RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -43%
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go ...
Voir le deal
15.45 €

I'm blowin' up like you thought I would...
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Ven 18 Jan - 21:33
Excuse-moi ? Souffla-t-elle en relevant un regard assassin vers Milo.

Celui-ci marchait à son rythme, parlant en même temps que ses yeux clairs ne parcourent les lignes du dossier qu’elle avait en main. Pourquoi fallait-il que ça soit lui qui lui confie cette mission ? Un point encore obscur pour Neena, qui pressa le bouton de l’ascenseur avec vigueur tout en assassinant de ses pupilles vertes son vis-à-vis. Et lui, qui la soutenait, sans jamais que l’œillade meurtrière de son interlocutrice ne lui fasse quoi que ce soit. Ni chaud, ni froid.

Tu penses pouvoir te tenir tranquille et ne pas blesser ta partenaire, disais-je ? Répéta-t-il avec aplomb, en récupérant son dossier dans la foulée pour le placer sous son bras.

Une furieuse envie de lui enfoncer les feuilles dans le fond de la gorge grimpa en elle, alors qu’elle força un sourire crispé pour lui répondre. Ses poings se serrèrent, sa posture se raidit, ses jointures blanchirent, mais elle se retint de lui coller une beigne bien violente pour lui faire ravaler ses questions idiotes et son air suffisant. Fut un temps où elle voyait en lui de l’allure et de la prestance. Il n’y avait désormais qu’un égocentrisme oppressant et un air pédant qui lui donnait la vilaine envie de faire une distribution de claques.

Si tu ne m’as pas collé une idiote dans les pattes, je devrais pouvoir me retenir de l’abandonner dans un ravin, rétorqua-t-elle sèchement en pressant une nouvelle fois le bouton de l’ascenseur. Tu as d’autres questions stupides à me poser, ou tu peux arrêter de me faire perdre mon temps ?

La question, posée sur le ton de l’innocence et de la discussion polie, fit mouche. Milo se raidit à son tour, avant de s’excuser promptement de son départ et faire place nette finalement. Neena poussa un long soupir : les entrevues avec son ex-mari avaient toujours tendance à la tendre au pire moment. L’ambiance était anxiogène entre eux, chargée d’une colère qu’elle peinait à contenir. Et si que son psy lui assurait qu’elle avait toujours des sentiments puissants pour lui…

Un rire bref lui échappa en y songeant.

En effet. Des sentiments, comme la haine, la rage, le mépris, la colère. Des émotions fortes, qui ravageaient tout sur leur passage. Rarement un homme n’avait suscité en elle autant de passion en une seule fois.

Rentrant dans la cabine, elle retrouva l’air libre où sa coéquipière du jour devait la retrouver. Neena se posta près du véhicule qu’elle devrait occuper – une camionnette banalisée pour pouvoir transporter un colis d’une extrême importance visiblement qu’il faudrait convaincre de prendre place gentiment ou prestement. Un soupir lui échappa. Cette Rachel avait plutôt tout intérêt à se montrer agréable, ou plus patiente qu’elle ne l’était actuellement. Quelle idée aussi d’avoir cette entrevue avec Milo juste avant son départ !

Elle s’en serait bien passée. Mais c’était à croire que la loi de l’emmerdement maximum lui collait au train malgré les années et la distance qu’elle mettait.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Summers
Mutant
Rachel Summers


More about you :
Emergence :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Maitrise :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Messages : 115

Dim 20 Jan - 11:34
Elle prend l’arme qu’on lui tend dans un mouvement presque mécanique. Elle regarde celle qui lui parlait d’un regard sans vie. Elle entend les dernières menaces sous-entendue prononcer dans un sourire. Elle n’y fait pas attention, comme si tout ceci n’avait aucune importance, comme si ses pensées s’étouffaient dans les ténèbres. Elle n’est qu’une poupée se mouvant selon les désirs de son maître, accomplissant ses envies avec une obéissance aveugle. Quand bien même, elle en aurait, une pensé, elle aurait été mise en pièces sans lui laisser aucun espoir. Pourtant, de toutes ses forces, elle essayait de se faire entendre, espérant qu’une personne puisse voir qu’elle était toujours là, mais en vain. Plus le temps passais et plus Rachel Summers se faisait engloutir par les noirceurs qui la rongent.

Alors, elle se laisse faire, avancer quand on lui disait de se mouvoir, sourire quand on lui en donnait l’ordre, parlait qu’on exigeait d’elle de faire entendre ce que l’on désirait. Et en ce jour, on lui demandait une fois de plus de jouer au chien de chasse. Une mission l’attend, avec une personne qu’elle ne connaissait pas. On lui explique ce qu’on attend d’elle, elle regarde droit devant elle sans prononcer un seul mot. Elle regarde dans le vide, faisant de ce monde un étranger dont elle ne comprenait plus comment il était fait. On lui dit qu’il était temps, qu’elle devait avancer pas après pas et tels un robot elle obéis sans émettre aucune résistance. Ne pas se retourner contre son maître premier mot d’ordre. Lui obéir exécutant son désir qui était devenu sien obtenir des personnes comme elle, pour qu’à leur tour, ils comblent ces envies de pouvoir.

Elle n’a aucune issue de secours, prise au piège dans cette vie qu’elle n’a pas désiré. C’était juste un festival, un simple moment de détente qui soudain l’avait condamné dans cette cage. On la fait avancer, fit prendre l’ascenseur s’ouvrant sur une bouffer d’air. Elle avait cette impression que cela était la première depuis bien longtemps, mais pas assez pour qu’elle puisse se libérer de ces chaînes invisibles. Cela n’est que pour la narguer, elle en est sur, car aussitôt, sa mission accomplit, elle retournerait dans les ténèbres. Mais elle en est sur même, il la poursuivrait même en dehors de son antre, pour engloutir le reste de ce qu’elle fut. Adieu Rachel Summers insouciante et pleine d’espoir. Adieu son humanité, elle n’est plus qu’une coquille vide, un robot mécanique.

Elle voit sa coéquipière du jour, non loin de ce véhicule, elle la regarde sans vraiment la regarder, s’arrête à quelques pas d’elle en compagnie de sa garde qui se retourne vers la jeune Summers “Monte. Et n’oublie pas ton obectif.” Elle ne discute pas, elle monte dans le véhicule, sans dire un mot, ayant juste regardé cette femme aux cheveux de jais. Le trajet risque d’être long pour toutes les deux, Rachel n’échange pas de mots, restant dans un mutisme, regardant juste l’arme qu’on lui avait donné d’un air absent. Une bien étrange jeune femme, bien trop introvertie que cette femme a récupérer comme coéquipière. La Summers relève la tête la regarde comme pour examiner ses expressions, comme si elle voulait pouvoir sembler un peu plus normale en s’imprégnant de sa manière de regarder, de parler. Elle penche juste la tête, continuant son observation écoutant les paroles, se laissant porter par les explications s’il y en avait, accompagné sûrement par un hochement de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 20 Jan - 15:10
Neena ancra son regard sur celle qu’on escorta jusqu’à elle. Un froncement de sourcil clairement curieux devant cette étrange configuration, et l’impression croissante d’avoir raté quelque chose dans l’histoire. Que se passait-il ? Elle n’avait survolé que rapidement le dossier de sa coéquipière du jour, ressentant un fort désintérêt en règle générale sur tout ce qui touchait de près ou de loin à des humains qu’elle n’estimait pas un minimum. Mais là, il y avait clairement un loup.

Avisant la rouquine d’une œillade pressante, elle guetta celle qui l’abandonna à ses griffes pour vérifier qu’elle partait bien, et qu’elle se trouvait hors de portée d’oreilles trop curieuses. Le temps de rentrer dans le véhicule et de prendre place derrière le volant, la brune ne quitta pas sa voisine du coin de l’œil, jusqu’à finalement croisé son regard clair. Le moteur vibra, et une main sur le levier de vitesse, elle demanda de but en blanc :

T’as l’intention de me donner ton nom ou c’est à moi d’t’en donner un à ma convenance ? Articula-t-elle sèchement.

Lèvres pincées dans une moue équivoque, elle poussa un soupir avant de passer la première. En deux temps trois mouvements, les deux étaient engagées sur la route, et la conduite nerveuse de Neena augurait la suite du parcours. L’adresse était rentrée dans le GPS, sans pour autant que la mercenaire n’y prête une grande attention sur le moment.

Ça t’dérange pas si j’fume ? Et qu’on s’arrête au passage ? J’ai la dalle, et grave envie d’un burger. Elle n’attendit pas vraiment la réponse de sa voisine : sa main se porta à la poche intérieur de sa veste où elle dénicha un paquet. D’un a-coup expert sur le cul de ce dernier, elle en tira une cigarette, et la coinça entre ses lèvres. Plus tard, ce fut à l’aide d’un zippo qu’elle alluma sa tige sans se faire prier. Et la fenêtre ouverte évacua la fumée : On est pas pressées t’façon.

Pourquoi souffla-t-elle ça ? Sans doute pour plaider sa cause, et empêcher sa voisine du jour de bouder ses opportunités. De toute façon, cette dernière ne semblait pas particulièrement bavarde, ni trop normale à dire vrai. Qu’est-ce qu’on lui avait encore collé dans les jambes, hein ? Neena s’attendait déjà au pire, mais avant d’arriver à destination, elle devait en avoir le cœur net. Alors, elle vira soudainement pour s’engager sur le drive d’un burger king, venant ouvrir grand sa fenêtre en laissant le vent s’engouffrer et soulever ses mèches sombres :

Tu veux un truc, ou tu vas aussi bouder la bouffe ? Demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Summers
Mutant
Rachel Summers


More about you :
Emergence :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Maitrise :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Messages : 115

Mar 29 Jan - 19:29
Une question posée, un regard en coin. Rachel ne dit pas un mot, elle ne sait pas si elle peut répondre, ne sait pas elle a le droit de parler. C’est plus elle qui commande, ce sont eux et seulement eux. Sa vie ne lui appartiens plus, elle est leur instrument, leur poupée qu’ils mouvent selon leur désir. Alors elle ne dit rien, pose juste sa tête contre cette vitre froide, regardant la route défiler, les lumières venir chatouiller ses rétines. Elle ne proteste nullement quand sa collègue du jour lui demande si elle peut s’en griller une ou encore de s’arrêter. Encore une fois, elle ne prononce pas un mot, continuant à perdre son regard dans ce paysage qui défile, continuant sa contemplation alors que la voiture s’arrête à ce drive, lui demandant de si elle veut à manger.

La Summers détache sa tête de cette vitre, pose son regard sur celle qui était au volant restant dans son mutisme. Elle ne sait pas si elle en a le droit? Peut-elle réellement manger autre chose qu’on se qu’ils lui donnent? Elle ne sait pas. Devait elle accepte? Le regard qu’elle pose sur sa compagne est étrange, mêlant l’incertitude, l’envie à un sentiment d’être perdue comme si elle ne savait pas si elle pouvait se permettre d’avoir envie d’un simple burger. Ses lèvres s’ouvrent légèrement, puis se ferment. Elle continue à regarder sa coéquipière qui attendent une réponse de sa part. Ce n’est qu’un simple hamburger, ils ne diront rien, ne lui fera rien. C’est juste un simple hamburger.

Alors pourquoi, elle hésite tant à dire oui, elle ne sait pas. Pourtant, cela fait si longtemps qu’elle n’en avait plus porter un à sa bouche, ressentis cette douce culpabilité de mordre dans ce pain moelleux, prenant cette bonne dose de gras nocif. Elle va perdre patient, cette collègue, Rachel doit se décider, mais elle n’y arrive pas. Elle ne sait plus penser par elle-même, ne sait plus qui elle est. Elle est juste perdue rien qu’avec cette simple demande. Elle referme ses lèvres, détache son regard de cette femme qui était avec elle. Autant ne rien dire, de rester dans ce mutisme qui semblant soudain si rassurant, dans ce monde où elle ne doit pas penser. Car plus elle essaye de réfléchir par elle-même plus elle se perd.

Ils ont fait un bon travail, la jeune femme ne sait plus prendre une seule décision, ils sont ses maîtres et elle est leur chien, chasseur d’émerger. Alors, elle repose sa tête contre cette vitre, se terrant dans son silence, attendant que sa coéquipière du jour prenne ce fichu burger, dont elle ne sait même plus si elle en a envie et dont elle ne se souvient plus du goût. La petite voix qu’elle entendait, il y a encore quelque temps, n’est plus qu’un murmure. Parfois, elle reprend vie, mais aujourd’hui elle est soumise aux lois de ses partons. Elles reprennent la route, après que la commande fit récupérer et pour la première fois depuis qu’elle était partie à la chasse, Rachel prononça un simple mot, son nom. “Rachel.” C’est son nom, du moins c’est ce qu’on lui a dit. Rachel, tout simplement Rachel. Son nom de famille n’a aucune importance, d’où elle venait n’en avait pas non plus. Elle était juste là pour chasser ces êtres au pouvoir extraordinaire, ces personnes qui sont comme elle.

Mais l’agent d’hydra qui était au volant, pouvait au moins se féliciter d’une chose. Elle avait réussi au moins à obtenir le nom de la jeune femme, mais si dans la voie de celle-ci on avait l’impression que toute vie l’avait quitté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 29 Jan - 21:03
Neena se gara au drive, laissant le moteur tourner en fixant sa voisine. Sa voix perça enfin dans l’habitacle du véhicule, alors qu’elle tirait sur sa cigarette en serrant les dents. Voilà qu’elle était tombée sur un spécimen unique : difficile de savoir si elle était tout simplement profondément perturbée, ou alors d’une timidité maladive. Pire encore : d’une arrogance crasse qui l’empêchait de lui adresser une phrase entière et construite. Cependant, vu la lueur dans son regard, furtive, lorsqu’elle parla de burger, Neena n’envisagea pas sérieusement cette dernière solution.

Parvenue au hautparleur, elle ouvrit grand sa fenêtre :

Cheeseburger supplément bacon, avec un gigantesque coca et un café bien serré… Ses yeux se tournèrent vers Rachel, avant de revenir vers la machine : Et un cheeseburger pour ma grande copine Rachel… Ajoutez un milkshake à la fraise avec ça, elle le mérite.

Elle ne laissa pas le temps au vendeur d’en rajouter une couche : Neena se moquait du prix, elle comptait faire passer ça en note de frais. Pire encore ! elle prendrait son temps pour récupérer l’émerger et le ramener à Hydra avec Rachel. Afin de faire profondément chier son ex-mari et sa demande à la mord moi le nœud. La rousse, à côté d’elle, n’y verrait pas d’inconvénient. Tout du moins pour ça, il faudrait qu’elle articule plus de trois mots sans que ça lui arrache la bouche, et ce n’était pas gagné.

La voiture contourna le restaurant, et après avoir payé rapidement, elle récupéra son sac. Le collant sur les genoux de sa voisine, Neena ne prit que son coca dans lequel elle enfonça sa paille. Et d’un soufflement enfantin à l’intérieur pour embêter sa voisine, elle lui fit un grand sourire :

Allez Weirdo, en colle pas partout où c’est toi qui paie le nettoyage. Le temps d’accélérer à nouveau pour se tirer du restaurant, et de reprendre la route de l’hotel visé avec une conduite pour le moins dangereuse, la brune rajouta : Tu m’en diras des nouvelles.

Le silence retomba dans l’habitacle, plus vite qu’elle ne l’imagina. Dommage, Neena se serait bien vu avoir une véritable conversation, histoire de se mettre d’accord avec Rachel sur comment elles pourraient emmerder un maximum les gens qui leurs pourrissaient la vie. Pour le coup, elle serait seule avec cet objectif en tête, la rousse semblant se focaliser exclusivement sur la mission… Et timidement sur son burger.

Et tu sais dire autre chose que ton nom, ou tu te limites à des onomatopées ? T’sais, tu peux aussi m’parler si j’te fais chier, y’a pas de soucis… En fait, si, il y en aurait un. Mais ça, Neena se garda de le rajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Summers
Mutant
Rachel Summers


More about you :
Emergence :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Maitrise :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Messages : 115

Mar 12 Fév - 23:31


I'm blowin' up like you thought I would...
avec Neena Thurman & Rachel Summers
Citation de ton choix
Elle ne pouvait s’empêcher de la regarder, avec se regarde neutre et à la fois perdu. Elle ne mettait aucune protestation, n’ai mis aucun son quand elle l’entendit commander un seconde cheeseburger. Elle la regardait tout simplement, avec dans ses yeux un leur d’interrogation. Pourquoi faisait elle cela, pourquoi lui prendre quelque chose à manger. Elle ne fit que bouger la tête en direction de ce milkshake et du cheese, revient sur le visage de sa partenaire. Avait-elle le droit ? Pouvait-elle dire oui? Elle n’avait personne pour lui faire signe de la tête, pour lui dire qu’elle avait l’autorisation du démon, ni celle de son acolyte qui ne le quittait jamais. Elle était perdu, incapable de penser par elle, aucune volonté de dire non. Elle était ce qu’il avait voulu qu’elle soit. Elle le sait au fond d’elle, Rachel Summers est mort, elle ne pourrait plus prendre cette décision de mordre dans ce sandwich chaud.

Elle regard l’emballage du burger, le gobelet du milshake, sans savoir quoi faire. Elle pose un regard sur Neena comme pour lui demander “ Je peux vraiment ?”. Elle l’écoute à moitié, voit ses lèvres bouger quelques secondes. Mais son attention est ramenée sur ce paquet chaud qu’elle tient entre les mains. Elle entend encore une fois la voit de sa collègue, l’encourageant ouvrir ce paquet. Elle pose les yeux sur elle, continue à l’entendre. Alors la jeune Summers repose ses yeux sur l’emballage et avec lenteur commence à hôte la nourriture de son paquet. Elle le regarde encore quelques instants, comme-ci s’était la première fois qu’elle envoyait et dont le goût lui était inconnue. Mais en soit cela n’était pas entièrement faux. Elle avait cette impression d’avoir oublié le goût de se met.

Elle ouvre timidement, la bouche portant doucement à ses lèvres ce pain chaud. Un instant d’hésitation, une boucher timide, le goût lui reviens, la saveur coupable se remémore à sa mémoire. Des souvenirs fugaces viennent chatouiller son esprit, des images flottantes venant lui rappeler soudainement une vie qu’elle avait presque oubliée. Elle entendit des rires lointain venir titiller ses oreilles, alors qu’elle mâchait lentement le morceau qu’elle venait de mettre en bouche. Elle mangeait avec lenteur, comme-ci elle voulait se raccrocher à ce soubresaut de souvenir qui venait un à elle, comme si cette mal bouffe, venait raviver cette personne enfuis en elle pour lui redonner des forces.

Par contre,le milshake, elle n’y toucha pas, sûrement comme si ce burger était déjà de trop, pouvant entendre un claquement de langue derrière elle afin de la ramener à l’ordre. Néanmoins, elle prononça un léger “Merci.” S’essuyant la bouche à l’aide de sa manche. Elle retourna dans ce mutisme, ne disant pas un mot à sa compagne de voyage. Cependant, elle posait de temps en temps son regard sur elle, pour le reposer sur la route prononçant enfin une phrase complète “Je n’aime pas parler.” Cela était vrai, mais avant toute cette histoire, elle avait plus de conversation. Mais maintenant, elle ne savait juste pas ce qu’elle devait dire. Puis à nouveau, le silence retomba, alors qu’elle posa sa tête contre la vitre, attendant que le véhicule s’arrête pour de bon.
Et quand ce fut le cas, elle tourna son arme entre ses mains, faisant attention à ne pas enlever pour l’instant le cran de sûreté. Demandant simplement à sa partenaire.” Qui est la cible?” Maintenant elle attendait juste ses instructions, la mission devait être accompli, plus rien n’avait d’importance. Elle devait laisser derrière elle ce burger partager, ce moment simple et qui pendant un instant lui avait donné cette sensation que tout était normale. Mais cela n’était qu’une illusion, maintenant le chien de l’enfer devait faire son œuvres, donner son tribu à son maître.

MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 13 Fév - 12:21
Mange, Weirdo ! Ordonna-t-elle alors qu'elle lui demandait l'autorisation d'un air désespéré.

Sérieusement ? Depuis quand elle avait besoin de donner sa permission pour qu'on avale un burger ! Difficile de savoir pourquoi ils avaient fait de Rachel ce pantin désarticulé sans volonté quelconque, mais c'était à chier. Elle qui se plaignait de tomber sur une incapable était coincé avec une mutique réglée pour obéir et juste obéir. L'angoisse ! Son ex l'avait menacé de la faire passer entre des mains avisées si elle continuait à l'emmerder, plusieurs fois, elle avait entendu parler des lavages de cerveau que certains subissaient. Elle n'imaginait pas que ça puisse être ça. Un soupir lui échappa, alors qu'elle terminait son burger en froissant le papier qu'elle balança à l'arrière.

Non sans blague, j'm'en serais pas doutée. Ironisa-t-elle.

Au moins, la musique dans l'habitacle lui permettait d'oublier qu'elle était la seule ici avec un cerveau qui avait le droit de marcher. Puis, c'était pas qu'elle n'apprécia pas la jeune femme, c'était... Qu'elle avait pas l'impression que quelque chose à l'intérieur d'elle essayait de lutter pour se libérer de ce silence. Comme si personne cherchait à s'exprimer, comme si c'était éteint. Un robot aurait-il eut plus à transmettre ? Elle pinça les lèvres, et ralentit la camionnette en parvenant près d'un carrefour blindé :

C'est un gosse, il s'planque dans un motel depuis quelques jours parce qu'il a fait une connerie. Raconta-t-elle à sa voisine : Jimmy quelque chose, apparemment un émergé.

Hydra était toujours radin en détail là-dessus, ça serait au petit bonheur la chance. Neena était loin de se douter de ce qui l'attendait à l'intérieur, ni de ce qui lui tomberait sur le coin de la figure. Ceci étant, elle n'était pas là pour poser des questions : l'idée de laisser ce gamin tranquille lui avait effleuré l'esprit, mais une chose lui disait que si elle faisait ça, Rachel en paierait le prix fort. Et bizarrement, c'était pas ce qu'elle voulait.

J'crois qu'il peut s'changer en ce qu'il touche, ou un truc du genre. On peut pas avoir d'informations plus précises à son sujet, il s'est fait la malle avant qu'on lui pose la question. La faute à pas de chance, comme on dit. On doit le convaincre d'venir avec nous, ils veulent en faire une recrue ou un truc du genre. Elle passa le carrefour, et s'engagea dans une allée puis sur un parking ou elle s'arrêta. Le dossier parlait de la chambre 113. Si jamais il collabore pas, faudra être plus persuasives quoi.

Le chiffre fut visible. Rideaux tirés, porte fermée. Autant dire que le faire sortir de son cocon allait être difficile.

Good cop, bad cop... Fit-elle en posant son regard sur Rachel. Ah oui... ça allait être dur ça aussi. J'vais faire le Good Cop hein, parce que si on compte sur ta discussion, on va atteindre des sommets.

Même si elle n'était pas la plus diplomate du lot, ça passerait plus que la carpe de service.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Summers
Mutant
Rachel Summers


More about you :
Emergence :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Maitrise :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Messages : 115

Ven 1 Mar - 14:04


I'm blowin' up like you thought I would...
avec Neena Thurman & Rachel Summers
Citation de ton choix
Elle ne discute pas, pourquoi elle le ferait d’ailleurs, elle devait juste suivre les ordres, ramener cette personne qui serait à son tour utiliser comme une arme. Ne pas devoir parler, laisser faire son acolyte, lui convenait parfaitement, elle pourrait tout simplement regarder les lieux, évaluer la dangerosité de cette personne.

Sa coéquipière était une bien étrange personne pour la jeune Summers, une pointe de jalousie naissant en elle. Elle enviait cette femme qui était libre de ses mouvements, qui semblait n’avoir que faire de ce qu’on pourrait lui dire. Rachel avait cette impression que même les ordre, elle était capable de renier. Elle envie cette liberté que jouit cette femme et qu’on lui a retiré. Elle secoue la tête, chasse ses pensées et cette jalousie qu’elle venait de ressentir. Elle ne peut penser à cela ne peut avoir d’envie.

Rachel, rangeait son arme, le cachant de manière à ce qu’on ne puisse pas le voir. Elle attend que l’agent frappe à la porte, attend que la victime l’ouvre sans dire un mot. Elle prend une grande inspiration, comme si cela avait été une des rares fois qu’elle sorte depuis longtemps. En réalité, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas vu l'extérieur de l’hydre, ou du casino de son maître. Alors c’est un redécouverte, autant que visuel que sa soit pour les odeurs qu’elle pouvait distinguer.

Elle tourne son regard quand elle entend quelqu’un s'activer dans la pièce, de manière précipité, des objets qui tombaient, La rouquine commence à prendre l’initiative jouant son rôle de mauvais flic et au mépris de ce que pouvait bien penser son acolyte. Elle sort son arme, le pointe vers la serrure. Elle n’y va pas par quatre-chemins, sait qu’elle ne pourrait pas ouvrir cette porte à d’épaule, le pied prendrait trop de temps. L’important était l’objectif, qu’il soit blessé ou non, cela n’avait aucune importance pour la jeune Summers. Alors au mépris de la discrétion, elle tire sans aucune hésitation sur cette serrure magnétique. Il n’y avait plus qu'à donner un coup, maintenant que cette serrure avait été fragiliser. Ce qu’elle fit, d’un coup de pieds.

la mission était en train de se faire la belle, enjambant une fenêtre. Le regarde alors perdu, et vide de la jeune Weirdo venait de changer en un regarde plus froid et sans aucune pitié L’esprit de la rousse était fixer sur son objectif, le bras tendu pour tirer dans la jambe Elle sait qu’elle ne doit pas le tuer, elle doit le récupérer, mais quant à son état cela n’avait pas été précisé. Agent fou ? Non, juste une jeune femme qui par tous les moyens, peu importe lesquels accomplirait sa mission. L’attitude de la jeune femme n’avait plus rien avoir avec celle qui avait été mise dans cette voiture, s’était rendu dans cet endroit avec l’agent Thurman. L’arme s’était soudainement réveillée, au simple bruit qu’elle avait perçu, agissant sans aucune hésitation.

MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 4 Mar - 12:23
Wooooooooooh ! Neena n’eut pas vraiment le temps d’être surprise de l’offensive de Rachel dès qu’elle entendit à l’intérieur de la chambre. Elle n’eut pas le temps de s’étonner de sa réaction pour le moins démesuré alors qu’elle ramenait la cible sur le parquet sans aucun ménagement. Dans son regard, une colère froide et presque terrifiante qui lui donna un léger frisson. Il lui en fallait cependant plus pour perdre ses moyens. Quand j’disais Good Cop et Silent Cop, je voulais pas que tu sois Very Very Bad Cop, Weirdo !

L’opportunité de s’interposer entre eux se présenta, et d’adresser un regard entendu à la rouquine. D’en jeter un autre méfiant à la cible terrorisée au sol qui vint se tapir contre le mur le plus proche et en prendre la matière, Neena fronça un sourcil. Chaque chose en son temps. Elle s’extasierait plus tard des capacités du jeune homme. Juste, elle porta une main à l’épaule de Rachel pour la forcer à retrouver sa concentration et son calme :

T’es sur les nerfs ou quoi, quelqu’un t’as piqué ton goûter ? Demanda-t-elle comme une baby-sitter s’adresserait à son enfant à garder.

Parce qu’elle avait l’impression d’être ça, actuellement. Cependant, le bruit derrière lui fit comprendre que la cible cherchait à partir, et d’une œillade méchante, elle lui intima de ne pas bouger d’un pouce :

Bouge pas, toi ! Sinon juré que je la laisse s’en prendre encore à toi ! Menaça-t-elle.
Ok, ok ! Répondit-il, en levant les mains.

C’était sûr qu’il ne se laisserait pas ordonner simplement la suite des événements, mais Neena était la championne pour gérer les situations difficiles lorsqu’elles se présentaient, et parer au plus pressé. En l’occurrence, la violence à peine dissimulée de Rachel était un problème, d’autant plus si elle ne se contrôlait pas dans l’histoire. Ça deviendrait sérieux pour elle.

Weirdo, faut que tu te détendes hein, on agresse pas les gens comme ça gratuitement… Fit-elle.

Est-ce que ça permit de calmer la cible ? Rien n’était sûr, mais elle put finalement se tourner vers lui et l’estimer. La respiration rapide et l’œil vif, l’adolescent semblait un peu perdu. Neena le scruta en venant de poser sur son matelas. Trop mou pour être confortable.

C’est la seule planque que t’as trouvé pour te cacher ? On t’a mis la main dessus en quelques heures, gros naze. Souffla-t-elle comme un air de reproche. Le garçon regarda par la fenêtre, puis vers la porte, avant de revenir à elle. Un moyen de s’enfuir ou autre chose ? Tu attends des gens ?
N-non, pas vraiment… Fit-il, hésitant.

Elle pinça les lèvres. Sans le quitter du regard, comme lui qui soutenait fermement le sien. Un sourire sans joie s’étendit sur sa bouche alors qu’elle secouait la tête :

Ok, Weirdo, ce type vient de me mentir, je te le laisse. Lâcha-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Summers
Mutant
Rachel Summers


More about you :
Emergence :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Maitrise :
I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr114 / 54 / 5I'm blowin' up like you thought I would... Fonddr11
Messages : 115

Dim 31 Mar - 15:10


I'm blowin' up like you thought I would...
avec Neena Thurman & Rachel Summers
Citation de ton choix
Le regarde sans appel, fixer sur cette cible. Elle écoute d’une oreille les paroles de Neena, la laissant faire ce qu’elle devait faire. L’arme toujours à la main, la prise se resserrant, comme si elle n’attendait qu’un mot de la part de sa coéquipière. Plus aucune pensée ne traverse son esprit, ne laissant aucun doute s’immiscer en elle. Tout ce qu’elle avait besoin de savoir, était que sa proie était juste là et qu’elle ne pouvait plus s’échapper. Elle n’avait pas réagi à la plaisanterie, regardant les moindres fait et geste de ce garçon qu’elle tenait fermement, jusqu’à la femme aux cheveux de jais viennent s’interposer.

La jeune Summers à partir de ce moment restait un peu en retrait continuant à regarder la cible, laissant l’agent poser les questions, sans bouger d’un pouce. Étrange, jeune femme qu’elle est devenue, obéissant sans émettre une seule seconde une opposition. Un jeune femme bien loin de celle qu’elle avait été autre fois, elle qui même réserver savait exprimer une quelconque émotion. Elle continuait à observer, ce qui se passait, écoutait les paroles de sa coéquipière, toujours aussi droite qu’un I. Elle attendait juste le feu vert pour pouvoir laisser cette colère qui était là seul vrai émotion qu’elle ressentait, éclater lui laissant libre cours. Ainsi, elle pourrait profiter, de ce moment, pour se sentir un peu vivant, avoir cette sensation qu’elle existe belle et bien et non une coquille vide.

Et ce moment arriva, un seul mot, et son bras fondis sur les colle de la cible, venant avec force l’attirer vers le sol. Le garçon laissa échapper un premier gémissement de douleur quand son corps rencontra le sol. Un de plus quand il sentit que son bras se retrouvait dans son dos avec force. Elle le remontait un peu plus dans son dos, laissant encore un cri se faire entendre. Mais, il n’avait toujours pas décidé de répondre à cette femme qui accompagnait Rachel. Alors, la jeune femme, libérait un peu plus de cette violence enfuis en elle, le relevant brusquement , le forçant à marcher jusqu’à une petit table où elle le planqua avec violence sans se préoccuper de ce qu’il y avait dessus. “C’est bon! Il y a quelqu’un qui doit venir.” Rachel renforce se prise l’incitant à parler un peu plus. “Ok! Ok! Mais dite lui d’arrêter” Mais elle ne fit rien, elle attendit les ordres de la jeune femme.

Rachel, avait montré, son autre visage, celui d’une personne cachant bien plus de noirceur. Une vie soudaine qui se libérait, prouvant qu’elle pouvait ressentir des choses. Même si cette colère, n’était sûrement pas contre cette personne, contre elle, contre celle qu’elle était devenue, essayant peut-être de faire comprendre qu’elle voudrait se libérer de ces chaînes qui l’entrave. Elle continue à serrer de plus en plus fort, le jeune homme demande avec insistance pour qu’elle arrête. “C’est bon! Je vous ais dit que je vous dirais tout! Alors rappeler votre chien de garde.” Un regard vers sa coéquipière, du coin de l’oeil pour comme si elle attendait un oui, ou non de sa part. Puis soudain, elle jeter violemment le garçon de contre le mur, qui tomba sur le sol. Rachel sortis à nouveau son arme, le plaçant droit sur la tempe de leur cible. Maintenant, il semblait près à répondre à l’agent d’hydra.

MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 12 Avr - 11:57
Weirdo, appela-t-elle fermement, en lui faisant un petit signe de la tête : Molo avec la marchandise, si tu le casses, on pourra pas l’échanger en magasin.

Leur cible prit une profonde inspiration, comme soulagée. La rouquine ne lâcha pas pour autant sa prise : lui laisser de la marge pourrait lui permettre de s’en aller, de leurs échapper. Et pour elles, ça n’était pas une option. Neena n’avait aucune envie de recevoir un message la sommant d’assister à une réunion barbante sur des trucs dont elle se foutait. Et puis, mieux valait épargner ça à Rachel aussi :

Tu attends qui ? Demanda-t-elle alors, en se posant à côté de lui.

Il hésita à lui répondre, mais son regard pressant l’encouragea à se montrer plus volubile. Il semblait résigné de toute façon, fatalement, il était temps de parler :

Un groupe d’émergés, ils… Ils ont de quoi me faire quitter l’île pour me mettre à l’abri… Avoua-t-il.
Oh, cool ça, tu comptais partir ou ? Je te conseille l’Europe, genre l’Italie ou la Grèce, c’est sympa, enchaina-t-elle.

Son côté décontracté, sans doute, le déstabilisa un petit peu. Elle releva le nez vers Rachel pour voir ce qu’elle en pensait, voir sa réaction, mais à part le vide absolu dans son regard, Neena n’y trouva pas grand-chose. Elle n’était pas aidée pour l’occasion, rien de nouveau de ce côté-là. Les fabuleuses idées de son ex allaient rapidement lui taper sur le système. Si elle ne comptait pas s’en prendre à Rachel, il était sûr et certain que Milo allait entendre parler de l’équilibre mental précaire dans lequel ils mettaient leurs collaborateurs.

Je… Je sais pas… Souffla le garçon.
Enfin je te dis ça, mais tu vas rentrer avec nous en fait, coupa la brune avec un sourire.
Quoi ? Mais, non ! Je peux pas rester ici, la garde rouge, ils vont me trouver et m’enfermer !

Neena se releva, invitant Rachel à en faire de même, tout en maintenant le garçon fermement avec elle. Tout n’allait pas être aussi simple, évidemment. La garde rouge allait vite devenir le cadet de ses soucis du moment, la brune s’en rendait compte.

Et en parlant de cette dernière, mieux valait ne pas rester là :

Tes capacités intéressent mes employeurs, alors tu vas nous suivre gentiment et ils te protègeront de la garde rouge. Ou alors… Tu recommences à jouer les imbéciles, et je vais être obligé de renvoyer mon molosse te chopper le mollet. C’est toi qui vois, mais ceux sont tes deux seules options. Expliqua-t-elle avec calme. Weirdo.

Elle capta le regard clair de Rachel, l’avisant avec sérieux :

Garde pour toi ce qu’il a dit sur les autres émergés. J’veux mener l’enquête sur eux et les retrouver avant pour voir si ça vaut la peine, fit-elle. Pareil pour toi, pas un mot. Menaça-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
I'm blowin' up like you thought I would...
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS ABANDONNÉS-
Sauter vers: