RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Faded [Pv Connor et Jenni]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Mer 6 Juin - 11:21


Faded
Ft Jennifer
Le silence. Jamais Connor n'en avait connu de semblable par le passé. Il lui semblait tout à coup si oppressant, si étouffant malgré le calme environnant. Où était les rires de son enfant? De son unique fils qui devait fêter ses trois ans prochainement. Où était les sourires, les élans de tendresse de sa chère femme quand il revenait enfin à la maison?

Oui. Ce silence l’oppressait, le rendait de plus en plus nerveux, agité. Il avait mal. Son cœur brûlait mais il n'arrivait toujours pas à pleurer. A verser des larmes pour faire ressurgir sa colère, sa tristesse, son désarroi et sa peine destructrice.

Une semaine. Une semaine s'était déjà écoulé depuis qu'Inès était partit avec Will, laissant leur maison vide. Une semaine qu'elle avait quitté leur nid familial pour rejoindre ce médecin, le privant ainsi de sa présence et de celle de son fils. Il avait bien tenté de la joindre. Oh oui. Il avait bien tenté de lui faire entendre raison. De la faire revenir à la maison sans grand succès. Il avait bien cherché à comprendre, à se battre pour préserver leur famille. Pour se faire pardonner d'être resté si longtemps au front. De les avoir abandonner au profil de la guerre. Au profil de son métier de soldat. Mais... Inés n'avait rien voulu entendre. Elle ne lui avait donné aucune explication et le voilà, seul, abandonné dans cette grande demeure sans autre compagnie que ce fichu silence.

Connor avait toujours été un homme simple, loyal, calme et prévenant. Il avait toujours été un bon mari jusqu'au jour où il s'était enrôlé dans l'armée, rejoignant la Navy Seals pour servir son pays. Là-bas. Il avait changé. Radicalement. Il s'était endurci, plus encore. Il était devenu plus froid, distant, moins souriant. Plus réservé aussi et moins enclin à profiter du moment présent. Oui. La guerre l'avait changé, sur bien des manières. Sur bien des façons. Il avait vu trop de drame dans ce monde. Il avait assisté à trop de massacre. Il avait perdu trop d'amis pour faire comme si de rien n'était et maintenant que tout ça était derrière lui. Maintenant qu'il avait reçu sa liberté, après de bon et loyaux services, voilà que cela se retournait contre lui.

Solitude. Cauchemars. Souffrance. Mort et regret. Assis sur le rebord du lit, une bouteille d'alcool à la main, le blond ferma les yeux et avala difficilement sa salive. Il avait beau recevoir régulièrement la visite de Poppy. De sa petite Poppy qu'il chérissait par dessus tout, il n'arrivait pas à sortir de sa léthargie. Il n'arrivait pas à remonter la pente et se contentait de rester là, seul, immobile assis sur un lit dépareillé en attendant que le temps passe.

Il n'arrivait pas à trouver le sommeil de toute façon. Chaque fois qu'il s'endormait, les même images lui revenaient en tête et il gigotait, gémissait, se réveillait en sueur avec l'envie  subite de se mettre une balle dans la tête. Es-ce qu'il ressentait le désir de franchir le pas? Par moment oui. Par moment non. Tout dépendait du jour, de l'heure, de son état d'esprit et de ses émotions. Un soupir s'échappa alors d'entre ses lèvres et il frotta son visage avec une main, prit une nouvelle gorgée de son poison bienfaiteur avant de se lever difficilement de son assise.

Pendant quelques instants, quelques minutes, Connor déambula dans les couloirs. Sans but précis. Il termina son whisky d'une traite et s'immobilisa soudain devant une glace, où reflétait son visage lassé, fatigué par tout les déboires qui l'accaparaient jusque là. Une barbe de plusieurs jours entourait son menton, contournait son nez, lui picotait la peau, la rendait légèrement rougi et sensible. Ses cheveux blonds ne ressemblait plus à rien. Ils partaient dans tout les sens, devenaient instable, irréguliers, mal coiffé en l’occurrence. De longues cernes entouraient ses yeux bleus, bouffis par le manque évident de sommeil. Devant sa propre vue, son propre reflet, le soldat grogna, gronda, s'en détacha bien vite avant de se diriger cette fois vers la cuisine.

Triste image que lui-même. Triste constat de se voir aussi détruit, fatigué par toute la souffrance évidente qui l'envahissait. Ouvrant le frigo, Connor s'adossa contre la porte et le referma bien vite, peu enclin à remplir son ventre vide. Il n'avait pas faim de toute façon. Il voulait juste boire. Boire et oublier tandis que le visage de Will, le sourire de son enfant se dessinait de plus belle à son esprit avant de disparaitre dans l'oubli, emportant le peu de force encore qui lui restait.

Ce fut seulement quand il atteignit le salon qu'il entendit quelqu'un frapper à la porte. D'abord une fois puis deux. Fronçant les sourcils, le militaire tourna mollement la tête en sa direction mais n'alla pas ouvrir pour autant. Il se contenta de serrer la mâchoire, les poings, de grommeler d'une voix rauque :
- Laissez moi tranquille. Fichez moi la paix et allez-vous en. Je ne veux voir personne.

Avant de s'en détourner et d'aller s'affaler sur le canapé, pied adossé contre la table basse à ouvrir cette nouvelle bouteille de Whisky brut.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 6 Juin - 11:50
Faded


Je voyais des regards un peu surpris, à la fois craintifs et admirateurs, se poser sur moi mais je choisissais de les ignorer. J’étais une avenger, autant dire que j’étais habituée à ce genre de regards qui me suivaient à peu près partout où j’allais. Ou étaient-ils plutôt lié au fait que j’étais une géante, verte et assez forte ? Peut-être peut-être mais voyons, nous ne vivions pas dans un monde qui jugerait quelqu’un sur son apparence ? Ah comment ça en fait si ? Je levais les yeux au ciel devant ma propre réflexion assez stupide avant de renvoyer d’une main mes cheveux à l’arrière, en voulant pas qu’ils s’accrochent dans la manche, ou plutôt bretelle, de ma tenue de She Hulk comme toujours. J’aurais pu choisir, pour moins attirer l’attention, de mettre quelque chose de plus… plus classique, plus tenue de ville comme je mettais pour me rendre au tribunal. Mais je devais avouer que j’étais pas bien sure d’attirer moins l’attention comme cela et qu’en plus j’avais quelques difficultés à trouver des vêtements à ma taille qui remplissaient tous mes critères. Il y avait pleins de créateur très heureux de me confectionner des vêtements. Mais ils étaient généralement plutôt porté sur les tailleurs ou robes de soirée ou autre vêtement du genre mettant en valeur. Personne ne pensait à me concevoir des vêtements assez basiques, confortables, qui ne se déchirent pas au premier geste brusque, le genre qu’on peut mettre pour chiller ou faire du sport. Heureusement pour moi que Janet Van Dyne n’étaient pas ce genre de créatrice de mode et qu’elle m’avait dessiner un certain nombre de tenues. Mais bon, ma tenue de super héro avait tous les critères parfait et correspondait assez bien à mon activité d’aujourd’hui. J’attrapais mon sac posé sur le siège passager et sortait de ma voiture ne ignorant royalement les regards tourné vers moi. Sois plus grande qu’eux Jennifer. She Hulk n’avait pas de mal à l’être mais la petite Jennifer, cette moi d’avant, continuait de se sentir mal à l’aise d’être le centre de l’attention. Je franchissais les quelques pas, de Hulkette, qui me séparait de ma destination avant de regarder autour de moi. Ca n’avait pas l’air très… vivant. Aucun bruit en provenance de l’intérieur et même la rue me paraissait trop silencieuse. J’aimais bien l’agitation, comme celle qui régnait toujours à la résidence des Avengers. Je tapais une première fois à la porte. Pas de réaction. Peut-être qu’il dormait non ? Je tapais encore quelques coups quand mon ouie assez développée finit par capter une réponse qui n’était pas vraiment celle que j’aurais voulu entendre mais totalement celle que je m’attendais à entendre. Connor, si tu n’ouvres pas, je défonce ta porte. J’aurais pu simplement forcer la serrure mais… J’étais pas dans la délicatesse moi, ça s’était le travail de Jessica ou même de Carol. Moi j’étais plutôt dans la force brute pour ce genre de truc. Quelques secondes plus tard et toujours un grand silence de la part de mon ami, je donnais un grand coup de pied dans la porte, contenant ma force. Je la vis s’ouvrir, arrachant la serrure, sans pour autant sortir de ses gongs. Yeah, you go girl ! Je rentrais dans la maison en me baissant. Salut Connor, c’est Jenn ! Tu sais… Bref, je suis venue prendre de tes nouvelles vu que tu ne réponds pas à ton téléphone. J’arrivais dans le salon où je trouvais un Connor… qui ressemblait un peu à un zombie. Même Steve qui sort du coma à l’air plus frais que ça quoi. Par contre, Tony un lendemain de soirée c’est grave pire je le reconnais. Tu te laisses pousser la barbe ? Hum… c’est pas mal, ça te donne un certain style. Par contre, clairement, le style hermite c’est pas fait pour toi. Je posais mon sac dans un coin et allait me poser, en tenant de prendre pas trop de place, dans un des fauteuils de la pièce. Je regardais Connor avec une petite grimace. Je m’attendais pas tellement à mieux. Je savais ce qui était arrivé et… je savais que ça allait le détruire. Mais il était mon ami et le père de mon filleul. Alors je devais être là, je devais le soutenir, je devais le pousser à dépasser ça et à se remettre sur pied. Et le moment venue, l’avocate que j’étais l’aidera à se battre pour son fils. Mais ça devrait attendre qu’il ressemble à un vivant et non à une momie bien morte. J’ai appris le départ de Inès. Je me suis dit que tu aurais surement besoin de compagnie. Ma voix était douce, plus que mon apparence. Je comptais commencer par la méthode douce, essayer de le pousser doucement à aller mieux. Si ça marchait pas, je comptais le secouer comme un prunier et dieu sait qu’un Hulk fait ça merveilleusement bien !

Revenir en haut Aller en bas
Faded [Pv Connor et Jenni]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: