empêcher de rajouter, avec un rire dans la voix :

- Je pourrais vous faire mousser auprès de votre assistante et de votre stagiaire, juste pour voir la tête que ses dernières ferraient en me voyant arriver.

Un sourire en coin accompagna ses paroles et elle passa une main dans ses cheveux pour les enlever de son visage avant de prendre la décision de les attacher en un chignon lâche au-dessus de la tête pour éviter qu’ils ne lui retombent devant les yeux. Elle se concentra ensuite sur les prochaines paroles du jeune homme et fronça les sourcils. C’était assez censé ce que racontait Abel et elle espérait franchement que Pietro pense pareil. Même si elle en doutait vraiment. Si Pietro avait une manière de penser qui lui plaisait par moment, ce n’était pas le cas d’en d’autres. Parce qu’il ne fallait pas oublier qu’il n’était qu’un homme et qu’il n’avait pas encore trente ans. Et qu’à cet âge-là, on préférait largement penser avec autre chose que son cerveau… Lorna hocha simplement la tête, signifiant qu’elle était d’accord avant d’ouvrir la bouche et de la refermer, prouvant qu’elle cherchait ses mots sur la supposition que venait de faire le vétérinaire. Elle voyait bien qu’il n’était pas très en l’aise en parlant de ça et elle non plus ne l’était pas. Lui avait-elle déjà dit ? C’était une bonne question. Elle se tenait à ses côtés quand il en avait besoin, l’aider par moment mais plus elle y réfléchissait et moins elle se souvenait de lui avoir dit…

- Je… Je ne crois pas, répondit-elle en fronçant de nouveau les sourcils. Je n’ai pas souvenir le lui avoir dit de vive voix… Peut-être faudrait-il que j’y pense ?

La dernière question était plus diriger vers elle que vers l’homme toujours assis devant elle. Elle passa, gênée, la main sur son jour avant que le sujet ne dévie de nouveau vers les animaux. Ce qui était quand même bien plus intéressant que ses problèmes avec son frangin. Enfin, problème n’était peut-être pas le mot adapté mais le fait était que la jeune femme n’aimait pas parler d’elle même. Si elle pouvait être égoïste par moment avec les gens pour obtenir ce qu’elle voulait, parfois, c’était tout le contraire. A croire que deux personnes cohabitaient dans sa tête et ne voulaient clairement pas la même chose. Certaine personne ne voyait seulement en elle que la princesse froide et pourrie gâtée et d’autre que l’amie qu’elle était et la femme douce qu’elle pouvait être. Et pour l’instant, Abel avait eu droit à la deuxième option. Ce qui n’était pas plus mal.

- Ne vous inquiétez pas, répondit-elle avec un sourire. C’est toujours intéressant d’apprendre quelque chose qu’on ne connaît pas. Et sincèrement, je connais très peu de gens qui sont aussi passionné par leur travail comme vous pouvez l’être. C’est assez agréable à voir et à entendre. Et puis c’est une bonne initiative, je ne peux que vous féliciter pour cela ! Continua-t-elle avec un sourire un peu plus grand.

Les mots suivants du jeune homme la firent de nouveau froncer les sourcils parce que s’il continuait, il allait la voir arriver bien plus tôt que prévu dans son cabinet. Le pauvre n’allait rien comprendre. Et plus il en parlait, plus la jeune femme y réfléchissait sérieusement. Parce que même si elle avait décidé de prendre un animal de compagnie à sa sortie de la maison Magnus, qu’est-ce qui l’empêchait réellement d’en prendre un maintenant ? Son père ? La maison ? Elle était majeure, vaccinée et pouvait prendre ses propres décisions. Si certain de ses proches ne seraient pas heureux de la nouvelle, cela leur passerait bien vite. Et cela lui ferait clairement plaisir. Et puis comme venait de le souligner Abel, cet animal ne serait pas malheureux là où elle habitait maintenant. Un doux sourire s’installa sur ses lèvres alors qu’Abel décrivait son lieu de travail et elle ne put que lâcher un petit rire à la description.

- Vous venez de me vendre votre clinique d’une assez belle manière, dit-elle. Et je vais réfléchir très sérieusement à passer vous voir prochainement, même si cela ne va pas plaire à certaine personne de mon entourage, rajouta-t-elle avec un sourire en coin.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Jeu 8 Sep - 21:28



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Si souriante, si agréable, si chaleureuse, si enclin au rire. La jeune princesse était un petit rayon de soleil pour Abel dans cette journée qui aurait pu être si banale. Ce dernier avait vu ses craintes rapidement s'envoler au sujet de cette jeune femme qui s'avérait être des plus simples et des plus ouvertes envers les gens. Elle riait si souvent aux mots de notre ami que ce dernier aurait pu s'imaginer drôle, s'il n'avait pas compris, aussi rapidement que la jeune femme était simplement comme ça, dans sa nature. A vrai dire, il se surprenait lui-même pour être si à l'aise envers une telle personne, en fait, même être si rapidement à l'aise envers quiconque était assez étrange, alors une princesse … Il fut relativement heureux lorsque celle-ci finit par se prendre au jeu au sujet de Reagan et de Crystalia. Elle semblait toute disposée à le faire mousser à leur côtés, insistant sur la tête qu'elles pourraient avoir en la voyant arriver, tout en connaissant leur patron. L'idée amusa beaucoup le vétérinaire qui ne se gêna pas pour rire légèrement. Oh, des princes et des princesses, il en avait côtoyé, en particulier dans son ancienne vie. Peut-être était-ce la raison qui faisait qu'il s'était senti si à l'aise en sa présence, mais, jamais dans aucune de ses vies le contact fut si aisé et agréable. « Dans ce cas, je suis impatient d'être à ce jour. Vous voir arriver et découvrir leur visages face à cela je vous avouerai que j'en ris déjà intérieurement. » Un petit rire ponctua sa phrase avant de reprendre avec légèreté. « Enfin, je suppose que vous devez créer ce genre de choses fréquemment. Vous avez l'air si … Simple, à vous promener où bon vous semble, certains doivent être surpris, voire choqués en vous voyant arriver dans leur établissement. »

La conversation sur le prince Pietro ne s'éternisa pas vraiment, Lorna reconnut ne pas avoir fait de tel compliment à son grand-frère, ou du moins, ne s'en rappelait-elle pas se demanda, de façon rhétorique si elle devait le faire. Chose à laquelle notre ami répondit simplement d'un mouvement de la tête qui se voulait positif, ne sachant quoi faire d'autre. Une chose était certaine cependant, de tels mots feraient grandement plaisir au principal concerné et, peut-être même que cela lui donnerait des ailes, du moins, tel était son avis. Le sujet vira petit à petit sur les animaux et le travail d'Abel, ce qui semblait mieux convenir à la jeune princesse. En effet, le dernier sujet semblait quelques peu la gêner. Lorsqu'il parlait de l’œuvre de sa vie, ou même de la nature en général, notre homme avait une curieuse tendance à parler beaucoup. Vraiment beaucoup. Cela ne sembla pas gêner l'étudiante, bien au contraire. Elle se disait même intéressée par découvrir ce qu'elle ne connaissait pas et fut particulièrement amusée par la réaction du petit rongeur lorsqu'on nomma son fidèle ami Jazz. Rapidement, elle le félicita même pour tout ça, jugeant que c'était une bonne initiative et que c'était agréable de l'entendre parler de tout ça. Ces compliments lui allèrent tant dans le cœur que sur ses joues qui se mirent tout doucement à rougir. La gêne revint petit à petit, malgré un sourire béat. « C'est … Merci. C'est l’œuvre de ma vie, je me suis battu pour ça et, je suis tellement heureux quand je rencontre des gens qui apprécient ce que je fais. C'est réconfortant et ça donne le moral. Je veux dire, les animaux sont bien entendus tous heureux quand ils arrivent chez moi mais, rencontrer quelqu'un qui trouve que cela est une bonne chose me fait me dire que j'ai fait le bon choix. » Souriant nerveusement, Abel attrapa son compagnon animal avec délicatesse pour le tendre vers la princesse en douceur. « Vous semblez grandement intriguée par mon ami. Vous souhaitez le prendre ? Il est particulièrement friand des grattouilles sur le crâne et … Passé son amour inconditionnel pour les cheveux il est très sage et particulièrement gentil. »

La suite de la conversation prit un tournant inattendu. Ce que notre ami avait dit plus tôt au sujet de la position de la princesse et du bonheur potentiel d'un animal chez elle était plus quelque chose dit sur le ton de la rigolade qu'autre chose. Il ne voulait en rien forcer la belle à venir chez lui pour y découvrir les animaux et, pourquoi pas partir avec. Pourtant, les propositions d'Abel semblèrent grandement intéressées la princesse qui lui avoua être un bon marchand, en quelques sortes, ce qui, en plus de le choquer, le fit rire bêtement. « Vous savez, je ne veux pas vous forcer la main. Je veux dire, bien entendu que je serais heureux de voir un de mes petits protégés être recueilli par une princesse mais, je ne veux pas vous causer de problèmes à cause cela auprès des vôtres. » Abel ne se sentait pas au mieux de sa forme, une fois de plus. La gêne était clairement visible sur son visage et il se grattait le menton avec toute sa nervosité.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Sam 24 Sep - 22:16



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Un sourire s’installa sur ses lèvres alors que la princesse entendant les paroles du jeune vétérinaire. Parfois, quand elle était de bonne humeur, Lorna faisait ce genre de chose pour rigoler. Mais quand elle voulait quelque chose, Lorna pouvait très bien jouer de son image avec un grand plaisir. Elle n’était pas seulement la princesse souriante des photos officielle. Elle avait, comme tout le monde, un caractère qui pouvait être qualifié de bien trempée. Et quand elle avait quelque chose à dire, la jeune femme ne se gênait pas pour le faire. Parce qu’il fallait bien le faire et qu’elle ne laisserait pas faire quelque chose qui ne lui plairait pas. Si cela arrivait de temps en temps, Lorna essayait réellement de faire tourner les choses de son côté le plus souvent possible. Elle était peut-être une princesse, devait tenir une image propre mais quand on la connaissait, Lorna n’était pas tout à fait la même. Il fallait juste la côtoyer en dehors de la Maison Magnus pour le savoir. Mais quand elle sortait, la mutante pouvait parfois créer certaines réactions (qu’elle voulait ou non d’ailleurs). Elle avait quelques histoires amusantes à raconter sur ce genre de chose.

- Il est vrai que parfois, les réactions sont… amusantes. Un homme s’est même évanouis en me voyant entrer dans sa boutique, rigola-t-elle doucement. Mais j’ai appris plus tard que cet homme était bien plus sensible que la plupart des gens alors je ne me suis pas lancé des fleurs bien longtemps, se moqua-t-elle d’elle-même. J’ai beau être une princesse, être hypothétiquement une des prochaines souveraines de cette île, j’ai peu de chance de montrer un jour sur le trône. Et je ne compte pas rester coincé dans ma tour dorée toute ma vie. Sortir et faire des études sont les premiers pas pour changer les choses pour moi.

Les derniers mots avaient été accompagnées d’un autre sourire, bien plus triste que les précédents. Si elle savait que son père avait accepter les choses pour elle, ce n’était pas tout à fait la même chose pour les jumeaux. Pietro était vouée à succéder à Erik et ce dernier prenait plaisir à lui rappeler bien souvent. S’il avait encore un peu de liberté maintenant, cela changerait sûrement avec les années. Et ce n’était pas ce que voulait Lorna pour elle-même. Princesse était un titre et il était, pour elle, hors de question que cela dirige sa vie dans sa totalité. Si elle ne devait pas montrer sur le trône, il n’était pas question qu’elle reste enfermée sur cette île pour le restant de ses jours. Elle avait des tonnes de voyages en tête, des tonnes de projets et de rêves à réaliser et ce n’était pas sur cette île qu’elle comptait le faire. Et elle comptait le faire quel que soit les avis de sa famille. Elle était assez grande pour prendre ses décisions seule et comptait bien le faire comprendre. Merci bien.

Elle se reconcentra sur ce qu’il se passait en reposant son regard sur Abel alors que celui-ci reprenait la parole. La gêne semblait avoir repris ses droits chez le vétérinaire et un sourire s’installa de nouveau sur ses lèvres pour essayer de la faire disparaître. Si la surprise était l’émotion qui prédominait quand on la voyait, la gêne venait en deuxième. Et parfois, elle n’aimait pas faire ressentir ce genre de chose. Et d’autre fois, elle insistait pour que son interlocuteur le ressente fortement. Tout dépendait de la manière dont avait commencé la conversation. Et comme la conversation avec Abel avait plutôt bien commencé avec son petit compagnon comme intermédiaire, le vétérinaire n’avait rien à craindre. A moins qu’il commence à lui dire des choses déplaisantes et dans ce cas, Lorna deviendrait elle-même déplaisante.

- Continuez à faire ce que vous faites, souffla-t-elle. Je ne peux que vous en encourager dans votre démarche et vous souhaitez que cela dur encore de nombreuses années.

Un sourcil se haussa sur son front alors qu’elle reposait son regard sur le petit animal qui se trouvait toujours près du jeune homme. Il semblait toujours calme et ses yeux semblaient l’analyser. Elle ne savait pourquoi le petit être s’était projetée dans ses cheveux mais elle était contente qu’il l’ait fait. Celui-ci lui avait permis d’égayer sa journée et de faire une nouvelle rencontre. Ce que la princesse ne regrettait pas encore. Elle remonta ses yeux vers le brun avant de tendre la main vers la petite bête pour poser ses doigts sur son crâne et grattouiller le haut de sa boite crânienne. La réaction de Buggles la fit rire avant qu’elle ne reprenne la parole.

- Je dois avouer que c’est la première fois que je vois un animal comme celui-là comme « animal de compagnie ». Je suis intriguée de la manière dont vous l’avez recueilli, sourit-elle doucement en continuant à flatter la petite tête de l’animal en question.

Elle secoua cependant ensuite la tête aux mots d’Abel parce que ses mots respiraient la gêne et ce n’était pas ce que voulait la jeune femme. Elle se redressa doucement, replaça des cheveux derrière son oreille avant de reprendre une nouvelle fois la parole.

- Ne vous inquiétez pas pour moi monsieur. Vous ne me forcez pas la main. J’ai pour projet de prendre un animal depuis un moment maintenant et vous ne faites que renforcer les choses. Vous ne me forcez en rien, rassurez-vous, sourit-elle doucement.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Sam 8 Oct - 16:21



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







Petit à petit, à travers les mots et les mimiques de cette chère princesse toujours relativement inconnue, le jeune inhumain découvrit une nouvelle facette de sa personnalité. Ce n'était pas comme s'il la connaissait, bien au contraire, mais, il était toujours agréable de voir de nouvelles choses se découvrir devant soit. Lorna, passé sa gentillesse qui semblait exemplaire, ne semblait pas pour autant dépourvue de malice, ce qui, au final, la rendait encore plus humaine, bien loin de tous les préjugés que le vétérinaire pouvait avoir sur une personne de son rang. Préjugés qu'il avait toujours, malgré sa relation passé avec l'héritier du trône, ce qui, au final restait assez étrange. Dans tous les cas, la plus jeune de la fratrie, ne manquait pas de se montrer taquine, légère et bien plus normale que tout ce que l'on pouvait penser. En effet, la demoiselle confia un court pan de sa vie, lorsqu'elle entra dans la boutique d'un homme bien plus sensible que la moyenne et que ce dernier eut un petit malaise, le tout avec un petit rire doux et agréable. Elle rajouta d'ailleurs bien vite qu'elle ne voulait pas vivre cette vie de princesse enfermée, cloîtrée et devant rester dans toutes ces normes, ce qui fit sourire son interlocuteur. « Je peux imaginer cela. Je suppose que si ma sœur venait à vous voir arriver dans ma clinique et, qu'elle comprenait que nous nous connaissons, elle pourrait avoir une réaction presque semblable. » L'accompagnant dans son rire, il reprit. « Enfin, elle n'irait pas jusqu'au malaise, mais la surprise serait des plus grande. C'est idiot, mais, pour les personnes des plus simples comme nous, cela semble impossible qu'un membre de la famille royale vienne dans notre établissement, alors, oui, certaines réactions peuvent être folles. » Oh, Abel n'aurait jamais été surpris au point de tomber dans les vapes ou d'en perdre ses moyens. Du moins, pas plus qu'avec n'importe quel autre inconnu. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'en foutait un peu, que telle ou telle personne était de la famille royale, mais, disons qu'il ne les vénérait pas, ou quoi que ce soit. Bien sûr, il était respectueux. Bien sûr, il était gêné en leu présence, ne sachant guère comment se comporter, mais il les traitait comme n'importe qui et les voyait comme tels. Alors oui, les Lehnsherr avaient relativement peu de chances d'un jour aller dans sa clinique vétérinaire, à part peut-être un jour Pietro qui lui rendrait visite, ou Lorna ici présente, mais une chose était sûre, même si cela venait à se produire, jamais Abel ne tournerait de l’œil.

Bientôt, au fil des discussions, la jeune femme encouragea sa nouvelle connaissance à continuer ce qu'il faisait, ce qui lui fit grand plaisir, le faisant même sourire grandement de façon idiote et béate. Cela ne pouvait que lui réchauffer le cœur, qu'une inconnue trouve son travail intéressant, le poussant à continuer, encore et encore. Comment pouvait-il en être autrement ? Par la suite, lorsque Buggles fut présenté à la jeune femme, celle-ci lui gratta le crâne, ce qui plut grandement à l'animal, qui, en plus de piailler joyeusement, frotta son visage contre cette main qui lui était encore inconnue. Cette réaction la fit d'ailleurs rire, avant qu'elle ne vienne à se questionner sur l’événement qui avait pu réunir les deux compagnons inséparables, ce qui laissa songeur le vétérinaire un bref instant. « Oh, vous savez, je n'ai malheureusement pas d'histoire exceptionnelle à vous raconter. Il y a quelques années, alors que j'étais encore étudiant, on a entendu un bruit venu de notre jardin, un petit écureuil était tombé de son arbre et s'était blessé la jambe. Je l'ai récupéré, je l'ai soigné, nourri et finalement, il n'est plus jamais parti. A l'époque, ma sœur avait les cheveux roux et, quand Buggles avait peur il allait se réfugier là-bas dedans. Je sais pas, peut-être la couleur qui le rassurait ou je ne sais quoi. Depuis, elle est passée par pas mal de couleur de cheveux et, Buggles a finit par garder cet amour étrange pour les cheveux. » Qu'il rajouta en riant légèrement. Oui, cet amour étrange lui avait fait croiser la route de quelques personnes déjà, mais, la plupart du temps cela s'était toujours relativement bien passé, par chance.

Enfin, la jeune princesse tenta de rassurer sa nouvelle connaissance sur son envie d'aller voir cette fameuse clinique et ce fameux refuge, ce qui fit soupirer longuement Abel, rassuré et heureux. « Voilà une bien belle nouvelle, il arrive certaines fois que quelques personnes se sentent obligés de prendre un animal, pour plein de raisons d'ailleurs, mais, au final, l'animal en souffre et, ce n'est décidément pas une bonne chose. Alors, me voilà rassuré. Mais je m'excuse, j'ai une certaine tendance à voir les choses du mauvais côté, mais … Je suppose que quand on s'occupe d'offrir une nouvelle vie à de pauvres être abandonnés, c'est plutôt une bonne chose. » Qu'il finit avec un doux sourire. Oui, voir les mauvais côtés de certaines choses lui permettait surtout de se montrer bien plus prudent que la moyenne et ainsi, offrir la meilleure vie possible à ces petits protégés.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Jeu 3 Nov - 13:55



Princesse pas véritablement en détresse

Abel et Lorna

Un sourire s’installa sur les lèvres de la jeune femme en entendant les mots du jeune vétérinaire. Cela semblait être une habitude depuis qu’elle avait commencé cette conversation avec Abel. Elle n’était pas quelqu’un qui faisait la tête de toute façon. Enfin, pas tout le temps… Elle faisait beaucoup la tête lorsqu’elle était chez elle, dans les appartements de la maison Magnus. Elle faisait la tête quand son père la regardait sans la voir, quand il parlait avec Pietro sans comprendre les choses, lorsqu’il jouait les souverains compréhensifs alors qu’il l’était beaucoup moins avec ses enfants. Mais cela, Abel n’était pas sensé le savoir et ce n’était pas elle qui allait en parler. Les histoires de la famille Lehnsherr ne regardaient personne d’autre que les membres de cette même famille. Et c’était l’histoire de beaucoup de famille. Sauf que la sienne était scrutée sur des tonnes de plans et qu’il fallait garder une bonne image. Image qui doit être lissée, sans craquelures ou quoi que se soit qui pourraient donner du pain à manger aux gens. Elle savait jouer avec ça, donner une bonne image aux personnes qu’elle rencontrait, dire ce qu’ils voulaient entendre et rendre fière son paternel. Et parfois, c’était tout le contraire. Parfois, elle avait envie de tout envoyer valser, de montrer qu’elle n’était pas vraiment la jeune princesse que son père voulait qu’elle soit. Et la princesse avait l’impression qu’elle arrivait à jongler avec les deux avec une aisance certaine. Être une étudiante comme toutes les autres et porter les responsabilités d’être une princesse avec une facilité feinte. Ce n’était peut-être pas évident tout les jours mais elle y arrivait. Elle arrivait à jouer avec les deux sans devenir folle.

Aujourd’hui, en face de ce jeune vétérinaire, Lorna n’était pas la princesse de Génosha, elle était seulement une jeune femme étudiant dans un parc et faisant la conversation avec un homme qu’elle ne connaissait que depuis plusieurs minutes. C’était aussi simple que cela. Lorna secoua la tête aux mots que venait de prononcer Abel, pas vraiment d’accord avec ce qu’il venait de formuler. Et elle ne fit pas prier pour répondre…

- Ne dites pas que vous êtes simples. Ne pensez pas quelque chose comme cela devant moi. Je ne suis pas spéciale, rigola la brune en secouant de nouveau la tête avant de passer une main dans les quelques mèches qu’elle avait laissé en dehors de son chignon. Je suis juste née dans une bonne famille, c’est ce qui a été ma chance. Mais ne pensez pas que vous valez moins que moi parce que vous ne faites pas partie d’une famille aussi renommée que la mienne. S’il vous plait, continua-t-elle doucement comme pour demander une faveur.

Elle n’était clairement pas d’accord avec les idées que venait de citer le jeune homme. Certes, elle pouvait jouer avec le fait qu’elle fasse partie de la famille royale mais elle ne pensait pas être au dessus des autres. Si cela était le cas, elle aurait quelques petits soucis avec ses camarades de classe. Penser être supérieure aux autres n’aidait pas à se faire des amis. Vraiment pas. Elle n’était pas venue à se discourt tout de suite et parfois, elle continuait à jouer avec ça. Dans certaines situations, Lorna savait très bien jouer avec le fait qu’elle soit de la famille royale. Lorna pouvait être mordante quand elle le voulait, quand elle en avait besoin. Mais elle savait faire la part des choses…

La conversation repartit ensuite sur la rencontre du petit animal et du vétérinaire et Lorna baissa les yeux sur l’écureuil qui se frottait maintenant à sa main. Un sourire assez doux aux lèvres, Lorna passa de nouveau ses doigts sur la petit tête avant de reporter son attention au maître qui venait de lui exposer leur rencontre. Une rencontre somme toute classique mais d’où naquit une belle histoire. Apparemment du moins. Un rire s’échappa de ses lèvres en entendant le commentaire sur les cheveux et passa d’Abel à Buggles avant de repasser sur le brun.

- C’est une passion comme une autre, sourit la brune en récupérant sa main pour la poser sur sa cuisse. Nous avons tous un péché mignon et je suppose que celui de votre ami se résume à sauter dans les cheveux qui l’intéressent.

Un rire avait accompagné la dernière phrase avant qu’elle ne pose son regard sur le ciel. Le temps était clair et le vent se faisait seulement sentir, la faisant doucement frissonner. Elle avait beaucoup ce genre de temps où il ne faisait pas trop chaud et où la fraîcheur de la journée ne venait pas interférer dans les plans prévus.

- C’est d’ailleurs regrettable comme situation, ajouta-t-elle après la dernière intervention du vétérinaire. J’ai également tendance à voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein, je ne peux que comprendre votre point de vue, souffla-t-elle avec une espèce de grimace avant de reprendre un visage plus lisse. Mais je pense que ce genre de point de vue nous aide parfois à voir la situation dans une globalité que les autres ne voient peut-être pas…



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]   Jeu 17 Nov - 4:10



"Princesse pas véritablement en détresse"


Lorna & Abel







« Oh, je pense m'être mal exprimé, je suis désolé. Ce que je voulais dire c'est que … Nous ne faisons pas parti d'une quelconque noblesse. Nous ne faisons pas parti des personnages importants de cette ville, je ne suis qu'un vétérinaire, tandis que ma sœur est une fleuriste. Nous aimons ce que nous faisons, nous avons une vie agréable et, même si je ne suis pas forcément objectif, quand il s'agit de penser de moi, en bien, je ne me vois pas comme inférieur ou je ne sais quoi non. C'est juste que, nous sommes loin, très loin de toute cette royauté, ces personnages que l'on voit à la télé ou dans les journaux. Alors, croiser quelqu'un comme vous … Combien y-a-t-il de chance pour que ça nous arrive à nous ? Tout simplement. » Abel se permit un petit sourire chaleureux, accompagné d'une petite caresse envers son compagnon qui se montrait étrangement sage et curieux. Peut-être réfléchissait-il à un plan diabolique pour terminer dans la chevelure princière, ou peut-être était-ce simplement comme dans tous ces Disney où les princesses avaient un don particulier avec les animaux ? Notre ami n'en savait rien, mais, voir Buggles aussi paisible était presque un miracle. Après tout, peut-être avait-il tout simplement compris que la charmante jeune femme était quelqu'un d'important et qu'il ne allait pas faire n'importe quoi en sa présence ? « Enfin, quelque chose comme ça. Je m'excuse, je n'ai jamais été particulièrement doué avec les mots ou même les gens en général, mon truc ça a toujours été les animaux. Alors … Ce que je fais, je sais que c'est important, secourir ces âmes en détresses. À cela, je pense être bien meilleur que de nombreuses personnes, celles qui laissent faire, ou ceux qui font ces atrocités. Et puis, en faisant cela, ça permet à Buggles de se faire de nouveaux amis et … Je crois bien que cela rend heureuse ma sœur de me voir travailler ainsi dans ce qui me plaît, elle a toujours été très proche des animaux aussi et, la voir sourire comme ça … Il n'y a rien de plus beau, dans mon monde. » Parlant de sa sœur, Abel en était presque béât, son sourire était rayonnant comme peu de fois dans une vie. Elle était ce qu'il avait de plus précieux et, sans elle, il aurait sûrement mal fini, d'une façon ou d'une autre, particulièrement après ce qu'il s'était passé avec Kitty. Sans doutes était-il un mauvais grand-frère d'ailleurs, étant donné que c'était la plus jeune, qui s'occupait de son aîné, plus que l'inverse, cela l'avait longtemps travaillé d'ailleurs, mais, il avait fini par laisser couler, les choses étaient ainsi, ils étaient tous les deux heureux de la sorte, pourquoi changer ? « Mais … Je parle beaucoup, excusez-moi. »

Bientôt, les mots en arrivèrent à parler du petit rongeur, ce qui attira bien vite son attention, lui faisant agiter oreilles en moustaches pour montrer qu'il était bien là, mais aussi qu'il était bien heureux qu'on parle de lui. Il fut encore plus heureux lorsque sa cible de la journée vint lui grattouiller le crâne tout en riant sans vraiment de gêne face au récit de leur rencontre et de cette fixation qu'avait l'animal pour les longues chevelures. L'histoire avait sans aucun doutes plut à la belle, qui se montra même presque taquine dans ces derniers mots sur l'animal, ce qui fit sourire son maître. « C'est plus une obsession qu'un pêché-mignon en fin de compte. Il fait une fixette sur les cheveux clairs et surtout, les cheveux roux. Cela m'a amené bien des situations étranges et gênantes. Par chance, les cibles de Buggles se sont montrées pour la plupart compréhensives et même, bien souvent charmées par cette petite frimousse. Après tout, difficile de lui en vouloir non ? Avec certaines, malheureusement, ça s'est un peu moins bien passé, mais … Difficile de régler ce genre de problèmes, il est très têtu, hein ? » Qu'il finit en grattant à nouveau le crâne du petit mammifère qui semblait toujours heureux, en piaillant légèrement, sans pour autant culpabiliser le moins du monde. Abel ne lui en avait jamais voulu, il ne lui en voudrait d'ailleurs certainement jamais. Il était un peu comme son meilleur ami quelque part, il ne pouvait se séparer de lui et ne pouvait réellement le gronder sans que son cœur ne se déchire, alors, il se contentait de s'excuser maladroitement envers ses victimes, tandis que lui était joyeux comme jamais. Et puis, même si la majorité des gens ne retenaient que Buggles, laissant de côté son maître, il arrivait, de temps à autres, que ces accidents provoquent de bonnes rencontres, tout simplement.

Bien vite, la princesse fit part de sa façon de voir les choses, plus pessimiste, qu'optimiste. Peut-être un peu plus réaliste qu'autre chose au final, il était difficile pour Abel d'envisager que quelqu'un avec une vie de princesse puisse voir que le mauvais côté des choses. Malgré tout ce qu'elle disait, elle devait avoir une vie que nombreux seraient à rêver d'avoir, tout simplement. Elle eut un soupir qui sembla lui déchirer le visage, avant de reprendre plus sereinement sur le fait que selon elle, il était ainsi plus aisé de voir al globalité des choses, ce qui fit réfléchir le vétérinaire quelques instants. « Je … Pense tout simplement qu'un trop plein d'optimiste peut être dangereux. Que ce soit pour le cœur ou l'esprit. A attendre trop de choses, à toujours essayer de voir la petite lumière au bout du couloir, napée d'ombres, cela peut vous bousiller, à force de désillusions. Je … Je ne sais pas, je me suis toujours dit que de ne rien espérer, de ne rien attendre des gens, ou de la vie même, cela permettait d'être en paix, plus facilement. S'il ne se passe rien, c'est pas grave, par contre, si quelque chose vient à égayer notre vie, d'une quelconque façon, on ne peut qu'être les plus heureux du monde, comme avec ma rencontre avec Buggles. » Qu'il termina en riant légèrement. « Mais … Si je continues comme ça, vous allez me prendre pour un dépressif, je préfère vous offrir une meilleure vision de ma personne. Je suis très heureux ainsi, c'est juste que, je préfère ne pas placer trop d'espoir dans ce qui peut arriver, tout simplement. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
 
Princesse pas véritablement en détresse [ft Abel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tresse au saumon
» Les fusées de détresse
» tresse fromage jambon béchamel photo
» Détresse...
» Quai d'Orsay, de Christophe Blain & Abel Lanzac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: