RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Redbird
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Ven 5 Avr - 13:03
Il lui était toujours laborieux de trouver le temps de ne pas penser à elle. Son arrivée à Genosha était récente, l’ambiance ici tellement différente de ce qu’il y avait à Londres lorsqu’il y vivait encore. Même à New York, ou Boston, où il avait mainte fois posé ses valises. Cette retraite pérenne ne s’annonçait pas aussi facile qu’il l’imaginait, mais il était une nécessité. La chambre d’ami de Steve était occupée par ses soins, il avait déchargé ses sacs – maigres puisqu’il n’avait pas embarqué ses bouquins en quittant la maison qu’il partageait avec son ex-femme.

Son thé à la main, il n’était pas encore habitué à la chaleur ambiante, au beau temps quasi quotidien, ni à la disposition de l’appartement. Combien de fois s’était-il perdu alors que l’endroit n’était pas si grand ? Entre la chambre de Steve, la salle de bain, le dressing de l’homme, le salon, la cuisine. Sa maison de Londres était grande, elle, mais il la connaissait sur le bout des doigts, davantage que sa femme. Il lui manquait un bureau où se poser et écrire – et le plan de travail de la cuisine n’était pas aussi efficace qu’espérait. Son ami se moquait souvent de lui à ce sujet, à raison sans doute.

Un soupir lui échappa, quand on sonna à la porte. Il tourna le regard vers cette dernière avant de venir vérifier sa tenue – au moins n’était-il pas en pyjama. Steve ne l’avait pas averti qu’il attendait quelqu’un aujourd’hui, et comme il n’était pas là pour accueillir, sans doute était-ce juste une livraison pour un colis. C’était un moindre mal. Main sur la poignée, il ouvrit avec un grand sourire aimable. Grand, il dut baisser le regard pour capter la présence d’une femme sur le pallier, une rousse à l'oeillade transperçante, qui fut aussi curieuse que lui à l’idée de le voir là.

Bonjour ? fit-il, un peu perdu il fallait bien l’admettre. Son sourire se fit un peu crispé, et comme il ne vit aucun colis sous le bras de la jeune femme, il n’eut aucun mal à se douter qu’il ne s’agissait pas d’une livraison. Vous devez être une amie de Steve ? Suggéra-t-il en s’écartant de la porte pour la laisser passer.

Bon sang, pourquoi l’homme ne l’avait pas prévenu ? Captant son téléphone sur le plan de travail, Victor se rendit compte que ce dernier était éteint – par ses soins en plus ! – et lorsqu’il le ralluma, un message de Steve apparut. Une certaine Nat devait passer pour un apéro, lui était coincé au bureau.

Nat, c’est bien ça ? Demanda-t-il. Natasha ou Natalie ? S’enquit-il par politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Natalia A. Romanova
Humain modifié
Natalia A. Romanova


https://houseofm.forumactif.org/t3629-natalia-black-widow https://houseofm.forumactif.org/t3627-natalia-romanova-pledge-all
More about you :
Redbird VvAgPWa
Codename : The Black Widow.
Pouvoirs : Ses pouvoirs sont les causes d'un sérum lors du projet Black Widow.

- Vieillissement ralenti
- Réflexes améliorés
- Combats corps-à-corps, armes à feu, armes blanches, pratique les arts-martiaux
- Rapidité, agilité, force améliorées
- Cicatrisation / guérison accélérée

Redbird BTs4d27
Emergence :
Redbird Fonddr112 / 52 / 5Redbird Fonddr11
Maitrise :
Redbird Fonddr113 / 53 / 5Redbird Fonddr11
Messages : 134
DCs : Carol Danvers & Aldrif Odinsdottir & Anthony Stark.

Dim 28 Avr - 12:49
RedBird
Victor & Natalia

« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do. »
Les jours se ressemblaient et une routine s'installait. Natalia avait tout simplement horreur de la routine. Il lui fallait de l'action, il lui fallait des choses pour s'occuper tant les mains que l'esprit. Il lui fallait se couper du travail lorsqu'elle n'y était pas. Sauf que Natalia avait beau dire, elle n'avait absolument aucune vie personnelle. Elle aimait faire croire que si, mais ce n'était pas le cas. Elle n'avait rien et elle savait que c'était le meilleur moyen de faire son travail. Mais elle n'avait rien, elle n'était rien.

Elle avait un ami, ça, c'est certain, le meilleur. Elle avait Steve Rogers et s'ils n'étaient pas toujours d'accord sur tout, cette amitié n'en n'était justement que plus belle. Trouver quelqu'un capable de lui dire droit dans les yeux qu'elle pouvait se tromper et ne pas avoir peur de risquer l'énucléation était déjà un exploit. Steve avait l'avantage d'avoir toujours raison, ou presque toujours raison et savoir comment lui parler sans risquer un coup. Une franchise et une honnêteté qui la touchaient, presque. Il avait à lui parler, d'ailleurs. Elle devait tâter le terrain. Un homme qu'elle avait rencontré lors d'une mission et qui n'était pas celui qu'elle croyait qu'il était. Un besoin de faire le point avec un avis extérieur. Sauf que la porte s'ouvrait et que ce n'était pas face à Steve qu'elle était. Oh. Bien.

Vous êtes l'homme d'entretien ? Ce n'est pas grave, je peux attendre.

Si c'était dit avec tout le sérieux du monde, comme si elle le pensait vraiment, ce n'était jamais qu'une petite plaisanterie alors qu'elle rentrait dans l'appartement de son meilleur ami. Ou son unique ami, selon le point de vue. S'il était le seul, est-ce que cela voulait dire qu'il était le meilleur ? Ce n'était pas incompatible mais il n'y avait pas de point de comparaison possible non plus.

Vous pouvez m'appeler Natasha.

Elle retirait sa veste en cuir, la posait sur le porte manteau puis allait dans la cuisine se servir un verre, elle était ici comme chez elle et Steve pouvait bien faire de même chez elle s'il le souhaitait. Elle avait de toute façon des caméras partout et savait ce qu'il se passait et... S'en moquait assez.

Vous vous plaisez, ici, Victor ?

Un sourire malicieux. Que dire de plus ? S'amuser des traits de l'homme, peut-être.
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 6 Mai - 12:02
Je-

L’homme d’entretien ? Il eut un instant de silence avec ça, comme si son cerveau essayait bon gré mal gré de comprendre ce qu’elle lui disait. La rouquine sous ses yeux avait de quoi le déstabiliser complètement, surtout lui qui perdait si facilement ses moyens. D’autant plus après son divorce, et l’effort improbable qu’il faisait pour éviter la gente féminine avec force. Ses joues d’ordinaires pâles et trempés des larmes de son échec rougirent à vitesse grand V : il était ridicule. Si elle le prenait pour l’homme d’entretien, nul doute, il ne valait même pas la peine qu’il se donnait d’essayer d’être présentable.

Elle passa la porte sans vraiment lui demander son reste, marchant avec assurance, connaissant mieux que lui l’endroit où était rangé tous les objets de Steve. Bouteille, verre, glaçon, qu’importait. Cette Natasha aurait pu tout trouver en un clin d’œil, quand lui se trouvait toujours perdu entre la salle de bain et les toilettes. Nul doute donc sur le fait qu’elle connaissait l’endroit sur le bout des doigts, nul doute encore sur l’amitié qu’il y avait entre Steve et elle. A côté, il passait vraisemblablement pour un crétin.

Et elle connaissait son nom. Bon sang ! Pourquoi avait-il éteint son téléphone ? Il aurait voulu pouvoir être prêt à la venue d’une personne, d’une femme d’autant plus ! Se montrer poli, avenant, l’installer, ne pas la forcer à préparer son propre verre. Son thé encore fumant, il n’osa pas le boire. Comme si tout ça lui semblait honteux ou inconvenant :

Je… Je suis désolé, je… Je viens de voir que vous deviez passer… Nat… Natasha. Il fallait se reprendre. Malgré l’envie folle de se coller des baffes, Victor prit une profonde inspiration : Je ne sais pas quand Steve va terminer, alors…

Alors lui dire qu’elle pouvait faire comme chez elle était idiot. Il s’en abstint, lui adressant plutôt un sourire un peu niais dont il avait le secret… Ou pas.

M’y plaire ? L’endroit est… Reposant. Même si je ne connais que l’appartement de Steve depuis que je suis arrivé. Et qu’en fait, Natasha avait eu la chance de le voir habiller autrement que dans son éternel pyjama de déprime. Je ne sais pas ce que Steve a pu vous dire à propos de… Ma présence ici, fit-il.

Le stress appuyait son accent anglais, le faisait ressortir malgré lui.

Vous êtes une de ses collègues, donc ? Au SHIELD, c’est ça ? S’enquit-il respectueusement.
Revenir en haut Aller en bas
Natalia A. Romanova
Humain modifié
Natalia A. Romanova


https://houseofm.forumactif.org/t3629-natalia-black-widow https://houseofm.forumactif.org/t3627-natalia-romanova-pledge-all
More about you :
Redbird VvAgPWa
Codename : The Black Widow.
Pouvoirs : Ses pouvoirs sont les causes d'un sérum lors du projet Black Widow.

- Vieillissement ralenti
- Réflexes améliorés
- Combats corps-à-corps, armes à feu, armes blanches, pratique les arts-martiaux
- Rapidité, agilité, force améliorées
- Cicatrisation / guérison accélérée

Redbird BTs4d27
Emergence :
Redbird Fonddr112 / 52 / 5Redbird Fonddr11
Maitrise :
Redbird Fonddr113 / 53 / 5Redbird Fonddr11
Messages : 134
DCs : Carol Danvers & Aldrif Odinsdottir & Anthony Stark.

Jeu 19 Sep - 13:57
RedBird
Victor & Natalia

« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do.  »
Natalia avait pour habitude de ne pas se confier. Un truc de russe, qu'elle disait. Mais elle savait poser des questions indirectes qui la mèneraient à sa conclusion finale, sans même que l'autre ne puisse s'apercevoir de ce qu'il s'était passé. Visiblement, elle n'aurait pas ce loisir de suite alors qu'un homme lui ouvrait la porte et qu'elle s'amusait à le taquiner sur sa présumée identité. Il avait l'air bon client au vue de sa réaction et Natalia allait sans doute s'amuser encore un peu.

Elle entrait, faisait comme chez elle. Au final, que Rogers soit au courant ou non, cela n'aurait pas changé grand chose à l'attitude de Natalia qui faisait comme si tout était à elle, comme si partout c'était chez elle et qu'elle ne devait aucun compte. Les limites n'étaient pas une chose dont elle semblait se soucier et au pire, que pouvait-il bien arriver ? Qu'on la réprimande ? Bouhou.

Mais son assurance et sa conduite semblaient perturber l'homme. Il y avait plusieurs comportements possibles à adopter à ce moment là, entre continuer sur ce chemin, essayer d'être plus compatissante, essayer d'être plus douce. L'homme n'avait pas l'air d'être un mauvais bougre, quand bien même Rogers avait parfois le talent pour s'attacher aux chats de gouttière, aux chiens aux pattes cassées. Son verre servi, elle regardait l'homme, cherchait à le détailler. Définitivement, l'homme ne semblait pas être un mauvais bougre, alors elle essaierait de jouer le jeu, surtout par respect pour Steve et son amitié. Elle buvait une gorgée. Elle s'adossait au comptoir de cuisine en regardant l'homme faire la conversation, lui poser quelque questions et lui raconter aussi sa propre vie, sa propre expérience, elle n'avait qu'à le regarder pour essayer de comprendre qui il était. La nervosité face à une femme qui lui laisser à penser qu'il n'avait pas l'habitude d'en côtoyer, ou pas des femmes au caractère si affirmé que l'était le sien. La timidité, le fait qu'il ne semblait pas oser la regarder.

Nous pourrions remédier à ça. Je connais bien l'endroit. Je pourrais vous faire visiter quelque endroits.

Bonté de coeur ? Loin de là. Service à Steve et aussi parce que l'homme ne semblait pas être une mauvaise personne mais quelqu'un qui semblait surtout avoir besoin de s'aérer l'esprit. Elle n'aimait pas particulièrement les personnes qui s'apitoyaient sur leur sort, à croire que ça pouvait changer quelque chose de se morfondre alors qu'il suffirait de se prendre en main.

Juste qu'un ami était chez lui pour une durée indéterminée.

Ou alors il lui avait dit plus que ça et elle ne le confiait pas... Ou alors, plus vraisemblablement, il lui avait dit et elle n'avait rien écouté. L'homme semblait tout de même un peu informé sur elle, ce qui la faisait sourire un peu plus.

Effectivement. Depuis un petit moment, maintenant.

Techniquement, oui, le SHIELD. Mais quel intérêt à espionner si on savait qu'elle faisait bel et bien parti de la garde rouge ? Elle ne le disait à pratiquement personne.

Et vous ? Qu'est-ce qui vous a poussé à venir dans cet endroit ?

Faire la conversation, essayer d'être plus sympathique qu'elle ne paraissait l'être au début, des efforts compliqués mais justement, fait par amitié pour Steve plus que par réel intérêt. Puis quelque part, ça lui changeait les idées aussi, cette rencontre. Victor était le second homme vraiment gentil qu'elle pouvait rencontrer ces derniers jours, ce qui était assez curieux. Il fallait surtout, vraiment, qu'elle change ses fréquentations pour voir que la gentillesse existait encore, comme elle semblait émaner de cet homme. Et quoi qu'on en dise, Steve n'était pas un homme gentil et sage comme il s'amusait à le faire croire, il y avait bien longtemps maintenant que Natalia avait vu dans son manège. Donc elle ne le considérait pas comme un homme profondément bon et gentil, et surtout sage comme pouvait l'être Victor ou Bruce Banner. Ces hommes étaient d'autant plus rare qu'ils restaient tels quels même après, visiblement, une rude période, à en juger par les traits de l'homme et par son comportement.

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Redbird
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS ABANDONNÉS-
Sauter vers: