RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 2 Avr - 16:12

Dakho Yoon

The mirror showed somebody else
26 ansSae (l’oiseau)
Policier + CompliceHydra
Queer & moustacheMutant

Pouvoirs -

Contrôle des éléments : Air. Dakho est un mutant dont la maîtrise réside en ce qui l’entoure directement. L’air, l’atmosphère, la pression. Il peut créer une bulle d’air autour de son visage et entrer dans les profondeurs de la mer ou de l’océan sans manquer d’oxygène. Ainsi que déplacer une zone d’air à un autre endroit, comme par exemple vider les poumons d’une personne et diriger l’oxygène dans la gorge ou même en dehors du corps. Ses capacités s’étendent jusqu’à la structure même des atomes qui constituent l’air, lui permettant de durcir ou amollir une zone particulière, afin de parfois flotter au dessus du sol. De plus, il peut renouveler ses propres réserves d’oxygène et tenir plus longtemps sans reprendre sa respiration. Cependant, plus il étend ses pouvoirs à une zone éloignée vis-à-vis de lui, plus sa maîtrise est instable et soumise aux aléas des frottements avec le vent. En général, il ne peut pas aller plus loin que sa vision ne lui permet, et à partir d’une trentaine de mètres, sa maîtrise se déstabilise, devient bancale et le rend fébrile. Dès lors qu’il essaye de pousser plus loin, plus fort, son corps est soumis à des tremblements, parfois très violents.


Souhait

Le souhait le plus cher de Dakho serait de ne pas avoir causé la dissolution de leur groupe. De ne pas avoir perdu son sang froid ce jour-là. De ne pas avoir poussé son ami à bout, au point qu’un combat éclate entre eux et qu’il fasse rage. Il aurait aimé pouvoir le convaincre d’une manière plus subtile, et surtout ne pas le blesser durant la procédure. Tout le reste, sa fugue, son arrestation, il s’en fichait, il méritait bien de souffrir pour le mal qu’il (lui) avait causé.

Emergence

La nuit, il rêve de silhouettes brumeuses, de visages floutés, de voix grésillantes. Des événements qui lui semblent réels, trop poignants pour n’être que le produit de son imagination. Il se réveille en sueur, entend encore un souffle familier qui glisse à son oreille, des cris résonnant en un écho au loin. Il peut sentir l’oppression lui coller à la peau. Il se trouve à l’étroit dans son propre corps, un court instant. Avant que tout ne s’efface en une fraction de secondes.


La présence des émergés parmi la population a été confirmée au cours de cette année, que pensez-vous de ces individus qui parcourent les rues de Genosha ? N'avez-vous pas peur qu'ils causent de nouveaux attentats ou pensez-vous que Hydra se cache derrière tout ça ?
A l’heure actuelle, ils peuvent marcher à côté de vous dans la rue, habiter la maison d’en face, ou bien même s’asseoir derrière vous au cinéma, sans que vous ne remarquiez la moindre différence. Ils sont parmi nous, dans la foule, dans l’ombre, et personne ne semble les voir. Tous les regards sont braqués sur ceux qui sont devenus des célébrités malgré eux. Je pense plutôt qu’on devrait les laisser tranquille, et les laisser vivre en paix, tant qu’ils ne causent pas d’ennuis. Au lieu de trouver un coupable à pointer du doigt, regardez-vous dans le miroir, et réfléchissez-y à deux fois.

Pensez-vous que les mesures et la pression mise en place par les autorités est-elle un mal nécessaire ? Que pensez-vous de la grande rafle organisée par la garde rouge lors de l'Ultimate festival ? Certaines rumeurs parlent d'un groupe de recherchés qui sèmeraient la pagaille sur l'île, en avez-vous entendu parlé ?
Faisant partie des forces de l’ordre, je n’ai pas vraiment mon mot à dire dans l’histoire. Bien sûr, je fais mon boulot, mais ça ne veut pas dire que je cautionne tous les actes qui sont rangés sous la bannière de la justice. Instaurer un couvre-feu ou mettre en place des fouilles spontanées engendreraient une source de pression supplémentaire, plutôt que de contribuer à la protection des citoyens. Tout comme le Festival, qui devait être annonciateur d’un moment de détente et de plaisir, s’est retrouvé être la cible d’un mouvement de panique générale. Il faut penser judicieusement, et éviter de donner l’impression que nous ne sommes plus en sécurité, au risque de répandre la crainte et la peur même dans nos foyers.

Une majeure partie de la population est sujette à des rêves plus qu'anormaux, est-ce votre cas ? Comment pouvez vous expliquer qu'autant de personnes soient touchées?Ecoutez, je confesse que je suis sujet à divers réveils intempestifs en pleine nuit à cause de cauchemars incontrôlés, et de mini crises. Mais en soi, qui n’a jamais sursauté dans son lit à cause d’un mauvais rêve, hm? Plus sérieusement, ce n’est qu’une rumeur, oubliez-la. Concentrez-vous sur des éléments plus importants.


pseudo

Mme Sameyr Laput ou Mr Balek Ouy

sexe/age

24h/24, 7j/7. Un doublon.

pays

L’Arche Hypérion But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3603413558

DC

Non c’est le neuvième pas le deuxième Arrow (même si y a eu un reroll et deux suppressions depuis But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2526280923)

personnage marvel, scénario ou inventé

Un scénario pas terminé de la choute Awen But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 1033788476

niveau d'émergence

2

niveau de maitrise

2

Désirez-vous un parrain/marraine

Je veux… un avocat But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2394973004

vous nous avez connu...

A force de traîner avec vous j’espère bien que je vous connais maintenant But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3603413558

un dernier aveu

#LaFauteACathouest
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 2 Avr - 16:12

Before Genosha

we all have to start somewhere




Un écho tambourine au creux de sa cage thoracique, résonnant en ses entrailles. Le sang pulse dans ses veines, les gonflant, cognant à ses tempes. Ses oreilles bourdonnent et le silence l’entoure tandis qu’il se tend. Il serre les dents, sa mâchoire se crispe. Plissant les paupières, il fronce les sourcils et pince les lèvres. Quelque chose gronde au fond de lui, un sentiment diffus qui s’épanche, le brûle, le consume. Sa langue est lourde contre son palais, et sa gorge est enserrée, tandis qu’il grogne. Une sensation l’empoigne, un vide se creusant entre ses côtes. Ses muscles le tiraillent, alors que son corps se tend. Le paysage qui se dessine sous ses yeux ne lui plaît aucunement. Et il déteste l’image qui s’imprime à l’arrière de ses paupières. Dès qu’il ferme les yeux, c’est tout ce qu’il voit. Elle. Et lui. Enlacés. Amoureux. C’est dérangeant. Dégoûtant presque, dans un sens. Il n’arrive pas à se décrocher de la scène, à dévier son regard de ces deux êtres qui se tournent autour. Qui s’embrassent et qui s’aiment. Quelque chose pince sous ses côtes, enserre l’organe, compresse ses poumons. Un grognement lui échappe, glisse sur ses lèvres, et il serre les poings. Ses ongles raclent ses paumes, rougissant sa chair, tandis que ses phalanges blanchissent sous la pression. Il s’épanche, se perdant dans ses pensées, ses iris fixés sur l’horizon. Le temps s’emballe, au même rythme qui pulse en sa poitrine. Il doit faire taire ce bruit qui le rend sourd, et calmer cette colère qui gronde en lui. Apaiser ses tourments, calmer ce brasier ardent qui le consume. Éteindre le feu rageur et étouffer les flammes de sa haine.

Il s’élance, tranche les airs, perturbant l’atmosphère. Il s’interpose entre eux, perce leur bulle qui éclate en morceaux. Une myriade de fragments qui s’éparpillent, transpercés par le timbre de sa voix. Il crache son poison, siffle sa rancœur, grogne sa fureur. Ses paroles sont teintés de colère, d’amertume, de reproches. Il blâme cette fille, qui l’éloigne de son ami. Sa simple présence l’écarte de lui. Il se sent abandonné par son meilleur ami. Rejeté, oublié. Alors qu’il représente tout à ses yeux. Il est sa vie, son point d’ancrage. Cette personne dont il ne peut se passer. Et cette garce s’immisce entre eux, déchire leur groupe comme du papier. Junno ne le voit pas. Pas comme lui, le voit. Et cela déchaîne sa rage contenue, qui se libère de ses chaînes à présent. Dakho cherche à le protéger, en le confrontant à la réalité. En lui exposant les faits. Lui disant qu’il ne peut confier son secret à elle, parce qu’elle en serait effrayée. Et qu’elle le briserait par la suite, ne laissant sur son sillage, qu’une coquille en miettes. Les tessons de son être emportés par le vent, étouffés par le silence. Il ne peut laisser cela arriver, et sombre, de plus en plus. Dans la colère, dans la rage, dans la haine. Elle brûle en ses entrailles, picotant le bout de ses doigts. Sa peau est échauffée, et l’air autour de lui vibre beaucoup trop vivement. Junno éclate, lui aussi, et Dakho se laisse entraîner dans le gouffre qui les abîme. Dans l’abysse destructrice, qui les brise tous les deux. Le combat fait rage, les grognements et les cris n’étant plus que la seule mélodie à ses oreilles. Ses poings s’écrasent sur son ami, alors qu’il essuie les coups lui aussi. Sa peau est à vif, ses muscles brûlent tant il se laisse aller, mettant toute sa force dans le combat. Toute son énergie, concentrée sur les particules dans l’air, alors qu’il laisse ses pouvoirs s’enclencher. La matière toute entière est ébranlée, balancée en plein milieu de cette bataille qu’aucun des deux n’a jamais voulu. L’ombre de la guerre rôde, tapie dans l’obscurité.

L’anarchie, la beauté archaïque. Troublée en un instant. En une fraction de seconde. Le paroxysme, à peine frôlé, jamais atteint. Et déjà, tout s’écroule. Un craquement, qui résonne en un écho imperturbable, des débris qui jonchent le sol. Clignant des paupières, le souffle court et la respiration extatique, il reprend brusquement contact avec la réalité. Une autre image s’imprime sur ses iris, tandis qu’un écho plus lent se répand au creux de sa cage thoracique. Son souffle se perd dans l’atmosphère, ses pupilles se dilatant au point d’en cacher ses iris. Une silhouette, tombée au sol, des contours flous, et du sang. Liquide vermeil qui s’écoule, scintillant sous les rayons lumineux. Dakho ne respire plus, et cherche Junno des yeux, au ralenti. Le temps se fige, tout comme son ami. Et le brun se perd, ses iris accrochés aux contours de la silhouette du plus jeune. Par un pur réflexe, alors que le contre-coup de l’adrénaline se fait ressentir, il s’élance vers lui. Ses paumes agrippant ses épaules, il le secoue quelque peu brusquement. Sa voix, fébrile, s’échappe de sa gorge brûlante et serrée. Junno! Il l’appelle, encore, et encore. Lui intime de partir, de s’enfuir. Il ne veut pas qu’il voit le désastre qu’il a causé. Qu’ils ont causé. L’amertume et la nostalgie, teintées de regrets, rongent son âme, dévorent ses entrailles, alors qu’il le pousse à s’en aller. Il durcit la structure de l’air pour l’évincer, l’écarter des lieux, l’emportant au loin. Sans regarder en arrière, le brun s’échoue au sol, ses doigts parcourant la peau de la victime. Il appuie sur son poignet, cherche un pouls, très faible écho qui le rassure. Ravalant difficilement sa salive, il ne décroche pas son regard du sang qui s’épanche. Sa main tremble alors qu’il fouille dans ses poches pour trouver son téléphone. Composant le numéro des secours, il appelle les ambulances, lançant un ultime regard en arrière. Vérifiant que son meilleur ami s’en est tiré.

Il prend le blâme, il prend le drame. Sur ses épaules, repose le poids des accusations. Ses poignets brûlent, tandis que les bracelets métalliques enserrent sa peau à vif. Il marche, tête baissé, la mine sombre, dans les couloirs de la mort. Son esprit s’épanche, alors qu’il repense à cette fois-là. La dernière fois qu’il a vu Junno en vie. Qu’il l’a vu tout court. Après l’incident, il n’est plus jamais apparu. Fermant les paupières, Dakho ravale sa salive, une boule enserrant sa gorge. Son corps tremble subrepticement, alors qu’on l’amène à sa cellule. La fatalité le suit telle une ombre, à chacun de ses pas fébriles. La fois-là, il a réussi à filer, lui aussi. A s’échapper et à passer sous les radars. Il a vécu comme un renégat, coupant tout contact avec le groupe. Ne voyant plus ses amis, il est resté terré dans l’obscurité. La souffrance, et la solitude, ses seules amies, la peine et les remords, ses seuls confidents. Il a usé de ses pouvoirs, pour trouver de quoi survivre, de quoi se protéger. Un instant, figé dans le temps. Où plus rien n’a compté. Où même sa vie n’a plus eu d’importance. Le cliquetis des barreaux le tire de sa torpeur, alors qu’il rouvre les paupières. Son regard fade, voilé, embué, perdu sur le mur gris qui lui fait face. On le pousse dans le dos, et il avance en titubant. Passant la grille, et à présent dans sa cellule, il sent qu’on lui tire les poignets, pour lui retirer les menottes. Il grimace en serrant les dents. La douleur là, n’est rien comparée à ce qu’il a ressenti en apprenant le départ de Junno. Tel un coup en plein dans l’estomac, il a succombé. Un frisson glacé lui parcourant l’échine, gelant sa colonne vertébrale, givrant ses entrailles. Il a fuit sa cachette précaire, s’élançant instinctivement pour retrouver sa présence. L’écho de ses pas tremblants lui revenant en mémoire, ainsi que la pulsation qui a crépité sous ses côtes. Ses oreilles bourdonnent, tandis que les souvenirs affluent. Des moments heureux, des instants plaisants. Et la seconde près, où il s’est fait avoir. Où les forces de l’ordre l’ont attrapé, ont saisis ses bras avec brutalité. Stoppé, abruptement, en plein dans son élan. L’écho de son hurlement beaucoup trop bruyant, n’étant plus qu’un silence étouffé à ses tympans. Ses genoux ont claqués contre le sol, alors qu’il n’a émis aucune résistance. Acceptant son erreur. Acceptant son sort. La fatalité s’abattant sur lui telle une vague qui l’emporte dans l’abysse. L’abîme qui craque encore sous ses pas, l’horreur s’accrochant à sa cheville pour l’emmener dans les tréfonds des limbes. Un soupir discret glisse sur sa langue, alors qu’il contemple encore ce mur gris et terne. Seul, dans sa cellule, et perdu dans ses souvenirs, Dakho entrouvre ses lèvres. Il inspire, et expire. Son esprit hanté par les images qui s’impriment sous ses paupières. Son souffle, fébrile, hachuré, extatique et tremblant se perdant dans les airs, étouffé par l’atmosphère. Il accepte son destin. Accepte sa fin.

house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 2 Avr - 16:12

After Genosha

Life goes on




Un souffle glisse sur ses lèvres entrouvertes, ses pas claquant contre la texture du sol, tandis qu’il s’arrête brusquement. Jambes tremblantes, muscles crispés, peau à vif. Joues échauffées, pupilles dilatées, yeux écarquillés. Sa gorge le brûle de par sa course effrénée, sa respiration devenant erratique, le poids de la réalité pesant sur ses épaules. Ses iris s’accrochent à la scène qui se joue là, sous ses yeux. Bien trop tangible, elle l’empoigne au travers de son âme, transperçant son organe qui pulse sous ses côtes. L’écho d’un battement raté se répercutant au creux de sa cage thoracique. Il cligne des paupières, un éclat d’horreur pétillant sur le voile de ses iris, à l’instant où ses traits se durcissent. Sa mâchoire se crispe, et il serre les dents en s’élançant, ébranlant son immuabilité précaire pour traverser l’espace qui le sépare de lui. Ses pas résonnent furieusement dans la pièce sombre, son être bouillonnant comme jamais. Le sang ne fait qu’un tour dans ses veines qui se gonflent sous l’assaut de l’adrénaline. Il cogne à ses tempes, sans jamais s’arrêter, et les percussions résonnent jusqu’à ses oreilles bourdonnantes. Le temps se fige à mesure qu’il s’approche de lui, sa main étendue en avant, paume ouverte, ses doigts cherchant le contact de la silhouette. Traçant les contours pour définir si tout cela est bien réel et pas un mauvais rêve. Sa langue est lourde dans sa bouche, et sa gorge, enserrée par ces émotions qui le transcendent, par ces sentiments qui l’empoigne, et ces sensations qui le tiraillent. Le tableau le rend nauséeux, alors que sa vision se brouille un instant, son corps tremblant subrepticement. A hauteur de la forme avachie contre le mur, il se laisse échouer au sol, ses genoux claquant à terre avec force et brutalité. Ses os sont secoués, mais pas autant que son esprit, son être tout entier. N-Non… Non… La pulpe de ses doigts frôle cette joue, d’habitude chaude et colorée, à présent glaciale et pâle comme jamais. La bile lui remonte et il cligne des paupières, chassant le voile embrumé qui lui obstrue la vision. Ses lèvres tremblent, son souffle bloqué à même sa gorge, lui brûlant les poumons. Sa paume enserre ce visage qu’il connait bien, et qu’il a toujours aimé. Sa voix, ébranlée, tremblante, résonne dans la pièce, s’écrasant contre les murs abruptement. Il hurle son prénom, l’appelle, encore et encore. A revenir à la vie. A revenir vers lui. Dakho tapote ses joues, glisse ses doigts sur ses poignets, cherchant un pouls. L’attente est bien trop longue, tandis que son monde cesse de tourner. Son coeur se brise, les fissures s’étendant à chaque seconde passée à scruter ce visage dénué de vie. Les miettes de son esprit s’estompent alentours, les fragments de son âme à jamais déchirée par la douleur et la souffrance.



Le regard fatigué, des cernes soulignant ses paupières, ses iris se perdent sur l’horizon. Ses jambes balancent dans le vide, le vent caresse ses cheveux, les faisant se mouvoir lentement. Il penche la tête sur le côté, les souvenirs affluent à son esprit embrumé, les images s’inscrivant sous ses paupières dès qu’il ose les fermer. Dès qu’il espère pouvoir trouver la paix, et un peu de silence, la scène le frappe violemment, plus réelle qu’elle ne l’a jamais été. Le brouhaha et l’écho de ses cris transcendent son âme, empoignant son esprit à vif. Une marque qui le suit partout, et ne s’estompe jamais. La guerre se joue entre ses sentiments et sa raison, tandis qu’il serre les poings à s’en blanchir les phalanges. Ses ongles raclent ses paumes à présent rougies, et il tente de contenir ses grognements. Ses plaintes et ses soupirs qui s’échappent de sa gorge. Une exclamation glisse sur ses lèvres lorsqu’il rouvre les paupières. Ses iris sont voilés d’une brume opaque, des perles salées roulant sur ses joues. Il mordille ses lèvres, le regard perdu s’élevant vers le ciel. Le crépuscule peint les nuages et le firmament de ces couleurs orangées, rosées dans les tons pâles. Et son coeur saigne, un liquide carmin et vif qui tranche avec la beauté du paysage. Il ne peut retenir un sanglot, ses émotions se déversant en lui et le transportant dans l’abîme. Il s’épanche, laissant les émotions le détruire de plus en plus. Il repense, encore et toujours, à ce soir là. A cet instant précis où son coeur s’est arrêté de battre, et où le temps s’est figé à tout jamais. Ce moment, ancré dans sa vie, où une partie de lui s’en est allée. Où il s’est senti incomplet, un bout de lui s’évaporant pour toujours. Hey… Il essaye d’esquisser un sourire au travers de ses larmes, son regard plus brillant à présent. Ses lèvres s’étirent, un goût fade embaumant dans sa bouche. Est-ce que tu me vois seulement ? Il inspire, sa peau picorant désagréablement. Ses muscles tremblent et il laisse échapper une nouvelle plainte, reniflant bruyamment. Sa gorge le tiraille et il se mordille les lèvres, fermant les yeux, tentant de réfréner la douleur et l’horreur. Je… Je sais pas ce qui se passe là où tu es mais… Un silence, seulement coupé par le vent qui s’écrase sur ses joues. Rouvrant les paupières, il reporte son attention sur le ciel, le soleil qui se couche, traçant des ondes colorées entre les nuages. J’espère que tu vas bien, frangin. Un fin sourire, amer étire ses lèvres, son visage devenant plus doux, à la mention de son frère. Une perle salée roule sur sa joue, alors qu’il lève sa main, pour l’essuyer rapidement. Le vent se glisse sous ses vêtements, faisant se lever les pans de sa chemise déboutonnée. Dakho se perd dans les nuages, son esprit voulant rejoindre ce frère qu’il a perdu voilà de cela quelques mois. Le même qu’il a retrouvé à l’agonie, suite à une trop grande assimilation de drogue. Il est parti, sans se retourner. Il a laissé une famille brisée derrière lui, écorchée, ébranlée. Et étrangement, son absence a redonné le goût de la présence à ses proches. Dakho n’a jamais été plus impliqué dans la vie de famille que depuis cet incident. La perte d’un être cher, pour gagner l’affection du reste de la famille. Il peut le remercier, pour l’ironie du sort.

Je viens te voir parce que… Sa langue claque contre son palais, tandis qu’il se penche en arrière, ramenant ses jambes vers lui pour les croiser en tailleur. Juste à côté du gouffre, il se tient, sans la moindre crainte pour l’avenir qui lui semble précaire en cet instant. Il peut tomber et ne plus se relever. Tout comme il peut se laisser échouer en arrière et ramper par la suite. Mais là, il reste bloqué, le regard tourné vers le ciel. Parce que j’ai quelque chose à te dire. Il inspire, longuement, clignant des paupières, se calmant doucement. Ses émotions sont toujours à vif et bouillonnent en son être, mais quelque part, la sérénité de l’endroit a eu raison de lui et de son esprit brûlant. Comme si l’âme de son frère perdu se trouve là et qu’il a apposé sa main sur son âme à la dérive, le ramenant sur la berge, l’accrochant à une ancre salvatrice. J’ai réussi, petit frère. Il esquisse un sourire, un ricanement amer lui échappant. Je suis pris. Ses iris descendent sur l’horizon, qu’il contemple avec amertume. La solitude lui caressant la peau, et frôlant son coeur ébréché. Le poids de ce vide le traîne depuis trop longtemps, et il a besoin de se bouger. De trouver un point d’ancrage et d’avancer. De se relever à chaque fois qu’il tombe, pour montrer sa force et sa volonté de se battre, pour sa vie. Pour celle de ses proches. Pour les autres. Pour ceux qui ont besoin de lui. Et c’est grâce à toi. Un murmure, qui est étouffé par l’atmosphère, emporté par le vent au lointain. Un souffle qui s’estompe dans les airs, remontant vers le ciel pour être chuchoté à cet être cher qui manque à sa vie. Alors merci. Un dernier sourire, et le voilà qui se redresse déjà, tapotant son jean pour retirer la poussière. Il lance un dernier regard vers le ciel, hoche la tête et se détourne, s’élançant sur le chemin de terre pour reprendre le cours de sa vie. Il s’est arrêté pour lui parler, le remercier, et pour décharger sa conscience, vider son âme. Et il en ressort plus vivant que jamais. Il a perdu un frère, mais il gagne tellement plus grâce à lui. Sans cet acte qui l’a arraché de sa famille, Dakho n’aurait jamais voulu sauver ceux dans le besoin. Il n’aurait pas eu le désir ardent de protéger les jeunes de ce poison et des drogues. Quelque part, à travers ce choix qui va à présent dicter sa vie, il peut sentir la marque de son frère. La signature de son être, son essence même coulant dans ses veines. Il sera toujours là, avec lui. Peu importe où il ira.



Dakho soupire, passant sa main sur son visage fatigué. Il regarde le dossier qui est ouvert sur son bureau, en pinçant les lèvres. Sa tasse de café est vide, le commissariat quasiment désert, et il n’a rien de mieux à faire pour l’instant. A part relire encore et encore ce rapport prononcé par un de ses collègues. Il grommelle, se penchant en arrière, ses épaules s’enfonçant dans le dossier de sa chaise. Ses iris scrutent le plafond, tandis qu’il joint ses mains, réfléchissant à comment il va pouvoir s’occuper de cette affaire. Son esprit fuse de toutes parts, cherchant la moindre faille, le meilleur moyen pour couvrir une légère faute commise par un de ses comparses d’Hydra. Cela fait bien quelques mois qu’il a été contacté par l’organisation, et rencardé par son ami, Laserian. Il croit aux idéaux de cette branche de l’île, mais ne veut pas en faire directement partie. Il est bien, à son bureau, dans son rôle de flic. Mais travailler indirectement pour l’organisation et couvrir ceux qui font changer les choses, ça l’intéresse bien plus que d’aller se terrer au quartier général. Il file droit au boulot, mais reste dans l’ombre concernant ses pensées et sa vie privée. Bien évidemment, il se retrouve parfois face à des coquilles qui échappent aux grandes têtes de l’organisation. Obligé de s’occuper de certains cas et de quelques dossiers impliquant les agents de l’hydre, il est donc confronté à son coeur et à sa raison, qui se livrent une bataille furieuse en son esprit. Un soupire glisse à nouveau sur ses lèvres, alors qu’il ferme les yeux, cherchant désespérément une conclusion à ce dossier. Il reste ainsi, en proie à ses propres réflexions, quelques minutes, avant de se redresser. Le regard fixe scrutant la porte du bureau du chef qui vient de s’ouvrir en grand. Il le voit en sortir, en grande conversation au téléphone, et en profite pour se masser la nuque, les coudes reposant sur la table. Son regard accroche sa tasse vide, et il se lève alors sans perdre de temps, filant dans la salle de repos. Déposant le récipient sous la machine à café, il fait couler le breuvage caféiné, ses méninges vrillant son crâne. Ce n’est que lorsque sa tasse est remplie, que l’idée parfaite lui vient à l’esprit. Dans un mouvement précipité, il attrape le récipient au contenu encore fumant et se rend à son bureau, s’asseyant sans la moindre élégance. Il entend encore l’écho résonner de la tasse contre la table lorsqu’il attrape son stylo, pour apporter des modifications à ce dossier. Eclaircir le mensonge qu’il couche sur le papier avec cette encre noire, pour étouffer l’affaire réelle. Obscurcir les pistes menant à cette organisation, qui, à son sens, apporte plus de choses que les structures du gouvernement. Pour lui, ce n’est qu’en restant dans l’ombre et en jouant avec l’obscurité, qu’il peut mieux voir la lumière éclairer le monde de sa lueur plus brillante. Et déverser son éclat scintillant sur les ténèbres qui rongent les moindres recoins et parcelles de cette réalité tangible et précaire.

house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr115 / 55 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Maitrise :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr115 / 55 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Messages : 1099
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Lun 2 Avr - 16:31
Bblblblblblblblblblblblblblblblblblblblbl But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 1737580043

Enfin tu es là But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2089296626 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2089296626 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2089296626 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2089296626

Re-bienvenu mon beau, on va bien s'éclater But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 1033788476 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234
Revenir en haut Aller en bas
Sean Caglar
Humain
Sean Caglar


https://houseofm.forumactif.org/t3474-sean-if-i-m-waitin-it-s-on-my-throne https://houseofm.forumactif.org/t3417-fck-this-shit-i-m-out-sean
More about you :
Acting on your best behaviour
Turn your back on mother nature
Everybody wants to rule the world

But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Tumblr_pd07rbqh2D1w8fkhpo2_500

Codename : Black Flag
Pouvoirs : A part celui d'être une épine dans le pied de tout le monde, Sean n'a aucun pouvoir. C'est simplement quelqu'un qui sait manier les mots, qui s'en sert pour parvenir à ses fins.
Emergence :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr111 / 51 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Maitrise :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr110 / 50 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Messages : 486
DCs : Gabriel, Marc, Lorna, Lucy, Ben & Jess Jones

Lun 2 Avr - 16:39
Re-Bienvenuuue But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3805339103 Enfin, Junno va cesser d'être insupportable maintenant que t'es là But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723

___


You should see me in a crown

Count my cards, watch them fall. Blood on a marble wall. I like the way they all scream. Tell me which one is worse : Living or dying first. Sleeping inside a hearse, I don't dream  ▬ I'm gonna run this nothing town

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 2 Avr - 20:54
Re-bienvenue sur le forum :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 2 Avr - 21:10
Hiiii merci les filles :cute: But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2397947188

Espérons que Junno se calme oui But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723 Même si c'est pas gagné But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 1033788476

Et oui je suis là mon tout beau But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 4285792215 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3805339103 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 106055577 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2679766234
Allons faire des folies But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 1499035354 But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3039104717 What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Paige Guthrie
Mutant
Paige Guthrie


https://houseofm.forumactif.org/t2569-paige-you-made-my-skin-burn https://houseofm.forumactif.org/t2543-paige-under-my-skin
More about you : But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Uttk
Codename : Husk
Pouvoirs : Elle est une omni-morphe transitionnelle. Elle peut altérer la structure moléculaire de son corps sous sa peau. Lorsqu’elle arrache sa peau, son épiderme prend n’importe qu’elle forme et elle obtient ainsi les capacités de cette forme. Elle peut ainsi guérir plus vite, avoir une peau solide, être plus lourde ou légère, être plus rapide ou être plus forte ect. selon le cas. Elle peut transformer son corps complet ou juste une partie. Sa transformation dure en général une heure. Elle peut aussi se fondre dans le décor à la manière d'un caméléon pour se camoufler.

But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 27016687_10156971199749428_2050920873_o
Emergence :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr113 / 53 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Maitrise :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr114 / 54 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Messages : 711
DCs : Maria, Casey, Laura, Grace, Laserian et Harper

Mar 3 Avr - 13:51
Rebienvenue toiiii But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2547857164

Amuses-toi bien avec lui But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 16650110 Et garde Junno loin de Laura Steuplait! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 4 Avr - 9:19
L'arche d'Hypérion ? Je te demande pas si tu joues à Borderlands But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 2089296626

Re-bienvenu en tout cas But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3542309723
Revenir en haut Aller en bas
Entropy
Modo
Entropy


More about you : « Entropy. The things that fall apart. The center that cannot hold. [...] It is a universal constant, and from it flows all the fundamental chaos and disorder that you find so appealing. »
Codename : Entropy.
Emergence :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr115 / 55 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Maitrise :
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr115 / 55 / 5But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho Fonddr11
Messages : 245

Mer 4 Avr - 20:43

FÉLICITATIONS

you are one of us now

Tu as officiellement perdu tes souvenirs et tu es maintenant un habitant de l’île paradisiaque de Genosha!


C'est naze, je te valide pas et Junno restera célibataire for ever But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3603413558 J'aime pas du tout cette fiche But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3603413558 (blblblblb) Tu sais ce que je penses de ta façon d'écrire et cette fiche est juste superbe ! Amuse-toi bien avec lui et essaie de remettre Junno dans le droit chemin, il en a besoin ce p'tit con But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho 3603413558


Maintenant que tu es validé, que tu as ton groupe et ta couleur, il est maintenant le temps de t’amuser avec nous! Mais avant tout pense à passer dans ce sujet pour recenser ton pouvoir et/ou ton métier et/ou ta ville de résidence. Ensuite, va poster ta fiche de liens et de rps pour qu’on puisse venir t’harceler! Essaie de faire un petit résumé de ton personnage dans la partie prévue à cet effet pour faciliter l'échange d'idées. Si tu es un peu perdu n'hésite pas à faire un tour dans la partie I need a hero. Si tu souhaites t'inscrire au loto du RP, tu n'as qu'à t'inscrire! Un partenaire et un sujet te seront donnés! Tu peux aussi créer un scénario.  Surtout, n’hésites pas à passer sur la CB, dans les jeux et le flood pour du fun fou!

J’espère de tout mon cœur que tu te plairas sur House of M!

Il ne me reste qu’à te dire : BON JEU!
house of memories
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
But now you see how I've come to be a monstrosity | Dakho
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: Fiches de présentations-
Sauter vers: