RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Life isn't that simple (Matthew&Anja)
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 21 Mai - 20:24
Life isn't that simple


Assise ou plutôt recroquevillée sur mon grand lit, j’ignore le bazar qui se trouve autour de moi. Mon lit est loin d'être fait, il y a des vêtements qui traînent un peu partout dans la pièce, des bouteilles vides d’eau également, des livres ou cahiers qui ont glissés jusqu’à son mon lit et des mouchoirs, cotons et autres qui commencent à déborder de la poubelle. Et tout cela probablement en à peine plus d’une semaine temps car si j’étais très douée pour l’organisation dans le travail, je trouvais assez peu de temps pour qu’il en soit de même avec ma chambre à coucher ou mon salon. Je me faisais rigueur généralement une fois toutes les semaines ou toutes les deux semaines pour que cela fasse figure de lieu où l’on puisse vivre. Mais aujourd’hui, bien que ce fut mon jour de repos, je n’avais pas les idées à cela. J’avais plutôt les idées à bien des choses. J’aurais voulu trouver le temps de me détendre, me relaxer mais mon cerveau tournait trop vite pour ça. J’aurais voulu le temps de me prélasser dans mon bain mais je n’avais dans mon appartement qu’une douche et pas la foie de me rendre dans la maison de famille, vide depuis le dernier passage de mes parents. J’aurais voulu tant de choses et pourtant je restais là, recroquevillée sur moi-même, mon menton sur les genoux, à fixer cette photographie dans ce dossier que je constitue. Ou plutôt deux photographies. L’une de mes parents à ce qui devait être un événement de charité à l’époque où nous étions revenus vivre sur l’île. Je pouvais situer facilement la date parce que j'apparaissais, visiblement distraite sur un coin de la photo. Mes parents souriaient. Ma mère avait cette façon de regarder mon père, avec les yeux brillant et attendris, qui me donnait toujours envie de sourire. Mais mon attention était sur un autre protagoniste. Un homme d’une quarantaine d’année à l’époque, son bras par dessus l’épaule de mon père, riant visiblement à une blague de ce dernier. Certes le visage de cet homme m’était familier mais je ne le connaissais pas. Et jusqu’à peu je ne connaissais pas son nom. Car la seconde photographie venait d’un journal, récent, où l’on présentait cet homme comme un membre d’HYDRA qui venait d’être arrêté pour trafic de drogue. Je fronçais les sourcils. Il ressemblait vraiment à l’homme sur la photo avec mes parents. Mais la photo que j’avais récupéré n’avait pas de légende. Je ne pouvais être certaine. Mais je connaissais quelqu’un qui pourrait bien avoir l’information. Et si j’allais voir cette personne plutôt que de rester là à me prendre la tête et à essayer de comprendre. Je refermais le dossier et tendais la main pour attraper le jean le plus proche. Je vérifiais d’un coup d’oeil qu’il n’était pas tâché avant d’entreprendre de m’habiller. Je tentais de mettre un coup d’ordre dans ma chevelure mais j’abandonnais assez vite. Un peu d’eau pulvérisé et mes cheveux vivront leur vie comme ils leur semblent. Je glissais précautionneusement mon dossier dans un grand sac à main avant d’attraper mes effets personnels et de quitter l’appartement, ma veste en cuir sur les épaules. Je pris la direction de Fenyick. Parce que je savais que c’était là bas que j’avais le plus de chance de trouver Matthew, dans ce casino qu’il détenait. Matthew était un ami de longue date de mes parents, peut être pourrait-il avoir réponses à ma question. Enfin mes questions mais je savais que je ne poserais pas les autres questions, trop peureuse de ce que je découvrirais. Et puis je ne savais pas si Matthew aurait ces réponses là de toute manière. Reconnaître quelqu’un sur une photo, je pensais qu’il pourrait me confirmer mes doutes. Mais les activités peu légales dans lesquelles auraient trempé mes parents ? J’en doutais. Après tout Matthew était, de ce que je savais, beaucoup plus un homme honnête que ma famille, ou d’autres de mes fréquentations. Je secouais la tête en descendant de la ligne de bus que j’avais emprunté. Je devais pas trop penser à toutes ces choses de toute manière. Qu’est-ce que ça ferait de savoir ? J’en savais assez sur mes parents. J’avais pas grandi au milieu de la guerre tout en les pensant blanc comme neige. Pourquoi continuer à retourner le couteau dans la plaie ? Probablement parce que j’avais l’impression que j’avais besoin de savoir qui ils étaient pour savoir qui moi j’étais. Je finissais par arriver devant le casino et je prenais une grande inspiration. Je passais sans mal les portes, expliquant juste que je venais voir M. Denvers. Je venais pas extrêmement souvent ici mais juste assez pour ne pas avoir de problème pour passer l’entrée. Je levais les yeux vers le plafond en marchant, suivant quelqu’un qui m’avait dit me mener jusqu’à Matthew. Je passais une porte et re-baissais le regard. Un sourire se dessina tout de suite sur mon visage en apercevant celui que j’ignorais pas être mon protecteur. Même si je lui assenais souvent que je n’avais pas besoin de protection, il était toujours plaisant de le savoir là. Matthew ! Je franchissais les quelques pas qui nous séparaient pour lui donner une accolade et l’embrasser sur la joue. Je te ne te dérange pas j’espère ? Je passe un peu à l’improviste, je pourrais revenir plus tard. Mais j’avais besoin de te parler de quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
Matthew Denvers
Démon
Matthew Denvers


https://houseofm.forumactif.org/t3002-matthew-show-me-yours-and-i-ll-show-you-mine https://houseofm.forumactif.org/t2988-nightmarish-and-i-whispered
More about you : Life isn't that simple (Matthew&Anja) W5q8y4a

Codename : Nightmarish.
Pouvoirs : - Contrôle des rêves et cauchemars : Que ce soit sur Terre ou dans le Monde de Satan, Matthew est donc capable de s'accaparer les esprits des humains et de rendre leurs rêves les plus merveilleux comme leurs cauchemars les plus atroces. Il est l'ombre cauchemardesque qui mange les hommes sitôt qu'ils s'abandonnent dans les bras de Morphée. Il est celui qui s'accapare leurs rêves et leurs cauchemars, qui les module à son envie.

-Manipulation de la douleur : La souffrance étant un processus complexe, Matthew peut également manipuler la douleur, en tant que telle, aussi bien mentale que physique. Il n'a pas besoin de toucher ses victimes pour leur insuffler des vagues de douleur, qui sont toutes soumises par la force même de son esprit. Il peut imposer de la souffrance à plus d'une personne à la fois, du fait de son statut de démon, mais la souffrance sera plus vive s'il se concentre sur une seule victime. Lui-même, dans le cas où il commandite un supplice, demeure invulnérable à la douleur, car dans ces moments-là, c'est comme s'il était dans un état proche de la transe, et insensible à ce qui l'entoure.

- -Intemporalité : Enfin, par définition, le temps n'a pas d'emprise sur le Démon. Il ne vieillit pas, ni sur Terre, ni en Enfer.

Life isn't that simple (Matthew&Anja) Uwbcr42
Emergence :
Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr114 / 54 / 5Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr11
Maitrise :
Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr113 / 53 / 5Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr11
Messages : 413
DCs : Skye / Aelys / Kaine / Nikki / Aidan / Avery / Gwen / Klaus / Heather / Isaac / Luke / Haiden

Mer 23 Mai - 20:04


Life isn't that simple
Anja ft. Matthew

Le portable dernier cri en main, Matthew s'amusait à le triturer dans tous les sens, alors que son fidèle bras droit l'observait d'un air dédaigneux. Ne lui prêtant nullement attention, Denvers colla son épaule à la sienne, et sortit son plus grand sourire : « Dis cheese. » Scylla n'eut pas la moindre chance de se décaler, que le petit clic familier d'une photographie enclenchée se fit entendre, arrachant un sourire crispé, presque énervé, à la jeune femme. Les bras tendus devant lui et le corps légèrement contorsionné pour aussi bien rendre le selfie le plus classieux possible que   pour s'assurer que Scylla apparaissait sur la photo, le propriétaire du casino réitéra l'opération. Jusqu'à ce qu'un soufflement bruyant le stoppe net dans ses gestes, sans pour autant effacer son sourire des plus narquois. « Je peux savoir à quoi tu joues ? » Un geste du doigt et la jeune femme fut forcée de patienter, rongeant son frein à défaut de pouvoir vraiment discuter. Un nouveau son, propre au portable, retentit, et Matthew quitta l'application qui l'obnubilait tant pour reporter son attention vers celle qu'il torturait faussement. « C'était pour insta. » Son interlocutrice faillit s'étouffer avec son cocktail, manquant de recracher tout le contenu de la boisson. « Tu déconnes ou quoi ? » s'agaçait ce bras droit si renfrogné. Denvers se contenta d'hausser les épaules, sans se départir de son éternel sourire amusé, et surtout contenté. « Quoi ? C'est le genre d'application, il n'y a pas de pitié ! Sitôt que tu arrêtes de poster, les gens décident de ne plus te suivre. Je tiens à garder mes abonnés ! » Les yeux vitreux, le visage lisse, Scylla ne laissait aucune émotion transparaître sur son visage. Ce qui était définitivement effrayant quand on la connaissait. Seules ses mains serrées sur son verre la trahissait. « Tu te fous de moi ? » L'anglais ricana, pas impressionné pour un sou. « Voyons, très chère, tu me connais trop pour penser ça. Mais qu'est-ce qu'il t'arrive à être autant sur les nerfs ? Il ne s'agit que d'une simple photo. » « Une photo sur le net ! Tu le fais exprès ! » ragea soudainement la jeune femme, qui lui balança un journal daté déjà de plusieurs jours dans les bras.

Rieur, le riche homme se contenta de la dévisager en secouant la tête, l'air dépité. « Je ne dis pas ça pour te critiquer, mais tu m'étonnes que tu n'as aucun abonné si le dernier torchon que tu lis date de la semaine dernière. Tu dois te mettre à la page, mon amie. » Scylla demeura de marbre face au reproche futile, avant de cracher : « Regarde les titres, gros malin. Qu'est-ce que tu lis ? » Si Matthew était le patron officiel et officieux de Scylla, il n'empêchait pas qu'elle était bien la seule à avoir le droit de s'adresser ainsi à lui. La plupart du temps, il ne lui en voulait pas. La plupart du temps. « Mamie de 90 ans à gagné au loto, blablabla. Un nouveau centre commercial en phase de construction, blablabla. Le SHIELD capture un terroriste reconnu d'Hydra. Ah. Voilà qui est fâcheux. » « Fâcheux ? Tu peux le dire oui ! Tous les médias s'arrachent l'arrestation d'un de tes employés, et toi tu nous affiches sur le web ! » Matthew ne voyait toujours pas le souci avec ça, ce que Scylla compris à son haussement de sourcil perplexe. « Et s'il te balance ? » Un sifflement s'apparentant à un rire émana du brun qui se leva de son bureau pour chercher une nouvelle vue à partager sur son twitter. « Premièrement, je ne suis pas son seul employeur, je fais partie d'un lot après tout. » maugréa t-il en songeant à ses camarades Fox qui l'agaçaient plus que quiconque sur cette Terre. « Deuxièmement, son cas a déjà été réglé. Mais cela, les journaux se gardent bien de le préciser. » Scylla ne pipa mot. « Et t'as pas jugé bon de me prévenir ? » « Toi ? Bien sûr que non. Des futilités pareilles, c'est sans intérêt. » Ou pas. La jeune femme allait pour rebondir sur ses paroles quand le téléphone de l'anglais vibra. Un de ses employés venaient de le prévenir d'une arrivée imprévue. La vision du message lui arracha un sourire. Mais avant qu'il ne puisse s'expliquer à sa fidèle et loyale compagnie, la porte s'ouvrit pour laisser apparaître une jeune femme bien familière aux yeux de l'homme.

Celle-ci se précipita vers lui, le saluant à sa manière, jeune protégée qui ne cessait de se moquer de son attitude toujours concernée. Et dire qu'à l'origine, il n'en avait que faire de cette petite. Désormais, elle était bien plus importante que n'importe qui sur cette Terre. Ou presque. « Anja ! Je ne m'attendais pas à te voir ce jour ! » La façon de parler de Matthew était à mi-chemin entre la jeunesse exagérée et la vieillesse résignée. Dans tous les cas, elle faisait partie de lui, et participait activement à son charme. Il lança un regard entendu à Scylla qui comprit le message. Les explications attendraient. « Bien sûr que non voyons, Scylla s'en allait à l'instant. » Cette dernière s'était déjà éclipsée, ce qui rassénéra le jeune homme qui guida sa petite protégée sur un des sièges rembourrés de son bureau. « Je t'en prie, assied-toi. Tu veux boire ou manger quelque chose ? » L'avantage quand on détenait un casino entier et aussi luxueux que le Dreamer's Palace, c'est qu'on pouvait tout se permettre. Y compris son propre petit service privé, même dans une des pièces les plus inaccessibles du coin. A la suite de la réponse d'Anja, Denvers se versa lui-même un verre de bourbon avant de prendre place en face d'elle. « De quoi veux-tu me parler ? Cela semble important. » Ses taquineries mises de côté, Matthew était capable, parfois, d'un sérieux déconcertant. Mais pour Anja, il savait faire la part des choses. Et justement, il avait la sensation qu'il devrait se soucier véritablement de ce qu'elle avait à lui dire.    
Ⓒayaraven

___

❝ ô you don't play with the devil ❞ All my friends are heathens, take it slow | Wait for them to ask you who you know | Please don't make any sudden moves | You don't know the half of the abuse | Heathens by Ttwenty One Pilots


Life isn't that simple (Matthew&Anja) 9FLyHSF
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 3 Juin - 15:17
Life isn't that simple


Saisie d’un instant de gaminerie qui ne caractérisait pas réellement la majeure partie de mon caractère, je me jetais au cou de Matthew - façon de parler - pour aller l’embrasser sur la joue - littéralement - pour le saluer. Je captais vaguement l’air surpris - que Matthew me laisse faire -, désapprobateur - que je me comporte ainsi - et un peu dans le jugement qui s’était installé sur le visage Scylla, son acolyte, bien que j’ai jamais réellement osé questionner mon protecteur sur qui elle est réellement pour lui. Je n’y accordais pas la moindre importance, ayant avec le temps découvert que c’était visiblement sa tête naturelle en ma présence. J’avais depuis longtemps compris que cet air était lié à mon comportement par rapport à Matthew, un comportement que personne d’autre se permettait d’avoir. Et personnellement, bien que j’avais appris qu’on remarquait parfois à peine la présence de cette jeune femme particulièrement discrète quand elle le voulait, j’avais aussi appris que Scylla n’était pas exactement l’incarnation du fun et du décontract. Je souris en faisant une petite moue d’enfant surpris sur le fait quand matthew signala qu’il ne savait pas que je viendrais aujourd’hui. J’aurais probablement du le prévenir avant de débarquer comme cela, comme une furie, chez lui. C’était de la correction, le genre de truc que je passais mon temps à prévoir pour mon travail et qui m’énervait quand justement quelqu’un ne le faisait pas dans le cadre de mon boulot. Mais dans ma vie de tous les jours, en contrast avec mon travail, je n’y pensais pas particulièrement. Et je devais dire que ce qui me préoccupait avait franchement éclipsé pas mal de choses. Je demande néanmoins si je ne le dérange pas, m’excusant de passer à l’improviste et disant que je pourrais revenir une autre fois. Je savais qu’il entendrait dans ma voix que je ressentais le besoin de le voir maintenant, d’en parler avec lui maintenant. Matthew me connaissait bien. Mais justement, comme il me connaissait bien, je savais aussi qu’il comprendrait qu’il pouvait très bien me dire que ce ne serait pas possible maintenant et que je pouvais repasser à un autre moment. Dans ce cas, même si cela impliquait que je continue de ruminer avant de pouvoir avoir son avis et peut être des réponses à mes questions, je serais déjà contente de l’avoir vu même quelques minutes. Je voyais souvent Matthew mais nos rythmes de vie à l’un et à l’autre faisait qu’on ne se voyait pas non plus si souvent que ça, moins que les premiers temps après le départ de mes parents quand il avait commencé à s’occuper de moi, me surveiller, me protéger ou un autre terme pour décrire notre relation de façon bien trop simpliste à mes yeux. Mais la voix douce de Matthew me répond que non et je ne peux m’empêcher de sourire. Qui aurait cru quand mes parents m’avaient collé dans ses pattes qu’on s’entendrait si bien tous les deux ? Surement pas moi, alors adolescente qui voulait son indépendance. Je me laisse tomber, avec toute la grâce qui caractérise l’ancien soldat que je suis, dans un des fauteuils de son bureau. Je prendrais bien un verre de la même chose que toi. Le connaissant ça ne serait pas un verre d’eau et c’était donc exactement ce dont j’avais besoin. Parce que j’avais tellement l’estomac serré à propos de toute cette histoire, de tout ce que cela pouvait impliquer, qu’il faudrait bien que je me détende un peu pour en parler. Même si l’effet Matthew m’avait déjà bien détendu. Je me sentais en sécurité en sa présence et ce n’était pas grand monde qui me laissait me sentir en sécurité. Même dans la maison Magnus, pourtant lieu bien sécurisé sur cette île, j’étais toujours en alerte. Il faut dire que la famille Lensherr n’était pas que des plus rassurantes et que, par exemple, Wanda avait une capacité à me faire sentir pas bienvenue dans la pièce des plus… marquantes. Je relève les yeux de mon verre pour regarde Matthew, me mordant la lèvre, alors qu’il a visiblement compris la raison de ma présence ici. Je passe une main dans mes cheveux, ou plutôt je monte une main dans mes cheveux où elle ne put progresser que de quelques centimètres avant d’être bloquée par une impressionnante quantité de noeuds. Je… Je me suis dit que tu pourrais peut être m’éclairer sur la situation mais t’en sais surement pas plus que moi. Je devais bien reconnaître que j’étais vraiment pas sûre qu’il en sache plus. Mais il était déjà adulte à l’époque lui. Et surement plus attentif, de par son métier, aux gens qu’il voyait, dans le genre de soirée où lui et mes parents se rencontraient, que moi. Et puis, je savais même si je l’avouais pas que lui en parler simplement me soulagerait. C’est… à propos de mes parents, plus ou moins. Sauf que je ne voulais pas réellement parler de ce que je soupçonnais à Matthew. Je voulais pas lui dire que je pensais qu’ils trempaient dans le genre de chose qui pourrait les envoyer en prison, et moi pour avoir su et rien dit. Et comment amener la chose ? J’avais pas envie de lui mentir non plus. Je soupirais et me penchais sur mon sac. J’en sortais la photo, et seulement la photo, pour la tendre à Matthew. Tu vois le type avec eux sur la photo ? Je… On dirait celui qui vient d’être arrêté y a peu. Et il a l’air de plutôt bien connaître mon père. Sauf que j’ai aucun souvenir de ça alors… alors je me demande si c’était un de leurs amis ou pas. Pour les prévenir, tu sais. La dernière phrase sentait tellement fort le mensonge que je savais que Matthew s’en rendrait compte. Le reste était plus ou moins vrai bien que formulé comme ça m’arrangeait.

Revenir en haut Aller en bas
Matthew Denvers
Démon
Matthew Denvers


https://houseofm.forumactif.org/t3002-matthew-show-me-yours-and-i-ll-show-you-mine https://houseofm.forumactif.org/t2988-nightmarish-and-i-whispered
More about you : Life isn't that simple (Matthew&Anja) W5q8y4a

Codename : Nightmarish.
Pouvoirs : - Contrôle des rêves et cauchemars : Que ce soit sur Terre ou dans le Monde de Satan, Matthew est donc capable de s'accaparer les esprits des humains et de rendre leurs rêves les plus merveilleux comme leurs cauchemars les plus atroces. Il est l'ombre cauchemardesque qui mange les hommes sitôt qu'ils s'abandonnent dans les bras de Morphée. Il est celui qui s'accapare leurs rêves et leurs cauchemars, qui les module à son envie.

-Manipulation de la douleur : La souffrance étant un processus complexe, Matthew peut également manipuler la douleur, en tant que telle, aussi bien mentale que physique. Il n'a pas besoin de toucher ses victimes pour leur insuffler des vagues de douleur, qui sont toutes soumises par la force même de son esprit. Il peut imposer de la souffrance à plus d'une personne à la fois, du fait de son statut de démon, mais la souffrance sera plus vive s'il se concentre sur une seule victime. Lui-même, dans le cas où il commandite un supplice, demeure invulnérable à la douleur, car dans ces moments-là, c'est comme s'il était dans un état proche de la transe, et insensible à ce qui l'entoure.

- -Intemporalité : Enfin, par définition, le temps n'a pas d'emprise sur le Démon. Il ne vieillit pas, ni sur Terre, ni en Enfer.

Life isn't that simple (Matthew&Anja) Uwbcr42
Emergence :
Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr114 / 54 / 5Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr11
Maitrise :
Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr113 / 53 / 5Life isn't that simple (Matthew&Anja) Fonddr11
Messages : 413
DCs : Skye / Aelys / Kaine / Nikki / Aidan / Avery / Gwen / Klaus / Heather / Isaac / Luke / Haiden

Dim 15 Juil - 13:34


Life isn't that simple
Anja ft. Matthew

Les deux femmes de la vie du britannique finiraient par avoir sa peau, il en était certain. Enfin, concrètement, non, rien ni personne ne pourrait jamais vraiment en finir avec lui. Mais Scylla et Anja faisaient parties de ces très rares exceptions qui pouvaint confirmer la règle. L'une était son bras-droit, sa confidente, son alliée, peut-être même son amie depuis des années. Matthew avait perdu le compte du temps écoulé en sa présence, ne se souvenait même plus de ce qui les avait amené à partager le même chemin. Scylla avait toujours été sienne, et celle-ci n'avait jamais renié cette possessivité étrange. Au contraire, elle s'en était accaparée. Pour Anja, en l'occurence, les choses étaient plus différentes. Plus humaines, en un sens. Au départ de ses parents, le riche homme avait accepté une demande singulière : celle de veiller sur une jeune fille qu'il ne connaissait pas vraiment à l'époque. Fidèle à lui-même, Denvers avait formenté ses propres termes du contrat : sa protection contre une dette qui serait payée en temps et en heure. Il ne forçait jamais personne, l'anglais. Pas quand il s'agissait de conclure des marchés, pas quand il avait tant envie d'en découdre avec la nature humaine de ceux qui partageaient ses discrets choix de vie. A tout moment, ils auraient pu refuser, les Thorvaldsen. Ils auraient pu demander à une autre personne de s'occuper de leur petite pupille tant aimée. Mais les adultes savaient également une chose : Matthew ne rompait jamais une promesse. Mieux encore, son charisme n'avait d'égal que sa cruauté. Quiconque se mettait sur son chemin en payait le prix fort. Après tout, il n'était pas devenu l'une des têtes d'Hydra en si peu de temps pour rien. Les Thorvaldsen avaient alors toutes les raisons du monde de confier leur fille à cet être à la fois si malicieux et si vil. Anja entre ses mains, personne ne pourrait jamais la toucher sans subir des représailles que de simples mots ne pourraient décrire. Scylla elle-même n'était pas autorisée à s'approcher d'elle, excepté lorsque Matthew se sentait inquiété par et pour sa protégée. Alors, les parents pensaient avoir fait le bon choix. Malgré leur part du contrat qui serait à remplir, et qui serait à craindre en temps venu. Au final, en un sens, ils avaient eu du flair. Après tout, qui aurait pu prévoir qu'au bout de plusieurs années à s'occuper d'Anja, Denvers finirait véritablement par s'attacher à elle ?

Même lui, il devait bien l'avouer, était étonné de cette affection étrange qu'il pouvait vouer à cette jeune femme si vive et radieuse, quoi qu'il ait fini par l'accepter sans outre-mesure. Bien que du duo improbable, c'était certainement Scylla qui honnissait cette affectivité singulière. En démontrait les échanges silencieux qui se profilaient entre son bras droit et sa protégée, arrachant un sourire amusé à l'anglais qui n'eut d'autres choix que de se laisser enserrer dans les bras fermes de la jeune fille. A peine sa partenaire avait-elle quitté les lieux, et sa favorite le laissait respirer, que le propriétaire du casino y alla de sa petite réflexion, un rire ponctuant cette dernière : « Diantre, votre querelle implicite ne prendra t-elle donc jamais fin ? » La phrase, vieillote encore une fois, avait été prononcée avec humour. Parce qu'il ne s'agissait pas tant d'une querelle que de provocations futiles, peut-être même axées sur une pointe de jalousie respective. Matthew ne comprenait pas vraiment ce qui motivait les deux femmes à se considérer mutuellement ainsi, mais il ne pouvait s'empêcher de les observer se chercher avec une fierté démesurée. Comme si le fait qu'il soit au centre de leurs puérilités ne pouvaient que lui être bénéfique. Et elles l'étaient. Pour son ego, tout du moins. Pour le reste, elles ne lui apportaient strictement rien. Mais dès lors qu'il pouvait s'amuser, le riche homme n'allait pas se retenir de chérir le spectacle. Laissant Anja s'installer confortablement dans son bureau, le FOX émit un « ô » admiratif tandis qu'il lui servait un verre de bourbon, sans même chercher à lui conseiller une autre boisson. « La même chose que moi hein ? Très bien, jeune demoiselle, voici pour vous, » fit-il avec un vouvoiement joueur, en lui déposant le verre sur la matière impeccablement laquée et luisante du bureau, tandis qu'il s'asseyait lui-même sur son fauteuil dans un mouvement des plus gracieux.

Détachant son veston maintenant qu'il était assis, le britannique croisa élégamment ses mains devant lui, attendant avec patience qu'Anja se livre à lui. Il n'allait certainement pas l'interroger à outrance pour qu'elle se confie. Entre eux, cela n'avait jamais marché comme ça. Un respect mutuel s'était instauré très tôt entre ces deux personnes aux vies radicalement différentes, et l'affection qui en découlait n'avait fait que renforcer ce lien qui les accrochait avec ferveur. Haussant les sourcils à la suite des premiers mots de la jeune femme, Matthew l'encouragea à en dire plus d'un nouveau signe de tête. Il sentit un léger avertissement pointer au fin fond de son cerveau, telle une alerte déclenchée par l'intérêt soudain d'Anja pour ses parents. Sans un mot, l'anglais saisit la photo tendue par sa pupille, et l'observa en long et en large, une pensée couvrant son visage aux traits impénétrables. Eh bien, Scylla aurait eu quelques mots à me toucher si elle avait été là. Heureusement, tel n'était pas le cas. Autrement, il ne doutait pas que sitôt Anja au dehors de la pièce, sa partenaire ne se serait pas retenue de lui balancer une nouvelle fois son journal dans la tronche, le tout dans l'unique optique de relier la photo de sa protégée et le gros titre associant les mots SHIELD et HYDRA dans la même phrase. Mais il était bien convenant que son alliée ne soit pas forcée de maintenir son mécontentement sous ses traits fermés habituels. Ni Anja ni lui-même n'avaient besoin de son air désapprobateur pour discuter de cette affaire fort fâcheuse. Une qui nécessiterait des mensonges devenus coutumiers, mais en aucun cas facilités. C'était l'inconvénient, quand on commençait à aimer quelqu'un. Il était rendu plus compliqué de lui mentir ouvertement. Quand bien même le brun y était habitué, le mensonge étant une seconde nature pour lui. Une moue contrariant son visage, l'anglais leva un sourcil à la dernière remarque de la jeune Thorvaldsen. « Pour les prévenir, dis-tu ? » Un léger rire accompagna la question, qui était pourtant sérieuse. « Et de quoi ? Qu'un homme qu'ils ont pu connaître à un moment de leur vie s'est avéré être une mauvaise personne ? A quoi bon ? Très chère Anja, ce fait n'est pas aussi rare qu'on peut le croire. » Après tout, il n'avait pas tort, et elle le savait. Tout le monde n'était peut-être pas affilié à Hydra, mais personne n'était complètement immaculée. Encore moins sur une ile comme Genosha, où le crime et le terrorisme faisaient partie du paysage. Le SHIELD n'avait qu'à bien se tenir. « Je regrette, » entama le FOX au sourire faussement désolé, « mais je ne suis pas familier avec cet homme. Toutefois », ajouta t-il afin de rassurer la jeune femme, « il n'est pas impossible que j'ai pu le croiser à un moment donné de ma vie, tout comme tes parents.  Une simple photo ne peut définir avec précision une relation. » Une gorgée de bourdon, et voici qu'il reprenait, convainquant. « C'est comme cela que ça se passe, dans notre milieu. » Celui des affaires, du business, de la haute. Que sa couverture était parfaite. « On rencontre bon nombre de personnes, qui sont plus ou moins importantes dans la société. On réalise des clichés pour les besoins des journaux, pour vendre nos entreprises respectives. On s'assure de riches partenariats avec des grandes figures avec lesquelles on échangera tout au plus une fois ou deux dans notre vie, parce que le reste de la conversation sera effectuée par le biais de nos assistants, » éluda t-il dans un petit rire. Mais il recouvrit très vite des traits concernés alors qu'il se pencha en avant. Son ton se fit plus doux tandis que le britannique planta ses iris assombries dans celles presque miroitées de sa protégée : « Dis-moi la vérité, Anja. Qu'est-ce tu crains véritablement ? » Bien sûr qu'il savait ce qui lui faisait peur. Cette photo tombait au point le plus mal, alors que le SHIELD avait enfin réussi à mettre la main sur un de ses employés. Quand bien même celui-ci ne pourrait plus jamais délier la langue, le mal avait été causé. Désormais, le doute était semé.   
Ⓒayaraven

___

❝ ô you don't play with the devil ❞ All my friends are heathens, take it slow | Wait for them to ask you who you know | Please don't make any sudden moves | You don't know the half of the abuse | Heathens by Ttwenty One Pilots


Life isn't that simple (Matthew&Anja) 9FLyHSF
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Life isn't that simple (Matthew&Anja)
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 12062386 - CALLAHAN William Matthew -B-26 - 41-34971 "Pay Off"

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: