RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

I'll be right here now [Pv Tais et Daisy]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Taïs Wheeler
Humain modifié
Taïs Wheeler


https://houseofm.forumactif.org/t3420-tais-wheeler https://houseofm.forumactif.org/t2850-tais-wheeler
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Aeqt

Pouvoirs : Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taï arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr113 / 53 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr112 / 52 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 551
DCs : Keith - Malik - Artémia - Jay - Tao - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Sam 20 Oct - 9:57


I'll be right here now

Ft Daisy


La maison m'étouffe. Mes parents me brisent et j'ai le plus grand besoin de me défaire de leur emprise. Je n'en peux plus de leurs leçons. Je ne veux plus en avoir peur. Je veux simplement vivre, être libre même si ça signifie : laisser Alexia en arrière. J'aurai aimé l'emmener avec moi, vraiment. J'aurai aimé être une meilleure soeur pour elle et la protéger de ces tyrans aveuglés par une stupide religion mais je ne peux pas. Je n'y arrive pas. Dans un élan de colère, je claque alors la porte derrière moi et je m'enfuis, je fuis loin de cette demeure qui me dégoûte, me terrifie, me met en rage au point même de vouloir la voir brûler.
- Je suis désolé...

Je cours. Je cours et je ne m'arrête pas cette fois. Je veux partir pour de bon, laisser mon passé derrière moi et vivre ma vie comme je l'entends. Au diable dieu et ses leçons de moral. Au diable les bonnes manières, les prières et les heures passées dans un placard ou dans la grange, à pleurer de douleur après avoir subi une lourde punition pour avoir simplement ramener une mauvaise note. Oui. Au diable mère. Au diable père. Au diable ce dieu de malheur qui nous a toujours empêché, ma soeur et moi, de nous épanouir comme on l'entend.
- Il le fallait. J'espère que tu trouveras un jour la force de me pardonner. Petite soeur.

Parce que oui. J'aurai aimé l'embarquer dans l'aventure. Avoir le temps nécessaire de la chercher et de l’entraîner dehors avant que notre père nous en empêche, en détachant sa lourde ceinture. Mais je n'ai pas eu le temps. Je n'ai pas eu le courage aussi. Je me suis contentée de faire demi-tour, laissant ma mère plantée sur le palier après lui avoir mis une gifle.

Je suis en colère. Oui. Je sens la rage monter en moi. Je la sens qui glisse à l'intérieur de mon corps comme un poison. J'ai envie de crier, de hurler, de taper tout ce qui pouvait se trouver à ma portée. J'ai mal. J'ai froid. Mon corps tremble et mes jambes flageolent tandis que je continue d'avancer sans savoir où aller. Enfin... Je sais. Là n'est pas vraiment la question. Depuis quelques mois, je traîne en cachette avec un groupe de jeune, indépendants et un peu tapageur. Cela me fais du bien. D'être en leur compagnie. Je me sens libre, affranchie de toute emprise. De plus, Daisy, ma meilleure amie nous a rejoint et ça.... Ca me donnait du baume au coeur. Je pouvais la voir d'avantage, sans avoir à rentrer tôt parce que mes chers parents l'exigeaient.

Libre. Oui. Je veux être libre. Je n'aspire qu'à ça au final. Il commence à pleuvoir et des mèches de cheveux collent sur mon visage tiraillé. Je ne sais même pas quelle heure il est. Je cours, je m’essouffle et une fois assez loin de la maison, je ralentis mon allure et me mets à marcher. Et maintenant? Un frisson me parcoure l'échine. Je croise mes bras contre ma poitrine. Je ne décide pas vraiment de ma direction. Mes pas décident pour moi. Ils me mènent d'eux-même dans les rues humides de Genosha et me voilà, immobile, devant la maison d'accueil de ma meilleure amie. Toujours les bras croisés, je lève la tête vers cette fenêtre familière dans l'espoir d'y voir de la lumière.
- Daisy?

Pas de réponse. Même après avoir jeté ce mini caillou contre sa vitre. Elle n'est pas là. Non sans sursauter quand une voiture passe sur la route, m’éblouissant en même temps, je me pince les lèvres. Je reste encore quelque secondes, quelque minutes avant de repartir, bien décider à la retrouver. Car elle ne doit pas être loin. Elle a du s'enfuir elle aussi de chez elle pour se réfugier quelque part, ailleurs qu'ici. Alors je me mets cette fois à chercher. J'arpente les rues, je m'éloigne des routes. Par moment, je regarde aux alentours pour être certaine que mes parents n'ont pas appelé la police. Je me fais discrète et je mets même la capuche de mon sweat gris sur la tête histoire de cacher mon visage humide.

Le temps passe. Les heures défilent. La pluie se fait de plus en plus danse et glaçante. Après une bonne heure de recherche, mes yeux se posent sur cette vieille maison abandonnée perdue au milieu d'une large prairie. Ce n'est pas la première fois que je viens ici. Combien de fois Daisy et moi s'y étaient retrouvé pour boire plusieurs bières et fumer quelques joints autour d'un feu de camp bancale qu'on avait nous-même allumé. J'ai comme une intuition et c'est sans aucune hésitation que je rentre à l'intérieur.
- Daisy? Tu es là?

Je chuchote, jette un regard de droite à gauche. Le bois craque sous mes pas. L'humidité chatouille mes narines mais je n'y fais pas vraiment attention. J'avance. Je rabats ma capuche sur les épaules pour laisser mes cheveux libres et ma voix tinte à nouveau dans le silence givrant :
- T'inquiète, ce n'est que moi.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Daisy Skye Johnson
Inhumain
Daisy Skye Johnson


https://houseofm.forumactif.org/t297-skye-is-that-a-hacker-s-name
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] 3-EDAUPHINE
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ADDICT-A-HOM
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Giphy
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ACCUEILLANT

Codename : Quake
Pouvoirs : Inhumaine : génération d'ondes et vibrations sismiques. V'la le séisme dans ta gueule.
Immunité contre lesdites vibrations qui peuvent jusqu'à prendre la vie des personnes touchées. Limitation pour le moment déterminée à 3.2 de magnitude sur l'échelle de Richter.

Skills : experte en informatique - tireuse surentraînée - maîtrise des combats rapprochés et à mains nues - spécialisation dans l'espionnage et l'infiltration

I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] R7eefx9
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr115 / 55 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr114 / 54 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 667
DCs : Aelys Cantela & Nikki Ren & Kaine Reilly & Avery Burnham & Aidan Bowman & Gwen Stacy & Klaus Caglar & Matthew Denvers & Heather Scarpetta & Isaac Torres & Luke Cage-Jones & Haiden Hauwanga

Sam 20 Oct - 18:41


I'll be right here now
 
Say hello to the night ; Lost in the shadows ; Say hello to the night ; Lost in the loneliness ; Say hello to the night ; Lost in the shadows...No one knows


Bonnet et écouteurs sur les oreilles, la jeune fille passa rapidement sous le grillage qu’elle avait elle-même percé avec sa meilleure amie. Se faufilant en prenant garde que sa veste en jean, déjà bien abimée, ne soit pas accrochée par le fer tordu de tous les bouts, la jeune Skye était en quête d’un instant de paix. D’un moment, rien que pour elle, loin de toute cette agitation coutumière qui peuplait sa vie depuis sa naissance même. Soupirant, l’adolescente tourna sur elle-même, respirant cet air frais et bienveillant qui s’offrait à elle. Elle écarta les bras, et leva la tête en arrière, ses yeux se fermant pour se laisser bercer par la brise qui fouettait doucement son visage. Ne sentant aucun regard sur elle, l’adolescente qui s’identifiait à plusieurs noms différents savourait l’instant traversé. Plus de cris qui assourdissaient ses oreilles. Plus d’objets cassés qui la faisaient sursauter, en même temps qu’elle répétait ces mouvements vindicateurs. Au revoir les regards déçus et faussement compatissants des dizaines de paires de parents différents qu’elle avait connu ces dernières années. Aujourd’hui, sa famille d’accueil pouvait bien aller se faire voir. Comme toutes les autres auparavant. Et comme toutes celles qui suivront, d’ailleurs. Skye avait bien conscience que son calvaire ne prendrait jamais fin. Plus personne, de nos jours, n’avaient assez de patience et de temps à consacrer pour une adolescente paumée comme elle. Plus personne ne voulait s’embêter d’un enfant bien trop proche de l’âge adulte, plus personne n’avait envie d’avoir une fille comme elle entre les pattes. Le message était clair pour Daisy, qui avait perdu l’espoir de trouver une vraie famille il y avait bien longtemps déjà. Le monde était sans pitié. La vie était cruelle. Leçon reçue cinq sur cinq. Daisy Johnson n’était qu’une épine dans le pied de tout adulte de ce monde. Il était bien plus facile de revêtir un masque et de laisser place à Skye.

Skye, qui se fichait de tout et de tout le monde. Qui n’en faisait qu’à sa tête, parce que de toute façon, elle n’avait plus rien à perdre. En vérité, elle avait déjà tout perdu. Et les dizaines de famille d’accueil qui tentaient de lui bourrer le crâne abandonnaient toutes bien trop rapidement la jeune fille. Elle était une cause perdue pour eux. En réalité, il n’y avait que la meilleure amie de Daisy et les quelques jeunes du quartier qu’elles fréquentaient qui acceptaient Skye pour ce qu’elle était. Un être humain doué d’émotions qui en avait marre avec la société actuelle. Qui avait épuisé toutes les larmes de son corps après avoir accumulé bien trop d’abandons. Non, elle n’avait jamais été battue, massacrée ou abusée par des parents adoptifs. Mais en ce jour, l’adolescente était épuisée moralement. Et abattue, très certainement. Son coeur était écrasée par l’absence d’acceptation des adultes. Les sentiments avaient quitté cet organe vital, désormais recouvert d’une fine couche de glace. Ce monde était un monde de merde, et sa vie ne méritait pas d’être supportée. Pas comme ça, du moins. L’amertume et la tristesse voilaient maintenant l’adulte en devenir. C’était peut-être pour ça qu’elle et Taïs s’entendaient si bien au bout du compte. Toutes les deux, désabusées par leurs propres vécus. Leurs expériences respectives les ayant brisées, de manières différentes, mais certainement pour de bon. Elles auraient bien besoin d’un nouveau départ, en tout cas. Daisy donnerait cher pour quitter Genosha, cette île de malheur dans laquelle elle se sentait piégée. C’était donc si difficile que ça, d’exaucer ses voeux ? De lui donner une famille, des êtres aimants et compréhensifs ? Hein, c’était si compliqué de comprendre que ce qu’elle désirait, c’était, sommes toutes, ce que voulait le commun des mortels ?

Menée inconsciemment par ses pas dans la maison abandonnée qui suivait le grillage crevé, Skye se perdait dans ses pensées. En un sens, elle était chanceuse. Elle avait Taïs avec elle. Mais sa meilleure amie souffrait tellement aussi… à croire que la vie s’acharnait sur elles deux. Mais après tout, ne disait-on pas que … « La vie est une pute. » Tss. Pire que ça même. Le bois du plancher, en mauvais état, craqua sous les pas brusques de la jeune fille. Elle ne cherchait même plus à masquer sa présence en ces lieux quelque peu désolants. « Bah, toi aussi t’es abandonnée, comme moi hein. High-five. » Oui, elle parlait toute seule, Daisy. Ou plutôt, elle s’adressait à la maison. Il fallait dire qu’actuellement, elle n’avait personne pour lui rendre le dialogue. Elle était persuadée que ses parents n’avaient même pas pris la peine de la chercher un minimum en découvrant sa fugue du jour. Boarf, à quoi bon ? Ils la rapporteraient bien assez vite au foyer le plus proche. Comme une porcelaine brisée, ou délavée, entachée. Les assistantes sociales devaient se frotter les mains avec des cas comme celui de Daisy. Bonjour les heures supplémentaires qui devaient faire du bien au salaire. Le moral et la possibilité de ne plus avoir la gamine au cul par contre, c’était autre chose. Les minutes s’écoulèrent, les heures passèrent. L’adolescente perdait vite pied quand elle se laissait sombrer dans ses pensées toutes plus moroses les unes que les autres. Il lui semblait même avoir cédé à une certaine somnolence quand un bruit la fit se redresser prestement. Regardant de gauche à droite, Skye réalisa rapidement qu’elle n’avait pas vraiment de quoi se constituer une arme de défense. Les battes de baseball qui protégeait des cambrioleurs, ça se trouvait que dans les films apparemment. Retenant sa respiration, Daisy se colla au mur le plus proche, prenant garde de ne pas effleurer les vieux meubles croulants et poussiéreux qui peuplaient encore la vieille bâtisse. Soudain, une voix familière résonna au niveau de l’entrée de la baraque, et un sourire, triste mais content malgré tout, se dessina sur le visage marqué de la gamine. « Je suis là ! » répondit-elle en criant à Taïs pour qu’elle la retrouve parmi la multitude de pièces décharnées qui constituaient la maison. Rassurée sur la présence reconnue, Skye se laissa à nouveau tomber sur le sol. La poussière se soulevant tandis que ses cuisses frappaient sans douceur le parquet. Les yeux cernés, une ombre se dessina dans l’embrasure du salon qu’elle avait envahi, et Daisy releva le regard sur sa meilleure amie. « Hey. » fit-elle en soulevant faiblement les épaules. Sa voix était faible, son corps lourd. Super la motivation réservée à son amie. « Toi aussi t’avais besoin de fuir ton existence ? Parce que si c’est le cas, bienvenue au club. » Encore une fois. Ce n’était pas franchement la première fois que toutes les deux fuyaient leur quotidien. Est-ce que cela allait jamais s’arrêter un jour d’ailleurs ?

 
code par SWAN - gifs tumblr - lyrics par The Lost Boys

___


    Blessed Be The One
    I can't do it, you used to say. You're always been capable of more than you imagined, they answered. And so did you. So did you become way more than what you wanted to. And now, it's too late. You can't go back. + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas
Taïs Wheeler
Humain modifié
Taïs Wheeler


https://houseofm.forumactif.org/t3420-tais-wheeler https://houseofm.forumactif.org/t2850-tais-wheeler
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Aeqt

Pouvoirs : Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taï arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr113 / 53 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr112 / 52 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 551
DCs : Keith - Malik - Artémia - Jay - Tao - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Jeu 7 Mar - 16:57


I'll be right here now

Ft Daisy
Cette maison abandonnée est comme un refuge. Un lieu de soutien. Un cocon rassurant dans cette vie de merde qui nous entoure. Qui nous englobe telle une lame lacérée. Tandis que j’avance dans ces couloirs moisis, fissurés par endroit, j’hèle le nom de ma meilleure amie car je sais qu’elle est là. J’ai comme une intuition. Un pressentiment. Je la suis donc les yeux fermés et traverse les pièces aux odeurs fortes, malodorantes, enlevant ma capuche au passage comme pour dévoiler mon identité cachée.
- Hey la belle.

Ouai. La vie est une pute. Une grosse pute qui s’amuse à nous tourmenter. A nous poignarder quand on a le dos tourné. La preuve avec nous deux. La vie nous a jamais fais de cadeau et peut-être que c’est pour cette raison qu’on s’est autant rapproché l’une de l’autre. Piliers brisés par l’existence même. Fantômes d’un avenir incertain, invisible sous nos paupières fatiguées. Lassées de tout ce bordel. La raison? Famille. Ou semblant de famille. Mot qui n’a plus aucune signification à mes yeux, à nos yeux même si notre situation est légèrement différente. Dans un sens. Qu’importe. On se comprend et on s’est toujours comprise, pansant nos blessures comme on le pouvait. Un léger sourire traverse mes lèvres et j’entre dans la pièce. je murmure d’une voix douce, plus calme que précédemment :
- Je savais que je te trouverai ici.

Car oui. Au fur et à mesure, une fine silhouette se dessine devant mon regard adouci. Une voix qui me rassure, m’interpelle, m’apaise et je retrouve Daisy, le visage tiré, assise sur le sol poussiéreux, le corps particulièrement lourd et l’air blasé. Je n’aime pas la voir dans cet état. Un soupir s’échappe d’entre ma bouche et je prend place à ses côtés. Je laisse tout d’abord un silence nous englober. Pas l’un de ces silences pesants, gênants et insignifiants mais un silence de compassion, de souffrance partagé. Par ailleurs, elle fut la première à le briser. A sa question, un nouveau soupir m’échappe et je pose délicatement ma tête sur son épaule, murmurant d’un ton lasse, fatigué :
- Ouai… Pour ne pas changer. Équipe qui gagne. Toujours. A se demander si ça ne va pas finir par devenir une habitude.

Une main qui se tend vers elle. Un poing serré en direction de ma best pour checker nos peau abîmés, froissés par le froid glacé de cet abri d’infortune. Un rire traverse le travers de mes chairs mais il est légèrement faux, triste aussi. Je dois bien l’avouer. Mes pensées se tournent de plus belle sur ma mère, mon père que je hais plus que tout. Je ressens toujours une vive culpabilité d’avoir laissé ma soeur là-bas mais rester dans cette maison m’est impossible. Je ne peux plus le supporter. Je compte ne jamais rentrer et cette fois, rien ne me fera changer d’avis. J’en ai plus rien à foutre désormais. Je veux penser à moi. A moi seule. J’étouffe et ma poitrine me fais mal à chaque bouffée d’air. De nouveau, je marque un silence et je soupir, redressant la tête en cherchant le regard rassurant de ma meilleure amie.
- Si tu as besoin de parler toi aussi, tu sais que je suis là.

Comme elle a toujours été là de son côté. Un sourire, se voulant réconfortant et consolateur. Un contact. Mon oreille qui se cale doucement sur son épaule, en une posture recroquevillée. Puis une idée. Ma main qui s'engouffre à l’intérieur de ma veste pour y sortir un paquet de cigarette. Plaisir interdit. Pas nécessaire mais qui sert principalement à calmer mes nerfs ou faire chier mes parents, les titillant sur leur obsession de ce dieu inexistant qui voit chaque plaisir comme un péché mortel, acte du diable. Connerie. Ma bouche englobe le filtre orangé et je tend le paquet vers Daisy. Je prend le temps d’allumer ce poison bienfaiteur. L'embout crépite, prend flamme et je savoure cette première bouffée, posant mes yeux sur cette fenêtre en face de nous aux vitres cassées. Symbole de notre désespoir à toute les deux. Emblème de nos esprits tourmentés, en colère, en rage contre la société imposée. Contre nos vies bafouées, contre nos blessures encore ouvertes.
- Et si on se cassait? Si on partait d’ici pour ne jamais revenir? Peut-être qu’on pourrait refaire notre vie ailleurs. Loin de tout ce bordel sans que personne ne vienne nous emmerder. Le rêve tu ne trouves pas?
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Daisy Skye Johnson
Inhumain
Daisy Skye Johnson


https://houseofm.forumactif.org/t297-skye-is-that-a-hacker-s-name
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] 3-EDAUPHINE
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ADDICT-A-HOM
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Giphy
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ACCUEILLANT

Codename : Quake
Pouvoirs : Inhumaine : génération d'ondes et vibrations sismiques. V'la le séisme dans ta gueule.
Immunité contre lesdites vibrations qui peuvent jusqu'à prendre la vie des personnes touchées. Limitation pour le moment déterminée à 3.2 de magnitude sur l'échelle de Richter.

Skills : experte en informatique - tireuse surentraînée - maîtrise des combats rapprochés et à mains nues - spécialisation dans l'espionnage et l'infiltration

I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] R7eefx9
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr115 / 55 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr114 / 54 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 667
DCs : Aelys Cantela & Nikki Ren & Kaine Reilly & Avery Burnham & Aidan Bowman & Gwen Stacy & Klaus Caglar & Matthew Denvers & Heather Scarpetta & Isaac Torres & Luke Cage-Jones & Haiden Hauwanga

Dim 14 Avr - 18:05


I'll be right here now
 
Say hello to the night ; Lost in the shadows ; Say hello to the night ; Lost in the loneliness ; Say hello to the night ; Lost in the shadows...No one knows


Vie risible qui se foutait bien de la gueule du monde. Monde qui avait tendance à envoyer paître un putain d’univers. Et l’univers lui-même qui se fichait éperdument de ce qui pouvait bien se passer en son sein. On dit que les gens sont toujours en quête d’un sens à leur existence. Mais concernant Skye, elle ne cherche même plus. Elle a tenté pourtant. Pendant des années durant. Sauf que ça n’a pas marché. A chaque fois elle finissait ou plutôt retournait sur le point de départ. Et comme le lui reprochait les assistantes sociales, Daisy faisait toujours un pas en arrière. Elle préférait s’enfoncer et non avancer, blablablaah. Tss. Comme si les midinettes des beaux quartiers pouvaient comprendre quoi que ce soit à ce que vivait Skye chaque jour. A ce qu’elle ressentait surtout. A son cœur brisé en mille morceaux qui battait encore principalement grâce à la présence de sa meilleure amie. Taïs en avait pansé des blessures, et son palpitant avait été difficilement scotché. A tout instant les morceaux pouvaient s’effriter, mais ils s’accrochaient. Son cœur en parfaite synchronisation avec celui de la plus vieille des Wheeler. Un sourire attristé déforma les traits tirés de la gamine à la veste déchirée. Deux doigts levés, ironique signe de paix, tandis que Taïs se laissait tomber à ses côtés. Un ricanement s’échappa des lèvres de la gamine blasée à la remarque de son amie. « Quoi, je suis déjà devenue prévisible ? Merde alors, t’en boucherait un coin à mes figures parentales du moment. » Sur son dossier était écrit en grandes lettres rougies que l’adolescente était imprévisible. Toujours parée à prendre la tangente et à envoyer des fuck à tout va. Quelle bande de cons aussi.

Un silence bienveillant qui berça les deux demoiselles. La joue rassurante de Wheeler se collant à l’épaule de Johnson. Daisy ferma un bref instant les yeux, savourant ce moment qui semblait tranquilliser doucement leurs âmes martyrisées. Pourtant la brunette ne put s’empêcher de le briser. Elle en avait trop sur le cœur, et si Taïs était là, c’était qu’elle aussi, elle avait besoin de s’exprimer, d’une manière ou d’une autre. Alors elle lâcha ses pensées et laissa son amie lui répondre. Leurs rires faussés comblant la dépression ambiante imposée par cette baraque abandonnée. Tout avait été lâché ici. Aussi bien la bicoque que les deux jeunes filles avaient été usées jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus tenir. Se raccrochant uniquement à leurs silhouettes échouées. « Bah, ça change pas : toi et moi contre l’univers entier. On gagne toujours. » Traits étirés dans une obligation douloureuse. Mensonge flagrant mais qu’elles acceptaient depuis des lustres. L’univers pouvait bien aller se faire mettre. Au moins, elles avaient la possibilité de compter l’une sur l’autre. Tout le monde ne pouvait pas compter sur ce degré impressionnant de loyauté. Fallait bien se raccrocher à ce qu’on avait donc, pas vrai ? Sinon, qu’est-ce qui leur restait à ces deux âmes esseulées ? « Je sais oui. T’es la seule prête à écouter. Tu sais que c’est pareil pour moi hein ? » Murmure adouci alors que le menton se posa sur les cheveux de son amie. Recroquevillées ainsi, les gamines n’avaient plus trop l’air d’impressionner qui que ce soit. Dépassées par la vie et par un passé déjà bien trop lourd à porter.

Comme si le besoin de souffler se faisait ressentir, plus puissamment cette fois, la Wheeler sorti ses clopes. Les tendant à Skye qui soupira en secouant la tête. « Que du tabac ? Bon, ça fera l’affaire pour cette fois. » Coup de coude et fou rire échangés. La weed avait de ça qu’elle reposait magnifiquement leurs esprits tourmentés. Mais ça coutait cher aussi, c’te daube, alors il fallait parfois se contenter des moyens du bord. Ce n’était pas plus mal pour leurs neurones de toute manière. Nouvel instant de silence alors que chacune absorbait les différentes bouffées d’intoxication acceptée. La fumée s’écrasant contre leurs poumons, leurs poitrines se soulevant difficilement pour bien d’autres raisons. Les langues finissaient toujours, toutefois, par se délier, faisant sursauter la hackeuse en devenir. Skye fronça les sourcils, soufflant des ronds de fumée à chaque mot prononcé par son amie. Elle se décala légèrement pour laisser leurs épaules se cogner l’une à l’autre, tournant sa tête de côté pour observer le profil de l’aînée. « Se barrer, ne plus voir la tronche de ces connards qui pètent plus haut que leurs culs et pensent tout savoir sur toi… » L’imagination prenait le dessus sur la réalité. Fuir le quotidien, forcément, ça avait de quoi attirer. « Et on irait où ? J’ai toujours rêvé de découvrir le monde, mais je ne saurais même pas par quoi commencer. » Les Etats-Unis semblaient si proches et si lointains à la fois. Soudainement Daisy perdait tous ses sens. A la fois excitée et effrayée à l’idée de quitter tout ce qu’elle avait toujours connu. « Imagine, on se barre, on prend le premier ferry et on quitte cette île pour toujours. Juste toi et moi. Contre le monde, et en même temps avec lui. Parce que doit bien y avoir des choses bien à découvrir hein ? » Vif espoir qu’il y avait quelque chose de meilleur qui les attendait quelque part. Même si elles étaient loin de se douter dans quoi elles allaient finir par tomber dans un futur pas si éloigné que cela. 
code par SWAN - gifs tumblr - lyrics par The Lost Boys

___


    Blessed Be The One
    I can't do it, you used to say. You're always been capable of more than you imagined, they answered. And so did you. So did you become way more than what you wanted to. And now, it's too late. You can't go back. + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas
Taïs Wheeler
Humain modifié
Taïs Wheeler


https://houseofm.forumactif.org/t3420-tais-wheeler https://houseofm.forumactif.org/t2850-tais-wheeler
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Aeqt

Pouvoirs : Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taï arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr113 / 53 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr112 / 52 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 551
DCs : Keith - Malik - Artémia - Jay - Tao - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Mer 5 Juin - 16:22


I'll be right here now

Ft Daisy


- C’est parce que je te connais à force.

Moment rien qu’à nous. Moment de légèreté et de sourire échangé dans un monde qui nous a jamais fais de cadeau escompté. Volonté qu’on nous fiche la paix. Enfin. Le temps de se retrouver. De se poser loin de nos problèmes. Ici, personne ne peut nous atteindre. Personne ne peut venir nous faire chier et un soupir de contentement traverse mes lèvres. Cela fait du bien. D’être ensemble. De ne pas avoir à supporter ces adultes. Ces connards qui croient probablement  pouvoir nous tenir en laisse. Ma tête vient doucement se caler sur l’épaule de ma meilleure amie et j'accueille silencieusement sa présence. Je sors de la poche de ma veste, ce paquet de cigarette. Je le tend vers Daisy et j’apporte ensuite ce poison bienfaiteur à ma bouche, goûtant à ce plaisir interdit en me délectant intérieurement de pouvoir bien faire chier mes parents en bravant ce péché diabolique. Tu parles. Diable de mon cul ouai. Je ne crois pas à ces sôtises. Je ne crois plus un mot de ce qu’ils ont pu nous baraciner à Alexia et à moi et en vérité, je ne crois plus à grand chose désormais. Je ne sais plus qui je suis vraiment. Je ne sais même pas ce que je veux faire de ma vie et je ne peux qu’approuver ma besta quand elle me dit que c’est toujours nous contre l’univers entier.
- Bien sûr que je le sais. Comme tu le dis si bien, toi et moi contre le monde. Rien ne pourra nous séparer et fuck tous ceux qui pense pouvoir le faire.

Clin d’oeil complice. Rire traversant la barrière de mes chairs. Petit coup de coude pour détendre un peu l'atmosphère calme quoique si triste à la fois. Adolescence brisée. L’une par l’abandon intempestive. L’autre par des parents violents, incapable de réfléchir sans punir à coup de ceinture ou faire mention de ce Dieu qui, j’en suis certaine. N’a jamais existé. Comment un dieu, censé aimer son prochain. Censé protéger ses enfants, ses créations. Peut laisser deux jeunes femmes comme ça, sans rien broncher. Sans tenter un temps soit peu de les aider. Non. Ce sont des conneries. Ca n’a aucun sens. J’en suis convaincue. Ca fais longtemps de toute façon que je n’y crois plus et un soupir cette fois traverse ma bouche entrouverte. Je laisse la fumée piquer ma gorge agréablement. La cigarette a de quoi apaiser mes nerfs et je ne peux que rigoler devant la remarque lancée par Daisy sur le contenu du paquet.
- Désolé, je n’ai pas eu le temps d’aller voir mon fournisseur avant de rappliquer ici. Promis, la prochaine fois je paye mon joint. Et de la bonne qualité cette fois.

Oui. Légèreté échangée. Moment rien qu’à nous qui me fait un peu oublié à quel point notre vie est bien pourrie.  Silence mesuré. Mais pas l’un de ces silences qui tend à nous rendre géné. Silence nous propulsant simplement dans le court de nos pensées tandis que je partage enfin la possibilité peut-être de nous casser. De nous barrer loin d’ici, quitte à tout laisser derrière. Cette pensée me traverse et je rêve déjà à une vie meilleure. A une vie d’aventure et de rire aux bras de ma meilleure amie sans que rien ne nous retienne. Je sais que dans un sens je suis égoïste. Je suis égoïste de ne pas penser à ma soeur qui est resté là-bas. Dans cette maison infernal, à subir la tyrannie de mes parents. Mais je n’en peux plus. Je n’en peux plus de cette vie. Je n’en peux plus de tout ça. Je veux vivre moi aussi et je ne veux plus culpabiliser à chaque fois que je sors dehors pour m’aérer l’esprit. Es-ce que c’est trop demander? D’être un peu égoïste? De ne penser un peu qu’à soi même si en faisant ça, je risque de profondément l’attristé? Une larme me vient et je la repousse vivement, laissant un sourire me traverser quand je vois Daisy s’extasier aussi à cette idée.
- Ca serait le pied hein? Je ne sais pas… tu aimeras aller où toi? Il y a tellement d’endroit à visiter. La france? Pourquoi pas. Ou l’Inde? Il parait que c’est un endroit magnifique. Moi je dis, il va falloir tirer à la courte paille à ce stade.

Un nouveau rire traverse mes boutons de chair et j’apporte de plus belle ma cigarette à mes lèvres. Je prend une nouvelle bouffée avant de rejeter légèrement ma tête en arrière. Mes yeux glissent sur la fumée et je m’amuse presque à faire des ronds avec, trouvant ces dessins éphémères presque hypnotique tant ça concentre toute mon attention. Mais cette attention explose aux dires de ma best. Mon coeur s’accélère et je me redresse subitement devant l’idée de se barrer vraiment, sans rien dire à personne. Je sens comme une bouffée d’air frais me traverser. M’envahir. Mon moral s’en trouve quelque peu porté et je me tourne vers elle, sourire aux lèvres, à murmurer d’une voix beaucoup plus enjouée, presque excité tant cette décision à peine émise, effleurée, à de quoi me motiver :
- Deal. Franchement, qu’est-ce qu’on a perdre? Rien. Je te suis. Il faudrait juste qu’on trouve un peu de thune pour prendre le ferry. Quoi que. Il y a peut-être un de nos potes qui peut nous aider non?
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Daisy Skye Johnson
Inhumain
Daisy Skye Johnson


https://houseofm.forumactif.org/t297-skye-is-that-a-hacker-s-name
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] 3-EDAUPHINE
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ADDICT-A-HOM
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Giphy
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] LE-PLUS-ACCUEILLANT

Codename : Quake
Pouvoirs : Inhumaine : génération d'ondes et vibrations sismiques. V'la le séisme dans ta gueule.
Immunité contre lesdites vibrations qui peuvent jusqu'à prendre la vie des personnes touchées. Limitation pour le moment déterminée à 3.2 de magnitude sur l'échelle de Richter.

Skills : experte en informatique - tireuse surentraînée - maîtrise des combats rapprochés et à mains nues - spécialisation dans l'espionnage et l'infiltration

I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] R7eefx9
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr115 / 55 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr114 / 54 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 667
DCs : Aelys Cantela & Nikki Ren & Kaine Reilly & Avery Burnham & Aidan Bowman & Gwen Stacy & Klaus Caglar & Matthew Denvers & Heather Scarpetta & Isaac Torres & Luke Cage-Jones & Haiden Hauwanga

Dim 22 Sep - 15:13


I'll be right here now
 
Say hello to the night ; Lost in the shadows ; Say hello to the night ; Lost in the loneliness ; Say hello to the night ; Lost in the shadows...No one knows


Yep, en une phrase, Taïs avait résumé la situation. Effectivement, elle connaissait Skye, mieux que quiconque. Mieux que ces assistantes sociales qui soupiraient à chaque visite rendue, mieux que ces familles choisissant de se délester de ce poids humain qu'elles ont pourtant décidé d'assumer. La jeune fille était bien la seule à comprendre la brune, à traverser cette même période d'adolescence et de rebellion mélangées. Ainsi rassemblées, les deux gamines esseulées semblaient enfin pouvoir lutter. Leurs comportements quelque peu erratiques et provocateurs leur permettaient de lutter sensiblement contre leurs vies supportées. Aucune des deux ne pouvait vraiment envier la position de l'autre. Malgré tout, si les faiblesses et blessures étaient loin d'être similaires, le sentiment de peine et souffrance lui, était entièrement partagé. C'était certainement ce qui avait rapproché les deux jeunes femmes en premier abord. Au moins, en un regard, un seul geste, elles pouvaient aisément deviner l'état d'esprit de l'amie couvée. A bien des égards, au final, Daisy devait beaucoup à son amie. Il y aurait belle lurette qu'elle aurait quitté ce monde, ou qu'elle aurait fini dans un centre de redressement si Taïs n'avait pas été là pour la soutenir. Quand bien même la blonde avait fort à faire avec ses parents, des monstres à apparence humaine, elle avait pris le temps de protéger sa meilleure amie. Et pour ça, Skye lui était redevable à vie.

Alors l'intoxication était simplement attribuée aux deux âmes attristées, leur arrachant des rires au milieu des larmes emprisonnées. Les plaisanteries et les promesses étaient échangées, faisant briller les prunelles des deux gamines échouées. Pour peu, entre deux taffes de poison avalées, Skye pouvait déjà s'imaginer sa nouvelle vie. Bras dessus et bras dessous avec sa meilleure amie, parées à donner raison à tous les clichés populaires au fil des payés traversés. Oubliée l'herbe qui permettait de vider l'esprit. Place aux bérets et à la baguette à leur arrivée en France, ou encore aux balades à dos de chameau ou dromadaire au milieu du désert. Oui, clairement, en dépit de leurs situations actuelles, de leurs places dans cette ruine de maison prête à partir en poussière, les deux jeunes filles pouvaient encore éprouver de l'espoir. Comme quoi, tout n'était pas perdu. « Paris ! » Exclamation spontanée alors de la brunette, qui répondait avec un sourire aux lèvres à l'interrogation de sa meilleure amie. Des destinations paradisiaques, il y en avait bon nombre. Mais à la mention de la France, une lueur espiègle dansa dans les yeux de la gamine abandonnée. « Je veux entendre les français parler notre langue et la défoncer avec leurs accents. » Elle éclata de rire tout en mimant un exemple parfait d'un parisien cherchant à maîtriser l'anglais. Puis, encore plus amusée, elle reprit : « Et je veux voir la Tour Effel. Je te jure, à chaque fois que je la vois à la télé, ça me donne envie de l'escalader. Tu crois que c'est faisable ? » Elle se tourna en plaisantant  à moitié vers son amie, captant le reflet de son visage rendu songeur par cette énonciation de voyages à effectuer. Le rire de Daisy se fana quelque peu, bien qu'elle n'en laissa rien voir. Continuant de rétorquer à son amie, qu'elle pouvait sentir comme déjà partie : « Ooh je t'en prie, ils dépensent tout leur fric pour leur herbe de mauvaise qualité. On pourrait tenter avec Vince, mais à mon avis, il voudra nous rejoindre sur le ferry. » Elle haussa les sourcils, appuyant ses dires d'une mimique forcée. Très clairement que leurs potes, aussi géniaux étaient-ils, ne pourraient pas grand chose pour les faire voyager. Excepté Vince, qui semblait avoir toujours eu un faible pour les deux jeunes femmes ravagées.

Finalement le sérieux reprit tout doucement. Skye réfléchissant, s'en voulant de briser cet instant d'insouciance. Parce qu'elle savait, au fond, qu'elle ne pourrait pas vraiment quitter ce trou à rats. Son dossier était bien trop compliqué pour ça, et à chaque tentative de fugue accomplie, elle ne faisait qu'énerver un peu plus le monde et le rembarrer autour d'elle. Pas de doute que les autorités l'avaient remarqué et ne se gêneraient pas pour se jouer d'elle si elle réalisait une nouvelle connerie. Et puis, au fond, malgré son absence de racines, elle voulait vraiment avoir une famille. Est-ce qu'elle pourrait vraiment se trouver des gens aptes à l'aimer dans des pays étrangers ? Ou faudrait-il qu'elle fasse semblant pour plaire aux peuples des continents visités ? Alors Daisy soupira, et saisissa doucement la main de son amie. La pressant de toutes ses forces alors qu'elle confessait tout doucement : « A vrai dire, j'ai déjà commencé à mettre de l'argent de côté. C'est pas grand chose, mais ça devrait pouvoir payer un ticket de bâteau. » Un ticket, un seul. A ses yeux plissés, Daisy pouvait déjà sentir la suspicion pointer chez la blonde. La brunette sourit, plongea ses yeux dans ceux de Taïs, y confiant tout son amour par ce simple regard : « Je voulais que ce soit une surprise, mais comme je sais que c'est tous les jours ta fête à la maison...pourquoi attendre ton anniversaire, hein ? » Elle souffla de plus belle, se sentit désolée pour la jeune fille. Elle se décala de quelques centimètres, poussa du bout du pied un fauteuil recouvert d'une bache et d'une couche immonde de poussières. Se mettant à genoux, la demoiselle gratta du bout des doigts pour trouver l'ouverture inventée. Enfin, après avoir sali et cassé ses ongles, elle réussit à retirer une planche du parquet écroué. Le petit trou de la bicoque abandonnée dévoila une petite enveloppe cartonnée, où trônaient quelques petites coupures colorées. Au vu des familles multipliées, l'adolescente ne pouvait clairement pas économiser dans un compte en banque ou placer l'argent dans une chambre qu'elle ne connaîtra pas bien longtemps. Alors elle avait prévu son coup. Parvenant à taper des billets par-ci par-là, glissés discretos dans sa poche avant de finir dans le refuge tant apprécié. L'idée du siècle qui pouvait enfin mener à quelque chose. Skye observa alors longuement l'enveloppe à demi-ouverte, avant de fermer doucement les yeux. Au bout de quelques secondes de silence, elle se retourna vers Taïs et tendit sa trouvaille d'un mouvement vif : « Tiens. C'est pour toi. C'est ton ticket de sortie. Joyeux anniversaire en avance, yay. » Enthousiasme aussi bien forcé que sincère. Peine de sentir son amie la quitter, mais prise de conscience qu'il n'y avait pas d'autres solutions. Daisy scella ses lèvres, attendit et craigna presque la réaction de sa fidèle amie.
code par SWAN - gifs tumblr - lyrics par The Lost Boys

___


    Blessed Be The One
    I can't do it, you used to say. You're always been capable of more than you imagined, they answered. And so did you. So did you become way more than what you wanted to. And now, it's too late. You can't go back. + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas
Taïs Wheeler
Humain modifié
Taïs Wheeler


https://houseofm.forumactif.org/t3420-tais-wheeler https://houseofm.forumactif.org/t2850-tais-wheeler
More about you : I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Aeqt

Pouvoirs : Communication avec les oiseaux. Depuis qu'elle s'est plus ou moins "vendue" à la science, Taï arrive à communiquer avec les oiseaux. Elle les comprends, peu parler avec eux et se lient facilement avec. Ce sont ses amis, ses confidents. Et ils sont également de formidables alliés ou messager. D'ailleurs, son plus grand ami est un faucon. Il lui arrive de ne pas le voir pendant plusieurs mois mais quand ce dernier est là, ils sont presque inséparable.
Emergence :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr113 / 53 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Maitrise :
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr112 / 52 / 5I'll be right here now [Pv Tais et Daisy] Fonddr11
Messages : 551
DCs : Keith - Malik - Artémia - Jay - Tao - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Sam 7 Déc - 12:02


I'll be right here now

Ft Daisy

Au début. Je n'y crois pas, j'avoue. Je ne pense pas à la possibilité réelle de nous casser comme ça, sans rien dire. J'aimerai. Oh oui putain. J'aimerai mais une part de moi n'ose pas croire ou ne veux pas croire que oui, ça peut se faire. Vraiment. Que oui, on peut se barrer. Comme ça sur un coup de tête. Plus personne ne viendra nous emmerder et je n'ai qu'une seule envie à cet instant précis : être égoïste. Ne plus penser a personne et vivre ma propre vie. Aux côtés seulement de ma meilleure amie. Je ne veux plus penser à mes parents. A ces êtres ignobles qui nous frappent, nous punit ma sœur et moi uniquement parce que, soit disant, Dieu l'exige. Dieu. Rien que ce mot me donne envie de vomir. Mes yeux s'humidifient mais je rejette bien vite mes larmes pour ne surtout pas les laisser couler. Égoïste. Je souhaite simplement être égoïste même si une part de moi se sent déjà coupable de laisser ma sœur sur le palier. De la laisser derrière moi avec ces dégénérés. Un rire s'échappe d'entre mes lèvres et je porte à nouveau ma cigarette à mes lèvres. Je rêve maintenant de partir avec Daisy en nous imaginant libre comme l'air. Détachées de toute cette merde que nous offre la vie d'ici. Une vie qui nous insupporte. Nous répugne. Si bien qu'on se sent en colère contre le monde entier.

La liberté. Oh oui. Ça serait tellement le pied. Ma besta mentionne Paris et j'approuve carrément. Je lâche même un :
- Paris? J'achète ! Et nous, on pourra se foutre de leur gueule sans qu'ils ne voient que du feu. Quoi que. On ne sera pas mieux quand on essayera de notre côté d'apprendre la merveilleuse langue de Shakespeare. J'imagine déjà le désastre. Royal.

C'est si bon de l'imaginer. C'est si bon de ne plus penser à ce qui nous dévore l'une et l'autre. C'est si bon d'être là avec elle et mon rire tinte à nouveau dans cette maison délabrée, lorsqu'elle me demande si escalader la tour eiffel était faisable. Ce que j'en doute fortement pour le coup.
- Si tu veux te rompre le cou? Oui. Sans aucun doute. Ma foi, on pourra tenter.

On pourra tout tenter puisque plus personne ne viendra nous faire chier. Puisqu'on aura plus les mains et les pieds liés. Mon cœur s'allège mais je grimace légèrement à la perspective que Vince nous rejoigne. Je l'aime bien. Là n'est pas le problème mais il est plutôt du genre collant. Un peu trop parfois pour le laisser nous accompagner. Alors non. Autant dire que je n'y tiens pas particulièrement. Un soupir traverse mes lèvres et je prend une position plus confortable.

Le calme revient. Le silence tombe de nouveau. Lâchant le filtre orangé, je porte un regard vers Daisy qui semble tout à coup pensive, enfermée dans ses pensées. Je ne m’attend pas vraiment à ce qu’elle me prenne la main. Pas de cette façon alors que je sens mon cœur battre plus rapidement contre ma poitrine. J’ai la subite impression que ce qu’elle va me dire ne va pas forcément me plaire. J’ai un peu peur en vérité et je fronce les sourcils. Je penche légèrement la tête sur le côté avant d’écarquiller les yeux à la confession murmurée.
- Comment ça?

J’aurai pu être contente. Vraiment. J’aurai pu la prendre dans mes bras et lui dire qu’on allait enfin pouvoir s’en sortir. Qu’on allait pouvoir concrétiser ce rêve, pour vivre de nouvelles aventures ensemble car on l’a bien mérité mais le “un ticket” me fait tiquer. Non, quelque chose ne va pas. Elle plonge ses yeux dans les miens et je maintiens son regard. Je baisse légèrement le menton lorsqu’elle fait mention de l’ambiance catastrophique qui m’attend chaque jour à la maison et je me pince les lèvres. Je sens une forme de colère et d’impuissance remonter. Un soupir m’échappe et je reporte mon attention sur elle. Je murmure dans un sourire alors qu’elle se met à genoux, repousse le fauteuil pour visiblement chercher quelque chose que je ne peux pas voir encore.
- Tu sais très bien que je préfère que tu gardes ton argent pour toi ma belle. T’aurais pas dû.

Je ne m’attend pas à ce que ticket, soit une réalité. Je ne veux pas y croire surtout. L’idée d’y aller sans elle m’est inconcevable et mon cœur se serre, mes yeux s’humidifient à la réalité dévoilé. Daisy me tend le cadeau et je secoue la tête. Mes doigts tremblants viennent à le prendre mais je me pince à nouveau les lèvres. Ses mots me brisent et je me redresse, refusant catégoriquement de penser à la perspective de partir sans mon éternel acolyte. Celle qui me maintient en vie depuis longtemps. Celle que je considère aussi comme une sœur. Une sœur de cœur que rien ni personne ne pourra séparer.
- Daisy… Partir sans toi, c’est mort. Je suis touchée par ton cadeau, vraiment mais savoir que tu ne viendras pas, c’est non. Hors de question. M’en fiche si pour ça, je dois rester ici. Ou si je dois bazarder mes affaires pour t’entrainer avec moi dans ma valise.

J’essaye de rire. De paraître légère comme elle s’évertue à paraître enthousiaste mais ma décision est prise. Je ne partirai pas sans elle. Doucement, je marque une légère pause et je m’approche. Je la prend dans mes bras quelques instants. Tout en même temps je lui rend le précieux cadeaux et je lui murmure, frottant son dos en une accolade délicate, rassurante.
- Et si vraiment tu ne veux pas gâcher ce somptueux cadeau, prends-le toi. Tu le mérite. Quitte à choisir, je préfère large me sacrifier pour te savoir enfin heureuse.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
I'll be right here now [Pv Tais et Daisy]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MENU XXL : AVALE ET TAIS-TOI (Hentaï)

House of M :: THE OTHER SIDE :: DAYS OF FUTURE PAST-
Sauter vers: