RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Je ne vois en toi qu'un soldat un peu perdu
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 11 Juin - 11:32
Mardi matin, journée exceptionnelle de repos, mes filles sont à l’école, mon fils chez la nounou, je pourrais tranquillement prendre mon temps … Ce genre de chose, me reposer … Cependant, « Se reposer » ne fait pas parti de mon vocabulaire. Si bien que j’ai enfilé une paire de basket de course, ma tenue de jogging et me voilà partie courir jusqu’aux collines de Krölik. J’ai besoin de me dépenser. Et je dois retrouver quelqu’un que j’aide un peu. De mon mieux. Je cours avec un sac à dos, plus léger que celui que j’avais à l’armée, mes écouteurs dans mes oreilles et je souffle profondément. Je cours et ça me vide la tête. Au retour je prendrais sûrement le bus, ou quelque chose dans ce goût là, mais actuellement je cours. Je suis toute seule, tranquille, en même temps il n’y a rien d’anormal, on est mardi et la plus part des gens sont au travail ou je ne sais où. La solitude ne me dérange pas.

J’ai l’impression d’être un guépard à courir comme ça. Les rares personnes que je croise me dévisagent un peu. Avec ma tenue de jogging … C’est pas difficile de savoir pourquoi : on voit mes cicatrices, c’est simplement ça. Je me fous du regard des autres sur ces marques. Ce ne sont que des indicateurs du temps que j’ai passé sur le champ de bataille, à combattre. Je les aime, elles font parties de moi. En pensant aux guerres que j’ai fait, je reporte mon attention sur la personne que je vais rencontrer aujourd’hui. Un émergé. Je ne les crains pas. Je trouve même que je leur ressemble quelque part un peu. On regarde les gens qui sont d’anciens militaires un peu avec pitié, dégoûts ou colère. Souvent de la colère quand on se souvient de ce qu’on a put faire. Et oui, la guerre c’est tuer des gens. Des soldats qui peut-être nous tiraient dessus, mais qui avaient sans doute femme, ou homme, enfants et famille. Parfois c’était même des engagés volontaire avec armes sur la tempe. Et pourtant … Je secoue la tête. La différence est que les Émergés eux disparaissent brusquement de la circulation dés qu’on en découvre un. Les militaires eux doivent s’adapter. Et parfois, on retrouve dans un sale état ceux qui n’y arrivent pas.

J’arrive enfin aux collines et je respire profondément. Après avoir fait mes étirements je bois longuement avant de regarder le paysage. Je continue mes étirements en observant autour de moi. Personne à l’horizon. J’ôte mes écouteurs et profite du silence. C’est tellement agréable … Je pourrais rester la journée ici. J’essuie la sueur de mon visage et attends. C’est bientôt l’heure. Mon rendez-vous ne devrait pas tarder. Je suis patiente, il doit être prudent. Mais nous sommes loin de tout, il n’y a personne ici un mardi matin. Et surtout pas à cette heure. En attendant, je passe un gilet pour ne pas attraper froid.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 11 Juin - 20:32

JE NE VOIS EN TOI QU'UN SOLDAT UN PEU PERDU
Depuis que j'avais enfin décidé de reprendre confiance en moi, et de sortir de l'appartement de mon frère, j'avais pus retrouver des anciennes connaissances chez HYDRA, un père de coeur, Isaline et des collègues. En sortant de l'appartement, je venais aussi à m'exposer au danger de la garde rouge. J'avais bien fini par admettre que j'étais un émergé, après tout ce qui c'était passé, je n'avais plus aucun doute ... La prison, c'est la que mes capacités avaient commencé à se manifester, puis j'avais été capturé par la garde rouge. J'étais à peine arrivé dans les prisons de la garde, que j'avais réussi à m'enfuir, j'avais ensuite passé un an à errer dans les rues, puis j'avais rencontré Jaimie, avant de retrouver mon frère. Deux ans venaient de s'écouler, et en aucun je n'arrivais à maîtriser mes capacités. J'étais resté longtemps caché, mais je ne pouvais plus vivre ainsi ... Alors je sortais à nouveau à l'extérieur, me méfiant de la population, n'arrêtant pas de me retourner, ayant peur des regards étrangers. Chance ou malchance, mes capacités avaient fini par se déclencher sous les yeux d'une agent du SHIELD ... J'avais de suite pris la fuite, seulement l'agent du SHIELD qui m'avait vue, devait vraiment avoir un très gros entraînement ... Je sais ce que c'est de fuir, de disparaître, j'avais l'habitude de me fondre parmi les ombres, mais cette fois-ci ce ne fut pas le cas, celle-ci réussi à me rattraper ... A ma plus grande surprise, l'agent du SHIELD se montra très aimable avec moi, celle-ci cherchant même à me rassurer ... Bien sur j'étais resté méfiant, mais au bout d'un certain moment, j'avais tout de même fini par lui adresser la parole ... Depuis j'avais rencontré plusieurs fois cette femme, celle-ci ce nommé Enora, c'était une ancienne militaire, je comprenais bien mieux pourquoi elle m'avait retrouvée aussi vite. Certes je n'avais pas encore totalement offert ma confiance à cette femme, j'en avais bien trop vue .... Après, il est vrai que je continué de garder espoir ... Je ne voulais pas mettre tout le monde dans le même panier, peut-être qu'elle était vraiment différente des autres ? Alors pourquoi ne pas lui donner sa chance ?

Aujourd'hui j'allais à nouveau retrouver Enora, à chaque fois ont prenaient un lieu très isolé, à l'abris des regards. Plusieurs heures avant notre rendez-vous, je mettais déjà rendu sur les lieux, pour être sur qu'il n'y avait aucun piège. A présent j'étais sur qu'il n'y avait personne, j'attendais alors l'agent du SHIELD. Je fini par apercevoir Enora, celle-ci est en tenue de sport, et je peux voir ses nombreuses cicatrices ... Elles ont une histoires bien différentes des miennes, Enora n'hésite pas à les montrer, moi je n'en parle pas, puis je continue de les cacher. Alors que je l'a vois s'étirer, je regarde encore autour de moi, avant de rejoindre celle-ci.

-Enora, tu es toujours aussi ponctuel

Je sors de l'ombre pour me montrer à la rousse.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 12 Juin - 8:15
Je n'ai pas à attendre très longtemps pour que Nicholas apparaisse. Je me souviens bien de notre première rencontre : une belle course poursuite ! Il est bon pour la fuite dommage je suis bonne pour la traque. Si bien que j'avais finis par le rattraper. Un émergé. J'étais contente de pouvoir enfin en trouver un pour l'aider. Je n'aime pas être prisonnière et inactive, dans le sens où la Garde Rouge était plus rapide souvent que moi. Et avait bien plus de moyen que moi également. Ce qui n'est pas bien difficile en même temps ! Quand tu ne peux pas dire que tu veux aider les émergés à tout le monde. Sinon tu disparais étrangement.

Je souris à la remarque de ... Mon ami ? Nan, on est pas amis, protégé ? Non plus, il est assez fort pour se défendre seul ... Euh ... Contact ? Ouais, va pour contact. Je réponds à sa remarque sur la ponctualité en faisant craquer mes doigts machinalement :


« La ponctualité c'est important ça me rappelle une histoire de mon capitain. Il était dans les services secrets et il devait retrouver je ne sais plus qui a la frontière sachant que les deux pays étaient en guerre. Le temms que le capitain de l'autre pays sorte des bouchons de la ville où était la base, mon capitaine avait trois canons de AK sur le crâne. »

Mais tout c'était bien terminé sinon il n'aurait jamais put nous la raconter. Je m'approche de Nicholas sans pour autant le toucher. Je ne crois pas qu'il maîtrise encore ses pouvoirs. Je l'examine cependant avec attention. Il a l'air en forme autant que je puisse en juger : je ne suis pas médecin. Je reprends la parole, entre nous le silence me semble tendu à chaque fois. La méfiance est presque palpable. Je fais même attention aux mots que je dis pour ne pas perdre la maigre confiance que j'ai acquise. Avec beaucoup d'efforts

« Comment ça va sinon ? Tu réussis mieux à gérer ? Ou c'est encore le bordel ? »

Je ne comprends pas trop comment fonctionnent ses pouvoirs ni ce qu'ils sont réellement. Ça me semble ... Complexe à comprendre. Et si je gère, plus ou moins, en technique en théorie je péché sérieusement. À cause de la tension de l'île je préfère rester debout et j'invite l'homme à marcher un peu avec moi. Histoire de ne pas être des cibles à pigeons facile. Même si personne ne sait que nous sommes ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 24 Oct - 23:05

JE NE VOIS EN TOI QU'UN SOLDAT UN PEU PERDU
Alors que je m'approchais de la rousse, j'étudiais celle-ci de haut en bas, cherchant le moindre signe, qui pourrait me prouver une éventuelle trahison. J'avais peut-être bien vérifié les alentours, j'étais tout de même très méfiant, on m'avait une fois, on ne m'aurait pas deux fois. Alors que je me rapprochais de Enora, celle-ci m'offrit un sourire, de mon côté, je me contentais de hocher la tête. Un sourire, pouvait être aussi un signe de manipulation pour mettre en confiance, après tout, elle était du SHIELD. Enora fit craquer ses doigts à ma remarque, et je me raidis, serais-ce un signal ? Regardant autour de moi, lorsque celle-ci reprit la parole, je me détendis légèrement. Alors que j'avais évoqué la ponctualité, Enora me conta l'une de ses aventures, quand elle était encore soldat ... Vrai ou faux, j'hochais la tête, les paroles de Enora était tout à fait logique, quand on avait vécu ce genre de situation. Finalement la rousse se rapprocha et mon premier reflexe, fut de reculer, prêt à sortir une arme, j'hésite entre lancer un regard noir à l'agent, mais j'otpais plutôt pour un regard interrogateur. A voir la façon dont celle-ci me regarde, je peux comprendre qu'elle fait son propre bilan ... La tension est palpable, le silence est pesant, le moindre faux pas, et j'étais prêt à fuir voir pire ... Je n'avais pas le contrôle de mon émergence, quelque chose pouvait très bien se déclencher par mon stress. Lorsqu'elle reprit la parole, je fus assez soulagé et je restais honnête avec Enora.

-Pour la première question ... Disons que j'ai connu bien pire, alors je n'ai pas à me plaindre, pour ce qui est de "gérer" ...

Cette fois-ci j'eu un léger soupire, ma passant une main dans les cheveux, un air assez lasse.

-Ce n'est pas encore ça, mais pareil, j'ai connu bien pire, disons que depuis que je connais certains modes déclencheurs, j'arrive à maîtriser


La rousse fini par me faire signe de la suivre, toujours aussi méfiant, je prends le temps de réfléchir, avant de suivre celle-ci le long de la plage.

-Tu ... Toi aussi tu as des capacités ?

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 25 Oct - 14:57
Je sens Nicholas plus que nerveux. Il y a de quoi en fait. Je crois que je le serais aussi, voir sûrement même plus si j’étais dans sa situation. Grâce à Thor et Odin je ne le suis pas ! Je plaindrais presque mon mari s’il devait rester seul avec nos trois enfants. Je me masse la nuque et ma cicatrice qui en ce moment me fait mal pour aucune raison. Nicholas pense-t-il vraiment que je peux être une balance ? Je n’en sais rien… Je ne suis pas dans sa tête. Est-ce que je pourrais le balancer ? Je ne pense pas. Je préfère éviter de penser à cette possibilité en fait. J’écoute avec attention ce qu’il me dit et hoche la tête. Visiblement de son côté… Ça peut aller, il gère plus ou moins. Je note. Hochement de tête pour montrer que j’ai bien compris. Au moins il se met à me suivre sans rien dire.

Je tourne la tête vers lui… surprise de sa question qui… me fait réfléchir. Je ne sais pas trop quoi répondre en fait. À nouveau ma main trouve ma cicatrice qui me picote désagréablement. La grande, celle qui me court de la nuque à presque le début de la raie des fesses. Je n’ai aucun souvenir de comment j’ai put la faire. Je rassemble mes souvenirs sur ce qu’il se passe de bizarre dans ma vie. C’est vrai qu’en ce moment… Je plisse le nez.

« J’en sais rien. Je crois pas. Mais en même temps. Je fais des rêves très étranges. J’ai toujours fais des cauchemars, la guerre ça laisse des séquelles, il ne faut pas croire. J’ai toujours fait des cauchemars sur cette période de ma vie. Mais je sais pas, en ce moment j’ai l’impression que mes rêves sont plus réels que la réalité. C’est pas tout le temps, c’est vraiment certains rêves. Il y en a un notamment avec mon petit frère. Je ne sais pas où on est, mais il s’est fait capturer avec mon unité, je reconnais tous les visages. Et je suis seule, braquée, si je sors mon arme, ils butent mon frère. Et là il y a une colère qui me monte… Et je me réveille avec la cicatrice de mon dos en feux. Même les somnifères que m’a filé Faolan marchent pas. Ça rend pas mes relations avec mes gosses toujours faciles parce que du coup je suis fatiguée. Puis… Je sais pas trop. J’ai parfois des coupures, sur les bras ou les jambes. Je ne sais pas d’où elles viennent. Elles ne sont pas profondes, mais elles sont supers nets. »

Je grimace. Je ne sais pas si je suis très clair. Je referme d’un geste lent mon gilet. La brise sur la plage est fraîche, je n’ai pas envie d’attraper froid. Je glisse des mèches de cheveux derrière mes oreilles en observant la mer sans rien dire pendant un moment.

« Cette situation… Est étrange. J’ai l’impression qu’on traite les émergé un peu comme les soldats traumatisés. On les cache, on les enferme, on voudrait qu’ils n’existent pas. Parce que ça fait tâche dans le joli paysage qu’on essaie de créer. Quand t’es blessé de guerre, parfois tu as le regard des autres et ça… gêne beaucoup. Désolé. Je parle beaucoup de guerre de truc comme ça. »

En même temps… Je suis une ancienne militaire. Difficile de faire croire que tout ça c’est derrière moi. Je suis encore une militaire. Il suffit de me voir travailler et dans ma vie de tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 18 Jan - 21:13

JE NE VOIS EN TOI QU'UN SOLDAT UN PEU PERDU
Reprenant la parole, tout en restant assez évasif, je fus pris de curiosité, est-ce que la rousse avait aussi des capacités ? A mes réponses, celle-ci hoche la tête et je ne la quitte pas des yeux, tout acte qui pouvait trahir sa sincérité était bon à prendre. A ma question, je pus lire de la surprise dans le regard de Enora, visiblement celle-ci ne s'y était pas du tout attendu. De mon côté, je me demandais combien il pouvait bien y avoir d'émergé à Génosha ... Nous étions nombreux, qui était capable de quoi ? Chaque jour, j'étais parmi des bombes à retardements. Je peux alors voir Enora toucher une cicatrice, qui commence à partir de sa nuque, elle semblait mal à l'aise ... Je repris alors confiance. Finalement la rousse plisse le nez avant de commencer à me répondre. Écoutant celle-ci attentivement, j'eu un pincement au coeur en entendant le mot "gosse" ... Aurais-je un avenir avec Isaline ? Enfin pour revenir à la rousse, il y avait bien quelque chose ... Une cicatrice qui fait mal ? Je n'avais jamais entendu parler de ça ... Enfin sauf en regardant Harry Potter, mais je doute que Enora soit reliée à Voldemort. Trève de plaisanterie, j'en apprenais davantage sur la rousse, et c'était tant mieux, j'en avais assez de se mystère.

-Ton frère est mort ?

Oui j'étais assez perdu, disons que je ne connaissais pas vraiment Enora, alors frère ou pas ... La seule chose dont j'étais au courant, c'était que Enora était une soldat avant d'entrer au SHIELD.

-Tu te rappel comment tu as eu cette cicatrice ? Voir même les autres cicatrices ?


Je peux voir Enora fermer son gilet, visiblement, se confier à quelqu'un était sans doute quelque chose de peu commun pour elle, après je pouvais toujours me tromper. Enora semblait plus fragile par rapport au début de notre conversation, sans doute avait-elle besoin de parler ? Après tout, elle était maman, elle devait se montrer forte devant ses enfants. Puis Enora reprends à nouveau la parole.

-Non vas-y, vide ton sac, je suis pas du genre causant et si toi ça peut t'aider ...


C'était la vérité, je ne parlais pas beaucoup, voir pas du tout, alors ça m'arrangeait bien que Enora parle, puis comme-ça je pouvais apprendre à mieux la connaitre.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 19 Jan - 9:08
C’est étrange de parler de ça avec… une personne que je ne connais pas plus que cela… Mais pourquoi pas ! C’est comme ça quelque part… J’imagine que je me doute qu’il n’ira pas reparler de ça à n’importe qui. Dans sa situation… Enfin c’est ironique… Si je lui parle de mes années de service c’est bien parce que j’ai l’impression que lui aussi est un soldat. Une certaine… solidarité ? J’en sais trop rien ! C’est assez compliqué à expliquer. Je passe les doigts dans mes cheveux avant de secouer la tête.

« Non, Aindreas est toujours vivant… Mais il s’en est fallu de peu… »

Ce souvenir est tellement confus… Il s’embrouille avec les rêves que je fais autour… si bien que… Je ne sais plus si ma mémoire ne supporte pas la vérité ou autre chose. Je me revois sortir mon arme assez rapidement pour coller une balle entre les deux yeux du preneur d’otages. Mais en même temps… comment aurais-je pus réussir ? Je ne sais pas quoi penser. Dans mes rêves je crie et tout le monde recule… Je fronce les sourcils lorsqu’il me parle de la grande cicatrice de mon dos, puis des autres. Je réfléchis avant de secouer la tête.

« Non, je sais que je l’ai eu à ce moment-là… Faolan dit qu’il y a eut une opération, mais… il n’y a aucune marque de points de suture. C’est comme beaucoup d’autres. Il y en a que je peux te dire, traces des combats ce genre de chose ! Mais d’autres sont tellement nettes… Je ne sais pas trop quoi en penser. »

Je souris lorsqu’il me dit que je peux me confier, vu qu’il ne parle pas beaucoup. Pourquoi pas… Lui ou un autre… Puis à qui d’autres pourrait-il parler ? J’en sais trop rien, je sais que j’aurais pus aller chez un psy… Mais… J’aime pas les psys. Autant en parler à Nicholas. Je hausse les épaules.

« Tu vois, il y a des fois où j’ai l’impression que mes rêves sont dix fois plus réels que mes propres souvenirs. Quand je rêve de la prise d’otage de mon frère et de mon escouade… Je ne serais pas t’expliquer, mais j’y suis, je ressens tout, je comprends tout. Je ne sais pas ce qu’il se passe mais… Tu vois un peu les Banshee ? Je hurle comme elle, avant d’avoir, comme des lames dans les mains… Mais c’est toujours pareil : au réveil j’ai le dos en feu. »

Je regarde la mer en fronçant les sourcils puis regarde mes bras couvert de cicatrices. C’est tellement étrange comme situation ! Je soupire à nouveau.

« Puis, oui, des fois je rentre du travail, mission ou pas, parfois je trouve des coupures ce genre de chose… Sans comprendre d’où elles viennent. C’est pas régulier. Clairement pas. »

Nicholas est devenu psy en quelques secondes. Pourquoi pas…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 20 Fév - 14:33

JE NE VOIS EN TOI QU'UN SOLDAT UN PEU PERDU
J'hoche la tête, donc son frère est toujours vivant ... Si je devais perdre le mien ... Non c'était juste impossible, je ne pouvais pas perdre Aaron, se serait comme m'annoncer la fin du monde, c'était impossible à imaginer. Oui en ce moment je savourais mes retrouvailles avec Isaline, mais j'en oublié pas pour autant mon frangin. A la limite, on pouvait dire que ses derniers temps j'étais devenu dépendant de mon jumeau, lui qui se prenait déjà pour le grand frère, disons que la c'était une bonne occasion pour se conduire comme l'aîné. Pour ce qui était du souvenir de la rousse, bien c'était tout de même assez compliqué, car tout semblait se mélanger, enfin celui-ci était en vie, point. De mon côté, oui il m'arrivait aussi de mélanger des événements, pour moi ça semblait avoir eu lieu, mais non, même si j'en aurais mis ma main à couper, à chaque fois ce n'était pas arrivé. Parfois je pouvais dire que j'avais vraiment l'impression de perdre la boule. Puis parlant de la cicatrice de la rousse, celle-ci se renferma sur elle même, le changement d'humeur avait été radical et je ne pouvais pas lui en vouloir. Bon sur le moment, elle parlait ouvertement, donc il est vrai que de la revoir se renfermer aussi vite, pouvait aussi être surprenant. Une cicatrice pareil, c'était tout de même étrange qu'elle ait du mal à se rappeler comment elle l'avait eu ... Ou alors l'accident avait été tellement grave, qu'elle en avait perdu un peu de sa mémoire ?

-Peut-être un accident très violent, qui aurait fait que tu aurais perdu un peu de ta mémoire ? Ou un souvenir que tu as tout simplement refoulé, ce qui arrive très souvent des les cas de stress post-traumatique

Ouais j'étale ma science. En tout cas je voyais bien que l'ancienne soldat était confuse, de mon côté j'avais des cicatrices qui ressemblaient à de la charcuterie médicale, peut-être que j'avais eu celles-ci lorsque j'étais en prison et que j'avais commencé les malaises ? J'avais tellement fini à l'infirmerie. Puis je fis signe à la rousse de continuer de parler, je n'étais pas un bavard, donc elle pouvait parler autant qu'elle voulait. Plus Enora parle, plus je peux me retrouver en elle ... Alors que la jeune femme vient de se confier, je reprends la parole, fixant aussi la mer.

-Je te comprend ... D'ailleurs tu es loin d'être la seule à Génosha à ressentir ce genre de chose ...

Prenant une profonde inspiration, je fini par reprendre la parole, je ne le dirais qu'une seule fois, alors qu'on ne me fasse pas répéter.

-Tu vois mon enfance et la même dans mes rêves sauf sur quelque chose ... Il y a un accident de voiture ... J'ai toujours eu du mal à entendre pourtant, je connais le langage des signes par instinct et mon frère aussi ... Puis je me retrouve dans un endroit ou ... Enfin c'est un endroit froid ou on modifie des humains

J'eu alors un rire sans joie.

-C'est complètement fou hein ? Et pourtant ça me semble tellement vrai ...

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 20 Fév - 16:05
On marchait tranquillement sur la plage et je respirais avec plaisir l’air iodé du large mon regard perdu dans la crête des vagues. C’était… relaxant. Je devrais venir ici plus souvent, et même avec les enfants ça me ferait du bien. Ça nous ferait du bien j’en étais sûre. Cela serait très agréable pour une journée entre nous cinq, un pique nique tout ça… Ça serait bien non ? Pourquoi pas. Mais pour l’instant je parlais de choses moins joyeuses avec Nicholas. Pourquoi pas… Ah… Je ne savais pas trop quoi dire ou quoi penser. Mais parler me ferait sans aucun doute du bien. Cela ne pouvait que me faire du bien je pense. Je plissais le nez face à sa remarque.

« J’en suis pas sûre… Après c’est possible, mais j’ai vécu tellement de merde que… Et personne dans mon équipe peut me dire ce qu’il s’est passé… Personne. Et pourtant… »

Je haussais les épaules. C’était tellement étrange que… Mais visiblement je n’étais pas la seule à subir ça sur cette île. Je fronçais légèrement les sourcils, mais je sentais que je ne devais pas vraiment insister. Cela pourrait me causer et lui causer des ennuis. Et il en avait assez je pense. Je fronçais davantage les sourcils quand il me raconta ses rêves. Je secouais doucement la tête en l’observant avec attention. J’avais entendu et vu tellement de choses en guerre que… parfois l’imaginable était plus soutenable que ce que pouvait faire l’humain.

« Nan, au vu de ce que j’ai pu voir et ce que je vois en rêve… ça me semble pas si fou que ça tu sais… Peut-être qu’il y a du vrai là-dedans ? Je n’en sais rien. La situation me semble complexe… En passant. T’as besoin de quelque chose en particulier ? Quelqu’un que t’aimerais contacter discrètement ? »

Ce genre de chose… Je ne savais pas trop. Je verrais bien ce qu’il me disait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 20 Fév - 22:07

JE NE VOIS EN TOI QU'UN SOLDAT UN PEU PERDU
C'était tout de même étrange d'entamer ce sujet avec une personne du SHIELD, je suis tout de même d'HYDRA ... Enfin HYDRA c'était en grand mot, disons que c'était ma famille de base depuis que j'étais adolescent, alors instinctivement j'y étais retourné, surtout qu'il y avait mon frère, mon père de coeur et Isaline. Alors que Enora venait de se confier, je tentais de trouver quelque chose à répondre. Bon je n'étais pas vraiment doué pour remonter le moral, voir donner des conseils, mais il fallait bien un début à tout. Aux paroles de la rousse, je pouvais parfaitement ressentir son malaise, elle voulait des réponses à ses questions, mais rien ... Impossible de percer le mystère, même ses collègues n'avaient pas pu lui répondre ... Hum ... Oui la c'était tout de même étrange. Pour ce qui était des merdes, oh oui, je connaissais que trop bien ... Bon j'avais tout de même tenté une suppositions, mais du moment que même ses collègues ne pouvaient lui répondre, la oui, il y avait quelque chose qui n'allait pas. Bon j'étais toujours aussi pitoyable côté sociabilisation. La voyant hausser des épaules, je ne savais pas quoi répondre ... C'était délicat comme sujet et je ne voulais pas enfoncer le clou. Après une chose était sur, elle n'était pas la seule à vivre ce genre de chose à Génosha. Finalement, j'eu ce besoin de lui montrer qu'elle n'était pas seule ou c'était moi qui avait ce besoin ? Alors que je fronçais des sourcils, parti dans mes pensées, c'est Enora qui fini par reprendre la parole, me sortant de mes songes. Je secouais négativement la tête.

-Non ... Je ... Je devrais sans doute avoir une conversation avec mon frère


Dis-je en voulant me montrer rassurant, alors que plus j'y pensé, plus ses souvenirs revenaient même me hanter la journée. Puis je cessais de marcher, regardant Enora.

-Merci pour ta patience ... Mais à présent, je dois rentrer, le couvre-feu enfin ... Je préfère ne pas m'attarder, je pense qu'on se reverra


Enora serait toujours en contact avec moi, pour le moment, je ne voulais voir personne d'autre. Enora était agent du SHIELD, j'avais déjà du mal à offrir ma confiance, Enora commencé à peine à la gagner, donc ce n'était pas le moment que je vois quelqu'un d'autre, pour recommencer tout à zéro.
code by bat'phanie



Hs

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 21 Fév - 18:11
Le sable sous mes pieds crissait tout doucement. Cela en était presque hypnotique. Relaxant ? Oui, sûrement plus relaxant qu’hypnotique. Voilà une drôle de manière de se relaxer que d’écouter quelqu’un marcher sur du sable… mais en même temps pourquoi pas ? C’était bien aussi non ? Valait mieux ça que je ne frappe dans quelque chose ou quelqu’un. J’ignorais combien de temps aller durer cette conversation… mais j’irais sans doute me baigner un peu… Histoire de me rafraîchir avant de rentrer à la maison. Elle n’était sans doute pas si froide que ça… Enfin, au pire cela me débarrasserait de la sueur ce qui serait tout aussi agréable… quand bien même je retournais courir juste après. Et au pire cela me remettrait les idées en place pendant le temps où je serais dans l’eau. Je hochais la tête en l’écoutant.

« Pas de soucis. »

Je continuais de marcher avant de l’observer. Nulle autre que son frère à contacter. Moi si je devais disparaître… Avec qui j’aurais envie de discuter ? Qui pourrais-je contacter sans attirer l’attention ? Sans que mes proches ne soient trop en danger ? Nous étions treize gosses dans la famille. J’étais plus ou moins celle du milieu. Mes parents ? Non, clairement pas, pas assez discret. Faolan ? Mauvaise idée, il serait le premier interrogé. Aindreas ? Pareil. Il était mon jumeau et mon frère avec qui j’étais le plus proche. Peut-être la musicienne de la famille ? J’étais assez proche d’elle, mais cela se voyait moins. Et avec les notes de musique, j’avais de quoi lui écrire un message. Que cela soit du morse ou un message avec les noms des lettres. J’étais sûre de pouvoir réussir à faire quelque chose. Je hochai la tête et souris à Nicholas.

« Pas de soucis. Tu sais comment me contacter au besoin. »

Je le saluai et n’observais pas quand il s’éloigna, préférant fixer mon regard sur la mer. Je restai un long moment immobile avant de poser à l’abri mes affaires, d’ôter mes vêtements et d’aller plonger dans l’eau. OK : elle était gelée. Mais cela me fit le plus grand bien. Je restais quelques minutes avant de ressortir, me rhabiller après m’avoir sommairement essuyé, et rentrer en courant. Je passais le reste de la journée à m’occuper de la maison et de préparer le repas du soir pour tous. Je pus même aller chercher mes filles et mon fils, et profiter d’un moment rien qu’avec eux n’avait pas de prix et je chérirais ces moments un long moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Je ne vois en toi qu'un soldat un peu perdu
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS TERMINÉS-
Sauter vers: