RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Life put us on the same path again
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Mer 6 Juin - 14:38
Life put us on the same path again


Y a des fois où on sait qu’on a besoin de parler à quelqu’un, de partager ce qu’on a sur le coeur et d’avoir un peu de soutien. Et aujourd’hui faisait parti de ce genre de jours. J’étais retournée au travail l’air de rien pour m’occuper des nombreux dossiers qui attendaient sagement sur mon bureau. J’avais espérer que cela suffirait à me tenir occupée et à ce que j’arrête de penser à tout le reste. Mais ça ne suffisait pas. Les évènements de ces derniers jours étaient bien trop ancré dans ma tête pour que je puisse me mettre à fond sur autre chose. Avec une inquiétude que je n’avais pas pour habitude de ressentir ni pour eux ni pour personne d’autre. Alors j’avais conscience que c’était peut être juste que pour une fois j’avais appris l’ampleur des bêtises qu’ils avaient fait et qu’ils ne s’étaient peut être pas plus mis en danger qu’un autre jour même si une part de moi voulait toujours croire que ces deux là étaient toujours en sécurité. J’avais conscience aussi que Ben et Kaine n’étaient plus des enfants et qu’ils connaissaient les risques et savaient prendre soin d’eux-même, même si cette dernière affirmation était tout à fait discutable à mes yeux de parents. J’avais conscience de tous pleins de trucs mais cela ne suffisait pas la mère adoptive inquiète que j’étais à se calmer. Enfin j’avais quitté la phase de panique mais je n’étais pas non plus revenue dans une phase de zen sans préoccupation. Je comprenais mieux beaucoup mais beaucoup de gens depuis que j’avais accueilli les frères Reilly dans ma vie. Beaucoup de choses faisaient plus sens maintenant. Passant une main dans mes cheveux désordonnés, je partais me chercher un café en essayant d’assembler dans ma tête les pièces du puzzle qu’était mon affaire. Encore une affaire liée à la garde rouge et aux manifestations en ville. Et je devais avouer que je ne savais plus vraiment comment défendre mes plaignants parfois. Je veux dire que visiblement l’argument du “la garde a utilisé sa violence sans raison” ne passait pas totalement aux près des tribunaux. Surtout que je ne pouvais démontrer que la garde mentait en disant que la situation risquait de dégénérer ou qu’ils n’étaient pas les premiers à attaquer. Je devais donc faire preuve de l’innocence de mon client en prouvant qu’il était là pacifiquement. Et dans le cas présent je le savais aussi pacifique que quand j’avais du aller arrêter Kaine sur le point de foutre le feu au QG de la garde rouge. Mais j’aurais voulu si j’avais pas stoppé Kaine qu’un avocat prenne sa défense correctement après alors je devais faire pareil. Je trouvais Matthew dans la cuisine à qui j’adressais un sourire fatigué. Tu es encore dormi ici pour peu que tu ai dormi ? Je ne pus m’empêcher de lâcher un rire tout en attrapant la tasse de café qu’il me tendait. Non, chez moi. Mais disons que j’ai la tête ailleurs aujourd’hui. Ce que je n’aimais pas avouer, surtout à mon supérieur en quelques sortes. Mais Matthew était un collègue des plus compréhensifs et nous avions depuis longtemps passé le stade purement professionnel pour quelque chose de plus amical. Prend ta journée, le cabinet sera encore là demain. En plus t’as l’air préoccupé et je parie que c’est pas le travail. Amical mais nous avions encore nos secrets de vie privée. Je souris néanmoins à sa proposition bienvenue dans un sens. Je savais qu’il avait raison et je savais quoi faire pour me sentir mieux. Je le remerciais et repartais dans mon bureau cherché mes affaires. Il devait y avoir une raison pour laquelle les enfants ont généralement deux parents qui à l’instant me paraissaient évidente : à deux on peut se soutenir l’un l’autre. Sans plus attendre je prenais la direction de l’appartement de Aelys. Elle aussi avait pris sous son aile nos deux grand bénés de Reilly. Et elle aussi comprenait à quel point leur comportement pouvait nous rendre inquiète. Et elle aussi comprenait que parfois je gueulais un peu sur eux. Je me retrouvais assez rapidement en bas de chez elle. Je souris même si je n’avais toujours pas réussi à dénouer le noeud que j’avais dans le ventre. De l’extérieur de l’immeuble j’avais pu voir qu’il y avait de la lumière dans l’une des pièces et qu’elle devait être là ou bien Lena. Je fouillais dans mon sac pour sortir la clef de chez elle et ne pas la déranger à venir m’ouvrir. Je pénétrais dans son appartement sans prendre la peine de m’annoncer avant. Aelys, t’es là ? Faut que je te parle des gosses ou plutôt de leur connerie. La tête penchée vers mon sac dans lequel je rangeais mes clefs, j’arrivais dans le salon où j’entendis un bruit de respiration. Je relevais la tête, m’attendant à voir Aelys sauf que… sauf que ce n’était pas Aelys mais une grande brune, aux cheveux bien plus longs que ceux de mon amie. Un visage que je connaissais à peu près aussi bien que l’autre “maman” de Ben et Kaine. Salut Silke, ca va ? C’était sorti tout naturellement avant que s’impose une autre question dans ma tête : qu’est-ce que mon ex fait chez Aelys ? Je… je n’en avais aucune idée. Même si j’étais en bon terme avec Silke depuis notre rupture, j’étais pas assez au courant de sa vie pour savoir ça. Je… Est-ce que Aelys est là ? Faudrait que je lui parle de ses… mes… euh. Faudrait que je lui parle.
Revenir en haut Aller en bas
Silke M. Harfn
Asgardien
Silke M. Harfn


More about you :
Life put us on the same path again  LE-PLUS-BEAU-SHIP-F-F
Codename : Munin
Emergence :
Life put us on the same path again  Fonddr113 / 53 / 5Life put us on the same path again  Fonddr11
Maitrise :
Life put us on the same path again  Fonddr112 / 52 / 5Life put us on the same path again  Fonddr11
Messages : 365
DCs : tellemnt plein

Sam 30 Juin - 0:36

 
 
Life put us on the same path again
CITATION LONGUE (+PETIT) ICI.
Elle s’était réveillée, tendait le bras vers celle qui avait repris sa place depuis quelque temps à ses côtés. Mais elle n’y trouva qu’un vide qui lui tira une légère grimace, bien que cela ne soit pas grave en réalité. Elle aimait juste se réveiller en même temps que cet être aimé qu’elle venait de retrouver, de profiter de ce moment ou elle pouvait encore capturer ses lèvres et profiter de sa présence sans se retenir. La flic se retourne sur le dos, soupirant légèrement, tournant la tête vers le côté du lit qui était celui d’Aelys et vis le mot sur la table de nuit. Alors la brune allait se hissait vers celle-ci pour prendre le bout de papier. Son être aimé était partis voir un client et lui donnait rendez vous au poste de police, elle lit la fin du message et un sourire vient peindre son visage.

Elle se leva, pris la direction de la salle de bain pour prendre une douche afin de se réveiller. La flic pris son temps pour apprécier la chaleur de l’eau ruisselant sur son corps, sentir le jet venir frapper sa nuque. Après quoi, elle sortit, pour cette fois se sécher et s’habiller. Elle avait mis son débardeur, jean, ceinture. Elle n’oublie pas son holster à son épaule et son insigne autour de son coup. Maintenant manquait plus qu’à avaler le petit-déjeuner que son amante lui avait laisser et puis partir de l’appartement en toute discrétion. Il ne fallait pas qu’on puisse faire un rapprochement entre elle et Aelys, du moins pas ce genre de rapprochement. Ce qu’il y avait entre elles, bien que la plupart des collègues connaissaient leur histoire, devait demeurer secret. Alors, elles prenaient toute les précautions possibles, quand elles étaient chez l’un delle la voiture restait en face de leur appart respectif, venant en taxi et payant en cache. Parfois, Silke avait même, l’impression de passer pour une folle en demandant au conducteur de passer par le plus long chemin possible. Elle avait même donné un téléphone portable pré payer, qu'elles pouvaient jeter toutes les semaines pour éviter qu’on puisse découvrir leur relation.

Mais pour l’instant, la brune, se servait une tasse de café, en attendant qu’une tranche de pain de mie était en train de griller. Elle y mit un sucre, touilla dans son café à l’aide de sa cuillère, puis prend une gorger à ce qui allait l’aider à commencer cette journée et quand elle entendit son toast sauter, elle le beurra et commençait à le manger tout en prenant sa veste, buvant à toute vitesse sa tasse de café pour la mettre dans le lave-vaisselle. L’inspecteur était donc fin prêtes pour commencer cette journée qui était des plus banale. Elle ramassait juste ses clés, cherchait après ses téléphones pour les mettre dans sa poche. Elle regardait une dernier fois l’appartement de la mentaliste pour voir si elle n’avait rien oublie. Mais alors, qu’elle jetais un dernier regarde elle entendit les clés tournée dans la serrure. Son cœur manquait un battement, car d’après le mots, sa petite amie ne devait pas rentré maintenant. Elle avait très bien pu avoir un empêchement, mais Aelys l’aurait prévenu en lui envoyant un message. Ton esprit se pose toute sorte de question, ta mains prête à saisir ton arme. Il n’avait pas pu découvrir que vous aviez repris votre relation, vous faisiez tout pour brouiller les pistes, mise à part quelques regards au poste de police, rien ne pouvait trahir qu’en privé tout avait recommencer entre vous. Alors, elle avait sa salive, fronce légèrement le sourcil, pour se détendre directement après avoir entendu cette voix bien familière. Alors qu’après ses quelques secondes de soulagement, vient l’interrogation et la surprise. Tout ce qu’elle trouvait à répondre à la nouvelle arrivant, ce fut un « Jenn ?! heu… Ca va. » Jetant un regard furtif à la porte de la chambre d’Aelys. La situation, le stress, un peu et d’ailleurs, c’est pour cela qu’elle n’entends qu’à moitié ça question et ne réagis pas tout de suite au fait que son ex-petit amie était devant elle, réclamant sa compagne actuelle. Pourtant, cette situation avait un peu côté rocambolesque. La flic répondit toujours sur un ton peu perdu. « Ah.. eux… non. Elle n’est pas là. » Elle ferme les yeux, se racle la gorge pour reprendre un peu de contenance, alors qu’elle inspirait fort. « Qu’est ce que tu fais ici ? » Mais la gêne était toujours présente, car tout de suite après « Heu.. Je veux dire pourquoi tu veux la voir. » l’esprit de la flic cherche une excuse pour sa présence dans cette appartement. Puis soudain sur un ton plus assuré. « Et pourquoi tu as les clés de l’appartement ? » Voilà surtout ce qui était le pertinent, comment Jenn connaissait Aelys et pourquoi elle avait les clés de ton âme sœur.

 
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 3 Juil - 10:36
Life put us on the same path again


La vie est faite de surprise qu’ils disent. On ne sait jamais ce qu’il va se passer. Oui bon bah j’avais retenu la leçon. J’avais fini par comprendre que même si je prenais toutes les précautions du monde, je ne pouvais pas tout prévoir et je ne pouvais pas m’arranger pour que tout se passe comme je le voudrais. Entre l’attaque du Pegasus, mon passage à l’alpha house et plus régulièrement la simple présence de Benjamin et Kaine dans ma vie, j’avais souvent l’occasion de me souvenir de tout cela. Je veux dire qu’il y avait assez d’imprévus dans ma vie. Pas la peine d’en rajouter. C’est pour ça que dans un premier temps quand je débarquais dans le salon de Aelys, persuadée de trouver Aelys et non quelqu’un d’autre, je réagissais dans un premier temps comme si tout était normal. Un simple bonjour et ca va comme si c’était tout à fait normal de se croiser ici dans cette situation alors que je ne l’avais pas vu depuis un moment. Et je continuais de chercher la mère de mes gosses, à propos desquels j’étais venue râler. Avant que mon cerveau ne compile toutes les informations. Ce n’était pas Silke dans le salon, ca je le savais déjà. Ce n’était définitivement pas une situation tout ce qu’il y avait de plus normal. C’était bien la voix du visage que je venais de voir qui venait de me demander comment ça allait d’une voix perturbée et peut être même stressée. Je retournais mon visage vers elle et… C’était bien elle. C’était Silke. Pas n’importe qui dans le salon de Aelys. Silke. Mon ex, une de rares personne avec qui j’avais conscience d’avoir eu une véritable relation. Mon ex dans le salon de la mère des mes enfants. Franchement, nous serions pas trois filles, ceci serait digne d’un scénario de mauvais film. Je bug. J’hésite. Je ne sais pas du tout ce qu’elle fait là. Je ne savais même pas qu’elle connaissait Aelys ! Quoiqu’en y réfléchissant bien, j’avais du entendre Aelys mentionner le prénom Silke mais j’avais toujours pensé que c’était quelqu’un d’autre. Enfin j’avais pas pensé plutôt. Et là je pensais trop vite si bien que je sortais une phrase qui devait surement pas vouloir dire grand chose. Mais le but était clair : je cherchais Aelys. Qui n’était pas là. Je lâchais un profond soupire, me sentant plus près de la crise de nerf que je ne l’aurais voulu avant de me laisser tomber dans un fauteuil. Aelys était pas là… C’était peut être mieux de ne pas la préoccuper avec les conneries des garçons mais… Mais je ne savais pas. Et j’étais déstabilisée par la présence de Silke ici. Qui devait l’être par la mienne car elle changea de phrase juste après l’avoir dit, la première ayant peut être un ton un peu… dur. Mais je ne lui en aurais pas voulu. J’avais pas annoncé ma venue ni rien. Elle avait du juste entendre le bruit des clefs dans la serrure avant d’entendre ma voix. Pour un flic comme elle, ça avait déjà du la mettre sur la défensive. Et elle a bien raison aussi de vérifier ce que je fais ici, après tout elle est policière. Je voulais lui parler des enfants mais… Je haussais les épaules avant qu’elle ne me regarde, avec un air scrutateur pour me demander comment j’avais les clefs. C’était tellement évident à mes yeux que je me mis à rire, sentant des larmes de nervosité perler au coin de mes yeux. Je les essuyais en reprenant mon souffle en faisant signe à Silke que c’était rien. Je ne voulais pas qu’elle se vexe ou autre. C’était juste moi qui craquait après quelques jours difficiles. Matthew avait eu raison de me foutre son pied au cul pour que je quitte le bureau. Désolé c’est… les nerfs. J’ai les clefs… parce que c’était plus facile pour elle et moi comme ça. Après tout, elle a les miennes. Je me rendais bien compte que c’était pas super éclairant comme réponse. Genre pas du tout. Je passais une main dans mes cheveux en détaillant Silke. Elle avait un air… à la fois fatiguée mais épanouie. Sur la réserve mais je me doutais bien que la situation justifiait ce dernier. Elle était belle. Ce qui pour moi n’avait rien de nouveau. Je sentais qu’elle était différente d’avant. Mais ça… j’avais conscience de l’être aussi, mentalement et physiquement. Je me demandais un instant : pourquoi est-ce qu’on avait si peu gardé contact ? Parce qu’elle était mon ex. Que je m’étais pas que bien comporté. Que j’étais pas douée à ce jeu là. Que la situation était tellement awkward là. Tu te souviens de Ben et Kaine, mes garçons ? J’espérais qu’elle s’en souvenait parce que le choc allait être un peu fort sinon. Déjà que même sans ça, il risquait de pas être des plus agréables. Mais je voyais mal comment je pouvais dire les choses autrement. Surtout que dans le fond, selon sa relation avec Aelys, elle le savait déjà. Non pas que je connaisse leur relation mais elle était chez Aelys, n’importe qui ne serait pas là. Aelys est leur maman.

Revenir en haut Aller en bas
Silke M. Harfn
Asgardien
Silke M. Harfn


More about you :
Life put us on the same path again  LE-PLUS-BEAU-SHIP-F-F
Codename : Munin
Emergence :
Life put us on the same path again  Fonddr113 / 53 / 5Life put us on the same path again  Fonddr11
Maitrise :
Life put us on the same path again  Fonddr112 / 52 / 5Life put us on the same path again  Fonddr11
Messages : 365
DCs : tellemnt plein

Jeu 12 Juil - 14:49


Life put us on the same path again
CITATION LONGUE (+PETIT) ICI.
Le monde est petit, très petit, la flic ne sait toujours pas comment elle devait réagir. Après tout, c’était Jennifer devant elle, un personne en qui elle avait confiance et elle est sûr, combien même elle serait surprise, que l’avocate aurait été heureuse de savoir pour elle et la mentaliste. Mais vous aviez décidé de faire profil bas, de n’en parler à personne. Elle cherche encore une excuse à sa présence dans l’appartement d’Aelys et de Lena, tandis que Jenn, elle, lui donnait sa raison de sa venue. Une raison qui fit froncer les sourcils de la flic, car de suite d’autre question venait dans sa tête, passant par toutes les émotions possible. Après tout Aelys avait bien eu le droit d’avoir une femme pendant leur séparation, elle n’était pas censée se transformer en bonne sœur. Mais rien que de pensée à Jennifer et son être aimé ensemble, même pour une nuit, lui semblait étrange. C’est pour cette raison qu’elle répondit par un simple « Ok. » qui semblait demander plus d’information, les sourcils toujours froncés.

Car la question est pourquoi. Pourquoi Jenn voulait parler de ses enfants avec Aelys, qu’elle était la raison qui la poussait à rentrer dans cet appartement avec les clés qui plus est. Quelque chose, lui échappe…encore une fois. Silke a d’ailleurs toujours le sourcil froncé, non pas à cause d’une quelconque colère, juste que ses méninges se mettaient en route pour comprendre comme son ex et sa petite amie avait en commun avec ses gamins. Mais le rire de l’avocat, la fit soulever ses sourcils, la regardant avec un air surpris quand elle entendit son rire. Elle vient s’asseoir auprès de son ex-amante, un genou sur le canapé, un coude s’appuyant sur le dos et sa tête s’appuyant sur son poing. À bien regarde, elle trouvait Jennifer fatiguer, se disant que ces deux gamins avaient dû lui en faire voir encore une fois. « Oui, je me souviens d’eux. Ils te font encore voir de toutes les couleurs ? Si tu veux je les mets quelques jours en cellule, avec d’autre détenu. » Elle l’avait avec humour. Mais la suite la flic ne s’y attendait pas. Elle regardait Jenn avec des grands yeux surpris, alors que son esprit essayait d’enregistré l’information. Si elle l’avait pu, la flic aurait même pris son téléphone pour envoyer un message à Aelys et lui demander depuis quand elle avait des enfants avec l’avocate.

Silke, resta quelques secondes sans dire à un mot, juste à regarder son ex pour ne dire qu’un seul « Oh… » l’information la perturbait, et cela était beaucoup trop visible. Mais elle ne savait pas trop comment elle devait réagir en apprenant que celle qu’elle aimait, avait des enfants et qu’elle n’en savait rien. Non pas qu’elle se sentait triste et en colère, elle était juste surprise par cette nouvelle donnée. Alors, la flic, se lève, prend une tasse de café trahissant sans le vouloir une certaine habitude des lieux. « Je vais nous faire deux cafés…Je reviens » Elle en profitait pour reprendre une certaine contenance. Décidément, ce début de matinée lui réservait un tas de surprise. Et alors qu’elle servait deux tasses de café, elle ne pouvait s’empêcher de se demander pourquoi Aelys ne lui en avait jamais parlé. En soi, cela n’était pas vraiment important, ou un peu, en fait non, cela n’avait pas vraiment d’importance. Elle lui en parlerait au commissariat.

La flic revient avec les deux tasses de café, les posant sur la table tout en disant « Je vois… » l’information tourne encore dans sa tête, le temps que la flic réalise qu’elle avait des enfant adoptif, les mêmes que son ex. « … Vraiment… Je ne savais pas que c’était aussi ses gamins… » Fallait dire une chose Kaine et Ben, n’avait du coup pas changer de belle -mère. Leur mère sans le savoir, se l’était échanger. Silke prend un gorger de son café, puis tourna la tête vers l’avocate, posant toute sorte de question un peu trop explicite et dont la flic aurait du mal à se dépêtrer. Car l’avocate avait de l’intuition, elle en avait toujours eux. Silke sait qu’elle comprendrait rapidement la raison de sa présente, mais pour l’instant elle ne s’en préoccupait nullement. Elle posait juste les questions qui se bousculait dans sa tête « Mais comment ? Enfin comment vous êtes venue à adopter ces deux-là ensembles ? » Une première question, le reste, tu ne sais pas trop si tu devais les poser


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Life put us on the same path again
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: