RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Of moons, birds and monsters + Maxie
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 18 Sep - 20:12
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


L’été avait été bizarre. Il y avait eu cette énorme rafle lors du festival de musique qui avait grandement ébranlé l’île. Maddie n’était pas présente, mais sa meilleure amie avait été au centre de l’action et elle lui avait tout raconté. De la façon que les gardes s’en prenaient violemment aux civils, comment certains s’en étaient pris à leur propre camp, les combats assez féroces et le déclenchement des pouvoirs exceptionnels de certains habitants. Pendant plusieurs jours, on avait parlé que de cela à la télévision, dans les journaux et les réseaux sociaux. Tout le monde avait son histoire à raconter sur l’événement. Tout le monde avait son point de vue sur la chose. Il y avait des tas de vidéos amateurs qui circulaient sur l’Internet. Même si ça ne semblait pas trop marrant tout cela, la rousse aurait adoré y être, surtout pour être témoin des dons spéciaux. Elle aurait tant voulu voir ça de ses propres yeux. Ça devait être trop impressionnant. Mais à cause de cela, ses parents étaient devenus fous et ne laissaient pas leurs enfants tranquilles. Surtout Maddie. Ils voulaient toujours savoir où elle se trouvait et l’empêchait de sortir de la maison passée une certaine heure. Elle les aimait bien, mais ils exagéraient. D’accord, tout ça devenait bien flippant et dangereux, surtout qu’il régnait une atmosphère de guerre civile dans les rues de tout le pays, mais la jeune fille n’avait aucune envie de toujours rester enfermée dans sa chambre. C’était une solitaire, mais d’extérieur. Elle se sentait toujours mieux dehors, assise sous un arbre, les pieds nus, le vent dans les cheveux. Elle adorait être en plein air. Elle s’y sentait toujours plus inspirée.

Il n’était donc pas surprenant qu’elle ait décidé de mentir à ses parents alors que ceux-ci étaient partis travailler. Elle leur avait promis de rester à la maison, mais il faisait si beau qu’elle n’avait pas pu s’y résoudre. Elle avait mis dans son sac : son carnet, ses crayons, un comic, des friandises, une lampe de poche, une couverture et son Ipod. Elle avait enfilé un short en jeans et un chandail noir avec un gros Pacman dessus, des chaussures de sport et une casquette.  Elle était sortie de la maison toute guillerette sans aucun remords qui auraient pu l’empêcher de se rendre à son endroit secret.

C’était son endroit préféré au monde. Il n’y avait pas un endroit où elle ne sentait pas aussi bien. C’était son petit paradis. Personne ne le connaissait. Elle n’en avait jamais parlé à quiconque. Elle voulait le garder pour elle seule. C’était toujours là qu’elle allait quand elle voulait dessiner ou lorsqu’elle ne se sentait pas bien. C’était d’ailleurs parce qu’elle avait eu envie de se cacher après une mauvaise journée à l’école quelle était tombée dessus, il y avait environ deux ans. Ça n’arrivait pas souvent, mais cette journée-là, elle avait particulièrement été blessée par les insultes de certaines filles du lycée, comme tous les printemps. Ne voulant pas retourner immédiatement chez elle pour ne pas qu’on lui pose des questions, elle s’était dirigée vers les montagnes à la sortie de l’autobus. Elle n’avait aucune idée où ses pas la menaient. Elle voulait seulement fuir le plus loin possible. Aller décompresser dans un endroit éloigné où personne ne la trouverait. Et l’avait trouvé au bout d’une trentaine de minutes de marche, près de l’anse du Charognard, endroit de prédilection des adolescents voulant faire la fête. Il n’y avait personne à ce moment-là, mais il y avait les cadavres de nombreuses canettes et bouteilles de bière, de sacs de croustilles et les vestiges d’un feu qui supposaient qu’une fête avait eu lieu quelques jours plus tôt. L’adolescente avait dépassé les lieux, traversé des amoncellements de pierres et était arrivée dans un espace vert qui contrastait sauvagement avec le plan d’eau monotone et grisâtre de l’anse. Elle avait continué son aventure jusqu’à a arriver par hasard à une grotte bien camouflée derrière une multitude de branches d’arbre. Il fallait vraiment savoir qu’un espace creux s’y trouvait et Maddie avait été heureuse de le découvrir. Elle l’avait aussitôt adopté. C’était sa cachette et depuis deux ans, elle y venait toutes les semaines pour dessiner, écouter de la musique et même faire ses devoirs. Jusqu’à maintenant, elle n’avait pas eu la preuve que quelqu’un d’autre connaissait l’existence de cet endroit et c’était tant mieux. Il lui appartenait, juste à elle.

À force de faire le déplacement, Madelyn connaissait le chemin par cœur. Elle n’avait plus à réfléchir, ses pieds savaient exactement où aller. Elle savait quel rocher était plus fragile et sur lequel elle ne devait pas s’appuyer. Elle savait où des racines ressortaient du sol, où le sol était plus creux et risquait d’être inondé d’eau. Lorsqu’il y avait un changement dans la nature, elle le savait aussitôt : une branche hors du chemin ou au sol, une nouvelle pierre ou sa disparition ou un nouveau trou. Une fois arrivée à destination, elle rôda autour de sa caverne sans y aller directement. Elle voulait toujours s’assurer qu’il n’y avait personne. Un craquement sonore résonna dans la petite vallée et elle cessa tout mouvement, les oreilles grandes ouvertes. Elle retenait son souffle pour être certaine de bien entendre et ne pas trahir sa présence. Au bout de cinq minutes de silence, elle en conclue qu’il devait s’agir d’un cerf, elle en voyait souvent rôder. Assurée qu’elle était seule, elle repoussa le rideau de feuilles et s’engouffra à l’intérieur. Elle s’assura que les branches étaient retournées à leur place et elle émit un soupir de soulagement. Elle étendit sa couverture, mis ses écouteurs dans les oreilles et mit la musique en marche, le volume pas très haut pour entendre les sons suspects. Puis, elle pris son carnet et ses feutres et continua sa bande-dessiné.


camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 24 Sep - 19:58
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


La situation commence doucement mais sûrement à le rendre dingue. Pour quelqu'un comme lui, devoir rester incognito dans un repère au fin fond de nulle part, c'est clairement pas la situation rêvée. Sachant qu'ils captent super mal la télé, qu'ils ont dû détruire leurs cartes sim, qu'ils sont interdits de skatepark et qu'ils ne peuvent plus aller manger des kebab, Max passe la plupart du temps à s'ennuyer. Certes il y a plein de trucs à faire au QG, et heureusement. Vu qu’il est manuel, le Ezel aide volontiers à retaper la vieille baraque moisie qui leur sert de maison. Cependant, en manque de matière première, les réarrangements ne durent jamais bien longtemps si bien qu’il y a du temps à tuer. Beaucoup même. Avec Casey, ils bravent régulièrement la première règle du refuge, celle qui leur interdit de se rendre dans les grandes villes si ce n’est pas nécessaire. Il faut dire qu'ils sont tous recherchés maintenant et, plus important que cela, c'est toute leur communauté qui peut être en danger à cause d'excursions insouciantes du genre. Il n'y a que peu de missions qui leur offrent une virée en ville et, à chaque fois, Max se porte volontaire juste pour le plaisir de rompre le quotidien. Mais la vérité est que, très régulièrement, son meilleur ami et lui se carapatent au milieu de la nuit pour aller voir Spencer qu’ils ont dû laisser seule après la rafle de l’Ultimate. Pourtant les garçons militent pour que les portes soient enfin ouvertes aux autres émergés mais soit disant qu'ils ont d'autres priorités pour le moment. Il faut dire que c'est un peu le bordel au QG sans compter que beaucoup d'entre eux, comme lui, sont pas vraiment des combattants et les pros en la matière mettent un point d'honneur à les former au cas où... où ils se retrouvent à nouveau face à des gardes sanguinaires, voir un brin fanatiques, comme ceux de la fête foraine. Max doit avouer que, pour le coup, c'est quand même super utile, parce qu'il a pas vraiment envie de se retrouver avec un nouveau trou dans l'épaule, couteau dans le flanc ou avec le nez pété. Sans compter que c'est trop fun d’apprendre à se battre. Mais à part les corvées inhérentes à la vie en communauté, les virées secrètes pour aller voir sa jumelle - qui lui manque plus que tout le reste -, les entraînements et les délires avec Casey, Max a vraiment trop de temps pour lui.

Les choses se sont surement enchaînées trop rapidement. Le Pegasus, son passage dans les geôles d’Hydra, la méga rafle du siècle… Il n'a vraiment eu le temps de digérer tout ce qu'il s'est passé ces derniers mois et c'était surement mieux ainsi. Ou alors c'est peut être juste plus facile pour lui. Dans le confort de la cave aménagée de la maison familiale, il avait eu de quoi s'occuper l'esprit. Ici c'est bien plus compliqué. C'est pour ça que parfois, il décide de reprendre une pseudo liberté en allant simplement se balader en forêt. Ça l'aide à casser la monotonie du refuge mais aussi à se changer les esprits. C'est comme ça qu'il a découvert une super plage secrète où ils passent parfois des après-midi entière avec Spencer et Casey. Il ne s'attend pas à trouver une autre pépite du genre et se contente d'enchaîner les pas, assez mécaniquement, en slalomant entre les arbres. Les brindilles se cassent régulièrement sous ses pas et seuls les bruits de leurs craquements et le chant de quelques oiseaux se font entendre. Ça fait une petite heure qu'il avance comme ça, en ne pensant à rien de spécial, quand il entend un murmure qui dénote totalement de la mélodie de la jungle. Il redresse la tête et ne peut pas s'empêcher de se demander à haute voix. « C'est quoi ça ? » Max adore les mystères. Il adore partir dans des aventures farfelues faites de rien. Ces notes de musiques pourraient être un début de quelque chose de plus grand. Curieux comme tout, il n'hésite pas le moins du monde et cherche la source de la mélodie. Il part d'abord dans la mauvaise direction mais finit, après quelques détours, par se trouver devant le parfait mur d'escalade. Il lève la tête pour mesurer un peu la hauteur de la roche et murmure pour lui-même un « Trop cool. » qui montre bien à quel point il s'émerveille d'un rien. Max garde cette idée pour plus tard, se disant que, vu qu'il peut pas vraiment faire de skate en pleine forêt, ça serait peut-être pas mal de se lancer dans un nouveau sport du genre. Il note mentalement d'en parler à Casey puis retourne à sa première idée : trouver la source de la chanson qui se détache maintenant clairement. Le son vient de derrière le mur végétal qui recouvre la paroi rocheuse, ce qui est clairement bizarre.

Il ne réfléchit pas vraiment quand il passe la main à travers le rideau de feuilles et se rend compte que, derrière, il y a une cavité. Max est tout excité à l'idée d'avoir trouvé une caverne bien planquée à explorer et il se dépêche d'y mettre les pieds. Il ne s'attendait cependant pas à trouver quelqu'un directement derrière le mur de feuille et, bizarrement, il est le premier surpris par la rencontre. Il le montre d'une drôle de manière car il s'exclame d'un « Han ! » Sonore le tout en sursautant sur place. Il s'est fait peur tout seul à vrai dire, plus par surprise que par vraie frayeur. Faut dire que la vue d'une petite rousse en train de... colorier, ça n'a rien d'effrayant en vrai. Max, un peu drama dans son genre, pose une main sur sa poitrine, comme pour calmer son cœur qui s'est un chouia emballé sous le coup et un lâche un « J'ai eu trop peur. » qui est presque dit d'un ton rassuré. Il tente même un sourire alors qu'il pose les yeux sur l'adolescente et commence déjà à rire de sa réaction de bébé. « Je m'attendais pas à tomber sur quelqu'un. » Il se sent un peu con mais mieux vaut en rire qu'autre chose après tout. Sur le coup, il oublie même le contexte un peu chelou de cette rencontre et surtout, le fait qu’il est l’une des personnes les plus recherchées de l’île. La pauvre, suffirait qu'elle le reconnaisse comme étant l'un des onze pour qu’elle soit prise d'un coup de frayeur, un vrai.



camo©️015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 30 Sep - 19:49
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


Dès que Maddie se mettait à ses dessins, elle perdait toute notion du temps. Elle embarquait directement dans ses histoires et ses coloriages et elle se détendait.. C’était d’ailleurs la seule chose, avec la couture et les rpg, qui réussissait à la tenir concentrée plus de deux minutes. Elle n’entendait plus rien autour d’elle, même la musique dans ses oreilles n’arrivait pas à la déranger. Elle se perdait dans ses pensées et son imaginaire. Elle oubliait ses petits soucis d’adolescente et scolaire. Toute sa concentration était tournée vers ses personnages qui prenaient rapidement forme et à qui elle imaginait un tas d’aventure. Ces derniers temps, la rouquine s’était inspirée de ce qui s’était passé au courant de l’été et elle avait commencé une bande-dessinée comportant des gens avec des super-pouvoirs qui s’en servaient pour faire le bien. Ce n’était rien d’innovateur en soi, mais c’était très amusant. Les possibilités d’événements étaient infinies et elle pouvait faire aller son imagination sans se demander si ce n’était pas trop poussé ou si c’était logique ou si c’était possible, tout simplement parce que son univers n’était pas réel. Elle s’amusait beaucoup à concevoir et inventer les missions et les actions de son histoire. Elle dessinait tout à la main en premier avant de rentrer ses planches dans le logiciel offert par ses frères et sa soeur lors de son seizième anniversaire. Cet outil lui sauvait énormément du temps quand venait le temps de mettre de la couleur ou de modifier certains trucs. Son travail avait prit un tournant professionnel tout d’un coup. Il restait un passe-temps, mais ça lui permettait d’avoir un truc bien fait et dont elle était encore plus fière.

Concentrée dans les pages de son carnet, cela lui prit quelques secondes avant de comprendre qu’il y avait un truc pas normal. Aussitôt, son coeur se mit à battre rapidement. Le bruit des feuilles de l’entrée était trop flagrant et forcé pour que ce soit l’oeuvre du vent. Ce n’était pas non plus un animal. C’était trop mécanique. Quelqu’un était entrain de déplacé le rideau de feuilles qui cachait l’entrée de sa caverne. Quelqu’un avait découvert sa cachette. Quelqu’un allait entrer dans sa grotte et allait tomber sur elle. Il n’y avait aucun endroit où se cacher. Dans quelques secondes, elle allait tomber nez à nez avec un inconnu. La machine à fabulations commençait déjà à s’activer et elle s’imagina un criminel, un tueur, un pervers voulant se cacher. Elle divaguait sans doute, mais avec tout ce qui se passait dernièrement, ces options étaient fort possible. La télévision ne cessait de leur répêter qu’ils étaient en sécurité nulle part. Si ce n’était pas les «Onze» qu’il fallait craigner, c’était la garde-rouge, la mafia ou même des gens d’un groupe obscur qui s’activait beaucoup dernièrement. Maddie ne s’intéressait pas vraiment à toutes ces histoires, mais il était difficile de ne pas les connaitre. Disons qu’elles restaient en tête et que même si la rousse aimait ce truc de pouvoir, elle restait naïve par ce que racontait les médias. Elle n’avait rien pour se défendre à part des marqueurs. Elle s’empara tout de même de l’un d’eux. Un crayon dans l’oeil pouvait toujours faire mal. Elle repoussa son carnet et enleva ses écouteurs se demandant tout de même comment cette personne avait pu trouver son repère alors qu’elle prenait ses précautions à toutes les fois. Elle se blottit au fond du trou, le feutre dans sa petite main prête à attaquer au besoin.

Elle retint sa respiration et attendit l’arrivée de l’intrus. Elle espérait tout de même qu’il rebrousse chemin. Malheureusement, ce ne fût pas le cas et rapidement, elle apperçu une tête châtaine appararaitre dans l’embrasure de l’ouverture de la caverne. Dès qu’il, parce que c’était clairement un garçon même si elle ne voyait pas son visage, leva les yeux, il sursauta non sans émettre un cri strident et sonore au passage. Surprise à son tour par le cri, Madelyn cria de stupéfaction à son tour - ça donnait un bel harmonie les deux cris ensembles- et elle oublia son plan douteux. Elle lança ses feutres à la tête de l’inconnu. Sur les douze feutres lancés, un seul atteignit sa cible étant donné que Maddie n’avait jamais été une championne du visu. Elle s’était encore plus reculer jusqu’à ce que son dos se colle à la paroi rocheuse et qu’elle n’arrive plus à bouger. Le garçon en face d’elle reprit doucement son calme et c’est là qu’elle le reconnu. "Hééé mais t’es un des Onze! Et t’allais à St-Magnus!" Toutes ses inquiétudes s’étaient envolées d’un seul coup en découvrant qui était la personne qui osait la déranger dans son antre. "Tu m’as fait peur aussi! Je ne pensais pas qu’on découvrirait ma cachette! T’es arrivé comment? " Elle aurait dû être plus craintive, après tout, il avait des pouvoirs. Elle ne se souvenait pas de quel genre, mais elle savait que Max Ezel était un mec gentil. "J’ai trop été surprise de te voir à la télé. C’était trop bizarre qu’on dise que tu étais un criminel recherché, alors que bah, tu m’as jamais bien paru dangereux. T’es plus le type rigolo en plus! " Sans oublier qu’il avait été enlevé et retrouvé que depuis quelques semaines. Rassurée qu’il ne s’agissait pas d’un vilain, du moins de son point de vue, elle se détacha du mur et retourna s’asseoir sur sa couverture. Elle ne savait pas trop quoi dire. En fait, elle avait des centaines de question à lui poser. C’était trop intriguant de rencontrer un ancien camarade de classe à présent recherché par les autorités. Ça n’arrivait pas tous les jours et ce n’était pas comme si tous les deux se connaissaient. Lui, il devait avoir aucune idée de qui elle était, alors que tout bon étudiant de St-Magnus savait qui était Max. Non pas seulement à cause de son enlèvement et de sa tête mise à prix, mais avant tout ça, il était le bout en train de service qui enchaînait les conneries l’une après l’autre. Maddie l’avait toujours trouvé mignon et c’était bizarre de se retrouver en face de lui dans sa cachette secrète.


camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 12 Nov - 14:31
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


Il se prend des... feutres dans la tronche. Ou plutôt un feutre. Et il a même pas fait un seul geste pour esquiver tellement il ne l'a pas vu venir. Les adultes des onze l'auraient vu faire, ils se seraient carrément facepalmé la tronche parce que, clairement, leurs entraînements servaient à rien là. Pour sa défense, Max ne pensait pas que la rouquine soit dangereuse. Elle est mignonne et toute menue et n'a pas franchement l'allure menaçante là, comme ça, collée à la paroi de cette grotte, apeurée. Il s'en veut un peu parce qu'il sait que c'est de sa faute mais de là à se prendre des projectiles dans la tête… Bon, clairement, elle aurait pu choisir mieux pour se défendre que des feutres dont le seul qui le touche atteint pourtant sa cible à merveille, rebondissant sur son front alors qu'il arbore un air blasé. À sa place, lui, il aurait balancé les cailloux qui traînaient sur le sol mais hé, il va pas se plaindre après tout.

Elle semble se détendre soudainement, sans qu'il ne sache pourquoi. La logique voudrait que ce soit tout le contraire. Cri de peur, panique, prise de jambe à son cou et départ en urgence. Enfin c'est ce que Max suppose parce que, à vrai dire, il n'a pour l'instant jamais été reconnu lors de ces trop rares retours à la civilisation. Ils s'arrangent toujours pour qu'on ne les voit pas, ou tout du moins pas trop, parce qu'ils ont pas envie d'y passer. Pas bizarrement du tout, lui qui est pas franchement du genre discret en temps normal, a fait l'effort de s'améliorer dans le domaine. Il faut dire que la rafle de l'Ultimate a eu le mérite de lui donner une bonne leçon. Mais là, dans cette grotte, face à cette fille qui aurait toutes les raisons de flipper, il ne craint rien. Elle non plus d'ailleurs et c'est comme si elle le savait sans qu'il ne sache pourquoi. « Hééé mais t’es un des Onze! Et t’allais à St-Magnus! » Ça lui fait bizarre d'entendre parler de son ancien lycée. Ça fait depuis presqu'un an maintenant qu'il n'y a pas mis les pieds et cette époque lui paraît bien loin. Quelque part, se faire rappeler ce petit détail lui fait presque plaisir, ca lui rappelle une autre vie bien plus douce, où il n'avait à se soucier de rien, pas même des mauvaises notes parce que, ça, il s'en était toujours moqué. « Tu m’as fait peur aussi! Je ne pensais pas qu’on découvrirait ma cachette! T’es arrivé comment? » Il trouve la question un peu bête et ne réalise pas tout de suite qu'il n'a juste pas compris ce qu'elle voulait dire. Il la regarde avec un air un peu concon, hésitant deux secondes parce qu'il sait qu'il n'apprendra rien à la jeune fille, avant de se retourner finalement pour montrer l'entrée de la grotte d'un geste de la main. « Bah... par là. » Duuuuh. Bien sûr qu'elle le sait ça Max, de toutes évidences, c'est pas ce que veut dire cette jolie rousse. Son cerveau marche avec un peu de retard peut être, ou alors c'est totalement au hasard (c'est au hasard uiui) mais il ajoute : « J'ai entendu de la musique, j'ai juste suivi le son parce que je suis un tout petit peu curieux. » Quand il dit ces derniers mots, il affiche son sourire de faux angelot que personne ne peut décemment croire. Il a un air malicieux, parce qu'il l'est et le sera toujours. Dire qu'il est curieux à son stade, c'est un doux euphémisme. Il est carrément fouineur même et ça, combiné au fait qu'il n'ait aucune notion du danger et qu'il trouve que les défis stupides sont drôles, ça fait la plupart de ses anecdotes hautes en couleur et en rebondissements.

Il la suit du regard alors qu'elle retourne s'asseoir sur sa couverture, reprenant le fil de ses occupations comme si de rien n'était. Pourtant elle l’a reconnu, elle sait qu'il est l'un des onze, un danger public, recherché par le tout Genosha. Cette fille est bizarre et ça a le mérite de l'intriguer et de capter vraiment son attention. « J’ai trop été surprise de te voir à la télé. C’était trop bizarre qu’on dise que tu étais un criminel recherché, alors que bah, tu m’as jamais bien paru dangereux. T’es plus le type rigolo en plus! » Il est un peu gêné qu'elle parle de lui dans ces termes qu'il prend pour des compliments. Sa gêne se traduit par ce simple geste : se gratter l'arrière de la tête. C'est vrai qu'il était un lycéen normal, si ce n'est qu'il a été un tantinet turbulent, allant jusqu'à, une fois, faire exploser le labo de chimie. Maintenant il est l'une des onze personnes les plus recherchés du pays, c'est vrai que ça fait un changement de statut radical. Pourtant, il est toujours le même, enfin il croit. Peut-être pas, il a eu de quoi changer cette dernière année. La mort de Norah, les entrailles d’Hydra, l’Ultimate et maintenant la résistance, non, il n’est plus pareil, c’est certain en fait. « Ah ouais, ils racontent ce qui les arrange un peu. » Un peu, parce que vu ce qui s’est passé au Pegasus lui-même n'a aucun doute sur le fait qu'il est dangereux. Pas intentionnellement certes mais même avec cette excuse, ça ne change rien au fait. Souvent, il se dit que le gouvernement a raison, les gars comme lui il faudrait les enfermer. Ça ne l'empêche pas d'être égoïste et de tenir à sa liberté. C'est compliqué un peu tout ça et franchement, il n'a pas trop envie d'y penser.

La rouquine a repris sa place et le jeune homme reste debout en plein milieu de la grotte avec son air un peu benêt qui lui va si bien. Il se sent tout de même un peu con planté là alors il demande, comme si il avait besoin de l'approbation de la jeune femme. « J'peux m'asseoir ? » Un rire léger se fait entendre dans cet espace clos alors qu'il ajoute. « Je crois que ça m'arrivera pas souvent de tomber sur quelqu'un qui part pas en courant en me voyant. » Il n'attend pas vraiment la réponse avant de s'asseoir en tailleurs devant elle. Il la regarde et est tout de même intrigué justement parce qu'elle ne prend pas ses jambes à son cou. Un tout petit peu curieux, comme il le dit lui-même, il lui demande. « Mais genre... t'as pas peur ? Pas du tout ? » Au choix, ça peut être signe de raison ou de déraison, ou peut-être les deux à la fois, ce qui est nouveau dans le genre mais pas si impossible que ça. Si c'est le cas, elle est définitivement unique dans son genre.


camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 19 Jan - 20:57
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


Elle n’avait pas du tout pensé à se servir des cailloux qui trainaient un peu partout dans la grotte pour s’attaquer à l’inconnu qui avait trouvé sa cachette. Mais Maddie pensait rarement à la chose la plus logique dans ce genre de situation et elle faisait la première chose qui lui passait par la tête. Dans ce cas-ci, se servir de ses feutres comme projectile. Elle avait souri de fierté lorsqu’un seul des marqueurs atteignit sa cible directement en plein milieu du front. Ce qui avait été loin de faire reculer l’intrus qui s’était contenté de frotter le haut de son visage et d’avoir un air blasé comme s’il n’en revenait pas du ridicule de la situation. C’était vrai que c’était plutôt marrant. C’était même digne d’un dessin animé ou d’une BD, mais c’était la réalité. Une drôle de réalité qui aurait pu être beaucoup plus grave. Mais, la rouquine se trouvait dans sa grotte secrète avec un camarade de classe à présent recherché par les autorités. Aux premiers abords, Maddie se retrouvait un peu dans la merde. Les médias ne cessaient de leur rabattre les oreilles que les émergés étaient dangereux, violents, sans scrupules et qu’ils détruisaient tout sur leur passage. Aucun journal n’avait de bons mots à leur intention. La logique aurait donc été que l’adolescente aurait dû avoir peur et crier à l’aide jusqu’à ce que ses cordes vocales éclatent. Pourtant lorsqu’elle avait découvert qui était le garçon qui avait trouvé le chemin de son repère, elle n’avait ressentie aucune peur ou inquiétude. Elle refusait de croire que Max Ezel était quelqu’un de méchant. Elle le connaissait certes de loin, mais il n’y avait aucune once de méchanceté en lui. Même si elle était d’avis qu’un enlèvement, la découverte d’un pouvoir ou le fait d’être un ennemi public pouvait changer n’importe qui. La jeune fille savait toutefois, elle ne savait pas comment exactement, mais elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal et qu’il était toujours le petit bout-en-train de service.

La surprise passée et sachant qu’elle ne risquait sans doute rien, Maddie se détendit et déblatéra sans gêne sur ce qu’elle savait de son interlocuteur qui avait débarqué à cause de sa musique sans doute un peu trop forte. Elle aurait dû s’en vouloir de ne pas avoir été plus minutieuse dans ses précautions, n’importe qui d’autre aurait pu débarquer et les conséquences auraient pu être pires. Pourtant, une petite part d’elle était heureuse de cette rencontre. Elle aussi était pas mal curieuse et elle avait un tas de questions qui lui trottaient dans la tête. Elle retourna s’asseoir sur sa couverture en posant son carnet ouvert sur ses genoux. Elle souriait à l’adolescent toujours debout au centre de la petite caverne pour le mettre à l’aise. Il lui demanda s’il pouvait prendre place à ses côtés. Elle hocha la tête en s’écartant un peu et en époussetant le tissu pour ne pas qu’il se retrouve avec plein de sable désagréable sous lui. Il s’assied en tailleur devant elle et elle pouffa de rire tellement c’était bizarre. Jamais, elle n’aurait cru se retrouver aussi près de lui un jour et ce, bien avant cette année difficile pour lui. Maddie passait plutôt inaperçue à St-Magnus, bien que certains l’avaient dans le collimateur pour des raisons qui lui échappaient. Tandis que le châtain était connu de tous et toujours entouré d’amis. Elle pencha la tête sur le côté lorsqu’il lui demanda si elle n’avait même pas un peu peur. Il semblait réellement surpris qu’elle n’ait pas pris les jambes à son cou. Cela faisait deux fois qu’il le mentionnait. Non. Elle n’avait pas peur. Pas du tout même. Elle aurait peut-être eu peur si ça avait été l’un des autres « Onze », mais curieusement elle faisait pleinement confiance au jeune homme. "Bah…non. Je devrais?" Elle pencha la tête sur le côté et afficha une mine un peu timide et piteuse. "Mais si tu veux, je peux avoir peur! Je ne suis pas une très bonne comédienne par contre. J’ai été recalée pour la pièce de théâtre du lycée en début d’année. Juste parce que je me souvenais plus de mon texte et que je me suis accrochée les pieds et que je suis tombée dans le décor lors de l’audition. Mais je peux crier et appeler à l’aide ou tenter de te sauter dessus!" Elle éclata de rire se doutant que ce n’était sûrement pas cela qu’il souhaitait, mais elle était prête à le faire s’il le voulait. Peut-être qu’elle aurait vraiment dû se méfier et être craintive. Peut-être était-elle naïve de se montrer aussi imprudente étant donné qu’elle n’avait aucune idée de ce que le groupe de rebelles trafiquait. S’ils étaient recherchés, c’était pour une raison. Ils avaient des pouvoirs, probablement incontrôlables et c’était un risque qu’elle prenait en restant auprès de lui, insouciante. Elle avait décidé de faire confiance en son instinct, souvent défectueux il faut bien le dire. "Je n’ai pas l’intention de te dénoncer si c’est de ça que tu as peur." Elle lui envoya un sourire honnête. Ce n’était pas elle qui lui mettrait des bâtons dans les roues. Elle ne comprenait pas tout ce qui se passait sur l’île, ni les enjeux, préférant largement se perdre dans ses dessins. Du coup, elle préférait ne pas s’en mêler ou être celle-qui-avait-discuté-avec-l’un-des-« onze ». Si elle devait en parler aux autorités, c’était évident qu’on allait l’interroger, la harceler et elle devrait parler de sa cachette dans les collines. Non, c’était hors de question! Elle ne voulait pas qu’on vienne fouiner près de sa grotte ou qu’on vienne ratisser la foret de long en large à la recherche d’indices. Elle tenait à ses secrets et sa rencontre avec Max en était un de plus. "Tu veux des bonbons?" Oui, elle changeait radicalement de sujet en fouillant dans son sac à dos. Elle en sortie un sac rempli de petites friandises de toutes sortes. "Je suis allée au magasin hier et j’ai fait le plein. J’ai pris quasi-tout ce qu’il y avait, sauf, tu ne devineras jamais, il y a des bonbons en gélatine avec vos têtes. C’est vraiment bizarre. Le pire c’est que le commis a dit que ça se vendait super bien et que les clients se faisaient une joie d’arracher vos têtes avec leurs dents. J’ai rien compris. " Sur ce fait divers inusité, la rousse lui tendit le sac tout sourire. Quelques bonbons tombèrent sur le sol tellement il était plein. "Oups. Les fourmis se feront un festin!" Elle déposa le sac devant le garçon au sol pour ne pas avoir plus de pertes supplémentaires.



camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 12 Fév - 21:49
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


Ça fait bizarrement plaisir de parler à une nouvelle rencontre, en tout légèreté. Quand on y regarde bien, il a passé cette dernière année dans des cercles restreints où les nouveaux visages se sont faits tortionnaires ou camarades d'infortune. Mis à part ça, il n'y a eu que Spencer, Casey et Ethan. Lui qui est du genre ultra sociable et qui a toujours eu plein d'amis en tant que lycéen populaire, n'a pas eu l'occasion de parler de tout et de n'importe quoi à une simple connaissance, à un ami de longue date ou à un parfait inconnu. Maddie lui dit quelque chose, il l’a sûrement croisé à Saint Magnus mais il ne se rappelle pas lui avoir un jour adressé la parole. Pourtant il n'a jamais été snob ou quoi et si certains élèves s'amusent à se regrouper par groupe social, ce n'a jamais été le cas de Max. C'est trop prise de tête pour lui et ça le serait sûrement encore plus aujourd'hui avec le recul forcé qu'il a de tout ça. Bref, parler avec la rouquine lui fait déjà un bien fou même si il se rend compte subitement de tout cela. Il en serait même à se dire que le lycée lui manque. Lui qui n'a jamais aimé les études se prend parfois à regrette de ne jamais avoir fini cette foutue année à Saint Magnus. Ça doit quand même être cool d'avoir son diplôme.

Allez savoir pourquoi. Tout ça lui paraît trop bizarre. Comme si parler simplement avec quelqu'un qu'on vient de rencontrer ne faisait plus partie de son domaine des possibles. Comme s'ils devaient tous avoir peur d’eux. Comme si ils devaient tous les détester, les balancer à la Garde, se faire un devoir de se débarrasser des émergés comme lui. Ça lui paraît inconcevable que quelqu'un le voit tel qu’il est, tout simplement. Pourtant c'est comme ça que Maddie le voit et ça le déroute un peu. Alors que son joli minois se penche en prenant cette expression confuse, elle lui répond avec une naïveté presque touchante. « Bah…non. Je devrais? » Max n'a jamais été une personne méchante. Il a fait beaucoup de connerie et parfois, oui, il y a eu de la casse, mais ce n'était jamais intentionnel. Malgré cela, il en a lourd sur la conscience depuis qu'il a vu les dégâts qu'il a causés au Pegasus, si bien qu'il se demande souvent s’il peut encore de voir comme ce gars-là. Le gentil gars. Il n'en est pas sûr à vrai dire. Mais le fait est qu'il ne fera jamais de mal à quelqu'un sans raison. Il répond alors du tac au tac et lève légèrement les mains en les secouant pour contredire la jeune femme. « Oh non, non. » La rouquine semble retrouver son petit rire quand elle ajoute. « Mais si tu veux, je peux avoir peur! Je ne suis pas une très bonne comédienne par contre. J’ai été recalée pour la pièce de théâtre du lycée en début d’année. Juste parce que je me souvenais plus de mon texte et que je me suis accrochée les pieds et que je suis tombée dans le décor lors de l’audition. Mais je peux crier et appeler à l’aide ou tenter de te sauter dessus! » Il sourit, amusé simplement en imaginant la scène et, maintenant qu'il peut vraiment en placer une, il la dissuade définitivement de se lancer dans une telle entreprise. « Nooon, c'est bon, c'est bon. Puis si c'est comme pour ton audition, tu tomberais sur une pierre c'est sûr. » Il rigole à son tour. Il ne connait pas Maddie mais comprend que la maladresse est l'une de ses caractéristiques. Entre ça et les feutres très, très, mal envoyés... Faut pas être Einstein pour en arriver à cette conclusion. Quoiqu'il en soit, elle ajoute avec un sourire doux. « Je n’ai pas l’intention de te dénoncer si c’est de ça que tu as peur. » Elle a l'air de le penser sincèrement et Max se sent con. Il ne pensait pas vraiment à ça en lui demandant si elle n'avait pas peur. Il était plutôt juste étonné de ce fait mais ne voulait pas sembler suspicieux. Ca devait pourtant être le cas et ça le gène. Le jeune homme passe une main dans ses cheveux alors que lui aussi joue la carte de l'honnêteté. « Non c'est juste que... Tu sais, c'est un peu dingue tout ça. Ça fait des mois qu'on me dit qu'il faut être reconnu par personne si on veut pas se faire chopper par la Garde. Parce que les gens ont peur de nous et qu'on leur retourne le cerveau et blablabla. Alors je sais pas, j'imaginais juste que ce genre de réaction... C'était plus possible. Mais c'est génial de voir que c’est pas le cas. » Il lui adresse un grand sourire. Par « c'est génial », il veut dire que elle, elle l'est, mais ça semblerait chelou qu'il lui dise ça comme ça alors qu'ils ne se sont presque rien dit. Pourtant il le ressent comme ca. Maddie est déjà une petite douceur de la vie.

Eeeeett en parlant de douceur, les choses deviennent encore plus sympa quand Maddie lui demande « Tu veux des bonbons? » Elle sort un paquet et les yeux de Max se mettent limite à pétiller. Pendant les missions de ravitaillements, ou quand Xavier leur apporte des trucs, ils n'ont pas de place pour ces sucreries dont Max raffole pourtant. Ça fait genre des semaiiiines qu'il n’a pas avalé un bonbon si bien que sa réponse est déjà toute trouvée. « Oh grave! » Il ne cache pas son excitation alors qu'il trépigne déjà d'impatience. Il a toujours été un estomac sur patte et c'est bien connu qu'il se met toujours dans une telle euphorie quand il faut manger bonbons, gâteaux, glaces et autres kebab. Mais Maddie est une pipelette, ça aussi il l'a bien compris, et c'est pas pour le déranger non plus. Il adore écouter les histoires des autres et il en raconte tout autant d'ailleurs. Du coup, il va devoir attendre un peu pour avoir des bonbons. Pas grave, les histoires de Maddie ont l'air sympas. « Je suis allée au magasin hier et j’ai fait le plein. J’ai pris quasi-tout ce qu’il y avait, sauf, tu ne devineras jamais, il y a des bonbons en gélatine avec vos têtes. C’est vraiment bizarre. Le pire c’est que le commis a dit que ça se vendait super bien et que les clients se faisaient une joie d’arracher vos têtes avec leurs dents. J’ai rien compris. » Max fait une grimace partagée entre le rire un peu gêné et la gêne tout court. C'est clair que c'est difficile d’aimer une histoire où on arrache votre tête avec ses dents même si ça concerne des bonbons. Là, tour de suite, il ne sait pas trop comment réagir, et le temps de trouver, il dit juste un « Oh...Ok. » qui traine un peu en longueur. Pendant ce temps, Maddie lui tend le paquet de bonbon et en fait tomber quelques-uns au passage. « Oups. Les fourmis se feront un festin! » Il regarde par terre tout en tendant le bras vers le paquet pour prendre quelques-unes de ces sucreries. Les fourmis vont se faire un destin avec ça, c’est clair.

Il enfourne un bonbon dans sa bouche et en revient à l'histoire très étêtante de Maddie. Le gout sucré du bonbon sur sa langue se fait sentir et il kiffe trop sa vie. « Je sais pas quoi dire là, t'as réussi à me sécher. » Et ça pour le coup c'est assez drôle, parce que lui aussi a normalement toujours quelque chose à dire. Même après tout ce qu'il a vécu, il reste un grand parleur, comme quoi, y’a vraiment des choses qui ne changeront jamais. Il poursuit en s'expliquant un peu plus et non sans, au passage, manger quelques bonbons de plus. « Qu'on arrache sa tête faite en bonbon avec les dents... C'est pas un truc à dire à quelqu'un je crois, penses y la prochaine fois que tu vois un fugitif. » Il lui fait un clin d'œil et mange un nouveau bonbon tout en réfléchissant un peu. C'est vrai que c'est glauque qu'on mange sa tête quoi... « Je vais tellement rêver de ça cette nuit, c'est sûr. » Il dit ça plus pour lui que pour elle, c'est juste une constatation basée sur cette simple image. C'est toujours comme ça, quand il ne fait pas des cauchemars, il fait des rêves wtf du genre. Ça va du kebab qui fait du skate à la casquette volante. Il a un cerveau vraiment chelou.

Il relève la tête vers elle et la regarde un peu mieux. Max trouve déjà Maddie sympa, de par le seul fait qu'elle lui offre des bonbons, mais il se demande quand même ce qu'elle fait là. Généralement les filles de son âge préfèrent être avec leurs copines. Bon, il ne sait pas trop quel âge elle a mais elle doit avoir quelques années de moins que lui. Et il y a quelques années de ça, Spencer et Norah étaient tout le temps fourrées ensemble. C'était drôle de les voir faire d'ailleurs parce que des fois, elles se mettaient à chuchoter en rigolant. Elles leur faisaient aussi tout le temps porter leurs sacs à Casey et lui quand elles les traînaient faire du shopping. Oui, les filles c'est bizarre, mais Maddie l'est peut être encore plus à être là toute seule. Poussé par la curiosité, il demande alors. « Tu fais quoi ici en fait ? Genre c'est trop cool d'avoir une grotte secrète mais doit y avoir plus fun à faire que se terrer ici sur Genosha non ? » Lui n'a jamais été du genre à chercher un antre de ce genre. Il a toujours aimé être entouré de toute sorte de personne. Depuis tout petit il passe son temps avec Spencer, ou Casey, ou les deux à la fois. Et s’il n'était pas avec eux, il était avec Norah. Avant, quand il était libre, quand sa vie était facile et belle. Ça lui parait presque loin et, malgré son jeune âge, il y pense avec nostalgie et ce tout le temps. Une machine à remonter les temps, c'est ce qu'il voudrait. Pour s'adonner à nouveau à milles et un loisirs, pour faire des soirées avec ses potes et plein de conneries, pour revoir ces grands yeux bleus et cette cascade de cheveux blonds, entendre ce rire et embrasser ces lèvres. Ça lui en fait apparaître des étoiles dans les yeux. « Moi si je pouvais, j'irais faire du surf là ou du skate et manger une enoooorme glace ! » Une nouvelle fois il imagine le tout. Oui, clairement, la bouffe lui manque tellemeeeeent. La résistance c'est mieux que les cachots d'Hydra en la matière mais ça reste de la bouffe en conserve dégueu. À part ça, ils ont toujours ce que leur offre la jungle... Mais ce qu’ils n’ont pas c'est des énormes glaces... « Avec de la chantilly dessus... » Ça aussi ça lui fait pétiller les yeux tout comme ça lui donne l'eau à la bouche. Il s'y voit déjà. Une énorme glace avec une montagne de chantilly, le rêve.



camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 9 Juil - 15:09
Of moons, birds and monsters

Maddie
&
Max


Maddie sentait que Max n’était pas tout à fait à l’aise, même si elle s’efforçait d’agir naturellement pour qu’il se sente bien et en sécurité. Elle voulait qu’il réussisse à se détendre un peu sans être constamment sur le qui-vive. Elle se doutait que sa vie présentement ne devait pas être évidente et que les rencontres de ce type ne devaient pas être courantes. Il ne devait pas croisé beaucoup de personnes seules alors qu’il n’avait pas le visage couvert. Habituellement, la rousse ne regardait pas trop la télévision et les nouvelles, les trouvant démoralisantes la plupart du temps, mais elle s’était intéressée au cas de Max puisqu’il était à son lycée. C’était bizarre d’en savoir autant sur lui, alors qu’il ne devait même pas savoir qu’elle existait avant aujourd’hui. Cela faisait un an que les médias faisaient circuler des nouvelles sur le jeune garçon. Quand il avait disparu, il ne se passait pas une semaine sans qu’on parle de lui et de sa famille, de sa petite amie morte au Pegasus ou des gens de son entourage qui étaient interviewés. L’île entière avait été touchée par son histoire. Ça avait été le soulagement national lorsqu’il avait été retrouvé et sauvé par ses amis, puis quelques semaines plus tard, il était à présent considéré comme un ennemi. C’était à n’y rien comprendre.  

Elle, elle ne le voyait pas du tout comme un monstre, un garçon dangereux, une quelconque menace ou tout autre chose indésirable qu’on tentait de leur faire croire. Il était juste Max Ezel. Un garçon qui rigolait de sa maladresse. Ses joues s’empourprèrent et elle se renfrogna un peu. Madelyn était un vrai danger public avec sa maladresse et elle lui attirait bien souvent les moqueries de ses camarades et elle avait hérité de quelques petits surnoms peu affectueux avec le temps. Ça ne l’empêchait toutefois pas d’essayer de nouvelles choses, même si elle se blessait plus souvent qu’à son tour. Ceci dit, il n’avait pas tort et elle risquait de se faire une entorse à la cheville en courant dans la foret. Il lui expliqua ensuite comment il se sentait vis-à-vis de la population et comment cette dernière voyait les Onze. Elle n’osait même pas imaginer comme ce devait être d’être recherché par les autorités et devoir se cacher en permanence pour ne pas risquer de se faire reconnaitre et se faire signaler, de vivre en reclus de la société et devoir se contenter du stricte minimum par obligation. Ce devait être difficile d’être lui-même, alors qu’il avait des centaines de personnes à ses trousses et qu’il avait vécu des événements aussi importants et graves, surtout à un si jeune âge. Elle était un peu triste pour lui que son adolescence lui ait été arrachée d’un seul coup. Elle imaginait donc que sa réaction était un baume pour lui qui était si méfiant. "Je pense que si tu avais voulu me faire du mal, tu l’aurais déjà fait." Elle espérait que cela vienne terminer d’apaiser les soupçons du garçon. Ce n’était pas elle qui allait lui mettre des bâtons dans les roues. Bien sûr, elle ne comprit pas son illusion sur le fait qu’elle pouvait être géniale. Ce n’était pas vraiment un qualificatif qu’on utilisait pour la désigner, mais au moins il pouvait se rendre compte qu’il n’y avait pas que des gens contre eux dans le pays.  

Voulant leur changer les idées, Maddie proposa des friandises à son squatteur de grotte. Aussitôt, les yeux étoilés du garçon firent plaisir à la petite rouquine. Elle ricana en le voyant plonger sa main au fond du sac et comprit que ça devait faire un sacré bout de temps qu’il n’avait pas du manger un tas de sucreries. Ça ne devait pas être dans leur priorité de ravitaillement. Elle lui raconta son ravage au magasin et cette histoire de bonbon à la gélatine avec la tête des recherchés qui ne sembla pas trop plaire au jeune Ezel. Après, c’était tout à fait normal, mais quand Maddie était partie dans un monologue, elle disait absolument tout ce qui lui passait par la tête sans se soucier si c’était dérangeant ou non. Elle s’aperçu de son erreur en voyant l’air légèrement horrifié du châtain. Elle se mordit la lèvre se doutant qu’elle était allée trop loin dans son récit. "Désolée. Je parle toujours un peu trop." Elle espérait ne pas l’avoir froissé, ce n’était vraiment pas son intention. Elle ne voulait surtout pas qu’il se sente mal pour une histoire aussi débile, mais il ne semblait pas lui en vouloir. Juste un peu stupéfait que des gens avaient eu l’idée de le transformer en bonbon. Au moins, elle n’en avait pas acheté. Juste imaginer que Max tombe sur son visage ou celui de l’un de ses compagnons, de quoi le traumatiser et la prendre pour une folle. Si ne n’était pas déjà le cas.

Elle grignota ses friandises dans un silence inhabituel, se mordant la joue pour ne pas dire d’autres bêtises et laissé le garçon prendre les commandes de la conversation. Depuis qu’il était entré, l’adolescente avait plutôt monopolisé leurs échanges. Comme prévu, Max prit les rennes et lui demanda ce qu’elle faisait ici et un large sourire apparu sur le visage de la rousse. C’était la première fois qu’elle parlait de sa grotte. C’était stupide, mais elle en était tellement fière. Fière d’avoir ce petit secret juste pour elle, et maintenant Max. Même Mercy n’était pas au courant. Elle prit une réglisse dans son sac et en déchira un gros bout avec ses dents. "Oui, probablement. Mais, j’adore venir ici. C’est ici que j’arrive à mieux me concentrer pour faire mes devoirs et mes dessins. J’écoute de la musique, je grignote. Des fois, je dors même. C’est vraiment tranquille ici. Et y’a personne pour venir me chercher des noises." Elle lui offrit un petit sourire triste révélant ainsi que Max était en train de discuter avec une solitaire avec peu d’amis. Elle savait que lui lorsqu’il était au lycée était toujours entouré d’un tas de personne. Elle allait certainement le décevoir. Surtout qu’elle, elle avait la chance de faire un tas de trucs sans se soucier de rien. À bien y penser, c’était un peu ridicule de venir s’enfermer et se cacher ici alors qu’elle était libre. Max devait vraiment penser qu’elle était débile. "Y’a un endroit près d’Emmann où les vagues sont superbes et très peu connu. C’est un tout petit bout de plage bien caché et j’y ai jamais vu personne. Ça pourrait t’aider pour le surf." Maddie aimait bien dans ses temps libres aller marcher et découvrir les endroits peu connus de l’île. On pouvait dire qu’elle avait un certain flair pour tomber sur ce type d’endroit. C’était comme ça qu’elle avait trouvé sa grotte. En creusant et s’aventurant un peu plus loin sans se fier à ce qu’elle avait devant elle. Il y avait toujours des trésors à découvrir. "Pour la glace, je pourrais essayer de t’en apporter une si tu veux. Avec plein de chantilly!" Elle lui offrit un large sourire. Elle ne savait pas s’il reviendrait ou si elle le reverrait après ce petit moment ensemble, mais elle était très sérieuse. "Ça me ferait très plaisir. Je vois pas comment on peut vivre sans glace! C’est genre, la viiie!"



camo(c)015
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Of moons, birds and monsters + Maxie
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MU] Monster Wolf [2011 - DVDRiP - TrueFR] [-16]

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: