Partagez | 
 

 Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité

MessageSujet: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 19 Sep - 16:23

Il était encore tard cette nuit-là, le sourire de la lune éclairait les nuages et donnait une atmosphère presque effrayante, quasiment morbide à la nuit. Aaron était encore allongé sur son lit, fixant le plafond. Le réveil situé sur sa droite affichait trois heures du matin et, jusque là, il n'avait pas encore réussi à se rendormir. Non pas qu'il était victime d'insomnie mais les cauchemars qui troublaient son sommeil de plus en plus fréquemment, ne lui donnait plus du tout l'envie de se laisser aller dans les méandres du monde onirique. Aussi, il se laissait aller à contempler le blanc immaculé de son plafond, cherchant les réponses à ses questions sans réellement y parvenir. D'où lui venait autant de cauchemars ? Autant de vision sur lui-même qui était pourtant bien différente de ce qu'il était.
Aurait-il oublié quelque chose ? Aussi longtemps qu'il s'en souvienne, il n'avait jamais eu un seul trou de mémoire. Aussi, ses cauchemars sont simplement incompréhensible pour lui.
Son cerveau cherchait intensément une chose à faire. Mettre à profit les heures à venir pour ne pas les gâcher. Aaron passait en revue les recrues qu'il possédait pour le moment outre Amara. Aileen, Laura. Laura n'avait clairement pas besoin d'autant d'entraînement. Aileen oui mais il était déjà prévu d'en avoir un aujourd'hui. Troisième recrue et Aaron se redresse de son lit, les doigts de sa main gauche rejoignant sa cote droite dénudé pour satisfaire la démangeaison qu'il ressentait. Il s'était décidé. Amara allait être son cobaye pour la nuit, allait subir l'entraînement à cette heure-ci et ça, même si elle n'en avait pas envie.  Ce n'était pas son problème comme il disait toujours.
Aaron quitta finalement son lit et prit le temps de prendre une douche et de s'habiller convenablement. Inutile de dire qu'aller s'entraîner à moitié nu ne serait pas forcément une bonne idée mais ça restait uniquement son avis.
Aaron enfilait un simple jogging et un t-shirt puisqu'il avait décidé de se focaliser un peu plus sur le corps à corps que le tir mais l'arme était quand même présente même si elle n'était pas nécessairement utilisé. L'assassin quitta son appartement et ne prit pas la peine de prendre sa voiture. Le froid, la nuit, le silence lui donnait le loisir de pouvoir réfléchir. De plus, l'appartement d'Amara n'était pas si loin que ça. La marche, c'était bon pour la santé, après tout.
Les rues étaient vides, seul quelques véhicules allaient et venaient. Portant sa main à sa bouche, Aaron étouffa un bâillement, laissant ses yeux larmoyants durant l'espace de quelques secondes.
Plus d'une fois, il avait eut l'occasion d'entrer chez Amara, qu'elle ne soit d'accord ou non et il avait finit par retenir facilement le chemin et par où passer pour entrer sans faire de bruit ni attirer l'attention d'autrui. Ne manquerait plus que les voisins n'appellent la police pour ensuite le faire embarquer. Comme si c'était possible qu'il se fasse embarquer, d'ailleurs.
Au bout d'une quinzaine de minutes, Aaron s'engouffrait dans un appartement, passant par la fenêtre sans la moindre difficulté ni gêne. L'appartement était d'un calme sans nom, il s'avançait à l'aveugle sans pour autant se prendre le moindre mur ou meuble. Il avait fini par repérer l'emplacement exacte de chaque chose susceptible de lui faire mal ou de le faire voler et réveiller tout l'appartement.
L'assassin rejoint la chambre d'Amara et l'ouvre d'une certaine lenteur. Il prend le temps de refermer celle-ci avant de plaquer sa paume sur l'interrupteur, allumant la lumière. L'ampoule diffuse une lumière aveuglante alors qu'il pose les yeux sur la silhouette situé sur le lit.

- Debout la belle au bois dormant. Tu as dix minutes pour être hors du lit. Je te laisse le choix. Où tu te laves et tu t'habilles ou je te traîne sous la douche et je me fiche de savoir que tu es nu ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 19 Sep - 20:10


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara




Je me suis encore couchée tard. C’est pas bien, mais je sais pas, c’est ces conneries à la télé… ça t’hypnotise et tu veux connaître la suite. Puis 2h plus tard t’es encore scotché devant, sans avoir vu le seul truc que tu voulais. Je me traîne jusqu’à mon lit et m’y laisse tomber lourdement. Il est plus d’1h du mat’. Le réveil va être marrant… Je ferme rapidement les yeux et me laisse sombrer dans un profond sommeil. Profond ? J’entends l’interrupteur qui s’active. Je sais ce qui va se passer et vu la fatigue qui me tient encore, c’est sûrement pas encore le matin.Je grogne. Je déteste être réveillée comme ça. Mes yeux s’ouvrent difficilement éblouis par la lumière de l’ampoule qui trône au milieu de la chambre. Je dois m’y reprendre à plusieurs fois avant de finalement réussir à ouvrir correctement les yeux. J’attrape mon téléphone et le déverrouille pour me renseigner sur l’heure qu’il est. QUOI ? A peine 3h’30 passé du matin. Je me redresse légèrement agacé de l’intrusion dans ma chambre. Je tourne les yeux vers la porte et c’est sans vraiment trop de surprise que je vois Aaron dans la pièce.

- Putain, tu fais chier… J’viens de me coucher quoi.

Bon, c’était un peu de ma faute, je dois l’avouer. C’est moi qui lui ai dit que j’aimerais reprendre des entraînements avec lui dans les prochaines semaines… J’ai une grosse mission et si je la foire… Je veux pas trop y penser mais je ferai mieux d’être en mesure de me défendre correctement. Mais en pleine nuit, c’est jamais très loyal comme technique. Je m’affale à nouveau dans le lit quand il me laisse dix petites minutes pour être prête. Je lâche un son, un raclement de gorge proche d’un “raaaah” qui exprime à la perfection mon humeur. Je me laisse rouler jusqu’au bord du lit avant de m’étirer et de bailler sans ménagement. Je me redresse et ne peux m’empêcher de lui balancer un coussin en pleine tronche, même s’il n'atteint pas forcément sa cible. Pas ma faute, je vois pas nette au réveil.

- Je t’ai déjà dit que je te détestais ? Pourquoi on est pote tous les deux?

Je plaisante et accompagne mes propos d’un petit sourire. Petit. On est tout de même en plein milieu de la nuit et je serais bien restée dormir quelques heures supplémentaires. Même si je ronchonne pas mal, je suis plutôt d’humeur joyeuse et je ne peux m’empêcher de le taquiner. Je vais juste avoir du mal à émerger…

- Tu me traîneras sous la douche ? Tu ferais mieux de venir avec moi. L’eau fraîche te calmera certainement et tu seras plus sympa avec moi après.

Je me lève et commence à traverser la pièce, arrivant presque à son niveau. Je plisse légèrement les yeux quand il n’est qu’à un mètre de moi. Je sens qu’il est motivé et que je vais avoir des courbatures toute la semaine après ça.. Mais quelle idée j’ai eue là ? J’ouvre la porte, avant de rester sur le seuil et d’écouter le silence qui règne dans l’appart’.

- C’est bien, je vois que cette fois tu n’as pas réveillé Aileen.

Je lui glisse un petit clin d’oeil avant de me diriger vers l’unique salle de bain de chez moi, commençant déjà par faire valser mes fringues et baîllant bruyamment au passage pour qu’il l’entende et comprenne bien qu’il me dérange. Ca va lui plaire. J’ai plutôt intérêt à lui coller une bonne raclée, qu’il arrête de vouloir me déranger la nuit… Le sommeil s’est sacré ! J’arrive dans la salle de bain et me débarrasse de ma culotte et entre dans la douche. L’eau met 4h à devenir chaude et quand c’est le cas je perds un peu la notion du temps. C’est tellement agréable. Surtout que ça me rappelle un peu la chaleur de mon lit que je viens de quitter et je me rendors un peu. Enfin je somnole à moitié. Pas cool. Vraiment pas cool car Aaron est du genre très à cheval sur les horaires. Et la porte de la salle de bain claque. Je coupe l’eau rapidement. J’ouvre le rideau et lui adresse un grand sourire, espérant qu’il ne sera pas trop contrarié

- J’me suis rendormis sous la douche c’est pas ma faute. Mais j’ai fini… J’enfile un jogging et je suis prête. tu peux me passer la serviette s’teu plaît ? Je cherche à capter son regard de mes yeux, celui-ci étant égaré ailleurs. A moins que tu ne veuilles passer sous l’eau froide avant ?



Amara : #ADC2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 19 Sep - 22:10

A peine la lumière avait été allumé qu'un grognement se fait entendre. Aaron, adossé à la porte se régale d'embêter réellement son monde. Et pourtant, il l'adorait. Amara était quelqu'un dont il ne se lassait pas. Certes, elle lui cassait les pieds par moment mais sa personnalité enjoué lui faisait du bien. L'assassin n'a que faire si elle venait de se lever, encore moins qu'elle le haïssait. Ce qui n'était d'ailleurs pas vrai. Les bras croisés sur son torse, il ne bouge même pas en voyant l'oreiller s'approcher et s'arrête vingt centimètre à sa gauche. Il fallait réellement qu'elle apprenne à mieux viser.

- Je t’ai déjà dit que je te détestais ? Pourquoi on est pote tous les deux?

Question très intéressant. Aaron se met à rire tout en se redressant du mur. Aaron n'était pas associable, pas une personne horrible quand on le voyait hors des entraînements. Il était même assez humain au final. Il se faisait même pardonner auprès d'Amara quand l'entraînement était un peu dur ou quel prenait trop de coup. De quoi elle se plaignait ?!

- C'est faux. Tu m'aimes. Et je ne sais pas. Mais maintenant que tu m'as comme pote, il va falloir t'y faire. C'est pas la veille que tu m'as rencontré.

Aaron lève lentement les yeux au ciel quand elle parle de la douche. L'eau froide n'allait pas le calmer mais plutôt le rendre d'autant plus grognon. L'eau froide, il haïssait ça. Il préférait se laisser fondre sous l'eau chaude. Ça, ça le rendait bien plus sympathique. Ça et l'orgasme mais il ne pouvait pas tout avoir. L'assassin se mit à bêtement rire. Il est vrai que plus d'une fois il avait réveillé Aileen parce qu'il ne jugeait pas nécessaire de se faire discret. Disons qu'aujourd'hui, Amara allait être la seule à le supporter. Il ne réponds pas et alors qu'elle va dans la salle de bain, Aaron rejoint la cuisine après avoir allumé l'une des lumières. Sans se gêner, il fouille dans le frigo et attrape la première canette de soda qui passe. Il s'affale sur le canapé et bois tranquillement alors qu'il n'arrête pas de regarder sa montre. Dix minutes pas plus. Et pour le coup, Aaron s'en tenait toujours à ce qu'il disait. Si c'était dix minutes, il ne donnait pas une seconde de plus.
L'assassin se redressait, canette en main et se dirigeait vers la salle de bain, la porte claque contre le mur dû à la force involontaire qu'il y a mis.
Le rideau se retrouve tiré une fois l'eau coupé et Amara ne manque pas de se dévoiler comme si Aaron était quelqu'un d'aussi proche d'elle que sa colocataire. L’entraîneur s'adosse au mur, bras croisé tout en arquant un sourcil. Sourire en coin placardé sur le visage, il ne manque pas photographier intérieurement le corps de la jeune femme. Habillé, c'est déjà joli à regarder mais nu, c'était une vision orgasmique. Ses yeux se baladaient, glissaient sur la peau dénudé, sur les courbes qu'elle possédait.
Si Aaron possédait encore des hormones d'adolescents, il serait rapidement serré, c'est sûr.

- J’me suis rendormis sous la douche c’est pas ma faute. Mais j’ai fini… J’enfile un jogging et je suis prête. tu peux me passer la serviette s’teu plaît ? A moins que tu ne veuilles passer sous l’eau froide avant ?

Passer sous l'eau froide ? Non, pas besoin. Aaron s'avait encore regarder sans avoir le jean déformé. Aussi magnifique la jeune femme soit-elle. L'assassin se redresse alors et attrape la serviette avant de s'approcher de la douche et de simplement le lui tendre.

- Il y a bien des choses que je voudrais faire mais la douche froide n'est pas dans la liste. Dépêche toi un peu. J'ai l'impression d'attendre mon ex, incroyable de mettre trois heures pour s'habiller.

Aaron se mit tout de même à rire. Plus elle était en retard, plus l'entraînement durera et ça, elle le sait très bien mais elle semble l'avoir oublié le temps d'un moment. Aaron sort de la salle de bain parce que même s'il a prit le temps de mater, il n'est pas là pour ça. Il la laisse s'habiller et attend déjà devant la porte, finissant sa canette.

- Si tu as fini dans deux minutes, je te paye un truc à manger. Dépèche toi, Amara, je t'en supplie! Je vais prendre quarante ans de plus là.

Déjà qu'il en avait trente-sept, il ne manquerait plus qu'il arrive à soixante-dix sept et qu'elle sorte enfin de sa chambre. A la seconde où la porte de la chambre s'ouvrir, Aaron tourne les talons et sort de l'appartement. Passant sa paume dans sa tignasse, il avait déjà tout prévu pour l'entraînement malgré le laps de temps qu'il avait passé entre son lit et l'appartement d'Amara.
L'assassin tord la canette et la jette dans la première poubelle alors qu'enfin elle semble le rejoindre.

- Pourquoi tu t'es couché tard ?

Pour le coup, maintenant qu'elle était sorti et réveillé, Aaron reprenait une conversation plutôt normale. Passant de banalité en banalité. Et ça passait par la raison pour laquelle elle s'était endormis trop tard. A tout les coups, elle avait passé une partie de la nuit devant la télé à se gaver de dieu savait quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Mar 20 Sep - 20:34


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


C’est l’esprit encore bien trop embrumée que je me lève à regret de mon lit. Quand je dis le détester il se met à rire. A rire ! Le salaud. Après tout, normal que la situation le fasse rire… Je devrais aussi débarquer en pleine nuit chez lui, le réveiller pour ensuite lui botter les fesses. On verra s’il aura toujours l’envie de rire et la bonne humeur qu’il arbore. J’en suis pas si sûre.

- C'est faux. Tu m'aimes

Un petit rire se faufile entre mes lèvres malgré tout. Je sais qu’il à raison et ça m’embête de l’avouer. Je hausse nonchalamment les épaules comme s’il ne s’agissait de pas grand chose.

- J’aurais jamais du signer.. je savais pas à quoi je m'engageais avec toi… J’aurais dû lire les petits caractères en bas de page.

Sans attendre je passe devant lui et me dirige vers la salle de bain. Je file sous la douche sans attendre mon reste. L’eau me fait du bien, même trop de bien. Quand j’entends la porte je grince des dents et grimace à l’abri de son regard. Et merde. J’ouvre le rideau à la volée - assez pour le voir - et lui demande la serviette qui est accrochée près de la porte. Je tends même le bras pour lui indiquer, pour être sûre qu’il ne la rate pas. Cependant, malgré mes indications plus que précises, il ne semble pas s’y préoccupé. C’est une tout autre chose qui attire son attention. Un sourire est figé sur ses lèvres. Je penche légèrement la tête sur le côté et cherche son regard, lui faisant les gros yeux. Je ne suis pas du genre pudique, mais tout de même. Qu’il prenne une photo tant qu’il y est. Commençant par me sentir un peu trop épier par ses prunelles, je plaque mes bras sur les parties sensibles de mon anatomie. Mes paroles semblent le ramener un peu à la réalité et il s’avance pour me tendre la fameuse serviette que j’attends depuis trop longtemps à mon goût. Je l’attrape et l’enroule rapidement autour de moi. Le point positif c’est qu’avec ça il ne pense même pas à me réprimander. Enfin, à peine. Je lève les yeux aux ciels quand il parle de son ex. Qu’il la laisse où elle est celle-là.

- T’es toujours en train de râler toi.

Je lui donne une tape dans l’épaule. J’esquisse un sourire joueur. Entre lui et moi, je suis de loin celle qui passe le plus de temps à se plaindre et il le sait. Je sors juste après lui de la salle de bain, lui tire la langue et disparaît dans ma chambre. Enfin, la porte est entrouverte, donc je l’entends très bien. J’arrive devant mon placard, enfile des sous-vêtements propres, un jogging et un vieux t-shirt blanc. Je suis presque prête quand je l’entends à nouveau parler de sa longue et terrible attente depuis le couloir. Je ne peux m’empêcher de rire.

- Quarante ans ? Mais t’en as pas déjà soixante ?

J’affiche une magnifique tête, ravie de ma connerie. Malheureusement pour moi il ne la voit pas. J’attache mes cheveux avec un élastique et je le rejoins finalement, moins de deux minutes plus tard. Je suis à peine sorti qu’il se barre vers la porte d’entrée. Il quitte même l’appart’ alors que j’enfile mes baskets à l’arrache. Je dois le rejoindre au petit trot avant qu’il ne sorte dans la rue. J’accours jusqu’à sa hauteur.

- Attends moi ! Et j’suis sortit en moins de deux minutes… tu me dois un truc à bouffer. Alors… Je fais mine de réfléchir, un doigt posé sur mon menton, pour le petit dej’ ça sera pancakes au sirop d’érable.. miam. Avec du jus d’orange, ok ?

Je lui adresse un clin d’oeil. Je devais surtout pas trop me rater à l’entraînement pour réellement obtenir tout ça. La douche m’a finalement mieux réveillé que prévu et maintenant je pète le feu. Ce ne sera peut être pas le cas d’ici quelques heures, la fatigue aura surement refait surface. Tant pis, j’irais tôt au lit ce soir. Quand il me demande pourquoi je me suis encore couché tard, j’hésite et affiche un air coupable. Je suis sûre qu’il le sait en plus, il commence à me connaître. Un peu trop bien même. Je l’observe de côté, réfléchissant à une excuse qui pourrait paraître plausible à ses yeux.

- J’avais envie de me faire une manucure avec Aileen. Je souris de toutes mes dents. Ou alors c’est les trucs de la télé qui m’ont tenu éveillé… je sais plus trop.

Mes lèvres se parent d’un autre sourire innocent et je cligne plusieurs fois des yeux. Il continue à avancer d’une cadence élevé et je regarde ce qui se passe autour de nous. Rien. Personne. Les rues sont désertes, vu l’heure c’est pas étonnant.

- Tu sais que les gens normaux dorment à des heures pareilles ? Si t’arrive pas à dormir la nuit je peux te rendre service. Un coup de batte sur la tête et hop, tu dormiras comme un bébé.

Un éclat de rire résonne entre vous, je n’arrivais pas à garder mon sérieux. Je lui tire encore la langue. Il l’a bien mérité. Je commence légèrement à m’impatienter et je me mets à sautiller un peu sur place. Ca m’échauffera au cas où il me prendrait à nouveau par surprise. Seulement, faire la con comme ça me fait perdre quelques mètres sur lui. J’accélère et lui fonce droit dessus. Arrivé à sa hauteur je saute d’un coup sur son dos et m’accroche à lui. Je ne suis pas très lourde et puis, il a largement les capacités pour me supporter. Telle une enfant hyperactive je lui glisse à l’oreille un petit :

- On va où ?



Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Jeu 22 Sep - 11:44

Aaron n'avait rien répliqué aux mots d'Amara. Soixante ans.. De quoi lui rajouter une bonne vingtaine d'année. L'assassin leva les yeux au ciel et ne fit que lui promettre quelque chose à manger si elle ne bougeait pas son derrière un peu plus vite. Et ça semble avoir l'effet escompté puisque à peine sorti de l'appartement, la jeune femme le rejoint en accourant.

- Attends moi ! Et j’suis sortit en moins de deux minutes… tu me dois un truc à bouffer. Alors… pour le petit dej’ ça sera pancakes au sirop d’érable.. miam. Avec du jus d’orange, ok ?

Aaron affiche un sourire sur ses lèvres, son caractère nettement radoucis. Il savait se montrer impatient et légèrement con pour la faire sortir. Mais par la suite, il pouvait se comporter normalement. Et la première question posé fut la raison à son manque de sommeil. Elle devait savoir qu'Aaron se fichait de l'heure et, à partir du moment où il était debout, il n'hésiterait pas à aller réveiller la blonde sans en ressentir le moindre remord. Et avant même d'entendre ses mots, l'air coupable encré sur le visage juvénile de la jeune femme ne lui laisse pas le moindre doute. Une soirée passé devant la télévision. Comme d'habitude.
Il avait entendu la demande de pancake et de jus d'orange mais elle savait très bien qu'elle l'obtiendra s'il juge l'entrainement concluant.

- J’avais envie de me faire une manucure avec Aileen. Ou alors c’est les trucs de la télé qui m’ont tenu éveillé… je sais plus trop.

Aaron avait fini par s'arrêter quand il n'avait plus vu la jeune femme à ses cotés. Allait-il trop vite pour elle ? Toutefois, il avait bien raison concernant la télévision. Même lui ne l'a regardait jamais. Il faisait énormément de chose absolument non constructive mais la télévision n'en faisait pas tant parti que ça. Généralement, elle restait allumé en guise de fond sonore. Histoire de se feindre une présence chez lui.

- Encore la manucure, ouais. Mais les trucs à la télévision ? Qu'est ce qui t'as autant tenu devant ? Les princes de l'amour ?

Ou encore une débilité du genre à coup sûr. Aaron se met à rire et reprends sa marche. Les rues désertes lui faisaient du bien, pas de déjà vu à l'horizon et c'était assez relaxant pour le coup. Et voilà Amara qui lance une énième critique sur l'heure tardives. S'il lui donnait de l'argent à chaque fois qu'elle le lui avait reproché, elle serait riche à million et lui, à la rue depuis bien longtemps. C'était elle qui était venu le voir pour avoir un entraînement et la voilà qui se plaint encore et encore. Toutefois, il ne peut s'empêcher d'éclater de rire lorsqu'elle veut lui donner un coup de batte sur la tête. Ca réglerait sûrement le problème de sommeil, c'est vrai.
L'assassin allait se retourner mais Amara est trop rapide et lui saute sur le dos. Il a d'ailleurs uniquement le temps de glisser ses paumes sous ses cuisses pour la soutenir sinon elle aurait facilement pu s'étaler par terre. Aaron s'arrête et la fait légèrement sautiller sur son dos, remontant ainsi celle-ci pour qu'il puisse avoir un meilleure prise.

- T'es vraiment pourri gâté avec moi. Il y a pas tout le monde qui me grimpe sur le dos. On va dans un endroit calme. Ca serait un peu chiant de tirer sur quelque chose et d'attirer les flics. Tu ne crois pas ? Même avec un silencieux.

Aaron pensait toujours à tout. Même s'il devait aider à l'entraînement, il préférait être dans un endroit plutôt calme pour éviter que les forces de polices n'arrivent lorsqu'il était impossible d'aller au QG. Et, attend donné l'heure tardive, il était impossible de pouvoir y entrer pour le moment. L'assassin avec donc choisi de rejoindre un terrain vague. Celui-ci n'était pas si loin que ça et pouvait nettement être rejoint à pied.

- Et non merci pour la batte sur la tête. Tu as voulu que je t'aide, je le fais. Ensuite, je choisi les heures. Puis, ce n'est pas comme si tu faisais quelques chose de constructif miss Manucure.

Théoriquement, le sommeil est quelque chose d'important. Constructif pas vraiment. Aaron continuait sa route, Blonde sur le dos. La fatigue n'était plus réellement là. Amara le tenait éveillé et la taquiner, râler lui laissait le loisir de ne pas être fatigué. Le sommeil s'était pourtant fait bien court de son coté aussi.
Au  bout d'une petite dizaine de minute, Aaron prit une ruelle et quittait les rues pour rejoindre un terrain vague.

- Je suppose que tu n'as pas pris ton arme..?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 26 Sep - 13:18


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


J’enfile mes chaussures tout en le suivant à l’extérieur des chez moi. Forcément je galère un peu et perd du temps sur lui. Je suis obligée de courir un peu pour le rattraper. Une fois à sa hauteur et ma foulée caler sur sa cadence, il s'interroge sur mon manque de sommeil. Il doit s’en douter, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive après tout.

- Eurk. Non. T’es fou ? C’est des conneries… tu sais les émissions sur les mecs qui achètent des box pour revendre le contenu….

C’est pas un super truc mais il tourne le truc de façon à ce que les gens restent accrochés. Et évidemment c’était mon cas. Je ne trouvais même pas les épisodes intéressants, mais je restais toujours bloquée devant. La vérité c’était que je n’avais pas eu l’envie de dormir. J’aurais pu me balancer un film à la con mais à tous les coups ça m’aurait encore plus empêché de trouver le sommeil. Le rire d’Aaron est la seule chose qui perce dans la nuit et le calme de la rue. Je souris, lui jette un regard en biais soudainement adoucit et amusé par son éclat de rire. C’est bien un truc qu’il arrive à faire… m’adoucir. Prenant de l’avance sur l’échauffement qui va sûrement m’attendre, je sautille comme une imbécile, mettant quelques mètres entre lui et moi. Un sourire malicieux sur le coin de mes lèvres, je m’élance et sans gêne atterri sur son dos. Je m’étais presque attendue à ce qu’il se décale ou me pousse pour que je retombe sur les fesses mais ses mains se calent sous mes cuisses et me maintiennent en place. Un petit rire m’échappe ravie qu’il me laisse là où j’étais. Il saute sur place pour que je puisse même mieux m’accrocher et mes bras s’enroulent autour de son corps. Mon sourire malicieux se transforme en sourire niais et je pose ma tête sur son épaule. C’est pas forcément une bonne idée, à tous les coups je vais me rendormir. Mon sourire s’agrandit quand il glisse un mot sur le fait que j’ai le privilège d’être sur son dos. Ca m’amuse et d’un côté ça me plaît d’avoir un statut particulier avec lui. Je me redresse sur les mots qui suivent, d’un coup assez pressée que l’entraînement commence.

- On va tirer ?? Youhou ! Je m’exclame. Oui, c’est certainement mieux de ne pas attirer les flics…

D’habitude il me trainait dans les sous-sols d’Hydra pour ce genre d'exercice mais je n’étais pas du genre à me plaindre d’un endroit reculé pour pouvoir améliorer ma compétence de tir. J’adorais ça. C’était plus simple et moins fatigant que du corps à corps. Même si j’étais principalement confronté à des situations qui nécessitaient du corps à corps.. à mon plus grand désespoir.

- Et non merci pour la batte sur la tête. Tu as voulu que je t'aide, je le fais. Ensuite, je choisi les heures. Puis, ce n'est pas comme si tu faisais quelques chose de constructif miss Manucure.

Je lève les yeux aux ciels. Bon ok. Oui je le lui ai demandé mais bon… ces horaires étaient toujours bien casse couille. Après, j’aimais beaucoup le taquiner mais je savais que ce qu’il pouvait m’apporter n’était clairement pas négligeable. J’en avais besoin. Je reste un peu silencieuse à ses paroles, l’air boudeur. Je repose ma tête sur son épaule et me laisse bercer par sa démarche. Je suis un peu étonnée qu’il ne me remette pas sur mes pieds mais je ne vais pas m’en plaindre après tout. J’ai envie de lui raconter un truc, mais je ne sais pas trop comment il va réagir… Après encore quelques secondes d’hésitation je me lance doucement :

- Aaron… En vrai je m’inquiète un peu pour le taff. Le gars à qui je dois voler des infos est plutôt balaise.

C’était la vérité. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais l’impression que si je me faisais prendre il me réduirait en miettes de ses propres mains. D’après les renseignements que m’avait donnés Hydra, c’était un gars qui avait atterri un peu au hasard au Shield et qui y brillait pour ses compétences physiques. Il était du genre à aimer la castagne, qui n’avait peur de rien. Qu’est-ce que je représentais moi, face à ça ? Une allumette facile à briser. Du moins c’est ce qui me trottait dans la tête. Enfin, il y avait aussi cette autre chose…

- Je t’avais raconté qu’un mec du Shield s’était pointé chez moi l’autre jour ?

J’avais fini dans une position un peu con et qui aurait pu être embarrassante si je n’avais pas eu d’entraînements… et ça je ne voulais pas trop l’avouer. Enfin c’est principalement ces deux éléments qui m'avait poussé à faire appel à Aaron… même s’il aimait me déranger au milieu de la nuit. Je jette quelques coups d’oeil autour de nous et me rend compte qu’on commence doucement à s’éloigner du centre et à s’approcher d’un terrain vague. Un immense terrain vague : parfait. Quand il s’arrête je me dégage de son dos le libérant de mon poids. Mon arme ? Quoi ? Fallait la prendre ? Je lui lance un regard un peu hautain avant de lui répondre.

- J’ai eu le temps de le faire ? Et est-ce que Monsieur me l’a demandé ? T’étais bien trop occupé à me reluquer pour ça, hum ?

J’hausse les sourcils et pose mes poings sur mes hanches. Je garde cette posture quelques secondes avant d’éclater de rire. Maintenant qu’on est arrivé, je suis en pleine forme. Je commence à nouveau à sauter sur place et expirant bruyamment. Je fais cette drôle de gestuelle tout en lui tournant autour. Comme si j’étais sur un ring, je mime des coups de poing visant ses bras, son torse et même son dos. Je le touche presque pas, l’effleure à peine. Je tourne autour de lui telle une pile électrique S’il est de mauvaise humeur il va m’en retourner une alors je m’arrête avant, face à lui.

- Aller, donne-moi une arme s’il te plaît.

J’arbore un magnifique sourire innocent et tend mes deux mains vers lui, formant une coupe pour recevoir le précieux objet métallique. Je n’ai qu’une hâte maintenant : qu’on commence.


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 3 Oct - 11:47

Dire qu'Aaron n'appréciait pas Amara serait un réel mensonge. Pour qu'il ne refuse pas un entraînement en plus, qu'il la laisse lui grimper sur le dos sans le moindre problème, il fallait vraiment qu'il est une bonne estime d'elle et qu'il ne l'aime bien. Un minimum.
Tête posé sur son épaule, Aaron reprend sa route comme s'il n'avait personne sur son dos. Il ne perd pas de temps et explique déjà qu'ils ont besoin d'être au calme, dans un terrain à l'écart des habitations pour pouvoir tirer convenablement. Allez expliquer aux autorités pourquoi un homme et une femme tire sur plusieurs objets et se tapent dessus sans que ça ne paraisse trop louche. A tout les coups, Aaron irait en garde à vue pour coup et blessure.

- On va tirer ?? Youhou ! Oui, c’est certainement mieux de ne pas attirer les flics…

"On va tirer." Aaron ne peut s'empêcher d'éclater de rire. Elle va tirer. Lui de son coté va uniquement l'aider. D'ailleurs, plus l'assassin avance, plus Amara se fait plus lourde. Non pas qu'elle prend du poids en y allant mais il soupçonnait réellement qu'elle commençait à s'endormir. Mais finalement non. Elle finit par reprendre la parole, lui faisant peur de ses craintes. Un homme balaise. Aaron n'était pas seulement là pour l'aider mais aussi pour l'écouter en cas de peur dans ce genre là. Alors, il n'était pas surpris qu'elle se confit ainsi.

- Tu as déjà étudié ta cible ? Je veux dire. Ses habitudes. Le prendre à revers sera déjà bien mieux. Tu risquerais moins de t'en prendre une. Et même balaise, tu peux y arriver. Ils ne te l'auraient pas confiés s'ils t'en pensaient incapable. Parle moi de cet histoire d'agent du Shield chez toi ?

Après un temps, Aaron l'a dépose au sol mais cette histoire d'agent Shieldien chez elle l'intrigue pas mal. Même lui n'en avait pas eu chez lui et pourtant, il cherchait pas mal l'un des membres de l'organisation. Maria qu'il adorait faire tourner en bourrique. Le terrain était assez large. Plusieurs tonneaux en métal étaient éparpillés ici et là. Une moitié de grillage et plutôt objet abandonné qui suffiront amplement à l'entraînement.

- J’ai eu le temps de le faire ? Et est-ce que Monsieur me l’a demandé ? T’étais bien trop occupé à me reluquer pour ça, hum ?

Aaron levait les yeux au ciel. C'est vrai qu'il ne l'avait pas précisé mais il s'occupait principalement de ça pour elle alors il avait été plus que logique de le prendre. La remarque était implicite en quelques sortes. Aaron repose les yeux sur Amara, occupé à tourné autour de lui, mimant de lui donner des coups sans pour autant le toucher. Il se basse et ôte l'arme présente à sa cheville pour lui tendre, doigt sur le canon.

- Ne touche pas les tonneaux métalliques, la balle pourrait revenir vers toi. La sécurité n'est pas mise.

Il ne manquerait plus qu'elle se colle une balle dans un membre et qu'il ne doit l'aider. Aaron recule déjà et récupère plusieurs objets situés aux alentours. Il les disposent à divers endroits puis s'installe sur l'un des tonneaux.

- Tu tires sur les objets que j'ai installé. Tous sans exception. Tu dois tous les toucher. Je reste au milieu. Aucune balle perdu. Pour en revenir à la conversation, je suis sûr que tu t'en sortiras.

Amara était très doué, débrouillarde et Aaron était persuadé que rien ne pouvait la faire tomber facilement. Assis sur son piédestal, l'assassin regardait la jeune femme avant que la conversation ne lui revienne en tête. Il avait passé plus de temps à la mater qu'à lui demander l'arme. Bon, il l'avait prévenu. D'autant plus qu'un corps féminin était sublime. Puis, ce n'était pas comme s'il avait tenter quelque chose ou qu'il s'était jeté sur elle.

- Je te l'ai déjà dit. Je ne mate pas. J'admire ce que la nature t'as donné. Puis, c'est pas la première fois que je te vois dans le simple appareil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Mar 4 Oct - 22:54


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


J’étais vraiment bien installée et l’envie de marcher par mes propres moyens n’était vraiment pas tentante. Puis Aaron ne dit rien, alors j’en profite. J’aborde finalement le sujet que je voulais partager avec lui. Il devait surement se douter que cette demande cachait un enjeu professionnel derrière. Si tu voulais qu’il te botte le cul il te suffisait d’aller l’emmerder chez lui.

- Ouais. Et comme je te l’ai dit… il me fait flipper. Du genre balaise. C’était un sacré numéro adolescent. Il se battait souvent d’après ce que j’ai trouvé. Un caïd. Et il a fini au Shield… Normal quoi.

Je l’écoutes pas très convaincue. Ses mots me rassurent un petit peu - juste un peu.

- Ouais t’as raison.. mais je dois lui voler des infos. La meilleure technique c’est de l’approcher en douceur. J’peux pas rentrer chez lui… j’ai déjà regardé c’est un vrai casse-tête… J’vais essayer de m’y faire inviter, repérer les lieux et voir comment j’peux mettre ça en place. Ca risque d'etre long. De toute façon j’ai plusieurs mois à disposition. Je pense qu’Hydra avait fait la même conclusion que moi.

Pour une fois la mission n’était pas une urgence… ce qui voulait dire que l’enjeu était grand et qu’il ne fallait surtout pas la rater. De quoi me rassurer - ou justement pas du tout. J’avais pas intérêt à merder sur ce coup-là. Il me fallait du temps et de la concentration, voilà tout. Et Aaron était là pour ça. Je ne sais pas pourquoi j’ai abordé le sujet du gars du Shield. Je sais très bien ce qu’il va me dire….

- Je l’ai hacker mais il m’a retrouvé… OH ! On est arrivé ?

Je fais une petite diversion espérant que ça passe. L’espace dans lequel on venait d'arriver était assez grand mais surtout abandonné. Pour s’en rendre compte un rapide coup d’oeil suffisait. Ca aurait pu servir comme lieu d’échanges entre des drogués ou un refuge pour sdf. C’était pas vraiment une critique mais ce genre de personne préférait rester éloigner de la société et de la vie de la ville. Ce que je pouvais totalement comprendre. En tout cas c’est désert et parfait pour ce qu’Aaron a prévu. Quand il se penche pour récupérer l’arme qu’il a caché à sa cheville je souris. C’est incontrôlable. Je préfère largement faire du tir que du corps à corps, alors forcément…

- Ne touche pas les tonneaux métalliques, la balle pourrait revenir vers toi. La sécurité n'est pas mise.

Je prends l’arme avec beaucoup de soin, surtout qu’il n’a pas mis la sécurité cet âne. Elle est lourde mais rien de choquant, j’avais l’habitude maintenant. Mes doigts s'enroulent autour de la crosse et je pointe l’arme vers le sol avant de venir stabiliser mon poignet avec ma main libre.

- Je ne toucherais pas les tonneaux. Hop recules-toi.

Il s’était déjà éloigné de quelques pas mais je ne peux pas m’empêcher de le taquiner en lui donnant des ordres à mon tour. Déjà que je ne peux pas vraiment lui en donner. Il récupère différents objets qui sont éparpillés sur le sol et je comprends vite qu’ils vont devenir mes cibles du jour. Enfin du soir...euh de la nuit. C’est ça de faire des entraînements à pas d’heure, j’en perds le fil. Tous ? Ok.

- Quoi ? Tu veux rester au milieu ? Ouais alors vaut mieux pas de balle perdue…

Je marmonne à moitié dans ma barbe imaginaire mais je suis sûre qu’il l’a entendu. Ca ne devrait pas être un problème mais quand même on sait jamais. C’est pas mon arme et si ça se trouve elle n’a pas le même recule que la mienne. Enfin après tout c’est lui qui prend les risques pas moi. Il me fait confiance. Il a confiance en toi Amara. Je peux le faire. Tout comme la mission…. Je peux m’en sortir, écoute le. Je prends une profonde inspiration pour me concentrer tout de même. Je braque mon arme sur le premier objet, le doigt sur la gâchette et l’enclenche. Le silencieux qui est en place étouffe le claquement du coup de feu mais l’à-coup de l’arme est toujours là. Mon bras sursaute légèrement et je me félicite d’avoir bloqué ma main de l’autre. Je touche ma cible mais me rend compte que l’arme à une légère irrégularité et dévie vers la gauche. Je vise le second objet, décalé légèrement vers la droite et tire. Je fais de même avec les autres, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un détritus en place.

- Je te l'ai déjà dit. Je ne mate pas. J'admire ce que la nature t'as donné. Puis, c'est pas la première fois que je te vois dans le simple appareil.

Je garde le silence mais un sourire vient se loger sur mes lèvres. Je lève brièvement les yeux aux ciels. C’était Aaron tout craché. Je vise soigneusement ma dernière cible avant de finalement porté mon regard sur lui, toujours assis en face de moi.

- Tu es sûr de vouloir parler de ça pendant que j’ai une arme en main ?

J’hausse les sourcils en plongeant mon regard dans le sien. Même si je suis à plusieurs mètres de lui, je suis sûre qu’il arrive sans mal à lire le malice qui se cache derrière mon expression faussement sérieuse. Je me concentre une nouvelle fois et tire le dernier coup. Je m’approche alors de lui, d’un pas lent. J’en profite pour vérifier le chargeur. Une balle. Une seule et dernière balle. En le claquant contre ma paume je le remets en place, mets la sécurité et tend à nouveau l’arme vers le brun que j’ai finalement rejoint.

- C’est bon pour le tir, ou tu veux encore voir mon incroyable talent de tireuse ? Faut le dire, tu m’as bien entraîné…

Je n’ai manqué aucune cible, ni même n'ait touché un seul tonneau. Je suis plutôt contente de moi, à une heure pareille c’était pas gagné. J’ai jamais vraiment eu de problème avec ça. Je ne suis pas la meilleure tireuse d’Hydra, loin de là mais je m’en sors plutôt bien. En corps à corps, par contre, malgré l’excellent niveau de Félicia et d’Aaron… je rame un peu. Enfin je ramais. Je me suis entraîné dur. C’est ce qu’on a exigé de moi et je suis assez redoutable mais je n’imagine pas une seconde pouvoir battre l’un de mes deux entraîneurs. L’élève ne dépasse pas encore les maîtres. C’est pour ça que j’appréhende un peu la suite.


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Sam 15 Oct - 11:08

Aaron ne préféra rien répliquer, ne rien dire mais réellement, hacker un agent du Shield ? Il savait qu'Amara était un intelligence mais là.. Non, elle avait jouer les andouilles de première et il se retenait réellement de lui mettre en pleine tête et de lui faire la leçon comme il en aurait l'envie. Aaron avait choisi de rester au milieu. Pas par oublie que la jeune femme ait été armé mais bien pour qu'elle ne se repose pas sur ses lauriers. Après tout, il se mettait en danger mais il était persuadé que s'il n'était pas dans les parages, elle aurait sûrement une ou deux balles perdu. Alors qu'en étant près des objets, elle pouvait aisément l'éviter.

- Quoi ? Tu veux rester au milieu ? Ouais alors vaut mieux pas de balle perdue…

L'assassin n'avait pas bougé, bras sur le torse, il attendait patiemment que Mademoiselle ne se met enfin à l'entraînement. Il se mit à rire quand elle remarqua qu'il ne bougerait pas. Ce serait bien trop simple sinon. A chaque tire, il ne bronche pas, se contente de regarder Amara, sa posture et de vérifier si l'objet a été touché par la suite ou non. Au final, elle n'en manque pas jusqu'au dernier. Aaron se permet même de parler, simplement parce qu'elle doit être capable de faire plusieurs choses à la fois. Il est dit que les femmes sont multitâche alors ça ne doit pas être un trop gros problème pour elle.

- Tu es sûr de vouloir parler de ça pendant que j’ai une arme en main ?

Aaron se met à sourire en coin avant qu'un grand sourire ne se pose sur son visage. Il adorait Amara, c'était le moins que l'on puisse dire. Il la laisse s'approcher après son dernier tire. Il récupère l'arme pendant qu'elle lui envoi des fleurs. Elle était très doué et lui tout autant pour aider. Disons qu'ils faisaient la paire tout les deux. Sourire toujours encrés sur les lèvres, il ajoute.

- C'est plus excitant de le dire quand tu es armé. Tu sais très bien tirer, c'est vrai.

Aaron se met à rire avant de garder la sécurité enclenché. Il descend du tonneaux et pointe l'arme sur le front de la jeune femme. Sourire aux lèvres, elle sait très bien ce qu'elle a à faire. Le désarmer et le mettre au tapis. Sans être à fond, bien sûr. Il préférait ne jamais se mettre à fond. Simplement parce qu'Aaron avait bien plus d'année d'entraînement qu'Amara et que, pour le moment, elle ne l'atteignait pas. Mais elle était capable de le faire.
Avant qu'Amara ne bouge, Aaron se décale pour avoir plus d'espace. Après tout, ils étaient sur un terrain vague, autant utiliser l'espace qu'ils pouvaient avoir. Ils ne pourraient pas tout le temps être aussi libre de leurs mouvements et ça, malgré le coté vaste de la salle d'entraînement qu'Hydra possédait.

- Ta vitesse de réaction.. Tu es déjà morte, désarme moi. Il y a la sécurité, aucun risque que je te touche.

Aaron n'était pas totalement stupide. Même si l'arme n'avait jamais la sécurité enclenché quand il l'avait en main, il ne prendrait pas le risque de toucher Amara. Aucun entraînement n'avait eu ce genre de pépin chez lui et il ne veut pas faire parti des statistiques d'Hydra.

- Pour le coté tir, tu y arrives. Tu me désarmes, essaye de me mettre au tapis et t'auras peut-être plus q'un petit déjeuner!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Mer 19 Oct - 23:52


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


La première étape ne semble pas être bien compliquée. Les coups sont tirés et rapidement les cibles tombent les unes après les autres. Je suis presque étonnée que ce soit aussi facile. Peut être m’a-t-il épargné pour une fois… surtout vu l’heure. Evidemment il me taquine à son tour et je ne peux m’empêcher de sourire en retour. On fonctionne comme ça et apparemment ça marche bien. Il se redresse, se remet sur ses deux jambes et après un dernier regard à son arme, il la braque sur ma tête. Je me fige instantanément. Ok. Je le connais je me doute que la sécurité est mise, mais je ne regarde même pas l’arme avec laquelle il me pointe. C’est lui que je fixe, droit dans les yeux. C’est pas la première fois et c’est pas compliqué. Je dois m’emparer de l’arme ou tout du moins l’empêcher de me braquer avec. D’ordinaire j’aurais agi dans la seconde mais là je reste figée, une petite appréhension au creux du ventre. C’est lui qui refait un mouvement et s’éloigne un peu des tonneaux laissant plus d’espace autour de lui. Je sais pourquoi il fait ça. Ca me donne un plus large champ d’action. Alors pourquoi je reste figée comme une conne sur place ?

- Ta vitesse de réaction.. Tu es déjà morte, désarme moi. Il y a la sécurité, aucun risque que je te touche.

Merde. Il a raison. Et plutôt deux fois qu’une. Alors pourquoi mes bras reste le long du corps ? Pourquoi j’ai l’impression que mon sang vient de se figer dans mes veines? Pourquoi suis-je tout simplement incapable de faire le moindre mouvement pour sauver ma vie ? Bon ok. Ma vie n’est pas vraiment en danger en ce moment, mais l’image d’un canon d’une arme à feu pointer directement sur votre crâne ferait réagir n’importe qui. D’autres paroles franchissent ses lèvres, je les vois bouger. Mais je n’entends rien. Aucun des mots qu’il vient de prononcer n’arrive à mes oreilles. Je reste bloquée sur place .Mes sourcils se froncent tandis que je pose les yeux sur le canon. Le son claquant d’un coup de feu revient à mes oreilles. Il ne vient pas de se produire, non. Je viens seulement de repenser au moment où j’ai dû en faire usage il y a quelques jours à peine. Contre ce type… Cet agent du Shield qui s’est pointé chez moi. J’ai été trop naïve.

- Je..

J’arrive même pas à parler, à dire quelque chose, n’importe quoi. Je sens les battements de mon coeur qui s’accélère. Je décale mes yeux vers ce qui devrait être le visage d’Aaron mais je croise une nouvelle fois les traits de ce Moore. Une sensation que je n’aime pas grandi en moi. La peur, l’angoisse, bien que légère semble s'être installé au fond de moi. Le connard, l’enflure. Il m’a maîtrisé en un quart de seconde. Il m’a humilié et m’a fait passer pour une faible. Je pensais valoir mieux en tant qu’agent d’Hydra mais au final je me suis fait avoir comme n’importe qui. Doucement cette infime frayeur qui s’est logé dans mon ventre est remplacé par quelque chose de plus brutal. La colère commence à monter en moi. Je ne me laisserai plus jamais avoir de la sorte. Et c’était bien la raison pour laquelle j'étais là. Pour m’entraîner. Pour cogner et désarmer la personne qui se trouvait en face de moi. D’un geste brusque, nourri par l'amertume qui me hante, je bondis vers l’avant. D’une main rapide j’attrape le canon d’une main, l'inclinant vers le haut et enlevant au passage ma personne du champ de tir. Dans la même action je viens chercher le pouce de sa main avec la mienne et le tire en arrière. Suivant le mouvement, je lève l’arme vers le ciel et tire en arrière son pouce l’obligeant à ouvrir son poignet et à lâcher sa prise sur l’arme. Je récupère l’objet que je glisse rapidement à l’arrière de mon pantalon. Tenant toujours son bras, je le tords légèrement, l’obligeant à faire un pas en avant. Je profite alors de ce mouvement pour m’avancer vers lui pour lui donner un coup à l’arrière du genou avec ma jambe. Il tombe à genoux avant que je ne décide de le lâcher. Je recule de quelques pas, récupéré l’arme et la braque sur lui cette fois. Je sais exactement combien de balle il reste. Une.

- Alors ?! Elle était pour qui cette putain de balle ?

J’hurle à moitié. Quand je croise ses yeux toute ma colère s’envole. Qu’est-ce que je venais de faire ? Immédiatement je cesse de le viser et ôte le chargeur pour récupérer la dernière balle. Je fige la petite douille en métal dans ma main. Ce geste me ramène quelques jours en arrière : à ce moment précis où il t'as maîtrisé en deux secondes. Je reporte mon attention sur Aaron.

- C’est des conneries tout ça ! Des putains de conneries de merde !

Cette fois j’ai carrément hurlé. Je sais que je vais me prendre un savon. Si ce n’est pas de sa part ça sera celle de Félicia si elle a vent de toute cette histoire, mais à vrai dire, là tout de suite, j’en ai rien à foutre. J’ai perdu tout mon sang froid et c’est moche. Surtout pour moi. Je balance la balle aussi loin que je peux, donnant un maximum d’ampleur à mon geste. Je fais volte-face et dépose au passage l’arme sur l’un des tonneaux avant de m’éloigner. Je ne me reconnais même plus, je veux mettre de la distance entre lui et moi.



Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Dim 30 Oct - 16:32

Aaron commençait toujours par quelques chose de simple. Tout simplement parce qu'il avait réveillé la jeune femme alors qu'elle n'avait pas eu suffisamment d'heure de sommeil. Alors le tir lui avait permis être le plus simple avant de retomber sur du corps à corps.
Dernière balle présente dans le chargeur, sécurité enclenché, Aaron avait ses petites habitudes lors des entraînements. Aussi, ce n'est pas nouveau qu'il pointe le visage de quelqu'un de son canon. Hors cible à assassiner, bien sûr. Amara se fige soudainement et Aaron ne comprend pas tout de cuite le problème. Pas du tout. Elle ne bouge pas, pas tout de suite et même lorsqu'il lui parle. Au contraire, elle reste à le fixer droit dans les yeux. Et au bout de plusieurs longues minutes, elle ne donne qu'un mot. Un simple "Je" et plus rien. Au moment où il s'apprêtait à parler, à lui demander si tout allait bien. Elle bondit et le prend de court, attrapant l'arme ainsi que son pouce pour le forcer à ouvrir la paume. Elle récupère l'arme sans mal et tout va très vite. Aaron se laisse faire puisqu'il sent que quelque chose ne va pas. Il tombe à genoux devant elle et déjà, elle le braque. En temps normal, il n'aurait aucune inquiétude puisque jamais Amara ne lui tirerait dessus. Pas dans une humeur normale du moins et là, il sent que ce n'est simplement pas normal.

- Alors ?! Elle était pour qui cette putain de balle ? - C’est des conneries tout ça ! Des putains de conneries de merde !

A l'origine ? Personne. Puisque le but n'était pas de se plomber mutuellement. Aaron la regarde retirer la balle et la garder dans le creux de sa main avant de se redresser pour pouvoir se remettre sur ses pieds. Amara reprend la mouche, hurle en mettant de la distance. Aaron ne comprend toujours pas et il se dit clairement que les femmes sont impossibles à cernés. Il s'avance et récupère l'arme avant de la glisser dans son dos puis remet sa veste juste au dessus avant de trottiner dans sa direction. Il était venu avec elle, il ne partirait pas sans elle. Principe de base.

- Amara, qu'est ce qu'il se passe ? Parle moi. Je ne peux pas t'aider si tu t'enfuis comme ça. On va mettre l'entraînement de coté.

Outre qu'un simple entraîneur, Aaron se considérait comme son ami. Un minimum. Et même si elle ne l'était pas, il aurait agit de la même manière. Pour entraîner quelqu'un, qu'il fasse du bon boulot, il faut qu'il soit un minimum en bonne humeur ou pas aussi figé pour le cas d'Amara. Et quitte à arrêter tout de suite et à aller manger pour être dans un cadre un peu plus... normal pour parler, il le ferait aussi. Aaron marche à coté d'elle puis reprend la parole.

-Viens, on va manger et on va parler un peu. C'est pas normal que tu réagisses comme ça.

Aaron glisse les doigts sur son poignet pour qu'elle s'arrête de marcher. Parce que s'il l'a laisse faire, elle aura rejoint son appartement avant même qu'il n'ait le temps de dire Ouf. L'assassin s'arrêta juste à coté d'elle mais ne lui passa pas un savon. Pas pour le moment du moins. Si elle avait une raison valable à une telle réaction, il ne lui dirait rien. Se figer comme ça, ce n'était pas anodin. Il l'avait sûrement surprise mais pas fait peur au point d'avoir une réaction aussi violente. L'exercice avait été fait et refait un bon nombre de fois.

- Viens, qu'on aille remplir nos estomacs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Ven 4 Nov - 13:17


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


Mon humeur n’a jamais été aussi exécrable et je n’ai jamais réagi de la sorte à un entraînement. Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passait dans ma tête ? C’était quand même pas ce type.. Je m’étais déjà pris des branlées, alors pourquoi celle-ci me restait en travers de la gorge ? Mon pas est décidé et je m’éloigne aussi vite que je peux du hangar dans lequel on se trouve. Seulement je ne reste pas seule bien longtemps. J’entends des bruits de pas qui se rapproche de moi. Rapidement il est de nouveau à ma hauteur mais je ne m’arrête pas. Je garde le rythme que mes pieds ont pris et je prends soin de ne pas croiser son regard. Surtout pas.

- Amara, qu'est ce qu'il se passe ? Parle moi.

Sa voix s’élève entre nous et me radoucie un peu. Mon pas se ralentit légèrement mais je suis toujours décidée à partir. Je viens de le braquer avec sa propre arme. Ok, je n’aurais jamais, jamais JAMAIS tiré mais quand même. Je dois avoir un sérieux problème aujourd’hui, enfin cette nuit, pour avoir fait ça. Et tant qu’il ne sera pas réglé je préfère garder mes distances avec lui… Puis l’envie de parler ne me tente pas du tout.

- Viens, on va manger et on va parler un peu. C'est pas normal que tu réagisses comme ça.

L’agent d’Hydra reprend la parole et je nie simplement de la tête. Non, je n’ai pas besoin de manger. Ce qu’il me faut c'est d’être recadrée. J’ai besoin que ma colère et que ma crainte se dissipe. Je dois les noyer, les épuiser pour être sûre que ça ne se reproduira plus jamais. C’est ça dont j’ai besoin. Pas de me remplir le bide. Car il a raison, merde. C’est pas normal que je réagisse comme ça. Pas normal du tout. Je dois arrêter de me la couler douce et m’entraîner encore. Je dois augmenter mon niveau, m’améliorer autant que je le peux. Je ferme les yeux quand je sens ses doigts descendre jusqu’à mon poignet. J’ai compris, je dois m’arrêter. Ce que je finis par faire, les yeux fixés vers le sol, ses doigts toujours sur ma peau. Il s’arrête à son tour juste à côté de moi. Le bruit de nos pas laisse place au silence. Silence que je n’ai pas vraiment envie de combler. Je ne sais pas trop comment je me sens mais je ne suis pas fière de moi. J’ai pas grand chose à dire, car je veux pas vraiment en parler. Il continue dans sa lancée et cherche encore à m’appâter par mon estomac. Je me remets à nier d’un mouvement de tête. Je relève doucement mon visage, cherche enfin à croiser ses yeux. Quand c’est le cas je déglutis, envahi par un sentiment de honte.

- Franchement je ne pense pas le mériter…

J’avais surtout mérité de me faire corriger. Et j’étais là pour ça à la base. Mais voilà que je faisais encore des caprices ou je ne sais pas trop comment l’appeler, mais le résultat était là : j’avais arrêté prématurément l’entraînement. Je ne peux m’empêcher de soupirer. Je n’ai besoin que d’une chose et je sais déjà que ça va être douloureux…

- On n’esquive pas l’entraînement. Enfin, l’entraînement.. Non. Je ne veux pas que tu m’entraînes… Je veux que tu me frappes.

La détermination s’était installée dans mes yeux. La demande était franchement insensée mais j’avais l’impression que ça serait la seule chose qui pourrait m’aider à ce moment précis. Peut-être qu'après j’aurais droit à de la bouffe si j’étais en état d’en manger. Qu’importe, je voulais apprendre de nouvelles techniques. Et le meilleur moyen, bien que douloureux c’était celui-là. Aaron était fort. C’était un agent compétent et s’il y avait bien une personne à Hydra qu’il fallait craindre, c’était lui. Du moins à mes yeux. Certains étaient certes plus balaises, homme ou femme mais sa technique était presque parfaite. C’est pourquoi je redemande :

- Aaron, frappe-moi. Bats-toi avec moi comme si j’étais n’importe quelle mission. Une inconnue. N’importe qui, comme tu veux, mais ne retiens pas tes coups.

Je m’écarte d’un pas, immédiatement sur mes gardes. Je pense qu’il va hésiter mais au cas où il ne le ferait pas je prends mes distances. Je me mets en position de défense, les jambes légèrement en flexion, prête au moindre mouvement. Mes mains se placent en hauteur prête à parer les coups qu’il pourrait me porter. Il reste cependant immobile.

- Ne m’oblige pas à attaquer la première… Après, on parlera.

Enfin, on verra.



Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Ven 11 Nov - 14:36

Lorsqu'elle finit enfin par s'arrêter, de force, Aaron s'arrête en face d'elle. Le but étant de ne pas la laisser repartir si la fuite était à nouveau de rigueur. Aaron était quelqu'un de très compréhensif, réellement. Aussi, lorsqu'il avait proposé de manger, le but était de parler, d'avoir un environnement un peu plus calme, propice à la discussion. Mais visiblement, Amara n'était pas d'accord du tout.

- Franchement je ne pense pas le mériter… On n’esquive pas l’entraînement. Enfin, l’entraînement.. Non. Je ne veux pas que tu m’entraînes… Je veux que tu me frappes.

Ah ça, non. Elle ne le méritait clairement pas. Elle avait raison. Il ne fallait jamais arrêter un entraînement. Pas avec lui, du moins. En revanche, l'état d'Amara le préoccupait plus que les autres recrues puisqu'il était plus ou moins proche d'elle. Il l'aimait bien alors il était un peu plus souple surtout lorsqu'il sentait, voyait que quelque chose clochait. En revanche, il fronça les sourcils quand elle lui demanda de le frapper. Réellement ? Il n'avait aucune envie de la frapper. Elle avait déjà péter un câble face à l'arme sur son front alors s'il l'a frappait.. Non, il n'allait qu’aggraver la situation.

- Aaron, frappe-moi. Bats-toi avec moi comme si j’étais n’importe quelle mission. Une inconnue. N’importe qui, comme tu veux, mais ne retiens pas tes coups.

Déjà, elle s'écartait de lui, mettait un peu de distance pour parer les coups si Aaron venait à n'avoir aucune hésitation. Mais des hésitations, il en avait. Énormément. Ne pas retenir ses coups, la traiter comme une mission ? Il pouvait lui faire un mal non négligeable et blesser quelqu'un qui ne le méritait pas, Amara qui plus est. Il avait quelques réticence.

- Je ne vais pas te frapper, Amara. Je vais te..
Ne m’oblige pas à attaquer la première… Après, on parlera.

Il n'a même pas le temps de finir sa phrase qu'elle se prépare et lui coupe la parole. Parler après ? Oui, s'il ne lui fait pas trop mal. Aaron glissa sa paume dans sa tignasse avant de reculer d'un pas. Si elle voulait se battre, faire du corps à corps, il était partant. En revanche, la frapper en sachant pertinemment qu'elle aura mal. Aaron connaissait Amara, connaissait ses techniques, ses faiblesses et pouvait en jouer d'une facilité déconcertante.

- Je veux que tu m'arrêtes si je te fais mal. Est-ce que c'est clair ? C'est un ordre, pas une demande.

A peine avait-il finit sa phrase qu'Aaron glisse les doigts sur sa veste pour la retirer et avoir un peu plus d'aise. Il bouge avec rapidité et donne déjà un coup de pied au niveau de la cuisse gauche d'Amara, pivotant légèrement pour revenir frapper dans l'aine à peine quelques secondes après. Lorsqu'Amara tente un coup de point, li attrape son poignet passe son bras au dessus de l'autre et attrape le poignet voisin avant de pivoter les deux pour la retourner et la laisser s'écraser sur le dos.

- Te battre avec moi ne te calmera pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Dim 13 Nov - 11:46


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


L’idée était loin de lui plaire. Il me suffisait de croiser son regard, rien qu'une seconde pour savoir qu’il était totalement contre. Après tout qui serait assez fou pour s’en prendre à l’un de ses proches volontairement ? En comptant le fait que j’avais un peu mal réagi et le mot était assez loin de la vérité. Je m’étais carrément emportée pour des conneries. En tout cas j’étais décidée et rien ne me ferait changer d’avis. J’avais besoin de me défouler, de laisser échapper cette frustration et cette crainte qui s’était installée au creux de mon ventre. Et le seul moyen qui me paraissait le plus apte à fonctionner, c’était bien celui-là : qu’il me mette une raclée - car c’était clairement ce qui allait se passer. Même si avec le temps j’avais commencé par apprendre ses techniques et les moyens qu’il utilisait, il arrivait toujours à prendre le dessus. Alors forcément, tandis qu’il ouvre la bouche en essayant de dire qu’il ne me touchera pas je le coupe. Je vois bien qu’il hésite, qu’il n’est pas prêt à le faire. Sa main passe dans ses cheveux et reflète bien le désaroi qui doit l’habituer en ce moment précis. Je m’en fous. Je n’attends qu’une chose. Cogne. Cogne ! J’ai envie de hurler. Je me suis déjà éloignée de lui et j’attends. Prête à parer le premier coup. J’attends qu’il attaque.

- Je veux que tu m'arrêtes si je te fais mal. Est-ce que c'est clair ? C'est un ordre, pas une demande.

Je fronce les sourcils. Non, c’est pas clair. J’avais pas envie que ça se passe comme ça. C’était pas vraiment l’idée que j’avais en tête. En tout cas, il ôte sa veste et je sais que j’ai gagné, alors je réponds tout de même :

- Ok.

On y est. Rapidement débarrassé de sa veste, il n’attend pas une seconde de plus et me balance un premier coup de pied. J’esquive du mieux que je peux et me concentre pour ne pas me laisser distraire et avoir par son prochain coup. Cherchant tout de même à laisser ma colère m’exprimer je balance un coup de poing dans sa direction, visant clairement son visage d’ange. Sa main arrête mon poignet sans difficulté et il se saisit de mon autre bras. Quand ses doigts se referment sur mes deux poignets : je comprends. J’ai merdé. Et la conséquence va faire mal. Très mal. D’une geste fluide il provoque une rotation, m’obligeant à suivre le mouvement et mon dos vient percuter le sol brutalement, coupant ma respiration une seconde.

- Te battre avec moi ne te calmera pas.

Mes yeux se ferment une fraction de seconde. Je n’ai même pas réussi à parer plus de 3 coups. Trois putains de coups et me voilà déjà à terre. Seulement, même si ces mots semblent justes, je refuse de les entendre. Pas encore, pas maintenant. Il vient simplement de me confirmer quelque chose : je me laisse avoir trop facilement. Sans perdre une seconde et ayant récupéré mon souffle je me redresse et me remets en position.

- Encore.

J’étais prête à faire ça jusqu’à ce que le soleil se lève. Autant de fois, aussi longtemps qu’il faudra jusqu’à ce que je sois épuisée. Jusqu’à ce que l’envie de parler me prenne. Jusqu’à avoir compris la leçon. Je ne lui demande pas son avis, j’attaque directement. Il contre mes coups et m’en renvoie d’autres. J’arrive à en esquiver la plupart mais cela ne l’empêche pas de me toucher plusieurs fois. Ma chair commence à être meurtri et mon souffle saccadé. Le rythme s’accélère et les coups s’accentuent. Ma colère et ma frustration semblent s’être évaporé, mon esprit bien trop occupé par autre chose. C’est le moment où je ne dois pas faiblir, ne surtout pas abandonner. Mais après un énième coup de poing qui atteint ma chair, j’hésite une fraction de seconde. Il en profite à nouveau pour prendre le dessus et je me retrouve bloquée le dos contre son torse. Son bras se positionne sous mon cou, qu’il serre à l’aide de son coude. J’attrape immédiatement son bras de mes doigts pour diminuer la pression qu’il exerce. Un long souffle franchit mes lèvres et je capitule. Mes doigts lâchent leurs pressions et mes bras retombent le long de mon corps.

- C’est bon, lâche moi…

Quand il s’exécute je me laisse glisser jusqu’à terre, m'asseyant sur le sol froid à bout de souffle. Les yeux posés sur mes chaussures, je garde le silence le temps que mon coeur s’apaise, retrouve un rythme régulier. Quand enfin je me sens prête à relever la tête vers l’agent d’Hydra, je prononce les seuls mots qui me viennent à l’esprit.

- Désolé. Tu avais raison, je ne me sens pas mieux.

Et je ne me sentais pas mieux car ce n’était pas avec lui que je voulais me battre.


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Jeu 24 Nov - 13:01

Aaron la laisse au sol durant quelques secondes, lui laissant le temps de reprendre son souffle. En même temps, il lui avait avoué qu'elle ne sentira pas la colère s'ôter de son corps en se battant avec lui. Simplement parce qu'il était persuadé que l'origine de sa colère n'était pas du tout Aaron. Ce n'était donc pas comme si elle avait quelque chose à lui reprocher. A part le fait de la réveiller trop tôt bien sûr. Mais ça, il savait que ça ne justifiait pas une colère si forte. Mais Aaron jouait le jeu, accédant tout de même à sa demande malgré la non envie de l'exécuter. Le combat continue, Aaron contre pas mal de ses coups et en renvoi. Toutefois, elle n'arrive pas à contrer tout les siens. Un bon nombre de fois, Aaron parvient à la toucher puisqu'il connaît par coeur sa façon de faire.
Mais au final, Aaron arrive à l'immobiliser, le bras autour du coup de la jeune femme, ce n'est que lorsqu'elle s'avoue vaincu qu'il ne la lâche. Amara se laisse tomber sur le sol et Aaron récupère sa veste. Il attrape celle-ci pour l'enfiler et se place en face d'elle. Lui-même à reçu quelques coups mais il n'allait pas en mourir.

- Désolé. Tu avais raison, je ne me sens pas mieux.

Après un long moment de silence, Amara finit par lever les yeux vers lui et lui dire ce qu'il savait déjà. Bien entendu que ça ne changerait rien mais elle n'avait pas voulu l'écouter. L'assassin s'accroupit puis s'assoit juste en face d'elle. Toutefois, sa curiosité n'était pas atténué. Tout simplement parce qu'au final, elle ne lui avait pas dit plus de chose que ça. Voir rien du tout.

- Je sais bien. Dit moi ce qui va pas, maintenant que tu t'es défoulé.

Défoulé pour un temps puisque temps qu'elle n'aura pas réellement combattu celui qui la rend dans cette état, elle ne sentira pas mieux non plus. Aaron glissa ses paumes dans sa tignasse, transpirant légèrement à cause de l'effort soudain qu'Amara lui avait demandé. Mine de rien. Il avait faim avec tout ça et il avait dans l'idée d'aller manger. Restait à voir si la jeune femme était d'accord pour se laisser faire.

- Soit on va manger, soit tu me parles. Mais je préférerais qu'on aille manger chez toi, qu'on puisse soulager les quelques marques que je t'ai faite...

Parce que bon. Même si elle avait été celle qui lui avait demandé de la frapper, il ne demeurait pas heureux de voir les marques qu'il lui avait fait. Bon, il ne pouvait voir que celles présentes sur ses bras mais il n'en doutait pas qu'il y en avait d'autres.

- Et désolé pour les marques. J'aurais dû y aller moins fort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Mar 20 Déc - 22:42


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


Ok. J’arrête. Je m’avoue vaincue car c’est ce qui se passe. Même si Aaron n’est pas vraiment mon adversaire. Je m'accroupis au sol, plus dépitée par le soulagement qui ne m’a pas gagné que par fatigue. Une partie de moi est apaisée de s'être défoulée. Mais l’autre en est davantage frustrée. Je vois mon collègue et ami en face de moi qui se rhabille, recouvrant une nouvelle fois ses épaules de sa veste. Presque pas à bout de souffle, sa respiration semble presque régulière tandis que la mienne est saccadée. Je dois avouer que je ne suis pas certaine que ce soit la faute à l’effort que je viens de produire mais plus aux sentiments d'étouffement qui grandit en moi. Quand je finis par porter mes yeux vers lui, il s'accroupit d’abord pour finalement s'asseoir, tout comme moi. Un fin sourire en coin traverse mon visage.

- Je sais bien. Dit moi ce qui va pas, maintenant que tu t'es défoulé.

Sourire qui disparaît assez rapidement. J’ai pas envie de parler. Toujours pas on va dire. Je sais très bien que j’ai été prise de cours et que les conséquences sont totalement de ma faute. Je commence déjà par baisser les yeux, fuir une nouvelle fois son approche vers moi jusqu’à ce qu’il reprenne la parole. M’occuper de mes hématomes et manger est une perspective plus que tentante. Après j’en viendrais sûrement à ce qui m’a poussé à réagir comme une fillette capricieuse.

- Et désolé pour les marques. J'aurais dû y aller moins fort.

D’un geste rapide de la tête je refuse ses excuses. Il a fait ce que je lui demandais, il n’a pas à s’en excuser.

- Ne t’excuse pas pour ça. J’en ai vu d’autres.

Je me remets sur mes pieds avec une lenteur un peu forcée. La surface de ma peau me tirait quand j’étais assise, et bien cette sensation n’était rien comparé à quand je suis en mouvement. Il n’y avait pas été de main morte. D’un côté ça me plaisait. C’est pas très sain comme manière de pensée mais j’ai mérité mon sort. C’est un rappel à l’ordre. Une prise de conscience, preuve que je ne suis pas invincible face aux autres.

- Je veux bien aller manger. Par contre, vu qu’Aileen dort, ça te va si on va plutôt chez toi ? Je pense que tu as de l’eau froide, et peut être même de l’arnica, non?

L’eau c’était une certitude. L’arnica un peu moins mais ça ne me dérangerait pas. Je pouvais m’en passer même si j’étais sûre que ma peau viendrait rapidement à se colorer d’un rouge violacé. Ma coloc’ allait encore une fois de plus me râler dessus et surtout s’inquiéter. Et moi qui l’avait persuadé de rejoindre Hydra… Une fois debout sur mes deux jambes je tends la main vers Aaron toujours assis par terre.

- T’inquiète donc pas pour moi. J’te remercie même de m’avoir obéis. J’aime bien quand tu m’obéis.

Je glisse avec un clin d’oeil. Je préfère repartir sur une ambiance légère et laissé mon coup de folie derrière moi. J’aurais tout le loisir d’être morose et de ruminer quand je serais seule chez moi. Aaron est là et m’offre sa compagnie - qui a toujours été agréable malgré ses entraînements de sadique. Une fois à côté de moi je lui donne un léger coup d’épaule avant de reprendre la route vers la civilisation. Ou presque, la nuit étant toujours avancée, il n’y a pas un chat dehors.

- Donc, on avait dit que tu m’offrais le petit déj, c’est bien ça ?, je lui demande l’air malicieux.


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Sam 14 Jan - 14:23

Aaron avait quand même tenu à s'excuser. Il voyait très bien qu'il lui avait fait mal et il n'aimait pas parce que ce n'était pas le but de la manœuvre au départ. Mais elle efface rapidement ses excuses d'un geste de la main et déjà, Aaron grimace un peu à la façon très lente dont Amara se redresse. Forcément, s'il ne devait pas retenir ses coups, ça serait bien plus douloureux que jamais. Mais ça, il ne pouvait pas y faire grand chose.

- Je veux bien aller manger. Par contre, vu qu’Aileen dort, ça te va si on va plutôt chez toi ? Je pense que tu as de l’eau froide, et peut être même de l’arnica, non?

Aaron attrape la paume de la jeune femme puis rigole bêtement. Oui, il avait faim lui aussi et son estomac, bien que non bruyant, se sentait bien vide. Il avait de l'arnica. C'était peut-être bizarre à savoir mais lui aussi se prenait pas mal de coup et l'arnica était souvent nécessaire. Donc bon, autant dire qu'il essayait de tout avoir sous la main. Quand elle lui dit qu'elle aime quand il lui obéit, Aaron arque un sourcil et éclate de rire.

- Ça n'arrivera pas tout les jours, profite.

Ca n'arrivera surtout pas avec quelqu'un d'autres. La relation avec Amara lui permettait d'avoir une certaine emprise sur Aaron. Notamment sur le fait qu'il soit moins emprunt à vouloir lui faire du mal et moins dure avec elle lorsque certains paramètres entre en compte. Aaron hoche la tête, sourire aux lèvres quand elle lui rappelle aisément qu'il avait promis de lui fournir le petit déjeuner. Toutefois, étant donné qu'il est bien trop tôt, rien est ouvert et il allait devoir fournir tout ça de sa propre cuisine.

- Je dois avoir pas mal de chose chez moi. Quelle genre de chose ferait plaisir à ton estomac, très chère ?

Aaron, sarcastique étant donné la façon dont il lui parlait avait pas mal de chose chez lui. Même en vivant tout seul, son appartement était rempli de pas mal de chose. Et, vivant seul, autant dire que ça restait pas mal de temps. L'assassin se mit déjà en route vers les rues bien plus habités de maisons que le terrain vague dans lequel ils s'étaient réfugiés pour pouvoir s'entraîner.

- Et j'ai de l'arnica et d'autres trucs, de quoi limiter l'apparition d'hématomes pour toi. Je pense que tu pourras t'en servir là-bas.

Etant donné qu'Aaron était responsable de beaucoup d'entraînement et bien qu'il était plus entraînés que la plupart des recrues, il n'était pas rare qu'il se prenne des coups. Entraînement ou mission, il avait besoin de se soigner autant que les autres. Il était humain après tout. Autant dire que c'était tout à fait normal qu'il ne se soigne comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Jeu 19 Jan - 23:11


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


Aaron m’obéir ? Oui c’était rare. Très rare même. Je ne peux m’empêcher de lui tirer la langue. On s'éloigne doucement du terrain vague pour retrouver les abords de la ville. Même si l’heure est trop tardive - ou trop tôt - pour qu’il y est des gens dehors, les rues sont plus rassurantes. Ayant la faim qui commence à s’installer, je lui remets en tête la promesse qu’il m’a faite plus tôt. Rapidement il m’expose l’un de ses plans : le préparer chez lui. J’en ai l’eau à la bouche et décide même de le chambrer davantage :

- En plus de m’obéir, tu vas cuisiner pour moi  ? Quel homme.

Mes lèvres s'étirent un peu plus. Je n’arrive pas à m’empêcher de le taquiner, comme quoi entraîneur ou pas, supérieur ou pas, je ne peux m’empêcher de le chercher tout le temps. Je lui donne un léger coup d’épaule avant de répondre à sa question.

- Des pancakes, des crêpes, des gaufres ? T’as de la confiture, des fruits, du sucré ?

Maintenant que j’en parle, je me rend compte que j’ai une faim de loup. Cette virée nocturne m’a ouvert l’appétit et je pourrais dévorer tout un tas de trucs J’ai envie de plein de choses en même temps. Je m’imagine du sucré comme du salé. Des fruits, du bacon, des omelettes Arf. Trop de choix possible ! Il me coupe dans mes réflexions, ramenant le sujet des hématomes sur la table. Certes certains de mes muscles me tirent un peu quand je marche, mais ce n’est rien qui est trop insupportable pour l’instant.

- Les bleus ne me font pas peur Aaron…

Je commence sur un ton de remontrance. Il devait bien savoir que ça ne m’avait jamais effrayé. Bien sûre j’avais un doute sur ses motivations à me voir me soigner. Les marques et les hématomes étaient loin de le préoccuper. Je suis persuadée que la seule raison pour laquelle il en fait une fixation, c’est car c’est lui qui les a causés. Je souris tendrement face à l’inquiétude qu’il peut éprouver pour moi. Bien sur il ne me l’avouera jamais. Je me mets à nouveau à sautiller sur place et à lui tourner autour en même temps. J’ai retrouvé ma bonne humeur, comme une petite fille capricieuse après sa crise.

- Je crois qu’on verra pour le petit dej selon ce qu’il y a chez toi. Mais j’ai envie de plein de chose…

Je lui adresse un autre sourire malicieux et reprends mes réflexions quand à tous ce que je pourrais m’enfiler de bon chez lui. Je l’imagine même en tablier devant sa cuisinière et ça m’arrache un rire. Je commence à reconnaître les rues et sais qu’on approche de chez lui. Je m’agrippe à son bras et on marche ainsi jusqu’à chez lui. Devant la façade de son immeuble, je m’arrête et l’observe. Elle est ancienne et un escalier de secours se dresse jusqu’au toit.

- Un jour, je l'escaladerais. Juste pour débarquer chez toi à l’improviste, comme t’aimes bien le faire toi aussi !


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Sam 18 Mar - 10:37

Il y a des gens avec qui le contact est tellement simple. Un sourire, une conversation. Avec Amara, ça avait été comme ça dès le début. Dès le début de l'entraînement qu'il avait dû prendre en charge pour remplacer son réel entraîneur. La diablesse profitait ouvertement de lui à ce moment précis. L'hospitalité, la nourriture.

- Des pancakes, des crêpes, des gaufres ? T’as de la confiture, des fruits, du sucré ?

En temps que célibataire, Aaron n'était pas comme les autres. Pas à se nourrir de boite de conserves ou autre. Il avait un certain nombre de chose présente chez lui. Assez pour le nourrir pendant plusieurs mois. Le but était surtout d'avoir de tout pour être sûr qu'une envie soudaine soit assouvie. Mais finalement, la voilà qui retrouve sa bonne humeur, son hyperactivité en sautillant. Aaron ignore d'ailleurs comment elle arrive à sautiller ainsi.

- J'ai de tout, on verra une fois arrivé !

Ajouta t-il en rigolant. Inutile de lui faire la liste tout de suite. Ca prendrait trop de temps et il était sûr d'oublier un tas de truc. Après quelques minutes de marche, ils s'arrêtent devant le bâtiment et Aaron se met rapidement à rire. La voir débarquer au milieu de la nuit ne l'embêterait pas. A savoir ce qu'elle y trouvera.

- A tes risques et périls. Tu prendrais le risque de me surprendre ?

La phrase en elle-même était lourde de sous entendu et il ne s'en cachait même pas. Il rigole à nouveau et pousse la porte de l'immeuble et rejoint l'ascenseur. Il s'affale contre le miroir et attend que les portes se ferment. Après une musique idiote et un ding, ils arrivent déjà devant la porte. Aaron enfonce la clé puis pousse la porte. Il délaisse ses chaussures dans l'entrée et ferme derrière Amara. L'appartement est plutôt petit mais plus propre qu'on ne pourrait le penser. Il retire sa veste et allume déjà les lumières.

- C'est petit mais bon. Fais comme chez toi.

Il était rare que les gens viennent chez lui. Outre les activités chez Hydra, Aaron ne sortait pas énormément. Sa dernière petite amie remonte à tellement de temps qu'il se demande des fois s'il n'est pas retombé dans la virginité à cause du manque d'activité. Il rejoint déjà la cuisine et ouvre les placards un à un.

- Fais toi plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Dim 19 Mar - 23:47


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


L'entraînement passé, la mauvaise humeur aussi je retrouve mon côté jovial assez rapidement. Et surtout je recommence à faire ce que je sais faire le mieux : embêter Aaron. Je profite de notre relation particulière que j’ai avec lui. Ou plutôt des privilèges qu’il me laisse faire sans broncher. Je dois l’avouer c’est plus fort que moi, je ne peux pas m’empêcher de le taquiner, encore moi quand je vois l’homme mystérieux et sûr de lui qu’il représente. On marche jusqu’à approcher de chez lui et de l’immeuble dans lequel il vit.

- A tes risques et périls. Tu prendrais le risque de me surprendre ?

Un sourire se dessine sur mes lèvres tandis que je pose mes yeux sur lui. Puis un rire franc se faufile finalement entre elles. S’il croyait que ça pouvait te faire peur… Bien au contraire et vu ce qu’il venait de répliquer tu n’avais qu’une idée en tête maintenant : le faire très prochainement. Je décide de rentrer un peu plus dans son jeu :

- Et qu’est-ce que je risque ? A te surprendre je veux dire. Après tout, toi tu le prends bien me concernant.

Il se permettait même d’entrer dans la douche alors que j’étais nue. Alors je ne vois pas ce que je pourrais risquer de plus que de lui rendre la pareille. Je continue de rigoler avec lui et le suis docilement jusqu’à l'ascenseur. J’ai toujours le sourire aux lèvres et je le fixe du regard. Je ne suis jamais allé chez lui : c’est une première et ça m’intrigue. Une fois sortie de l’ascenseur je marche toujours derrière lui, jetant des coups d’oeil au couloir jusqu’à ce qu’il s’arrête devant l’une des grandes portes d’entrée de l’étage. Il déverrouille rapidement la porte, l’ouvre et entre. Je m’avance dans l’appartement et enlève à mon tour mes chaussures prenant exemple sur lui.

- Ok ok. J’enlève mes chaussures à mon tour. T’inquiète, c’est la seule chose que j’enlèverais. Enfin…

Je plaisante avant de m’avancer dans l’appartement. Il est plus petit que le mien mais il n’est pas étouffant pour autant. Après tout je ne vis pas seule sinon je me verrais bien dans un logement comme le sien. Tout est bien rangé et propre. Chaque chose est à sa place là où chez moi c’est un peu le bazar. On n’est pas des reines du rangement avec Aileen - du moins pas pour les trucs sans importance.

- Tu ne serais pas maniaque par hasard ?

Je continue sur ma lancée pour l’embêter mais il a déjà fileé vers la cuisine. D’une démarche sautillante, je le suis. Quand j’arrive dans la cuisine j’éclate de rire. Tous les placards sont ouverts et bien garnis. Il m’invite à me servir ou regarder ce qui me ferait plaisir. Je pose mon doigt sur ma bouche et fais mine de réfléchir. Je m'avance un peu plus dans la pièce et me penche sur quelques placards. Il n’a pas menti… ils sont bien garnis. Des crêpes me font envie mais vu l’heure tardive j'hésite une seconde avant de me tourner vers lui.

- Des crêpes, ça serait abuser de ton hospitalité?

Je demande tout sourire. Bah quoi, il avait bien dit que je pouvais me faire plaisir et vu la farine et les pots de confiture qui trainent dans l’un des placards je vois pas où est le mal…



Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Dim 23 Avr - 11:35

Aaron prend le risque de choper une sublime blonde nu ou avec un autre mec. Elle... Ce n'est pas pareil. Elle prend le risque de le choper en plein ébat solo ou à deux. Autant dire que la vision est moins dégueulasse point de vu Aaron que point de vu Amara, tiens.
Aussi, il ne réponds simplement pas à la question caché qu'elle lui pose.

- Ah mais retire tout, c'est pas comme si je voyais ton corps pour la première fois.

Admet-il finalement avant de pouffer de rire. Combien de fois l'a t-il vu nu en arrivant à l'improviste ? Trop de fois, bien plus qu'il ne pourrait le compter sur les doigts de sa main. Aaron ferme la porte et déambule déjà chez lui. Amara continue d'ailleurs avec ses commentaires. Est-il maniaque ? Clairement pas du tout. Il pourrait aussi bien laisser la maison dans un bordel sans nom pendant une semaine comme il pourrait aussi nettoyer tout pour que ça brille et qu'il puisse manger par terre. Il était donc un peu entre les deux et ca avait toujours été le cas au final.

- Des crêpes, ça serait abuser de ton hospitalité?

En soit non. Mais la préparation le fait chier et même si ça ne prend pas beaucoup de temps mais à en juger par les précédents événements, Aaron sait être conciliant ou essayer de l'être. Il sourit et agite la tête. Il sort déjà de quoi faire la pâte puis ajoute.

- Sinon, je t'ai rarement choppé avec un mec au lit. Tu peux pas être constamment célibataire ? Où tu notes les jours où je viens pour que je ne te surprenne pas ?

Aaron sourit et pouffe de rire. Pour une fois, autant parler de chose normal. Ils sont un peu plus que collègue alors autant jouer les curieux comme toutes bonnes personnes qui se respectent. Enfin, si elle venait à retourner la question, Aaron serait dans de beaux draps. Lui qui a autant de femme que d'enfant, c'est dire...

- Tu fais la pâte ou je la fais?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Magma
2 / 52 / 5
3 / 53 / 5
Géokinésie // Pyrokinésie // Géo-thermokinésie // Forme de lave // Invulnérabilité

La puissance des pouvoirs de Magma, ainsi que sa capacité à créer des tremblements de terre et autres éruptions volcaniques est liée à ses émotions. Ses pouvoirs sont dévastateurs quand elle est en colère.
Jean Grey - Maggie Andrews
399
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]   Lun 8 Mai - 22:40


Wake up Baby,
I'm gonna kick your ass

Aaron & Amara


Tandis que j'ôte mes chaussures il répond à ma petite réplique ce qui me fait rire. Il est vrai qu’il doit bien être l’un des rares hommes à m’avoir un peu trop dévêtue. Mais après tout, j’étais chez moi et c’était lui le voyeur qui débarquait sans prévenir.

- Ouais un peu trop même. Sale vicieux, t’aimes bien ça j’suis sûre.

Je balance avec un sourire en coin. Je m’avance dans l’appartement et commence à observer les lieux. Ce n’est effectivement pas grand, mais c’est très sympa quand même. C’est déjà mille fois plus propre que chez moi et surtout bien mieux rangé. C’est pourquoi je me permets une remarque qu’il ne relève pas. Puis prenant la direction de la cuisine et après avoir jeté un oeil aux placards et aux différentes options qui s'offraient à moi je me décide pour des crêpes. C’est pas le plus rapide mais c’est apparemment ce que mon estomac réclame. Quand je le dis à voix haute je comprends vite que ça lui plaît pas autant. Je reste silencieuse avec l’envie de plaider ma cause mais il cède finalement sans que je n’ajoute le moindre mot. Je le regarde avec un air triomphant quand il sort des placards un saladier et la farine, le sucre, le lait et les oeufs. Je tape doucement dans mes mains, satisfaite du petit déjeuner qui s’annonce quand il reprend la parole. Celle-là je m’y attendais pas et je finis même par éclater de rire quand il termine sa dernière parole.

- Parce que tu crois vraiment que t’arrives à me surprendre ?

Evidemment que c’était le cas. Je n’avais aucune idée de quandMonsieur-je-débarque-en-pleine-nuit allait s’improviser une petite visite chez moi. Mais bon… Quand il demande qui fait la pâte je décide de m’en charger.

- Laisse-moi faire.

Je lui donne un léger coup de hanche pour prendre sa place face au récipient qu’il venait de sortir. Comme à chaque fois que je fais la cuisine, j’y vais au pif. Je ne mesure que très rarement les quantités. Aileen ne s’est jamais plaint des crêpes que je faisais jusqu’à présent, c’est qu’elles ne doivent pas être immangeables. Je m’active tout en continuant de parler. Je verse d’abord la farine.

- Le célibat c’est bien non ?

Qu’on ne me parle jamais de couple heureux, de mots doux guimauves dégoulinants ou toute autre merde dans le genre. J’ajoute le lait et les oeufs et commence à mélanger l’appareil à crêpe. En y songeant, je n’ai jamais cru en l’amour et je ne me sens certainement pas prête à me lier à une personne de cette façon. Après tout, je ne suis pas seule pour rien et cela ne veut pas dire que je ne vois personne. Je rencontre des mecs et des nanas très bien avec qui je passe un peu de bon temps et ça me suffit amplement. Pas d’échange de numéro de téléphone, pas de surnoms débile, pas de rencontre avec la belle-famille : rien de compliqué. J’aime la simplicité.

- Et puis, tu sais bien que tu es le seul homme dans ma vie.

Je lui adresse un léger clin d’oeil suivit d’une petit moue. Je retourne à cette fameuse pâte à crêpes qui me semble à présent finie. Il ne manque plus qu’à faire les crêpes.

- Bon, normalement ça doit reposer au moins une heure, mais je ne suis pas sûre que mon ventre soit d’accord avec ça… Tu ranges où tes poêles ?  

Je lui demande, le sourire aux lèvres.


Amara : #C5D2EC


___





When Rome's in ruin, we are the lions free of the coliseums. In poison places, we are anti-venom we're the beginning of the end. ─── We are wild, We are like young volcanoes.



Revenir en haut Aller en bas
 
Wake up Baby girl, I'm gonna kick your ass. [Ft Amara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Babe I'm gonna leave you ~song fic~ ^
» KICK ASS 2 - HIT-GIRL - (RAH 638)
» PomPom girl
» Who's that girl/sr.Marie Misamu
» Girl Number 9 (web-série)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs abandonnés-
Sauter vers: