RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Burn It Down + JAMY
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 15 Jan - 17:51




Burn it down

Romy & Jake

L'amour. Que peut-elle dire au sujet de l'amour ? Bien des choses ou trop peu. Elle n'a jamais été du genre à tomber amoureuse, trop consciente du fait que ça pourrait faire d'elle une personne faible. L'amour. L'amour, c'est très compliqué. C'est à la fois la plus extraordinaire et la pire chose qui puisse arriver. Vous le découvrirez un jour. L'amour, ça peut faire très mal. Pourtant si la belle blondinette a un conseil a donner c'est qu'il ne faut pas avoir peur de tomber, et surtout pas de tomber amoureux, car l'amour, c'est aussi très beau, mais comme tout ce qui est beau, ça vous éblouit et ça vous fait mal aux yeux. C'est pour ça qu'elle avait fini par conclure que souvent, on pleure après. L'amour. Malgré ça la belle avait fini par chasser ce sentiment si doux de son cœur. Tout simplement car la seule personne qui avait réussie à allumer la flamme chez la tacticienne n'était plus accessible. Si elle en avait douté pendant quelques temps. Plus particulièrement après ce baiser qu'elle avait échangé avec lui. Elle en était à présent sûre et certaine. Depuis qu'elle les avaient vus ensemble au festival de musique de Prenova, depuis qu'il avait brisé son cœur en mille morceaux, elle s'était afféré à ne plus jamais croiser son chemin. Après tout pour qui se prenait-il a déambuler comme ça au bras de cette rouquine hein ? Pour qui au juste ? Non Romy ne supporterai pas de voir Jake encore une fois, avec une autre personne qu'elle dans ses bras. Voilà déjà plusieurs mois qu'elle les a aperçus ensemble et pourtant elle n'arrive pas à déloger cette image de sa tête. A chaque fois ses poings se serrent en faisant blanchir ses phalanges, sa mâchoire se crispe et elle a irrépressible envie de cogner dans tout ce qui bouge. Elle lance ses affaires dans son bureau ne se souciant pas de ce que ses collègues d'Hydra pensent d'elle. Après tout elle s'en bats les gnocchis et puis ils sont mal placés pour la juger. La plupart des gens qu'elle fréquente maintenant ont un problème dans le bocal elle en est convaincu, pourtant elle les apprécient et fait au mieux pour garantir leur sécurité. Depuis son arrivée à Hydra la blonde essaie tant bien que mal de se faire une place au sein du groupe mais cela devient de plus en plus difficile pour elle. Mis à part avec Arthur, Malik, Laura et bien entendu son amie Teddy, la grande blonde ne s'est pas fait beaucoup d'amis ici. Pas qu'elle soit particulièrement odieuse avec ses compagnons mais Romy n'est ni un agent de terrain, ni un tueur à gage, ni rien. Romy est une tête pensante destinée à monter les échelons de la pieuvre. On l'a préparée à ça et au fait que d'ici quelques temps elle ne sera probablement plus capable d'entretenir des amitiés au sein du groupe. Elle deviendra comme Morgan, un être inspirant la peur et c'est peut-être mieux ainsi. Passant une main dans sa crinière légèrement ebouriffée la belle laissa un soupire franchir la barrière de ses lèvres rosées. Elle est fatiguée. Fatiguée de réfléchir, fatiguée d'être triste à cause de Jake, fatiguée d'avoir peur, fatiguée de chercher à savoir d'où vient la voix qu'elle a entendue dans sa tête le soir du festival. Son poing vient percuter le bois laqué de son bureau et elle lâche un juron après avoir ressenti une douleur vive dans son poignet. Non, ce n'est vraisemblablement pas son jour. D'un geste las elle se lève et se dirige vers son porte manteau pour enfiler une veste en cuir noir avant de quitter son bureau. De l'air. Elle a besoin d'air. Pressant le pas elle se rend dans l'entrée du repère d'hydra saluant vaguement ses collègues de la main.

Une fois dehors l'air légèrement froid vient lui claquer le visage, faisant légèrement rosir ses joues. Son regard sonde la cour à la recherche d'un véhicule qui pourrait la conduire le plus rapidement possible au centre ville. Après quelques secondes elle opte pour une moto et se muni d'un casque qu'elle enfile après avoir attaché ses cheveux blonds. D'un geste assuré elle enfourche la moto et la fait démarrer sans mal. Cela fait des mois qu'elle pilote ces chevaux d'acier en compagnie de Teddy et il fallait avouer qu'elle avait vite prit la main. Elle file a tout allure à travers les cavernes rocailleuses de l'antre, se détendant en voyant les lumières vaciller sur la route telles des étoiles filantes. Le temps défile devant ses yeux et Romy ne peut contrôler son envie de sourire. Là, voilà. Une légère impulsion de la main et la moto accélère de nouveau. Elle est bien au delà des limites de vitesses autorisée mais tant pis. C'est à travers l'adrénaline que la belle se sent le plus vivante. D'ailleurs elle commence a accompagner des agents sur le terrain, cherche tout un tas d'excuses pour pouvoir affronter le danger comme pour se prouver qu'elle est toujours une force de la nature. Depuis combien de temps est-ce qu'elle roule au juste. Elle semble avoir perdue la mémoire, être prise au piège dans un rêve, soupire de nouveau. Les vrombissements du moteur lui chatouille les oreilles la ramenant à la réalité. La ville. Quelle ville ? Elle ralentit, cherche un endroit où se garer, elle fini par trouver au bout de quelques minutes. Enlève son casque, le range dans le petit boitier qui lui sert de coffre un commence à marcher. Romy n'a plus le goût de rien. Elle a même envie de hurler à qui voudra l'entendre que la vie c'est de la merde. Oui, elle en a ras le bol de tout. Ses yeux se posent sur tout et rien. Elle souffre en silence. Tout est une histoire de contrôle de soi dans la vie n'est-ce pas ? Et au moment où elle s'y attend le moins la vie se moque à nouveau d'elle. Elle lui offre la peine de faire une tragédie, telle la dramaturge qu'elle est car devant ses yeux ébahient se trouve Jake. Qui a l'air le plus surpris au juste ? Elle ou lui ? Un duel de regards comme on les aiment, son visage est planqué sous une capuche mais elle, elle le voit très bien. Le temps se fige autour d'eux jusqu'à qu'elle l’aperçoit un peu plus loin. La rousse, capuchée aussi mais bel et bien là. Vaincu la belle fait demi tour d'un pas pressé. Il la suit elle le sait, fait volte face sans prévenir, se mange le torse de Jake. Sa main vient frotter sans front alors que sa bouche grimace. "Putain fait attention un peu !" dit-elle en relevant la tête vers lui. Lorsque ses yeux croisent les siens son coeur se serre. "Casse toi Jake...Va retrouver ta..." elle n'arrive pas à le dire. Sa voix tremble d'énervement et bien qu'elle essaie de le cacher elle sait qu'il n'est pas dupe, Jake la connait trop bien. Il sait qu'elle a mal.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 4 Fév - 12:17
Burn it down
Romy et Jake

Il enfile un hoodie visiblement fatigué. Les coutures en sont usées et quelques trous le parsèment de ci de là. Lui, il s'en balek mais c'est vrai que ça fait un peu négligé. C'est pas qu'il ait vraiment fait attention à ce genre de détails dans sa vie en général et, pour cause, il a toujours été un brin négligé. Lui, ce qui l'intéresse, c'est la capuche en question, parce que c'est parfait pour cacher un visage sans trop attirer l'attention. Et c'est exactement ce dont ils ont besoin ce soir-là pour leur mission du jour. Ils ont besoin de faire le plein de médicaments et de choper des antibio parce que l'un d'eux s'est blessé par mégarde et que la plaie a toutes les chances de s'infecter. Dans ce genre de cas, ils ne peuvent pas vraiment compter sur Xavier, qui en fait déjà beaucoup pour eux, car non seulement ils ne peuvent pas le contacter et que, surtout, leur protecteur ne fait pas plus de miracle qu'eux sans aucune ordonnance. Alors, par mesure de sécurité, ils ont programmé cette mission. Mieux vaut trop d'antibio que pas assez après tout. Puis, ils vont en profiter pour pique une tonne d'anti-moustique (ouais j’ai un truc avec les moustiques han). C'est con mais c'est une vrai plaie ces bestioles dans la jungle et manquerai plus qu'ils choppent le palu ou un truc du genre à cause de ces saloperies. Sans compter que... Bah ça gratte et ça, ça rend fouuuu. Alors ouais, ils ont besoin de faire un petit tour à la pharmacie. Sortir de jour est compliqué, surtout qu'ils ne peuvent pas vraiment aller faire des emplettes en mode tranquillou. C'est plus facile d'attendre le soir pour naviguer dans les rues même si, par contre, c'est plus difficile d'entrer dans les magasins, enfin de toutes manières, ils ne comptent pas vraiment payer leurs achats. Ils n'ont pas le choix s’ils ne veulent pas finir entre les mains de la Garde.

Jean et lui font équipe pour cette fois ci et ça ne le dérange pas le moins du monde. Certes, ils sont ex mais ça ne change rien au fait qu'ils forment un bon duo, surtout qu'ils ne sont vraiment pas restés ensemble bien longtemps. Ce n’était pas le bon moment, déjà parce qu'ils se sont retrouvés ennemis publics numéro un, forcés de se cacher dans la jungle en mode survie extrême, et aussi parce que, au fond, ils avaient encore tous les deux quelqu'un d'autre en tête. C'est con, mais c'est d'être avec Jean qui lui a fait se rendre compte qu'il n'avait d'yeux que pour une seule personne et que, pour toujours, il n'y aurait quelle. C'est un constat plutôt amer sachant que Romy et lui jouent dans des équipes ennemies et irréconciliables l’une de l'autre. Il finira donc sa vie en vieux célibataire, sûrement grognon, en mode « Karl » du film Là-haut. Il cornera sur les scouts et maudira les chiens parce qu'ils mangeront les balles de tennis plantées aux pieds de son déambulateur. Ouais, ça sera le kiffe total cette vie-là, faut juste qu'il sorte de la résistance en vie quoi.

À vrai dire, il ne s'attendait pas le moins du monde à la trouver là, par hasard. Il ne pense pas souvent à elle, parce que baaaaah, c'est Jake et qu’il a vraiment d'autres chats à fouetter pour le coup. De toute façon, il n'a pas besoin de ça pour se souvenir d'elle, de sa fraîcheur, de son caractère de merde, de sa conviction sans fin et de ses longs cheveux blonds. Jean et lui sont déjà sur le chemin du retour, leurs sacs à dos remplis de boîtes de médocs en tout genre. Ils doivent limiter le temps passer dans les rues car chaque seconde augmente le risque de se faire choper. Il faut marcher vite, mais pas trop. Cacher son visage, mais pas trop. Plein de trucs mais pas trop en somme, parce que les rues sont truffées de colabo prêts à les vendre pour la seule raison qu'ils ont peur de l'inconnu, ou qu'ils les haïssent tout simplement, au choix. Quoiqu'il en soit, il ne devrait vraiment pas faire ce qu'il va faire, mais comment pourrait-il en faire autrement ? Romy est là, si près de lui qu'il pourrait en quelques pas la prendre dans ses bras. Il sait pertinemment qu’elle lui manque, mais a généralement le talent de faire passer ce petit rien en arrière-plan de sa vie, mais dans cette situation c'est quelque chose d'impossible. Entendre sa voix, défier son regard farouche, sentir la douceur de sa peau sous ses doigts, goûter à ses lèvres au gout sucré, assister à ses dramas théâtraux, tout son être n'appelle que ça. La raison voudrait pourtant qu'il file sans demander son reste. Mais tant pis pour la raison, il a jamais fait en fonction de toute façon. Il attrape Jean par le bras et lui dit de partir sans lui. C'est complètement contre le système qu'ils ont mis en place, qui veut qu'ils soient tout le temps en binôme lors de mission, mais tant pis pour le système, ça non plus il n’a jamais vraiment fait en fonction de toute façon.

Il se retourne alors et tente de rattraper Romy en accélérant le pas. Jake sait très bien qu’elle l'a vu, la question c'est pourquoi cherche t’elle a le fuir ? Parce que bon, la dernière fois qu'il l'a vue, elle lui a quand même collé une balle dans la jambe après qu'il l'ait sortie d'un mauvais pas alors bon, ça ne vaut pas trop qu’elle boude, elle. Alors oui, il ne comprend pas et aimerait bien savoir de quoi il en retourne. Ça sera sûrement le cas d'ailleurs parce qu'elle se retourne soudainement et lui rentre droit dedans. « Putain fait attention un peu ! » Et voilàààààà, il lui aura fallu 0 minute et 0 seconde pour faire un scandale. Il en lèverait les yeux au ciel s’il n’était pas occupé à regarder tout autour de lui pour s'assurer que personne ne les regarde eux. « Romy... » Il veut ajouter un « Tais-touaaaa ! » mais, comme d'habitude, elle est plus rapide que lui. Romy la dramaqueen a un talent inné dans le genre et elle ne laissera personne lui piquer son drama. « Casse toi Jake...Va retrouver ta... » Ce ne sont que quelques mots mais il comprend tout de suite que ça n'a rien de l'un de ses petits dramas de forte tête d'activiste. Il ne comprend pourtant pas du tout de quoi il en retourne mais chaque chose en son temps. D'abord, faut qu'il s'assure de pas finir en prison. « Romy, calme-toi. » Il pose ses mains sur ses épaules et la traine dans une petite ruelle où ils trouvent un semblant d'intimité. « Putain, tu peux pas pour une fois ne pas attirer l'attention ? » Il regarde derrière lui pour vérifier qu'ils sont vraiment tranquilles. « Je te rappelle qu'on veut ma tête. » Et quand il dit ça, il est mi sérieux, mi inquiet et mi amusé. Oui, trois mi, c'est normal. Il se retourne vers elle et fronce des sourcils tout en enfournant ses mains dans les poches de son hoodie. « De quoi tu parles encore ? » Il croit savoir mais espère vraiment se tromper, sinon il a pas fini d’en entendre parler.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 13 Mar - 15:23




Burn it down

Romy & Jake

Des gens disparaissent tous les jours. Des jeunes filles s’enfuient de chez elle. Des enfants s’éloignent de leurs parents et on ne les revoit jamais. Des femmes au foyer prennent l’argent des courses pour prendre un taxi pour la gare. La plupart de ces disparus finissent par être retrouvé, après tout chaque disparition a son explication. Du moins, en général. Curieux, ce dont on se rappelle, des images et des impressions qui nous accompagnent tout au long des années qui passent. Comme ce moment, où Romy s’était rendu compte qu’elle avait perdu le seul homme à qui elle avait tenu, qu’elle n’avait jamais vécu assez longtemps pour avoir le cran de lui faire comprendre ses sentiments, ce manque qu'il provoquait en elle, cette dépendance que seul lui savait provoquer. Et comment à ce moment précis, elle ne désirait rien de plus au monde que de posséder le cœur du beau blond qui se baladait main dans la main avec cette grande rousse au sourire flamboyant. Elle n’oublierai certainement jamais la sensation qu'elle avait éprouvée à ce moment, les larmes qui avait envahit ses yeux, le souffle qui s'était coupé dans sa gorge alors qu'elle les observait, le bruit qu'avait fait son cœur lorsqu'il s'était brisé en mille morceau. Puis elle avait oublié, elle avait tenté d'effacer ce souvenir désagréable de ses pensées top brumeuses. Elle s'était concentrée sur son boulot, sur ses ambitions à monter en grade au sein de l'organisation de la pieuvre. Elle ne vivait que pour ça, n'hésitant pas à aller sur le terrain à se mettre en danger, à chercher les poussées d'adrénalines. Pourtant cette vision la hantait encore parfois, l'obligeant à s'occuper encore et toujours plus l'esprit, jusqu'à tomber d'épuisement. Il y avait des blessures qui ne guérissait jamais, celle que Jake avait ouverte en faisait indéniablement partie. Alors le fait de le revoir, là, maintenant après des mois sans nouvelles. Le fait de le revoir alors qu'elle le savait recherché, qu'elle le pensait disparu, voir mort et qui plus est encore avec cette... Femme. C'était de trop. Beaucoup trop pour elle et pourtant Romy était Romy. C'est pourquoi la belle affronta Jake, plongeant son regard dans le sien. Lui faisant face avec une certaine férocité. Elle était en colère et elle voulait que Jake le sache, le comprenne. Elle voulait qu'il ai mal comme elle avait mal, tout simplement.

Le chaos. Le Néant. L’esprit dérangé de la belle blonde se fondait dans un brouillard spectral. L’Apocalypse avait tout rasé, exterminé, ne laissant aucun survivant. Si ! Il y en avait un. Une petite fleur blanche à la tige doré tenait encore debout au milieu de ce désert. Elle n’avait pas besoin d’eau ou de soleil pour vivre, sa seule nourriture avait un autre goût et nom. Sa nourriture s’appelait espoir.  L'espoir. Un faible espoir pour lui, pour elle, pour eux. Voilà ce qui l'empêchait de hurler haut et fort que deux émergés, deux des onze se trouvaient là, voilà ce qui l’empêchait d'envoyer un tweet au whisperer. Voilà ce qui l'empêchait littéralement de péter les plombs. Les mains tremblantes elle débitait un flot de paroles incompréhensible, ne finissant pas ses phrases, laissant de gros sous entendus en suspens. De toutes évidences elle n'arrivait pas à prononcer ces mots qui lui bruler la gorge. Elle voulait l'insulter de connard, lui foutre une gifle à lui en faire tourner la tête, elle voulait frapper de ses petits poings contre sa poitrine et lui dire de disparaitre. Elle voulait qu'il la laisse panser ses blessures et vivre sa vie comme elle le souhaitait, pourtant elle n'en fit rien. Tout. Tout chez lui l'appeler. Son air exaspéré, sa voix rauque, son regard, sa peau, son parfum. Absolument tout. Romy... elle ne lui laisse pas le temps d'enchainer. Romy en bonne dramaturge exprime sa haine et son désarroi sans prendre le temps de l'écouter, ni même vérifier qu'elle n'attire pas l'attention sur eux, elle s'en fiche tout bonnement. Romy, calme-toi. le contact de ses mains sur ses épaules la fait sursauter. Elle arrête son monologue, interloquée par ce geste. Voilà bien longtemps que Jake n'a pas posé ses mains sur elle et contre tout attente la blondinette se détend quelque peu, juste le temps pour l'ancien garde rouge de l'attirer dans une ruelle beaucoup plus calme.  Putain, tu peux pas pour une fois ne pas attirer l'attention ? Il jette un œil derrière lui tandis que Romy tape du pied avec impatience. Je te rappelle qu'on veut ma tête. Elle pince les lèvres et tourne la tête comme une enfant qui boude. Elle est vexée et ne s'en cache absolument pas. Elle fronce les sourcils et croise les bras sur sa poitrine essayant de déceler l'expression du résistant sans y parvenir. De quoi tu parles encore ? elle ouvre la bouche en grand, formant un "o" choquée. Il se fout de sa pomme là ? Comme si il ne savait pas. Ses bras tombent ballants le long de son corps le temps que le choc passe. La machine ne tarde pas à se mettre en route. Ses petits poings se serre et le rouge ne tarde pas à inonder son visage. Oh pauvre Jake. De quoi est-ce que je parle Jake ? Non mais tu me prends pour une idiote ? Je parle de ... Je parle de.. sa voix se brise, les mots ne veulent pas sortir alors que les images de l'Ultimate Festival refont surface. Elle se mord la lèvre inférieure aussi fort que possible. Ne veut pas craquer mais bien vite les larmes inondent ses yeux et ses mains viennent s'écraser sur le torse de Jake pour le pousser Je t'ai vu avec elle. Je t'ai vu au festival avec elle alors que quelques semaines plus tôt... Ce baiser. C'était une erreur hein ? C'est ça ? T'es un connard Jake. ses paumes claques à nouveau sur son torse, le faisant bouger à peine. Je t'ai vu te pavaner avec cette rouquine putain... Je t'ai vu la tenir dans tes bras comme tu ne l'a jamais fait avec moi ! elle hurle cette fois. Se recule à bout de souffle. Sa main lui pique légèrement. Oui, elle repense à ce jour où elle a elle aussi entendu cette voix dans sa tête et où elle a fait le choix de ne pas les suivrent à l'église abandonnée d'Emmann, où elle a fait le choix de s'éloigner de Jake et de leur histoire. Encore une fois.

by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 28 Juil - 19:48
Burn it down
Romy et Jake

Il voit sa tête et il comprend tout de suite que ses doutes sont avérés. Non, il n’a pas fini d’en entendre parler et, d’un côté, Jake doit avouer qu’il le mérite. Romy est l’amour de sa vie. Oui, si peu. S’il en doutait avant, il l’a su en en étant justement, pour quelques semaines, avec Jean. Ils avaient beau avoir un lien un peu particulier, elle ne sera jamais Romy. Cette magnifique blonde qui a le don de le rendre dingue, à tous les niveaux. S’il voulait être honnête, il avouerait qu’il le savait déjà, que personne ne pourrait la remplacer. Il a voulu y croire pour la simple et bonne raison qu’il l’a définitivement perdue. Oui, c’est de sa faute, et aussi de la sienne à elle, parce qu’elle ne le laisse jamais en placer une, et qu’il n’a jamais eu l’occasion de lui avouer être un traitre à la garde. A quoi bon de toutes manières ? Il ne peut pas être avec elle. Parce qu’elle, elle est belle et bien de l’Hydre. Même à cet instant, il se demande ce qu’il fout là à lui parler. Il aurait dû la rayer de sa vie. La vérité est qu’il ne pourra jamais s’y résoudre entièrement.

C’est pour ça qu’ici, devant elle qui se met dans tous ses états, il se sent un peu coupable. Il aurait préféré qu’elle ne le sache pas, pour ne pas la blesser et pour préserver un peu de cette idylle qui a été la leur. Certes rien n’est jamais parfait entre eux. Ils passent le plus clair de leur temps à se chamailler pour des broutilles, mais leur amour est de ceux, passionnels, qui sont d’autant plus forts qu’ils sont complexes. Trop complexes surement. Les amours passionnels sont aussi de ceux qui nous réduisent à néant, qui nous écrabouillent le cœur et nous laissent finalement seuls, en morceaux. C’est le début de la fin, ou alors juste la suite d’une lente agonie. Elle lui en veut, il le voit et il ne va pas tarder à l’entendre. « De quoi est-ce que je parle Jake ? Non mais tu me prends pour une idiote ? Je parle de ... Je parle de… » Oui, c’est sûr, il est fichu. Jake perd un peu de son assurance alors que la blonde, rouge de rage, poursuit. Il voit alors qu’elle pleure et ça, ça le désarme totalement. Certes Romy est une dramaqueen de renom, mais il ne l’a jamais faite pleurer. Elle l’a déjà engueulé pour dix mille raisons, bonnes ou mauvaises, mais il n’a jamais été la cause de ses larmes. Il n’aurait jamais pensé pouvoir l’être à vrai dire. Elle le pousse ce qui n’a pas vraiment l’effet escompté. Quoi que ce geste est surement plus symbolique qu’autre chose. Il ne fait rien pour l’en empêcher. « Je t'ai vu avec elle. Je t'ai vu au festival avec elle alors que quelques semaines plus tôt... Ce baiser. C'était une erreur hein ? C'est ça ? T'es un connard Jake. » Et sur ce, elle le pousse à nouveau mais il reste là, stoïque, un peu abasourdi. « Je t'ai vu te pavaner avec cette rouquine putain... Je t'ai vu la tenir dans tes bras comme tu ne l'as jamais fait avec moi ! » Man, pour une fois, il ne peut même pas mettre ça sur le dos de son don pour le drama.

Il la regarde sans savoir quoi dire au début. Il a envie de la prendre dans ses bras, non pas comme il le faisait avec Jean mais comme il l’a fait avec elle tant de fois qu’elle semble oublié. Certes, il n’a jamais été des plus démonstratifs, mais il sait avoir des gestes tendres et elle le sait très bien. La voir comme ça renforce sa culpabilité mais, d’un autre côté, il trouve ça affreusement injuste. Cruellement injuste. Lui, il aurait pu passer sa vie à ses côtés, si seulement ils avaient été moins cons. Si seulement elle le laissait parler de temps en temps. Si seulement elle n’avait pas choisi un autre camp que le sien. Et quand il se dit ça, ça l’énerve. Contre lui, contre elle, contre eux, le couple le plus débile de tous les temps, le seul qui fasse passer des idéaux avant lui-même. Oui, il s’énerve, peut-être pas à juste titre mais il a bien le droit de l’ouvrir pour une fois. « Attends, tu me fais vraiment une crise de jalousie là ? Vraiment ? » Il la regarde, incrédule. C’est lui qui devrait faire une scène et d’ailleurs, peut être que, pour une fois, il va le faire, lui qui n’est pas du genre à parler beaucoup en général. « Je te rappelle que c’est toi qui m’a laissé comme une merde Romy ! » Ses mots claquent durement dans l’air. Mais Jake ne s’arrête pas là. Il en a trop sur le cœur et il s’en rend compte maintenant. Elle a le droit d’être blessée et de lui en vouloir, mais lui aussi lui en veut pour ce qu’elle leur a fait. Elle est injuste, terriblement injuste, de lui en vouloir pour tenter de vivre sans elle comme elle le lui a elle-même imposé. « Tu t’attendais à quoi ? A ce que j’attende que tu arrêtes tes délires avec Hydra peut-être ? » Il la regarde droit dans les yeux, attendant une réponse. Sauf qu’il n’a pas besoin de ça, il sait très bien ce qu’il en est. Elle et lui sont pareils. C’est pour ça qu’ils se sont tellement aimés et qu’ils s’aiment encore, ils ont la force de leurs convictions et rien ne les fait flancher. Même pas elle. Même pas lui.

Il se masse le front, soudainement en proie à un mal de tête comme il en a parfois. Romy n’est pas pour aider son cas avec ses reproches mais ils doivent avoir cette conversation. Jake le sait. C’est avec un ton fataliste qu’il continue alors. « On sait tous les deux que ça arrivera jamais… » Il est aussi injuste qu’elle, parce qu’il ne peut pas s’empêcher d’ajouter le pire, ce qu’il n’aurait jamais osé dire dans d’autres circonstances. Mais à quoi bon ? Tout est fini entre eux. « Si on est plus ensemble, c’est à cause de toi et de tes choix à la con. » A cause d’Hydra. Elle a choisi son camp et malheureusement, elle ne peut pas tout avoir. Lui ou Hydra ? Le choix ne s’est jamais posé et il ne se posera pas. Il lui a piétiné le cœur, elle a brisé le sien. Ils ne peuvent s’aimer que comme ça, avec cette passion dévorante à la con, de celles qui vous laissent là, face à face, dans une ruelle pourrie, à constater les dégâts. Il n’y a plus d’eux.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Burn It Down + JAMY
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: