RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ça flirte pendant que ça se frite # Nessa
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 5 Fév - 21:26


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
Il ne l'avait pas vu venir. Mais genre, vraiment pas. Certes ils flirtaient ensemble et Aaron n'était pas insensible à la jolie étudiante, mais il n'aurait jamais pensé qu'elle ferait le premier pas si vite. Leur monde était hélas trop dissemblable. Lui vivait dans le côté illégale, sortait de prison et avait du sang sur les mains, tandis que la miss menait une vie tout à fait ordinaire et qu'elle se promettait à une belle carrière pour soigner les animaux. Et puis il y avait cette différence d'âge... Difficile de ne pas la remarquer, et plus encore de l'occulter. D'ailleurs, s'il s'en tenait à sa raison, il devrait simplement faire marche arrière pour ne pas qu'Ernessa ne s'attache à lui encore plus et ne finisse par en souffrir. Sauf que voilà, Aaron n'arrivait pas à penser à autre chose qu'à ce baiser volé. Il y avait songé toute la journée, incapable de faire autre chose que se poser devant la télé. Il ne savait absolument pas comment il devait réagir, et ce n'était pas à Nicholas qu'il allait demander des conseils. Il avait assez de souci comme ça, et se remettait à peine de sa rupture. Quand même... c'est souvent que ça lui arrivait que c'était les nanas qui lui sautaient dessus avant qu'il n'ait eu le temps de se demander s'il allait franchir le premier pas ou non. Sans qu'il ne s'en rende compte ni qu'il y prête attention, Aaron était plutôt populaire auprès des femmes. Quelque part, ça le laissait perplexe,, lui qui ne faisait rien pour. Mais il n'allait pas s'en plaindre et surtout pas avec Ernessa. Ce petit bout de femme au fort tempérament avait fracassé la porte de sa vie, puis avait décidé d'y rester. Ça aurait dû le déranger, mais la jeune femme n'était pas comme les autres et il avait succombé à son sourire et aux blessures qu'il cachait. Alors en dépit de tous ses doutes et de tout ce qui les  séparait, Aaron décida de tenter le coup, si jamais rien n'avait changé entre eux d'ici qu'il vienne la chercher. Il n'était pas très causant, ni très tactile, mais il possédait un autre charme qui capturait généralement le cœur de ses amantes avec intensité. Quoi que la vétérinaire ait discerné en lui, il avait tendance à se dire que c'était peut-être ce côté-là qui l'avait attiré dès leur première rencontre. Regardant finalement l'heure, Aaron se leva, caressa Orion qui dormait à côté de lui sur le canapé et mit sa veste en cuir. « J'ai une course à faire. Je rentrerai peut-être tard. » lança-t-il à son frère pour le prévenir. Ces sorties inattendues étaient devenues courantes maintenant qu'il rebossait avec Hydra. Mais Aaron savait cependant qu'il ne pourrait pas garder ce secret longtemps. Nicholas le connaissait parfaitement bien, et il avait bien le droit de savoir avec qui son frère passait son temps lorsqu'il l'abandonnait dans l'appartement. De toute façon, les jumeaux étaient venus en lot. Impossible d'avoir le premier sans accepter le second. En attendant, son premier cours (et rencard ?) n'allait pas tarder à sortir du boulot.

Comme promis, fidèle à lui-même, Aaron arriva en moto. Il enleva son casque et attendit sur le parking, près de la porte de sortie. Son esprit était embrouillé, ne sachant toujours pas comment il devait réagir. S'attendait-elle d'ailleurs à ce qu'il ait une réaction en particulier ? Le problème c'est que Aaron ne savait et ne voulait pas être quelqu'un d'autre. S'il avait bien horreur d'une chose, c'était bien qu'on lui force la main. Et en l'occurrence, il ne voulait pas aller trop vite avec Ernessa. Il était peut-être un voleur, un assassin et un hors-la-loi sous (presque) toutes ses formes, il n'empêche que Aaron n'était pas un salaud profiteur. Et il tenait suffisamment à la miss pour prendre son temps, pour apprendre à la connaitre et la laisser l'apprivoiser. Finalement, au lieu de se torturer l'esprit, il décida de simplement être lui-même et de voir où ça les emmènerait. Lorsque la porte s'ouvrit sur sa poupée de porcelaine, Aaron l'accueillit avec son sourire en coin habituel. « Re-salut miss. Alors cette journée ? » demanda-t-il, attendant de voir comment elle allait réagir. Après tout, elle avait peut-être changer d'idée depuis ce matin. Elle-aussi avait eu toute la journée pour réfléchir à ce couple atypique qu'ils formeraient si jamais ils décidaient d'effectivement passer ce cap.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 13 Fév - 21:17

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

J'étais dingue de Aaron! je l'avais connus dans des circonstances assez douteuses, mais c'est ce qui avait déclenché le fait que j'étais folle de lui. Distant, mystérieux, un regard noir ( enfin ce regard noir je le vois surtout comme sexy ), bagarreur, pas le genre à se laisser faire, vivre dans un petit appartement dans un quartier qui n'inspire pas confiance ... Bon d'accord, je suis folle, seulement il était différent des autres ... Aaron m'a regardé comme une personne sans aucun défaut, je n'ai reçu aucune remarque sur le fait que je sois albinos, bien au contraire, celui-ci en avait que faire ... J'avais tellement l'habitude à voir des réactions dans le genre, recul, dégoût, peur, que je n'étais plus habitué à voir une personne n'avoir aucune réaction sur cette particularité. J'ai souvent été jugé, insulté, lui non, bien au contraire, il m'avait même dit que ça me donné du charme, évidemment j'avais crus qu'il se moqué de moi, mais non ... Aaron était sincère, et ça m'avait fait chaud au coeur. Nous avions passé la soirée et la nuit ensemble (enfin la nuit est un grand mot, disons qu'ont étaient tellement ivres, qu'ils m'avaient prêté son lit), le lendemain matin je lui avais apporté le petit déjeuner, j'étais vraiment sur un petit nuage, puis ont avaient à nouveau discuter, jusqu'à ce que je lui donne mon numéro, puis plus de nouvelle. Bien sur je savais qu'il avait des problèmes familiaux, il avait été séparé de son frère jumeau ... Il y avait eu à nouveau une rafle, Loki avait fini en quarantaine, j'avais eu davantage de travail ... Je n'avais pas oublié le beau blond pour autant, mais je me doutais qu'il avait des autres occupations ... Sans oublier notre différence d'âge, mais au moins j'avais pus rêver, m'évader, j'avais eu aussi l'occasion de rencontrer une personne unique. Puis voilà qu'aujourd'hui Aaron était venu me voir sur mon lieu de travail, il n'avait que des bonnes nouvelles, il avait retrouvé son frère, et il était toujours d'accord pour me donner des cours de défense. Je mettais retenu de rire devant son pretexte pour venir me voir, il avait pris le chaton de son frère pour une visite médical ... Le chaton allé parfaitement bien et c'était un véritable amour, encore une fois avec son air de bad boy, Aaron avait un grand coeur. Alors que j'avais passé la journée à travailler, enfin je pus préparer mes affaires pour rejoindre Aaron, d'ailleurs en parlant de lui, j'entendis un gros bruit de moteur, me dirigeant vers la fenêtre, j'aperçus Aaron sur sa moto. Toute souriante, je pris mes affaires courant à l'extérieur pour y retrouver Aaron. Celui-ci avait retiré son casque et de suite je lui offris une étreinte.

-C'était une super journée et toi ? Tu as eu une bonne journée ?
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 3 Mar - 10:31


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
Fidèle à elle-même et n'ayant visiblement pas changé d'avis, Ernessa arriva avec un grand sourire rayonnant aux lèvres et l'enlaça avant de répondre à sa question. « C'était une super journée et toi ? Tu as eu une bonne journée ? » De toute évidence, non seulement elle ne regrettait pas ce qui s'était passé ce matin, mais en plus elle attendant avec impatience ce premier cours d'auto-défense (ou de passer du temps avec lui ? Ou les deux ?). Et là, qui sait ce qu'il s'y passerait maintenant qu'une première barrière avait été franchie. Parce que Aaron avait beau être plus âgé, il avait toujours conservé un tempérament jeune, de celui qu'il avait acquis entre ses vingt et ses trente ans. Maints de ces amis voyous s'étaient posés, avaient une nana et des gosses. Mais pas lui. Certes il avait été en prison, mais même sans cela, sa relation fusionnelle avec son jumeau lui avait toujours suffi. Tant qu'il était avec Nicholas, le reste du monde pouvait bien brûlé, ça lui était égal. Et puis voilà que ce petit bout de femme avait débarqué dans sa vie. Dynamique, bavarde, même sans-gêne si on considérait qu'elle avait piqué le portable du type qui avait dû trainer un bon moment dans la ruelle après s'être pris un coup de taser. Ernessa était différente des femmes qu'il avait croisé. Elle ne cherchait pas à l'impressionner ou à attirer son attention. Elle était simplement elle, avec son caractère de mignonne petite fonceuse aux regards malicieux. Et puis elle n'avait pas eu peur de lui confier ses faiblesses, et encore moins de le suivre jusque chez lui. Là encore, elle l'avait fait de manière naturelle et non pas en espérant tirer quelque chose de lui. C'était dangereux cela dit, mais Aaron se disait de plus en plus qu'elle était capable de lire dans le cœur des gens et de déduire qui ils étaient réellement. Or Aaron avait peut-être beaucoup de sang sur les mains, mais il était paradoxalement quelqu'un qui ne faisait pas de mal gratuitement. D'ailleurs le blond ne se considérait pas spécialement comme une personne violente. Tant qu'on le laissait tranquille, il était l'homme le plus sympathique du monde. Que l'étudiante l'ait compris ou simplement qu'elle aimait flirter avec le danger, cette journée et plus particulièrement cette soirée allaient laisser une emprunte dans leur vie à tous les deux. « Tranquille au possible. » répondit-il, fidèle à lui-même en ne commentant pas avec plus de mot que nécessaire ce qu'il pensait. Parfois, c'était à se demander si on avait pas oublié de prendre l'option communication à sa naissance. Puis il lui tendit son casque de moto, et la laissa prendre place à l'arrière avant de démarrer.

Prenant la route qui conduisait dans les quartiers commerciaux et défavorisés de l'île, Aaron s'arrêtait devant ce qui ressemblait à un hangar. L'endroit était désert, en retrait, comme coupé du reste du monde. Se garant non loin d'une entrée à porte blindée, il descendit de moto tout en jetant un coup d’œil à la réaction d'Ernessa. En toute honnêteté, si la nuit serait déjà tombée, cet endroit ficherait une trouille de tous les diables. Déjà que sans ça c'était d'un silence de mort troublant... Mais Aaron n'avait pas choisi ce lieu loin de tout pour lui faire peur. Il l'avait choisi parce qu'il savait qu'ils seraient tranquilles, que personne ne viendrait les embêter. Et puis il l'avait quelque peu aménagé pour que la miss ait des mise en situation. Il verrait ainsi ses réactions instinctives et pourrait l'aider à savoir comment faire face efficacement. « Toujours partante ? Promis, je ne vais te découper dès que tu auras franchi la porte. » affirma-t-il avec sa moue en coin. Il saisit ensuite le code sur le pavé numérique et tira sur la porte dès qu'un clic se fit entendre. « Après toi miss. » Une fois entrés à l'intérieur, Aaron laissa la lourde porte se refermer sous son propre poids et actionna l'interrupteur. Entre des caisses et des rangées d'un matériel que personne n'avait besoin de connaître, le trentenaire avait aménagé un espace avec des mannequins et une sorte de ring. En retrait et comme à son habitude, il observa avec attention les réactions de sa jolie poupée de porcelaine. « Tu as prévu une tenue pour t'entrainer ? » s'enquit-il après un moment, son regard toujours posé sur elle. Depuis qu'ils étaient entrés, Aaron ne l'avait pas lâché des yeux.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 27 Mar - 16:05

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

Ernessa tu es complètement folle! oui et fière de l'être! cet homme avait peut-être plus de la trentaine, je me moquais de son âge, j'étais juste folle de lui, puis je me sentais aussi en sécurité avec Aaron et aimé, pas comme une grande soeur va aimer sa petite soeur, non, je ressentais vraiment autre pour Aaron, ce n'était pas que de l'amitié. Alors oui, j'emm*rde la différence d'âge et je fonce! alors que celui-ci venait de me demander si j'avais passé une bonne journée, de suite je lui répondis qu'elle avait été excellente, par automatisme je vins à lui retourner à la question, et comme à son habitude, Aaron garda un peu de mystère ce qui me fit sourire. Comparé à moi il était bien plus calme, et justement, j'avais besoin de ce calme, j'étais bien trop vif et extravertie, mais de son côté, ça ne douvait pas lui faire de mal d'avoir quelqu'un de bavard dans les jambes, pensais-je malicieusement. Pui il me donna son casque de moto, j'eu un sourire en coin, enfilant celui-ci, Aaron m'aidant avec les réglages, pour bien attacher celui-ci. Je montais à l'arrière, m'accrochant bien à Aaron pour ne pas tomber, lorsqu'il démarra la moto, je fus comme sur un nuage, jamais je n'aurais voulut que ce voyage ne s'arrête, j'étais tellement bien contre lui, je ne pourrais supporter qu'on me l'arrache. Je n'avais même pas regarder le paysage, j'étais bien trop occupé à rêver contre mon beau brun. Lorsqu'il s'arrêta, je descendis de la moto, retirant le casque, puis découvrant les lieux. Nous étions à côté de ce qui pouvait ressembler un hangar, au loin je pouvais voir un quartier défavoriser, honnêtement, je n'étais pas vraiment étonné de me retrouver dans ce genre d'endroit. Alors qu'il me dit "toujours partante", je lui offris un clin d'oeil, celui-ci voulant dire que j'étais même plus que partante. Puis je le donnais une petite tape sur le bras, lorsqu'il me dit qu'il n'allait pas me découper.

-J'en doute pas, par contre méfie toi de moi


Dis-je avec un léger rire tout en entrant dans le hangar. Alors qu'il alluma les lumières, je pus voir qu'il avait vraiment tout amménagé.

-Ouahou cool! classe même!

Si j'avais une tenue pour me changer ?

-Ah oui dans mon sac, j'ai pris un leggings et un top, tu sais ou je pourrais me changer ?
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 26 Avr - 10:28


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
L'aventure était lancée, et il n'y avais plus possibilité de revenir en arrière. Ernessa avait son choix, lui-aussi, et il était donc temps de passer à la suite, histoire de voir où toute cette folie allait les mener. Pour le moment, la route les conduisit surtout jusque dans un quartier défavorisé bien connu d'Aaron. Il y avait grandi, y avait erré, y avait fait beaucoup de bêtises et c'était aussi ici qu'il avait commencé ses petits larcins qui l'avaient finalement fait remarqué par Hydra. Il connaissait donc les environs comme sa poche, même si certaines rues avaient du changer depuis son incarcération. Mais pas ce hangar. Sous contrôle d'Hydra et servant de dépôts à toutes sortes de trafics, Aaron y avait aménagé un espace pour s'entrainer efficacement, comme le lui avait demandé la vétérinaire. Bien sûr, il aurait pu faire plus simple, se prendre moins la tête. Mais disons que c'était sa manière à lui de montrer qu'il s'intéressait à la petite boule d'énergie au sourire enjoliveur. Pas spécialement romantique, n'ayant jamais eu de vrai relation, Aaron agissait à l'instinct et... tant pis si ça ne marchait pas. Il ne pouvait de toute façon pas être autre chose que lui-même. Par contre, s'il n'était pas le type le plus romantique du monde, Aaron avait beaucoup d'humour, même si c'était essentiellement de l'humour noire et du cynisme. Ainsi, il se permit de taquiner la jeune femme en lui promettant de ne pas la découper comme dans un films d'horreur, bien que l'endroit pouvait s'y prêter et y ressembler. « J'en doute pas, par contre méfie-toi de moi. » répliqua-t-elle en riant. Sa bonne humeur attira un sourire sur les lèvres du faussaire, et il sentit qu'avec elle, il n'avait pas fini de se sentir différent. Lui d'habitude si linéaire et se fichant de tout et de tout le monde ressentait comme une aura de sérénité s'emparer lui lorsque Ernessa était à ses côtés. C'était à la fois déstabilisant et terriblement addictif.

Laissant finalement Ernessa entrer dans l'immense espace, Aaron ferma derrière lui. La réaction de la miss ne se fit pas attendre. « Ouahou cool ! Classe même ! » Ce qui fit plaisir au beau blond, heureux de voir qu'il ne s'était pas bagarré avec les caisses et à tout mettre en place pour rien. Cependant il ne s'attarda pas dessus et lui demanda plutôt si elle avait pensé à prendre des vêtements de rechange pour ce premier cours d'auto-défense. « Ah oui dans mon sac, j'ai pris un leggings et un top, tu sais où je pourrais me changer ? » Effectivement, Aaron n'avait pas vraiment pensé à ça. Comme c'était un entrepôt, le hangar ne comportait pas de vestiaire. Mais bon, ce n'était pas très grave. L'endroit était grand, ce n'était pas les cachettes qui manquaient. « Tu peux aller derrière ces caisses si tu veux. » fit-il en lui désignant les grosses caisses en bois derrière elle. Elles étaient suffisamment grandes et larges pour dissimuler Ernessa toute entière. « Je t'attends là, je ne bouge pas. » Aaron enleva son blouson de cuir qu'il suspendit sur une patère improvisé, se retrouvant en tee-shirt noir près du corps. Il s'avança ensuite au milieu du complexe sportif installé et s'allongea près du sac de sable, les mains derrière la tête. Jamais il ne se lassait de la solitude et de la tranquillité. Certes, il n'était pas seul, l'étudiante était en train de se changer à quelques mètres de lui, mais disons que seul au plein sens du terme ou pas, tant qu'on ne l'embêtait pas et qu'on ne l'obligeait pas à faire ce dont il n'avait pas envie, il se sentait bien, tout simplement.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 9 Mai - 18:31

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

Parfois j'avais l'impression de ne pas avoir 19 ans ... Il m'arrivait d'avoir cette "sensation" d'avoir davantage de vécus, comme ci j'avais accompli beaucoup de chose dans ma vie, alors qu'en faite, je restais qu'une simple étudiante et infirmière vétérinaire, parfois serveuse au cabaret d'Idunn pour y aider Loki, puis y retrouver ma soeur. J'ai toujours été du genre très sociable, je m'entends avec tout le monde, après avec mon physique de "albinos" ou "rat de laboratoire" pour certains, je sais que je peux être facilement rejeter, surtout par les plus jeunes quoi que ... ça dépends des caractère ... Bref, je n'ai jamais été vraiment populaire ... Je m'entends surtout avec les adultes, c'est peut être aussi pour ça, que j'ai cette sensation d'être plus âgé ... Après c'est tout de même une théorie assez étrange, mais une chose est sur, depuis que j'ai rencontré Aaron, malgré cette différence d'âge, bien je suis très bien avec lui. Il m'arrivait aussi de rêver une autre vie, une vie ou j'avais eu une longue enfance et adolescence ... Le temps passé de façon différente ... Je pouvais aussi pratiquer la magie, plus exactement, la nécromancie ... C'est tout de même étrange ce genre de rêve et ça semble tellement réelle ... En même temps, je déborde d'imagine. Pour en revenir au présent, ce soir j'allais m'entraîner au combat avec le beau blond. Je venais de profiter d'une excellente balade en moto, bon d'accord ... Ce n'était pas une balade, ont avaient surtout fait la route ensemble, pour arriver à destination, enfin pour moi ça avait été comme une promenade. A présent, j'étais seule avec lui et j'allais pouvoir à nouveau profiter de sa présence, continuant de le taquiner, puis Aaron restant toujours fidèle à lui même, toujours aussi sarcastique, assez charmeur, ce rendait-il compte à quel point il était à tomber ? Alors que je regardais la salle d'entraînement, à présent je n'avais qu'une hâte, commencer la leçon. D'ailleurs avant de commencer la leçon, je parti me changer, me cachant derrière des caisses, celles que Aaron m'avait montré. Alors que je me retrouvais derrière des caisses à changer de tenue, j'enfilais un jogging fin noir et un top très coloré. Enfilant des baskets, je rejoignis ensuite Aaron tout sourire, des étoiles pleins les yeux. Je n'étais pas dans un palais, ni même dans un sublime restaurant, bien sur que non, mais rien que la présence de Aaron suffisait à me rendre heureuse. M'approchant de lui, je croisais les bras, un petit sourire en coin.

-Alors, ont fait une séance d'échauffement ? Normalement il faut toujours s'échauffer avant de faire du sport, alors course ? Gym ?

Une petite séance de gym, voir d'étirement j'étais loin d'être contre, mais peut-être que Aaron avait une autre méthode ? Ce soir c'était lui mon professeur de sport!  
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 24 Mai - 19:42


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
Allongé sur le tapis de sol pendant qu'Ernessa se changeait derrière les caisses, Aaron réalisait vaguement l'étrangeté de la situation. En même temps, il vivait tellement de trucs bizarres ces derniers temps que c'était à ça qu'était en train de ressembler la nouvelle normalité de sa vie. Cependant, il n'eut pas vraiment le temps de se perdre dans ses pensées car la miss ne mit guère longtemps à se changer. Toujours aussi énergique, son dynamisme contrastait avec l'attitude nonchalante du trentenaire. « Alors, on fait une séance d'échauffement ? Normalement il faut toujours s'échauffer avant de faire du sport. Alors course ? Gym ? » s'enquit-elle en approchant de lui, tandis qu'Aaron restait allongé, se contentant simplement de relever la tête en s'appuyant sur ses coudes. « Ben écoute, fais-toi plaisir. Fais ce que tu veux. » répondit-il à la miss qui s'y connaissait visiblement mieux que lui. Ernessa était une véritable pile électrique, et pire encore. Et lorsqu'il lui avait proposé des cours, Aaron n'avait pas réellement envisagé de tenir parole, et encore moins de s'improviser professeur. Pour quelqu'un qui avait séché presque tous les cours et qui avait détesté l'école, c'était un comble. Penchant ensuite légèrement la tête de côté, Aaron observa la jeune femme. Elle l'intriguait vraiment. Et s'il ignorait où cette aventure qui sortait des sentiers battus allait les mener, il était prêt à la vivre sans retenue, sa curiosité prenant clairement le dessus sur le reste. « Je sais que je t'ai dis que je te donnerai des cours de défense, mais tu te doutes bien que j'ai pas appris à me battre en prenant des cours le soir avec un gentil prof que mes parents m'auraient payé. Aussi, ce que je pourrais t'apprendre n'aura sans doute pas grand chose à voir avec ce que tu apprendrais avec un prof d'arts-martiaux ou de Krav Maga. Moi ce que je connais c'est les combats de rue. » Aaron ne cherchait pas à décourager Ernessa ou à lui saper sa bonne humeur. Il voulait simplement être honnête dès le départ, d'autant que la miss lui donnait l'impression qu'elle en attendait beaucoup de lui, bien plus qu'il ne pourrait jamais lui donner. Sauf que ayant été élevé dans l'école de la rue, il avait appris à survivre grâce à son instinct animal, et pas en suivant le code moral des personnes normales. Sa technique relèverait donc de la furie assassine d'un l'animal cherchant à survivre, et non pas de règles loyales prédéfinies entre humains civilisés. « Mais sinon, oui, on peut s'entrainer. Je pense que le mieux sera de travailler la cardio et de faire des étirements. » Aaron n'ayant pas pris de quoi se changer, il se contenta de se lever et de prendre une corde en chanvre qu'il utilisa en guise de corde à sauter. « J'étais imbattable à la cours de récré. J'en ai fais pleurer des filles... » lança-t-il avec ironie, avant de s'esclaffer. Plus sérieusement, rien ne valait une bonne corde à sauter pour faire travailler sa cardio, parole de boxeur. Et c'est ainsi que, en dépit du temps que Aaron passait à fumer et à picoler, Ernessa put se rendre compte qu'il avait un cœur encore très résistant. « Tu me diras quant tu voudras passer aux choses sérieuses, on commencera par l'esquive. » la prévint-il une fois qu'il eut poser la corde pour passer aux étirements. Alala, il était vraiment en train de faire ça ? C'est Nicholas qui se ficherait de sa tronche s'il le voyait en train de faire de la gym. Sûr qu'il lui demandait s'il ne voulait pas le justaucorps qui va avec... Dans quoi est-ce qu'il s'était encore embarqué ? Il serait tellement mieux accoudés au bar... Oui mais, en croisant le regard de Nessa, il en oublia le reste. Parce que, pour une raison ou pour une autre, il y avait un truc chez cette gamine qui l'attirait inexorablement, et lui faisait se bouger l'arrière-train.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 16 Juin - 12:38

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

Ayant hâte de débuter cette séance de sport (pas de sous-entendu merci) avec Aaron, de suite j'allais vers lui, lui demandant si ont devaient débuter par une séance de gym. Il est vrai que je fais déjà pas mal de sport, je suis tellement du genre hyperactive, sans oublier que faire du sport, m'aide à évacuer mon trop plein de colère. Le sport n'est pas du tout une corvée pour moi, je sais que ça l'est pour certaine personne, mais pas pour moi. Souriante, j'attendais les ordres de Aaron, lorsque celui-ci me dit de faire ce que je voulais ... Sur le coup j'étais assez hébété, avant de hausser les épaules, puis commençant une séance d'étirement. Pendant que je m'échauffais à ma façon, Aaron repris la parole, m'expliquant un peu comment il avait appris à se battre, disons que je n'étais guère étonné. J'avais un peu de mal, voir beaucoup de mal, à voir Aaron écouter les ordres de quelqu'un, d'ailleurs j'avais aussi beaucoup de mal à le voir entant qu'élève à l'école ... Stoppant mon échauffement, je pris le temps de regarder celui-ci. Aaron n'était pas comme les autres, je pouvais lire sur son visage et sur sa façon de se tenir, qu'il avait eu un passé difficile ... Son regard n'était pas aussi pétillant que celui de Thor par exemple, je pouvais y lire de la tristesse sans oublier de la force, comme ci il en avait déjà trop vue. Je n'avais qu'une envie, lui faire un câlin, seulement je savais que c'était loin d'être le moment, puis vue son caractère, il n'était pas du genre à apprécier les câlins ... Après tout dépendant de la situation. Aaron ne m'avait jamais parler de son passé ... Encore une fois je doute que se soit le bon moment pour en parler. Puis lorsque celui-ci repris à nouveau la parole, je lui offris un sourire.

-Tu n'a pas à t'expliquer Aaron, je me doute que ... Disons que ça n'a pas était facile pour toi ...


Je repris mes étirements, assez mal à l'aise pour le coup. C'est la que Aaron me parla de "récréation", à nouveau j'eu un sourire. J'imaginais bien Aaron faire des misères aux autres élèves ... D'ailleurs peut-être que j'en aurais fait parti ? Faut dire que je m'y connaissais pas mal en harcèlement scolaire.

-Faire pleurer des filles ? Ce n'est pas très gentleman, après je t'imagine très bien tirer les cheveux des filles

Dis-je avec un rire, terminant de m'échauffer. Me redressant, je croisais les bras, regardant celui-ci.

-C'est bon! passons aux choses sérieuses
 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 14 Aoû - 17:21


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
Aaron avait un problème de flemmardise. Même lorsqu'il était au QG d'Hydra il ne s'entrainait que rarement, sauf lorsqu'il avait besoin de se défouler. En ce sens, il était comparable à l'océan tranquille et prévisible, jusqu'à ce que les courants contraires ou un séisme sismique ne produise un tsunami et n'emporte des vies avec lui. Autrement dit, Aaron était un faux calme. Tant qu'on ne le cherchait pas, il restait peinard dans son coin à s'occuper de ses oignons. Mais si on commençait à l'enquiquiner ou à s'en prendre aux personnes qu'il appréciait, c'était un déchainement de fureur. Sauf que, pour le coup, le blond ne comptait pas s'énerver juste pour donner un cours à la l'étudiante. Il allait donc devoir improviser comment se montrer efficace, histoire qu'elle ne soit pas venue pour rien et qu'il lui ait quand même appris quelque chose. Ce ne devrait pas être trop difficile cela dit. Chercher les embrouilles avaient longuement été une passion avec son jumeau, et il était un bagarreur hors-pair. Au final, son seul souci, c'était surtout de ne pas lui faire par inadvertance. En tout cas, Aaron préféra mettre les choses au clair tout de suite. Il avait accepté de lui apprendre à se défendre, mais ce ne serait rien de vraiment officiel. Il lui enseignerait le combat de rue comme lui-même l'avait appris sur le tas, en se débrouillant par ses propres moyens et s'en prenant plein la tronche avant de devenir une terreur à son tour. « Tu n'as pas à t'expliquer Aaron, je me doute que... Disons que ça n'a pas été facile pour toi... » Mmm, effectivement, il le portait sur lui. N'empêche, il préférait lever ce côté pas facile à dire maintenant, afin d'être tranquille pour la suite. Cela étant, il fut surpris par la gentillesse avec laquelle Ernessa lui répondit, et il lui rendit donc naturellement son sourire. Il lui parla ensuite de ces années à l'école primaire, où il s'amusait à embêter les filles. C'était un des rares qu'il avait à cette époque-là, vu le nombre de punitions qu'il se prenait par jour. « Faire pleurer des filles ? Ce n'est pas très gentleman. Après je t'imagine très bien tirer les cheveux des filles. » Aaron fit la moue. « Eh bien celles à qui je tirais les cheveux le méritaient. Elle se moquait de moi et des autres qui ne faisaient pas partie de leur cercle, surtout des filles plus gentilles et timides qui n'osaient rien dire. Oh bien sûr ça ne les empêchait pas de continuer à me mépriser, mais au moins elles laissaient les autres tranquilles. » se souvint-il avec un sourire en coin. En fait, Aaron et son jumeau n'avaient jamais cessé de se battre contre les autres. Lorsqu'ils étaient gamins ça avait aussi un côté protecteur, aujourd'hui ils ne ressentaient juste plus rien qu'une immense indifférence pour les gens en général. « C'est bon ! Passons aux choses sérieuses. » annonça finalement Ernessa, au bout de plusieurs minutes d'entrainement. Aaron se leva, moulinant des bras pour les chauffer un peu et s'étirant de tout son long. Le tigre avait terminé sa sieste, il entrait désormais en piste. « Bien, alors commençons d'abord par l'esquive seule, puis par l'esquive et la riposte. » Aaron se plaça au milieu de l'endroit qu'il avait emménagé, invitant l'étudiante à l'imiter. « Bon, alors prends cette posture, ça va t'aider à réagir plus vite. » Il l'aida à bien se mettre, vérifiant que ses bras, ses épaules, ses jambes et ses pieds soient bien positionnés, puis il se remit en face d'elle. « Maintenant je vais te mettre des directs que tu devras éviter. Au début j'irais assez lentement histoire que tu prennes l'habitude de bouger pour éviter les coups, puis j'irais de plus en plus vite. Si c'est bon pour toi, on y va. Et n'hésite pas non plus à me dire de ralentir. Ce serait dommage d'abîmer ce si joli petit minois. » conclut-il avec un petit sourire malicieux, mais sincère.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 3 Oct - 15:25

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

Aaron parlait très peu, le plus souvent il affiché un visage neutre, mais pour une raison qui mettait encore inconnu, j'arrivais à lire en lui. Son enfance n'avait pas du être facile, ça se voyait à son comportement, à sa façon de parler, sans oublier sa façon de vivre. Il n'avait pas eu une vie simple, je le voyais mal avec des parents lui offrant des sucettes à volonté ... Non ... Aaron avait tout le type du gars qui avait grandi à la dur, et j'avais tellement d'admiration pour lui, que peu importe l'écart d'âge, j'étais complètement folle de lui. Le blond avait toujours un air calme, et tranquille, mais je savais qu'en lui, on pouvait facilement faire venir une tornade. Lorsque celui-ci me dit qu'il était le genre à faire pleurer les filles, en cours de récréation, je ne pus m'empêcher de lui faire remarquer, que je le voyais davantage tirer les cheveux des filles, sans oublier que ce n'était pas très gentleman de faire pleurer des filles. Aaron repris rapidement la parole et cette fois-ci j'hochais la tête.

-Je vois ... Moi, j'aimais mettre des araignées dans les cheveux des filles qui se moquaient de moi ... Parfois je ne faisais rien, mais ma soeur était la première à me montrer son soutien, les gens sont méchants entre eux

Certes j'avais mis au dessus de moi cette discrimination, j'en avais tellement entendu et j'en en entendais encore, il y avait des personnes qui n'étaient pas ouvertes d'esprit, c'était tout de même triste de voir ça après autant d'évolution ... Après, il y avait des personnes qui n'arrivaient pas à évoluer, mais dans ce cas la, elles pouvaient vraiment sortir des paroles blessantes ... Peut-être faudrait-il leur couper la langue ? Au moins ça avait le mérite d'être direct. Enfin comme le dit si bien Aaron "passons aux choses sérieuses", un sourire en coin vint orner mes lèvres, alors que je me concentrais, prête à esquiver, voir attaquer, pourquoi pas câliner ? Pendant que Aaron me montrer la posture à tenir, j'eu un petit sourire, tout en regardant celui-ci, non, en rien je ne voulais le déconcentrer, se serait méchant. A ses dernières paroles, j'eu un rire.

-N'ait crainte, je vais aussi faire en sorte de ne pas abîmer le tien, tu imagine rentrer chez toi avec coquard, et dire à ton frère, c'est une fille qui m'a fait ça

Dis-je avec un sourie en coin, tout en imaginant la scène. Enfin je repris mon sérieux, et c'est avec agilité que j'évitais les coups de Aaron. Celui-ci accéléra la cadence et même si j'arrivais à esquiver les coups, je devais admettre que je commencé vraiment à avoir mal aux bras et aux jambes. 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 20 Oct - 21:43


   
just you and me
Aaron & Ernessa

   
The storms in my heart are named after you.
Aaron n'était pas du genre causant, tout le monde finissait rapidement par s'en rendre compte. Il n'était dès lors pas étonnant que le trentenaire soit encore plus discret sur son passé. Pourtant, ça ne l'embêtait pas d'en parler avec la jolie étudiante. Étant albinos, elle ne connaissait que trop bien la discrimination, la méchanceté gratuite et tout ce qui allait avec. Comme quoi, le monde avait beau passé et prétendre s'améliorer, la mentalité humaine demeurait inchangée et les tarés semblaient grossir leur rang. Enfin, ça avait le mérite d'obliger à s'endurcir et à se dépasser pour faire face à tout cela. Et à ce niveau-là, Aaron et son frère étaient bien lotis. Avec un père alcoolique et violent, une mère dépressive, un système qui les avait abandonné et une entrée dans les gang dès leurs premiers pas dans l'adolescence, les coups bas et les règles de survie, ils connaissaient. Aussi, il ne regrettait absolument rien de tout ce qu'il avait pu faire, martyriser les pestes de son école primaire compris. Il avait adoré leurs faire des coups dans le dos des professeurs, d'autant qu'avec son jumeau ils pouvaient facilement se couvrir et réfuter les accusations. Ils étaient de véritables héros auprès des autres élèves qui servaient d'ordinaire de souffre-douleur. Et pour ça, il pouvait bien endurer quelques punitions, d'autant qu'il ne les faisait jamais. « Je vois... Moi, j'aimais mettre des araignées dans les cheveux des filles qui se moquaient de moi... Parfois je ne faisais rien, mais ma sœur était la première à me montrer son soutien. Les gens sont méchants entre eux. » Ça c'était bas, mais tellement jouissif ! Aaron afficha un sourire en coin, presque comme s'il était fier d'elle. Il l'imaginait prendre le temps de chercher les araignées, puis de les mettre dans les cheveux des filles en toute discrétion. Il voyait ces mêmes gamines devenir complètement hystériques et péter littéralement un câble en constatant que leur si belle chevelure était devenue le terrain de jeu d'une arachnide. « Hélas oui, mêmes les enfants qui sont sensés être synonyme d'innocence sont cruels entre eux. En tout cas, j'adore les idées que tu avais pour leur rendre la monnaie de leur pièce. » Peut-être était-ce aussi ce constat qui lui avait perdre foi en l'humanité et qu'il n'avait jamais cherché à avoir de descendance. Si pour certains c'était l'aboutissement d'une vie, ce n'était clairement pas sa manière de voir les choses. Pour lui, le bonheur et la réussite étaient davantage de ce qu'on était que ce qu'on laissait derrière soi. Mais c'était un débat qui n'était guère important pour le moment. Aaron n'avait pas emmené la belle albinos pour l'assoupir de philosophie. Il allait au contraire la maintenir bien éveillée avec une séance d'auto-défense.

Cependant, alors qu'il redevenait sérieux et lui expliquait ce qu'ils allaient faire, Aaron perçut bien les regards et les sourires en coin de la miss. Il lui revint alors en mémoire ce baiser volé d'il y a quelques heures. Ils n'en avaient pas parlé, et Aaron ne savait pas encore ce qu'il pensait et s'il comptait lui demander des explications ou pas. Le mieux était sûrement de laisser les choses se faire d'elles-mêmes. Il faut dire que le beau blond n'avait jamais été du genre cœur d'artichaut ni romantique. Contrairement à son jumeau, il n'était jamais tombé amoureux. « N'aie crainte, je vais aussi faire en sorte de ne pas abîmer le tien. Tu imagines rentrer chez toi avec un coquard et dire à ton frère c'est une fille qui m'a fait ça. » Aaron afficha un sourire en coin. « Ce qui l'étonnera, ce n'est pas tant que j'ai reçu un coquard d'une femme mais plutôt que je me sois suffisamment approché d'une d'entre elles pour en recevoir un. » affirma-t-il, amusé rien qu'à imaginer la tête que ferait Nicholas s'il savait qu'en ce moment même son jumeau était en train de donner des cours particulier à une belle jeune femme. Parce que jusqu'ici, ses seules compagnies étaient la cigarette, la bière, le jeu et les potes de bar. Autant dire que ça manquait de présence féminine. Mais Aaron n'en ressentait pas le besoin. Sa quête personnelle était celle de l'équilibre intérieur, le reste ne l'intéressait pas.

L'entrainement commença et le faussaire débuta les directs lentement, pour laisser le temps à Ernessa de s'habituer à sa nouvelle posture et de prendre le rythme des esquives. Puis, lorsqu'il jugea qu'elle était sur une bonne base, il accéléra le mouvement encore et encore, ses yeux rivés sur la jeune femme pour s'assurer qu'elle était toujours concentrée. Il ne voulait pas lui faire de mal. Au bout d'un moment, il finit par s’arrêter. « Ça va ? » demanda-t-il en voyant que de la sueur commençait à perler sur le front de l'étudiante. Mine de rien, même si c'était les bases du combat, ça ne signifiait pas que c'était facile ni que ça s'apprenait en deux secondes. Au contraire, il fallait répéter ces gestes encore et encore jusqu'à ce qu'ils deviennent naturels et qu'on ait plus à y réfléchir.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 21 Nov - 12:53

ÇA FLIRTE PENDANT QUE ÇA SE FRITE

Quand on voit des enfants, on est toujours les premiers à dire, que les enfants sont innocents ... Hum oui mais non ... Les enfants peuvent être aussi très méchants entre eux, après tout dépend de l'éducation, personnellement, j'ai toujours appris à respecter les autres, tout comme ma soeur, alors rencontrer des enfants méchants, des enfants qui veulent faire mal par les mots, ça faisait mal ... Grandir dans le bien et rentrer dans la réalité, c'est toujours quelque chose de douloureux, surtout quand on est pas préparé, heureusement j'avais toujours eu ma soeur, et avec le temps, j'avais appris à me défendre. J'avais remarqué, qu'une petite araignée pouvait facilement effrayer les autres, alors oui j'en avais pas mal joué ... Pauvre araignée. Pour Aaron c'était différent, celui-ci me parlé très peu de son passé, mais je pouvais deviner qu'il avait eu une enfance difficile, alors il avait déjà tout les atouts d'un combattant. Qu'est ce qui était le pire ? Grandir dans le rêve avant de tomber dans la réalité ? Ou grandir dans un cauchemar et continuer de se battre ? Aucun enfant ne devrait avoir à se battre ...

-Comparé à toi, je n'étais pas prête à affronter les autres ... J'ai grandi dans le rêve ... Mais je sais que toi ça n'a pas été le cas

J'eu un sourire à ce que me dit Aaron.

-Tu sais ... Je plaignais beaucoup les araignées ...


Enfin assez de "blablabla", il était temps de passer à l'entraînement. Je ne pus m'empêcher de taquiner Aaron, puis je penchais la tête sur le côté aux paroles de celui-ci, avant de sourire timidement. Après des longues minutes d'entraînement, je devais admettre que je commencé sérieusement à fatiguer. J'allais avoir des crampes, après c'était moi qui le voulait bien. A la question de Aaron, j'hésitais entre lui demandé une pause ou continuer ... Et évidemment, je choisi de continuer, ce qui fut une assez mauvaise idée d'ailleurs, parce qu'à présent je commençais à voir des étoiles. Puis je fini par secouer la tête. Quelle sotte! on ne peut apprendre le combat en une sens, seulement c'est mon orgueil qui ne cesse de me jouer des tours, je ne pouvais pas me permettre d'être faible, je voulais rester forte ... Seulement j'en demandais trop.

-ça tourne

Dis-je à bout de souffle. 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Ça flirte pendant que ça se frite # Nessa
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS ABANDONNÉS-
Sauter vers: