Partagez | 
 

 Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Mar 16 Aoû 2016 - 7:51


Bénissez moi parce que j'ai péché

la maison de Dieu...rien de plus qu'un tas de briques... Une assiette vient se briser avec fracas contre un mur. Et pas loin de moi en prime. Mais ça ne m'empêche pas de continuer de hurler. Thomas aussi. Et il continue de lancer tout ce qui lui passe par la main. On va bientôt détruire l'appartement. Je me mets aussi à jeter des choses. Son agenda pour être précis. Qu'il avait laissé trainer. Des papiers volent partout. Et il a l'air furieux. Il file vers mon bureau. Je lui cours après pour l'empêcher de faire ce qu'il a en tête. Mon travail est important. Hors de question qu'il le foute en l'air. Même si ce soir il me hait. Je l'engueule en voyant qu'il s'approche de la table à dessin. Si il fait ça...Et il le fait. Il fait pire. Il pousse la table qui se renverse. L'encre coule partout. La table se brise. Les dessins sont éparpillés. Et maculés d'encre. Je vais le tuer. Je vais vraiment le tuer. On se bat. Quelques coups de poings plus tard je fous le camp. Ma lèvre me fait mal. Elle est un peu ouverte. Et ça saigne. Ce qui me console, c'est de savoir qu'il a la même gueule que moi.

Le premier bar qui passe fait l'affaire. Et j'enchaine les verres. Pendant des heures. Il est bientôt trois heures du matin. Et je ressors du bar. Parce qu'il ferme en fait. Et que ben du coup on me met dehors. Je n'ai pas l'esprit clair. Pas du tout même. Et j'erre un petit moment. Je me fiche de mon chemin. Ou de ma destination. Ce qui compte c'est d'oublier. De me noyer dans un brouillard éthilyque. Et quand le brouillar se dissiperait, de passer à la brume des narcotiques. On verra plus tard. Pour l'instant, j'entre quelque part. Je ne sais pas où c'est. Je ne fais pas attention en fait. Même si je faisais attention, je pense pas que je saurais où je suis. Je suis totalement carpette. Et une envie de pisser me prend en plus. Un truc paf d'un coup ! En plus ça tombe bien, y'a des toilettes. Bon c'est un peu bizarre. Un truc genre cabine en bois. Y'a pas de lumière. Et quand j'ouvre la porte c'est tout noir. Je sors l'engin. Et je me soulage grandement. Y'a pas de cuvette non plus en fait. C'est quoi cet endroit en fait...? 

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Mer 17 Aoû 2016 - 13:27



" Bénissez moi parce que j'ai péché "


Christopher & Sergeï







Cette soirée-là, notre cher ami russe l'avait passé comme de nombreuses avant celles-ci. En partie à boire un eu dans son coin, en partie à s'entraîner, particulièrement avec les deux tarés qui squattaient le sous-sol et qui avaient toujours l'espoir d'un jour réussir à surclasser celui qu'ils appelaient, ironiquement le p'tit vieux. P'tit vieux qui restait tout de même capable de leur mettre une bonne branlée sans le moindre problèmes d'ailleurs. Mais au final, les trois s'entendaient plutôt bien et s'appréciaient relativement, d'une façon certes étrange, mais ils s'appréciaient tout de même. Leurs entraînements avaient du bon pour chacun d'entre eux, eux qui avaient sans doutes pris l'habitude d'avoir le dessus sur un bon nombre de leurs adversaires se retrouvaient face à un obstacle difficilement surmontable et lui, gardait la forme. Approchant la cinquantaine, l'agent de Hydra sentait bien qu'il était sur le déclin, que cela soit pour son agilité ou ses réflexes, ces derniers ne pourraient continuer qu'à sombrer, encore et encore. Par chance, l'homme avait toujours plus compté sur sa puissance de frappe et son endurance, qui, malgré l'âge atteignait toujours le sommet. Ainsi, la fougue de la jeunesse lui permettait de rester en alerte, quitte à en prendre quelques uns dans la tronche, de temps à autres. Tout comme lui, les deux frangins n'avaient rien de tendres et innocents gentils garçons, bien au contraire.

Ainsi, cette soirée qui s'annonçait comme n'importe quelle autre avant celle-ci, finit par créer la surprise. Une mauvaise surprise certes, mais une surprise tout de même, qui finit par occuper le temps de l'étranger. En effet, alors qu'il était sagement dans ses appartements, un bruit lourd se fit entendre, venant de l'église juste au dessous. La grande porte n'avait pas été fermée, ce qui l'exaspéra grandement. Un petit con était entré et, cela ne lui plaisait pas vraiment. Posant doucement la bible qu'il était en train de lire sur sa table, l'homme finit par descendre dans le lieu de culte pour n'y voir personne, nulle ombre, nulle silhouette. Cependant, un bruit étrange se fit de nouveau entendre, dans le confessionnal. De rage, Sergeï pressa le pas pour y découvrir un homme, ivre, en train de pisser sur le siège en bois. Plutôt que de directement frapper au but, l'homme fit un signe de croix, levant les yeux vers le Christ accroché dans le parloir pour lui adresser quelques mots dans sa langue maternelle. « Seigneur, pardonnez-moi pour ce que je m'apprête à faire dans votre demeure. Je ne peux laisser faire ce genre de choses dans cet endroit sacré. » Et ainsi, avant d'attendre que l'homme alcoolisé ne finisse son affaire, Sergeï attrapa l'inconnu par les cheveux, lui donna un coup de pied à l'arrière du genoux pour le faire chuter et ainsi venir lui éclater à de nombreuses reprises le visage contre le siège souillé, jusqu'à entendre un craquement si joyeux à son oreille. Pour celles et ceux qui auraient encore un doute, ce n'était pas là un craquement de bois.

Malgré les gémissements de douleur de sa victime, Sergeï ne se priva pas de continuer. Posant son pied sur son mollet et forçant dessus sans la moindre gêne, notre ami commença à frapper avec joie un peu de partout sa victime, en particulier dans les cotes et dans l'aine. C'est après s'être suffisamment amusé et, s'être assuré que le poivrot s'en souviendrait un long moment, qu'il relâcha sa prise pour, à la place, venir coincer son bras dans une position douloureuse, une clé à deux doigts d'être verrouillée et ainsi créer un nouveau craquement qui n'aurait été que du miel aux oreilles du prêtre. Lui laissait-il une chance ? Certainement pas, au moindre geste, le craquement aurait lieu et, sans doutes aurait-il lieu à la fin, quoi qu'il se passe. Alors, il appuya à nouveau sa tête contre le banc, dégainant cette fois-ci son couteau pour venir le coller à côté de son visage. Il me faut aussi préciser que notre cher ami de l'Est a une définition du couteau bien à lui. En dessous de trente centimètres de lame, c'est un cure-dents. Je suppose donc que vous pouvez vous imaginer par vous-même le type d'arme employé. Attrapant sa tête pour venir coller la lame derrière son oreille, l'homme prit enfin la parole dans un anglais mâché par son fort accent russe, mais surtout par sa méconnaissance de la langue locale. « Maintenant, lécher. Nettoyer. Propre. » Serrant un peu plus la lame contre l'oreille il lui entailla la base de celle-ci pour montrer à quel point il était sérieux. Comme si … Comme si une précision supplémentaire était nécessaire après tout ça. « Ça pas être une question. Ou, peut-être, petit con vouloir découvrir douleur perte une oreille. Moi pas conseiller. Douleur. Fort, très fort. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Mer 17 Aoû 2016 - 14:35


Bénissez moi parce que j'ai péché

la maison de Dieu...rien de plus qu'un tas de briques... Je suis tranquillement en train de me soulager. Et je fais pas attention à ce qu'il y a autour. Même si au final, ça ressemble pas à des chiottes cet endroit. Maintenant que j'y pense...En fait, ça ressemble à un truc en bois. Genre heu...Petit truc pour se cacher. Ou non non ! Je sais ce que c'est ! On dirait un confessionnal en fait. Des tas de crétins y vont pour raconter leurs péchés à un mec en robe. genre comme si ils allaient être pardonnés. Comme si il y avait quelque chose à pardonner en fait. Le paradis c'est des conneries. Alors autant pécher et se foutre du vieux barbu. S'enfermer dans une boite comme ça n'a aucun intérêt. Sauf avec une fille. J'ai déjà couché dans un confessionnal. Une fois. C'était une nana super croyante en plus. Un petit verre de trop et pouf ! Elle s'est transformé en diablesse. C'était grandiose. Mais c'est pas pareil là. Je suis tout seul. Et je sais même plus comment je suis entré ici en fait.

Quelque chose m'attrape les cheveux. Fortement. Mais je n'ai pas le temps de savoir ce que c'est. Un violent coup de pied dans le genou me fait chuter. Je tombe à genoux dans le confessionnal. Ce qui se passe ensuite me brouille encore plus les idées. Ma face frappe de trop nombreuses fois une surface dure. Je n'ai même pas le temps de crier. A peine de gémir. La douleur est atroce. Un craquement sinistre retentit. Et marque la fin des allées et venues de ma tête dans l'air. Mon nez pisse le sang. J'en ai plein dans la bouche. Et le goût est tout sauf agréable. Ferreux. Chaud. Et la douleur qui va avec ne m'aide pas. Je crois que l'alcool s'est complètement dissipé cela dit. J'espère que c'est fini. Je ne comprends même pas pourquoi on m'a frappé comme ça. Avec autant de violence. Et de hargne. On m'en veut visiblement. Serait-ce Thomas qui a envoyé quelqu'un pour m'en mettre plein la gueule ? Nan il ne ferait pas ça. Et je ne crois pas avoir contrarié quelqu'un. Enfin pas plus que d'habitude. Alors pourquoi...?

Mais non ce n'est pas fini. De nombreux autres coups suivent. M'arrachant de nombreux gémissements. Et des petits cris lamentables. Je souffre comme jamais. Pourquoi...? Même si je pouvais bouger, j'oserais pas. Le mec a une force pas croyable. Dans les bagarres de bar, je peux me défendre bien. Mais là c'est même pas la peine d'essayer quoi que ce soit. Si je tente un truc, ça sera pire. Et je sens déjà suffisamment la douleur comme ça. Je prie pour que ça s'arrête. Et ça finit par s'arrêter. Pour à la place me broyer le bras. Il est pas cassé. Du moins, j'entends aucun grand craquement. Mais il est complètement coincé et ça fait mal. Ma tronche vient encore une fois se coller sur la surface dure. Vu que ma tête ne cogne plus dessus violemment, je vois qu'il s'agit d'un genre de banc. Un énorme couteau vient prendre place à côté de ma tête. Pour être plus précis, elle vient se coller à mon oreille. Et enfin, le bourreau parle. Avec un accent russe effroyable. On se croirait dans un James Bond. En guise de ponctuation, le couteau vient m'entaille un peu l'oreille. Ce qui m'arrache un nouveau petit cri. Et il reprend avec une menace. Une menace que j'ai pas envie de prendre à la rigolade.

Je n'ai pas vraiment d'autre choix. Aucun même. Je tiens à mes oreilles. Et à mon bras. Et je sens que ce mec ne plaisante pas. Il va me broyer les os. Et m'arracher l'oreille. Si jamais je rigole...C'est la première fois que j'ai aussi mal. Enfin je crois. Quelque chose en moi me dit que non, j'ai déjà ressenti ça avant. Je m'en souviens pas en tout cas. Résultat, me voilà en train de lécher comme je peux mes dégâts. Et ça a un goût horrible. Pire que le sang dans ma bouche. Si je pouvais faire autre chose, je le ferais. Mais je peux pas. J'ose cependant dire quelque chose. Entre deux coups de langue. " Je suis désolé pitié... " 

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Jeu 18 Aoû 2016 - 19:24



" Bénissez moi parce que j'ai péché "


Christopher & Sergeï







C'est avec une certaine satisfaction que Sergeï remarqua que sa victime écoutait scrupuleusement ce qu'il venait de lui dire et, mettait du cœur à l'ouvrage pour tenter de nettoyer le bordel qu'il avait fait. Oh, il y aurait sans doutes un peu de sang à nettoyer mais cela ne le dérangeait pas. La pisse, il n'y toucherait pas et, ça tombait bien, il avait le parfait petit con à faire travailler. Oh, Sergeï mourrait d'envie de tuer cet homme, cela lui serait tellement simple de lui briser la nuque, ou encore de faire glisser la lame sur sa gorge, mais, malheureusement, le prêtre avait besoin de quelqu'un pour nettoyer et, malgré tout ce que l'on pouvait dire sur lui, il n'en demeurait pas moins un vrai croyant et, même si massacrer des gens ne le dérangeaient pas particulièrement, notre homme n'avait jamais osé tué quelqu'un dans un lieu de culte. Certains penseront qu'il ne s'agit là que de superstition ou autre mais, la réalité était qu'il ne s'agissait là que de grand respect pour ces lieux, tout simplement.

Quelque chose finit par amuser grandement l'étranger. En effet, rapidement et après avoir relativement peu nettoyé le bordel qu'il avait causé, l'inconnu se mit à demander pitié à son tortionnaire. Le prêtre rit un bon coup avant de pousser l'entaille un petit peu plus loin, se délectant du son des gouttes tombant dans la flaque qui recouvrait désormais le banc. « Pas connaître pitié. Pas connaître mot. Si pas vouloir mourir. Nettoyer. Lieu de culte sacré, maintenant puer. Pas bien, pas bien du tout. Moi énervé. Arrêter de parler sinon bras … crac. » Oh, son bras allait sûrement casser à un moment ou un autre, sans le moindre doute. De toute façons, Sergeï voulait laisser un souvenir à cet homme. Un souvenir qui l'empêcherait très certainement de recommencer ce genre de conneries par la suite, du moins, s'il survivait à cette soirée. Car oui, même si notre homme ne pouvait pas tuer quelqu'un dans l'enceinte de l'église, rien ne l'empêchait de le trimballer dans les sous-sol, qui était une planque de Hydra pour s'en occuper, ou encore de l'amener sur les docks pour lui planter une balle en plein milieu du front, sans la moindre hésitation. La raison ? Savoir s'il allait nettoyer suffisamment vite pour que sa patience ne s'envole pas. « Petite merde devoir nettoyer plus vite. Pas avoir nuit entière pour occuper de ça. Vite. Plus. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Ven 19 Aoû 2016 - 4:16


Bénissez moi parce que j'ai péché

la maison de Dieu...rien de plus qu'un tas de briques... Vraisemblablement, demander pitié n'était pas une bonne idée. Parler non plus a priori. J'aurais du la fermer. Mais j'ai pensé...J'aurais pas du penser en fait. J'arrête d'ailleurs. Le gémissement misérable que j'émets suite à la pression plus forte du couteau est tout ce qui sort de mes lèvres en réponse. Ce type est un fou furieux. Depuis quand les églises sont-elles gardées par des mecs du KGB hein ? J'ai envie de hurler. D'appeler à l'aide. Mais j'ai cette sensation affreuse que personne ne répondra. Que même si on m'entend, personne ne fera rien. Et c'est pas dit qu'on m'entende déjà. En plus, si je crie comme ça, et que personne vient, ça va énerver l'autre là. Et j'ai pas envie qu'il m'arrache le bras. Ce dont je le sens tout à fait capable à l'instant présent. Pourquoi ce genre de trucs n'arrive qu'à moi hein...?

Malgré le goût horrible de cette punition, je m'exécute aussi vite que je peux. Mais il faut avouer qu'avec la douleur de partout...Ce n'est pas des plus évidents. La seule satisfaction que je puisse avoir, c'est que ce n'est pas un "ennemi". C'est juste un prêtre ninja qui m'en veut d'avoir pissé dans son église. C'est déjà ça ! Au moins j'ai pas à craindre d'autres représailles par la suite. Mais cette nouvelle information est accompagnée par une autre. Aucune chance de lui faire entendre raison à un moment ou un autre. Avec quelqu'un de normal ça aurait pu marcher. J'aurais pu proposer de l'argent. Ou ce genre de choses dont, au fond, je me fous. Mais avec cet engin-là...Un petit garçon de choeur peut-être...? J'en ai pas sous la main malheureusement. Toujours avec un gamin sous la main, note pour l'avenir...

Les menaces sont cependant très efficaces. Et je fais rapidement ce qu'il ordonne. Et son banc de confessionnal est surement plus propre qu'avant mon arrivée. Et j'ai envie de gerber. Encore plus qu'en étant simplement bourré. Ce qui n'est pas étonnant...Et maintenant le seule chose que j'espère c'est qu'il va me laisser tranquille. Qu'il va me lâcher le bras. Et m'envoyer dehors. Je crois que j'ai un peu trop d'espoir. Il n'a pas l'air si raisonnable que ça. Et dire que j'ai même pas vu sa tronche. Je l'imagine avec la tête à Poutine, j'sais pas pourquoi...En tout cas, si il pouvait manifester un tout petit peu de pitié ou de clémence...Je lui en serai reconnaissant... 

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Dim 21 Aoû 2016 - 11:27



" Bénissez moi parce que j'ai péché "


Christopher & Sergeï







Sergeï n'avait jamais aimé les perturbateurs et les fouteurs de merde. Il avait toujours apprécié l'ordre et la discipline dans les groupes et dans les foules. L'inverse avait tendance à le mettre de mauvaise humeur et parfois le rendre violent. Et, je peux vous assurer que rares étaient ceux à vouloir croiser cet homme grognon ou pire, d'humeur violente. Malheureusement pour cet homme alcoolisé, il en fit la découverte à ses frais, au prix du sang et des coups. Fort heureusement pour lui, sans doutes par instinct de survie, ce dernier compris rapidement qu'il ne fallait pas trop titiller son nouvel ami et, encore moins parler ou, tenter de lui donner de quelconques ordres car oui, demander pitié était une forme d'ordre, du point de vue du russe. L'ordre de le laisser en vie. Cela ne lui plaisait pas beaucoup. Déjà que recevoir des ordres de ses supérieurs avait une sérieuse tendance à l'exaspérer, je préfère vous éviter de connaître les images présentes dans sa tête lorsqu'un inconnu en si piteux état lui disait quoi faire.

Par chance, pour lui, l'homme saoul, finit par rapidement bien nettoyer le banc qu'il avait pris soin, au préalable de bien saloper. Sans doutes pensait-il son calvaire terminé. Sans doutes se pensait-il tiré d'affaire. Sans doutes pensait-il rentrer chez lui dans cet état, passablement bon. Mais c'était mal connaître le prêtre, mais c'était aussi oublier une partie des dégâts causés. Ainsi, dégageant le visage de l'homme pour vérifier que le seul liquide présent était bel et bien du sang il lui tira de nouveau la tête pour la faire lourdement chuter sur le sol, sans la moindre retenue, lui tenant toujours son bras dans une clé de bras qui semblait être fort peu agréable pour la cible, chose qui amusa particulièrement l'étranger. « Toi, pas fini. Sol salle. Lécher aussi. Nettoyer. Propre. Sinon, moi pas être content. Toi pas vouloir voir moi pas content. » Pour ponctuer sa phrase, notre ami eut même un petit rire qui, lui aussi semblait disposer de ce fort accent russe qui lui était si cher. De la clémence ? De la pitié ? Notre ami ignorait ce que cela pouvait représenter, ni même ce qu'était ce concept. Dans cette nouvelle vie, on ne lui avait appris que la destruction, dans son ancienne vie, ce fut son existence elle-même qui lui prouva que ce genre de choses n'avaient pas la moindre raison d'être, ainsi, pourquoi devrait-il en montrer face à petit merdeux ? La seule clémence qu'il se permettrait serait de ne pas lui arracher la tête, il devrait pourtant se montrer heureux d'un tel honneur.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Mar 23 Aoû 2016 - 6:44


Bénissez moi parce que j'ai péché

la maison de Dieu...rien de plus qu'un tas de briques... Je dois être fou pour avoir espéré un peu de pitié. Ou que le calvaire était fini. Nan bien sur que nan. Pourquoi on laisse des malades pareils en liberté ?! C'est quoi ce pays de cons ?! A l'instant où j'ai envie de me débattre, je pense à Emma. Pourquoi penser à Emma dans un moment pareil ? Parce que j'imagine ce qu'elle pourrait penser. Être un drogué ne m'a jamais dérangé. Être un cas social non plus. Toutes les choses que j'ai pu faire, je ne les ai jamais regrettées. Mais ce n'est quand même pas correct. Mais Emma mérite mieux. Alors forcément, penser qu'elle va apprendre ce qui s'est passé...Elle va forcément l'apprendre. Enfin elle va au moins savoir que je me suis fait tabasser. Si on pouvait zapper le reste...Mais en tout cas, si je résiste et que je me débats, je sens qu'il va me faire pire. Et j'ai pas envie de regarder Emma dans les yeux pour lui expliquer pourquoi je suis devenu infirme...

Pourquoi il ne s'arrêtait pas ce fou furieux vengeur hein ? J'ai fait ce qu'il a demandé. Apparemment, c'est pas suffisant. Après le banc, y'a le sol. En plus je vais gerber si ça continue. Même si je sens que ce serait une super mauvaise idée. On peut porter plainte pour ce genre de trucs...? "Bonjour, je viens porter plainte parce que je me suis fait fumer par un prêtre ninja dans une église russe." Personne me croirait...J'ai déjà du mal à y croire moi-même. Si ça arrivait dans un film, je me dirais qu'ils en font trop. C'est tellement improbable. Et méchant ! Pourquoi autant de méchancetés hein ? Je suis qu'un type bourré qui sait pas quoi faire. Et qui a visiblement fait une erreur. Dieu il pardonne pas les erreurs...? Quelle connerie je vous jure...Dans tous les cas, je ne peux qu'obtempérer. Il tient mon bras. Et vu la position, il faudrait pas beaucoup d'effort pour le casser. Les fractures en spirale dont on entend parler dans les séries policières. Le genre de trucs qui dit tout le temps "intentionnel et pas accidentel". Grave que ce serait intentionnel ! Putain de brute...

Heureusement je suis plutôt rapide à nettoyer mes saloperies. " Je suis désolé. Vraiment vraiment désolé. C'est propre là, je recommencerai plus. " Mes dernières paroles n'ont pas été bien accueillies. Mais j'ose en formuler d'autres. Juste des excuses. Après que le sol soit clean en plus. Si il y a un dieu sur cette putain planète, faites que ce type me lâche ! 

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Ven 26 Aoû 2016 - 15:17



" Bénissez moi parce que j'ai péché "


Christopher & Sergeï







Force était de constater que la peur semblait être un fort moteur pour l'homme qui avait chargé sur l'alcool par cette belle soirée. Certains, apeurés et paniqués restaient simplement tétanisés, ne devenant que des légumes inertes et inutiles. Certains en viennent même à relâcher sphincter et vessie, parfois les deux en même temps, ne faisant que renforcer l'horreur et le malaise intense de la situation. L'inconnu lui, semblait travailler efficacement, malgré l'horreur de la scène, malgré la douleur, malgré l'humiliation et malgré le goût abject qui devait traîner et se mélanger dans sa bouche. Si le prêtre avait connu cet homme plus tôt, il aurait presque pu en être fier de réagir correctement à ce qu'il se passait, mais cela n'en était pas le cas, bien au contraire. Sur le coup, il s'en foutait royalement, tant que tout ça était nettoyé et que l'autre petit con gardait en tête la leçon qu'il venait d'apprendre, mais aussi, dans sa chair qu'il ne fallait pas déconner avec lui, tout cela lui irait très bien.

Après quelques instants de léchage intense de la part de l'énergumène, celui-ci avoua avoir terminé et s'excusa lamentablement en excuses, après l'avoir assuré que c'était bien propre et surtout, qu'il ne recommencerait plus. Cela fit grandement rire l'homme d'âge mur. « Petite fille peur. Propre. Bonne nouvelle pour vie à toi. Maintenant, devoir laisser souvenir. Rappeler pas faire bêtises. Promesses, toi, pas sincères. Juste peur. Ça être vrai. » Pour finir sa phrase, la main libre du russe vint se positionner sur la bouche de sa victime, tandis que son bassin fit un mouvement vif, faisant tourner en même temps ses jambes qui gardaient toujours prisonnier le bras de cet homme. Il y eut un craquement violent, un son délicieux aux oreilles de l'agent de Hydra. Cependant, l'homme toujours emprisonné ne semblait que relativement peu réjoui devant ces récents événements. Il y eut un cri étouffé par la grande main de l'étranger et du liquide qui dégoulinait le long de celle-ci. Peut-être du sang qui s'échappait encore de son nez, peut-être des larmes, Sergeï ne le savait pas et, pour tout vous dire, il n'en avait pas grand chose à faire.

Une fois la douleur un peu calmée, notre ami agrippa par la tête le perturbateur de cette soirée pour le traîner de force jusqu'à la grande porte qu'il ouvrir de sa main libre pour balancer au loin l'intrus à l'aide d'un grand coup de pied au cul. Une fois l'homme lamentablement affalé sur le sol, notre ami rabattit sa capuche sur son front afin qu'aucun de ses traits ne soient visibles, eut un petit rire nerveux avant de lui lancer de derniers mots « Petit con, chanceux ce soir. Vivant. Réfléchir quoi avoir fait ce soir. Seigneur avoir laissé en vie petit con. Si petit con revenir ici, si moi voir petit con, pas loin, petit con moins chanceux. Hopital, deux Kilomètre sur gauche. Faire vite avant changer d'avis. » Pour ponctuer sa phrase Sergeï grogna sévèrement, espérant inciter sa victime à se barrer vite loin d'ici, qu'il puisse retrouver la sérénité de sa soirée au plus vite, après avoir nettoyé tout le sang que le fameux petit con avait laissé traîné de partout. Quel homme impoli.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   Sam 27 Aoû 2016 - 6:04


Bénissez moi parce que j'ai péché

la maison de Dieu...rien de plus qu'un tas de briques... C'est certain que j'ai peur. Qui n'aurait pas peur ? C'est un grand malade ce mec ! Comment un machin comme ça peut être prêtre...? Tous les prêtres russes sont comme ça...? J'espère pas...Je plains quand même les russes sinon. Et les mecs qui viennent dans son église...Il les punie comment les mecs qui viennent à confesse hein ?! Un péché une dent en moins ? L'angoisse...Ce sont peut-être tous de bonnes ouailles...Moi c'est pas le cas...Mais je mérite pas ça pour autant ! C'est juste de la brutalité. Et de la barbarie ! Et...

...je hurle. Le craquement sinistre qui s'est dégagé de mon bras aurait suffit à me faire hurler. La douleur qui va avec est pire. Et ce cinglé savait pertinemment ce qui allait arriver. J'ai son horrible main sur la bouche. Peut-être que ça étouffe le cri. Je sais même pas. Tout ce que je sais, c'est que j'ai mal. Il n'y a rien d'autre dans mon esprit à l'heure actuelle. Absolument rien d'autre. J'imagine que je pleure un peu. Je sais pas non plus. Je sais qu'il m'a cassé le bras. Du moins je suppose. Qu'est-ce que ça aurait pu être d'autre hein ? La douleur irradie dans tout le bras. Et je me sens malade. Je crois que la douleur se calme un peu. Pas beaucoup. Mais un peu...

Mais en fait non. Parce qu'il me vire de l'église. En m'attrapant par la tête. A part des gémissements je suis incapable d'émettre des sons. Je me laisse faire. Qu'est-ce que je peux faire d'autre de toute façon...Il me flanque dehors sans plus de douceur. Avec un grand coup de pied pour compléter le reste...Entraîné par mon propre poids, je me viande lamentablement. Provoquant une énième douleur dans mon bras. Il mentionne un hôpital. Je crois. Mais honnêtement, je ne fais pas confiance à mes oreilles là. La douleur me fait entendre mon cœur qui bat bien plus que la voix de ce taré. Je ne me regarde même pas vers lui. Je me relève. Du moins j'essaie. J'ai eu un peu de mal. Et j'essaie de m'enfuir de devant cette église. Mètre après mètre je m'éloigne. Je finis par m'affaler contre un mur quelque part. Je ne sais même pas où. Et je farfouille pour trouver mon téléphone...J'appelle pas une ambulance. J'appelle Emma... 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bénissez moi parce que j'ai péché | Sergeï
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce qu'après tout, c'est aussi des créatures chaotique...
» Naru-rizd, Parce que je le vaux bien
» PARCE QUE JACK AIMAIT LES GENS CHARMANTS de S. Le Touze
» Parce que j'aime parler de moi. u_u *sort*
» De l'humour, parce que c'est bon pour la santé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: