Partagez | 
 

 Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 0:59



Sergeï Dzagoev

Hail Hydra

Quelque chose comme 48 ans
Priest

Officiellement pope
Hydra

Hétéro, Célibataire
Mutants


pouvoirs

Sergeï a un pouvoir étrange qu'il n'a jamais vraiment su nommer. A vrai dire, il s'en foutait un peu, mais là n'est pas le sujet. Son don se rapproche de celui de la prescience sauf que, au lieu d'avoir de simple flashs de temps à autres sur de quelconques événements du futur, il voit en permanence ce qu'il se passe durant les trois secondes suivantes. Cependant, comme tout le monde le sait, le futur n'est pas quelque chose de fixe, ainsi, dès le moment où le russe agit d'une façon différente de ce qu'il a vu dans ses visions, celles-ci changent du tout au tout. Un atout de poids diront certains, mais ceux-ci ne penseront sans nul doutes pas à l'enfer quotidien d'un tel don. Ni même à la difficulté pour comprendre ses visions au début. Imaginez le chaos que cela pourrait provoquer dans votre esprit si toutes ses images se superposaient à la réalité. Vous verriez en même temps ce qu'il se passe trois secondes plus tard, mais aussi deux, mais aussi une ainsi que ce qu'il se passent à l'instant présent. Autant vous le dire, notre cher pope a cru voir son mental imploser lorsqu'il se découvrit ce don. Contre toute attente et, sans doutes un peu grâce à Dieu, notre homme finit par s'en sortir, maîtriser ce don et devenir un soldat redoutable. Outre ses capacités surnaturelles, il demeure être un combattant exceptionnel, que cela soit au corps à corps ou avec une quelconque arme à feu dans les mains. Son enfance et sa vie entière pleine de combat lui ont donnés un instinct redoutable qui, couplé à son don, ont toujours fait de lui quelqu'un des plus compliqués à abattre. Enfin, il obtint un autre pouvoir, dès son plus jeune âge. En vérité, de son point de vue, cela n'était pas dû à une quelconque mutation, mais bel et bien à cause de son existence difficile; Sergeï dispose d'une résistance à la douleur exceptionnelle, ce qui lui permit, en grande partie, de survivre à tout ce qu'il a vécu.


souhait

Son souhait a toujours été le même et ce, depuis qu'il a eu son enfant. La retrouver, coûte que coûte et espérer qu'elle ne le traite pas comme un étranger, comme un pestiféré et surtout, qu'elle ne le rejette pas. Il n'a pas eu une vie des plus tendre, il n'a pas fait que des bonnes choses, mais, sa fille, jamais il ne lui ferait le moindre mal, jamais. Il ignore même s'il serait capable de la réprimander pour quoi que ce soit. La seul et unique but qu'il eut dans sa vie, fut de la retrouver. Sa vie, en tant que telle, a commencé seulement lorsque sa chère Yulia est née. Sans doutes a-t-elle changée de nom. Sans doutes n'a-t-elle jamais entendue parler de lui, mais il veut la retrouver. Sur Genosha, son vœu l'a grandement aidé, sa fille, il la croise régulièrement. Vivant dans la même ville, non loin l'un de l'autre, notre homme ne peut qu'être heureux de la voir régulièrement. Malgré tout, il n'a encore jamais eu le courage d'aller lui parler. Mais cela va changer, un jour.

émergence

Niet, Kaput, Zob. Sergeï de se souvient d'absolument rien de sa vie passée, ni de son œil arraché, ni de sa vie passée à chercher des pistes à travers le monde, rien.



want to know more

Avez-vous entendu parler de ces rumeurs sur l'émergence de certains pouvoirs ? Si oui, qu'en pensez-vous ? Vous trouvez ça excitant ? Malsain ? Improbable ?

Sergeï pas intéressé par fausses histoires racontées partout. Je être sûr, ça fausses choses. Pouvoirs pas exister dans vraie vie, ça être fiction. Films, livres. Seul pouvoir vrai être celui de Dieu et de Jesus, sauver de tous. Vous, devoir arrêter poser question stupides, sinon Sergeï être énerver et vite. Si hommes avec pouvoir exister, tout le monde savoir ce genre de choses. Traces partout. Quelqu'un utiliser le feu, brûlures dans la ville, sans explosions. Comment cacher ça ? Rumeur dire que gens pas contrôler pouvoirs. Devoir être bordel de partout. Non, je pas y croire.

Avez-vous déjà été témoin d'une rafle de la garde rouge ? Pensez-vous réellement qu'ils recherchent des personnes à pouvoirs ou ce ne sont que des bruits de couloir ? Le contrôle de la population serait-il un mal nécessaire ?

vJe avoir dit arrêter question stupides ! Pouvoirs pas exister ! Garde Rouge pas pouvoir chercher gens en avoir ! Ça, juste prétexte pour faire ce que ils vouloir ! Chercher pas savoir quoi, mais chercher en secret. Armes. Bombes. Criminels. Beaucoup raisons, plus mieux que pouvoirs. Ah ! Idiot ! Pouvoirs ! Raffle sûrement amener gens dangereux. Rebelles qui vouloir faire choses à famille Magnus. Tout simplement. Contrôle population être conneries aussi. Arrêter avec ça. Et Sergeï, jamais être témoin de ces choses.

Dans une autre vie, qui auriez-vous aimé être ? Pour quelles raisons ?

Autre vie ? Moi jamais avoir pensé à ça. Peut-être une vie simple. Plus simple. Avec Yulia. Maison, jardin, chien, poules, moutons. Vie en Russie. Vie normale. Vie tranquille. Avoir être personne normale, comme tout le monde. Pas église, pas violence, pas Hydra, rien. Juste famille, moi, tranquille. Paix. Bonheur, paradis.



pseudo

Jax

sexe/age

26/M

pays

Irlande

DC

Jax et Abel

personnage marvel, scénario ou inventé

Inventé

niveau d'émergence

0

niveau de maitrise

1

Désirez-vous un parrain/marraine

Non

vous nous avez connu...

Fiouh, PRD je dirais

un dernier aveu

ici

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 1:00



Before Genosha

we all have to start somewhere

Les premières années de la vie de notre très cher Sergeï semblent sombre, à tel point que, personne ne sait vraiment ce qu'il s'est réellement passé. En effet, par une belle soirée où l'on pourrait presque dire qu'il faisait chaud, un couffin fut laissé sur le parvis de l'église des Douze Apôtres, à Moscou. En son sein, reposait un enfant, âgé de deux ou trois ans. Trois grands coups furent donnés sur la lourde porte en bois, ce qui tira un certain Vladimir Dzagoev, prêtre de son état, de ses prières du soir. Sans grande hâte, il se releva douloureusement, son vieux corps peinant à se déplacer hâtivement jusqu'à la fameuse porte. En ouvrant, il ne vit d'abord rien, avant d'instinctivement regarder le sol, et y voir le "cadeau" laissé là. Le vieillard ne semblait guère surpris de voir un enfant sur le parvis. Les abandons étaient monnaie courante dans ce pays, seulement, cette fois-ci, le bébé fut remis à Dieu, et, le prêtre se décida à le prendre sous son aile, et de l'élever. L'enfant prit le nom de Sergeï, en référence au grand-père du vieillard, et, son patronyme lui fut donné.

L'enfant grandit dans la religion, apprenant dès son plus jeune âge tout ce qu'il devait savoir sur la chrétienté, et, l'enfant semblait prendre goût à tout ça. Les croyances de son père adoptif furent peu à peu ancrées en lui, si bien que,Sergeï vint à aider pendant les messes, récitant devant l’église des prières, malgré son jeune âge, aidant à toute sortes de choses. Il appréciait surtout les moments passés avec le vieil homme qui lui apprenait toute sorte de chose, sur la religion, l'humanité, ou encore l'URSS.

Quelques années plus tard, alors que l'adopté avait plus ou moins douze ans, le vieux Vladimir perdit la vie, le plus paisiblement possible, dans son sommeil. Ce dernier fut très vite remplacé par un autre prêtre du nom d'Igor, nettement moins chaleureux, nettement moins bon, et bien plus violent. En effet, cet homme de foi, passait son temps à boire, et à frapper l'adolescent, meurtrissant son corps à coup de poings, de coupelles, de crucifix, et tout ce qui lui passait sous la main d'autre. Cela endurcissait peu à peu l'orphelin, lui faisant découvrir un nouveau sentiment brûlant : la haine. Lui qui avait jusqu'à lors vécu dans un grand calme et dans la foi. La colère se joignit très vite à la haine, le faisant frapper des portes, ou des murs pour l’apaiser. Il rêvait de rendre la monnaie de sa pièce au nouveau prêtre, mais ce dernier était bien trop grand, et frappait bien trop fort.

La libération de tous ces maux arriva d'Igor lui-même. Alors qu'il partait pour un séminaire à Saint-Petersbourg, l'ancienne capitale, ce dernier amena Sergeï, et l'abandonna au coin d'une rue. Après tout, les abandons sont monnaies courantes se disait-il, Saint Petersbougr est une très grande ville, et les bambins laissés à eux-mêmes sont légions, personne ne se rendra compte de rien. Et c'est ce qu'il se passa. L'enfant dû apprendre à se débrouiller seul. Apprendre à voler aux étals, apprendre à dépouiller les gens dans la rue sans qu'ils ne s'en rendent compte, apprendre à se défendre contre d'autres habitants des rues, prêt à le dépouiller à son tour, ou encore, juste par envie sanglante. Les premières fois durent très douloureuses, et amères. Ensanglanté, laissé pour mort dans une ruelle sombre, mais survivant tout de même. Malgré ce quotidien horrible, le pire fut à venir. L’hiver russe est des plus meurtriers. L'abandonné réussit malgré tout à surmonter cela, dans les sous-sol de l’hôpital, emmitouflé sous plusieurs couvertures, ainsi passait-il ses nuits. La journée, il continuait à se battre dehors, devenant peu à peu, ce que l'on se faisait en image, d'un char d'assaut, du moins pour ses adversaires, peu âgés eu aussi. Après avoir pris des centaines et des centaines de coups, avec diverses armes improvisées, ceux de ses ennemis ne semblaient plus rien lui faire. Et, ses coups à lui, faisaient bien souvent leurs effets. Bien entendu, ceux-ci n'avaient absolument rien d'académique, mais, un bon coup de genoux dans les cotes, ou encore le nez fera toujours son petit effet. La rage parlait dans chacun de ses coups, et cela se voyait. Ce qui impressionnait le plus, était son absence de peur dans un combat qui semblait impossible à gagner. 8 contre 1, la plupart des gens essaieraient de s'enfuir. Lui non. Il restait stoïque devant ce qu'il avait à protéger, et meurtrissait ses assaillants un à un, leur faisant perdre courage peu à peu.

Petit à petit, l'enfant se fit un nom dans la rue. On en vint à le craindre, malgré sa solitude. Certains inconscient en arrivaient toujours à vouloir le défier, tantôt pour de la nourriture, tantôt pour des couvertures, tantôt pour le simple plaisir de tabasser quelqu'un. A ceux-ci, Sergeï n'avait qu'une réponse, la seule chose qu'il avait appris dans ce misérable pan de son existence ; la violence bestiale, pure et simple. Dénouée de tout sentiments, de toute compassion, de toute humanité. D'aucuns, diront de cet homme qu'une bête sommeillait au fond de lui. Une bête cruelle, maudite par une soif que rien ne pouvait étancher. Seul le sang semblait capable de calmer cette créature, ça et le bruit des os brisés, des pleurs, des supplications ou encore de l'odeur des excréments que relâchaient ses victimes lorsqu'ils en arrivaient à prendre conscience que rien ne pourrait l'empêcher de continuer ce qu'il était en train de faire. Oui, le gentil petit enfant de cœur était devenu un être abominable, la seule façon pour lui de survivre à ce monde hostile qui s'était ouvert à lui, celui de la rue. Mais pas n'importe quelle rue non. Il n'eut pas la chance de vivre, comme vous dans de beaux pays comme les États-Unis, la France, l'Italie ou je ne sais quel pays encore, non. La Russie était un monde différent. Bien différent. L'hiver de l'Est est une des pires choses que l'on puisse endurer sans un toit, sans une cheminée, sans un repas chaud. La solitude ne fit qu'accentuer cela, le faisant petit à petit sombrer dans une obscure folie. La violence était devenu son quotidien, comme la faim, le froid, la puanteur et le désespoir. C'est, dans cet enfer blanc que la première forme de sa mutation prit forme, une résistance accrue, bien au-delà de ce qu'un humain était capable, qu'un homme sur-entraîné même et pourtant, lui n'était encore qu'un adolescent. Lorsqu'il y rependait, Sergeï se plaisait à penser que s'il était aussi solide à tout ce qui pouvait arriver, c'était en grande partie à cause, ou plutôt grâce à cette enfance des plus difficiles, sans même se douter que ce Dieu qu'il ne priait plus lui avait octroyé des dons.

C'est à ses seize ans présumés que son second don se dévoila à lui. Un don magnifique mais qui pourtant le conduisit aux portes de la folie. Une folie que son esprit et son corps torturé n'avaient guère eut l'occasion de visiter jusqu'ici. Une folie qui aurait pu avoir raison de lui, purement et simplement. Sans crier gare, cette chose pénétra son esprit pour ne plus jamais être capable d'en ressortir. Notre homme devint tout à coup capable de voir l'avenir. Rangez vos superstitions stupides à base de thé, de feuilles ou de boyaux servant de catalyseur à de quelconques visions. Il s'agissait là de réelle vision, tout ce qu'il pouvait apercevoir dans celles-ci se passaient, de la façon même qu'il l'avait vu. Malheureusement, ses visions étaient constantes. Permanentes et inarrêtables. En effet, il était capable de voir à chaque instant ce qu'il se passait trois secondes dans le futur. Inutiles diront certains, dites cela aux innombrables victimes de cet homme, foudroyé par un guerrier capable de prévoir chacun de vos mouvements, de vos gestes, de vos pensées et de vos coups. Malheureusement, il fallut au garçon du temps pour maîtriser cela. Beaucoup de temps, d'effort, de courage mais surtout une volonté à toute épreuve. Imaginez-vous bombarder de visions continuellement, qui s’entremêlent entre elles. Car oui, toutes ses visions se superposaient et il fallait faire le tri dans son esprit pour comprendre de quoi il s'agissait, le tout en ayant conscience du présent et de ce qu'il se passait devant lui. Durant cette époque où l'enfant des rues ne contrôlait plus rien, ce dernier prit d’innombrables raclées par ses précédentes victimes, qui n'aspiraient qu'à une simple vengeance pour ce qu'ils avaient subis par le passé, laissant le solitaire pour mort un nombre incalculable de fois. S'il n'avait pas été béni d'un second don, Sergeï serait sans nul doutes mort bien rapidement.

C'est lors d'un combat désespéré que l'adolescent finit par comprendre tout ce qui passait par son esprit. Qu'il comprit comment s'en servir et comment interpréter tout cela. Un nombre trop grand pour qu'il puisse le compter. Des visages trop nombreux pour s'en rappeler. Des armes en tout genre et de toute catégorie pour se rendre compte de la voie sans issue qu'il venait de prendre. Ce combat-là eut un spectateur. Un homme de la quarantaine, un militaire. Il avait voulu intervenir mais était arrivé trop tard. Non pas pour Sergeï non, mais pour sauver les pauvres âmes infortunées qui s'étaient retrouvées au mauvais moment, au mauvais endroit. Cette bête qu'il avait fait sommeiller durant tant de temps se libéra pour les engloutir, tous, sans exception, dans un torrent de violence primitive, de sang, de cris et d'os broyés. Ce jour-là, on aurait pu imaginer cet homme être un danseur, tant et si bien qu'il semblait éviter les coups venant de tout azimut, comme si … Comme s'il était capable de voir dans toutes les directions. Certains coups étaient inévitables, bien entendu, mais, il semblait toujours capable de créer une protection temporaire pour s'en protéger. Un bras, une jambe, une tête, un torse, ou un corps. C'est devant une marée de vaincus que l'homme se tenait, recouvert d'un sang qui n'était pas le sien, essoufflé, enragé et sans le moindre remord.

Ce spectateur ne crut guère ce que ses pauvres yeux venaient de voir. Comment un simple gamin, dont personne ne soupçonnait l'existence était capable de pareille chose ? La Mère-Patrie étant, à cette époque en plein milieu d'une guerre, que l'Histoire renommera Froide, par la suite, ce soldat vit en ce garçon une recrue exemplaire. Une arme à utiliser pour vaincre l'ennemi capitaliste. Une arme à se saisir de toute urgence. C'est ce qu'il tenta de faire, d'une manière subtile. Manière de faire qui semblait presque oubliée par l'orphelin ; la diplomatie. L'homme lui expliqua que l'armée recrutait et que le Père des Nations cherchaient des gens de son acabit, de sa force et de sa trempe. Il aurait à se battre, encore, mais il aurait un toit sur la tête, un lit où dormir, de quoi calmer cette faim dévorante et ce, chaque jour que Dieu ferait. Plus que d'être craint et menacé à chaque instant il serait respecté et épaulé par des frères d'armes, plutôt que d'être seul en terrain ennemi, à chaque instant.

Comment pouvait-il refuser ? Tout ce qu'il avait cru disparu à jamais. Tout ce qu'il avait cru entrapercevoir dans une vie antérieur lui était offert sur un plateau. Mieux que ça, toutes ses promesses se retrouvèrent être vraies. Certes, le jeune homme demeurait craintif et sauvage mais, personne dans sa caserne ne tenta de le voler ou de le frapper par pure violence. Sans doutes aussi que, ses frères d'armes avaient déjà vu ce dont il était capable et que, se mesurer à lui serait une mauvaise idée, mais, dans tous les cas, rares étaient ceux à avoir de mauvaises intentions. On le forma aux arts militaires, notamment le Systema, cet art martial violent, qui combinait percussion, clés en tout genre, ainsi que le combat au sol. Cet art, Sergeï en devint très rapidement un grand amateur et, voyant ses divers maîtres chaque jours, en vint à le maîtriser en une poignée d'années aussi. On l'éduqua aussi au maniement des armes à feu en tout genre afin de devenir un parfait petit soldat. Après quelques années de bons services et de recommandations toute plus élogieuses les unes que les autres, il intégra les forces spéciales, les spetsnaz où, sa constitution fut mis à rude épreuve. Malgré le fait que celle-ci ne soit plus tout à fait humaine. On le forma plus intensivement, plus durement et de façon plus poussée sur de nombreuses choses, comme l'intervention sur tout type de terrains et les tactiques de guérilla.

Sa première mission au sein de ses fameuses forces spéciales changea sa vie, littéralement. Elle ne l’amena guère loin de chez lui, en Ukraine, pour sécuriser un endroit. Durant cette mission, notre homme sauvage fit la connaissance d'une femme. Une belle femme, douce et agréable qui, pour une raison inconnue sembla grandement apprécier cet homme. Ils en vinrent à sympathiser et devinrent même intime, et ils se revirent, plusieurs fois. Ou plutôt, à chaque fois que Sergeï disposait de la moindre perm'. Rapidement, la belle se fit de plus en plus ronde, plus fatiguée, plus énervée, plus contraignante. Lui qui n'était qu'une bête assoiffée de sang et de violence allait être père. Comment ? Pourquoi ? Que pouvait-il faire ? Quel genre de père serait-il ? Comment pourrait-il l'élever lui qui n'avait pas eu d'enfance. Comment pourrait-il combler tous ses besoins ? A cette question, le soldat trouva rapidement une solution. Il quitta l'armée et se fit mercenaire. L'Est européen, à cette époque, avait grand besoin de ce genre d'hommes, prêt à tout. Ainsi, dans ce chaos, Sergeï se fit rapidement suffisamment d'argent pour subvenir à sa fille. Sa très chère fille, Yulia. La seule personne qui avait réellement réussi à entrer dans son cœur. La seule personne qui le faisait se sentir humain. La seule personne qui lui donnait un réelle raison de se lever le matin. La seule personne capable de réchauffer son cœur. Tout ce qu'il avait, tout ce qu'il aurait, tout ce qu'il était et tout ce qu'il serait serait à elle, définitivement et sans la moindre hésitation.

En tant qu'arme à louer, Sergeï dut se résoudre à faire des choses horribles. Du moins, ces choses auraient été horribles pour la plupart des gens. Pour tout ceux ayant encore une étincelle d'humanité au fond d'eux. Notre ami, lui, l'avait perdu bien longtemps auparavant. La vie dans la rue l'avait rendu presque insensible à la violence, solide comme un roc, inébranlable. Il avait toujours été prêt à tout pour survivre alors que, au fond, sa vie ne valait rien, même pour lui. Dès lors qu'il avait trouvé un sens à son existence, dès lors qu'il avait enfin trouvé quelqu'un à protéger et à aimer, le peu de compassion qu'il avait pour les autres disparu, laissant ce qui sommeillait en lui prendre son envol pour détruire ses cibles, brutalement et efficacement. Enchaînant les missions et se faisant peu à peu un nom dans ce monde obscur, il réussit rapidement à amasser suffisamment d'argent pour permettre une belle vie à sa chère fille. Malheureusement, sa compagne l'apprit. Comment ? Une question qui demeura en suspens toute sa vie. A vrai dire, cette femme semblait savoir des choses, régulièrement, qu'elle n'était pas sensé savoir. L'homme ne réussit jamais à dénouer ce mystère, car, après cette dispute, il ne la revit jamais. Ou plutôt, ne les revirent jamais. Cette femme ne souhaitait pas élever un enfant avec de l'argent sale et surtout, avec un père prêt à commettre des massacres. Comment le verrait-il en grandissant ? Quelle image aurait-elle ? Comment pourrait-il avoir de l'affection alors qu'il pouvait déchiqueter des hommes sans même sourciller ?

Son cœur se brisa, tout comme son esprit. Il venait de tout perdre. Tout. Comment pourrait-il vivre et avancer sans sa Yulia ? Comment pouvait-il avancer dans les ténèbres sans son unique soleil ? Comment pouvait-il survivre dans ce monde horrible sans son unique bouée ? Comment pouvait-il avancer dans la vie sans son petit ange pour veiller sur lui et le guider ? Non, cela était impossible. Désormais, l'homme n'avait qu'un objectif, la retrouver. Coûte que coûte. Retrouver sa vie perdue, absolument. Cependant, en y réfléchissant, la mère de son enfant n'avait peut-être pas tout à fait tort. Que pouvait-il bien lui apporter ? Lui qui n'avait connu que la violence, le carnage, la solitude et la souffrance ? Que pouvait-il lui montrer ? Lui qui ne connaissait que la diplomatie des poings et des armes ? Comment pourrait-elle se montrer fière d'un tel père ? Comment pourrait-elle aimer pareil monstre ? Oui, elle avait raison et lui tort. Oui, tort. Il y avait bien une autre chose que l'homme connaissait. Qu'il avait connu bien avant un monde empli de violence. L'église, la religion et ses enseignements.

C'est ainsi qu'il arpenta le monde, à la recherche de sa fille et de celle qu'il aurait pu appeler sa femme, en se faisant passer pour, en premier temps pour un missionnaire puis, rapidement, pour un pope missionnaire. Après tout, pourquoi pas ? Il connaissait tout ce qu'il y avait à savoir et, rapidement, les lectures de Dieu lui revinrent en tête et, la Sainte Bible fut connut par cœur. Distribuant la bonne parole et aidant les populations dans un pacifisme exemplaire, notre ami espérait pouvoir rester ainsi toute sa vie. Malheureusement, cela était sans compter cette bête au fond de lui, qui ne cessait à le pousser à faire ces hideuses choses. Toujours plus assoiffée de sang. Toujours plus affamée de chair, de cris et de larmes. Il dut se faire violence à de nombreuses reprises pour ne pas la libérer, pour ne pas déchaîner cet avatar du carnage et de la destruction. Et pourtant, et pourtant … Durant l'un de ses voyages dans un petit village au centre de l'Afrique sans la moindre importance, le présumé pope fit face à la cruelle vérité de ce monde. La paix et la diplomatie n'amenait à rien pour certaines personnes. Il dut faire face à un groupe armé, menaçant plusieurs villages de destruction, de pillage, de viols et de kidnapping, ce qu'ils avaient déjà commencés à faire. En bon chrétien autoproclamé, Sergeï tenta de les raisonner, dans une maîtrise de la langue déplorable, ce qui ne put que faire rire les hommes. Ils le laissèrent cependant s'en aller, lui laissant une chance de survivre, étant un homme de foi.

Juste cette fois disait-il. Juste cette fois, je te libère, pour la bonne cause. Je m'occupe de ses hommes et, je te renvoi d'où tu viens. C'est ce qu'il espérait. La nuit tombée, l'homme se prépara, espérant ne pas se faire avoir après tant de mois de passivité. Ses dons, ses réflexes et son art seraient-ils toujours aussi bon après être devenu une sage brebis durant tant de temps ? Il ne pouvait que l'espérer. Dans la chapelle du village, notre homme obtint une tenue pour cacher son visage. Une simple tunique de moine, la croix autour de son cou, une capuche sur la tête et une simple ceinture faite de chapelets autour de la taille pour maintenir ses deux machettes. La bête se libéra et ne laissa pas un seul survivant. Quelques villageois virent leur héros durant cette nuit, ou plutôt sa silhouette et son accoutrement au goût douteux. Qu'il soit un envoyé du Diable, ou l'épée du Seigneur, cet inconnu les avait délivrés d'un fléau.

Ainsi, dès lors, durant ses voyages, Sergeï fit des massacres, un peu partout. Tantôt pour aider les civilisations, tantôt uniquement pour un contrat sur une tête. Même si, la plupart du temps, il essayait de faire de la meilleure des façons, il arrivait que sa bête se montre un peu trop gourmande, l'obligeant à agir contre ses pseudos-principes qu'il s'était imposés. Faisant un carnage supplémentaire pour étancher sa soif. A travers le monde, rapidement, l'on en vint à parler d'un mercenaire à tendance bienfaitrice. On le surnomma Priest, à cause de ce costume qu'il avait gardé et qui, étrangement le rendit célèbre. Cela était ironique d'ailleurs, car, cette toge fut celle d'un moine et non d'un prêtre mais, ce n'était guère important. Tout ce dont espérait Sergeï, qui se faisait grisonnant, était que sa fille puisse l'accepter sous ses conditions et … Un beau jour, il retrouva sa trace, une photo dans un bar avec son ancienne compagne, accompagnée d'une jeune femme. Une belle jeune femme, rousse, souriante, semblant être un ange. Son ange. Il l'avait retrouvé. Enfin. Il avait une piste à suivre, à remonter. Il était enfin heureux et plein d'espoir.

Malheureusement pour lui, cette poussée de joie fit tomber sa garde et, durant un de ses voyages, il se fit capturer. Un des hommes à la tête d'une troupe qu'il avait massacré, avec une certaine facilité. Ils lui étaient tombés dessus suffisamment vite et suffisamment nombreux pour que son don ne puisse avoir raison de cela. On le tortura, encore et encore. Non pas pour obtenir des informations, mais pour le simple plaisir. On avait fait perdre une grande quantité d'argent à un homme et, cet homme réclamait vengeance, d'une manière cruelle et horrible, à la manière du prisonnier. Le sommeil ne lui était autorisé, tout comme la nourriture. On ne lui offrait qu'un peu d'eau, afin qu'il ne meure pas trop vite. La pire des choses qu'on lui fit, fut son œil gauche arraché avec violence, lenteur, plaisir et de nombreux cris. Pire que ça, son don lui faisait revivre une infinité de fois ce qu'il se passait. Il crut mourir ce jour-là. Il crut voir son esprit s'éteindre. Il crut que tout était fini. Et pourtant, dans ses ténèbres insondables, une lueur apparut. Son soleil. Son ange. Son trésor. Sa vie. Le visage rayonnant de sa chère Yulia. Le simple fait d'apercevoir son sourire appaisa son cœur et ses souffrances. Comme si … Comme si sa seule pensée avait fait monter d'un cran sa résistance à la douleur qui était pourtant déjà exceptionnelle. Quoi qu'il se passe. Quoi qu'ils puissent lui faire, il s'en ressortirait, vivant, contrairement à eux. L'idée de tous les massacrer un à un, avec un plaisir malsain et une cruauté encore jamais atteinte durant sa vie de violence, le fit sourire de façon malsaine. L'idée de voir cet homme, face à lui, se faire déchiqueter le fit rire nerveusement. Ce rire en vint à étonner cet homme. Comment quelqu'un dans cet état pouvait-il être d'un coup amusé ? Le tortionnaire se fit avoir par un piège des plus idiots. En effet, le russe commença à marmonner quelque chose, dans un murmure. Ne comprenant guère ce qu'il disait et curieux de savoir la raison de son euphorie, sa future victime s'approcha. Encore. Encore. Encore. Jusqu'à ce que sa gorge soit à portée et, en un éclair, Sergeï se jeta sur celle-ci, pour la lui arracher de ses dents, dans un cri d'effroi étouffé par le trou béant qui remplaçait sa pomme d'Adam. La suite, je suppose que je n'ait guère à vous en parler. Notre homme réussit à se libérer et laissa libre court à son imagination qui n'avait cessé de déborder durant ses quelques jours assis et éveillés. Certains de ses ennemis pensèrent qu'il serait faible. Tantôt à cause de son œil en moins, tantôt à cause de ses innombrables blessures, tantôt par son manque de nourriture et de sommeil. Cependant, personne ne le connaissait. Nul ne savait ce qu'il avait traversé. Nul ne s'était rendu compte que l'état dans lequel il était, il l'avait vécu durant des années entières sans même sourciller. Ses yeux ne lui servaient que peu, le Seigneur lui avait offert un don exceptionnel. Un don capable d'anéantir une armée, qu'elle soit humaine ou venue tout droit des enfers. Ce don avait un nom ; Yulia. Tant qu'il aurait l'espoir de la revoir, tant qu'il aurait l'image de son sourire angélique, rien ne pourrait l'arrêter. Rien.

C'est après s'être fait soigner comme il le pouvait que, défiguré, notre homme se remit en route. Priant son Dieu pour qu'elle ne soit pas effrayé par cette apparence. Priant pour qu'elle ne le fuie pas à cause de cela. Par chance, il retrouva sa trace. Il la retrouva, plus belle encore que tout ce qu'il avait pu imaginer. Plus chaleureuse, plus rayonnante. Son sourire était définitivement un cadeau des anges, à n'en point douter. S'était-il suffisamment racheté ? Avait-il suffisamment fait le bien pour qu'elle en vienne à l'accepter ? Malheureusement pour lui, son Dieu avait une manière bien à lui de jouer avec l'un de ses sujets. En vérité, peu après qu'il l'ait vue dans la rue, survinrent les événements de Genosha, devant lui faire revivre, une fois de plus, la tristesse de sa perte. La douleur. L'effroi de ne jamais la revoir, mais aussi la douleur d'une vie de solitude, de violence et de sang.


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 1:00



After Genosha

life goes on

La seconde vie de Sergeï, celle après Genosha, sembla quelques peu … Plus clémente vis à vis de Sergeï. Il eut la chance de grandir dans une famille. Entouré d'un père et d'une mère aimants, du moins, suffisamment pour ne pas avoir l'idée d'abandonner leur enfant devant une église par une nuit glaciale. Il ne vécut donc pas dans l'horreur de la rue où, de chaque recoin pouvait arriver un danger Il ne dut pas vivre dans la faim, le froid et la soif. Il ne dut pas combattre chaque jour pour sa survie et pour imposer le respect. Enfin … Se battre, il dut le faire, toute son enfance. Non pas pour une quelconque idée de survie, mais pour apprendre et devenir fort. Devenir le meilleur. Dans l'idée de pouvoir mettre à genoux tous les ennemis de Hydra. De Hydra oui. Ses parents faisaient partis des grands noms de cette organisation. Non pas qu'ils fussent l'une des fameuses têtes de l'organisation non, mais ils étaient dans le haut de l'organigramme. Ainsi, l'homme voulait que son enfant puisse être utile à l'organisation. Qu'il puisse devenir une arme dangereuse pour celle-ci et l'éduqua dans ce sens. Sergeï avait un autre frère, Igor, qui semblait bien plus enclin à s'occuper des tâches de dirigeant. Bien plus concentré, bien plus diplomate, bien plus réfléchit et calme, tout en étant moins enclin à la violence. Car oui, dans cette nouvelle version du monde, celui qui avait récupéré son œil, garda cependant cette bête assoiffée de sang, qui ne demandait qu'à être libérée, encore et encore.

Sa formation dévoila bientôt une espèce de don pour le combat. Très jeune, Sergeï se montra doué pour le massacre et la neutralisation, semblant disposer d'un certain don. Offert par le Seigneur disait sa mère. Car oui, malgré cette appartenance à Hydra, sa mère croyait plus à l'existence de Dieu que d'un quelconque sauveur perdu sur un quelconque autre monde. Elle, n'avait rejoint Hydra qu'en épousant celui qui étai déjà au sein de ce groupuscule. A ce sujet, notre ami grandit donc, une fois de plus, dans la foi orthodoxe, lui faisant souvent se poser des questions sur les agissements de son père, mais respectant ce dernier et écoutant soigneusement tout ce qu'il pouvait lui dire et faire. Après tout, comment son père pouvait-il avoir tort ? Et, l'Ancien Testament n'était-il pas fait de guerres et de conflits en tout genre ? Oui, il fallait voir cela comme une guerre sacré, tout simplement. Dans cette version alternative de son histoire, le gamin garda aussi une résistance exceptionnelle aux coups, ce qui lui valut en grande partie d'être un combattant exceptionnel.

En grandissant, on l'initia aussi au maniement des armes en tout genre, pour faire de lui une machine de guerre. On voulut lui apprendre celles-ci le plus tôt possible afin que sa maîtrise soit haute lorsqu'il serait en âge de partir en mission pour l'ordre. Même s'il se révéla, une fois de plus, particulièrement doué dans l'art de défourailler ses adversaires avec toutes sortes d'armes, blanches, à feu, ou de jet, il garda une grande partie de sa vie une préférence pour les armes de poing. Maniable, fiable, suffisamment puissante pour percer un crâne, légère et suffisamment petite pour être cachée suffisamment.

Rapidement, il devint alors un agent de terrain pour Hydra, le faisant voyager de partout sur la planète pour enlever, exterminer, voler ou encore « interroger », sans même se poser la moindre question au sujet de ce qu'il faisait. Il était doué pour ça, il ne savait faire que ça. Pourquoi ne pas continuer ? En plus de cela, il avait une belle vie. Il était bien payé, avait une belle maison et une famille aimante. Pourquoi réfléchir plus que ça ? Comme dans sa précédente vie, l'une de ses missions finit par l'amener en Ukraine. Une fois de plus il rencontra cette femme et, une fois de plus il eut un enfant. Une fille, Yulia, qui devint rapidement le centre d'intérêt de son monde. Il voulait tout lui offrir, tout lui promettre, tout lui faire découvrir. Malheureusement, une fois de plus, sa compagne découvrit sa vraie nature. Sa réelle affiliation. Hydra. Comment la connaissait-elle ? Il n'en savait rien. Ceci dit, elle s'enfuit, sans laisser de trace, en compagnie de sa fille, pour les mêmes raisons.

Cela fit quelques peu réfléchir Sergeï, qui en vint à refuser certaines missions d'extermination de masse. Prétextant avoir prouvé sa valeur et n'ayant plus à faire ce genre de choses. Il s'occuperait désormais de cibles particulaires. Des traîtres. Des nuisibles. Des ennemis et des menaces potentielles. Ni plus, ni moins. Devenir bon, il ne le pourrait jamais. Se rebeller contre Hydra et sa famille, il ne le pourrait pas non plus. Cependant, il pouvait peut-être faire des choses un peu mieux. Ou du moins, moins pire. Ce fut là, que le personnage de Priest fit son apparition. Là où il allait, il prenait ce rôle au sérieux, grâce aux enseignements de sa chère mère. L'idée était la même, se cacher pour terrasser les nuisances locales, tant que cela n'interférait pas avec sa mission. Cela lui permis aussi de chercher plus efficacement sa fille et la mère de celle-ci. Après tout, qui pouvait bien refuser d'aider un pauvre prêtre orthodoxe qui recherchait sa fille ?

Malgré l'aide d'Hydra et de son réseau, malgré ses recherches incessantes, il fallut d’innombrables années à notre faux-prêtre pour retrouver leur traces. Comment avait-elle réussi à se cacher si longtemps ? Le mystère demeurait entier. Pire encore, le lieu où cette femme s'était cachée, l'ile de Genosha, notre homme s'y était déjà rendue, une dizaine d'années auparavant, pour retrouver un traître et sa famille de traître. Il les tortura, pour le plaisir, mais aussi pour le simple et unique fait qu'on ne trahissait pas Hydra, avant de les laisser succomber doucement à leur blessures et de les laisser en pâtures aux animaux, sans le moindre remord. Comment avait-il pu passer à côté d'elles ? Voilà une grande question. Ayant enfin retrouvé leur trace, notre ami s'installa sur cette île. Prenant possession de la seule église orthodoxe de celle-ci, devenant officiellement – grâce a des moyens bien moins officiels – le nouveau pope de celle-ci. Il fit de cette église une base avancée pour l'organisation. Les sous-sols furent réaménagés pour servir de base de secours, mais aussi de planque pour tout membre en danger. Sa fille était importante, mais il ne pouvait pas pour autant renier sa seconde famille. Hail Hydra. S'il réussit à parler à cette douce jeune fille qui était devenue belle comme le jour ? Pas encore. Trop nerveux, trop peux sans doutes. D’innombrables scénarios se dessinaient dans son esprit et, aucun d'eux ne se finissaient bien. Malgré tout, un jour, il irait lui parler et lui dirait tout. Mais pas aujourd'hui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Past



Archer - Espion


Hawkeye
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Redoutable archer - Expert en combat - Acrobate - Ne rate jamais sa cible - Espion - Expert en informatique, fabrication des armes et le pilotage des avions, motos, quinjets etc ...
Loki Odinson - Gadreel F. Sharpe - Nicholas S. Frances - Lilith Dracul - Ernessa J. Quiles
480
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 1:30

Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 10:38

Re-bienvenu !!

Ton gif est dégeu

Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
James B. BarnesHumain modifié
avatar

Winter Soldier
4 / 54 / 5
3 / 53 / 5
Un bras cybernétique qui lui permet d'avoir une force presque surhumaine. Un métabolisme accru ; des facilités dans le maniement des armes tel qu'elles soient. Des facilités dans les combats à mains nues ainsi que dans l'espionnage.
Ethan Ezel
637
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 11:36

Je suis d'accord avec Wanda, ton gif est dégueu J'aime bien

Re bienvenue sinon Sergouille ♥️

Courage pour la fin de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 11:37

Re-bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 12:38

Rebienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 12:49

Merci les gens :cute:

Et il est très bien mon gif namého
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 13:21

Mon futur popaaaaa !!! Re bienvenue à toi ! J'ai hâte de te lire :cute:
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Hill
4 / 54 / 5
0 / 50 / 5
Aucun pouvoir, mais elle est une excellente combattante à mains nues. C'est une experte dans le maniement des armes à feu et des armes blanches. Elle se débrouille aussi très bien dans le piratage des ordinateurs.
Casey, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
770
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 13:38

Rebienvenuuuuuuue!

Bon courage pour la suite de ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 13:53

Re-bienvenue !
Maaaaaaaaaaads ! (Mais je plussoie, le gif est dégueu ! )
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mar 19 Juil - 16:31

Merci à vous :cute:

*câline sa Harper*

Non, il est très bien mon gif, ça montre juste ce qu'il va faire à ceux qui s'approchent un peu trop de sa fille
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seth
4 / 54 / 5
2 / 52 / 5
* Contrôle du corps, je peux faire battre votre cœur plus vite ou plus lentement, briser vos os, affaiblir vos muscles...le soigner ?

* Chance de zouf
504
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Mer 20 Juil - 20:37

Je n'approuve pas ton choix d'avatar....(détestation totale de Maaaaaaaaaads) mais ton perso a l'air cool et par amour de toi, je suis prêt à l'aimer aussi.
Bon courage pour ta fiche !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Agent 13 mais Peggy ou Agent Carter suffiront
3 / 53 / 5
0 / 50 / 5
Peggy n'a pas de pouvoir à proprement parlé mais elle maîtrise les arts martiaux, sait tirer avec une arme, parle français et anglais, sait manipuler les mots à son avantage et est une experte en stratégie.
657
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Jeu 21 Juil - 20:27

Oh, Mads Et le personnage de folie

Rebienvenue et bon courage pour finir ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Ven 22 Juil - 1:27

Elle se termine cette fiche ?

Faut que je me confesse, viiiiiiiiiiiite !

Bienvenue encore ! Super choix d'avatar et ce personnage a l'air tellement que je ne trouve pas mes mots (mais j'en trouverais en rp, ce sera plus pratique).
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Ven 22 Juil - 1:57

Comment peut-on ne pas apprécier Mads petit Seth? Cet homme a la classe parfaite. Je te remercie cependant pour tout le reste, ça fait plaisir :cute:

Tu sembles dire ça pour chacun de mes persos petite Peggy, aurais-je une fan? What a Face
Dans tous les cas, merci beaucoup, ça fait très plaisir

Oh une petite russe sauvage
Tu viens te confesser quand tu veux où tu veux
Dans tous les cas, tous ces petits mots me font grandement plaisir, j'espère ne pas te décevoir en RP :cute:
Revenir en haut Aller en bas
MarvelAdmin
avatar


E S C A P E M A D N E S S

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
1619
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Ven 22 Juil - 23:51





Félicitations

You are one of us now

Tu as officiellement perdu tes souvenirs et tu es maintenant un habitant de l’île paradisiaque de Genosha!


Un perso original comme à chaque fois; une fiche agréable à lire mais ça ne m'étonne pas ! Bienvenue à Serge ! Amuse toi bien avec lui ^^


Maintenant que tu es validé, que tu as ton groupe et ta couleur, il est maintenant le temps de t’amuser avec nous! Mais avant tout pense à passer dans ce sujet pour recenser ton pouvoir et/ou ton métier et/ou ta ville de résidence. Ensuite, va poster ta fiche de liens et de rps pour qu’on puisse venir t’harceler! Si tu souhaites t'inscrire au loto du RP, tu n'as qu'à t'inscrire! Un partenaire et un sujet te seront donnés! Tu peux aussi créer un scénario. Surtout, n’hésites pas à passer sur la CB, dans les jeux et le flood pour du fun fou!

J’espère de tout mon cœur que tu te plairas sur House of M!

Il ne me reste qu’à te dire : BON JEU!

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.   Ven 22 Juil - 23:56

Merci ma petite :cute:
Comme à chaque fois, le petit commentaire fait très plaisir

Je vais m'occuper de tout ça :cute:
Revenir en haut Aller en bas
 
Sergeï Dzagoev - Un homme bon, généreux et équilibré.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme de goût...
» Un homme tout nu !!!
» Nu d''un jeune homme...
» L'homme sans jambes, sans bras...
» Quel comportement faut t'il avoir face a un homme infidèle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: Fiches de présentations-
Sauter vers: