Partagez | 
 

 and the sound of the cries when a family loved one dies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 21:56



Feliks Tkatchiov

the hurt and the pain cut deep like a razor blade

25 ans
Livewire

Ingénieur
Hydra ou Shield (don't know)

Bisexuel - Célibataire
Mutant


pouvoirs


Technokinésie: (la;n.f.) Par le vouloir ou par le toucher, tout dépend de la situation. Son esprit s'anime et contrôle les machines, leur adresse des ordres qu'elles sont souvent obligées d'exécuter.

Par le toucher, son contrôle est plus fort, il peut ressentir et trouver plus facilement ce qu'il cherche dans les machines, qui s'ancrent dans son esprit et qui ne le lâchent que lorsque son contact est rompu. Avec ce contact, son esprit s'encode très vite comme une machine et il lui est plus simple de hacker les systèmes qu'il souhaiterait ouvrir. De plus, son corps est moins vulnérable étant donné que son esprit reste bloqué dans sa boîte crânienne et ne voltige pas un peu partout sur des flux technologiques. Son esprit lui permettant de donner des ordres plus puissants et de décoder plus facilement ce qu'il voit, c'est donc là la manière la plus sûre pour lui et celle qui fatigue le moins son corps, mais le plus son esprit.

Par la volonté et par la pensée, c'est comme s'il délaissait son corps pour entrer dans des fichiers informatiques, le rendant vulnérable à toutes attaques qu'il ne sentira qu'en retournant dans son propre corps, même si évidemment son contact avec la machine se rompra brusquement à partir de l'instant où il sera au bord de la mort.
Par la volonté, il n'est pas certain qu'il parvienne à destination. Tout dépend de son désir de contrôler la machine ou d'y entrer. Il peut errer durant de longues minutes ou de longues heures sans parvenir à contrôler quoi que ce soit, si son envie est trop faible ou si ses signes vitaux s'affaiblissent à cause de la fatigue. C'est cette façon de faire qui lui coûte le plus de son énergie et qui le fatigue le plus facilement, mais c'est également celle qu'il n'utilise qu'en cas d'extrême urgence.
Par la pensée, il est quasiment certain que son ordre ou que son contrôle se fasse. Il est cependant le plus fragile: n'ayant pas besoin de son corps mais seulement de son esprit, tout flux énergétique se dirige immédiatement vers cet endroit-là et ne prend pas la peine d'alimenter le reste de son corps. Il est donc insensible à la douleur, insensible aux odeurs ou au fait qu'on puisse le toucher, seul un contact avec la machine qu'il contrôle ou l'implosion de celle-ci pourrait le ramener à son propre corps.

Par la voix, le pouvoir est ralenti, plus faible. Il ne peut qu'ordonner certaines choses à l'objet technologique, il ne peut pas totalement le contrôler lui-même et ne peut pas non plus y entrer. C'est cependant la manière la plus simple pour lui, celle qui lui fait le moins risquer sa sûreté. C'est là d'ailleurs la façon qu'il utilisait le plus souvent pour ne pas avoir à s'approcher des objets ou pour ne pas avoir à les toucher. Il doit cependant avoir un contact visuel avec la machine et que celle-ci soit à portée de voix pour que cela fonctionne.


souhait

« Ce que je souhaite, genre dans le monde entier, serait de me réveiller sans rien me souvenir. Ni mon nom, ni mon histoire, et que toutes les marques de cette même histoire s'atténuent un minimum. »

Histoire entretenue dans la haine et vie misérable. Voilà ce qui a poussé Feliks à souhaiter quelque chose d'aussi stupide que la suppression de son identité. Un père qui le frappait, et encore à sa majorité, de faux amis et une seule réelle. Un amour qui le poussait de plus en plus, de plus en plus fort au suicide et un métier qu'il haïssait. Quoi de plus détestable dans tout ça ?

Des conséquences des plus insupportables sur Genosha, il ne se souvient plus de qui il est, ce qu'il a fait, comment ces hématomes presque invisibles et ces cicatrices d'une opacité très faibles sont apparues sur sa peau. Il se souvient d'un passé sans encombres, heureux et sans les fauteurs de troubles qui l'avaient poussé à une mort certaine. Il ne se souvient pas de qui il est réellement, de ce qu'il a pu faire. Pire encore, il ne se souvient pas de son altruisme et de sa gentillesse légendaire, pensant qu'il n'est à que pour heurter et blesser, pensant qu'on l'a blessé lui-même durant son sommeil.

émergence

Son nom lui résonnait en tête durant de longues minutes le jour où il a reprit conscience qu'il n'était pas dans un rêve. Feliks Tkatchiov. L'ignorance de son identité n'a pas duré plus de quelques minutes. Mais quelques minutes qui avaient soulagé son esprit, sans qu'il ne sache pourquoi.

Cependant c'est exact, il a vécu quelques flashs où il se voyait lui-même, mains posés sur une centrale électrique à traverser la technologie, ressentant les effets que ça lui faisait également. Il s'est déjà revu avec cette tenue stupide de super-héros, portant une armure aux mains et aux contours des yeux électronisés seulement. Il a également eu un flash où il s'est revu avec ce couteau en ivoire en main, sa propre peau recouverte de sang alors qu'il passait ses mains au niveau de sa bouche, recolorant celle-ci d'un liquide écarlate.

Il a déjà revu le visage de son unique amour, ce fauteur de troubles lui ayant tant posé soucis alors qu'il n'était qu'un simple "héros" indépendant. Cependant il n'a pas su déterminer d'où il le connaissait, alors il n'a pas cherché à comprendre et a tracé sa route, tout droit direction une vie sans amour certain.



want to know more


Avez-vous entendu parler de ces rumeurs sur l'émergence de certains pouvoirs ? Si oui, qu'en pensez-vous ? Vous trouvez ça excitant ? Malsain ? Improbable ?

J'ai eu ouïe de tellement de rumeurs que je ne m'en souviens certaines fois même plus. Mais maintenant que vous en parlez, j'ai entendu certaines fois des mots comme émergence, pouvoir, désir. Ces mêmes mots dans une même phrase. Qui ne désire pas d'émerger grâce à un immense pouvoir ? Excusez moi, ce n'est pas la bonne formulation. J'ai eu vent des rumeurs sur l'émergence de certains pouvoirs. Mais je pense que les gens sont stupides d'y croire, à ce genre de choses. Même si pourtant je serais le premier à le vouloir. C'est une idéologie malsaine, d'avoir des pouvoirs et d'être supérieur aux autres. Mais ma sanité est loin d'être bonne. Je suis certain qu'une chose telle quelle n'est pas probable. Mais ça me donne envie, j'aimerais moi aussi avoir le pouvoir de voler, comme dans les films, le pouvoir de tirer un paquebot jusque sur la terre ou même de soulever celui-ci, le pouvoir de courir plus vite que mon ombre. Et regardez moi ? Je suis qu'un pauvre ingénieur.

Avez-vous déjà été témoin d'une rafle de la garde rouge ? Pensez-vous réellement qu'ils recherchent des personnes à pouvoirs ou ce ne sont que des bruits de couloir ? Le contrôle de la population serait-il un mal nécessaire ?

Témoin ? En tant qu'ingénieur "au service" du Shield, je suis témoin d'énormément de choses. Mais je n'ai jamais été témoin d'une quelconque rafle et mieux vaut comme ça. Je ne pense pas que le Shield soit à la recherche de quoi que ce soit, ils ne cherchent qu'à contrôler quelque chose qui ne leur appartient pas : la vie de la population, ceux qui sont indépendant et qui n'ont pas besoin d'une quelconque organisation pour ça. J'ai encore moins de doutes concernant des personnes à pouvoirs. Quels pouvoirs ? Personne ne peut avoir de ce genre de pouvoirs qui les détruirait, si ce n'est une extrême intelligence comme la mienne, alors pourquoi se casseraient-ils la tête ? Enfin, ils n'ont pas à essayer de contrôler la population. Les vies des autres n'appartiennent en rien au Shield, ils n'ont pas à tenter de nous contrôler ou n'ont pas à essayer de retenir nos pensées. Ils cherchent peut-être à faire un monde meilleur pour nous, mais qui en a sérieusement quelque chose à foutre d'un monde où personne n'est libre à cause d'un constant contrôle qui plane au dessus de nos têtes ? Il faut m'excuser, j'ai appris à haïr tout les gestes du Shield et donc de la Garde Rouge par extension.

Dans une autre vie, qui auriez-vous aimé être ? Pour quelles raisons ?

Dans une autre vie, j'aurais aimé être l'un de ces types avec une véritable histoire. Pas comme l'histoire faible et idiote que j'ai aujourd'hui. J'aurais aimé être amoureux d'une personne quelconque, être blessé par un amour qui m'aurait trahi plusieurs fois mais pouvoir compter sur mes amis pour me relever. M'être élevé seul, sans aide de quiconque, avoir des cicatrices qui conteraient ma vie et dont je serais fier. Dans une autre vie, je ne voudrais surtout pas être un héros, être quelqu'un qui cherche à sauver le reste du monde. Il est plus simple de détruire que de reconstruire. Alors je pense que je préférerais ne toucher à rien, rester dans mon monde entre l'amour de ma vie et mes amis, à construire des machines pour rendre notre vie meilleure sans vraiment avoir l'air d'en avoir quelque chose à foutre, des autres.



pseudo

Omegaxy

sexe/age

Féminin/16.

pays

France

DC

Aucun

vous nous avez connu...

Je suivais le projet secrètement.

un dernier aveu

Je vous aimes.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 21:56



Before Genosha

we all have to start somewhere

Assit devant le banc, entre deux des joueurs de son équipe, Feliks était en train de regarder les photos dans son téléphone, toujours en tenue de sport ce qui en soit ne le dérangeait pas tant que ça. Leur entraînement venait de se terminer, et personne n'avait eu envie de bouger. Deux ans pendant lesquelles il avait travaillé durement dans ce même club, et leur prochain match allait être leur dernier : l'équipe allait se dissoudre. C'était quelque chose qui blessait chacun des garçons, tout le monde ayant pris ce club comme seconde famille. « C'est qui ça ? » Un garçon de son équipe s'était penché vers lui pour regarder son téléphone, et le jeune russe s'était décalé en tournant le regard vers celui qui avait prit la parole. Lui, c'était Kylian. Il avait un an de plus que tout le monde dans le club et il était un peu comme leur grand frère, mais à la fois il était le moins mature de tous. C'était celui que tout le monde voulait comme ami, mais avec qui personne ne voulait débattre sur le niveau de sa connerie. « C'est ma meilleur amie, Kyl, tu l'as déjà vue ici. » Évidemment, il l'avait déjà vue. Pourtant Kylian n'était pas le genre de garçon à avoir une très bonne mémoire. Il se souvenait seulement qu'il portait le numéro onze dans leur équipe, et il ne savait jamais quels numéros les autres portaient. Même le numéro vingt-quatre, il ne savait pas qui c'était, alors qu'il était actuellement en train de lui parler. « Ah, j'aurais juré que c'était quelqu'un que tu supportais pas vu comment vous vous gueuliez dessus. » En effet, Feliks et elle, ils ne s'entendaient pas souvent. Dans les faits, ils ne s'entendaient jamais. Mais en dépit de leurs différences, ils étaient fous l'un de l'autre. Et tout le monde le remarquait. Tout le monde, sauf Feliks et elle. C'était évident que personne ne leur dirait, pourtant. Et même si Feliks avait certaines fois envie de lui en parler, il ne disait rien. Il y avait cette amitié indestructible en jeu, celle qu'il ne voulait jamais perdre et qui s'était construite depuis le lycée. Un sourire apparaissait sur ses lèvres quand il y repensait d'ailleurs. Souvenir. Assit dans la voiture de son père, Feliks attendait ce dernier qui était entré dans le lycée pour aller au rendez-vous entre lui-même et ses professeurs. Feliks n'avait pas voulu y aller, il savait ce qu'il y était dit. Dix-sept ans et en Amérique depuis seulement quatre ans, il ne s'était pas habitué aux conjugaisons et à l'accent américain qui diminuait ses notes plutôt violemment. C'était plutôt dur pour lui, avec ses mots russes et son accent russe, de vivre dans ce lycée où il n'avait presque personne pour l'aider. Détachant son regard de son livre, il vit par la fenêtre cette brune, qui était d'ailleurs dans sa classe, qui s'approchait de sa voiture. Il passait souvent son temps à l'observer et c'était visible qu'il avait cette attirance pour elle, un peu trop forte peut-être, mais elle ne le remarquait pas et tout allait bien. Tentant de se cacher derrière son livre, Feliks pu tout de même entendre celle-ci cogner doucement contre sa fenêtre. Fermant les yeux en mordant doucement ses lèvres, il avait finit par ouvrir cette fenêtre tout de même, baissant le livre de devant son visage pour la regarder quelques secondes. « Salut.. Désolé si je te dérange mais mes amis.. Là-bas, là, ils m'ont dit que t'avais un accent adorable et.. Je sais même pas pourquoi je suis là en fait. » Alors il l'avait regardé un moment, penchant la tête, et il avait posé une de ses mains sur la porte en refermant la fenêtre. Il était dans ce genre-là, à ne pas répondre quand on lui sortait des compliments à double sens comme ça.

C'était l'hiver, un an après. Feliks était couché dans son lit, regardant le plafond en chantant doucement les paroles d'une chanson qu'il appréciait tout particulièrement, qui le définissait parfaitement avec Ruth. Ruth ? C'était une jolie brune aux yeux bruns, une brune qui avait été dans sa classe et pour qui son attirance s'était atténuée. Elle était chez lui, ce jour-là, allongée sur le matelas qui était au sol en écoutant son meilleur ami. Ils étaient ensemble cette semaine-là pour la fête de Noël, même si forcément ça ne se passerait certainement pas bien chez les Tkatchiov. Il avait besoin d'elle, comme d'oxygène. « Je me demande ce que ça fait de pas avoir le poids de la gravité. » Feliks avait calmement posé ces mots-là en se coupant immédiatement dans sa chanson. Ruth, elle, l'avait regardé et n'avait pas pu s'empêcher de rire. Elle s'était redressé et avait appuyé ses bras contre le bois qui maintenait le lit en place. « Je me demande ce que ça fait de te torturer. » Ouvrant grand les yeux, Feliks avait tourné son regard vers Ruth qui avait un grand sourire et il n'avait pas pu s'empêcher de sourire à son tour. Ce genre de choses contagieuses, surtout venant d'une jeune femme comme Ruth. « T'aimerais me torturer ? Psychopathe. » Elle avait attrapé la main de Feliks quand il avait relevé un de ses bras, lui serrant dans la sienne en posant ses lèvres contre chacun de ses doigts dans de doux baisers. « Un mot de trois syllabes pour définir toutes pensées trop grandes dans un esprit bien trop petit. » Feliks avait sourit suite à ces mots. Ruth avait toujours été ce genre de personnes à définir les mots autrement que leur véritable définition. À ses yeux, un psychopathe n'était pas forcément quelqu'un qui allait tuer, mais quelqu'un d'incompris. Un schizophrène n'était pas quelqu'un de malade, mais quelqu'un vivant dans une réalité différente de la nôtre. Rien n'était mauvais à ses yeux, et tout resterait bon. « Je me demande ce que ça me ferait si je venais à te perdre. » Se plaçant sur le côté pour pouvoir voir Ruth, Feliks avait passé une main dans les cheveux bruns de son amie, lui caressant en serrant sa main. Ils avaient dix-huit ans, mais ils étaient assez proche pour se poser ce genre de questions. Feliks n'avait pas parlé, et pourtant Ruth avait continué. « Je veux dire.. Tu sais, quand t'es pas là je me sens toujours super seule. T'es le seul avec qui j'ai toujours parlé, le seul qui arrive à me comprendre et surtout.. T'as été là quand tout le monde m'abandonnait. J'ai jamais eu quelqu'un comme toi avant, j'ai jamais eu l'impression d'être aimée et... Et quand t'es pas là, j'ai l'impression d'être personne. T'es mon meilleur ami Feliks. T'es mon frère. Et je suis sérieuse. Et je t'aime. » Feliks l'avait écouté sans ouvrir la bouche, et la fin de ses mots l'avait fait sourire d'une façon impossible à définir. Il se sentait bien, avec elle. Et tout était pour le mieux. Ruth lui grimpant finalement dessus, il posait ses mains sur les joues de la jolie brune et hochait la tête. « Je t'aime Ruth. Et jamais je t'abandonnerais. »

Mains ensanglantées, il sait ce qu'il s'est passé. Il voit le corps blanc et les cheveux sombres de sa petite sœur recouverte de sang, il regarde le couteau en ivoire à ses côtés, sa lame blanche recouverte d'un liquide écarlate. Il passe ses propres mains sur sa bouche, sur ses joues, essuyant les larmes qui y coulaient en se recouvrant du sang de sa propre fratrie. Il se relève et se tourne. Cette personne qu'il aimait, cette personne qu'il chérissait. Cette personne qui plusieurs fois l'avait poussé à bout était là. Et il savait que c'était lui qui l'avait fait. « Pourquoi.. ? » Il avait prononcé un seul mot, sa voix brisée dans cet unique mot-là. Son ange démoniaque qui l'avait possédé pour qu'il l'assassine, Stasya, pour qu'il la tue. Froidement, sans le moindre sentiment. Il était amoureux de cet ange, et ne pouvait pas le haïr de l'avoir fait tuer qui que ce soit. « Ruth. Le pourquoi s'appelle Ruth. Tu crois que je sais pas ce qu'il s'est passé ? » En un éclair, le baiser qu'il avait échangé avec sa meilleure amie lui revint en mémoire. Il l'avait su, Feliks, il savait que ça se saurait. Mais il n'avait pas pensé à un tel retour de flammes, un tel retour de frappe. « Tu peux pas te servir de tes pouvoirs pour faire le mal. Ils sont bien trop grands pour ça. Tu peux me blesser autant que tu veux, mais je t'en supplies.. » Feliks s'était approché, un geste de trop qui lui avait coûté de se faire brutalement repousser par la personne qu'il aimait. S'asseyant au sol, le jeune homme avait posé ses mains dans le sang coulant autour du corps de sa petite sœur, une mortelle haine commençant à s'emparer de lui. Haine de lui, contre lui-même. « Tu te sers bien de tes pouvoirs pour faire ce que tu veux, toi, non ? » Il avait hoché la tête. Mais il ne s'en servait pas pour tuer d'autres personnes. Il s'en servait pour contrôler certaines machines, pour travailler plus vite pendant qu'il faisait autre chose. Il s'en servait avec beaucoup de modération, et c'était ce que son amour ne savait pas faire. « Je t'en prie. Fais pas comme si tu trouvais ça normal. Je te connais suffisamment pour savoir que ça, c'est pas toi. Et je suis amoureux de toi. Je sais comment tu es. S'il te plaît.. » Il l'avait vu hocher négativement la tête. Ses larmes avaient recommencé à rouler sur ses joues, et il avait retiré ses mains de la flaque de sang au sol. « Moi aussi je t'aime, Feliks. C'est pour ça que je souhaiterais plus que tout au monde de ne jamais t'avoir connu, pour pouvoir te rencontrer de nouveau et te haïr pour qui tu es. » Seulement quelques jours après ça avait suffit à cette personne qu'il aimait pour disparaître, et seulement quelques jours avaient suffit à Feliks pour être totalement détruit. « Je te connais par cœur, Feliks Tkatchiov. Tu peux pas me faire croire que tout va bien alors que je sais que tout vas mal. Explique toi. Maintenant. » Il était parti, son ange. Il était parti et il n'avait plus de nouvelles depuis le jour où Stasya était morte. Son ange, ça avait été l'un de ses meilleurs amis avant ça. Celui avec qui Ruth et Feliks faisaient les quatre cent coups, celui avec qui ils restaient pour faire toutes les conneries inimaginables. Assit sur son lit, Feliks relevait le regard vers Ruth, ses larmes se mettant à couler sur ses joues. Et jamais pourtant il ne pleurait, auparavant. « Tu vas bien Fel ? » Il avait hoché négativement la tête. Ruth s'était assise à ses côtés, passant un de ses bras autour de la taille. Il posait sa tête contre son épaule, fermant ses yeux en soupirant doucement. « Y sait.. Y reviendra pas. » Ruth passait ses doigts dans la chevelure brune de son ami, un soupir sortait de la bouche de la jeune femme. « Tu as vécu plus dur que ça Fel, c'est pas un chagrin d'amour qui va te tuer, tu sais ? » Feliks avait hoché négativement la tête, s'éloignant de sa meilleure amie en s'allongeant dans son lit calmement. « J'ai envie de mourir Ruth, j'ai pas envie de continuer comme ça. J'veux plus de cette vie. Ce que je souhaite, genre dans le monde entier, serait de me réveiller sans rien me souvenir. Ni mon nom, ni mon histoire, et que toutes les marques de cette même histoire s'atténuent un minimum. » Ruth s'était approchée de lui, déposant un baiser assez doux sur les lèvres de Feliks, posant ses mains sur ses joues et essuyant ses larmes. « Et moi je souhaite que tu te souviennes toujours de moi. »


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 21:57



After Genosha

life goes on

« T'es sérieusement en train de faire ça à la maison, Feliks Tkatchiov ? » Il tournait le regard vers la brune qui avait parlé. Dans ses souvenirs, cette jeune femme s'appelait Ruth et était sa meilleure amie, sa partenaire dans chaque crime et une agent tiger chez Hydra, tout comme lui. Balles et armes sur la table, Feliks était en train de recharger ses armes et d'en nettoyer les canons. « Je devrais pas ? » Regard noir, il sourit pourtant. Il se fiche de son avis, il observe alors l'une de ses armes et penche calmement sa tête sur le côté. « Des fois j'ai des impressions de déjà vu. Tu sais genre, l'autre-là qu'on a vu la dernière fois, qui m'a dit me haïr alors que j'le connais pas. J'sais pas d'où, mais je crois que je l'ai déjà vu. » Il sent les mains d'une jolie brune sur ses épaules et penche sa tête en arrière vers Ruth, elle le regarde dans les yeux et il sourit alors. « J'adore savoir que t'oublies des gens, mais que moi tu m'oublieras jamais, mon magnifique ingénieur. » Il lâche son arme et pose ses mains sur les joues de la brune, se tournant vers elle pour embrasser ses lèvres avec une douceur inconsidérable. « Il faut vraiment que t'arrêtes de m'embrasser, mon chat, si tu veux me toucher t'as qu'à me dire que tu veux bien de moi. » Chieuse professionnelle, il lâche un grognement et ça la fait sourire. Elle s'éloigne, partant dans sa cuisine ouverte dans le salon. Se levant de sa chaise, Feliks s'approchait d'elle doucement. « Tu sais très bien pourquoi je veux pas qu'on soit ensemble, Ruth. C'est dangereux d'être amoureux avec ce que je fais. » Dangereux de ne pas l'être également. Son attirance pour Ruth s'était dissipée avec le temps, et elle n'en savait rien alors il agissait comme si rien n'avait jamais changé. La brune s'était tournée vers lui, croisant les bras en le regardant droit dans les yeux. Il savait qu'il allait avoir droit à sa demande d'arrêt habituelle. « Alors arrête, Fel. T'as pas que ça à foutre de t'infiltrer chez l'ennemi, ils finiront par te trouver et par te plomber. Même si t'es le meilleur ingénieur qu'ils aient. Ils sont nos ennemis, et j'ai pas envie de te savoir mort à cause du boulot qu'ils t'ont donné, que tu t'es donné chez Hydra. S'il te plaît, Fel ? » Il avait doucement prit les mains de la jeune femme dans les siennes, son regard se baissant au niveau du sol tandis qu'il penchait la tête. Finalement, son regard ambré avait croisé de nouveau celui sombre de la jeune femme. Et il avait sourit. « J'adore quand tu t'inquiètes pour moi. Mais écoute Ruth.. Faire ça, ça me permet d'être quelqu'un que je ne pourrais jamais être, et ça me permet de me libérer d'une pression lourde, même si ça m'en rajoute une deuxième. Je sais que ça te fais flipper, je sais que t'as peur. Mais justement, c'est pas la peur qui nous réunit depuis le début ? La peur de pas passer en classe supérieure au départ, la peur d'être seuls ensuite. La peur de se faire griller quand on était limite en train de coucher ensemble hier dans les toilettes du restau.. » Elle mit sa main sur sa bouche, un sourire étant apparu sur ses lèvres. Un rire sortant de la bouche de la jeune femme, Feliks avait sourit et avait enlevé sa main de sur sa bouche. « Tu vois, il y a pas de quoi avoir peur. Je peux être un agent incroyable chez Hydra et être l'ingénieur parfaitement bien infiltré chez le Shield, je resterais toujours ton meilleur ami, et je resterais toujours l'homme que tu aimes. » Elle avait hoché la tête, posant ses lèvres contre celles de Feliks avant de reculer calmement. « Je t'aime Fel. Mais bouge ton cul de ma cuisine, j'essaye de faire mes lasagnes tranquille. Trou du cul. » Il avait hoché la tête, levant les mains en se reculant pour ensuite contourner le bar qui séparait la cuisine du salon. « Veuillez m'excuser mon très cher chef cuisinier, je vais retourner travailler sur mon android magnifique d'inexistante destruction massive. » Elle avait tourné le regard vers Feliks qui ramassait ses armes sur la table, secouant la tête. « Non mais j'hallucine. Range tes armes et met la table, on s'en fou de ton android, ton père va arriver et on va manger. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Blaze
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Il est PYROKINÉSISTE. Il peut manipuler et contrôler le feu en autant qu'une source soit présente. Lorsqu'il se trouve sous de fortes émotions, il peut créer le feu à partir de ses mains, mais c'est arrivé seulement deux fois. Il est invulnérable à la chaleur et aux flammes.
Maria, Pietro, Lydia, Laura, Elijah, Maddie, Clary
750
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 21:58

DYLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN! J'aime trop ce mec!

BIENVENUUUUUUE! Bon courage pour ta fiche et j'ai bien hâte d'en savoir plus

N'oublies pas d'aller réserver ton avatar!

___

I'm a nightmare, you're a unicorn


Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 22:01

BIENVENUE !!
Ta bouille est géniale ! Je me demande ce que tu vas en faire
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Mystique
4 / 54 / 5
4 / 54 / 5
Métamorphe capable de prendre les traits de n'importe quelle personne, facteur guérisseur, immunisée contre toutes formes de poisons, et vieillissement naturel ralenti.
Isaak; Spencer; Dylan; Jessica & Romy
1305
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 22:02

J'aime trop Dylan aussi

Je savais bien qu'il y avait des gens qui suivait le projet en secret Petite cachotière !

En tout cas bienvenue parmi nous et courage pour ta fiche

___

and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Sam 9 Avr - 22:04

Oui c'est vrai c'est quoi ces cachoteries là
Je te pardonne quand meme
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Dim 10 Avr - 17:42

Merci les petits chats
Revenir en haut Aller en bas
MarvelAdmin
avatar


E S C A P E M A D N E S S

5 / 55 / 5
5 / 55 / 5
1620
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Dim 10 Avr - 21:23





Félicitations

You are one of us now

Tu as officiellement perdu tes souvenirs et tu es maintenant un habitant de l’île paradisiaque de Genosha!


Finalement mon petit Fefe tu seras chez Hydra ! En tout cas contente de lire cette histoire, ça va être sympas si tu trouves une Ruth ^^ Bon allez maintenant file biquette !


Maintenant que tu es validé, que tu as ton groupe et ta couleur, il est maintenant le temps de t’amuser avec nous! Mais avant tout pense à passer dans ce sujet pour recenser ton pouvoir et/ou ton métier et/ou ta ville de résidence. Ensuite, va poster ta fiche de liens et de rps pour qu’on puisse venir t’harceler ! Tu peux aussi créer un scénario ou te lier à un personnage de Marvel. Surtout, n’hésites pas à passer sur la CB, dans les jeux et le flood pour du fun fou!

J’espère de tout mon cœur que tu te plairas sur HOUSE OF M!

Il ne me reste qu’à te dire : BON JEU!

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Agent 13 mais Peggy ou Agent Carter suffiront
3 / 53 / 5
0 / 50 / 5
Peggy n'a pas de pouvoir à proprement parlé mais elle maîtrise les arts martiaux, sait tirer avec une arme, parle français et anglais, sait manipuler les mots à son avantage et est une experte en stratégie.
658
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Dim 10 Avr - 21:25

Dydy en méchant Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: and the sound of the cries when a family loved one dies.   Dim 10 Avr - 21:26

Bravo pour ta validation Feliks
Revenir en haut Aller en bas
 
and the sound of the cries when a family loved one dies.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Primavera Sound 2010 - 27 au 31 mai
» The sound of music (la mélodie du bonheur)
» " Sound of noise "
» Furia Sound Festival 23-25 juin 2006, Cergy
» Rock Sound Festival Huttwil 5-7juin 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: Fiches de présentations-
Sauter vers: