Partagez | 
 

 Don't lose sight of what I want - Frank

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Don't lose sight of what I want - Frank   Jeu 22 Sep - 18:17

"Rivaliser ? Si c'est un jeu, ça sera non. »

Au final peut être était-ce la fatigue qui faisait croire au mercenaire qu'il pouvait à un quelconque instant rivaliser avec quelqu'un qui possédait son propre sang et ses sensations. Quelqu'un qui n'avait pas été transformé en gruyère, transpercé de toute part, son être n'étant plus qu'un tas de chair plus ou moins fraîche. Ouai vu comme ça il s'était un peu pris pour le bonhomme, après tout comme elle l'avait dit, si c'est un jeu, ce sera non. Frank se résigna donc, la laissant faire comme bon lui semblait, après tout, elle ne voulait pas jouer, donc il ne jouerait pas. Quelle mouche l'avait piqué ? Il n'était pas d'humeur à jouer, surtout pas à cet instant, alors pourquoi maintenant ? Pourquoi comme ça ? Il n'en avait plus cure.

Ni une, ni deux, la paume de Thurman alla embrasser les côtes du mercenaire avec une délicatesse morbide, le souffle coupé, le mercenaire se rendit compte qu'il était à nouveau à deux doigt de retomber dans les pommes, évidemment, les doses de morphines injectées dans son organisme ne lui permettaient pas de faire cette rechute, mais la douleur, un temps vive, se résigna, laissant les médicaments refaire leurs effets. Frank se sentit tomber, de quelques centimètres, mais cette impression du vide fut bien plus désagréable que le reste, il laissa son buste retomber relativement lourdement sur son dos, une deuxième fois son souffle fut coupé, mais il remarqua que c'était bel et bien Neena qui l'y avait poussé. Il ne put s'empêcher de sourire.

« Thurman 1, Castle 0. »

Provocatrice, féline, si ce n'était pas un jeu, qu'est ce que c'était ? Au final Frank ne put s'empêcher de continuer à sourire, elle avait eut sa peau ce soir, elle avait même pratiquement possédé son esprit, le temps qu'il reprenne ses sensations. Au final la mission était une réussite, même s'il avait bouffé plus de plomb que prévus. Il soupira lentement, observant encore une fois le plafond blanc du salon des Castle, dans d'autres circonstances, cela aurait pu être relativement captivant d'observer cette masse blanche qui permettait une réflexion infinie. Perdu dans ses songes il ne prit pas le temps de répondre à Neena, une quelconque réaction ferait bien trop plaisir à sa coéquipière, qui s'empresserait d'analyser cette réponse. La seule réponse que Frank daigna lui accorder c'est un petit sourire et un doigt d'honneur, brandis à l'encontre de la jeune femme, tout cela saupoudré d'un rire encore remplis d'hémoglobine.

« Tu as pu te redresser, donc je vais te ramener à ta chambre. Non négociable. »

Elle se releva en même temps que la phrase défilait dans le cerveau du mercenaire. Au final elle ne le lacherait pas donc autant lui faire plaisir et essayer de garder le plus de poids pour lui seul. Elle allait devoir soutenir un tas de chair qui ressemblait plus à grand chose et le déposer dans un plumard Américain relativement éloigné du sol. Elle n'avait peur de rien au final, mais Frank avait compris qu'elle était têtue et qu'elle arrêterait de le chercher avec ça uniquement quand il sera dans son lit et qu'elle pourra lui faire la lecture. Tout ce qu'il espérait c'est que la comptine soit douce.

Frank attrape donc la paume de sa complice, ses jambes ankylosées ne répondaient pas vraiment de la plus belle des manières, des craquements d'os vinrent accompagner la levée du mercenaire, il ne put s'empêcher un rictus de douleur, sentant ses muscles transpercés par d'autres balles, mais une fois debout, Castle ne tomberait plus. La force mentale voila ce qu'il lui fallait, une certaine dose de mental et surtout de l'envie, de la motivation. Une fois que la motivation et l'adrénaline arrive au bon endroit, tout devient simple.

Il sentit des bras relativement fins venir entourer ses épaules, son premier réflexe fut d'attraper le bras qui viola son espace privé, mais, réalisant que c'était celui de Neena, il se ravisa, laissant sa main retomber. Il s'avança doucement, passant son bras derrière la mercenaire avec lui, il lui adressa un regard compatissant.

« J'te tiens. »

"T'es pas obligée de faire ça, Neena. Te sens pas forcée."

Castle était serein, en appui relativement confortable sur ses jambes, il recommençait à posséder ses sensations, ou bien n'était ce qu'une douce euphorie passagère ? Il s'en foutait.

« Appuie-toi sur moi. »

Castle laissa un grognement s'échapper de ses lèvres, elle le prenait pour un fragile ? Il n'en était pas, il  suffisait qu'elle le tienne quelques pas pour qu'elle se sente pousser des ailes ? Frank faisait son poids et elle, elle était peut être forte, mais pas assez pour maintenir la carcasse a moitié morte de l'assassin.

"Bientôt Thurman 2, Castle 0"

Frank tiqua et ne put s'empêcher de sourire doucement. Ils approchaient de la chambre du mercenaire, Castle décida de ne toujours donner aucune réponse à Neena, ne serait ce que pour la faire enrager. Il réussis à se traîner avec elle jusqu'au devant du lit. Soudainement Frank entoura Neena de ses bras avant de la balancer avec une force relative sur le lit. Puis, sentant ses jambes quitter à nouveau le monde des vivants, il attrapa un coussin et le balança en plein dans le visage de la mercenaire, un rire plus tard, la carcasse du mercenaire alla embrasser le sol relativement violemment. Mais l'amusement du mercenaire laissa entrevoir qu'il ne s'était pas fait mal. Il réunis ses dernières forces pour rejoindre difficilement son côté du lit, tout en riant comme un enfant.

"Thurman 1 - Castle 1, collègue."
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Don't lose sight of what I want - Frank   Jeu 22 Sep - 20:53

« T'es pas obligée de faire ça, Neena. Te sens pas forcée. »

Je le regarde, alors qu'il est à peine sur ses jambes et qu'il croit qu'il va me courir un petit sprint jusqu'à sa chambre comme un grand. Ou y aller en rampant peut-être ? Je sais pas du tout ce qui tourne pas rond dans sa tête, mais il a l'air motivé à dire des choses qui n'ont aucun sens. Alors, pour l'instant il se contente de ma mine ironique, je suis prête à lui demander comment il compte s'y prendre dans son état pour faire toutes les grandes choses qu'il a à l'esprit sans mon aide, mais je me ravise. Ça serait trop facile. Je sens venir aussi tout le blabla du « je suis pas un fragile, je suis un bonhomme moi, tu vois, je peux survivre toute seule, j'ai besoin de personne ! » que j'attends avec une certaine impatience, disons le. Mais non. Je lui ferais pas ce plaisir.

« T'es pas obligé d'être un crétin, Frank. Te sens pas forcé. »

Je lui tire même la langue, qu'il comprenne bien le fond de ma pensée. Je suis pas obligée de faire tout ça, mais je me sens largement redevable pour ce qu'il s'est passé. Il a mis sa vie en jeu pour moi, et même s'il dit qu'il le ferait pour n'importe qui (chose que je ne crois absolument pas), je lui suis redevable. Alors, la moitié de mon sang, c'est le minimum syndical. Le coller dans son lit pour qu'il se rétablisse un maximum, c'était aussi à faire pour que les relations restent cordiales. Même si on peut dire une chose : Frank et moi, on est plutôt bon copains, quand on se met pas sur la tronche. Je le respecte en tout cas, même si je lui dirais pas ça en face. Manquerait plus qu'il prenne la grosse tête.

On arrive bon gré mal gré à sa chambre, ou j'ai porté une partie de son poids pour venir jusqu'ici. Et il est lourd, le garçon, y'a pas a dire. Le muscle, ça pèse. Mais la fatigue et ses blessures l’empêchent apparemment pas de me faire un coup en traître. A peine arrivés devant son plumard, je me sens soulevé du sol brutalement et balancé sur le matelas. Il me porte comme si j'étais faite de plumes ! Un « Ouh ! » de surprise m'échappe alors que j'atterris plus ou moins délicatement. Et un peu étourdie, je me prends un coussin dans la gueule qui m'arrache un soupir alors que je m'étale de tout mon long. Heureusement que je l'entends se marrer après s'être cassé la gueule, et me balancer qu'il a gagné un point. Je pouffe :

« T'as triché ! Que je lui lance avant de lui rendre son coussin en lui balançant dans la tête à mon tour. T'es vraiment un gamin ! »

Enfin, je dis ça mais je suis pas mieux dans le genre. Même si je l'admettrais pas, il peut toujours aller se gratter, tiens. Mais j'esquisse quand même un sourire en me détendant, lui laissant la place qu'il faut. J'ai assez profité de ce lit cette nuit, j'en garde pas un souvenir impérissable, toute façon il est pas très bon. Quelques images me reviennent, de cette pièce immaculée. Images que je dégage d'un geste de la main, en me passant les doigts dans les cheveux. Une mèche blonde me retombe sur le visage, faut que j'arrange ça très vite. Pas moyen que je reste avec ça plus longtemps, ça me va pas. Enfin... Je me sens pas moi avec cette tignasse, et plus encore, elle va pas me rappeler de bons souvenirs.

Mes yeux se relèvent vers Frank finalement, qui semble plutôt mieux sur son matelas sur par terre. Je lui adresse un sourire, petit, mais sincère, lui laissant du temps avant de prendre la parole : « C'est bon, t'as pas besoin d'une histoire pour t'endormir ? » Que je lui demande, un brin moqueuse. Après tout, c'est un gosse de presque quarante balais, il m'étonnerait même pas s'il me disait qu'il veut bien un p'tit conte avant de fermer l'oeil. Enfin je propose, mais je le ferais pas en vrai. Il ira bien se faire voir ! Parce que sinon, je manquerais pas de lui ressortir les « ah bon, j'pensais que t'étais un bonhomme qui avait besoin de personne » de macho là. Un soupir m'échappe. Ça va me prendre du temps, mais faudrait que je me motive :

« J'vais pouvoir te laisser alors. »
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Don't lose sight of what I want - Frank   Lun 26 Sep - 20:46

« T'as triché ! T'es vraiment un gamin ! "

A peine avait-il relevé la tête au dessus du lit qu'un coussin vint se loger dans son visage, la bouche ouverte, comme un abrutis, le coussin colla littéralement à son visage, il le détourna avec sa main droite tandis qu'il fit mine de recracher des plumes qu'il aurait éventuellement bouffé. Evidemment il n'en était rien, alors il s'amusa de ce petit jeu qu'il avait lancé, replaçant le coussin dans le lit et grimpant sur celui-ci aux côtés de Neena. Un gamin hein ? Oui Frank savait apprécier certains temps ou il pouvait perdre quelques années, surtout vu qu'il était à moitié mourant, à vrai dire, Neena n'était pas beaucoup mieux, elle avait l'air complètement dans le gaz, un peu comme chaque matin avant de prendre son thé. Elle était encore bien trop faible pour conduire, Frank l'avait remarqué et n'allait certainement pas la laisser repartir ainsi, si ce qu'il avait fait à la soirée était irresponsable, lui donner les clefs de la voiture le serait encore plus.

Il remarqua presque tout aussi bien qu'elle détestait sa teinture blonde, ce qui arracha un sourire au mercenaire, la voir batailler avec ses cheveux ressemblait presque à une baston entre un chat et sa queue. Le "c'est à moi ce truc là ?" prenait tous sons sens à cet instant présent. Frank s'en amusait quelque peu, au final elle était un peu une gamine elle aussi, et ce n'était pas plus mal qu'elle ne se prenne pas trop au sérieux. Elle n'avait pas l'air fine, complètement débraillée, avec sa robe effilée, complètement décoiffée, elle voulait rentrer comme ça hein ? Hors de question. Du moins Frank ne la laisserait pas partir avant que ses idées soit claires, il n'avait pas envie d'avoir un accident de la route sur la conscience, surtout pas celui de Miss Thurman.

« C'est bon, t'as pas besoin d'une histoire pour t'endormir ? »

"Si t'a une histoire en stock, je suis preneur."

Juste pour l'emmerder Frank lui dégaina son plus beau sourire, il savait très bien qu'elle était ironique, mais il en profita pour s'infiltrer dans la brèche, allait-elle l'envoyer chier ? Sans doute, mais après tout il s'en foutait, il était dans le gaz, elle aussi, donc rien n'était très sérieux dans ces petits jeux.

« J'vais pouvoir te laisser alors. »

Une moue vint s'installer sur le visage de l'homme, Non, elle n'irait nul part, pas tant que la drogue faisait encore effet dans son organisme, c'est pourquoi Frank releva sa main et son index, balançant de gauche à droite. D'un geste relativement lent mais efficace il attrapa les clefs de sa voiture. Il balança ces mêmes clefs à l'extérieur de la maison par la fenêtre, dans ce qu'il ressemblait à des sortes d'arbustes. D'un air léger et détaché le mercenaire écarta les mains avec une petite mine déconfite.

"Il semblerait que tu ne puisses plus."Il prit une inspiration se plaçant un peu mieux sur le coussin puis détendit ses membres dans quelques craquements sonores."Tu auras l'emplacement des doubles quand tu ne seras plus altérée par la drogue."

Elle n'allait certainement pas aimer mais il s'en foutait à vrai dire, que ça lui convienne ou non, la sécurité de Thurman importait à Castle, et de toute manière personne ne rentrerait, ni aujourd'hui, ni jamais, mais ça il ne le savait pas. Il désigna la salle de bain d'un hochement de la tête, puis la penderie d'un autre avant d'ajouter.

"Si tu veux te doucher.. Et si tu veux te changer, il y a les vêtements de ma femme, ou les miens, t'a le choix."

Il désigna ensuite le côté droit du lit avec son bras, puis désigna le salon avec le même bras, avant de réviser son regard et de fixer Neena.

"La aussi t'a le choix, le plumard ou le canapé dans le salon."

Il sortit par la suite son portefeuille de la poche arrière de son pantalon, fouillant entre les billets et dégaina un billet d'une centaine de dollars. Il attrapa la paume de Neena avant de l'y glisser avec un mince sourire.

"Si tu veux pas te reposer, voila pour un taxi, par contre je te conseille quand même de te doucher et de te changer, histoire d'être plus à l'aise et moins suspecte."

Le mercenaire se replaça sur le dos, et ferma doucement les yeux, se sentant apaisé et reposé.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Don't lose sight of what I want - Frank   Lun 26 Sep - 23:15

Partir donc. Me relever, prendre ses clefs de voiture pour rentrer, et partir. Le laisser se démerder jusqu'à ce qu'il me supplie de revenir pour nettoyer ses conneries. Hahaha. Qu'il rêve. Je vais pour me redresser et lui annoncer que je me casse, quand il me fait un geste de la main en m'annonçant qu'il n'est apparemment pas d'accord. Attend, il a cru qu'il allait décider quelque chose, peut-être ? Je me contente d'un petit rire amusé, c'est sûrement une blague. Sauf que...

« Qu'est-ce que ? » Sauf qu'il tire ses clefs de voiture et les tiens en main. Et zou ! « Qu'est-ce que tu fous ?! » J'ai la petite voix aiguë qui prend le dessus, les yeux ronds, de celle qui comprend pas du touuut ce qu'il vient de se passer. « Mon dieu mais il est con ! » Que je lâche totalement affligée en voyant les clefs passer par la fenêtre. Oh bordel, mais c'était quoi son problème ! J'en reviens juste pas de ce qu'il vient de faire, il... il... « Mais il est con c'est pas possible ! » Que je répète pour réaliser sa connerie monumentale, là, sous mon nez, et je ne peux plus défaire ce qui a été fait par ce gros crétin. « J'y crois pas... »

Je retombe sur le lit, fixant la plafond. Y'a sûrement moyen d'aller les chercher, là. Elles doivent pas être perdu. Ça me prendra peut-être cinq minutes, ou une heure. Avec la force du lancé, le chemin qu'elles ont fait, je devrais pouvoir pouvoir trouver leur position mathématiquement et... Et l'autre tête de pioche, là, qui en rajoute une couche en me disant que non, je peux pas, je vais devoir rester tranquille et attendre que ça aille mieux. Je papillonne des cils. Et voilà qu'il m'annonce que je peux prendre une douche (il sous-entend quoi là ? Que je pue ?!), de me changer, et... Dormir. Non mais ça va, j'ai assez dormi.

« Attend, tu me séquestres chez toi en fait ! » Que je demande. « Ou tu as peur d'être tout seul, hein ? »

Je vais pour me foutre de sa gueule quand il me plante des billets dans la main, et que j'ai un sourire crispé. Je plisse les yeux en le fixant un temps, avant de constater. « Tu t'es vraiment cru malin, en fait. » Oh il suffit de voir son petit air satisfait sur le visage pour se rendre compte qu'il est absolument fier de sa connerie. Moi, j'ai juste envie de lui retourner des baffes avant de rouler des yeux.

Je me détourne de lui, file dans son placard, et attrape des affaires. Ça me fait bizarre de prendre un truc à sa femme, mais ça m'ira toujours plus aux hanches qu'un truc à lui. Par contre, je lui pique un T-shirt sans me faire prier, et file à la douche comme j'ai le droit de le faire. Je croise mon reflet dans le miroir et esquisse une grimace. Le blond. Je hais le blond putain. Ça me va pas ! Hn. Serviette, à côté. Comme ça quand je sortirais, je pourrais directement me foutre dedans. Très bien. Je démaquille ce que le coussin n'a pas encore enlevé durant ma longue sieste, toujours un peu groggy il faut l'admettre, et finis dans la cabine pour en profiter. Et je prends ce qu'on appelle une très loooooongue douche. Oui, avec tout ça de o, parce qu'elle est vraiment longue, cette douche.

Et quand j'en termine pour enfiler des vêtements propres, c'est pour revenir dans la chambre et tomber sur le lit à côté de lui. Et me plaindre pour lui casser les pieds aussi, parce que je sais bien le faire pour le coup. « Pousse-toi, tu prends toute la place. » Que je grommelle à moitié. Les cheveux trempés qui me tombent à moitié sur le visage et qui humidifie le coussin et le matelas, et un sourire amusé qui va bien.

« J'te hais parfois, Castle. j'espère que tu le sais, ça. »

Lui lançant ça d'une voix à moitié endormie, je perds pas mon petit sourire alors que je me retourne pour lui montrer mon dos. J'ai pas besoin de voir sa réaction, je sais que ça l'éclate. Qu'il fait tout ça probablement parce qu'il m'adore. Mais il l'admettra jamais, sinon il finirait tout rouge à dire que ça le gêne. Puis toute façon, je crois qu'on est pas fait pour parler de ce genre de choses, lui comme moi. Pas du tout. On est peut-être même pas foutu de les vivre correctement. Pour ma part, c'est le cas. Pour la sienne, j'en sais foutre rien.

C'est peut-être mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don't lose sight of what I want - Frank   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't lose sight of what I want - Frank
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» red dot sight
» [2008] In Plain Sight
» Can't Lose
» Épisode 4 & 5 : Can't lose
» Iron Sight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: