RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you :  Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1295
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Sam 10 Fév - 18:29
 

 Breaking The Habit

FT. Arthur

Rien ne sera plus jamais comme avant. Keith en avait conscience. Il avait conscience que ses souvenirs actuels étaient faux, depuis le début. Il ne saurait comment l'expliquer. Au départ, ça venait sous des formes de cauchemars. Il voyait des souvenirs dans sa tête. Il se réveillait en sursaut sans parvenir à comprendre ce qu'il lui arrivait. Sans parvenir à les identifier. Il ressentait de la peur, de la colère, une frustration énorme se creuser dans sa poitrine.

Quand il marchait dans la rue, il se sentait oppressé. Quand il passait dans le commissariat ou devant la prison, une angoisse le malmenait. Combien de fois il avait du se faire violence pour ne pas trembler, baisser la tête et frapper le premier mur qui venait à sa portée. Combien de fois il avait du se reprendre, en se disant qu'il devait probablement devenir fou. Combien de fois...

Tout en marchant en direction du Skate Parc, le jeune avocat poussa un juron et serra la mâchoire. Il serra les poings jusqu'à ce que ses ongles rentrent dans sa peau. Il se contracta, sentant chaque parcelle de ses muscles se tordre sous l'effort.

Avocat... Il ne l'était même pas. Enfin si mais là encore, c'était un leurre, une illusion. Car son monde à lui n'était pas de travailler pour la justice. Oh non. Bien au contraire. Il se souvenait de plus en plus nettement ce pourquoi il était fait, auparavant. Il se souvenait d'avoir trempé dans des affaires de drogue, d'avoir imposé son autorité sur tout un quartier. Il se souvenait d'avoir dealer, marchander, menacer aussi ceux qui n'allait pas dans son sens. Il se souvenait d'avoir frapper des gars, dans le seul but de ramasser de l'argent. Ou de déverser sa rage insatiable. Il se souvenait. Bordel. Il se souvenait de tellement de chose que tout se bousculait dans sa tête comme une tornade incontrôlable.

Le pire. Le pire c'est qu'il comprenait maintenant pourquoi il haïssait autant Gabriel. Pourquoi il était constamment sur le qui-vive avec lui. Un juron lui échappa et ses sourcils se froncèrent. Sa colère gronda à l'intérieur de lui et un grognement rageur s'échappa d'entre ses lèvres pincées. Il ne l'avait pas revu depuis. Il n'avait pas encore confronté son collègue depuis que les souvenirs devenaient de plus en plus clair dans sa mémoire. Dans un sens, il ne tenait pas à le faire. Il ne savait pas comment il allait réagir ni même s'il arriverait à se contrôler face à lui. Il était perdu en fait. Perdu, terrorisé, instable, nerveux, en colère contre tout et n'importe quoi.
- Merde..., susurra-t-il entre ses dents serrés, prêt à frapper quelqu'un.

Keith n'en avait parlé de ça qu'à une seule et unique personne : Arthur. Sauf que ce dernier n'avait pas vraiment l'air de le prendre au sérieux. Il l'avait écouté, certes, mais son sourire en avait dit long sur ses pensées. Il fallait avouer que les choses entre eux, ne se passaient pas très en ce moment. Son petit-ami devenait de plus en plus distant. Il le sentait. Il voyait à son comportement étrange que les choses n'allaient pas bien ces jours-ci et qu'il devenait lui aussi de plus en plus nerveux, instable, l'esprit focalisé ailleurs.

Il n'avait rien dit sur le coup. Il s'était contenté de fermer sa gueule et de profiter des moments passés en sa compagnie mais là. Le jeune avocat n'en pouvait plus. Il ressentait le besoin de lui parler, d'approfondir la conversation, de l'aider aussi comme il avait besoin de s'aider lui-même et oui. Il sentait que s'il ne le faisait pas, il y avait de grande chance qu'il était en train de le perdre. Car Keith avait beau ne pas se l'avouer. Ne pas avouer haut et fort qu'il aimait Arthur. Ce dernier avait de l'importance pour lui. Il l'aimait au point de se retenir à lui pour ne pas flancher, pour ne pas sombrer. Il se rattachait à lui pour garder le peu de contrôle qu'il lui restait.

C'est donc le corps tendu et les traits tirés, qu'il retrouva le skateur assit près du parc, à se droguer comme d'habitude.
- Arth.

Sa voix était rauque, grave. Aucun sourire n'étirait ses lèvres tandis qu'il se postait devant lui, l'air inflexible et contrarié.
- Tu as deux secondes à m'accorder ou tu préfères encore que je te laisse te bousiller la santé avec cette merde? Il faut qu'on parle là. Toi et moi.
(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 28 Juil - 16:54
Breaking the habit
Keith et Arthur

Un peu de Jingle Jangle, une sensation d’exaltation, la blague d’un pote et le rire d’Art qui résonne. C’est une merde ce truc, un dérivé du crack, une invention pure Genosha, ça empoisonne le corps, l’esprit aussi. Mais surtout, c’est un petit délice de l’instant et on ne demande qu’à y revenir. Encore et toujours, inlassablement. Il a commencé à en prendre pour le fun, comme il a déjà consommé pas mal de drogues du genre. Mais la Jingle Jangle a gagné leurs cœurs, le sien et celui de la plupart de ses potes. Aller savoir pourquoi. Y’a jamais vraiment de raison pour devenir un addict, c’est comme ça, c’est tout.

C’est maintenant une habitude, sortir le bang et siffloter de cette petite douceur. Il a l’impression d’appréhender le monde avec plus de clairvoyance, que ses sens sont plus aiguisés tout comme son esprit. Il a l'impression de ne plus connaitre ni fatigue, ni irritation. La vie est belle. Après tout, il vient de remporter le world skate challenge à Los Angeles et qui a renfloué ses caisses, ses potes ici sont au top et puis, il y a Keith. Même si, en ce moment, tout n’est pas forcément facile entre eux, il n’en reste pas moins qu’il kiffe son petit ami. Pour son beau cul, mais aussi parce que, entre eux, c’est fusionnel, passionnel, peut-être trop pour leurs propres biens d’ailleurs.

Keith a perdu la boule. Y’a pas d’autres façons de le dire. Il croit que ce monde n’est que fantaisie. Il croit que rien n’est vrai, qu’il a eu une autre vie, bien différente de celle-ci. Y’a de quoi penser qu’il est taré non ? Au début, Arthur pensait qu’il déconnait, faisant preuve d’une imagination folle qu’il ne lui connaissait pas. Il a rigolé et n’y a plus jamais vraiment repensé. C’est le genre de personne qu’il est, un être égoïste, incapable d’aider son copain à affronter ses problèmes. Il n’a jamais prétendu être le contraire, et il croit que cette honnêteté-là le sauve de tout reproche. Après tout, c’est le deal, selon lui tout du moins. Comme quoi, même si il a fait beaucoup de chemin, acceptant d’être dans une vraie relation du genre exclusive et de vraiment s’attacher à Keith comme jamais il ne s’était attaché à quelqu’un auparavant, il reste tout simplement un petit con.

Un petit con qui est sur un petit nuage, au skate park, avec ses potes. Il zone plus qu’avant, oubliant son petit boulot qui ne lui sert à rien au magasin de skate. Il continue de recruter pour Hydra mais ce n’est plus le même genre de jeunes qu’il y amène. Il est passé des petits ados innocents rencontrés au magasin, aux jeunes comme lui, qui se perdent dans les rues du tout Genosha. Quelque part, peu importe, du moment qu’il apporte de la chair fraîche, des esprits fragiles, manipulables, qui serviront à leurs fins. Les origines sociales, on s’en fiche un peu, on est comme ça, cruel d’inhumanité.

Il n’a pas vu Keith arriver, trop occuper à se marrer avec ses potes, faisant tourner leur bang plein de Jingle Jangle. C’est au tour d’Art, qui inhale ce petit plaisir à plein poumons. Aussitôt, il ressent son effet envahir son être et c’est le nirvana. Comment il a pu se passer de ce délice auparavant ? Il ne le sait pas lui-même. Sauf qu’il suffit d’un rien pour ruiner son petit bonheur. Ce rien est un petit ami énervé, qui l’aborde sans délicatesse ce qui, il faut le dire, est une première. « Arth. » Il se retourne et affiche un grand sourire, parce que, oui, lui il est quand même content de le voir, ce copain trop sexy, qu’il a affreusement envie d’enlacer, d’embrasser, de caresser dès qu’il le voit. Art s’approche, se colle à lui et lui susurre un « Oh salut toi ! » coquin. Ouais, la Jingle, ca éveille un tantinet l’appétit sexuel et il s’est jamais autant éclaté au lit que depuis qu’il en prend. Tu m’étonnes que ça rende addict, de la poudre certes, mais aussi du bel avocat. Pourtant, ce dernier a l’air ronchon, pas commode du tout, et ca se sent quand il lui dit, visiblement déterminé et agacé. « Tu as deux secondes à m'accorder ou tu préfères encore que je te laisse te bousiller la santé avec cette merde? Il faut qu'on parle là. Toi et moi. » Art affiche un sourire qui a quelque chose de narquois alors qu’il s’éloigne un peu de son copain arborant son air de petit con. Il se tourne alors vers ses potes et y va de son commentaire, comme toujours.  « J’crois que j’ai des emmerdes là. » Il se marre et les autres aussi. Le français tire une nouvelle fois sur le bang, profite quelques instants et le file à son voisin. « J’reviens. » Il attrape la main de Keith et le force à suivre son sillon pour sortir du skate park et rejoindre un coin où ils seront plus tranquilles.

Une fois arrivés là, il se stop d’un coup d’un seul et se tourne vers Keith, les bras croisés, en position fermée, parce qu’il est déjà sur la défensive. L’entrée en matière de son copain ne lui a pas plu et pour cause, il faut mettre des gants avec le jeune brun qui ne supporte pas d’être forcé à quoique ce soit, même si c’est simplement pour discuter. « Allez vas-y, dis-moi, c’est pour quoi cette scène devant mes potes ? T’avais rien de mieux à faire peut être ? » Il dit ça sur un ton presque léger mais celui-ci est saupoudré d’agacement. Malgré l’effet positif de la Jingle Jangle, vu la direction que prennent les choses, il pourrait très bien s’énerver lui aussi. Et Dieu seul sait qu’un Keith et un Art énervés, ca peut faire des étincelles.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you :  Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5 Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1295
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Mar 18 Sep - 12:00
 

 Breaking The Habit

FT. Arthur

Rien ne sera plus jamais comme avant. C'est un fait, une vérité avérée et tandis que Keith regardait Arthur, les sourcils froncés, cette évidence n'en devenait que plus réelle.

La drogue. Ce poison destructeur que son petit-ami s'adonnait tant à fumer. Cela avait fait parti de sa vie, autrefois. Quand il était encore un dealer. Un dealer influant qui s'en contrefichait royalement du mal qu'il pouvait occasionner autour de lui. Par ailleurs, combien de jeune avait-il détruit? En leur vendant cette poudre blanche aux allures idylliques? Des centaines, plus peut-être. Trop pour pouvoir les compter. Beaucoup trop pour s'en rappeler. Tout ce qui lui importait, à l'époque du moins, c'était de se faire de l'argent, sans regret, aucun. Il n'en avait que faire des conséquences que cela pouvait engendrer. Il n'en avait que faire si ces derniers sombraient, au point de se donner la mort des années après, par manque ou parce qu'ils avaient simplement tout perdu par sa seule faute. Le jeune avocat s'en mordait les doigts à ce jour. Maintenant qu'il se rappelait, se souvenait de l'homme qu'il avait été par le passé. Il se reprenait tout en pleine face, le brisant de l'intérieur comme jamais.

Alors quand il observait Arthur. Quand il le voyait là, assis avec ses potes en train de s'extasier, se détruire par cette substance mortelle, une énorme rage l’enivrait, l'encerclait de part et d'autre. Il la sentait se répandre dans ses veines, dans ses muscles crispés. Il la sentait au plus profond de sa poitrine, prête à exploser. Comme pour se maîtriser, il gardait un visage tendu, tiré or sa colère était telle que ses membres tremblaient, soumis à une trop forte pression.

Keith avait besoin d'explication. Il avait besoin qu'ils parlent, tout les deux. Mais Arthur était-il prêt à faire cette concession? Visiblement pas. Car lorsqu'il demanda. Ou plutôt, ordonna d'une voix rauque qu'ils aillent parler ailleurs, ce dernier préféra s'en amuser en apportant cette "petite" remarque à ses potes qui le crispa d'avantage.
- Merci.

Ton cassant et aiguisé. Ses muscles se contractant d'autant plus tandis qu'il suivait le skateur en prenant bien soin de fusiller les dits potes au passage. Il n'en avait que faire de leurs plaisanteries douteuses. Il n'en avait que faire qu'il le prenne pour un amant chiant et sévère. Tout ce qu'il voulait, c'était parler à Arthur. Mettre les choses à plat et qui sait, le détourner de cette merde qui, tôt ou tard, l'emportera au devant d'une mort certaine.

Oui, il essayait de canaliser cette colère, cette haine puissante et dévastatrice qu'il avait toujours eu grand mal à maîtriser. Il essayait de garder le contrôle mais entre ses souvenirs qui tournaient en permanence dans son esprit et les questions que cela pouvait engendrer, ce contrôle était éphémère, barrière très fine, très minime entre sa rage et lui. Frapper devenait une nécessité. Un besoin vital depuis trop longtemps oublié. Endormi. A cette pensée soudaine, ses poings se serrèrent et il prit une grande inspiration, coupant autant que possible ce désir brutal en se focalisant uniquement sur la silhouette fine et musclé de son petit-ami.

Par ailleurs, après avoir attrapé sa main pour le mener hors du park, Arthur le mena cette fois dans un lieu plus tranquille, à l'abri des regards indiscrets. Petite ruelle étroite et faiblement éclairée, à l'écart de tout passage humain. C'était parfait pour discuter. Idéal pour mettre les choses aux claires sans être coupé en permanence par une présence intempestive. Mais encore fallait-il qu'ils y parviennent car dès lors ils se retrouvèrent seul tout les deux dans cette impasse, le skateur ne manqua pas de lui envoyer une pique, brisant définitivement le peu de maîtrise qu'il lui restait.
- Tu te fous de ma gueule là? souffla-t-il entre ses dents serrés alors qu'il se tournait sauvagement vers lui, les sourcils froncés. Je te fous la honte, c'est ça? Putain Art...

Plus tendu que jamais, Keith explosa littéralement de l'intérieur. Il avait trop canaliser sa colère. Il avait trop cherché à lui mettre une muselière et voilà qu'elle éclatait, littéralement, au point de non retour. Propulsé par sa propre violence, envahi par tout ses souvenirs qui le martyrisait, le rendait fou. Piqué au vif par les insinuations mielleuses et sarcastiques de son compagnon, le jeune avocat fondit sur lui sans plus attendre, le collant presque au mur par la même occasion. Il avait toujours été ainsi... Aussi instable, aussi nerveux qu'une bombe posée sur un champ de bataille. Cela ne changerait pas. Cela ne changerait jamais. Il était bien loin d'être celui que tout le monde voyait et bordel, comprendre, savoir que rien ici n'était réel. Que son parcours n'était que mensonge. Que sa vie n'était pas celle qu'il espérait, lui donnait envie de cogner tout ce qui se trouvait à sa portée tant la souffrance était intense, foudroyante dans sa poitrine serrée. Son visage se tendit, ses muscles se figèrent et il donna alors un grand coup de poings au mur, faisant craquer ses phalanges au passage.

Un long silence s'ensuivit. Le genre de silence pesant dans une atmosphère particulièrement sombre et dévastatrice. Passant outre la douleur qui crispait ses mains, ses poings. Passant outre le sang qui lui léchait la peau, rampant tel un serpent sur sa plaie entrouverte, Keith murmura enfin en ancrant ses iris foudroyants dans ceux de son petit-ami :
- Tout ce que je vois, c'est que tu es en train de foutre ta vie en l'air. Tu t'es regardé? Franchement. Tu te rend pas compte à quel point cette merde est en train de te détruire? Ouvre les yeux bordel ! Vois la vérité en face, je ne te reconnais même plus. Alors continue à jouer au con si tu veux mais ça marchera pas avec moi.
(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Breaking The Habit [Pv Keith et Arthur]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: