RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fright night | RP libre
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Ven 24 Fév - 18:58

Fright Night

t'as le coeur bien accroché ?
La soirée promettait d'être intéressante au Babylone, les artistes avaient travaillé dur pour le mettre en oeuvre. Comme à chaque fois d'ailleurs. Les artistes étaient appliqués et donnaient toujours le meilleur d'eux-mêmes pour faire un spectacle. Après tout, de leurs performances dépendaient les recettes mensuelles et leurs bénéfices, alors ils devaient bien s'appliquer. Et Apollinaire aussi bien entendu. Il était le propriétaire mais il était également un artiste. Alors lui aussi s'occupait de préparer son numéro du soir. Il ne se différenciait des autres numéros que par la présence d'un peu plus de sang surement, ce qui suffisait souvent à faire hurler les demoiselles ou les gens trop sensibles. Mais bon, les personnes sensibles étaient prévenues de la nature du spectacle. Et les enfants n'étaient pas admis ici, ce n'était pas un spectacle pour eux, loin de là. Ce n'était peut-être un spectacle pour personne mais il y avait toujours du monde malgré tout, des curieux pour venir voir les "monstres". Tant mieux pour le Babylone.

Apollinaire avait préparé ses instruments pour ce soir. Il avait parlé aux autres pour vérifier que tout était prêt, qu'ils étaient tous à fond et que ça allait bien se passer. Il s'était assuré de tout ça avant d'emmener Adora faire un tour. Il le faisait avant chaque show, ça le détendait. Il écoutait les bruits de la ville , les conversations des gens qui passaient par là, les jeux des enfants, les aboiements d'autres chiens qui passaient à côté d'Adora. Il y avait des tas de moments qu'il aimait bien, des tas de choses simples à côté desquelles passaient toujours les gens. Il ne se croyait pas spécial, loin de là, il n'était qu'une personne ordinaire parmi d'autres qui essayait de faire ce qu'il pouvait. Il était peut-être juste un peu plus sensible que d'autres personnes. Mais ce fut bientôt l'heure de rentrer, la soirée n'allait pas tarder et il devait encore manger un morceau et se laver. Faire les spectacles à jeun n'était jamais une bonne idée, il l'avait compris assez vite...

Les lumières de la grande salle étaient éteintes, les gens dans le public attendaient que le spectacle commence. L'ambiance était comme toujours sombre et étrange, presque figée dans le temps. Les notes aigues du piano mécanique retentirent dans l'obscurité et un épais rideau de velours se leva sur la scène. Les numéros se succédèrent, jusqu'à ce qu'Apollinaire entre sur scène. Quand il ne faisait pas de spectacle, il présentait les autres. Une des acrobates le présenta avant qu'il n'entre torse nu et sûr de lui. Il connaissait la scène par coeur, où était la table, où était la chaise, les cables qui pendaient du plafond, il savait où tout se trouvait. " Pour ce numéro, je vais avoir besoin d'un peu d'aide de la part d'un d'entre vous, dit-il d'une voix claire avant de se tourner vers l'acrobate. Miss Luna, que vous connaissez déjà, va venir choisir quelqu'un. " Il entendait déjà les murmures des plus sensibles, ceux qui ne voulaient assurément pas être choisis. Luna savait toujours choisir la bonne personne.
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 19 Mai - 14:31
Roman n'était pas arrivé depuis très longtemps que déjà son lieu de travail faisait parti intégrante de son lieu de vie. C'était comme sa seconde maison, même si de maison il n'en avait pas encore -mais qui deviendrait bientôt la sienne. L'homme traînait encore dans l'un des ces hôtels miteux du centre ville en attendant d'avoir rempli tous les formulaires du dortoir de la garde. La pap'rasse. Où le truc le plus chiant au monde. Mais de dieu, quel était l'abruti qui avait inventé la machine à écrire déjà ? Boarf, pas la peine de s'en souvenir ou ça deviendrait une incitation à de la profanation de tombe. Enfin... Dans ses pensées les plus folles évidemment. Le gaillard n'était pas un hors la loi, loin de là. Pas la moindres lois transgressé, ni même de règles, ça n'allait pas commencé aujourd'hui même si...ces foutus papiers le foutait en rogne.

Une fois terminé, ses mains entassèrent les feuilles volantes pour les ranger dans le dossier prévu à cet effet. Demain, il serait déposé au QG pour pouvoir être validé et son intégration sera alors complète. Enfin pas tout à fait. Se faire des potes et retrouver son frangin finaliserait le processus. Pour l'heure, Roman s'affala sur le lit de fortune qui grinça sans vergogne, ce qui lui déclencha un grand soupir. Pourvu que l'administration ne soit pas trop longue. Son estomac grogna à en résonner dans la pièce. Le bonhomme en avait même oublié de se nourrir, c'était dire à quel point il voulait rayer cette tâche de sa to-do-list.

Une fois, une tenue descente enfilé, le gaillard prit la tangente vers un lieu de restauration. Son choix se rabattit sur un simple -mais énorme- sandwich acheté à la va vite. Franchement, le formateur n'avait pas envie de se prendre la tête à chercher de quoi se substenter. L'argent n'était pas un problème alors autant vivre comme bon lui semblait juste que dans les moindres détails.

En parlant de détails, Roman avait entendu parler d'un espèce de spectacle qui se déroulait régulièrement dans le centre ville. Ça pouvait être une idée pour décompresser. Il ne resterait pas longtemps, juste histoire de boire un coup, profiter de ce qu'on lui offrirait et ensuite il rentrerait bien sagement pour se lever tôt le lendemain. Pourvu que ça ne dure pas trop longtemps ce train-train. Franchement, c'était pas son fort, surtout pour rentrer dans une chambre d'hôtel au lit qui grince... Mais bon.

Les pas du gaillard le menèrent directement au lieu dont il avait eu ouïe dire. Pour qu'un show se passe en sous sol c'est que ça ne devait pas être très catholique. Cela motiva d'autant plus l'homme à en franchir la porte. Salle sombre, comme une espèce de salle de cabaret. Roman ne savait vraiment pas à quoi s'attendre. Tranquillement, tout en observant la salle et ses occupants en détails, le combattant alla se commander à boire. Un Bourbon bien sec ferait largement l'affaire. S'installant sur une chaise haute, ses yeux se baladèrent dans le lieu. Il y avait comme un petit truc d'effrayant mais il n'aurait su dire quoi. Tout devait être mis en place pour laisser le public en condition. Ce qui le fit penser que ça ne devait pas être un spectacle ordinaire. D'ailleurs, les lumières s'éteignirent. Les numéros commencèrent et le sourire du bonhomme se dessina peu à peu quand il se rendit compte qu'il assistait là à un Freak Show. Loin de lui déplaire, c'était le genre de chose qui l'amusait au lieu de l'effrayer comme la plupart des gens.

Lorsqu'il fut question de sélectionner une personne du public pour un numéro, le gaillard souria deux fois plus aux murmures inquiets qui l'entouraient. Ce que les gens pouvaient être trouillard. La demoiselle, qui servait d'assistante au nouvel artiste entré sur scène, s'approcha de lui et le pointa du doigt en regardant son patron. Roman écarquilla les yeux, très surprit par ce choix.

Hein ? Moi ?
Oui, vous monsieur !

Le reste du verre se vida d'une traite dans le gosier masculin avant de se faire entraîner sur scène. Mais qu'est c'qu'il lui avait prit de venir ici...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 24 Juil - 17:19

Fright Night

t'as le coeur bien accroché ?
La jeune et jolie Luna entraina avec elle un homme jusque sur la scène, Apollinaire lui faisait totalement confiance pour choisir une personne parfaite pour ça. Il ne fallait pas que ce soit une personne choquée ou qui avait l'air de ne pas vouloir monter sur scène. Ce n'était pas un tour de magie qu'il faisait, il ne faisait pas disparaitre les gens dans une boite et il valait donc mieux que la personne soit prête à monter sur scène. Il avait déjà eu des évanouissements dans le public, c'était facile à gérer, vu que les gens étaient assis. Mais des malaises sur scène, ça, c'était beaucoup plus dur à gérer pour l'aveugle...Il était toujours bien incapable de rattraper celui ou celle qui perdait connaissance. Il espérait sincèrement que personne ne s'évanouirait cette fois, ce n'était pas si horrible que ça en plus, il avait déjà vu et fait bien pire...

L'homme monta sur scène, Apollinaire entendit distinctement ses pas sur le plancher et s'approcha à son tour de lui. " Ne vous en faites pas, on ne va pas vous manger, plaisanta-t-il.Tout le monde est soulagé que ce soit vous, je pense. Et je suis certain que tout le monde ici veut connaitre le nom de celui qui a été choisi à leur place, comment vous appelez vous ? " Instinctivement, il se tourna vers la table pour la montrer d'un geste à l'homme qui les avait rejoints. Le rouquin souriait largement, il aimait ce qu'il faisait, quoi que pouvait en penser les gens. Il se moquait bien de ce que les culs serrés pensaient de lui en général. Sur la table, il y avait des crochets, semblables à ceux que les bouchers utilisaient pour pendre la viande, de gros crochets en acier luisant et de plus petits tout aussi brillants. Un matériel de professionnel, toujours impeccablement entretenu pour qu'il n'y ait aucun accident malheureux. " Je vous en prie, vous pouvez regarder ces crochets, les toucher même si vous voulez, pour vérifier que...Eh bien que ce sont des vrais crochets et qu'ils ne sont pas truqués. "

Apollinaire le laissa faire, prenant autant de temps qu'il voulait. Pendant ce temps, Luna était venue près de la table à son tour, elle avait un rôle à jouer dans ce numéro, plus qu'une simple présentatrice qui devait choisir un volontaire désigné. Elle s'était placé à un coin de la table, là où se trouvait de la gaze et une bouteille en plastique dont l'étiquette avait été retirée. Impossible de savoir ce qu'elle contenait sans l'ouvrir mais certains se doutaient probablement déjà de l'utilité de ces objets. Ceux qui savaient peut-être à quoi s'attendre ou avaient deviné quelle était la spécialité d'Apollinaire en matière de spectacle. " Nous sommes bien d'accord qu'il s'agit de vrais crochets et que vous n'avez rien vu de truqué, n'est-ce pas ?, " finit-il par dire à Roman au bout d'un petit moment.
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Fright night | RP libre
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: