RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Opening Up + Cleyton
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 19 Fév - 16:26

 
❝Opening up❞
  Peyton et Clary
Clary fixait son uniforme installé proprement dans son casier depuis un bon cinq minutes. Elle n’arrivait tout simplement pas à l’enfiler. Elle avait repris les missions sur le terrain depuis quelques semaines, mais elle n’avait toujours pas retrouvé l’étincelle. Elle faisait ce qu’on lui demandait, mais sans plus. Aucune initiative, aucune opinion, aucune fougue. Elle sentait son lieutenant perdre patience dans son cas, alors qu’il avait toujours été d’un énorme soutien. Elle se sentait mal de lui faire subir tout ça et de ne plus se montrer à la hauteur de ses attentes. L’agente pleine de potentielle était à présent un véritable boulet, mais elle ne savait pas comment se relever. Elle ne savait pas où aller chercher la force et la vigueur qui s’étaient cachés en elle après la rafle. Elle avait toujours été une personne optimiste, prête à tout et qui n’avait jamais peur de se lancer dans l’aventure, mais c’était avant le festival où elle avait tout perdu ce qui l’animait. Les images de la rafle lui revenaient sans cesse en tête. Elle n’arrivait pas effacer celles où elle avait échoué. Sa confiance en elle et en ses moyens lui avaient joué des vilains tours et elle avait payé avec un bras cassé, des blessures mineures, une belle commotion et un orgueil touché. Si bien qu’elle ne se sentait plus à la hauteur. Elle ne s’y était jamais totalement sentie d’ailleurs, même si elle adorait son boulot. C’était grâce à cette situation qu’elle avait pu se rendre compte qu’elle était en retard sur les autres. Elle n’avait aucune formation militaire ou dans le corps policier. Elle était seulement là par chance. Parce qu’un lieutenant avait été présent lorsqu’elle avait fait preuve de sang-froid et qu’elle avait protégé un épicier d’un vol à main armée. Si ce haut placé du Shield n’avait pas été là, elle serait encore sans doute serveuse dans un restaurant. Elle aurait aimé avoir l’expérience nécessaire pour mieux réagir si un autre événement de cette ampleur devait arriver de nouveau. Elle savait que c’était en allant sur le terrain qu’elle allait acquérir cette expérience, mais pour le moment, elle manquait cruellement de motivation. Elle ne voulait pas abandonner et baisser les bras, Clary était une fonceuse, mais son estime avait été durement touchée. Dernièrement, on l’avait mis sur des petites missions en tant que soutien, mais pour une raison qui lui échappait, on avait décidé de la lancer seule sur le terrain. Enfin pas complètement seule puisque la chef du département informatique allait l’accompagner à distance tout au long de la manœuvre. Comme Clary était encore relativement nouvelle, elle ne connaissait pas bien l’agent McAuley, mais c’était une informaticienne du tonnerre qui pitonnait plus vite que son ombre. C’était elle qui allait la guider, la brunette ne devait donc pas faire d’erreurs. Elle ne comprenait pas cette initiative de la part de son chef et il lui avait simplement répondu que tous les autres étaient occupés et qu’elle n’avait pas le choix. La recrue se doutait quand même que c’était une manière de lui donner un coup de pied aux fesses et de montrer ce dont elle était réellement capable. Comme elle n’y aurait personne de physique avec elle, elle n’aurait pas le choix de prendre certaines décisions. C’était la mission de la dernière chance et si elle échouait, là elle pourrait dire aurevoir à sa carrière en tant qu’agente.

Dans un soupir las, elle décrocha les vêtements et les enfila. Elle attacha ses longs cheveux bruns en une queue de cheval bien serrée et effaça ce sourire triste qui ne se détachait plus de son visage. Elle prit une grande respiration et referma la porte de son casier. Il fallait qu’elle fasse bonne figure. L’agente McAuley allait certainement devoir faire un rapport au lieutenant des missions délicates sur le comportement de son agente. Cette dernière sentait une certaine nervosité, parce qu’elle ne voulait pas faire d’erreurs idiotes qui risquaient de la mettre elle en danger, mais aussi le Shield. Surtout que la mission qu’on lui donnait n’était pas évidente et plus ou moins risquée. Elle devait s’infiltrer dans un bâtiment commercial bien sécurisé qui semblait tout à fait banal et normal, mais il y avait des soupçons qu’il appartenait en fait à Hydra et il fallait découvrir ce que la pieuvre y trafiquait. La brune avait lu et relu le dossier à maintes reprises. Elle avait mémorisé le plus possible les plans de l’édifice. Elle savait où se diriger et quoi chercher, mais elle avait besoin de l’aide d’une bonne pirate informatique pour l’aider déverrouiller les différentes portes d’accès et pour vérifier les caméras. Il y avait des systèmes de sécurité un peu partout et des gardes probablement bien entrainés qui rôdaient un peu partout. On lui avait dit que tout devrait bien se passer, n’empêche qu’elle ne se sentait pas complètement à la hauteur. Elle appréciait qu’on lui fasse toujours confiance, mais elle risquait de faire des gaffes et de se faire repérer. Les encouragements de Connor l’avaient aidé, mais elle avait peur de ne pas prendre les bonnes décisions alors qu’elle se retrouverait seule. Elle soupira de nouveau en voyant l’heure sur sa montre. Elle ferma les yeux et se répéta à quelques reprises qu’elle était capable et que tout se passerait bien. Elle prit son arme, fit une petite vérification rapide et le mis dans son étui à sa hanche. Elle se dirigea ensuite d’un pas nerveux vers les sous-sols où on l’attendait. Son lieutenant était là et il y alla de ses dernières directives et recommandations. On lui installa une oreillette et un micro qu’on testa avec la chef de l’informatique. Tout était sous contrôle, elle pouvait à présent se rendre sur les lieux. Son supérieur lui donna une petite tape dans le dos pour l’encourager. Elle lui sourit, touchée par son soutien malgré tout. Elle ne voulait pas le décevoir.

On la déposa au coin de la rue en lui souhaitant bonne chance, puis la camionnette repartie. Elle la regarda tourner le coin et après une grande respiration, elle s’avança doucement vers le bâtiment. Elle longea les arbustes de l’entrée, jeta un coup d’œil à l’intérieur et comme prévu, il y avait un garde posté à l’entrée. Il ne semblait pas très attentif à ce qui se passait sur les caméras. En espérant que ce soit le cas toute la durée de l’intervention. Elle longea le mur de brique grise pour se rendre à l’arrière de l’immeuble en prenant bien soin de ne pas passer devant les grandes fenêtres. Elle eut une petite frousse quand elle se releva pour faire une vérification et qu’un gardien se retrouvait devant la fenêtre juste devant elle. Heureusement, il était de dos et il ne l’avait pas aperçue. Elle arriva finalement devant une porte métallique demandant un code numérique. "Je suis en poste devant la porte trois. " Signala-t-elle à la chef de l’informatique.  



 
(c) Pando
Revenir en haut Aller en bas
Robin Caglar
Humain modifié
Robin Caglar


More about you :
Opening Up + Cleyton LE-PLUS-BAGARREUR-2
Emergence :
Opening Up + Cleyton Fonddr112 / 52 / 5Opening Up + Cleyton Fonddr11
Maitrise :
Opening Up + Cleyton Fonddr113 / 53 / 5Opening Up + Cleyton Fonddr11
Messages : 278
DCs : Ororo/Rachou/Xander/Alex/Anna

Jeu 5 Avr - 21:00




Opening Up

Cleyton



Daisy n’était plus là, tu avais donc perdu ta meilleure recrue, celle que ton comptait façonner à ton image, celle dont tu avais fait ta padawan dès son arrivée. Tu avais été impressionnée par sa technique, la facilité qu’elle avait eue de passer prendre de vitesse les autres informaticiens qui étaient dans ton département. Jamais tu ne trouveras une fille aussi doué qu’elle et d’ailleurs, c’est bien pour cela que tu es ici. Tu remplaces la petite virtuose pour une mission. Bien sûr, Dec avait rouspété en disant que tu devais te ménager, que le moment allait bientôt arriver.

Mais tu n’es pas femme à te laisser cloîtré dans chez-toi sous prétexte que tu es enceinte. Bien sûr, que nous non, même enceinte, tu restes la meilleure. Personne ne peut t’égaler… Ou si Daisy, plus tard… Beaucoup plus tard. Mais pour l’instant, tu es en train de vérifier tous les instruments que tu allais utiliser, jusqu’au moindre ordi que des agents était en train de mettre dans le fourgon. Tu vérifié également les oreillettes qu’on allait donner à l’agent. D’après ce que tu avais entendu de l’agent Fergusson, elle, serait moins sûre d’elle depuis le festival. Un évènement regrettable qui n’aurait pas dû arriver, du moins à tes yeux. Mais, la petite avait de la chance, elle serait guidée par toi personnellement. De toute manière tu n’aurais pas voulu qu’une autre personne s’en charge. Non pas que tu n’as aucune confiance dans tes fidèles acolytes, mais tu n’avais aucune envie qu’un deux panique si jamais les choses tournait au vinaigre. Miss Fergusson n’en avait nullement besoin et cela ne l’aiderai sûrement pas dans sa mission. Alors, tu avais décidé de faire cette mission. Santana elle aussi avait quelque peu montre son désaccord, mais elle sait que tu es une véritable tête mule et qu’il était difficile de te faire céder.

Tu ne vois que l’agent dans le fourgon en partance pour le lieu de la mission. Tu prends ce dont tu as besoin pour que vous puissiez communique. Tu avais un sourire bienveillant, ne faisant aucune plaisanterie. Tu estimais qu’il était encore bien trop tôt pour cela, mais tu sais que tu ne tiendrais pas très longtemps. Alors pour l’instant, tu te contentes de lui montrer une oreillette et de lui dire de la mettre, tout en lui disant. « Durant la mission je serai tes yeux. Je serai toujours en contact avec et toi et je te préviendrais quand un gardien montre le bout de son nez » Mais la jeune demoiselle, semblait plus stresser que tu ne l’aurais imaginé alors tu retournes à tes écrans et commences à pianoté sur le clavier, rajoutant « T’inquiète tous vas bien se passer. Demande à la sous-commandante Campbel, je l’ai toujours ramené en vie. » Même si vos missions ne s’était pas toujours passé comme vous l’aviez prévue. Mais généralement vous vous en étiez toujours bien sortis.

Mais trêves de bavardage, vous arriviez à destination et tu vois la miss sortir pour se mettre en position. Tu la rassures encore une fois lui disant que vous n’étiez pas bien loin et qu’il y avait ces malabars prêt à bondir tel un guépard pour venir la sortir de là. Maintenant il n’y avait plus qu’à attendre qu’elle annonce qu’elle était prête. Alors tu commences ton concert avec un léger sourire. « Très bien. ET c’est partis » A partir de là, tu créais ton œuvres, regardant ces codes s’aligner devant toi. Et en quelques secondes à peine voilà qu’une porte s’ouvre sans même avoir dis ‘Sesame ouvre-toi’ que ta charmante acolyte de ce jour pouvait entendre dans son oreille « Tu peux y aller la porte est ouverte et il n’y a personne ». Maintenant tes yeux se tourne vers ses écrans qui te montrent exactement ce que tu voulais. Ton regard est partout et rien ne t’échappe, tu demandes même à une des personnes rester dans le fourgon avec toi de se taire. Et dans un couloir, tu vois deux gardes se promener tranquillement, à quelques mètres d’elle un placard ou elle pouvait ce cacher. Tu espérais juste qu’elle n’était pas claustrophobe. « Attends, dans le prochain couloir il y a deux gardes. Tu as le placard à balais qui est à 5 m de toi et je te dirais quand la voie est libre. » Tu essayes de la détendre avec une petite blague cette fois, enfin ta phrase voulait. « Et stress pas tout se passe bien pour l’instant. Tu pourras stress si jamais je perds les eaux en pleine mission et que tu m’entends crier de douleur. » Mais tu as un sacrée égo et l’agent du shield pouvait bien s’en rendre compte à la suite qui ne se fit pas attendre « Mais même dans ses conditions, je suis la meilleure. Alors quoi qu’il arrive tout va bien se passer. » Après tout, tu ne serais pas là ou tu es si tu n’étais qu’une incompétente. Tu pourrais même ta propre boite de sécurité informatique si tu le voulais et concurrencer les meilleurs hackeurs.

Tu regardes toujours tes écrans, demande à une des personne dans le van d’aller te chercher des pancakes. Il râle, disant qu’il n’est nullement un coursier « Si tu ne veux pas qu’une femme enceinte te pique une crise, tu as intérêt à y aller. » Tu ne lui accordes même pas un seul regard, bien trop occuper d’observer ses gardes qui petit à petit s’éloignent libérant ainsi la voit pour celle qui joue à cache « Ok, ils sont partis, tu peux y aller. » Et tu continues à vouloir faire passer son stress. Alors tu lui parles de toute et de rien et en l’occurrence, du nom du fameux hériter des McAuley « D’ailleurs, on n'a toujours pas trouvé de nom au bonhomme. Une suggestion ? »



Shacka HouseOf(M)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 5 Juin - 14:47

 
❝Opening up❞
  Peyton et Clary
Peyton ne lui avait pas dit grand-chose pour le moment, mais déjà, Clary se sentait mieux. Elle aimait le style décontracté de la chef de l’informatique. Pour elle, ça semblait être une mission de routine, quelque chose qu’elle avait fait des centaines de fois et ça rassurait beaucoup l’agente. Elle était toujours aussi nerveuse, mais elle l’aurait été encore plus si on l’avait jumelé à un technicien sans expérience ou à une personne trop sérieuse et bête comme ses pieds. La brunette était soulagée que l’agent McAuley ait accepté de l’épauler. Cette dernière aurait bien pu refuser. Cette mission, bien que risquée, n’était pas la plus palpitante pour une informaticienne de la trempe de Peyton, c’était du bonbon pour elle. Elle aurait pu avoir autre chose de mieux et de plus intéressant à faire ce soir-là. Mais la femme ne semblait pas du tout ennuyée. Elle dégageait une bonne énergie au micro et Clary espérait que son enthousiasme soit contagieux. Elle voulait vraiment réussir et mettre un terme définitif à sa morosité qui la rongeait depuis bien trop longtemps.

Arrivée à la première porte, Clary signala à sa partenaire qu’elle était en poste. Dans quelques secondes, sa mission débuterait pour vrai. Elle allait se retrouver à l’intérieur du bâtiment protégé par différents systèmes de sécurité et des gardes entrainés et costauds. Elle ne devait pas se faire prendre ou faire d’erreurs idiotes. Elle avait une binôme de choix qui allait la diriger et la sortir de là sans embuches. Elle entendit un petit déclic de la serrure et quelques secondes après la voix de la hackeuse retentie à son oreille pour lui signaler que la voie était libre. La jeune femme prit une grande respiration en posant sa main sur la poignée. Elle n’avait plus le droit d’hésiter. Elle devait foncer, écouter les directives de l’agent McAuley et sortir de là sans trop de dommages. Elle était prête. Elle ouvrit la porte et se glissa à l’intérieur sans bruit. Elle referma l’accès avec douceur pour ne pas émettre le moindre son. Sans attendre elle prit à gauche, se rappelant le plan qu’elle avait bien mémorisé en tête. Sa main était près de sa hanche en permanence, prête à s’emparer de son arme en cas de besoin. Elle marchait à pas de loup en prenant soin de ne rien toucher et d’observer où elle mettait les pieds. Dans les premières sections, il n’y avait rien de dangereux, mais ça risquait de se corser dans les étages supérieurs et plus surveillés. Elle était attentive au moindre bruit et surtout très concentrée sur son oreillette et la voix de Peyton qui pouvait survenir à tout moment pour l’avertir d’un danger potentiel. Elle s’arrêta net en attendant justement la voix de la femme qui lui signala que deux gardes se trouvaient dans le couloir qu’elle devait emprunter. Elle hocha la tête et tourna la tête à la recherche du placard qu’avait mentionné la brune. Elle n’eut aucun mal à le trouver et elle s’y engouffra sans tarder en s’assurant qu’elle n’accrochait rien. Dès qu’elle referma la porte, elle vit l’ombre de deux corps passés devant la porte. Elle retint son souffle, croisant mentalement les doigts qu’ils n’étaient pas là pour ramasser un dégât avec une serpillière. Ils discutèrent devant la porte quelques minutes qui lui semblèrent interminables. Pourquoi n’allaient-ils pas bavarder de crossfit ailleurs? Elle n’avait pas toute la nuit! Elle ouvrit grand les yeux en attendant les paroles de Peyton. Elle était sérieuse? Elle pouvait crever les eaux là? Elle avait appris qu’elle était enceinte, mais elle ne savait pas qu’elle était aussi avancée dans sa grossesse. Ça serait effectivement très stressant si le bébé devait arriver maintenant. Elle préférait ne pas trop y penser et souhaitait que tout se passe bien. Clary fronça les sourcils en entendant le mot pancakes et se demandait si c’était à elle que la femme parlait. C’était assez spécial d’entendre des conversations alors qu’on était à plusieurs mètres de distance et ça pouvait porter à confusion. Les ombres s’éloignèrent enfin et la jeune agente attendit le signal avant de quitter sa cachette. Dès qu’elle le reçu, elle ouvrit la porte et regarda à gauche et à droite pour s’assurer que la voie était libre. Elle n’avait plus de temps à perdre. Elle continua sa traversée et s’engouffra dans la cage d’escalier. Elle s’arrêta quelques secondes, le temps d’entendre si quelqu’un montait ou descendait, mais l’informaticienne ne lui avait rien dit cela signifiait qu’elle pouvait se rendre au sixième étage sans soucis, pour le moment. Elle entreprit donc de monter les escaliers en tentant de faire le moins de bruit possible. Il y avait beaucoup d’écho ici et le moindre petit son trop élevé pouvait trahir sa présence.

La nervosité ne l’avait toujours pas quitté et Clary s’attendait toujours à faire une gaffe ou à tomber sur un garde de sécurité. Son cœur battait rapidement et elle n’était pas capable de se calmer, même si tout se passait bien pour le moment. Elle savait que le sixième serait plus ardu. Il était plus surveillé, il y avait des codes partout et à voir les plans, il était facile de se perdre. Juste à y penser, elle en avait la nausée et elle avait peur d’échouer. Elle pouvait toutefois compter sur la chef pour tenter de la détendre. La brune aux grands yeux bleus n’avait pas spécialement envie de faire la conversation alors qu’elle était tendue et qu’elle devait restée concentrer, mais elle appréciait les efforts de Peyton pour la détendre. Elle sourit malgré elle en entendant la question sur des suggestions de prénoms pour son petit. Vraiment? Elle lui demandait des conseils sur le choix prénom de son enfant à naître en pleine mission? Elle n’était vraiment pas nerveuse elle. Elle décida tout de même de jouer le jeu. "Ehm, là comme ça, j’en sais rien. Vous avez pensé à regarder dans un livre de prénom?" Elle ne connaissait pas assez Peyton pour lui suggérer un nom. Elle n’en avait même pas pour les siens si jamais elle devait en avoir un jour. Elle arriva finalement au dernier étage sans embuches. Elle déglutit devant la porte métallique. "Il y a un code sur la porte E6."


 
(c) Pando
Revenir en haut Aller en bas
Robin Caglar
Humain modifié
Robin Caglar


More about you :
Opening Up + Cleyton LE-PLUS-BAGARREUR-2
Emergence :
Opening Up + Cleyton Fonddr112 / 52 / 5Opening Up + Cleyton Fonddr11
Maitrise :
Opening Up + Cleyton Fonddr113 / 53 / 5Opening Up + Cleyton Fonddr11
Messages : 278
DCs : Ororo/Rachou/Xander/Alex/Anna

Mer 11 Juil - 15:02




Opening Up

Cleyton



La mission se poursuivait et l’informaticien gardait un œil sur chaque écran. Elle continuait à parler à l’agent Ferguson, essayait de la détendre, sans vraiment y arriver. Pourtant, elle avait toujours réussi avec Santana, ou du moins la plupart du temps. Mais la cheffe sentait que la jeune femme était toujours aussi nerveuse. Pourtant, elle faisait du très bon boulot, elle ne se précipitait pas, restait concentrée. D’ailleurs, elle prévenait à l’instant même qu’elle se retrouvait bloqué devant une porte. C’était donc à la hackeuse d’agir, montré ce dont elle était capable, même si ce n’était nullement une porte qui allait lui poser un quelconque problème. .« Ok, donne-moi deux secondes… » Elle ne mis pas longtemps avant de déverrouiller cette porte, tapant une ou deux ligne de commande à une vitesse peu commune « Voilà. » Elle pouvait continuer son avancé et Peyton, elle continuait à lui du prénom de son futur enfant.

Elle avait passé quelque temps avec son marie à chercher après un nom, mais ils s’étaient vite mis d’accord. Elle voulait juste changer un peu les idées de Clary. « On a cherché, mais son père aime les nom bizarre... » Cela n’affectait nullement sa concentration. Ses yeux scrutait tout les écrans dont disposait le fourgon. Elle demandait même à celui qui était avec elle de regarder lui aussi, 4 yeux en valait mieux que deux. « Dans 10 mètre tu prends à droite. Au fond du couloir tu te retrouvera devant une porte quand tu y sera, elle sera déjà débloqué. »Elle la laisse passer cette porte, regardant déjà les prochain couloir « Tout se passe bien, tu fais un super boulot, continue ainsi. » Elle l’a dirige de couloir en couloir, la préviens quand une personne était susceptible de la rencontre. « Continue tout droit, la voie est dégagé. »

Elle regarde, encore ses écrans jusqu’à remarque un endroit qui semblait contenir des uniformes. Un bon moyen pour que la jeune Clary puisse passer inaperçu plus facilement et se balader avec plus d’aisance « Va dans la pièce à ta gauche. Il y a ce qu’il me semble être des uniforme. Tu pourras te balader aisément. » Elle tape encire sur son clavier afin de voir ce qui se passait autour de la jeune femme. « Après, quand tu sors prends à gauche, tu arriveras à une porte » Son regarde était toujours là pour surveiller les arrières de l’agent, faisant comme quand elle était sur le terrain avec Santana. Des souvenir, refont surface, un sourire au coin de lèvres. « Ca faisait bien longtemps que je n’avais plus fait ça. » Oui, ca faisait bien longtemps, depuis qu’elle était devenue chef de l’informatique.

Mais pour l’instant, l’heure n’était pas aux rêveries, elle continuait à veiller sur la jeune femme qui s’était engouffre dans le bâtiment et elle tentait de la rassurer un maximum. « Si tu rencontres fait comme si c’était naturelle de te retrouver là, ne fuis pas leur regard» C’était le meilleur moyen pour qu’elle se fasse repérer. « Alors comment tu te sens ? » Cela était aussi important de savoir comment elle se sentait, car si elle devenait trop nerveuse, elle pourrait perdre ces moyens et tu ne voulais pas devoir transformer cette mission en mission de sauvetage. Elle prenait le temps pour l’écouter, tout en regardant ses écrans. Elle l’avait toujours fait, parler avec les personnes avec qui elle travaillait.




Shacka HouseOf(M)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Opening Up + Cleyton
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: